Victoire sur le temps de travail, défaite sur le climat


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Vendredi 19 décembre 2008

Lourde semaine à Strasbourg, marquée par la visite triomphante de Nicolas Sarkozy, le vote triomphal sur le temps de travail, et les votes douteux sur le paquet Energie-Climat. Mais pour moi elle commence lundi à Paris par une suite de réunions sur la crise.

Crise

Après une première réunion de travail avec Bertrand Richard, qui avait réalisé mon entretien pour Alternatives Internationales et souhaite le prolonger dans un livre-entretien aux éditions Textuel, deux réunions l’après – midi sur le thème de la crise.

La première est le séminaire de l’ARC2 (Accumulation, Régulation, Croissance et Crise), l’association des « régulationistes de l’école de Paris ». C’est la première fois depuis longtemps que je discute avec mes anciens collègues de l’école de la régulation « canal historique ». La réunion est organisée en deux parties, Benjamin Coriat étant discutant pour la première et moi pour la seconde. Les deux exposés les plus intéressants, à mes yeux, sont ceux de Robert Boyer et de Frédéric Lordon. Robert présente sa brochure, Une crise si longtemps attendue (Prisme n°13, Centre Cournot), Frédéric expose les propositions pour sortir de la crise financière qu’il vient de présenter dans son livre, Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières.

Tous les deux s’accordent sur la critique de l’économie-casino en laquelle s’était peu à peu transformée la composante financière du modèle libéral-productiviste né au début des années 80. Tous deux affirment que la crise n’est pas finie, qu’elle a de fortes chances de se transformer en dépression de type 1930, et que la désagrégation du système financier est telle que probablement cette crise impliquera une nationalisation totale des banques, quitte à re-fragmenter le système bancaire en agences autonomes d’un type nouveau. Certes.

Les deux discutants, Benjamin et moi, restons quand même sur notre faim. L’école de la régulation nous avait en effet appris à analyser un modèle de développement capitaliste comme la combinaison d’un paradigme technologique, d’un régime d’accumulation, d’un mode de régulation (lui-même composé de plusieurs formes institutionnelles), et d’une configuration internationale. L’ensemble du séminaire, qui dure tout l’après-midi, s’est pourtant concentré sur une seule forme de régulation, le système financier, qui régule, il est vrai, une composante très importante du régime d’accumulation en crise, où les pauvres et même les classes moyennes ne pouvaient maintenir leur consommation qu’en ayant recours au crédit (voir La société en sablier), tout comme les pays peu compétitifs. Mais, même de ce point de vue, des formes aussi importantes que les fonds de pension et l’assurance-vie (composantes décisives du rapport salarial dans ce modèle : ils financent les retraites par capitalisation ) ou les fonds souverains des pays émergents (composante essentielle de la configuration internationale de l’après-Paul Volcker) sont à peine évoqués. Benjamin, notre ancien spécialiste des questions industrielles, est le premier à souligner l’oubli total de la menace montante la plus terrible : la crise écologique. J’espère que les séminaires suivants de l’ARC2 corrigeront cette impression un peu étrange.

Mais je dois courir à la réunion-débat Vers une écologie de marché ? où j’ai à peine le temps de présenter mes positions avant de filer prendre le train pour Strasbourg.

Sarkozy

À Strasbourg, le numéro de Nicolas Sarkozy occupe pratiquement tout le mardi matin. Le président sortant du Conseil européen est extrêmement fier, on le sait, de ce qu’il a fait : la paix en Géorgie (sic), l’arrêt de la crise financière (re-sic), la sortie de la crise du Non irlandais (re-re-sic) et le compromis « exemplaire » pour le reste du monde sur la « paquet énergie-climat » (re-re-re-sic).

Et le pire, c’est qu’il obtient la chaleureuse approbation des deux grands partis de gouvernement (qui se partagent le pouvoir dans l’Etat le plus important, l’Allemagne), le PPE et le PSE. Les libéraux-démocrates (dont fait partie le Modem) sont à peine critiques. Même chose pour l’Union pour l’Europe des Nations (droite souverainiste, sans représentant français depuis le départ de Pasqua, qui devient de plus en plus protectionniste-européenne). Même le président du groupe communiste, Francis Wurtz, qui parlera après les Verts, sera plutôt affable et commencera en saluant le volontarisme de Sarkozy « qui ne lui déplait pas ».

On attendait donc le discours du 5e groupe en ordre d’importance numérique, le nôtre, et de son président, Dany Cohn-Bendit. Sarkozy avait multiplié les provocations préventives, condamnant à plusieurs reprises « l’intégrisme européen » et « l’intégrisme écologiste ».

Ça ne rate pas. Dany montre qui est la vraie opposition à Sarkozy, non seulement à l’échelle française, mais à l’échelle européenne : les Verts. Dans un discours extrêmement vif, il commence par attaquer Sarkozy sur la méthode : de pures négociations intergouvernementales. Rappelant que Sarkozy, dans son discours d’il y a un an, au même endroit, avait proclamé que « l’unanimité, c’est l’impuissance, c’est le contraire de la démocratie », il le traite de « girouette » pour avoir, sur le paquet énergie-climat (qui relève de la majorité et de la co-décision Parlement-Conseil), recherché l’unanimité au prix de terribles concessions, et traité le Parlement, jusqu’ici en pointe sur les questions climatiques, comme une chambre de consultation et d’enregistrement. Ces concessions vident pratiquement l’accord sur le climat du contenu indispensable pour affronter la crise. Quant aux concessions faites à la Chine et à la Russie sur le Tibet et la Géorgie, elle ne conduiront qu’à de nouvelles humiliations pour l’Europe de la part de ces deux puissances.

« Sarkozy la girouette » répond en traitant Dany de « fou ». Ambiance.

Je reviens plus loin sur le débat « climat », mais un mot d’abord de ce que nous annonce Sarkozy du compromis sur le Non irlandais.

Ce Non reposait, d’après les sondages, sur la volonté de l’Irlande de garder sa « personnalité », avec un Commissaire (qui de toute façon ne lui est plus garanti en votant Non puisque le traité de Nice, en vigueur, comme le traité de Lisbonne, prévoit que dorénavant il n’y aura plus autant de commissaires que de pays), sur la crainte de voir remettre en cause la non-imposition des profits des entreprises, sur la peur de se voir imposer le droit à l’avortement et le mariage gay.

Les deux derniers points ne sont pas dans le traité de Lisbonne, il suffit de faire une déclaration pour le rappeler. En revanche, la question du Commissaire est différente : pour donner satisfaction aux Irlandais, il faut effectivement changer et le traité de Nice, et celui de Lisbonne. La proposition de Sarkozy : ne pas faire revoter les 26 pays qui ont déjà dit Oui à Lisbonne pour faire plaisir au 27e, mais attendre le prochain traité européen (celui qui doit faire rentrer la Croatie dans l’Union, par exemple), pour faire voter par les 27 un protocole additionnel redonnant un Commissaire à chaque État. Ce qui permettrait de faire revoter les Irlandais sur « Lisbonne + ce protocole ».

Construction peut-être nécessaire pour éviter de mettre l’Irlande devant ses responsabilités, mais qui a de très multiples inconvénients. Sur la forme, elle fait dépendre la sortie du traité de Nice de l’entrée de la Croatie et donc de sa bonne volonté à livrer ses criminels de guerre. Sur le fond, elle tend à faire de la Commission une forme de coordination permanente des États, plutôt qu’un exécutif de l’Union prise comme un tout, expression des deux chambres législatives (le Conseil et le Parlement).

Temps de travail

La première affaire importante cette semaine, c’est la deuxième lecture du rapport Cercas sur la révision de la directive Temps de travail. On se souvient que le temps de travail maximum dans l’Union européenne est fixé à 48h par semaine (plus quelques autres contraintes), mais la Grande-Bretagne avait obtenu un opt-out, c’est à dire qu’une entreprise pouvait « proposer » à un ouvrier de renoncer à ses droits européens. La Commission européenne avait proposé une révision de la directive, limitant cet opt-out britannique à 65 heures. La position des syndicats et le premier vote du Parlement, en 2005, fut au contraire de supprimer purement et simplement l’opt-out britannique, en précisant que le temps d’astreinte était inclus dans le temps de travail.

Après ce vote du Parlement en première lecture, le Conseil européen a traîné les pieds, puis a ré-adopté la position de la Commission (65 heures au lieu de l’opt-out indéfini). On arrive donc enfin à la deuxième lecture du rapport Cercas, et le Conseil espérait bien qu’aucune majorité absolue ne viendrait renverser sa position. En effet, en deuxième lecture, le Parlement doit s’exprimer à la majorité qualifiée, c’est à dire plus de la moitié de ses membres, qu’ils soient présents ou pas, ce qui est assez difficile à obtenir. Pourtant Alejandro Cercas et la commission Emploi du Parlement ont maintenu la proposition d’en rester à la première lecture du Parlement européen.

Le mardi, pour appuyer cette proposition, une grosse manifestation européenne, comme lors du débat sur la directive Bolkestein, est organisée dans les rues de Strasbourg. Le groupe Vert s’y joint. Nous défilons (voir le « portofolio » du Monde, photo 2 !) parmi les pompiers allemands du syndicat Ver-di, l’immense syndicat allemand des services , dirigé par … un Vert.

Manifestation sur le temps de travail
Manifestation sur le temps de travail
Tract Opt out

Le vote a lieu mercredi et, ô stupéfaction, le Parlement revote tous les points sensibles du rapport Cercas avec une centaine de voix au delà de la majorité qualifiée !

Je discute le lendemain avec Alejandro Cercas de cette incroyable victoire (dormant dans le même hôtel, nous nous rendons souvent ensemble au Parlement). Il me raconte l’énorme travail qu’il a fait entre les deux scrutins, avec l’aide des syndicats. Ainsi, par le biais notamment des anciens de Solidarnosc, le syndicat polonais, il a pu influer sur une grande partie du vote polonais, réparti jusque dans l’UEN et Indépendance et Démocratie. Mais au-delà, selon lui, ce vote exprime la première prise de position inspirée par la classe ouvrière au sein de la crise actuelle, face au bloc (que j’appelle « planiste ») qui s’est constitué entre les États et le grand capital au niveau européen.

Cela dit, il faut nuancer cette victoire. D’abord, le Parlement a peut-être cherché, en revotant très fortement sa position de première lecture, à compenser sa capitulation (voir onglet suivant) sur le paquet énergie-climat. Et d’autre part, tout va maintenant dépendre du Conseil. Si le Conseil ne se rallie pas à la position du Parlement, la révision de la directive tombe… et on en revient à la directive actuelle, c’est à dire que les Britanniques gardent leur opt-out.

Climat

Je consacre au fond de ce débat un article spécial. Je veux simplement ici raconter la bataille sous son angle procédural, pour faire sentir les déchirements des députés verts.

Le paquet « énergie-climat » comprenait 6 directives. Normalement le Parlement devait amender et voter en première lecture, puis le Conseil des ministres de l’environnement, etc. Mais, au Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement, présidé par Sarkozy en parallèle à la conférence sur le climat à Poznan, décision a été prise la semaine dernière d’aller vite, pour montrer le rôle « exemplaire » de l’Union Européenne. Le résultat n’est pas exemplaire du tout. Se substituant au législatif, les gouvernements ont négocié (avec les rapporteurs du Parlement, tout de même) un accord qui nous rejette très loin du « scénario A-1-B » du GIEC, censé limiter la croissance de la température du globe à 2 degrés. L’unanimité péniblement obtenue par Sarkozy (alors que la majorité suffisait) envoie plutôt la planète vers +3, +4 degrés.

Nous apprenons en début de semaine que les grands groupes politiques (PPE, PSE, ALDE et UEN) ont décidé d’adopter en bloc un amendement sur chaque directive, reprenant tout simplement la position du Conseil. Dans ce cas, les carottes sont cuites, le compromis du Conseil est définitif. Il ne nous reste plus qu’à voter pour ou contre la position ainsi amendée, et il n’y a plus de deuxième lecture, plus de négociation !

Le soir avant le vote, les Verts, furieux, débattent de leur vote du lendemain. Ils doivent prendre leur responsabilités « pour l’Histoire », en sachant que leur vote n’aura aucune influence.

Deux directives sont assez bonnes : celle sur la « qualité des carburants » et celle sur les « énergies renouvelables ». On votera Oui. Deux sont vraiment mauvaises : sur les « normes de consommation des automobiles neuves »(où les industriels ont fait jouer la peur de la crise économique), et sur les expériences de « stockage géologique » du carbone (non que le stockage soit une mauvaise chose, mais les techniques envisagées sont coûteuses et incertaines). On votera Non. Restent deux directives à débattre.

La plus mauvaise est la plus décisive : celle sur le « partage du fardeau », qui non seulement entérine le fait que l’Europe ne vise plus qu’une baisse de 20% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020, et non de 30%, ce qui serait nécessaire, mais encore qu’elle pourra y parvenir largement en finançant des « économies de pollution » dans le tiers monde, c’est à dire en payant les pauvres à faire les efforts à notre place ! On appelle ça « Mécanismes de Développement Propre ». Je ne suis pas contre… si ça ne nous dispense pas, nous, de faire des efforts.

La seconde porte sur les « échanges de quotas d’émission » de gaz à effet de serre par les grosses industries. Nous espérions que 100% des quotas distribués seraient vendus aux enchères par l’Etat. Le compromis Sarkozy permet d’en distribuer gratuitement à une grande partie de l’industrie, au nom de la « compétitivité ». Argument faux : dans le cas de l’aviation, l’Europe a déjà décidé de mettre ses compagnies aériennes sur un pied d’égalité en obligeant les compagnies des pays tiers à acheter aussi leur quota quand leurs avions se posent en Europe.

Les Verts sont tentés de voter Non à ses deux directives. Mais la rapporteuse de la directive « partage du fardeau » est une verte, Satu Hassi, c’est elle qui, en position de faiblesse, a dû négocier du mieux qu’elle a pu avec le Conseil. Quant au marché des quotas, il n’est pas scandaleux que les quotas soient initialement distribués gratuitement, s’ils sont contraignants (c’est-à-dire obligent les industries à réduire leurs émissions).

On décide d’abord que les Verts ne peuvent pas se diviser sur un pareil sujet et voteront en bloc. Une partie des Verts est pour s’abstenir sur les deux (« car nos négociateurs ont bien négocié »), une autre (c’est le cas des Verts français, mais aussi de britanniques ou hollandais) de voter Oui à la directive « quota » et Non à la directive « partage du fardeau ».

On vote : les premiers l’emportent. Mais la nuit porte conseil, et le lendemain matin on se réunit à nouveau. On ne peut pas s’abstenir sur ce sujet, même si notre vote ne changera rien : on doit voter « comme si le résultat dépendait de nous ». Or, s’il est important de confirmer le système des quotas (même si en l’état il est imparfait, mais on a bien le temps d’ici 2020 de le rendre plus contraignant), la directive « partage du fardeau » est un très mauvais signal adressé au reste du monde : l’Europe abandonne le combat pour le salut du climat. Satu (ancienne ministre de l’environnement finlandaise) délivre un peu tout le monde en déclarant qu’elle ne se sentira pas vexée si les Verts votent contre le compromis qu’elle a négocié. Les Verts décident donc de voter Oui à la directive « quotas » et « non » aux objectifs trop peu ambitieux sur le partage du fardeau.

La session a également été marquée par le 20ème anniversaire du prix Sakharov… en l’absence du lauréat de cette année, Hu Jia, resté prisonnier en Chine. Les lauréats des années précédentes ont écouté avec nous un très émouvant message vidéo de sa jeune femme, Zeng Jinyan

PS. Samedi encore, petite réunion sur l’affaire des "terroristes ultra-gauche de Tarnac". Petite pétition très simple à signer ici.

Enfin, relâche en famille (très élargie) à l’excellent petit cirque Franconi, à la Manufacture de Sèvres. Les plus gros animaux dressés sont des perruches (se munir de bonnes lunettes) et des oies. L’humour du clown Bobosse (ancien de L’Ile aux enfants) est assez subtil mais fait rire même les petits.

Deux élus Verts entourant Bobosse

Donc, Joyeux Noël et bonne année !

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve329

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • Descente en flamme de Noël Mamère

    Bonjour,

    Comment votre parti peut-il tolérer qu’un de ses représentant soit ainsi diffamé devant des millions de spectateurs ? (émission de France 5, C-dans-l’air du 18/12/2008, on peut revoir l’émission, mais, comme ce morceau d’anthologie ne sera visible qu’une semaine, j’ai pris la peine de le retranscrire, ci-dessous, pour l’édification des générations futures) :

    Yves Calvi : Dominique Reynié, vous bougonniez en écoutant Noël Mamère, pourquoi ?

    D.Reynié : Enfin, moi, je suis frappé parce que je trouve ça vraiment irresponsable : sur un air bonhomme, quand on est député de la République, maire d’une commune, considérer qu’il est possible d’en appeler à la désobéissance comme un acte normal de la vie démocratique, c’est absolument irresponsable. Demain, Noël Mamère verra ses administrés refuser de payer l’impôt municipal, désobéir donc à Noël Mamère parce qu’il vont avoir un différent sur l’application de l’impôt municipal ou sur une indemnisation générale et Noël Mamère fera quoi dans ce cas ? Il enverra la police évidemment, il fera jouer la justice fiscale dans toute sa sévérité évidemment. Il dit "j’arrache des plants, je suis non-violent", je suis désolé, la désobéissance civile, si on veut s’y référer, y-compris Henri David Thoreau auquel il fait référence, c’est la non-violence absolue. Arracher des plants c’est détruire la propriété de l’autre et c’est un acte purement violent. La désobeissance civile, c’est l’inaction, on refuse de faire quelque chose, on refuse d’aller à la guerre, de payer l’impôt, mais on ne va pas chez l’autre pour arracher ses plans parce qu’on est contre.

    Yves Calvi : Il dit exactement le contraire : il dit "moi, je suis non-violent et réformiste".

    Dominique Reynié : Mais non !

    Yves Calvi : Attendez... je vous dis : voilà ce qu’il nous explique : ce n’est pas encore le Gandhi de Bègle... mais...

    Dominique Reynié : ...il donne un exemple de ce qu’il a fait : il dit : "quand je vais arracher des plants"...

    Yves Calvi : Il est à la limite de la rupture : il joue avec la limite pour des causes qu’il estime justes.

    Dominique Reynié : Non mais c’est un délit d’arracher ou de détruire des propriétés, c’est un délit aujourd’hui. Il est député quand même : il fait la loi quand même ! M’enfin, moi, je trouve que c’est quand même invraisemblable qu’un membre de l’Assemblée Nationale qui n’est pas un membre d’un parti absolument révolutionnaire... c’est un écolo.

    Yves Calvi : J’entends bien mais vous êtes d’accord pour dire, qu’au minimum, ça fait tache d’huile dans les esprits, c’est-à-dire que Noël Mamère qui a été le présentateur de notre journal télévisé, qui a fait une carrière de responsable politique, il est juste à la bordure de là où ça fait mal en ce moment.

    Dominique Reynié : Ah ! oui ! oui ! et je pense qu’il joue un rôle non-négligeable dans, j’espère qu’il en a conscience, dans le fait qu’on peut aussi avoir un basculement avec cette idée que désobéir est, au fond, un droit naturel que nous avons tous et que nous pouvons, les uns et les autres, nous mettre à désobéir au motif, qu’en effet, la situation est assez compliquée, que ça s’est dégradé, que, en effet, il y a eu des provocations de la part de membres du Gouvernement, voire, que le chef de l’état a été bien maladroit et, qu’à ce titre-là, nous pouvons, au fond, nous réapproprier ce droit naturel de ne plus être avec les uns et les autres.

    Christophe Barnier : Le raisonnement de Noël Mamère est très spécieux parce qu’il nous dit : il n’y a pas de débat politique, donc, pour mes actions, je provoque un débat politique. Mais c’est faux ! Sur les OGM, il y a eu un débat politique profond, puissant dans l’opinion et dans l’assemblée nationale. Ca a même plutôt tourné au vinaigre pour le gouvernement pendant un certain temps. De la même manière il nous explique qu’il ne veut pas remettre en cause la démocratie. Mais c’est ce qu’il fait, par ses actions. Il considère qu’ayant perdu le débat politique parce qu’il n’a pu gagner les élections ou qu’il n’a pas gagné le vote à l’assemblée, il va le contourner, le dépasser, le rendre obsolète en étant dans l’action hyper médiatique et c’est pareil avec José Bové qui a été condamné, re-condamné, qu’aurait du être un peu emprisonné après les présidentielles et qui y a échappé parce que son coût médiatique est plus fort que la justice et que le contrat social. Donc ils sont bien dans la remise en question de la légitimité démocratique et c’est un des traits communs au mouvement qu’on voit en ce moment : on conteste la légitimié de Nicolas Sarkozy.

    Plus de détails sur :

    http://agonieautomobile.blog.fr/


    Samedi 20 décembre 2008 à 05h37mn31s, par Gilles Chomel (gilleschomel@aol.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve329#forum3233
    • Descente en flamme de Noël Mamère

      Il est évident que toute action non-violente est considérée comme illégale (elle l’est souvent), voire terroriste par l’Etat qui en est « victime ». Ce fut le cas pour Gandhi qui appelait à se coucher devant les trains. Il y a incontestablement conflit entre légitimité (dans le cas de Gandhi : l’indépendance de l’Inde) et la légalité injuste. Mais il peut même y avoir conflit de légalités : dans le cas des OGM c’est la légalité du PE contre celle de l’Assemblée nationale française.

      C’est pourquoi, quand je vais arracher des plans, je commence par souligner que c’est la loi française qui est dans l’illégalité par rapport à la directive OGM sur la séparation des filières. C’est pourquoi aussi le Vice Président Vert du Parlement européen, Gérard Onesta, a obtenu du parlement la levée de son immunité parlementaire en échange du soutien du PE dans son appel à la Cour des Droits de l’Homme.

      Mais on peut aller encore plus loin : des Faucheurs volontaires ont été condamnés pour avoir arraché des plants que la justice administrative avaient jugés illégaux !!


      Samedi 20 décembre 2008 à 14h14mn09s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve329#forum3234
    • Descente en flamme de Noël Mamère

      Il faut noter qu’il y a eu une évolution chez Yves Calvi. Il y a peu C’est dans l’air avait essentiellement pour vocation de minimiser le poids des Verts voire de les faire passer pour des cons insignifiants. Combien de débats a-t-il organisé sur les thèmes où nous sommes considérés par le PE comme des experts sans nous inviter, pour nous signifier son mépris ? Aujourd’hui il faut se réjouir : il nous défend presque !

      Quant à Dominique Reynié, il ne semble pas tout saisir à l’écologie politique. Nous sommes révolutionnaires. Certes, nous ne débarquons pas avec le couteau entre les dents pour instaurer la dictature du prolétariat. Mais nous proposons d’autres principes pour régir nos vies, qui ont pour fins le bien-être de l’humain et des générations futures (et non plus l’accumulation de richesses). Les Verts est un parti politique révolutionnaire et non-violent (mais aussi, on le sait moins, traditionnellement pacifiste ET antimilitariste (le seul ?)). Nous nous laissons frapper plutôt que de frapper (original pour des révolutionnaires, ça fait très christique :-)). Là où les mouvements violents ont peur de la démocratie et visent son abolition, nous exigeons une démocratie immaculée. C’est pour cela que, non, la désobéissance sur la question des OGM n’est pas contradictoire pour un parlementaire vert. Car en l’espèce, personne ne veut être contraint de manger des OGM et si une loi organisant les conditions de la contamination a été votée, c’est parce que des députés ont reçu des menaces d’un syndicat agricole pro-OGM (pas difficile de deviner lequel...). La démocratie a été viciée. La démocratie représentative de la Vème République est à bout de souffle. Cette histoire souligne la nécessité d’institutions où la participation est plus décentralisée et plus soumises au contrôle des citoyens.

      Christophe Barnier a la mémoire courte : il y a 10 ans, personne ne parlait d’OGM et les faucheurs étaient des bêtes curieuses. A part le Mexique, tous les pays les avaient silencieusement acceptés. Seule la France a posé problème à Monsanto et Pioneer, parce que les Français ont commencé à se poser des questions sur les essais en plein champ. Et aujourd’hui, des Etats reculent, interdisent des variétés. Je suis sûre que les citoyens français sont les mieux informés (ou, du moins, les plus dubitatifs) du monde sur les OGM. Merci aux faucheurs.


      Dimanche 21 décembre 2008 à 16h37mn17s, par Audrey (audrey.ariapoutri@hotmail.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve329#forum3235
      • L’écologie et l’avenir de l’Humanité

        Ce que vous dites de la spécificité politique des Verts et très juste et on pourrait continuer la réflexion. Pour moi les Verts, et plus généralement l’écologie politique, répondent à une des questions sur l’avenir de l’évolution du vivant et même du cosmos : que se passe-t-il quand une espèce comme l’homme arrive à s’affranchir, par la science et les techniques, de la pression de sélection naturelle ? Elle peut en arriver à mettre sa propre existence en cause (par le nucléaire, les OGM, la chimie ou l’effet de serre.) Les Verts seraient alors une réaction de l’espèce à ce qui, en elle, la menace. Ils tentent d’organiser une révolution « post-néolithique » par la quelle l’humanité cherche à maîtriser les effets pervers de son propre « progrès ». Cf ma discussion avec les chrétiens ici
        Dimanche 21 décembre 2008 à 19h23mn20s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve329#forum3236
        • L’écologie et l’avenir de l’Humanité

          Non, l’espèce humaine n’échappe pas à la pression de la sélection naturelle : à un moment donné, tous les génotypes n’ont pas la même probabilité d’avoir des descendants. Il est vrai cependant que la science et les techniques ont profondément et rapidement modifié les critères sur lesquels s’exercent cette sélection naturelle... La grande question est : "à partir de quel niveau de dégradation de l’environnement le génotype"vert" sera t il sélectionné ?".

          Regardons chez les virus : tant qu’il y a beaucoup d’hôtes à infecter, les génotypes viraux sélectionnés sont ceux qui se propagent très vite et tuent rapidement leurs hôtes : les virus productivistes quoi... Quand la "ressource en hôte" devient plus rare et que la survie des lignées productivistes est menacée, ce sont les génotypes moins virulents qui sont sélectionnés, car ils ont une plus grande capacité de persistance... Les virus écolos ! Bon en fait la comparaison est plus complexe, mais je trouve ça rigolo... ça doit être marrant à modéliser...


          Mercredi 24 décembre 2008 à 08h13mn23s, par jseb (jsguitton2@yahoo.fr)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve329#forum3237
Calendrier des blogs
<< décembre 2008 >>
lumamejevesadi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
19/12: Victoire sur le temps de travail, défaite sur le climat
14/12: Bilan morose de la lutte pour le climat
8/12: Le New Deal Vert, seule solution.
1er/12: Les femmes et l’Île de France dans les combats de l’Union européenne
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: