Ça va pas fort.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Vendredi 23 février 2007

Le scanner a rendu son verdict : Francine doit faire une nouvelle chimio. On dit que le cancer est une maladie injuste, qui frappe particulièrement les personnes très généreuses, et qui prennent sur elles. Mais là, vraiment, c’est exagéré. Si Dieu existe, disait Woody Allen, j’espère qu’il a une bonne excuse.

Semaine jaune au Parlement européen. Ça veut dire qu’on est censé travailler dans sa circonscription. En plus, il faut écrire des articles, ranger, archiver, retravailler pour le procès de Bordeaux contre l’appel de la direction Sncf. À ce propos, mon oncle Guy, révolté par la dernière audience, a enfin décidé de témoigner sur son terrible voyage vers Drancy.

9-4

Côté « circonscription » justement, je rencontre le maire d’Arcueil, Daniel Breuiller pour discuter… de la 11e circonscription du 94, de l’agglomération du Val-de-Bièvre et, d’une façon générale, de la situation dans le Val-de-Marne où le PCF, dont il pense l’agonie irréversible, risque de faire perdre à la gauche le département et quelques nouvelles villes aux élections locales de 2008. On prévoit de se revoir… après les élections nationales en cours.

Daniel est un ex-communiste, ex-fitermanien (la CAP…), aujourd’hui bovétiste. C’est un cas particulier : il est content que la clarification soit faite entre Bové et les communistes (Buffet, Besancenot). Parlant municipales, il insiste qu’il faut apprendre à mettre les mains dans le cambouis et traiter vraiment les problèmes des gens. Je suis bien d’accord, mais lui fais observer qu’avoir fait le choix de planter les gens dans l’Europe de Maastricht-Nice, plutôt que de profiter des avancées (limitées mais substantielles) du TCE, n’est pas particulièrement faire preuve d’un souci de mettre les mains dans le cambouis. Il me répond en rigolant : « Bon, chacun met sa radicalité à l’étage qu’il veut ! » Certes, encore faut-il comprendre en quoi il était radical d’avoir laisser un demi milliard d’Européens barboter dans Maastricht-Nice.

PacteDeStabilité

Justement, le CHDE (Cycle des hautes études pour le développement économique, organe de formation du ministère des finances), m’invite à un débat avec l’eurodéputé UDF Jean-Louis Bourlanges, Marc Laffineur, député du Maine-et-Loire UMP, et un profeseur allemand, Markus Kerber, sur la réforme du pacte de stabilité. Le Prussien, comme il se désigne lui-même dans un français parfait, explique que le laxisme du pacte de stabilité réformé nous mènera un jour à la catastrophe. Stupéfaction dans la salle : tous les Français s’imaginaient que nous n’avions pas réformé le pacte de stabilité et qu’il reste un corset.

Je leur raconte mon point de vue sur la réforme du pacte de stabilité (réforme que les Verts ont approuvée, même si ce n’est qu’un pas dans le bon sens). Il y a en gros deux problèmes distincts.

D’une part, le choix entre une gouvernance économique fondée sur les politiques « discrétionnaires » d’une instance politique démocratiquement responsable (par exemple, un gouvernement responsable devant un parlement élu : il fait ses choix et, s’il se plante, il perd sa « réputation » et est viré le coup d’après) ou le gouvernement par les règles. Actuellement, la politique monétaire est menée de façon discrétionnaire par la Banque centrale européenne, qui n’obéit à aucune règle, mais se voit fixer des objectifs. Objectifs qu’elle peut même changer : en quelques années, elle est passée d’un objectif d’inflation « en moyenne entre 0 et 2% » à un objectif « inférieur, mais proche de 2% ». Mais elle n’est pas démocratiquement responsable. En revanche, la politique budgétaire était corsetée par des règles : « pas plus de 3% de déficit et retour à l’équilibre en moyenne ».

Et puis il y a le problème du fédéralisme budgétaire européen. À partir du moment où nous ne sommes pas une fédération comme les États-Unis (où Roosevelt avait porté le budget fédéral à un poids suffisamment significatif pour avoir une influence macro-économique), le budget européen ne peut pas servir comme outil de stimulation de l’activité, tout au plus peut-il servir à accélérer des politiques structurelles. En revanche, un système de règles intelligentes, avec une flexibilité démocratiquement contrôlée (par exemple, par le Parlement européen) permettrait de coordonner les politiques budgétaires des États membres, en les incitant à faire du déficit en période de récession et à les résorber en période d’expansion (contrairement à ce qu’a fait Fabius en 2000). Et, en plus, à orienter ce déficit vers les investissements structurels (recherche, éducation, sauvegarde du climat) en ligne avec les orientations de la stratégie de Lisbone-Göteborg.

Comme je l’ai expliqué sur ce site, la réforme du pacte de stabilité en 2005 (qui a pris la forme, non d’une modification de son texte, mais d’une modification de son mode d’application, le « reglement du Conseil ») est un pas dans cette direction.

Jean-Louis Bourlanges n’est pas loin de penser comme moi sur la plupart de ces sujets, ce qui m’amène au problème du positionnement des centristes de l’UDF dans cette présidentielle.

UDF

Je l’ai dit sur ce blog, l’UDF poursuit une politique assez versatile, la déportant tantôt vers l’ultralibéralisme (il y a quelques trimestres elle votait encore les pires horreurs), tantôt vers le centre gauche. J’ai rapporté ici les excellentes interventions récentes de notre collègue Lehideux. Et je ne vais surtout pas me plaindre quand l’UDF se déplace vers la gauche. À mon avis, ce récent recentrage de l’UDF est un « effet européen ». En 2004-2005, les eurodéputés UDF étaient coincés dans un groupe ALDE dominé par les libéraux allemands et britanniques. Aujourd’hui, au sein de l’ALDE s’exprime aussi ce qu’il y a de gauche démocratique, moderniste et pro-européen dans les nouveaux pays de l’Union (notamment en Pologne, en Lituanie), et surtout … la Marguerite, le parti de Romano Prodi, qui, en obligeant toute la gauche italienne à se regrouper autour de lui (y compris Rifondazione Comunista), a battu Berlusconi. Et ce modèle Prodi est évidemment le pari de Bayrou.

De là à penser qu’il serait raisonnable de miser sur l’UDF pour faire battre Sarkozy, il y a un pas que je ne me résoudrai pas à franchir, à moins d’y être obligé. Rappelons qu’en 1995, à la fin de la seconde présidence Mitterrand, après la renonciation de Jacques Delors, certains au PS avaient tenu le même raisonnement en souhaitant opposer Raymond Barre à Jacques Chirac… C’est vrai que, sur le papier, il est plus facile de faire gagner au second tour un centriste qu’une femme de gauche, face à un enragé de droite ! Dans un duel Sarkozy-Bayrou, Bayrou entraînerait beaucoup de ceux qui ont préféré Chirac à Le Pen en 2002. Mais le problème, c’est qu’il ne suffit pas de gagner l’élection présidentielle, il faut gagner pour faire quelque chose, et pour cela il faut remporter les élections législatives sur un programme de transformation. Or les députés de Bayrou sont élus dans des circonscriptions de droite, par des électeurs de droite. On peut concevoir, si nécessaire, de construire une majorité parlementaire avec eux une fois qu’ils sont élus. Avant, et sauf à retirer le candidat socialiste dans les circonscriptions où ni l’UDF ni le PS ne peuvent battre l’UMP, c’est plus difficile !

On retrouve là la catastrophe structurelle provoquée par Jospin avec « l’inversion du calendrier électoral ». Les alliances pour l’élection décisive (celle à l’Assemblée nationale, car la constitution française reste parlementariste) ne peuvent être négociées qu’à tête reposée, avant les élections. En commençant par la présidentielle, on oblige la gauche à se diviser avant de s’unir et même de négocier.

LePS

Et ce qui est le plus inquiétant dans cette campagne, c’est que la gauche, toutes tendances confondues, ne présente pas un visage tel que l’on puisse penser qu’elle représente une alternative de gouvernement soutenue par une majorité parlementaire quelconque.

Ne nions pas que, dans ce chaos de la gauche, l’attitude de certains « grands élus verts » porte sa part de responsabilité. Quand la moitié des eurodéputés Verts appelle publiquement à voter Hulot après la désignation de Dominique Voynet, quand la moitié des sénateurs verts, après le referendum interne qui avait choisi le Oui, appelle publiquement à voter Non, et aujourd’hui (plus discrètement il est vrai) penche plutôt pour Bové, quelle crédibilité, quel pouvoir de négociation reste-t-il aux Verts vis-à-vis du PS ?

Ne nions pas non plus que les nouvelles fractures (sur le foulard, sur l’Europe) apparues à gauche minent sans doute son attractivité pour un bon bout de temps.

Mais, sur le court terme, la responsabilité du PS dans la situation à gauche est écrasante. Ce qui plombe Ségolène, c’est d’abord et avant tout l’attitude du Parti socialiste, qui refuse énergiquement d’afficher avec qui il veut gouverner. Ou plus exactement, le PS affiche sa volonté de ne gouverner qu’avec le MRG, le MRC et le PCF (bref, l’Union de la Gauche de 1972), bloquant, au niveau des signatures des maires, la possibilité de toute autre candidature capable de regrouper les voix qui lui manquent. Vraiment de quoi enthousiasmer les foules altermondialistes et écologistes !

Ah, certes, Ségolène n’a pas, contrairement à Jospin, de problème de premier tour sur son flanc gauche. Elle a un énorme problème de second tour.

Ce qui avait permis la victoire de 1997, que beaucoup (comme Juppé) avaient crue impossible, c’était l’affichage de « l’union de la gauche et des écologistes ». Une coalition sans doute difficile, mais appuyée sur un programme - peut-être insuffisamment précis – d’engagements, dont une série de mesures phares portées en commun et qui pouvaient satisfaire tous les partenaires : les 35 heures, la fermeture de Superphénix, la parité, le PACS…

Aujourd’hui, rien de tel. Qui peut se dire en rêvant : « Si Ségolène passe, j’aurais ça… » ? Un porte-parole de Ségolène, le noniste Arnaud Montebourg, se permet même de rejeter les voix écologistes en promettant la construction de l’EPR et la relance du nucléaire !

Résultat : le problème le plus grave dans les sondages n’est plus cette fois la faiblesse de Ségolène au premier tour. Elle monte ou descend au gré de ses dernières prestations télévisuelles, des incidents de son comité de campagne, des soi-disant bourdes qu’elle commet. Non, le problème de la gauche, c’est que, toutes tendances confondues, Blanche Neige et les 7 nains écologistes ou « anti-libéraux », dans les sondages, elle représente à peine 40 % !

Ce n’est probablement pas que les gens ne veulent plus aller à gauche. Cela veut dire qu’actuellement, la gauche, dans ses différentes composantes, n’est ni crédible ni désirable aux yeux de l’électorat. Elle n’est pas désirable faute d’un programme alliant le social et l’écologique. Elle n’est pas crédible faute d’une alliance solide et proclamée avant la présidentielle, entre les forces qui pourraient constituer une majorité parlementaire.

Et c’est dans ce blocage voulu par le PS que se glisse Bayrou. Supposons que le blocage PS perdure, que le PS persiste à refuser toute négociation sur un programme de législature et parvienne même, horrible scénario, à bloquer toute candidature en dehors de Royal et Buffet. Il s’imagine quoi ? que l’électorat potentiel de Voynet, Besancenot, Bové, fou de rage contre le PS, se reportera docilement sur Buffet et de là sur Royal ? Et pour quelle raison ? Pour battre Sarkozy ? Mais si ce n’est « que » pour battre Sarkozy, le meilleur candidat c’est Bayrou ! et donc, dès le premier tour voter Bayrou, même si cela donne automatiquement une majorité de droite aux législatives de Juin.

Ce « scénario de l’inacceptable » est pourtant « carte sur table », comme on dit au bridge. Heureusement la politique n’est pas le bridge, en ce sens que les femmes et les hommes qui la font peuvent changer la donne. Il ne leur reste plus beaucoup de temps. Quelques jours pour que le PS débloque les signatures des maires permettant l’expression de partenaires sur sa gauche, quelques semaines pour doter l’éventuelle victoire de Ségolène d’un prolongement parlementaire et gouvernemental sur un projet de transformation écologique et social.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve215

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 12 contributions à ce blog.
  • Procès contre l’Etat et la SNCF

    Cher Monsieur,

    Vous trouverez ci-dessous mon article paru dans le journal LE JERUSALEM POST. Je montre comment le procès de votre famille s’inscrit dans l’état du droit depuis 1946.

    Je suis en train de mettre sur pied une équipe de recherche sur Le rôle de la SNCF dans la déportation qui sera financé par la FMS.

    J’ai trouvé des documents intéressants. Avez-vous lu le rapport de l’historien allemand Jochen GUCKES dans la revue de l’histoire de la shoah, Le Monde juif portant sur "Le rôle des chemins de fer dans la déportation des juifs de France" ( 1999) ?

    J’ai aussi trouvé le cahier des charges de la SNCF de 1937. Très intéressant.

    Bien à vous.

    Les procès contre l’Etat et la SNCF, "une justice attendue depuis 60 ans", par Antoine Rappoport.

    Près d’un millier de personnes agissent contre l’Etat et à la SNCF pour l’arrestation, l’internement et le transport des personnes réputées juives de 1941 à 1944. Le juge administratif aura à connaître du sort des familles déportées vers les centres de mise à mort d’Europe de l’Est. Le 6 juin 2006, le Tribunal administratif de Toulouse a reconnu la responsabilité pour fautes de service de l’Etat et la SNCF pour le transport en France et l’internement de personnes considérés comme juives au camp de concentration de DRANCY. Alors que l’Etat a pris acte de sa condamnation à verser 40.000 euros à la famille LIPIETZ, la SNCF condamnée à verser 20.000 euros a interjeté appel. Le Commissaire du Gouvernement Didier PEANO a soutenu la réformation de ce jugement devant la Cour administrative d’appel de BORDEAUX : l’action contre la SNCF est soumise à la prescription de 30 ans et aucune preuve de « fautes distinctes » de l’entreprise dans le transport de la famille LIPIETZ du sud au nord de la France en 1944 n’a été apportée. « L’opération a été ordonnée par l’Etat, c’est donc l’Etat qui doit payer » défend-il. La Cour d’appel administrative de BORDEAUX a décidé de façon exceptionnelle et inattendue de se réunir à nouveau pour réexaminer les faits de l’affaire. Ce sera la plus haute formation de la Cour composée de 7 magistrats, la formation plénière qui reviendra sur les faits de l’affaire LIPIETZ le 30 mars prochain. D’aucuns s’avancent aujourd’hui à déresponsabiliser les services de la SNCF pour le transport de personnes civiles dans des wagons à bestiaux. Il faut beaucoup de temps et de recul pour appréhender la gravité du travail ordinaire et de la collaboration de bureau de la direction de la SNCF et de ses services techniques qui sont très éloignés de l’effroyable réalité des convois et de la résistance courageuse d’une minorité de cheminots. Il faut rappeler que dès 1940, la SNCF avait été confrontée à l’expulsion des Juifs de Bade sur la zone sud et avait demandé qu’un programme établi d’accord avec les autorités allemandes soit arrêté comme toute affaire ordinaire. La SNCF a participé à l’ensemble des grandes réunions décidant de la déportation des juifs de France avec l’Etat français et les autorités nazies. L’horreur des camps d’extermination ne peut seule attirer toute notre attention et nous empêcher de penser et d’entrevoir la question de la responsabilité de la SNCF. La complicité de crime contre l’humanité de la SNCF, rouage essentiel de la déportation serait en effet reconnue si cette personne morale était poursuivie devant la Cour d’assises. Il faut rappeler qu’informée de la nature et de la destination des convois en vue de l’internement à Drancy, puis de la déportation des personnes, la SNCF n’a jamais émis ni objection ni protestation sur l’exécution de ces transports, alors qu’elle protestait contre les réquisitions de trains et matériel par les allemands. La SNCF facturait systématiquement ces prestations de transport à l’Etat au tarif 3ème classe et utilisait à cette fin, comme pour le transport des consorts LIPIETZ de Toulouse à Paris- Austerlitz, des wagons destinés au transport de marchandises ou d’animaux, dont ses agents avaient eux-mêmes obstrué les ouvertures, sans fournir aux personnes transportées ni eau, ni nourriture, ni conditions minimales d’hygiène. La SNCF ne fait nullement état d’une quelconque contrainte susceptible de justifier de tels agissements. Cette dernière n’a pas été réquisitionnée par l’Etat et assurait l’exécution des transports sous le contrôle allemand. C’est ce qui ressort du rapport BACHELIER de 1998 portant sur le rôle de la SNCF dans la déportation des juifs et commandé par la seule SNCF. D’autre part, il serait juste d’étendre le raisonnement touchant la prescription de l’action contre l’Etat à la SNCF. Le délai de prescription court à partir de la publication de l’arrêt PAPON du Conseil d’Etat du 12 avril 2002 pour l’Etat. Depuis l’arrêt GANASCIA du 14 juin 1946, le Conseil d’Etat avait refusé d’assumer la continuité de l’Etat et avait instauré un régime d’irresponsabilité de la puissance publique à raison des agissements commis par l’administration française à l’égard des personnes réputées juives. C’est dans l’affaire PAPON que le Conseil d’Etat a décidé que la responsabilité de l’Etat se trouvait nécessairement engagée à raison des actes ou agissements de l’appareil étatique français pendant l’occupation allemande. D’aucuns ressortent l’avatar du juif cupide en prétendent que les victimes et leurs famille agissent pour l’argent. Il est hors de tout bon sens d’avancer que les justiciables profiteront des indemnités pour leur internement et leur déportation dans des conditions effroyables. D’autres sont satisfaits de la seule condamnation pour complicité de crime contre l’humanité qu’aura connu la France, celle du fonctionnaire Maurice PAPON. Les familles agissent ainsi contre l’Etat français qui a refusé devant le juge administratif de 1946 à 2002 de reconnaître sa responsabilité dans la déportation des personnes considérées comme juives. Ces requérants ne font que suivre le chemin emprunté par les personnes, parties civiles au procès PAPON de la Cour d’assises de GIRONDE. Chacune manifeste son exigence à l’égard de l’Etat. Ce dernier ne doit pas couvrir sa responsabilité en sommant la justice administrative d’assurer son immunité. Les familles privées d’accès à la justice pendant 60 ans ont raison de manifester leur défiance et leurs attentes à l’égard d’un tel Etat. L’argent prélevé par l’Etat doit être utilisé dans le respect de la dignité des personnes. Ces requérants n’ont pas oublié que le régime de VICHY était né légalement de la IIIème République française, lorsque la grande majorité des parlementaires avaient voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. S’agissant de la SNCF, les justiciables exigent de cette entreprise qu’elle prenne la mesure de sa responsabilité dans la déportation des juifs. Cette démarche implique à priori que cette entreprise ouvre l’ensemble de ses archives publiques aux historiens, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à ce jour. En effet, l’historien Christian BACHELIER n’a pas eu accès aux archives des services centraux de la SNCF, comme cela fut également le cas pour l’historien allemand Jochen Guckes qui fut le premier à s’intéresser à cette question. De plus en plus nombreuses sont les personnes internées et déportées survivantes ou les familles des victimes mortes en déportation qui mettent en cause la responsabilité de l’Etat et de la SNCF afin d’obtenir une décision de justice reconnaissant leur responsabilité et les condamnant à verser des indemnités aux familles. Des résistants et des tsiganes se sont rangés aux côtés des victimes civiles juives et tziganes et se sont engagés dans ces procès contre l’Etat et la SNCF. Ils nous rappellent que les déportations par convoi à bestiaux vers les centres de mise à mort de Pologne ont été ont été préparées et organisées par les autorités allemandes et les services de la SNCF. Il est regrettable que cette entreprise soit mise face à son passé devant le juge, alors que les principales entreprises allemandes impliquées dans la déportation ont assumer leur passé depuis longtemps, cette reconnaissance s’appelle le Vergangenheitsbewaltigung en allemand.

    Antoine Rappoport

    antoinerappoport@yahoo.fr


    Lundi 26 février 2007 à 00h29mn44s, par Rappoport Antoine (antoinerappoport@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1363
    • Procès contre l’Etat et la SNCF

      Merci, cher Monsieur, pour cet article qui met bien les choses en perspectives. Je ne connais pas le rapport de Jochen Guckes, savez-vous comment se le procurer ?

      Si vous comptez poursuivre dans cette voie il faudra aussi évoquer le contexte : combien la Sncf demande à la justice pour « atteinte à l’image » quand un journal publie une simple photo de wagon tagué, combien la justice fait indemniser un juge (condamné !) pour un article jugé trop peu favorable du Canard enchainé, la médiocrité des arguments utilisés en France pour contourner l’imprescriptibilité des crimes contre l’Humanité , etc.

      Toute cette histoire est très décourageante, car on a l’impression qu’aujourd’hui tout recommencerait de la même façon, en parfaite bonne conscience…


      Vendredi 9 mars 2007 à 19h35mn37s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1382
  • Présidentielles et/ou TCE, etc.

    Un train de voyageurs, reliant Londres à Glasgow,a déraillé vendredi soir [23 février 2007] et a fait un mort, des dizaines de blessés, dont certains graves. Les trois premières réactions (sur le site de Libération) :

    « Voila ce qui se passe lorsqu’on tient à privatiser les trains... Je vis en Angleterre depuis 6 ans. Les trains roulent encore au diesel sur quasi la totalité du réseau. Les prix sont exorbitants (il est moins cher de monter à Inverness en avion que de prendre le train. And obviously, more secure... »

    « Sur la bonne voie... Alors, camarades néolibéraux il paraît que privatiser les secteurs jadis publics est un bien pour le consommateur...stimulerait la compétition, améliorerait la sécurité et le confort des usagers, baisse des prix...apparemment cette théorie n’a pas l’air de fonctionner à merveille en ce qui concerne les chemins de fer britanniques qui accumulent accident après accident... »

    « Alors les "libéraux" ? Ce n’est pas étonnant, pour tous eux qui ont déjà pris le train en Grande-Bretagne.Hors de prix et vétustes, mais privatisées, les lignes de chemin fer britanniques tueront encore ! Mais les actionnaires s’enrichissent et c’est bien là l’essentiel ! »

    Je n’ai pas pu résister à mettre ce commentaire : Si c’est un mouton - car d’après The Independent ce serait un mouton sur la voie - qui a fait dérailler le train, que ceux qui dénoncent immédiatement la privatisation des chemins de fer m’expliquent comment cet accident aurait été évité si les chemins de fer n’avaient pas été privatisés ! Si l’accident était dû à un mauvais entretien des infrastructures (signalisation ou voie vétuste ou mal entretenue, etc.) ou un matériel obsolète, d’accord. Mais apparemment ce n’est pas le cas. A tout ramener au libéralisme, on en devient ridicule. Pourquoi ne pas dire aussi qu’heureusement pour les Britanniques que les Français ont voté contre le TCE sinon il y aurait eu non pas une personne décédée mais 77 ! Je suis d’autant plus irrité par ces réactions que je suis d’accord avec leurs auteurs : le démembrement des chemins de fer britanniques par Thatcher dans l’objectif de leur privatisation idéologique a été une catastrophe du point de vue de l’efficacité des chemins de fer et de la sécurité de tous (voyageurs, personnels, riverains des lignes).

    Autre ( ?) sujet. Je suis un fervent lecteur de Michel Onfray. J’ai lu votre billet sur son article dans Libération et je partage votre point de vue. Dans son dernier livre – La Puissance d’exister – j’ai eu « quelques difficultés » (euphémisme) pour comprendre comment l’hédonisme commande de voter Bové... Je lui ai écrit. Il m’a répondu : dans mon prochain livre – sous-entendu « achetez-le » - j’explique tout. Pour l’heure, il tient un blog sur http://michelonfray.blogs.nouvelobs.com/ Vous connaissez sûrement : tout sur ton que vous dénonciez dans votre article ! Cordialement


    Samedi 24 février 2007 à 15h43mn28s, par Joke (pj.michall@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1362
    • Présidentielles et/ou TCE, etc.

      Merci pour votre témoignage, qui m’a donné l’occasion de feuilleter votre site bilingue…

      Sur les anti-libéraux : attention, ils vous répondront que les TGV français, parce que la SNCF reste nationalisée, sont capables de heurter une vache sans dérailler ! ah mais !

      Pour Onfray, je partage votre déception, cet auteur m’avait paru il y a quelques années beaucoup plus intéressant. Sa prise de parti pour le Non au TCE et donc pour en rester à la constitution économiquement ultra libérale et politiquement autoritaire de Maastricht-Nice (car lui est assez intelligent pour qu’on ne puisse pas dire « pardonnez lui, il ne sait pas ce qu’il fait ») m’a stupéfié.


      Lundi 26 février 2007 à 17h41mn40s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1364
      • Présidentielles et/ou TCE, etc.

        Aux dernières nouvelles, il s’agirait bien d’un… problème de maintenance des voies : un aiguillage défectueux. Le mauvais fonctionnement du réseau ferroviaire britannique tirerait son origine plutôt dans le démantèlement de British Rail par Thatcher avant la privatisation que dans la privatisation elle-même. Il y a des entreprises de transport privées qui ont d’excellents résultats en matière de sécurité, par exemple les compagnies aériennes.

        A propos de Michel Onfray, j’ai eu un échange avec une internaute sur le blog de Corinne Maier http://corinnemaier.blogs.nouvelobs.com/ Elle me demandait si moi aussi je boycottais le blog de Michel Onfray. J’ai répondu ceci :

        Onfray… Quelle déception ! Quel ramassis ! Et le ton a été donné par Michel Onfray lui-même ! Je ne suis pourtant pas totalement surpris. J’avais littéralement dévoré le Traité d’athéologie. Puis sur le blog d’Alain Lipietz http://bloglipietz.net que je lis régulièrement je suis tombé sur un billet dans lequel Alain Lipietz parle d’un article de Michel Onfray dans Libé du 4 décembre 2006…. http://lipietz.net/spip.php?page=bl... Malgré cet article, je me suis fait offrir – cadeau de Noël – la Puissance d’exister. La première partie – passionnante – parle de son enfance : le « socle » sur lequel il a construit sa pensée d’adulte. Dans la 2ème partie, traite de la philosophie hédoniste. La dernière partie de… politique : anti-libéralisme. Je lui ai écrit pour lui dire que je ne saisissais pas l’enchaînement d’hédonisme à anti-libéralisme. Il m’a répondu d’attendre son prochain livre pour avoir la réponse ! Ma conclusion – provisoire comme toutes les conclusions bien sûr – c’est qu’autant j’ai appris du philosophe autant j’ai rencontré quelqu’un qui n’a rien à apporter en matière politique. Après tout, Le Pen aussi est contre le libéralisme – discours de Lille dimanche !


        Lundi 26 février 2007 à 18h38mn36s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1368
  • Ça va pas fort.

    Alain, tout notre soutien à Francine. J’ai trouvé remarquable ton article paru dans Libé sur Dominique. Tu as su employer un ton juste, des images fortes qui mont rappelé la tonalité de ton livre "l’Audace ou l’enlisement" qui m’avait convaincu de rejoindre les Verts. Concernant ton analyse de la situation politique et de ce que la gauche plafonne à 40% des intentions de vote, je partage aussi ton diagnostic qui n’épargne pas les "égos" boursoufflés de quelques-uns de nos chefs de tente, hélas, trois fois hélas ! Mais je crois aussi plus profondément que la culture de beaucoup de militants de la gauche radicale et écologique reste encore trop exclusivement centrée sur la dénonciation de la situation plus que sur la recherche de solutions. Pour filer la métaphore que tu as choisie, beaucoup en sont encore à croire que le plus efficace est de continuer à sonner le tocsin, mais ne sont pas prêts à porter les seaux (le seront-ils d’ailleurs jamais ?), car ce serait sans doute trop salissant, en bref se compromettre (à leurs yeux). Ce qui est dramatique dans cette situation, c’est que ceux-là seront bien évidemment les premiers à tirer sur celles ou ceux qui ont l’audace d’entreprendre et le courage de persévérer malgré les difficultés de la tâche. Amitiés.
    Samedi 24 février 2007 à 11h37mn39s, par Philippe Delvalée
    lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1360
    • Ça va pas fort.

      Merci Philippe ! on tient (encore)…

      Il y a en effet une posture psychologico-politique derrière tout ça, dont la devise pourrait s’énoncer comme suit : « Si quoi que ce soit finit par advenir en ce bas-monde qui ressemble de près ou de loin à ce que j’ai pu sembler souhaiter, c’est que je me serai mal exprimé ».

      Pierre Radane l’énonce ainsi : « Sommes nous les chroniqueurs de la fin d’un monde ou les prophètes d’un autre monde possible ? » Non pas des prophètes s’adressant à une secte de semblables, mais capables de parler à tous, en les rassurant, en leur expliquant qu’on peut s’en sortir, tous ensemble, que des solutions existent…


      Lundi 26 février 2007 à 17h43mn36s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1365
  • Ça va pas fort.

    Ancien militant des Verts, je viens de découvrir ce blog et j’approuve la pertinence de vos propos. Je me joins à cet autre sympathisant pour vous apporter tout mon soutien et vous souhaiter beaucoup de courage !

    Oui ! La maison brûle et il est vraiment urgent de réagir ! Au lieu de se moquer des porteurs de seaux, il serait plus judicieux d’employer les grands moyens et de faire appel aux pompiers !!! Depuis de nombreuses années, les "écolos" (rêveurs, utopistes, catastrophistes,etc) appuient désespérément sur la sonnette d’alarme ... mais qui donc est à l’écoute ? Les interventions d’Al Gore et de Nicolas Hulot devraient pourtant amplifier considérablement la prise de conscience ... Restons optimistes !!

    Courage !!! et bravo pour tout votre travail au niveau européen ! Je suis et reste du fond du coeur persuadé de la justesse de votre combat et m’engage à voter VERT (Dominique Voynet, bien sûr) !


    Vendredi 23 février 2007 à 19h32mn11s, par Mike59 (m.dereyger1@aliceadsl.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1354
    • Ça va pas fort.

      Merci !! Le problème du passage de la chaîne de seaux à la lance à incendie (ou du « chacun y met du sien » aux politiques publiques) est en fait bel et bien notre problème. Je crois qu’il n’y aura pas de lance si on ne commence pas avec les seaux. Car pour dérouler la lance à incendie , il faut aussi plus de pompiers que nous n’en avons…
      Samedi 24 février 2007 à 00h52mn43s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1357
  • Ça va pas fort. Mais comment faites-vous....

    Votre compagne ne "va pas fort"... La SNCF continue de se moquer...Comment faites-vous pour trouver le temps et l’énergie pour commenter la campagne électorale ? Courage ! Bien à vous
    Vendredi 23 février 2007 à 16h46mn36s, par Joke
    lien direct : http://lipietz.net/?breve215#forum1353
Calendrier des blogs
<< février 2007 >>
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272812345
23/02: Ça va pas fort.
17/02: Excellente semaine à Strasbourg pour le développement soutenable
12/02: Bordeaux : coup de théâtre !
9/02: Confédération paysanne. Négociations CAN. Marchés publics.
2/02: Petits rapports. Présidentielle.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: