Le hoax déplaisant de Rue 89


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 10 décembre 2011

Après la « crise » autour de la campagne Joly, il y a quinze jours, la rédaction de mon livre sur la Crise (la vraie), à partir de mon texte de septembre, prend du retard. Il faut répondre à quantité de débats-télé et d’interviews (parfois plusieurs par jour), sans compter les réunions-débats à animer.

L’une d’elles m’a valu cette semaine une mésaventure que je croyais aujourd’hui impossible. J’avais été victime, il y a quelques années, d’un lynchage médiatique s’appuyant (entre autres) sur une interview improvisée et tronquée. J’avais appris depuis à distinguer divers types d’entretiens (interviews en direct, interview avec reprise partielle, conversation d’information et d’analyse en off) et surtout le coût, pour un mouvement politique, de « jouer perso » en tapant sur un-e rival-e. Aujourd’hui retraité, je n’ai plus aucune ambition mais, militant écologiste, je continue à me battre pour les succès les plus concrets possibles de mon mouvement.

Or donc, lundi dernier, j’accepte un déjeuner « off » avec une journaliste du site Rue 89 qui suit Europe-Ecologie Les Verts. Déjeuner agréable et détendu. Notre conversation roule sur les thèmes traditionnels (la campagne d’il y a 15 jours contre Eva Joly est-elle la reprise de la campagne de 2001 contre ma candidature, les allégations dans la presse contre la faillite financière des Verts qui les obligerait à se « vendre « au PS pour une bouchée de pain programmatique, etc.) Je démonte longuement ces allégations : on peut contester l’ambition de telle ou tel négociateur qui peut le/la conduire à ne pas être trop regardant sur le programme, le cumul des mandats et fonctions chez certains qui se traduisent en cumul des revenus, etc. Mais les problèmes de fond ne sont pas là.

A mon sens nous avons deux problèmes de fond.

D’abord, notre pauvreté. Nous sommes la seule formation à n’accepter aucun financement d’entreprises, même légal. C’est la condition de notre indépendance. Donc nous devons compter lourdement sur le financement public. Or il a bien fallu « tenir notre rang » après le succès des européennes, et certains organisateurs ne se sont pas rendu compte de l’exiguïté de notre budget, dépendant du nombre de députés de 2007.

Ensuite, la différence entre la génération des « fondateurs » et la génération de dirigeants actuels. Les fondateurs avaient, par définition, « fait quelque chose » pour l’écologie (mené des luttes, écrit des livres…) avant de devenir des dirigeants politiques des Verts. Maintenant on voit apparaitre des dirigeants entrés dans un parti « déjà là », qui n’ont jamais fait de travail politique externe à un parti, et dont la réussite personnelle se mesure à un cursus interne, débouchant un jour sur des gratifications publiques (médias, postes d’élus, etc).

Phénomène aggravé par une évolution générationnelle : les jeunes 68ards rêvaient, d’une part, à la réussite de leur militantisme dans la société, et à titre personnel d’un accomplissement professionnel : soit, pour la plupart des étudiants : comme intellectuels, donc mesuré en termes de publications, de rang et de prix académiques, etc. Le "champ intellectuel" comme disait Bourdieu, leur était grand ouvert. Les cadres politiques d’aujourd’hui (où le prestige de l’intellectuel français tend à disparaître), songent à une réussite dans une carrière politique (député, sénateur, ministre, etc). En somme, un parcours typique du PS et des son mouvement de jeunesse, le MJS.

Le lendemain, la journaliste me fait part de son intention d’organiser un jour une vraie interview : « Joly-Lipietz : similitudes et différences ». Mais le jeudi soir, alors que je commence une réunion de formation « sur les fondamentaux » pour les EELV Paris, elle me téléphone « Finalement je fais un article de notre conversation, je vous l’envoie par mail ». Assez mécontent du procédé (mais je n’y peux plus grand chose), et alors que la réunion commence, je corrige rapidement quelques formulations sur mon iphone et retourne à mon exposé.

Le texte place par exemple dans ma bouche la phrase : « Ils ont le profil MJS... des gens qui n’ont jamais travaillé ailleurs que dans le parti, qui sont arrivés trop jeunes en politique. Moi, en 68, je rêvais d’être prix Nobel, eux ils rêvent de devenir ministres et vendraient père et mère pour y arriver.” Raccourci assez saisissant de notre conversation, analyse sociologique du MJS pas très gentille pour les chers camarades issus du MJS (où je sais que s’activent plein de jeunes idéalistes, pas différents du tout de notre jeunesse) mais bon… « licence journalistique ». La référence initiale à Mallarmé du projet d’article montre que la journaliste sait ce qu’il en est des différents nivaux de langage.

Le lendemain je pars pour la Sarthe : je dois présenter mon livre La Sncf et la Shoah pour les terminales du lycée de La Flèche, et le soir débat public sur la crise et la conversion verte. Les lycéennes et lycéens m’écoutent, deux heures, dans un silence religieux (leur prof leur a déjà fait rencontrer une rescapée). On pique-nique sur place avant la conférence, avec le groupe EELV très sympathique, quoique tout récent. Ça se reflète dans leur succès : 75 à 80 personnes de tous âges, questions riches, intervention souriante du candidat local Thierry Pradier, enthousiasme à la fin de la réunion.

Mais toute cette après-midi je dois gérer mon agacement : des sms et appels téléphoniques indignés me parviennent de la direction.

Rentré chez moi ce matin, je découvre pour de bon l’article de Rue 89 qui a agité notre bocal, avec un titre à scandale tiré d’une phrase de l’article remanié :

Alain Lipietz : « Cette bande des quatre a le profil MJS... Des gens qui n’ont jamais travaillé ailleurs que dans le parti, qui sont arrivés trop jeunes en politique. Moi, en 68, je rêvais d’être prix Nobel ; Cécile Duflot est à la botte du PS et est prête à vendre père et mère pour devenir ministre.  »

Bigre… L’analyse rapide d’une génération politique transformée en attaque personnelle publique ! C’est tout différent. L’article n’a plus rien à voir, ni dans la lettre ni dans l’esprit, avec le texte proposé l’avant-veille par la journaliste.

Je téléphone à la journaliste ; elle est très embarrassée. Malgré sa résistance (à elle), son rédacteur en chef a voulu rendre l’article plus "croustillant".

Je n’avais pas conscience de la violence des rapports sociaux dans ces nouveaux medias… Je m’indigne néanmoins d’un tel manque de déontologie. Selon son redac chef, dit-elle, elle n’avait même pas à me faire relire ma soi-disant « interview ».

Abîmes de réflexions sur la morale de ce rédac chef. Il est assez intelligent pour ne pas ignorer la distinction entre une déclaration publique (en l’occurrence : une injure publique, de la part d’une « voix » des Verts, à la secrétaire nationale de son mouvement) et une conversation off où on échange librement des bribes d’analyse « in process », de comparaisons interrogatives, de plaisanteries captant un petit bout de réalité, comme sur la socialisation des cadres issus du MJS et le comportement des dirigeants Verts. Et il assigne à ses salariés la mission de fabriquer à partir de ces bribes des déclarations tonitruantes, dans l’espoir qu’elles soient reprises dans d’autres medias, ce qui fera des « clicks » sur Rue 89 et validera son « business model ».

Et les lecteurs dans tout ça ? Ils n’ont pas le droit à des déclarations, des analyses réfléchies, à coté des cancans qui envahissent tout le web ?

Car le bilan de ce coup de force journalistique est consternant. Une femme (Cécile Duflot) qui semble insultée publiquement par une personne écoutée, et plutôt rompue aux pièges des « vraies interviews », une journaliste discréditée dans son respect du off et de la parole donnée, un media nouveau (Rue 89) qui cherchait à s’affirmer comme un vrai journal purement « sur le web », qui cherchait à s’extraire du statut sulfureux du web (entre les paroles qui s’en vont et les écrits qui restent, entre les déclarations assumées et les bruits de chiotte) et qui retombe dans le tout venant des blogs invérifiables, colporteurs de hoax et de toutes les théories du complot...

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve445

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 23 contributions à ce blog.
  • confidence pour confidence

    bonjour Alain,

    A la suite, tu trouveras une partie de la lettre ouverte aux adhérents Verts que j’ai envoyée la veille de ma démission du poste salarié que j’occupais chez les Verts Ile-de-France.

    Je conteste totalement tes affirmations sur la pauvreté des Verts, je parlerais quant à moi de mauvaise gestion. La relève générationnelle chez les Verts s’est faite de façon extrêmement brutale, par le bas d’abord avant d’atteindre les vieux éléphants comme toi.

    Tu te souviens du poème de Martin Niemöller ?.

    Vous êtes partis avec une idée simple : il fallait rajeunir les Verts et vous vous êtes jetés dans les bras de Jeanne d’Arc.

    La jeunesse pour programme, franchement, moi aussi je t’ai trouvé bien naïf.

    Un peu dépassé aussi, sans doute ?

    Dominique Vincent

    A tou/tes les adhérent/es

    Ceux que je connais personnellement et les autres

    Je voulais vous dire au revoir car c’est ma dernière journée chez les Verts.

    En effet, j’ai démissionné à partir du 1er avril 2010.

    A 2 ans de la retraite je ne l’ai pas fait de gaîté de cœur, j’aimais mon travail mais les conditions de son exercice n’ont cessé de se détériorer depuis le 18 décembre 2007 date à laquelle le Secrétariat régional a réuni le personnel pour nous demander « de bien vouloir étudier toutes sortes d’ économies réalisables sur tous les postes du budget ».

    Trois semaines plus tard, le Secrétariat annonçait que « la prochaine étape du processus en cours est une rediscussion au sein du Secrétariat régional des possibilités de réduction de la masse salariale ».

    En même temps les Verts nationaux concrétisaient le licenciement de 8 de leurs 20 employés.

    Depuis les choses n’ont cessé de se dégrader.

    En 2009, à bout de forces, j’ai demandé un congé sans solde de 4 mois, on me l’a reproché ensuite : "ton remplacement a coûté cher", on m’a aussi reproché d’être d’un syndicalisme délirant, il faut dire que j’avais fait remarquer que la fixation des salaires était étrange et injuste.

    Le mode de management n’a rien à envier au privé, je vous l’affirme : le projet social proposé par les Verts n’a pas vocation à s’appliquer aux salarié/es.

    Il est probable que le service rendu aux adhérent/es sera moindre je voulais vous expliquer pourquoi : l’intendance ne suit plus.

    Au revoir

    Dominique Vincent


    Mercredi 14 décembre 2011 à 02h41mn48s, par Dominique Vincent (dominique.marie.vincent@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4190
  • Le hoax déplaisant de Rue 89

    Alain,

    Tu as quand même l’habitude des journalistes. et même dans les revues les plus "scientifiques" il y a possible déformation... C’est la règle des médias... et de la petitesse de l’esprit humain... Quand on est spécialiste d’un sujet, on lit toujours des âneries sur ce sujet. Quand on est spécialiste de pas grand chose, soit on garde l’esprit critique, soit on avale des couleuvres. Après sur ce que tu as dit, voulu dire, laisser entendre, cru faire comprendre... On sait bien qu’il y a de la marge "lexicale" mais en gros tu penses quand même un peu que la quête du pouvoir est bien dans nos rangs (EELV)... Est-ce le pouvoir pour faire avancer nos projets (EELV) ? Pour faire avancer mon projet ? Pour faire avancer mon carnet d’adresses, mon compte en banque et mon pouvoir sur autrui ? Là est la question !


    Mardi 13 décembre 2011 à 17h06mn14s, par Yves Peutot (yvespeutot@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4186
    • Sur la bureaucratisation dans EELV

      Il y a un peu de tout ça à mon avis, mais de là à tuer "père et mère " :-)

      Sur le fond, je me suis déjà largement exprimé sur ce site et ce blog, non ? Je pense y avoir été un des premiers à y dénoncer l’oligarchie, thème aujourd’hui largement repris.


      Mardi 13 décembre 2011 à 18h01mn44s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4188
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 Si cela vous intéresse, j’ai développé une réponse assez longue sur Rue89, et Sophie Verney-Caillat m’a répondu : http://www.rue89.com/comment/2812709#comment-2812709. C’est le point de vue de quelqu’un d’extérieur, appréciant Rue89 (mais moins ses évolutions récentes), appréciant les quelques interventions que j’ai vues de vous, mais n’ayant jamais voté EELV. Vous pourriez aussi corriger ma vision des choses si vous l’estimez fausse. Cordialement.
    Lundi 12 décembre 2011 à 07h27mn49s, par Irfan (irfanophile@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4178
    • Le hoax déplaisant de Rue 89 Comme on dit dans la vie, il n’y a pas de fumée sans feux !
      Lundi 26 décembre 2011 à 15h37mn07s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4200
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 C-A-N-U-L-A-R pas hoax. Ce n’est pas difficile pourtant ! Et tellement plus joli !
    Dimanche 11 décembre 2011 à 13h49mn16s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4175
  • Le hoax déplaisant de Rue 89

    Le site Rue 89 n’a jamais réellement fait du journalisme. Les articles y sont régulièrement assez mauvais.

    Le site est surtout intéressant par les commentaires et les débats entre ceux qui commentent les articles et qui souvent les corrigent.


    Dimanche 11 décembre 2011 à 11h15mn53s, par Orangerouge (denisse@noos.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4174
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 Faut-il encore en 2011 que vous découvriez les yeux éberlués que la presse, y compris sinon plus, celle branchée et "online" est un secteur sinistré qui n’a pour seule ambition que de vendre de l’info en barquette ? C’est un retard presque coupable intellectuellement. Peut-on encore se permettre d’avoir des dirigeants politiques à ce point naïfs et dupes du système intellectuel et médiatique d’aujourd’hui... Bienvenu en 2011
    Dimanche 11 décembre 2011 à 06h49mn22s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4170
    • Un redac chef piégé par internet Ce que l’on découvre de nouveau , c’est qu’à l’heure de l’internet, un redac chef croit encore pouvoir publier une interview bidonnée, alors que toutes les traces antérieurs sont laissées par sa journaliste entre les mains du soi-disant interviewé !
      Dimanche 11 décembre 2011 à 11h04mn00s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4173
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 mais non c’est pas une erreur , les verts depuis le début coupe les têtes de manière continue et régulière , un peu a la manière des bolchevicks , en plus doux, nous les anciens adh de la loire on le sait , on l’as vécus. alain du dit juste la vérité , mais toi tu as fait quoi pour éviter cela yves scaviner saint etienne loire
    Dimanche 11 décembre 2011 à 06h47mn28s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4169
  • Le hoax déplaisant de Rue 89

    Bonjour, Je suis le rédacteur en chef de Rue89, que vous mettez en cause dans ce billet sans même me connaître.

    Pour que vos lecteurs, voici un lien vers notre version de cet épisode, qui en dit plus long sur la folie qui secoue actuellement EELV que sur la prétendue dérive de la presse à l’heure des "fantômes de l’internet".

    http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2011/12/11/alain-lipietz-et-rue89-retour-sur-un-entretien-qui-fait-polemique


    Dimanche 11 décembre 2011 à 05h52mn27s, par Pascal Riché (priche@rue89.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4168
    • La réponse du rédacteur en chef de Rue 89

      Cher Monsieur

      Je suis la personne que vous mettez en cause sur votre site sans meme me connaitre. Il n’est pas banal qu’un directeur de presse exige un droit de réponse contre un de ses propres "personnages". Le web permet à tout de répondre à tous en une vaste toile auto-réflexive. J’accorde bien volontiers asile, sur mon forum, à un lien vers votre site !

      Cordialement.


      Dimanche 11 décembre 2011 à 06h50mn39s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4171
    • Cher Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89

      Cher Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89,

      Habitué du blog d’Alain Lipietz, je vous avoue que je me contrefiche de ce que Rue89 pense d’EELV et de l’accord EELV/PS.

      Je souhaite par contre savoir si vous pensez qu’Alain Lipietz ment dans sa relation de l’incident.

      Ce que, malheureusement, votre commentaire ne dit pas.

      Car, peut-être avez-vous mal lu, le sujet de son article est Hoax déplaisant de Rue89 et non EELV ou l’accord EELV/PS - sujet auquel il a déjà consacré pas mal d’articles.

      Nous ferez-vous l’honneur d’une réponse ?

      Très cordialement ;


      Dimanche 11 décembre 2011 à 10h59mn33s, par Joke (joke@no-log.org)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4172
      • Cher Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89

        Bonjour,

        Il n’y a évidemment aucun "hoax" ou "bidonnage".

        Deux points, notamment, ne correspondent pas à la réalité :

        1) Le déjeuner n’était off. La journaliste le lui a demandé, il a répondu : "J’ai ma liberté de parole". 2) La phrase controversée (Duflot vendrait père et mère, etc) a bien été prononcée. Les notes de notre journaliste en font foi. Selon elle, "Non seulement cette phrase a été prononcée, mais elle traduit bien sa pensée ; simplement la voir résumée en titre, forcément ça grossit le trait et ça fait plus mal." Je vous renvoie à ses commentaires sous la mise au point de Pierre Haski.

        Cordialement


        Lundi 12 décembre 2011 à 09h42mn57s, par Pascal Riché (priche@rue89.com)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4179
        • Désolé, Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89

          Bonjour Pascal Riché

          je ne vous connais pas ni ne connais Pierre Haski, et vous ne me connaissez pas. Je suis désolé si j’ai confondu vos fonctions au sein de Rue 89 et si je n’ai donc pas compris qui a exactement contraint la journaliste de Rue 89 à bidonner son texte. Je vous réponds directement sur mon site


          Lundi 12 décembre 2011 à 13h29mn38s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4180
        • C’était bien la peine de quitter Libération... M. Riché, Aucun instrument de mesure ne saurait calculer le niveau de votre mauvaise foi. Tout le monde a bien compris que ce qui était convenu, c’est qu’Alain Lipietz (que je ne connais pas au demeurant) pourrait relire l’article de votre journaliste. Or, il apparait que vous avez fait modifier l’article après relecture. Votre notion du "off" est curieuse. Ce qui est "off", c’est ce qui n’est pas avalisé par l’interviewé. Quand bien même Lipietz aurait prononcé au cours du repas avec votre journaliste les "terribles paroles" contre Cécile Duflot, que vous survendez en en faisant un gros titre (au passage, aucune révélation, tout le monde voit bien qu’elle a les dents qui raient le parquet) , c’est tout à fait différent de le revendiquer comme une parole publique. C’est là qu’est la trahison. Si l’on demande à relire un article, c’est bien pour maîtriser sa parole publique, non ? Vous et votre compère Haski ne cessez de fustiger la presse écrite traditionnelle. Vous revendiquez de proposer, sur le net, une nouvelle presse, plus attractive et plus moderne. Permettez-moi de vous dire que vous appliquez les mêmes recettes faisandées que celles qui sont en usage dans la presse crapoteuse traditionnelle. C’était bien la peine d’avoir quitté Libération si c’est pour faire encore pire que du sous-Demorand sur la toile. Comme Lipietz, je crois que votre vision à courte vue n’est pas porteuse d’avenir et qu’à plus ou moins long terme Rue 89 va plier boutique. Dommage pour les malheureux précaires que vous avez embarqué dans l’aventure (encore un point commun avec la presse traditionnelle : l’exploitation de la précarité).
          Mercredi 14 décembre 2011 à 12h17mn06s, par Gilbert Duroux (g.duroux@laposte.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4194
      • Cher Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89

        Très sympa ce blog, où peut on trouver plus d’information sur ce sujet ? Merci,

        A+ !

        e;">

        Faculté mutuelle la question cameroun plantain au complémentaire banane

        Celui de la justice (jeunesse agricole pour la temps elles seront de presse.


        Mardi 19 juin 2012 à 07h02mn03s, par Chistelle
        lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4367
        • Cher Monsieur le Rédacteur en Chef de Rue89 Il y a deux articles hors blog, à lire dans cet ordre : celui-ci et celui-là
          Mercredi 20 juin 2012 à 06h37mn36s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4368
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 Et dire qu’il y a peu, un ami s’étonnait que je ne m’informe pas (mieux) sur rue89 ! "Tellement plus libre, tellement moins lèche-bottes que les media officiels, etc."
    Dimanche 11 décembre 2011 à 05h50mn48s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4167
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 dommage, l’analyse que vous sembliez développer sur Rue89 était bonne.
    Samedi 10 décembre 2011 à 16h09mn20s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4165
  • Le hoax déplaisant de Rue 89 Je ne vois pas bien ce que serait "le financement d’entreprises, même légal." ?? Tout financement d’entreprise est interdit.
    Samedi 10 décembre 2011 à 15h01mn52s, par Djulian (julien.lecaille@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4164
    • Financement par les entreprises. Exact, depuis 1995, mais nous avions pris la décision bien avant.
      Samedi 10 décembre 2011 à 18h46mn42s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4166
      • Financement par les entreprises.

        Il y a bien des années, j’ai assisté aux procès en diffamation intentés (et tous perdus, sauf un) par Brice Lalonde, après la révélation par les médias de l’affaire de ses candidats-bidons aux législatives.

        J’avais eu la surprise d’y apprendre que le financement de son parti "Génération-Écologie" incluait des versements de sommes très importantes, par des multinationales dont l’activité et le comportement étaient aux antipodes de l’écologie. Cela fait bien longtemps et je n’ai plus les noms en tête, mais c’était du genre Thomson, Total ou Rhône-Poulenc.

        Ces infos émanaient de comptes publics, je suppose qu’elles ont été reprises aussi dans certains livres ou articles. À l’audience, elles avaient peut-être été exposées par Karl Laské ou Vanessa Schneider, de Libération, qui étaient deux des journalistes poursuivis.


        Vendredi 16 décembre 2011 à 06h23mn01s, par Témoin
        lien direct : http://lipietz.net/?breve445#forum4196
Calendrier des blogs
<< décembre 2011 >>
lumamejevesadi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
10/12: Le hoax déplaisant de Rue 89
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: