Une journée climatique.


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 28 juin 2007

Je suis totalement épuisé, je dors entre les réunions (et même j’en rate une), mais cette semaine ne me laisse aucun repos, entre les initiatives contre le changement climatique, la communauté andine et autres suites de la crise de l’OMC, et les suites du sommet européen. Prenons la seule journée de mercredi.

OMC

Mercredi matin, levé "aux horreurs" pour la réunion des coordinateurs de la Commission du Commerce international du Parlement (INTA). Puis, Monsieur O’Sullivan, de la DG Trade (direction générale du commerce international de la Commission européenne), vient rendre compte à la Commission INTA de l’échec à Berlin de la réunion du « G4 », entre l’Union européenne, les USA, l’Inde et le Brésil. Il s’agissait d’obtenir un accord Nord-Sud pour débloquer le cycle de Doha de l’OMC, en discutant avec les deux puissances émergentes les plus représentatives. Celso Amorin, le Brésilien, est parti en claquant la porte : pas assez d’ouverture des marchés agricoles européens. Or, justement, l’Union européenne va accueillir Lula mercredi prochain, à Lisbonne (le Portugal occupe à partir du 1er juillet la présidence de l’Union).

J’interviens pour faire observer qu’on ne peut plus considérer que ces deux puissances émergentes soient représentatives des « pays du Sud ». Ce sont deux très grandes puissances de plus en plus perçues par les pays moins avancés et intermédiaires comme des pays rivaux, voire dominants.

Par ailleurs, discuter directement avec le Brésil, par-dessus la tête du Mercosur, m’inquiète un peu. Je comprends que l’Union européenne, qui brûle ses dernières cartouches pour essayer de sauver le multilatéralisme et l’OMC, se soit résignée en septembre dernier, avec la communication « Competitive Europe » de la DG Trade et de son Commissaire Mandelson, à négocier de bloc à bloc ou au moins avec de grandes puissances émergentes. C’est ainsi que nous avons compris l’ouverture des négociations avec la Corée, l’Inde, la CAN, l’ACEAN et les cinq morceaux de l’accord de Cotonou (les « APE »). Mais je me demande si le Commissaire Mandelson n’est pas en train de passer une étape supplémentaire : discuter en bilatéral, c’est-à-dire de l’Union européenne vers les pays individuels du Tiers-monde, comme le font les États-Unis. Or, discuter en birégional (de bloc à bloc) plutôt qu’en bilatéral, c’est justement tout ce qui reste de progressiste dans la diplomatie commerciale européenne !

O’Sullivan rassure : la discussion avec le Brésil est strictement politique, l’Union ne cherche pas à détruire le Mercosur. Je reste quand même inquiet, car quand on aborde la question des rapports birégionaux, O’Sullivan nous informe que, bien que les pays de la Communauté Andine se soient mis d’accord, le 14 juin, à la conférence de Tarija, pour ouvrir les négociations avec l’Union européenne (la Bolivie abandonnant ses préalables), la DG Trade s’y oppose… parce que l’Équateur a maintenu sa plainte devant l’OMC contre les tarifs extérieurs européens vis-à-vis de ses bananes !

Manifestement il y a, à tout le moins, des pulsions dans la DG Trade pour en finir avec la tentative d’organisation mondiale du commerce, et même avec les tentatives de négociation avec de regroupements régionaux, et foncer, comme les Américains, vers des traités les plus léonins possibles avec tous les pays du monde pris un à un. Je sais que cette position n’est celle ni du Conseil, ni de la Direction générale des Relations extérieures (la DG Relex) de la Commission, ni du Parlement. Enfin, pour le moment…

Encore faudrait-il qu’en face, c’est-à-dire dans l’ex Tiers-monde, la volonté de « faire bloc » soit un peu plus nettement affirmée. Ce n’est pas toujours le cas : le souverainisme ravage encore plus le Tiers-monde que l’Union européenne.

Climat

Mercredi, je suis invité par le socialiste néerlandais Thijs Berman à une audition qu’il organise avec Dorette Corbey sur les ravages des agrocarburants dans le Tiers-monde. Pas très différente de celle que j’avais organisée le 9 mai (à ce propos, vous pouvez maintenant trouver la plupart des documents de ce colloque sur ce site et en particulier une petite vidéo qui résume très bien les enjeux en quelques minutes).

Je souligne dans mon intervention que cette nouvelle initiative témoigne d’une véritable prise de conscience des élus et de l’opinion publique européenne sur les dangers des agrocarburants, en particulier leur monoculture de rente dans les pays du sud. Si une telle prise de conscience avait eu lieu 6 mois plus tôt, le rapport Langen, adopté en décembre dernier, aurait été fortement amendé dans le sens proposé par les Verts. L’idée d’un moratoire sur les objectifs de substitution du pétrole par les agrocarburants est parfaitement justifiée si l’on souhaite que les élus soient informés au préalable de ce à quoi ils consentent (prior informed consent, comme on dit à propos des peuples indigènes chez qui on ouvre des mines !). Les objectifs quantitatifs sont peut-être bons, car il est important de substituer les énergies fossiles par les renouvelables. Mais avant tout, il faut en préciser les critères techniques, sociaux et environnementaux…

Pendant que se déroule cette audition, Angela Merkel présente les résultats du sommet du week-end en séance plénière extraordinaire, et les principaux groupes politiques lui répondent. J’y reviendrai plus tard, car il me faut courir à l’audition que j’organise en Commission du commerce international pour préparer mon rapport sur « Commerce international et changement climatique » .

D’abord, Bert Metz présente les conclusions-clés du rapport de cette année du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC-IPCC). Bert Metz est le coprésident du groupe de travail n°3, celui qui porte sur les mesures à mettre en œuvre. Je n’avais pas encore lu les conclusions de ce groupe de travail, et mes cheveux se dressent sur la tête.

Il apparaît très clairement, dans le rapport de Bert Metz, que non seulement l’objectif d’une stabilisation du climat à son niveau « pré-industriel » est abandonné, mais que même l’objectif d’une augmentation de « seulement » 2 degrés (et en fait il s’agit de 2,4 degrés !) est fortement compromis. Il faudrait pour y arriver que le total des émissions planétaires de gaz à effet de serre commence à baisser dès 2015, et cela impliquerait par exemple que les pays de l’annexe B (les pays développés) aient tous baissé leurs émissions de 30% par rapport à 1990. Ce qui est bien l’objectif de l’Union européenne … si les États-Unis signent pour l’après Kyoto. Ça fait beaucoup de si, et en fait, je sens bien que Metz réfléchit déjà au scénario d’après (le troisième best), celui qui tolèrerait une hausse entre 2,8 et 3,2 degrés !

Comme dit Bert Metz, « l’humanité n’a plus que dix ans pour agir »… Or je ne suis pas sûr qu’elle en soit bien convaincue…

Interviennent ensuite les experts, auteurs de l’étude que j’avais commandée sur les effets du commerce sur le changement climatique. Deux points extrêmement intéressants en ressortent.

* Le commerce international influe doublement sur le changement climatique. D’abord parce qu’il croît deux à deux fois et demi plus vite que le produit mondial brut. Ensuite parce que cette division géographique du travail implique forcément une explosion des transports. Or ceux-ci peuvent être en « just in time », c’est-à-dire avec la délivrance la plus rapide possible des produits intermédiaires vers les usines d’assemblage, et ensuite de celles-ci vers les clients finaux (et dans ce cas, on achemine les marchandises en avion plutôt qu’en bateau, en camion plutôt qu’en train). Ou alors, ces marchandises sont livrées « just in case », c’est-à-dire qu’elles peuvent être stockées et que leur transport peut être plus lent. Or les camions produisent, par tonne transportée au km, environ cinq fois plus de gaz à effet de serre que le train. Quant au fret aérien, qui représente 1/40e du fret maritime, il produit moitié autant de gaz à effet de serre ! Interdire le fret aérien serait déjà un énorme progrès…

Les avantages de compétitivité qu’accordent à leurs entreprises les pays qui ne prennent pas de mesures contre l’effet de serre sont actuellement de l’ordre de quelques pourcents, pour la plupart des produits, même « lourds ». Sauf dans le cas du ciment, où le quota de gaz carbonique nécessaire pour produire une tonne coûte à peu près le prix de la tonne de ciment elle-même ! Mais au-delà de la période Kyoto (2012), ces écarts de compétitivité ne seront plus tolérables. D’ores et déjà, il y a nettement « intérêt » à produire le ciment hors de la zone Kyoto… ce qui aboutit à devoir le transporter et donc à augmenter l’effet de serre…

Il devient donc urgent d’établir une taxe d’ajustement à la frontière pour compenser la subvention implicite accordée à leurs exportateurs par les pays hors-Kyoto. Sur ce dernier point clé, qui risque de nous amener à un nouvel affrontement avec les États-Unis et peut-être la Chine, l’OMC n’est pas claire du tout. Une anecdote : sur le site de l’OMC était apparue la précision que l’OMC interdit les taxes aux frontières pour motif énergétique. Cette précision a disparu du site il y a 6 mois...

En conclusion des débats, l’un des experts rappelle qu’après tout, les sanctions que recevrait l’Europe de la part de l’OMC seraient au pire des limites à ses propres exportations, et que, dans le cas du veau aux hormones, l’Union européenne a déjà accepté de telles sanctions plutôt que de modifier sa propre réglementation.

Mais, alors que je conclus, on vient m’extraire de cette audition pour que j’aille présenter, en Commission économique et monétaire, mon rapport sur l’introduction de l’aviation dans le système d’échange des quotas de CO2. À cette heure tardive de l’après midi, il n’y a plus grand monde en séance, et je constate avec satisfaction que le PPE n’entend apporter que des modifications minimes à mon rapport. Pourvu que ça dure !

Et la journée n’est pas finie. La fondation Heinrich Böll, pour profiter de la présence des experts sur le changement climatique, a organisé un dîner-débat Renate Nikolay, du Cabinet de Peter Mandelson, se montre d’abord très libre-échangiste et défend quasiment la position des États-Unis. Comme je le lui fais remarquer, elle bat en retraite et affirme que, de toutes façons, après 2012, plus rien n’empêchera l’Union européenne d’aller de l’avant dans sa propre politique contre l’effet de serre, que les États-Unis et l’OMC soient d’accord ou pas.

Pùrvù que ça dùre…

Photo elkrusty, sous licence CC

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve246

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • Une journée climatique.

    Sachant que plus de 80% des céréales produites dans les pays de l’OCDE sont destinés à l’alimentation animale, que la production d’un simple hamburger requiert autant d’énergie fossile que de déplacer une voiture sur 30 km et que la consommation de viande est en train d’augmenter partout dans le monde du fait de changement culturels et de l’introduction de techniques de réfrigération...

    Sachant que les capacités mondiales de raffineries de biodiesel sont de 2,5 millions de tonnes par an à comparer avec les quelques 100 millions de tonnes d’huiles de palme, colza, soja et tournesol.

    Sachant tout ça...

    Est ce que c’est pas un petit peu gonflé de mettre tout les problème environnementaux relatifs à l’agriculture sur le dos des biocarburants ?


    Dimanche 1er juillet 2007 à 12h34mn40s, par Kuri Koer (das_Yog@hotmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve246#forum1641
    • Une journée climatique.

      Les écologistes appellent "problème FFFF" (food, feed, fuel, forests) les conflits pour l’usage du sol : nourriture des humains, nourriture animale, biomasse énergie, écotopes naturels.

      Vous insistez avec raison sur la permanence du vieux problème "food-feed" (la vache du riche mange le grain du pauvre).

      Raison de plus pour limiter l’entrée en scène du 3e larron, fuel (la voiture du riche broute la terre du pauvre).

      Nous proposons un moratoire sur les agrocarburants pour avoir le temps de contrôler qu’ils n’entrent pas en concurrence avec "food" (la nourriture) et "forest" (la biodiversité). C’était le sens de notre amendement sur le rapport Langen en décembre 2006.

      Vous apportez semble-t-il un nouveau critère : la progression des terres à agrocarburants devra etre compensée par un recul des terres destinées à l’alimentation animale. C’est bien ça ?


      Lundi 2 juillet 2007 à 05h58mn59s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve246#forum1643
      • Une journée climatique.

        Disons plutot que je suis de l’avis de l’ONU comme quoi

        "The current "food, feed, or fuel" debate tends to be overly simplistic and fails to reflect the full complexityy of factors that determines food security at any given place and time" (Sustainable bioenergy a framework for Decision Makers / http://esa.un.org/un-energy/pdf/sus... )

        Pour contrer la propagande de Monsanto, on a déjà passé suffisamment de temps à rappeler que la faim dans le monde est un problème d’accès à la nourriture et non pas un problème de quantité disponible pour ne pas se retrouver à se tirer une balle dans le pied...

        D’ailleurs y a pas que les 4 F, il y a aussi toutes les applications industrielles de la chimie verte (http://www.prolea.com/index.php?id=1451 ) qui nécessite 2 millions de tonnes d’huile rien qu’en Europe (soit plus que la production mondiale de biodiesel... faut il un moratoire sur la lipochimie là aussi ?)

        Un moratoire sur la monoculture j’aurai pu le comprendre, un moratoire sur l’élevage aussi, mais un moratoire sur le biocarburant...

        Sur le coup de la consommation de viande on sait depuis déjà des dizaines d’années que c’est une bombe en puissance et son impact immédiat est sans commune mesure avec l’impact des biocarburants... Si j’ai une canalisation qui fuit ma priorité ce sera de couper l’eau, pas de me précipiter sur le toit pour voir si des tuiles en moins risque de laisser passer la pluie !

        Est ce que les voitures rouleront moins juste parce qu’il y aurait moins de biocarburants sur le marché ? Peu de chance... Donc tout ce qui ne sera pas biocarburant dans le futur sera remplacé par les sables pétrolifères d’Alberta ou encore pire du carburant de charbon de chez Peabody ! Et après on va parler d’urgence écologique...

        En plus si je m’intéresse aux raisons qui poussent à développer les biocarburants dans le monde je trouve :

        - anticiper l’arrêt des subvention à l’exportation, c’est la raison principale des pays développés

        ex : http://www.agriculture.gouv.fr/spip...

        "Les biocarburants Bernard Chaud, chef du bureau biomasse, bioénergie, biocarburants et biomatériaux au Ministère de l’agriculture et de la pêche rappelle tout d’abord que les deux grands types de biocarburants, huile végétale et bioéthanol, correspondent aux deux types de moteur existants, à essence et diesel. En France, l’objectif affiché est de produire 7% de biocarburants (par rapport à la consommation totale de carburants), d’ici 2010. « Pour cela, nous comptons nous appuyer sur les six millions d’hectares de terres actuellement occupées par des cultures d’exportation pour lesquelles les subventions à l’exportation risquent d’être fortement limitées ». En réponse à des consommateurs qui s’inquiètent des conséquences pour l’environnement (eau, sol, biodiversité) d’une production intensive de cultures dédiées aux biocarburants, Bernard Chaud rappelle que la politique agricole européenne impose désormais des conditions de production (avec limitation des intrants chimiques) qui s’appliqueront à ces cultures comme à toutes les autres. Il souligne en outre que les protéines issues des céréales transformées en biocarburants sont extraites et valorisées pour l’alimentation animale."

        Vu que les Etats-Unis sont les premiers exportateurs de maïs et qu’ils produisent la moitié du maïs consommé sur cette planète, il y a quand même de gros indices pour penser que c’est la même chose de leur coté...

        Dans cette situation la raison d’être des biocarburants c’est d’éviter la vague de suicide dans les campagnes qui suivrait une annonce du style "salut les bouseux, je sais vous vous êtes endetté parce qu’on vous a demandé de faire de la production mais maintenant on a changé d’avis alors à partir d’aujourd’hui votre seul choix c’est la faillite !"

        Vu que les autres choix possible ce serait balancer les surplis à la mer ou payer les gens pour ne pas cultiver les champs : autant éviter les gaspillage.

        Ou alors on continue les subventions mais ça, ça va pas plaire aux fermiers des autres pays...

        - dans une optique similaire on a les biocarburants qui sont utilisés pour éviter la chute des cours d’une matière première...

        Il me semble avoir lu que c’est ce que l’Indonésie cherche à faire en s’inspirant du Brésil : si les cours de l’alimentaire sont trop bas on peut se rattraper grâce au cours du pétrole.

        Ce qui évite de se retrouver gros jean comme devant comme l’ont pu être les producteurs de cacao...

        Qu’il y ait un moratoire sur le biocarburant ça ne risque pas trop changer leur situation : ils mélangeront un peu d’huile végétale avec du pétrodiesel mal raffiné du moyen orient et il le vendront comme n’importe quel carburant sur le marché international et vu que les besoins de l’agroalimentaire et de l’industrie ne changeront pas ils continueront à planter les mêmes quantités de palmier à huile sur des zones défrichées par l’industrie du bois...

        - Les pays qui cherchent à réduire leur facture pétrolière : programme de Jathropha au Ghana par exemple... Là ça ne changera pas grand chose vu qu’il s’agit d’une utilisation locale qui n’a pas vocation à être exporté (de toutes façon on est plus dans une production qui entre en compétition avec la nouriture vu que ce n’est pas sur les mêmes sols et que l’huile n’est pas comestible).

        - Les investisseurs étrangers qui débarquent dans un pays étranger pour installer des milliers d’hectares de soja et le raffiner pour faire du biodiesel à destination des européens qui veulent un certain pourcentage d’huile végétale dans leur moteur... Ok là on est dans la zone critique puisqu’on a une culture alimentaire qui ne se retrouve jamais sur le marché alimentaire...

        d’un autre coté pour que ce genre de projet soit valable financièrement il faut qu’il bénéficie des CDM funds...

        Ca ressemble fort à la position du pompier pyromane, on paie pour faire un projet pour après essayer de l’arrêter...

        Au final maintenant que j’ai tapé ce pavé, ne serait-ce pas plutot un moratoire sur les quotas qu’il faudrait lancer vu qu’ils favorisent seulement les énergies renouvelables qui ont les moins besoin d’aides financière (donc rarement les moins problématique) ? Après tout le même problème se pose du coté de l’électricité ( http://www.renewableenergyaccess.co... )...


        Lundi 2 juillet 2007 à 20h26mn00s, par Kuri Koer (das_Yog@hotmail.com)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve246#forum1647
        • Réfléchir avant de faire des bétises

          Je suis tout à fait d’accord avec votre citation de la FAO : le débat est « trop simpliste et ne reflète pas la complexité qui détermine la sécurité alimentaire ». C’est pourquoi les Verts se sont opposés au rapport Langen qui approuvait de façon acritique l’expansion irraisonnée des agro-carburants alors que pourtant ça fait 20 ans que nous demandions, à la risée générale, le recyclage de la bio-masse en énergie !

          Il a suffi de 6 mois pour que Theijs Borman et ses amis socialistes hollandais commencent à se poser des questions. Un simple moratoire de 6 mois aurait permis que les amendements proposés par les Verts à l’époque du rapport Langen soient adoptés ! Et dans six mois on aurait une directive aussi sophistiquée, peut-être même plus, que celle que vous suggérez.

          Inversement Greenpeace avait testé une campagne contre le soja-carburant qui boufferait la forêt amazonienne. J’ai contribué à leur faire observer que le soja était principalement un « proteo » plutôt qu’un « olea »gineux, donc si on voulait limiter l’expansion du soja brésilien (plutôt d’ailleurs sur le cerrado que sur la foret) il fallait commencer par ne pas manger de viande. Ils ont arrêté cette campagne. Mais c’est à partir de ce moment que je me suis aperçu que les uns et les autres avaient tendance à dire un peu n’importe quoi sur le sujet, et j’ai décidé de préparer un colloque

          Le débat et les études avancent très vite en ce moment. Et si on cessait de se jeter contre les murs pour réfléchir après ?


          Mardi 3 juillet 2007 à 06h35mn24s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve246#forum1649
Calendrier des blogs
<< juin 2007 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
28/06: Une journée climatique.
25/06: Derniers jours avant le Sommet de Bruxelles
18/06: Moins pire…
13/06: Bref retour à Bruxelles.
11/06: Complet désastre.
8/06: Le Parlement européen contre Sarkozy
3/06: Une vraie semaine de circonscription
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: