Victoire posthume de mon père à Toulouse.


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Mercredi 7 juin 2006

Mardi tombe le jugement du tribunal de Toulouse. Dès l’aube, je suis réveillé par TF1 qui m’annonce le résultat positif. Notre avocat ne le recevra quant à lui que vers midi ! Immédiatement, d’autres journalistes commencent à appeler. Je suis très embarrassé, je déteste commenter quelque chose que je n’ai pas lu. Nous convoquons pour le lendemain une conférence de presse mais, évidemment, toute la presse veut des réactions sur le scoop, sans toujours mesurer la précision avec laquelle doit être traité ce jugement historique.

Car c’est bien un jugement historique, comme ma sœur Hélène (Conseillère régionale Verte d’Ile de France) et moi l’expliquons dans notre communiqué. En effet, il ne s’agit pas (comme à la Libération) d’un procès d’épuration pour « intelligence avec l’ennemi ». Il s’agit bien d’une nouvelle génération de procès initiée par l’affaire Papon, pour participation aux crimes contre l’humanité. Mais, contrairement à l’affaire Papon, il ne s’agit pas seulement de condamner un collabo, aussi prestigieux soit-il (le Préfet de la Gironde, Maurice Papon). Le nom même du Préfet de Toulouse n’est pas cité, ni celui du président de la Sncf. Il s’agit d’un procès intenté aux appareils d’Etat en tant que tels, visant à faire reconnaître leur responsabilité, et c’est ce qui vient d’être obtenu.

A midi, je reçois quand même TF1. Visiblement, certains responsables de cette chaîne ont pris conscience de l’importance historique du jugement. Aussitôt après, je m’envole pour Toulouse où je me suis engagé depuis longtemps à animer un débat sur « L’Europe de Lisbonne », pour Fac Verte. En arrivant à Toulouse, j’ouvre mon portable : 32 messages m’attendent, il me faudra toute la soirée et la journée du lendemain pour arriver à peu près à me mettre à jour. Avant et après la conférence, j’arrive à glisser quelques réponses à des demandes d’interview. Plusieurs télés et radios m’attendaient à Blagnac, France 2 et France 3 m’attendait à la fac.

Le lendemain matin, lever à 7 h pour retourner à Paris pour la conférence de presse de 11h30. Celle-ci a lieu au siège de la délégation du Parlement européen à Paris, 288 Bd St Germain. J’y retrouve Maman, ma sœur Hélène et mon beau-frère Rémi (notre avocat). Et, heureuse surprise, Monsieur Kurt Schaechter, le « rescapé » qui a découvert les fameuses factures adressées par la SNCF à la France libérée. Si vous avez pu voir le reportage de France 3 au moment de l’audience du 16 mai, vous y avez peut-être vu l’interview de l’homme qui, travaillant alors aux archives de Toulouse, l’avait laissé photocopier ces archives alors classées « secret défense ». Cette initiative avait valu à cet homme une quasi-interdiction professionnelle. C’est seulement après que la SNCF, embarrassée, avait ouvert ses propres archives : ce fut le rapport Bachelier. Rendons hommage à ce Juste qui, comme Jean-Luc Einaudi, l’historien bénévole du massacre des Algériens organisé par le préfet Papon à Paris le 17 octobre 1961, aura permis de forcer la porte dans laquelle s’aventureront plus tranquillement les historiens de métier.

Rémi, Kurt, Maman, Hélène (avec le livre de Maurice Rajsfus sur Drancy)

Dans la cour du 288, les caméras offrent leur minute de gloire à Kurt. Et à Maman. Les journalistes viennent me féliciter pour sa vivacité d’esprit et pour sa beauté. Maman va donc être l’usufruitière de cette indemnité versée par le tribunal à mon père, décédé pendant le procès. Je me dis que ce n’est que justice : voir le « roman familial » raconté par Hélène. Elle a été l’amoureuse qui a vu disparaître mon père entre les mains des collabos. Elle a été la résistante qui, avec mon grand père, transbahutait les parachutistes alliés de l’Ile-de-France au maquis Verneuil dans le Morvan.

Maman devant les caméras

Pour elle, la résistance s’est bien passée (comme pour mon père la déportation s’est bien terminée). Du coup, ils ont élevé leurs enfants dans une vision optimiste de leur guerre, elle nous décrivant la résistance dans le style de La grande vadrouille, lui nous décrivant son long séjour à Drancy dans le style de La vie est belle. Mais cela commence à m’énerver, tous ces mails : « Votre père a été déporté juif, il sera indemnisé, le mien a été résistant, il n’aura rien eu ! »

Tout de suite après, il me faut courir vers l’Assemblée nationale, à la convention organisée par Les Verts sur la mondialisation. Puis vers les Trois heures pour l’écologie (extrêmement intéressantes), également organisées par Les Verts, sur les suites de la bataille sur la Bolkestein. Tous les syndicats, le Celsig et le représentant des HLM sont là. Tous, y compris la CGT et la FSU, demandent une loi-cadre pour les services publics, en s’appuyant sur l’article 86 de l’actuelle Constitution de Maastricht-Nice. Tous ? Non, car le représentant de Sud-Solidaires se cramponne à la victoire du Non… en déclarant que toute directive serait nécessairement contrainte par l’article 86, et que donc il n’était pas utile d’en faire une avant d’avoir modifié la Constitution… ce qu’ils ont justement refusé de faire, en votant Non, malgré l’énorme avancée que représentait le remplacement par l’article 122 de l’article 86 (qui n’est quand même pas si mal ) !

Dans les interstices de ces réunions, comme je l’ai dit, j’éponge progressivement mes appels téléphoniques en retard (mais de nouveaux messages arrivent au fur et à mesure que je réponds aux précédents), et, à 10h du soir, je me rends à un débat de Public Sénat où, Arno Klarsfeld s’étant excusé, l’historien Henry Rousso a accepté de me porter la courtoise contradiction.

Je me dirige vers le Sénat tout guilleret : j’adore les travaux d’Henry Rousso, l’auteur de Vichy, un passé qui ne passe pas. Hélas, Henry Rousso n’est pas présent, je dialogue avec lui par téléphone et il m’explique que le procès de mon père est « immoral » car il s’appuie justement sur les travaux de l’historien Bachelier qui lui-même s’appuie sur des archives… que la SNCF a mis à sa disposition ! Ainsi, il transforme l’acte tardif et que certains avaient cru « généreux » de la SNCF en immunité contre les plaintes ultérieures des victimes !

En réalité, j’entends bien dans le discours de Rousso un discours tout aussi inquiétant que celui de la SNCF : « C’est une vieille histoire. Les survivants feraient mieux de disparaître sitôt qu’ils le peuvent. Laissez maintenant les historiens travailler tranquilles. » Pourtant, les survivants sont d’abord des gens qui ont été victimes, et, comme le reconnaît le jugement du tribunal, qui ne peuvent porter plainte que depuis une date tout à fait récente, alors que la plupart de leurs compagnons d’infortune sont morts, « protégés » par le mythe juridique de l’inexistence de l’Etat français du Maréchal Pétain.

Et par ailleurs, ces survivants, outre leur qualité de victimes cherchant à se faire rendre justice, sont les premiers témoins, le matériau brut du travail des historiens. Sans compter le travail d’hommes comme Kurt Schaechter qui a exhumé les toutes premières factures par lesquelles la SNCF exigeait, sur un ton comminatoire, que la France libérée lui rembourse les billets de train de la déportation. Ce qu’ont fait les FFI de Toulouse (Serge Ravanel…), sans barguigner. Car eux honoraient la signature de la France.

Je rentre chez moi vers minuit et je m’attelle à la lecture des emails et du forum du blog précédent. Cette inondation de mails antisémites pour la plupart, avec en prime les partisans d’Arno Klarsfeld (qui défend la SNCF contre les juifs à New York), m’écoeure. Ils ont en plus le culot de me reprocher les indemnités que mon père va recevoir et dont ma mère sera l’usufruitière. Carrément, je suis sensé toucher 62 000 euros ! Dans la réalité, même dans l’hypothèse du décès de ma mère (le plus tard possible j’espère) et en supposant que nous n’en fassions pas collectivement don à quelques justes œuvres, la part qui me reviendrait est arithmétiquement de 7 000 euros. En fait, le tribunal semble avoir fixé à 15 000 euros l’indemnité par déporté (il y en avait 4 dans notre famille), plus les intérêts courants à partir de la plainte, plus 2 000 euros pour rémunérer notre avocat, Rémy ! Quels sont donc les honoraires d’Arno Klarsfeld pour défendre à New York la SNCF contre les juifs survivants ?

Et puis évidemment, il y a tous les cheminots, actuels, anciens et leurs enfants, qui m’écrivent : « Je me sens sali pour votre procès contre la sncf ». Étrangement, aucun fonctionnaire (j’en suis un moi-même) ne me rappelle la résistance des enseignants, aucun ne « se sent sali » par la condamnation de l’Etat, qui est quand même le fond du problème. Le jugement du tribunal distingue la SNCF de l’Etat et attribue un tiers de l’indemnité à la charge de la SNCF, parce que, tout en accomplissant une mission de service public, elle jouissait d’une relative indépendance et n’était pas une administration directe de l’Etat, contrairement à la gendarmerie.

Sur cette asymétrie entre le prestige « résistant » de l’Etat et de ses fonctionnaires et celui de la SNCF et de ses cheminots, j’avais écrit dans un blog précédent et la réflexion doit se poursuivre, mais pour le coup, c’est surtout la vague antisémite qui me terrifie. Il va falloir que je réfléchisse à une réponse collective, aux historiens et aux cheminots. Mais il est 3 h du matin, je me couche.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve150

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 38 contributions à ce blog.
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Cher Alain,

    La victoire est posthume, tardive. Elle fut lente, certes. Mais elle est réelle. Des agissements para-étatiques impreignés d’horreur et d’indifférence inhumaine (je parle ici de la SNCF) viennent d’être condamnés grâce à l’opiniâtreté de ton défunt père. Hommage lui soit rendu.

    En espérant, of course, qu’aucun appel ne sera interjeté.

    Saches, en tout cas, que malgré nos divergences plus que certaines au sujet du TCE, cette "info" sur ce procès victorieux m’a fait chaud au coeur.

    Je me suis d’ailleurs permis d’en faire une note sur mon propre blog. Je suis, bien-sûr, ouvert à tes remarques éventuelles sur cette note.

    Bien à toi,

    Amitiés écolo-nonistes,

    Valentin T. http://valentin-teixeira.blog.lemonde.fr


    Mardi 8 août 2006 à 06h52mn02s, par Valentin Teixeira (valentin1789@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum994
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Adhérent des Verts en Ariège, j’ai beaucoup apprécié ton article sur "Vert" d’août 2006. J’ai suivi l’affaire du procès avec la SNCF dans "La Dépêche du Midi" qui en a fait de bons compte-rendus. Mais il y a eu un avis du conservateur du musée de la Résistance de Toulouse qui était ambigu. Pourrais-tu adresser ton article à "La Dépêche" pour mieux éclairer les lecteurs.

    Bravo encore.


    Lundi 31 juillet 2006 à 22h58mn30s, par Jean-Charles Sutra (jean-charles.sutra@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum975
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    smiley Allons que ne feraient pas nos politiques pour occuper quelques instants la scene mediatique, pas mal vu le coup de la Sncf, le filon n’est pas epuise il reste encore la ratp, ne pas oublier les bus qui ont transporte les juifs, et en cherchant bien vous devriez encore pouvoir faire parler de vous... un tout petit peu. Est ce de votre faute ? non, le systeme est comme ca vous l’utilisez tout simplement ; maintenant quand au moyen employe.......
    Jeudi 6 juillet 2006 à 18h13mn40s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum861
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Mon père et mon oncle (les plaignants) ne sont pas des politiciens ; retraités, ils n’avaient aucun besoin de publicité en 2001 quand ils ont porté plainte, ils n’ont pas porté plainte contre la RATP (ou plutôt son ancêtre) car ils estiment avoir été humainement traités par elle, contrairement à la Sncf, etc...

      Ce qui est très intéressant dans ce genre de courrier, c’est qu’il démontre que l’on peut intervenir dans mon forum sans même jeter un regard sur le site ni même sur le blog au quel il prétend répondre. Cela ramène à une certaine modestie sur l’activité de blogueur...


      Samedi 8 juillet 2006 à 11h54mn16s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum862
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    smiley je suis afflige de voir ce jugement . puis je aujourd’hui demander reparation a la republique du massacre d’une partie de ma famille au moment de la revolution ? puis je aujourd’hui demander reparation a la republique du massacre d’une partie de ma famille (protestante) au moment des guerres de religion ?etant chretien puIs je demander reparation au peuple juif d’avoir tue le christ ? a tout cela je repond non regardons devant nous et non derriere en esperant ne pas subir votre "moderation"
    Jeudi 29 juin 2006 à 22h53mn44s (roland.courteau@voila.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum831
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Vous faites sans doute allusion à la "modération a priori" des messages anti-sémites. C’est sûr que le discours bi-millénaire de l’Eglise catholique sur le "peuple déicide" a largement préparé la Shoah. Ex catholique très mobilisé à l’epoque pour le "schéma 13" de Vatican 2, je me suis réjoui de la disparition de cette accusation criminelle de la logomachie de l’Eglise, et des formulations de Lumen Gentium. L’Abbé Pierre m’a raconté que dès la nouvelle de l’adoption du Schema 13 il avait arraché les pages correspondantes de son bréviaire !

      Protestant opprimé par les catholiques, vous leur reprenez donc ce discours imbécile ? Ok, je laisse parfois passer des messages anti-sémites, pour pouvoir leur répondre.

      A part ça, vous n’avez toujours rien compris au film. La prescription pour les dettes de l’Etat, c’est 4 ans. Et justement depuis une loi de 1831 visant à... répudier une dette de la Revolution !!

      Nos parents avaient plaidé l’imprescriptibilité des crimes contre l’Humanité (ce qui n’est pas le cas des crimes de guerre, meme civile) et le jugement de Toulouse ne les a pas suivi sur ce point : l’imprescriptibilité selon lui ne marche pas en droit administratif sans condamnation pénale préalable. Mais, comme il était interdit de plaider contre Vichy de 1946 à 2001, c’est le départ du délais de prescription qui a été suspendu d’autant.

      Je vous rappelle que l’Edit de Nantes n’amnistiait pas les "massacres" de civils (ni meme les viols). Si donc vos ancêtres n’ont pas porté plainte à l’époque, désolé, y a prescription.


      Samedi 8 juillet 2006 à 12h29mn35s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum863
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Je viens de voir le reportage d’ « envoyé spécial » et je tien a vous faire part de mon indignation. On dit les Français antisémite, mais il faut vraiment prendre sur soi quand on voit cette vieille Américaine emperlousée avec son petit tailleur Chanel porter plainte contre la SNCF. Quand le journaliste lui dit qu’en France des gens trouvent que c’est un peu tard pour demander de l’argent, Sa réponse : « Ils en ont bien profités alors, pourquoi pas nous ? ». Qui est ce « Ils » ? , sûrement pas les Cheminots de l’époque, qui ne sont pas devenus milliardaires, ni ceux d’aujourd’hui qui devraient payer la note avec les contribuables Français. Quand on connaît les indemnités que peuvent accorder les tribunaux Américain, Il y a du souci à se faire. Heureusement que le reportage était bien contrebalancé par des déclarations beaucoup plus mesurées, dont celle de Mr Klarsfeld et un autre Monsieur dont je n’ai pas noté le nom.
    Vendredi 16 juin 2006 à 00h35mn34s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum760
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Il est facile de trouver aux USA les caricatures que l’on y recherche. On peut y trouver aussi des juifs réfugiés d’Europe qui ont consacré leur vie à lutter pour les droits civiques...

      Que voulez-vous dire exactement ? que le tailleur et les perles d’une particulière efface le martyre et la mort de millions d’hommes, femmes, enfants et vieillards ? que le régime de Vichy (Etat et autres services publics) n’y fut pour rien ? Que les victimes d’un crime d’Etat n’ont pas droit à indemnisation parce que ce sont forcément les cotisants de base qui paient, au moment où l’institution responsable paie enfin ? mais c’est vrai aussi pour les mutuelles !! pourquoi devrais-je payer pour les accidents provoqués par les chauffards et les maladroits ?? pourquoi dois-je payer pour les victimes de l’explosion d’AZF à Toulouse ???

      La vie en société implique une certaine reconnaissance des institutions, de leur continuité et de leur responsabilité. Un jour il peut aussi vous arriver un grave pépin, par la faute de l’Etat, et vous serez content qu’existe une justice qui vous fasse droit. Et si elle met des décenies à le faire , vous ne serez pas le dernier à protester. Et si on vous dit alors "mon vieux, c’est trop tard, ce n’est plus les memes contribuales ", vous direz peut etre, vous aussi "mais les autres, ils ont bien profité de leurs droits, on leur a construit de routes , il ont obtenus des indemnités quand ils y avaient droit !" Et il y aura une télévision pour vous filmer, vous montrer au contribuable de base, et il y a aura des gens pour dire "vous avez vu ce vieux hibou , il demande notre argent" etc

      Maintenant vous comprenez au moins pourquoi mon père a tenu à ce que la Sncf et l’Etat soit jugés par la justice française et pas à New-York !

      Au fait , Me Klardfeld se présente dans Le Monde comme l’avocat de la Sncf. Quels sont ses honoraires ? qui les paie ?


      Vendredi 16 juin 2006 à 03h43mn51s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum761
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Je viens enfin de visionner l’émission de Envoyé Spécial. Excellente. La vieille dame que vous agressez ne porte pas de perlouzes, et ne porte pas de tailleur !! Par quelle association d’idée avez pu écrire ça ? Juive=.... ? Elle parle mal le français et quand elle dit “les autres” on comprend très bien qu’elle veut dire “nos adversaires dans ce procès”. Or l’émission montre très bien que la Sncf s’est fait payer. Même par la France libérée !! Et le secrétaire général, celui que j’ai rencontré s’en vante presque : “sinon c’est nous qu’on aurait accusé de subventionner l’Allemagne” !

      Comme dit le journaliste en conclusion : tous les corps publics ont exprimé leur repentir, sauf la Sncf , qui en plus a la culot de s’abriter derrière l’héroïsme des cheminots qui, selon l’émission, arrosaient (comme Schindler) les wagons de déportés crevant de soif et de chaleur, quand la Sncf les avait enfermés sans eau !!!

      Quant à S. Klarsfeld, il a inversé sa position par rapport à ce qu’il disait en 2000, et le journaliste suggère pourquoi ...

      Comme dit un personnage de "La règle du jeu" : "Le problème, dans la vie, c’est que chacun a ses raisons".


      Dimanche 18 juin 2006 à 19h48mn40s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum771
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      On condamne beaucoup les plaignants Lipietz, et encore plus ceux de New York, parce qu’ils demandent des réparations—alors qu’ils ne font rien, dit-on, pour les autres opprimés !

      Sur quoi se basent ces critiques ? En ce qui concernent les Lipietz, c’est de toute évidence faux. Par rapport aux New Yorkais, même si je ne prétend pas connaître les histoires individuelles de chaque plaignant, l’accusation en bloc ressemblent plus à l’image du juif newyorkais qu’on retrouve dans ces stéréotypes français antisémites et antiaméricains depuis plus de cent ans (cf livre _L’Ennemi américain- de Philippe Roger).

      Pourtant, les juifs américains ont été de toutes les luttes en nombre disproportionné. Ils ont été sur-représentés dans le mouvement ouvrier—et sur les listes noires de McCarthy. Et ils ont été les blancs qui ont le plus soutenu les luttes des noirs et d’autres opprimés des Etats Unis. Alors qu’ils représentent 2 à 4% de la population, plus de la moitié des avocats du mouvement des droits civiques ont été juifs, et selon l’étude magistrale de Doug McAdams, parmi les miliers de volontaires/militants antiracistes blancs qui sont allés soutenir les militants noirs du Sud des Etats-Unis dans les années 60, 66% étaient juifs !

      Ceux qui tissent des fantasmes sur de l’absence d’engagement des plaignants doivent plutot parler d’eux-mêmes.

      R. Schurr

      PS : Le rôle des procès aux Etats-Unis est bien différent qu’ici. La jurisprudence compte beaucoup plus, et on peut faire des procès groupés (class action suits) ; ils servent donc plus dans le processus de changement social.


      Lundi 19 juin 2006 à 01h43mn01s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum772
  • MON AVIS

    Je me demande quand cela va s’arrêter. Est-ce que mes enfants et mes petits-enfants vont avoir à rendre des comptes à vos décantants ? Quoi que l’on dise, quoi que l’on face, si l’on critique votre façon de faire, on sera qualifié d’antisémite. Je suis blanc, Français et athée (mais baptisé catholique) ; alors je suis forcement raciste, con et antisémite. Alors, n’hésitez pas, tapez bien fort, que ça rentre bien dans nos têtes d’abrutis. Le problème, c’est que vous ne représentez pas vraiment votre communauté car, beaucoup d’entre vous préféreraient, sans oublier la shoah, être des citoyens comme les autres ,a qui on fout la paix dans la rue. Tous le monde ne veux pas rentrer dans l’Histoire à grand coups de jugement et de médiats. Idem pour les homosexuels qui n’en ont rien à foutre de la grande guignolade de Begle, et qui se seraient bien passé de cette publicité qui leur a fait plus de mal que de bien. Mai, il faut bien faire parler de soi ........... Mr Lipietz, je ne vous dois rien, même si je compatis aux souffrances de vos parents et de tous les déportés (vous n’êtes pas obligé de me croire, mai c’est la vérité). A trop vouloir « secouer » les consciences, on finis par réveiller la bête qui dort et qui ne demande qu’à se réveiller. Ceci dit, maintenant je culpabilise et je vais de ce pas regarder le film « Shoah » en guise de contrition.

    KC


    Mardi 13 juin 2006 à 17h07mn56s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum747
    • MON AVIS

      Blanc, Français et athée (mais baptisé catholique) ? Moi aussi !

      Mais militant des Droits l’Homme. Et donc attentif à la construction de la mémoire. Pour comprendre "comment c’est arrivé", afin d’essayer d’éviter que ça ne recommence.

      Et je ne crois pas en ces histoires de "communauté". Nous sommes tous dans le même bateau. N’envoie jamais quérir pour qui sonne le glas : il sonne pour toi.


      Mardi 13 juin 2006 à 19h40mn37s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum751
      • No man is an island

        Citer John Donne est tout à fait à propos. Et Hemingway le citait à propos de la guerre d’Espagne. Lointaine mais bien nôtre déjà.
        Vendredi 16 juin 2006 à 16h02mn55s, par Jean M. (pj.mi@free.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum764
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Juste pour vous encourager face aux délires antisémites que vous endurez. Sachez que nous sommes nombreux, j’ose dire majoritaire, à vous soutenir silencieusement. Faites ce que vous avez à faire.
    Lundi 12 juin 2006 à 23h38mn44s, par mic (mic@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum746
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Comment les autres peuvent-ils entreprendre une action du meme type en memoire de leur parents ?A qui peut-on s’adresser pour un jour pouvoir refermer cette plaie ???
    Lundi 12 juin 2006 à 21h46mn49s, par Costantino Edwige (costantino.nicolo@neuf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum744
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Les réactions dans le blogosphère au procès de Georges Lipietz, qui ciblent surtout son fils, sont tristement révélatrices du zeitgeist aujourd’hui.

    Ma génération politique, les baby-boomeurs de l’après guerre, a regardé la guerre et la Shoah en se projetant dans la peau des résistants, ou éventuellement dans celle des victimes. Bien sûr, même si un nombre important d’entre nous étions enfants de résistants et déportés, cette identification était trop facile, et nous avons dû nuancer notre vision d’une polarisation absolue entre collaboration et résistance. Néanmoins, vouloir se ranger du côté des victimes et des justes me semble noble.

    Aujourd’hui, dans les blogs « progressistes » (les forums du Monde, Marianne, et ici), les auteurs se projètent massivement dans la peau des collaborateurs, des lâches ou du moins ceux qui auraient « fait leur boulot » et gardé le silence. Peut-être parmi ces auteurs figurent quelques personnes âgées qui justifient leur inaction de l’époque, ou des jeunes qui veulent faire pardonner leurs parents—mais il me semble qu’il s’agisse plutôt de jeunes en manque d’utopies. Pour eux, la leçon de la Shoah semble être comprendre et de se taire face à la banalité du mal.

    R. Schurr

    PS : Sans doute, c’est une envie déplacée de noblesse qui fait que d’autres internautes s’opposent au procès au nom des cheminots résistants quand, de toute évidence, ils ont résisté justement contre les mêmes qui viennent d’être condamnés !


    Lundi 12 juin 2006 à 20h35mn12s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum743
  • Félicitations.

    Histoire de contrebalancer les commentaires précédents (que je n’arrive pas à comprendre... comment pourrait on avoir honte de vouloir faire la vérité ?), félicitations !
    Dimanche 11 juin 2006 à 22h49mn41s, par Philippe.
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum737
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Pour une grande victoire, c’est une grande victoire. Je suis cheminot, fils de cheminot et petit-fils de cheminot. Je me sens humilié ainsi que mon père et surtout mon grand-père qui n’est pourtant pour rien dans quelque déportation que ce soit. Je ne fais pas de révisionnisme, je sais toutes les atrocités, les souffrances et les larmes versées par votre communauté et par beaucoup d’autres, mais là, peut-être sans le vouloir, vous traînez dans la boue des gens qui n’y sont pour rien. Tous les « décideurs » de cette époque sont morts et, sans oublier, il est temps de laisser les juges s’occuper des affaires actuelles et les historiens du passé. Je sais qu’il est de bon ton en France de se mortifier à tout va : colonisation, esclavagisme, racisme, antisémitisme etc... mais personnellement j’en ai plus que marre d’avoir à porter en tant que Français le poids de fautes que je n’ai pas l’âge d’avoir commises. Il n’y a pas un autre pays au monde qui en fasse tant dans l’autoflagellation. Alors, nous avons notre passé, glorieux et beaucoup moins glorieux, mais il faut apprendre à vivre avec.

    En se qui concerne les 62.000€, je trouve cela complètement écoeurant. Ce ne sont pas les responsables qui payent mais les travailleurs et les contribuables actuels. Pour la mort de plusieurs membres d’une famille, dans l’absolu, ce n’est pas beaucoup, mais dans l’esprit de beaucoup de gens cela doit ressembler a une façon bien « minable » de se faire de l’argent. (Je ne pense pas que ce soit votre motivation, mais cela pourrait être celle de ceux qui vont s’engouffrer dans la brèche).

    Vous êtes un homme politique, alors aimez la France, aimez les Français et tournez-vous vers l’avenir. Tous le monde a compris que vous aimiez et respectiez votre Père, comme j’aimais et je respectais mes grands-pères cheminot en 1939.

    Bernard Lasnier Agent SNCF

    PS : La SNCF a été décorée de l’Ordre National de la Légion d’Honneur pour fait de résistance à titre collectif en 1949


    Samedi 10 juin 2006 à 09h36mn42s, par Lasnier Bernard (blasnier@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum732
    • Trop c’est trop ; les cheminots ne méritaient pas cette humiliation.

      Comme Monsieur Bernard LASNIER je suis fils et petit-fils de cheminots ; mon grand-père et son fils (mon père) étaient tous deux mécaniciens conducteurs de locomotives à vapeur ; je n’ai pas connu le premier car il est décédé dans un accident de chemin de fer.

      Je suis né en 1932 et j’avais 13 ans à la fin de la dernière guerre mondiale et j’ai été témoin des risques encourus par mon père dans l’exercice de sa profession : bombardement des alliés, sabotage des résistants et représailles des allemands ( les Grünen) ; il s’en est sorti : tant mieux.

      Mais combien sont morts, il ne reste que leur identité gravée sur les plaques commémoratives qui ont été dressées dans chaque gare SNCF.

      J’estime que le procès intenté par Alain Lipietz et la décision du Tribunal de Toulouse sont des offenses à la mémoire de mon père maintenant décédé.

      Et quand je me rappelle qu’il avait hébergé à Tours où nous résidions un couple âgé de juifs parisiens qui fuyaient l’occupant et qui se dirigeaient vers la Suisse ; il ne pourrait être qualifié d’antisémite.

      A cet époque nous ignorions tout des camps de la mort ; nous les avons découverts dans la presse lorsqu’ils ont été libérés par les allies.

      Je comprends et je compatis à la tristesse d’Alain Lipietz mais cela ne l’autorisait pas a réclamer des indemnités aux Chemins de Fer français devenus SNCF.

      Cette démarche est scandaleuse car empreinte d’agressivité envers des citoyens qui dans leur ensemble ont toujours cru en leur pays : la FRANCE.

      Je crois que monsieur Lipietz n’était pas né à cette époque et qu’en conséquence son témoignage ne peut être objectif.

      Pourquoi ne pas s’en prendre à ceux qui ont perdu la guerre en 1940 ou à ceux qui ont conçu la ligne Maginot qui s’est révélée inefficace.

      A chaque instant la France pays des Droits de l’Homme trouve motif à se repentir.

      Trop c’est trop.

      Jacques Tranchant


      Samedi 10 juin 2006 à 23h43mn35s, par TRANCHANT Jacques- 57050 (jatranchant@wanadoo.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum734
      • Trop c’est trop ; les cheminots ne méritaient pas cette humiliation.

        . Je vous cite la dernière phrase de l’article de Arno Klarsfeld ( défenseur des intérêts de la SNCF aux Etats-Unis) « Pouvait-on exiger d’individus comme les cheminots, dont l’action n’est pas par essence criminelle, de démissionner et d’abandonner un maigre salaire vital ? Ceux qui l’ont fait sont des héros, les autres ont toujours été, sont et resteront la norme. L’indifférence aux malheurs des autres n’est pas un crime, elle est partie de la condition humaine. » --------------------------------------------- Je ne suis pas d’accord sur la dernière phrase, quand il écrit que l’indifférence fait partie de la condition humaine. Si les 2/3 de la communauté juive de France ont échappé à la déportation c’est parce que des Français n’ont pas été indifférents. Dans le contexte de l’époque, désobéir, c’était risquer ( au mieux) de perdre son emploi et de se retrouver dans un camp de travail en Allemagne. Quand on a une famille, on ne prend pas ces risques. De mon point de vue, vous n’avez pas à vous sentir offensé, si ce procès dévoile une partie de la réalité de ce que fût la France de Vichy. Pour mémoire, je vous signale que deux évêques sur plus de 90, ont protesté contre l’arrestation des femmes et des enfants juifs. Et eux ne risquaient pas de mettre leur famille en danger. Je sais, ( témoignage de Georges Loinger) que les cheminots de la gare d’Annemasse, permettaient aux groupes d’enfants juifs de sortir de la gare en évitant les contrôles allemands, pour ensuite passer en Suisse, en 1944.
        Mercredi 14 juin 2006 à 11h17mn26s, par C.B (cbfmn@yahoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum755
      • Trop c’est trop ; les cheminots ne méritaient pas cette humiliation.

        Allez, une réponse de la soeur...pour rendre hommage à notre grand-père, gueule cassée de 14-18 qui fut résistant dés juin 1940 (voir l’histoire de sa poule) et notre mère, qui fut de tous les coups avec lui...

        Sont-ils insultés quand le tribunal dit que l’Etat, c’est à dire la repésentation de la Nation française, s’est conduit ignomineusement envers les Juifs, partie intégrante de la Nation ?

        Au contraire, reconnaître que les chefs de la SNCF collaboraient ne met que plus en valeur les cheminots résistants.

        Savez vous q’un seul cheminot a refusé de conduire un train racial... il n’a pas été fusillé

        Savez vous que les derniers déportés juifs depuis Drancy ont dû faire le chemin vers Bobigny à pied, les conducteurs de bus refusant (à 5 jours de la libération de Paris) ils n’ont pas été fusillés.

        Mais il s’est trouvé un chef pour dire à un cheminot "conduis ce train jusqu’à la frontière allemende". Si ce chef n’avait pas existé, peut-être que ce conducteur de train, en janvier 1945, à la libération des Camps aurait pu retrouver le sommeil...

        J’imagine toujours la détresse que cela dut être pour les conducteurs de trains quand ils découvrirent jusqu’où l’obéissance aux ordres a pu conduire des êtres humains... C’est peut-être pour cacher cette souffrance qu’il y eut l’encesement de la résistance cheminote, réelle mais jamais envers les trains de déportés raciaux sauf une seule et unique fois !

        Papa était hanté par les Enfants habillés comme des petits princes, qui criaient dans ses cauchemards jusqu’à la veille de sa mort, je prie pour ces cheminots qui durent être hantés par les ordres des salopards de patrons qui les obligèrent, jusqu’au bout à conduire les trains... parce que le train passera toujours !


        Samedi 17 juin 2006 à 22h45mn26s, par Hélène LIPIETZ (helene.lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum769
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Eh bien moi, je trouve normal que la justice dise "ces souffrances ont un coût, et la société doit les payer". Aujourd’hui, tous autant que nous sommes, d’une manière ou d’une autre, dans notre vie confortable, dans nos habitudes de consommation, nous profitons forcément quelque part de la souffrance d’autres, dans d’autres pays, ou même chez nous. Alors, de savoir qu’un jour, ces souffrances seront peut-être reconnues, de savoir qu’un jour peut-être, la société bien portante aura à rembourser, eh bien, c’est juste, et c’est rassurant. C’est rassurant de savoir qu’une conscience "au dessus de nous", un jour, dira ce qui était juste et ce qui n’était pas bien. Et comme cette fois, dans ce procès, ce sera le fait de gens bagarreurs et courageux, qui se battent pour nous tous et pour les générations futures

      Natalie


      Dimanche 11 juin 2006 à 21h49mn12s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum736
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Le plus agaçant dans votre lettre c’est que vous intervenez sur un site (donc vous l’avez trouvé, c’est déjà bien) et ne semblez même pas le lire, ce qui vous aurait permis de corriger vous-même les erreurs de la presse. Vous vous trompez d’une génération sur la plainte et les bénéficiaires de l’indemnisation. Et le procureur a expliqué lui-même longuement qu’on ne pouvait pas aller demander justice avant 2001 !!

      Quand les victimes auraient elles du demander réparation ??? Juste après la Libération ? ? Quand la Sncf continuait à envoyer à l’Etat (donc aux contribuables) la facture des trains de déportation, et se faisait effectivement payée, elle ? Qu’est ce que ça aurait changé au fait que les crimes de l’Etat sont toujours indemnisés avec les impôts, y compris de ceux qui se sont comportés en héros ? Ou alors pas d’indemnisation, jamais, pour les crimes de l’Etat ?

      Quant à la Sncf, elle n’a jamais eu (encore heureux !) la distinction de « Juste parmi les Nations ». Le conducteur de locomotive Léon Bronchart, qui s’est dressé pour dire « Je ne conduirais pas ce train » et fut licencié par la Sncf, réintégré à la Libération, médaillé de la résistance, lui fut déclaré « Juste parmi les Nations ». C’est sa mémoire que vous insultez, sans doute sans le savoir.

      Le fond du problème, c’est qu’alors que et la Sncf et l’Etat viennent enfin d’être condamnés, AUCUN fonctionnaire, ni enseignant, ni postier, ne m’a écrit pour protester . Vous imaginez vous qu’il n’y a pas eu de résistance chez les fonctionnaires ? ou qu’ils aiment moins leur employeur ? Mais le travail de mémoire a été fait pour l’Etat, pas pour la Sncf. Vous ne pouvez admirer Bronchard à la mesure de son héroïsme tant que l’on occultera les crimes des hommes qui le commandaient, les Fournier, Gibrat , Le Besnerais et Cie .


      Lundi 12 juin 2006 à 02h29mn16s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum739
      • Errare humanum est.

        Lors de la rédaction de mon premier message ( Trop c’est trop ; les cheminots ne méritaient pas cette humiliation) j’étais persuadé que le plaignant était Alain Lipietz lui-même, alors que c’était son père, rescapé des camps de la mort qui avait saisi la Justice en 2001, soit 56 ans après la capitulation allemande car il n’était pas possible de le faire avant.

        Je comprends alors les motivations de cette saisine, qui bien qu’anciennes sont indiscutables, mais par contre je persiste à croire que la décision du Tribunal de Toulouse est une offense à la mémoire de mon père et à celle de la majorité de ses collègues qui à cette époque croyaient et militaient, au péril de leur vie, pour une France Libre.


        Lundi 12 juin 2006 à 16h19mn40s, par TRANCHANT Jacques- 57050 (jatranchant@wanadoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum741
        • Errare humanum est.

          Le fond de la question, c’est : "Qui est l’institution, du point de vue de la responsabilité juridique, qu’elle soit civile ou pénale ? Les dirigeants ou les salariés de base et leurs organisations ?" Les dirigeants, bien sûr. Il y eut près de 500 dirigeants épurés à la Libération. Ils furent jugés, comme tous les collabos, pour "intelligence avec l’ennemi", pas pour complicité avec la déportation. Depuis quelques années, on examine enfin leur participation à l’exécution des lois raciales de Vichy et des nazis.

          Supposons une usine chimique (par exemple à Bhopal ou à Cubatao) dont la direction ne respecte pas les règles de sécurité, pour faire des économies, et parce qu’elle méprise autant la vie de ses salariés que celle des habitants des alentours. Le syndicat multiplie les grèves pour exiger des mesures de sécurité plus strictes. Les syndicalistes sont réprimés, licenciés, mais la résistance continue. L’usine explose, l’accident tue des centaines d’ouvriers et des milliers de personnes dans le voisinage.

          20 ou 30 ans après, malgré une montagne d’arguties juridiques de la part des avocats de l’entreprise, le jugement est enfin rendu au civil et condamne "l’entreprise" à indemniser les victimes.

          Va-t-on dire que ce jugement "insulte" la mémoire des syndicalistes qui ont résisté ? Va-t-on considérer que les victimes n’ont droit qu’à un euro symbolique ? Va-t-on considérer que les enfants des victimes n’ont droit à rien si leurs parents sont morts ? Va-t-on leur dire que c’est trop tard ? que ce sont les salriés d’aujourd’hui qui paient alors qu’ils n’y sont pour rien ? etc.


          Mardi 13 juin 2006 à 18h49mn38s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum748
  • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

    Mon père a été assassiné en 1962. Je n’ai rien demandé a ses assassins. Comment pouvez-vous vous dire français et attaquer le Pays que vous voulez présider ? Vous manquez totalement de dignité pour vous faire de l’argent à n’importe quel prix.
    Vendredi 9 juin 2006 à 07h10mn59s, par SENEQUE (jacquignon2@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum730
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Décidemment, les gens ne savent pas lire...

      c’est notre père qui est le plaignant, la lenteur de la Justice française nous faisant ses héritiers...

      Chacun vit sa peine comme il peut, Papa voulait que la France se souvienne qu’elle a pu être le pays dont on disait "heureux comme un juif en France" et le pays de la collaboration.

      Les institutions sont à la mesure des hommes qui les dirigent et de ceux qu’elles servent... oui la France fut vile, oui la Sncf fut cupide

      Oui la France sort grandie de ce jugement où elle ea été capable de s’autojuger (heureusement que ce n’est pas les Etats-unis qui ont rendu ce jugement...)

      Oui la SNCF doit assumer le passé qu’elle a courageusement ressorti de l’ombre à travers le rapport Bachelier


      Vendredi 9 juin 2006 à 12h30mn10s, par hélène Lipietz, une des ayant-droits (helene@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum731
    • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

      Très juste, l’argent permet de calmer la douleur des juifs.

      Plus le juif reçoit d’argent, plus sa douleur est calmée.


      Samedi 10 juin 2006 à 14h37mn47s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum733
      • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

        Je publie ce message antisémite, bien que la loi m’en rende coresponsable (en tant que directeur de publication) ainsi que l’hébergeur de ce site (Ouvaton). D’une part à titre d’échantillon des messages qui se bousculent sur ma boite email, comme témoignage d’un état d’esprit qui triomphait en France à la tête de l’Etat et de la Sncf entre 1940 et 1944. D’autre part pour monter l’absurdité de cette loi qui permettrait d’attaquer Ouvaton pour complicité d’incitation à la haine raciale.

        Ce message est donc le dernier ouvertement antisémite qui ne sera pas « modéré a priori ».


        Dimanche 11 juin 2006 à 21h46mn06s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum735
      • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

        Bonjour Alain

        Rien que le fait que des messages antisémites comme celui que tu as publié existent montre la pertinence de l’action en justice intentée par tes parents. Car en ce domaine comme en bien d’autres, rien n’est pire que la politique de l’autruche. Il faut au contraire mettre le doigt là où ça fait mal ! Ce déferlement de propos haineux et malodorants me rappelle les réactions reçues par N. Mamère suite à son action pour le mariage des homosexuels dont un livre publié porte témoignage.

        Le refus de voir la vérité est hélas une tentation qui nous traverse l’esprit quand celle-ci nous renvoie la part d’ombre que recèle notre commune humanité. C’est pourquoi il est si important que d’autres aient ce courage que nous n’avons pas toujours. C’est ainsi que leur lumière nous aide à retrouver la vue.

        Amitiés

        Philippe D.


        Lundi 12 juin 2006 à 11h28mn00s, par DELVALEE Philippe (philippe.delvalee@wanadoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum740
      • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

        c’est quoi un juif ? une race, une religion ........ si tous les gens qui demandent des dommages intérêts pour un préjudice sont juifs , ça commence à faire beaucoup de monde... un jour vous même ...qui sait ? d’après les lois de Vichy et d’Hitler, Alain Lipietz n’est pas juif ( au moins trois grands parents juifs) d’après la religion juive, Alain Lipietz n’est pas juif , puisque né de mère non juive. peut-être que vous avez un autre critère pour décider qui est juif. si vous êtes catho, je connais un juif très catholique : le Cardinal Lustiger. (dont la mère a été déportée) lui vous donnera l’absolution
        Lundi 12 juin 2006 à 17h53mn18s, par C.B.
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum742
      • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

        Quel mépris, dans ces deux lignes. Hitler voulait préserver la pureté du sang allemand Il interdisait les mariages entre juifs et allemands. De nos jours, dans les banques de sang, on ne demande pas aux donneurs S’ils sont circoncis. Je connais des donneurs de sang qui sont juifs. Oui, oui, je vous assure, ça existe. Si un jour, on vous perfuse, à vous ou vos proches Du sang contenant du sang juif ! Vous devenez méprisable ?
        Lundi 12 juin 2006 à 21h53mn14s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum745
        • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

          Je pense que quelques intervenants devraient prendre la peine de lire les autres article du Blog et ceux qui traitent de sujets différents avant de balancer leurs réactions à chaud....Je crois en effet que l’existence de ce Blog force le respect par rapport à l’image que donnent d’eux de nombreux élus .Même si on peut ne pas être d’accord avec lui sur tout, Alain Lipietz me semble un homme politique cohérent et sincère qui se bat (à l’image de ses parents) pour un certain nombre de valeurs et prends la peine de répondre aux interrogations des intervenants et d’éclairer les débats et les enjeux européens, notamment ecologiques... C’est une leçon de démocratie et d’ouverture que d’accepter ainsi le dialogue (sans que ce soit une simple vitrine publicitaire pour l’élu) sur un Blog que nombre de nos élus devraient imiter... Merci.smiley
          Samedi 24 juin 2006 à 18h00mn26s, par Un "ami" de ND Walsch
          lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum796
          • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

            Honneur à vous Monsieur Lipietz, vous me donnez beaucoup de courage.

            J’imagine la souffrance que certains posts ont du vous infliger.

            Sans même parler des réflexions antisémites qui font elles, c’est certain, déshonneur à la France avec un très grand A et qui ne méritent qu’abjection et ignorance, je pense à votre "libération" par rapport au devoir de mémoire vis à vis de votre père et à cette quète de Justice qui a du jalonner votre vie entière.

            Maintenant, vous l’avez fait, et bien fait.

            Soyez fier de vous comme votre père doit l’être.

            Que cette Victoire vous apporte la sérénité.

            Bernard Imbert


            Dimanche 9 juillet 2006 à 11h32mn31s, par Bernard Imbert (imbert.bernard@numericable.fr)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum864
            • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

              Honte à vous M. Lipietz, et à la justice française !

              Cette plainte contre la SNCF et sa condamnation en premiere instance sont une insulte pour les millers de cheminots morts en résistant, comme l’ont justement dit des fils de cheminots sur ce blog. Comment peut-on juger la SNCF de 2006 responsable pour la SNCF de 1940-44, elles n’ont plus rien à voir l’une avec l’autre hormis leur nom ! Condamnerait-on un fils pour le crime de son père ? C’est ridicule ! Pourquoi ne pas porter plainte contre l’Allemagne tant que vous y etes ? Puisque la SNCF de 2006 est coupable pour celle de 1940, l’Allemagne démocratique de 2006 doit pouvoir etre condamnée pour l’Allemagne nazie de 1933-45.

              Le plus choquant dans cette affaire est sûrement l’argent que votre famille va toucher, de l’argent public, ce qui signifie que nous tous allons payer pour indemniser feu votre pere victime de la barbarie nazie, alors que nous n’y sommes pour rien ! J’ai 22 ans et aucun ancetre collabo, ni résistant d’ailleurs, je n’ai pas a payer pour cette affaire meme si je suis solidaire de toutes les victimes de crimes contre l’Humanité. J’espere au moins que vous ferez bon usage de cette mane financière.

              Au lieu de poursuivre des procès pour la mémoire et de faire condamner le monde entier, tournez vous vers votres parti morribond et insignifiant et tentez d’en faire quelque chose qui puisse un jour servir à la France.


              Mardi 1er août 2006 à 17h25mn01s, par Pierre de toulouse
              lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum980
              • Victoire posthume de mon père à Toulouse.

                Vous confondez culpabilité et réparation d’un préjudice. Puisque vous citez l’exemple de L’Allemagne : L’Allemagne fédérale n’a rien à voir avec L’Allemagne nazie Et pourtant elle paie , encore, depuis plus de 40 ans Des indemnités aux victimes des nazis. Les Allemands le savent. On peut dire qu’en 2006, il ne reste pratiquement plus d’ Allemands à qui on pourrait reprocher d’avoir été nazis.
                Jeudi 5 octobre 2006 à 10h21mn31s
                lien direct : http://lipietz.net/?breve150#forum1093
Calendrier des blogs
<< juin 2006 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
26/06: Le Non de droite à l’offensive
21/06: Attention ! Blog triste
12/06: Les X, Gergorin, Les Ecossolies, la Sncf
7/06: Victoire posthume de mon père à Toulouse.
3/06: Le PE a bon cœur . Tiers secteur.
1er/06: Pat chez les Verts. Toulouse et Arno Klarsfeld.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: