Colombie, UICN, Biodiversité

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 21 septembre 2006

Encore une de ces semaines qui me rendent malade de fatigue…

Lundi après midi, réunion des eurodéputés Verts français à Bruxelles avec le Collège exécutif des Verts, les parlementaires nationaux, et notre candidate Dominique Voynet. On met au point notre participation à sa campagne.

Le soir, dîner assez drôle avec le Vice-président de la Colombie, Francisco Santos . Il y a là le Vice-président du Parlement européen, Dos Santos (nous sommes donc trois Santos…), et plusieurs membres de la délégation pour la Communauté andine. Franscico Santos est extrêmement sympathique : il est la face de « l’uribisme » tournée vers les ONG. Je lui fais part de notre projet d’organiser en novembre, à Bogota, un colloque sur la « justice transitionnelle », c’est-à-dire les lois d’amnistie qui essaient de ne pas être des amnésies et de respecter les principes de vérité, justice et réparation. « Très importante initiative ! » s’exclame-t-il.

Un peu plus tard, je reprends ma casquette d’économiste : « Puisque la négociation d’un accord d’association entre l’Union européenne et la Communauté andine va s’accélérer, il faut que vous songiez à nous faire une nouvelle proposition sur le problème des bananes. » « Excellente idée, dit-il, mais notre peuple n’est pas au courant de cet accord d’association. On pourrait faire un événement médiatique quand vous viendrez pour votre colloque sur la justice transitionnelle… — Brillantissime idée ! réponds-je ». C’est alors que l’ambassadeur de Colombie auprès de l’UE se fâche : « Mais nous sommes contre votre colloque sur la justice transitionnelle ! C’est un moyen de critiquer notre loi Justice et Paix ! » J’essaie d’amadouer l’ambassadeur. Le Vice-président semble tétanisé. A la fin du repas, chacun repart sur ses positions. Nous bavardons entre eurodéputés, assez estomaqués par ce spectacle d’un ambassadeur critiquant en public son Vice-président. « Mais Alain, m’expliquent les Espagnols, le Vice-président a pour boulot de montrer un visage humain, tandis que l’ambassadeur est un ancien ministre de la police ! »

Mardi, discussion en groupe Vert sur notre tactique pour décrocher le Prix Sakharov pour Ingrid, les otages colombiens et les associations qui les défendent, et sur notre tactique sur le rapport Rapkay sur le livre blanc de la Commission sur les services publics. À ma grande satisfaction, je constate que les Vertes allemandes les plus « réalos » tirent la position des Verts vers la position des Français, et sont pour déposer des amendements durcissant le rapport Rapkay, qui, lui, cherche à obtenir un consensus sur les formules assez vagues (mais toutefois acceptables) avec la droite. Bon, il ne faut pas s’affoler, ce n’est jamais qu’un Livre blanc…

Mardi soir et mercredi soir à Bruxelles, jeudi à Paris, dîners et réunions avec divers lobbies : j’y reviens dans mon prochain billet. J’insiste sur le caractère non péjoratif du mot « lobby » dans notre jargon : nous appelons ainsi n’importe quelle démarche de la part de la société civile (ou même d’une autre institution) visant à faire valoir des propositions ou des intérêts auprès des élus. C’est tout à fait normal ici, car nos circonscriptions sont immenses et nous légiférons sur un ensemble de 460 millions d’habitants.

Je dois quand même faire un aller-retour à Paris mercredi après-midi, pour le colloque Biodiversité et coopération européenne au développement (dont Libération a largement rendu compte). Il est organisé par les responsables de la coopération français et européens, et par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Je préside l’atelier 6 sur « Commerce international et biodiversité.

Je souligne d’entrée qu’il ne s’agit pas de discuter de « commerce international et développement », sujet très controversé ( ! ), mais uniquement des aspects commerce et protection de la biodiversité. Je rappelle que, pour sauver les éléphants, il a fallu interdire le commerce de l’ivoire qui est pourtant la base d’un des arts les plus anciens de l’humanité. Faut-il, pour sauver les forêts de bois exotiques, interdire le commerce de ces bois ? Telle est la question posée dans toute sa crudité.

Le débat est extrêmement intéressant. Je rassemble les conclusions qui doivent être intégrées dans la « Déclaration de Paris » :

- La biodiversité est toujours multifonctionnelle. Les civilisations humaines qui l’ont léguée à notre génération sont toujours présentes, et en vivent. Toute réglementation visant à protéger la biodiversité au nom d’intérêts plus globaux ne pourra être défendue qu’avec leur participation active.

- Il faut renforcer les capacités nationales à concevoir, mettre en oeuvre et défendre des politiques appropriées et des systèmes réglementaires assurant la cohérence entre réglementations environnementale et commerciale, tout en promouvant le développement soutenable.

- Le commerce international peut mettre en péril la biodiversité soit par une pression excessive sur une ressource vivante, soit en induisant un changement de l’usage des écosystèmes. Les accords de commerciaux, à l’OMC ou dans les « Accords de Partenariat Economiques » doivent donc être précédés et accompagnés de l’étude de leur impact environnemental, économique et social, et doivent être compatibles avec la Convention sur la Bio-Diversité.

- Quand la menace vient d’une ponction excessive, la mise en place de quotas ou d’interdictions doit être accompagnée des moyens légaux, y compris douaniers, afin de les faire respecter. La certification ne doit pas être exceptionnelle ou optionnelle, elle doit être normale, et le grand public doit en être informé et impliqué.

- Tout subside ou obligation internationale encourageant les productions défavorables à la défense de la biodiversité doivent être bannis.

- Au contraire, il faut valoriser les usages non-marchands et les usages éco-compatibles des écosystèmes bio-divers : écotourisme, rémunération des puits de carbone, de la propriété intellectuelle communautaire de la biodiversité, etc.

- Il convient de défendre les entreprises soumises à ces contraintes contre la concurrence des entreprises de pays ne les respectant pas. En conséquence, chaque fois que possible, il faut privilégier les accords multilatéraux qui placent les compétiteurs sur un pied d’égalité, et, faute d’accords globaux, privilégier les accords interrégionaux.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve169

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< septembre 2006 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
28/09: Services publics : désastre à Strasbourg
23/09: L’insoutenable bonne conscience de la SNCF
21/09: Colombie, UICN, Biodiversité
18/09: ICV. Benoît XVI
15/09: Des socialistes insupportables
10/09: Moyen-Orient, Doha, Sncf, Ingrid : dures nuits à Strasbourg.
3/09: SNCF et Shoah : c’est reparti !
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: