Bangkok : Troisième congrès international de l’UICN

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 21 novembre 2004

Je sèche l’assemblée générale décentralisée des Verts à l’invitation de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature qui tient à Bangkok son troisième congrès quadriennal, sur le thème : People and nature, only one world (les peuples et la nature, un seul monde). Je suis censé participer à deux "tables rondes de haut niveau".

L’UICN est une organisation quasi onusienne créée à Fontainebleau en 1948. Elle regroupe à la fois les États, des ONG et toutes les grandes sociétés savantes naturalistes de la planète. C’est aujourd’hui la grande structure officielle de l’écologie environnementaliste. A ce titre elle est souvent accusée de conservationnisme, et c’est effectivement, non seulement sa doctrine, mais son objectif officiel : conserver la nature, les espèces sauvages, leur habitat. Ce positionnement la met en contradiction souvent avec les aspirations des élites des pays du Tiers-monde au développement capitaliste "moderne". Mais cela la met également parfois en contradiction avec les besoins des populations humaines les plus pauvres, qui trouvent dans le défrichement ou la surexploitation de la nature qui leur est offerte la seule planche de survie. Le thème de la "lutte contre la pauvreté", au centre de ce Congrès, apparaît du coup comme un moyen de protéger la nature autant que de protéger les humains !

Ce thème de la pauvreté a donc une double face politique.

- Soit l’introduction de ce thème à côté de la conservation de la nature est compris comme une prise de conscience positive de l’imminente dignité de l’homme au sein de la nature. Et dans ce cas associer pauvreté et conservation marque un progrès pour une organisation conservationniste.

- Soit on oppose la lutte contre la pauvreté au "développement" et dans ce cas, la lutte contre la pauvreté ne vise qu’à protéger la nature contre un ennemi stigmatisé : les miséreux aspirant à un confort supérieur, à une vie "normale".

On se souvient par exemple qu’en 1992, à la conférence de Rio, les pays du Tiers-monde avaient imposé d’accoler le mot développement au mot environnement dans l’intitulé de la conférence de Rio. Accoler pauvreté à conservation apparaît d’une certaine façon en deçà de Rio, à moins que l’on adhère aux critiques ultra-écologistes du mot développement, et aux thèses des partisans de la décroissance !

Dans la première table ronde à laquelle je suis invité, intitulée précisément. Dialogue ministériel sur le rôle de la coopération et de la gouvernance internationale dans l’éradication de la pauvreté et dans la soutenabilité environnementale, je me dois donc d’être diplomate. Affirmant la première hypothèse, je me situe délibérément dans le camp de ceux qui pensent que la lutte contre la dégradation de l’être humain et de la nature est une seule et même lutte, et je souligne les responsabilités particulières de l’Europe à cet égard.

Le débat suivant est plus complexe. Intitulé De nombreux acteurs, des choix stratégiques : la gouvernance environnementale internationale revisitée, il est ouvert par une intervention du célèbre économiste Jeffrey Sachs et par une autre de Toufik Ali, Ambassadeur du Bangladesh auprès de l’ Organisation Mondiale du Commerce. De façon peu surprenante dans un débat portant sur la gouvernance mondiale, tous les deux ne parlent que de l’OMC !

Jeffrey Sachs, qui porte une lourde responsabilité personnelle dans le naufrage néolibéral de la transition des ex-pays socialistes, s’est depuis reconverti vers un social-libéralisme prudent, orienté écolo : il est le directeur du Earth Institute de l’Université de Columbia. Alors que l’OMC n’est pas explicitement au centre du débat, il attaque bille en tête son intervention par "Ce serait une grande erreur de mettre en connexion l’environnement et le commerce. L’environnement doit être mis en relation avec l’économie, et les points importants de l’économie sont l’agriculture, l’industrie, etc." Il poursuit en recommandant d’intensifier la lutte contre la pauvreté pour faire progresser la protection de la nature. L’intervention de Toufik Ali met, elle, les pieds dans le plat. "L’OMC représente 55 ans de construction du droit du commerce international. Le jeune droit international de l’environnement doit respecter ces règles".

Dans mon intervention, je rappelle d’abord que si l’on considère la santé et la prophylaxie comme des branches de l’écologie, alors les lois sanitaires qui s’imposent au commerce ont plusieurs siècles d’ancienneté ! Aujourd’hui l’OMS ou la FAO peuvent interrompre les échanges commerciaux en cas de fièvre aphteuse ou de la grippe aviaire sans que l’Organe de Règlement des Différents de l’OMC n’ait rien à dire. Notre objectif doit être de donner le même pouvoir à une Organisation Mondiale de l’Environnement.

Et Bangkok au fait ? En réalité, comme toujours, je ne sors guère des hôtels internationaux pendant ce genre de congrès. Je m’évade pourtant assez pour découvrir cette ville fascinante. Quand j’avais écrit Miracles et mirages, en 1984, la Thaïlande n’était même pas citée parmi les nouveaux pays industrialisés. Quand j’avais écrit pour l’Université des Nations Unies Les rapports capital-travail à l’aube du XXIème siècle, en 1990, la Thaïlande apparaissait seulement comme le chef de file de la "deuxième vague de NPI". Aujourd’hui Bangkok apparaît comme beaucoup plus propre, riche et moderne que Sao Paulo, on ne peut véritablement la comparer qu’à Shanghai ou même à Tokyo. Bien sûr il ne faut tirer aucun jugement avant d’être aller visiter "le pays réel", les campagnes, les banlieues des villes de province. Mais cette vitesse stupéfiante de modernisation de la Thaïlande me laisse pantois. Hypothèse : la Thaïlande, contrairement à l’Inde ou au Brésil, n’a jamais été colonisée. A partir du moment où ses élites décident de s’engager dans un modèle de développement (ici, le modèle de substitution d’exportation - encore qu’il soit très largement tiré par des exportations de soja), le pays peut s’engager avec la plus grande résolution dans la voie choisie.

À cliquer : 3rd IUCN World Conservation Congress

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve24

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< novembre 2004 >>
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
28/11: Réunion du Conseil du Parti Vert Européen à Dublin
21/11: Bangkok : Troisième congrès international de l’UICN
16/11: Le TCE, le commerce international et « l’exception sociale »
6/11: Assemblée Régionale des Verts d’Île-de-France
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: