Tiers secteur à Forcalquier

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 29 septembre 2005

Eh oui, je sèche les votes du jeudi à Strasbourg : certains journalistes français, qui ne s’intéressent qu’à notre présence pendant ces quelques heures par mois, vont encore me rétrograder. Je m’épuise à leur dire que le vrai travail se fait à Bruxelles, et que la semaine de Strasbourg, on est parfois retenu par d’autres tâches… Aujourd’hui, j’assure le service après-vente de mon rapport sur l’économie sociale et solidaire. La région Provence Alpes Côte d’Azur organise aujourd’hui (à l’initiative du conseiller régional Vert Philippe Chesneau) une journée de séminaire à Forcalquier sur ce sujet, et tenait à m’avoir.

Forcalquier est en quelque sorte le berceau de la nouvelle économie sociale et solidaire. Grâce à ses méthodes, le tiers secteur a fait revivre les Alpes de Haute-Provence. Je ne suis donc pas étonné de trouver ce matin dans la salle plus de 500 personnes.

Je résume en quelques mots l’histoire, les valeurs et les principes de l’économie sociale et solidaire. Le débat s’ouvre. Tout de suite, deux critiques fusent de la salle, dont l’inspiration est évidente : « Mais, enfin, l’économie sociale et solidaire, on en fait parce qu’on ne peut pas faire autrement. Ça devrait être à l’Etat, à eux, de faire tout ça. » Et puis : « C’est bien gentil d’appeler à la solidarité et à la réciprocité. Mais croyez-vous que ce soit possible dans le cadre du capitalisme ? Le capitalisme peut-il s’amender ? Ou ne faut-il pas une vraie rupture ? En refusant la concurrence libre et non faussée, les Français ont en tout cas clairement répondu le 29 mai. »

Je reste bien calme. « Pour ce qui est du vote du 29 mai, les Français ont choisi de refuser un traité, le TCE, et ce choix impliquait de garder le traité de Nice. Je ne sais pas si entre les deux il y a une vraie rupture, mais en tout cas le traité de Nice parle de concurrence « ouverte », alors que, à la demande de la Confédération européenne des syndicats, cette expression a été remplacée dans le TCE par concurrence « non faussée ». Non faussée, ça veut dire sans dumping social, écologique et fiscal, sans subvention déloyale. Les travailleurs de la SNCM, société publique avec des contraintes de services publics, qui vient d’être mise en faillite par la concurrence que lui fait Corsica Ferries, une entreprise italienne privée mais néanmoins subventionnée, apprécieront cette préférence pour la concurrence ouverte et faussée.

En ce qui concerne le tiers secteur dans sa rivalité avec l’Etat, il faut quand même tirer le bilan du XXe siècle. Karl Marx et Lénine étaient pour la destruction de l’Etat. Au début du siècle, Jean Jaurès proclamait : « L’Etat est la coopérative suprême vers laquelle tendent comme vers leur limite toutes les autres coopératives ». Mais il faisait une claire distinction entre l’économie sociale, qu’il voulait construire à base d’associations et de coopératives, et l’Etat. Le XXe siècle a donné la priorité à un socialisme d’Etat. Ça n’a pas marché. Je crois que nous irons vers une nouvelle société, solidaire et écologiste, en construisant une économie plurielle : il y aura toujours de la place pour les entreprises et le marché, mais il faut renforcer d’une part le service public, d’autre part ce secteur de l’économie sociale et solidaire qui devra asssumer la plupart des activités prenant en charge les corps et les âmes de la communauté. »

Dans les interstices de ce déplacement, il faut encore s’occuper de la visite d’Evo Morales en Europe. Maintenant qu’Evo est en tête dans les sondages en Bolivie, la droite demande l’annulation des élections du 4 décembre ! Et auprès de qui la gauche bolivienne vient-elle chercher secours ? auprès de la vieille Europe ! Hier il était à Paris, reçu par les députés Verts français, et ce matin à … Strasbourg, auprès des députés GUE et Verts. Nous expédions en Bolivie un communiqué de soutien.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve99

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 4 contributions à ce blog.
  • relations élu-parti Vert

    pardon madame la modératrice ou monsieur le modérateur : ceci n’est pas une réponse ni une réaction. C’est une question que je voulais poser à Alain Lipietz ; ça n’a rien à voir avec son billet du 29 septembre (et ça n’est donc pas à sa place...) mais je ne savais pas où je pouvais lui poser cette question. Mon message n’a donc pas forcément vocation à être publié sur le site. La référence d’un document où il aurait déjà évoqué cetet question m’irait très bien par exemple.

    Il s’agit des relations entre un élu et le parti. Dans quelle mesure un élu est-il un "porte-parole" du parti, qui doit soumettre ses actes et se prises de parole à l’assentiment (explicite ou supposé) de la majorité des militants verts ? Dans quelle mesure est-il est un individu qui assume ses responsabilités (et qui les assumera notamment à la fin de son mandat devant les militants puis devant les électeurs), en fonction de ses convictions personnelles (et potentiellement légèrement différentes à l’occasion de celles du parti) ? Comment vois-tu les choses (forcément, j’imagine, un peu entre les deux extrêmes, mais où ?) ? merci

    Jseb


    Mardi 4 octobre 2005 à 12h17mn49s, par Jseb (jsguitton@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve99#forum351
    • > relations élu-parti Vert

      Si, si, c’est tout à fait légitime de poser cette question ici. La modération a priori ne sert qu’à éviter les désagréments de mon premier blog, celui des élections européenne (propos homophobes inscrits sur mon site, etc.). Mais bien entendu ta question sur la responsabilité est parfaitement bienvenue sur ce blog qui est essentiellement un compte rendu de mandat en continu.

      Bon. Je vois en effet les choses "entre les deux extrêmes" avec quelques éléments en plus.

      D’abord, comme je ne me représenterai pas, vu que je fais mon second mandat et que j’aurai dépassé l’age de la retraire, il n’y aura pas pour moi de "sanction des électeurs". Ni du parti non plus, car pour les mêmes raisons je compte m’orienter vers une fin de vie à la René Dumont (conférences et livres), je trouve qu’en 40 ans j’ai assez donné au militantisme politique organisé.

      Donc ce qui me "régule" ne peut être que l’éthique et la raison. La raison : je ne peux pas voter ou défendre ce que j’estime des idioties. Plus positivement, je suis guidé par le système de valeur des Verts et mes engagements devant les électeurs. Ceux ci (les engagements) ont été définis dans mon parti, les Verts, qui m’a choisi pour tête de liste là où j’ai été élu.

      Donc mes positions sont en quelque sorte prédéterminées par les positions des Verts en 2004. Or la situation évolue. Par exemple pendant la campagne de 2004.j’ai défendu avec tous les Verts la mise en annexe, révisable à la majorité surqualifiée, de la troisième partie de la constitution. Une semaine après notre élection , le Conseil européen décide autre chose. Le texte final ainsi arrêté, on vote oui ou non ? Je pense que là il faut d’abord demander l’avis des organisations qualifiées de la société civile européenne (pas celle qui se réveillent alors que le texte de la Convention est sur la table depuis un an !!), c’est à dire la CES, le Bureau Européen de l’Environnement, le Lobby Européen des Femmes, etc, qui regroupent les orga nationales correspondantes. Dans ce cas, elles ont toutes pris parti pour le Oui. Mais la décision finale revient au Parti sur une question aussi politique. Le Parti vert européen et le Parti vert français ayant décidé de voter Oui à une très large majorité, je trouve inacceptable que, sur des questions de cette importance, des élus qui ne doivent leur place qu’au Parti aient pu prendre publiquement une autre position.

      Mais la pratique d’un parlementaire, c’est de prendre des dizaines de décisions tous les jours sur des sujets dont personne n’a jamais parlé dans son parti !!! Rédactions d’amendements, compromis, tactique de vote, et dans mon cas programme des visites dans la Communauté Andine, reconnaissance ou pas de tel nouveau gouvernement issu d’un "coup", propositions pour les négociations commerciales,etc... : autant de décisions qu’il faut prendre très vite. Le régulateur est le groupe parlementaire lui même, mais souvent il ne fait que ratifier ce que le député angoissé ou ses assistants et collaborateurs lui proposent. On tourne en rond.

      On ne peut s’en tirer que par un lien étroit et permanent avec les associations progressistes de la société civile : ce que les Verts appellent la co-élaboration. Tu trouveras plusieurs exemples de ma pratique de coélaboration au PE dans le texte à cliquer ici.


      Mercredi 5 octobre 2005 à 15h11mn28s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve99#forum352
      • > relations élu-parti Vert

        « D’abord, comme je ne me représenterai pas, vu que je fais mon second mandat et que j’aurai dépassé l’age de la retraire, il n’y aura pas pour moi de "sanction des électeurs" »

        C’est toujours les meilleurs qui partent en premier smiley smiley smiley

        ...alors que Sarkozy lui..... smiley


        Jeudi 6 octobre 2005 à 13h15mn32s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve99#forum353
Calendrier des blogs
<< septembre 2005 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
29/09: Tiers secteur à Forcalquier
28/09: Amertume turque, défaite ferroviaire
25/09: Retour à Bruxelles : Paquet ferroviaire et Colombie
15/09: Un peuple en grève contre lui-même
13/09: L’eau et la coca
11/09: Bolivie sous la neige
8/09: Santé des femmes : un échec du Parlement
7/09: Rayons solaires : travailleurs, la Droite vous cuit !
5/09: Retour sur les incendies
3/09: Tragique rentrée
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: