La Martinique entre « dégraissement » et Réparation


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 18 mai 2008

Cette semaine, consultation éclair en Martinique. Notre ami Louis-Léonce y est le premier Vert élu maire adjoint. Et sa commission et son maire (PPM, lui aussi nouvel élu) souhaitent savoir comment l’Europe peut aider en matière d’environnement (énergie, protection du littoral qui « dégraisse », c’est-à-dire recule) et d’économie sociale.

Mais c’est aussi l’occasion de revoir, tout au sud, Garcin Malsa, le maire de la très bien protégée ville de Sainte-Anne. Coup de chance, ce jour-là, il lance justement de départ de la Marche pour la Réparation qu’il organise depuis 8 ans d’un bout à l’autre de l’île pour les descendants des « déportés d’Afrique »

Le Carbet

L’équipe qui vient de prendre le pouvoir avec Louis-Léonce Lecurieux-Lafferronnay et son maire Jean-Claude Ecanvil, au Carbet est une alliance PPM-Verts, et a dégommé un maire de droite très anti écolo, anti fleurs, anti protection du littoral etc.

Petit rappel : les dernières élections en Martinique ont balayé la plupart des derniers maires de droite, et confirmé l’hégémonie des régionalistes du PPM (qui tiennent Fort de France), du RDM (qui tiennent le Conseil général et dont l’eurodéputée, Madeleine Jouye de Grandmaison est à la GUE), et des indépendantistes modérés du Mouvement Indépendantiste Martiniquais (comme Alfred Marie-Jeanne qui tient le Conseil régional) ou plus radicaux du Modemas (Mouvement démocratique et écologiste pour une Martinique souveraine), avec Garcin Malsa à l’extrême sud et le maire du Pêcheur à l’extrême nord.

Avec Louis-Léonce, on commence par faire l’inventaire de la situation : les Martiniquais restent marqués par la terreur d’un mégatsunami, venu soit de l’effondrement du volcan Cumbre Vieja aux Canaries, soit de l’éruption d’un volcan sous-marin des Antilles.

Mais tout aussi graves sont les mini tsunamis et les cyclones (comme Dean , en septembre dernier), qui rongent peu à peu les plages, en particulier la magnifique plage du Carbet, principal atout touristique de cette petite commune. Fort de la documentation que m’a rassemblée Natalie avant de partir, je sais que la force de la houle est freinée par les algues et les coraux, et que la résistance d’une plage à l’érosion tient donc autant à la lutte contre la pollution en amont, arrivant par les rivières, qu’à des techniques de contrôle de la force de la houle en aval, et aux plantations sur la plage elle-même. Ça, les habitants l’ont bien pigé : ils plantent spontanément des cocotiers et des résiniers pour protéger une plage qui dégraisse à toute vitesse.

Parmi les rencontres fascinantes, le vieux Théophile Féné, doyen du Conseil, qui aime les fleurs et relance la politique florale de la Ville, en commençant par ses voisins, puis visite à l’extraordinaire Jardin des papillons, dont le responsable nous explique toute sa stratégie de sauvegarde du papillon Monarque, en voie de disparition à cause du pollen (toxique) de maïs OGM. 

Mais la rencontre la plus malicieuse est celle d’un ancien régisseur « d’habitation békée » (c’est à dire la maison coloniale d’une famille d’anciens propriétaires d’esclaves). Je ne vous raconterai pas comment lui, afro-américain, a réussi à racheter la maison. En jean et maillot de corps (« J’entretiens tout moi-même »), il laisse deviner son immense culture, et mine de rien, se balançant sur un rocking-chair dans son magnifique salon, glisse : « On ne peut nier l’apport de la civilisation moyen-orientale (c’est-à-dire européenne) à notre culture occidentale ». Je tressaille intérieurement d’admiration, songeant à ces ashkénazes lituaniens qui traitent les sépharades marocains de « juifs orientaux » !

Le Conseil du Carbet
est une alliance PPM-Verts

Le soir, très longue séance avec le nouveau maire du Carbet et sa commission environnement. Petits cours sur le FEDER en situation de Région Ultra-Périphérique, sur les techniques de production autonome d’énergie à partir du soleil ou des déchets, de protection du littoral, méthodes d’association de tous les habitants et de recours à tous les conseillers locaux possibles (ADEME, Université etc).

Sainte-Anne

Avant de voir Garcin Malsa, je vais jeter un coup d’œil sur sa somptueuse plage. Visiblement, lui qui est résolument indépendantiste, a appris à utiliser les fonds de la République (le Conservatoire du Littoral) et ceux de l’Europe (le FEDER) pour aménager les accès, pistes, observatoires de la zone humide, etc.

Mais la grande affaire du jour, c’est le départ de la Marche pour la Réparation. Sur cette question de la réparation, en tant qu’économiste, je suis un peu sceptique sur la possibilité d’établir précisément qui doit payer à qui, étant donné la complexité du commerce des esclaves. Mais il est certain que globalement, aux Amériques, les Noirs sont statistiquement restés les plus pauvres, et à la Martinique, les descendants des colons esclavagistes sont restés économiquement les maîtres ! C’est d’ailleurs une particularité de la Martinique par rapport à la Guadeloupe : sous la Révolution, les Noirs s’y étaient débarrassé des Békés, pas à la Martinique. Le pouvoir économique y est donc resté très largement entre les mains des Békés.

Cette 8e marche (à la lueur des torches, la nuit tombée : il fait trop chaud dans la journée, et les marcheurs sont à leur travail), comme toutes les autres, doit parcourir toute l’île en plusieurs étapes. Garcin a invité d’autres Afro-américains, venus du Canada, des États-unis, de la Guyane etc. Et comme je suis là, il me propose de dire deux mots pour le départ.

Départ de la marche "Konvwa pou reparasyon 2008"
pour la réunification des filles et des fils des déportés d’Afrique

La marche s’appelle « Konvwa pou reparasyon 2008, pour la réunification des filles et des fils des déportés d’Afrique »... Ça me rappelle confusément quelque chose ! J’improvise donc : « C’est un grand honneur pour moi de participer à cette marche des filles et fils de déportés d’Afrique. Moi-même je suis fils d’un déporté d’Europe. Pour mon père, ce ne fut pas un bateau mais un convoi ferroviaire. Mais ce fut aussi l’horreur de l’entassement, la chaleur étouffante, la soif, la folie. Il faut chercher la réconciliation. Mais la réconciliation suppose la reconnaissance du crime et la reconnaissance du crime implique la réparation. Après seulement peut venir le pardon et la réconciliation. »

Au départ de la marche, je discute avec l’équipe d’avocats de Garcin : la France ayant proclamé l’esclavage « crime contre l’humanité », un juge de la Martinique a reconnu qu’il était possible d’ouvrir un procès en réparation. Je leur raconte l’expérience du procès de mon père et les obstacles de la voie administrative : problèmes de compétence, de prescription etc. Eux ont choisi la voie de l’ordre judiciaire. À suivre…

Soutien à
Mumia Abu-Jamal

Dans l’avion du retour, j’éclate de rire en découvrant l’échec à une voix près de la loi OGM ! De l’intérêt des contradictions au sein de la paysannerie et de la droite, et d’avoir un député de plus…

Et je souris encore en épluchant les commentaires consternés du Financial Times sur la déclaration de Horst Köhler (CDU, président de la République Fédérale Allemande et ancien PDG du FMI) contre « les marchés qui sont devenu des monstres et détruisent les actifs réels », exigeant des régulations plus strictes et moins de salaires pour les dirigeants. Du pur Karl Polanyi ! Dans le même article, on s’inquiète d’une déclaration du Commissaire Almunia selon laquelle « si la modération salariale signifie que les salaires ne doivent pas croître plus vite que la productivité, alors il faut que les autres rémunérations ne croissent pas non plus plus vite que la productivité »… La guerre que je sentais monter depuis septembre est donc déclarée contre le néo-libéralisme. Mais jusqu’où iront les néo-planistes ?

Arrivé en France, petite sieste, et Raphaël Delpard débarque à la maison avec sa petite équipe de cinéma pour m’interviewer. Il tourne un documentaire sur « Les convois de la honte » (les trains français de la Déportation). Super bonhomme, dont j’avais fait la connaissance lors du procès de Bordeaux (l’appel de la Sncf contre sa condamnation à Toulouse) : passé de la réalisation de films comiques ou horrifiques à la recherche, en historien non-estampillé, sur les « oublis » de l’histoire… Sur cette affaire, nous partageons la même expérience : si les quelques « grands historiens » propriétaires de la Question juive sont contre nous, les centaines de « petits historiens » qui font un travail de fourmi, animent les associations autour des « petits camps » de la France vichyste, sont avec nous…

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve302

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 7 contributions à ce blog.
  • La Martinique entre « dégraissement » et Réparation

    Bonjour,

    ne peut-on utiliser la force de la houle pour produire de l’électricité ? il me semble que l’avantage serait aussi de "casser" un peu la force de cette houle contre le rivage ? Cordialement et grand merci pour vos blogs qui nous ouvrent l’esprit. Odette


    Mercredi 21 mai 2008 à 04h47mn42s, par petite.ode (odebra1@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2440
    • Protéger une plage de la houle

      Le problème est que les "usines marémotrices" ou "houlomotrices" demandent des appuis fixes et solides (c’est tres cher et tres moche). J’ai vu des images de capteurs de houle (des moulins à vagues) à appuis flottants, mais ça m’a l’air tres expérimental, moche et ne résistant surement pas à un cyclone.

      A mon avis la seule façon de protéger une plage touristique tropicale qui dégraisse est de la transformer en quasi lagon coralien grace à des gabions végétalisés...


      Mercredi 21 mai 2008 à 06h14mn48s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2441
  • Historiens latifundistes de tous les pays...

    "Petits historiens" contre "grands historiens propriétaires de la question". Hum. Cette formulation est très douteuse. Elle laisse entendre qu’il y aurait un "établissement" d’historiens (pourquoi pas deux cents familles ?) qui se partagent le "gâteau" de la question. Or, de ce point de vue au moins l’évolution est nette et devrait vous rassurer : la question de la destruction des juifs d’Europe est désormais traitée majoritairement par des journalistes et des "associatifs", à destination du grand public. Les grandes pages signées par les historiens ont disparu des journaux. Bientôt le compassionnel, et la fraude qui bien souvent, hélas, et au nom des meilleurs sentiments souvent, l’accompagne auront tout envahi. Je ne parle pas de votre cas, en l’occurence je crois que, d’un point de vue juridique, vous avez raison (même si je n’approuve pas d’un point de vue moral, mais c’est subjectif). Reste qu’affaiblir comme vous le faites le point de vue de la communauté savante et ses mécanismes internes de contrôle des sources, de vérification de la mise en oeuvre de la critique, de transmission de techniques et de compétences spécifiques, etc... est extrêmement pernicieux, surtout lorsqu’elle se pare des oripaux romantiques de la lutte des "petits" contre les "grands". Je ne pense pas que le milieu des historiens soit politiquement pur (l’affaire Toaff et l’affaire Gougenheim en sont de récents révélateurs), mais jeter le bébé avec l’eau du bain me paraît extrêmement dangereux. La société a besoin d’historiens, et d’historiens agissant le plus possible dégagés des implications personnelles de "parties" et de leurs enjeux identitaires. Les historiens, eux, auraient besoin d’une organisation générale capable d’organiser les débats en interne et de résister aux tentatives de manipulations venues des groupes et des individus. non pas pour sanctifier le discours historiographique, mais pour qu’il y ait un lieu d’affirmation et de diffusion du consensus historiographique à un moment donné de la recherche, auquel affronter les discours multiples sur le passé émis par les médias ou les communautés. Je déteste l’idée de vous blesser et ce n’est pas mon intention, j’aime bien votre blog et ce qui vous motive ne peut paraître que tout à fait digne et légitime. Mais je ne vous suivrais pas dans ces propos là.
    Lundi 19 mai 2008 à 03h03mn51s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2431
    • Mandarinat et cas Sncf

      Comme je le dis sur mon blog (que vous semblez avoir lu en diagonal, pour y lire que je souhaite affaiblir le rôle des historiens dans la société, le contrôle interne de la communauté savante, le contrôle des sources et même….la transmission des compétences !) la grande majorité des historiens, ceux qui font un travail de fourmi sur les sources, les témoignages autour des camps et des gares, ceux qui animent le travail de mémoire des collégiens, sont du coté du jugement de Toulouse. Pour faire leur connaissance, tapez au hasard sur Google le nom d’un camp de concentration français, Pithiviers, Beaune la Rolande, Jargeau… Ceux qui ont critiqué le jugement de Toulouse se comptent sur les doigts d’une seule main et situent en effet parmi les « mandarins » de l’IHTP et autres.

      Que les chercheurs (et pas seulement en histoire, ni seulement en sciences humaines) aient besoin de régulation interne protégeant les jeunes innovateurs briseurs de tabous contre certains « grands seigneurs » de leur discipline, souvent alliés à de « grands financeurs », n’est pas une idée « romantique ». C’est plutôt un lieu commun pour quiconque s’est penché sur les problèmes de la recherche en France (cf dans notre cas la disparition pure et simple de Christian Bachelier après son terrible et pourtant très partiel rapport sur la Sncf.)

      Et c’est un ancien directeur de recherche au CNRS (section 36, sciences humaines), ayant longtemps animé un DEA et dirigé des thèses à Paris-VII, VIII et XIII, qui vous parle !!

      Un exemple concret : si vous lisez la notice biographique collée par l’AHICF (produit de la collaboration de l’IHTP et de la SNCF) sous le nom de Pierre Fournier, voici : « Pierre FOURNIER. En septembre 1940, Pierre Founier, qui était gouverneur de la Banque de France, est nommé président de la SNCF. Marcel Flouret lui succède en août 1946. » Point barre.

      Il nous faudra attendre la publication de la thèse de Laurent Joly (avril 2006) pour remarquer un trou censuré par l’IHTP dans la carrière de Fournier. Parallèlement à la Sncf (qu’il préside à partir du 11 septembre 1940), il dirige… le SCAP (ancêtre du Commissariat aux Questions Juives) à partir de décembre 1940 !! Et, point commun à son comportement au SCAP et à la SNCF : il est farouchement « anti-boche », refuse tout ordre direct des Allemands (cf sa lettre à Bichelonne de 1943 citée par Bachelier : « Veuillez me confirmer par écrit que je n’ai pas d’ordre à recevoir du Chef allemand des transports… »). Il incarne 2 des maillons, expropriation-déportation, identifiés par Hillberg (autre historien longtemps méprisé par les mandarins) d’une « Destruction des Juifs de France »… strictement française.

      Et pourtant ! c’était déjà connu, dès 2002 (mon père et mon oncle ont demandé réparation en 2001, dès la fin de « l’auto-amnistie » française de l’arrêt Ganascia). Il nous aurait suffi de lire les « petits historiens peu connus » : le rôle de Fournier au SCAP était dans l’article de Alya Aglan !


      Lundi 19 mai 2008 à 07h53mn15s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2432
      • Mandarinat et cas Sncf

        D’où tenez vous que le romantisme n’est pas (aussi) un lieu commun ? Sur la prétendue censure de l’article sur Fournier vous me paraissez faire une erreur...de débutant. D’abord que savez vous de la date de rédaction de l’article de l’AHICF ? le site commence en 2000, l’article d’Aglan est de 2002. Je veux bien vous accorder que la mise à jour n’est pas faite, certes, mais il est vrai que les historiens n’ont pas aussi massivement investi internet que les publications papiers et négligent souvent cet outil. Parler de censure en revanche, voilà une vraie erreur d’historien. Négligence dans le suivi peut-être, ignorance, peut-être, censure, non : rien ne permet de l’affirmer. Vous avez tendance à fabriquer du fait trop vite. Erreur de débutant. Il n’est jamais sage, dit une spécialiste anglaise de la censure de sauter de l’absence d’une chose à sa censure. C’est ce que vous faites. En plus, il est parfaitement ridicule de penser que l’AHICF aurait pu sciemment entreprendre de censurer ce fait. Enfin, Laurent Joly a eu une carrière fulgurante pour un contemporanéiste : élu au CNRS, c’est un chercheur reconnu, qui n’a pas fini dans les cachots de l’inquisition que je sache ? Demandez vous plutôt cela : quel intérêt personnel auraient les gens que vous accusez d’être les mandarins de l’IHTP à tordre et falsifier l’histoire ? Ils seraient vendus à la SNCF ? Vendus aux grandes familles dont ils protègeraient l’histoire ? Par l’effet d’un orgueil titanesque, hostiles aux découvertes venues de la "piétaille" ? Je pense que même vous n’y croyez pas. Enfin, je l’espère. Car cette lecture politico-paranoiaque du champ de la recherche historique n’est pas engageante.
        Lundi 19 mai 2008 à 09h39mn58s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2433
        • Mandarinat et cas Sncf

          Vous avez raison, c’est hélas peut-être plus encore de négligence que de censure qu’il faut parler. Mais avouez que la disproportion entre les « bio » de Fournier et des autres dirigeants mises sur le site en complément du rapport Bachelier est flagrante…

          Quant aux dates, je tiens à votre disposition les dates de la convention entre la Sncf et M. Bachelier, convention qui a été prolongée de 6 mois pour lui permettre d’achever son travail.

          Pour votre information : il n’y a pas de version papier ni de déport légal du rapport Bachelier, la Sncf elle-même ne dispose que du texte mis en ligne dont elle fait des tirages. L’article de Aglan devait donc déjà circuler, et il cite lui –même des sources plus anciennes.

          Je considère en effet Joly comme une jolie jeune pousse et vous comparerez sur Charlie Hebdo sa prise de position sur le procès de mon père et de mon oncle à celle de Mme Wieviorka.

          Quant aux explications que vos avancez du mandarinat (orgueil ou lien avec des financeurs), si je peux faire état de ma longue carrière de chercheur : les deux, en proportion variable. Mais cela relève d’avantage de la sociologie (voir Bourdieu sur la question du champ intellectuel), je ne suis qu’économiste ! Vous pouvez également vous référer aux travaux de Mme Combes sur les « archives interdites ».

          Cordialement


          Lundi 19 mai 2008 à 12h14mn44s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2434
          • Mandarinat et cas Sncf

            ...et je rends hommage à votre sens du débat. Merci.
            Mercredi 21 mai 2008 à 02h07mn19s
            lien direct : http://lipietz.net/?breve302#forum2439
Calendrier des blogs
<< mai 2008 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
29/05: L’ECON à Paris
24/05: Un droit pénal européen de l’environnement
18/05: La Martinique entre « dégraissement » et Réparation
10/05: Naissance d’un « planisme européen » ?
5/05: 1er Mai. Verts mondiaux. Arrêt Laval.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: