Doha rien. Rouges et bruns.


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 1er juillet 2006

À l’heure où vous lirez ces lignes on aura sans doute les résultats de la « réunion de la dernière chance » interministérielle (une de plus) pour « sauver le cycle de Doha » de l’OMC, à Genève. Le Doha Round, cycle du Millenium qui se voulait centré sur le développement du Tiers-Monde…

On sait depuis Hong-Kong où ça coince officiellement. Le « Sud » veut plus d’ouverture des marchés agricoles du Nord. Le « Nord » veut en échange plus d’ouverture des marchés industriels du Sud. Et Pascal Lamy présente ça comme un compromis favorable au développement du Sud, qui pourrait enfin vendre ses produits agricoles pour acheter des machines et s’équiper…

Pour contrer ce deal, les eurodéputés Verts avaient invité ce jeudi la fine fleur des ONG altermondialistes et, comme intervenants, Sandra Polaski de la Fondation Carnegie pour la Paix internationale, avec commentaires de Yash Tandon du South Center de Genève, et de M. Fontini, représentant de la Commission de Bruxelles. Des représentants de tous les groupes du PE réagissaient en fin de réunion. J’ai eu l’honneur de conclure.

Sur le « deal » qui se dessine, l’étude du Carnegie, institution qui n’a rien de gauchiste et reprend la méthodologie de « l’équilibre général calculable », qui est celle de la Banque Mondiale, mais en ajoutant le caractère « lewisien » du marché du travail du Sud (c’est-à-dire : où l’offre de bras non qualifiés est pour le moment infinie) et le niveau de productivité agricole des pays, est vraiment décisive. Elle montre que tout le discours sur la libéralisation de l’agriculture comme demande principale du Sud ne correspond pas à la réalité : elle ruinerait toute l’agriculture vivrière du Sud. Cette libéralisation de l’agriculture correspond aux seuls intérêts d’une coalition qui comprend quelques pays développés : les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle Zélande, et quelques pays « émergents » : la Thaïlande, le Brésil, et l’Argentine (ce qu’on appelle le Groupe de Cairn).

De la même façon, face à la demande de libéralisation de l’industrie, la soi-disant « résistance du Sud au NAMA » (affaires non-agricoles, dans le vocabulaire de l’OMC), en fait, est essentiellement une résistance des pays du Sud pratiquant une politique à la List, pour reprendre la conceptualisation de Yash Tendon (List est le théoricien du protectionnisme pour permettre le décollage industriel), face à la capacité énorme de la Chine à produire et exporter n’importe quoi.

Il est très important lire le rapport du Carnegie pour bien comprendre la réalité des oppositions au Doha Round : tous les syndicats paysans du Sud sont contre la libéralisation des marchés agricoles, tous les syndicats de travailleurs du Nord et du Sud sont contre la libéralisation des produits manufacturiers. Et selon l’étude de Carnegie , ils ont raison. La libéralisation des produits agricoles ne profite qu’au groupe de Cairn, celle des produits manufacturés profite essentiellement à la Chine.

La critique qui est faite au rapport, évidemment, par le représentant de la Commission, Monsieur Fontini, est de dire « Oui, mais vous avez oublié les services ». Moi, je crois que si le Carnegie avait étudié les services, il aurait retrouvé exactement le même genre de résultats. Il aurait vu que la libéralisation des services sert à une sorte de « Groupe de Cairn des services », qui comprend l’Union européenne et l’Inde, et qu’elle ne peut rentrer dans les buts du Doha round, c’est à dire l’aide au développement économique du Tiers monde, qu’au titre de l’Inde. Mais en fait, c’est essentiellement l’Union européenne qui profiterait d’une libéralisation des services, et ça correspond à l’expérience concrète de quiconque va dans le Tiers monde. Les services dont il s’agit, c’est l’eau, c’est-à-dire la France, c’est la banque et l’assurance, c’est-à-dire la Grande Bretagne, etc .

Monsieur Fontini n’a communiqué qu’un seul message au nom de la Commission européenne (qu’a d’ailleurs souligné Yash Tendon) : que le Doha Round ne se dénouera que quand les pays du Sud accepteront d’ouvrir leurs marchés aux services de l’Europe.

Eh bien, le seul message que les Verts doivent communiquer, c’est que nous sommes contre ce compromis, nous n’approuvons pas ce deal. Nous ne sommes pas prêts, en tant que Verts, à accepter l’AGCS, l’accord général sur les services qui permettrait le développement des grandes compagnies d’assurance, de la banque, de l’eau, de l’ingénierie de l’Union européenne au détriment de la capacité de développement des pays du Tiers monde. En échange de quoi ? De l’ouverture de l’Union européenne aux produits agricoles de la Thaïlande, du Brésil et de l’Argentine. Ce qui aboutirait, le rapport Carnegie le montre aussi, à une baisse de 27% des revenus des paysans européens ! Nous ne sommes pas pour ce compromis. Ca ne nous intéresse pas, ça n’intéresse ni les peuples du Tiers monde, ni la paysannerie européenne.

Il faut ensuite entrer dans les « détails ». Quand on rentre dans le détail, Monsieur Fontini dit : « Nous sommes tout à fait d’accord pour l’ouverture, avec 0 % de droit de douane, à tous les pays les plus pauvres ». Oui, mais où met-on la barre des « plus pauvres » ? Je prendrai un seul exemple, celui de la banane. Il existe une « Chine de la banane », un pays qui peut produire toutes les bananes du monde en cas de libéralisation des bananes, c’est l’Equateur. Est-ce qu’on le prend dans le wagon du libre-échange de la banane ou est-ce qu’on ne le prend pas ? Ca change tout ! Si on prend l’Equateur, alors il n’y a plus de banane colombienne. On peut s’en réjouir, vue la façon dont la banane est produite en Colombie, mais il n’y a plus non plus de banane jamaïcaine, ni de banane de toutes les Iles Sous le Vent, il n’y a plus de bananes ni en Guadeloupe, ni en Martinique ni dans les Iles Canarie ni à la Réunion etc.

Alors il faut être sérieux : ignorer ces petits pays des Iles Sous le Vent, toutes les Iles des Caraïbes, si vous en faite la somme, c’et un quartier de Pékin, c’est un quartier de Shenzen, à l’échelle du monde, ce n’est rien. Mais si vous leur supprimez l’exportation des bananes, que deviennent-ils ? Un bordel touristique ? Il faut répondre… Je crois que nous avons des responsabilités, vis-à-vis de spécialisations historiques que nous avons, en tant qu’Européens, imposées au reste du monde, et que nous devons les assumer. Ca pose des problèmes à l’Equateur ? Je crois qu’il va falloir répondre très clairement : « Oui, il faut un traitement différencié, en fonction de critères sociaux, de critères de responsabilités, par rapport à l’ensemble des pays du Tiers monde », et je ne crois pas que cette différenciation puisse passer uniquement par le système des tarifs.

Dans le cadre d’une baisse générale des tarifs douaniers, nous n’arriverons plus à aider tel ou tel pays du Tiers monde par des tarifs de « préférences généralisées ». De toute façon, une préférence douanière, avec des tarifs douaniers mondiaux de plus en plus bas, ce n’est plus une préférence du tout, soyons sérieux... Donc, nous allons être obligés de reparler de préférences, en termes de quotas, de dire qu’il y a 20% du marché européen des bananes pour les pays à l’intérieur de l’Union européenne, 20 % pour les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique, et pour les 60% restant , il faudra que l’Equateur et la Colombie et les pays centre-américains s’arrangent pour se les partager.

Autre limite au rapport Carnegie : il mentionne, mais sans les calculer, les « coûts d’ajustement ». C’est-à-dire qu’il calcule les gains et les pertes dans la future situation d’équilibre qui résulterait de diverses hypothèses de libéralisation du commerce mondial. Mais entre la situation présente et l’équilibre futur, que de tragédies ! Si vous avez une tendinite au coude, vous allez chez le médecin et il vous dit « On peut opérer. Ca fait une semaine d’hospitalisation, puis six mois de rééducation, ensuite vous pourrez rejouer un tournoi de tennis ». Si vous êtes champion de tennis, vous accepterez peut-être, sinon, vous y réfléchirez à deux fois et vous rechercherez des « transitions » plus douces….

Dernière critique que je ferais, moi, au rapport Carnegie, c’est la critique fondamentale que font les Verts, pas seulement le groupe Vert au Parlement européen, mais les Verts mondiaux, au Doha Round. C’est que tous les avantages que peut apporter la libéralisation du commerce (soit dix dollars par personne et par an, au mieux !), c’est ridicule, par rapport à tous les problèmes que nous ne traitons pas à l’intérieur du Doha Round, c’est à dire la conciliation entre le commerce et les nécessités du développement soutenable. Toutes les règles du commerce doivent dorénavant, si nous voulons sauver la planète et l’humanité de coûts beaucoup plus élevés que dix dollars par tête, dus au changement climatique, au risque d’un accident portant sur une culture industrielle, OGM ou élevage des animaux aux hormones (nous avons connu ça avec l’accident de la vache folle), alors il faut subordonner l’OMC aux grands accords internationaux que sont la FAO, l’OMS, les accords de Kyoto, le protocole de Carthagena. Nous risquons de gagner dix dollars par personne au prix de dix mille dollars par personne d’accidents écologiques. Nous en avons l’absolue certitude, en matière de changement climatique.

Nous devons recommencer le Millenium Round en fondant tout sur le développement soutenable : quelles sont les conditions, quelles sont les règles du commerce qui permettent un véritable développement soutenable, solidaire entre les nations, au service des plus démunis, et respectant les droits des générations futures à vivre sur cette planète.

Post Scriptum : le débat fait rage sur le forum de mon précédent blog, à propos du texte de Baudoin diffusé par Indépendance et Démocratie (villieriste) et par Bellaciao (gauchiste). C’est très agréable : je n’ai même plus à répondre sur le forum, les lecteurs s’en chargent eux-mêmes. Particulièrement savoureux (aux côtés d’une belle intervention anonyme sur la « zone grise » de Pau sous l’Occupation) sont les messages qui épinglent la ligne de défense fluctuante de Bellaciao à propos de son alliance rouge-brune.

En France, les alliances rouges-brunes sont extrêmement rares depuis 1945 : on ne les a vu se manifester que sporadiquement, par exemple à propos de la confusion (rare) entre antisionisme et antisémitisme. En revanche, elles étaient autrefois monnaie courante. Marx dénonçait dès 1848 le « socialisme réactionnaire », et plus tard le « socialisme des imbéciles », c’est-à-dire l’antisémitisme (aujourd’hui largement remplacé par l’anti-américanisme ou la dénonciation des « élites apatrides de Francfort »).

Les alliances rouges-brunes étaient au contraire fréquentes dans l’entre-deux-guerres, où le Parti communiste allemand (KPD) et le Parti national-socialiste des ouvriers d’Allemagne (NSDAP, hitlérien) manifestaient ensemble contre la social-démocratie et la République de Weimar, où les Croix de Feu mobilisaient le Peuple contre l’Assemblée nationale française, le 6 février 34 (mais déjà les partis de gauche français avaient appris se méfier).

Le grand anthropologue Karl Polanyi, dans son livre décisif et magnifique La Grande transformation (titre dont je me suis inspiré pour un de mes livres, Qu’est ce que l’écologie politique ? La Grande transformation du XXIe siècle), en a, dès 1941, bien démontré les racines : la révolte de la société contre le dogme du pouvoir autorégulateur du marché a engendré, comme trois réactions jumelles, le fascisme, le stalinisme et la social-démocratie. Se dire « antilibéral » peut donc aussi bien mener à l’une des trois variantes (comme l’avait aussi compris Trotsky, de façon sporadique, bien que le trotskisme réellement existant, c’est-à-dire la politique de Trotsky à la direction de l’Union soviétique, ait été tout aussi nationaliste, productiviste et technocratique que celle de Staline).

Aujourd’hui, plus personne ne s’avoue ni nazi ni stalinien, mais des positions semblables persistent à l’intérieur de l’antilibéralisme. Le type de réactions nationalistes, productivistes et étatistes n’a aucune raison de disparaître, tandis qu’au côtés de la social-démocratie se développe également une alternative antilibérale fondée sur l’écologie politique.

C’est pourquoi un « front antilibéral » ne peut exister : une définition par la négative aussi vaste et vague, en l’absence de précision sur les contenus qu’il faudrait opposer à la régulation marchande, ignorant toute spécification (contre l’exploitation, contre l’oppression, pour le développement soutenable) ne peut fonder une politique, ou plutôt, elle peut fonder les pires politiques. Bien sûr, quand j’ai voté Non à Maastricht, je savais que Le Pen aussi votait Non, mais je me suis attaché à montrer que nos raisons étaient diamétralement opposées. La publication du texte de Baudoin sur le site villiériste et sur le site Bellaciao, et les défenses que cette alliance suscitent, montre qu’ils avaient voté Non pour les mêmes raisons nationalistes et anti-parlementaristes.

Je m’aperçois que, dans mon blog de départ, je n’ai même pas dit ce que nous avions voté contre le rapport Leinen et pourquoi ! Ca m’apprendra à me focaliser sur la réponse à des pitreries qui n’en valent pas la peine.

Dès le vote en Commission des Affaires constitutionnelles, nous avions trouvé le rapport Leinen très gnangnan : il ne critiquait pas le sabotage par le Conseil et la Commission du processus Duff-Vogenhubber, il ne reprenait même pas l’acceptation par le Conseil de l’ amendement des Verts de l’époque, qui précisait que nous ne pensions pas que la reprise du TCE tel quel soit possible, à cause des votes français et hollandais, mais nous considérions qu’il faut à tout le moins viser à sauver le « contenu constitutionnel » du TCE de 2004. Déjà, on avait assisté à une alliance rouge-brune contre Duff et Voggenhubber !! Nous avons remis ces amendements sur le rapport Leinen : ils ont été rejetés, nous avons donc voté contre le rapport.

Qu’entend-t-on par « contenu constitutionnel » ? A mon sens, cela comprend la première partie (avec le large élargissement de la codécision et du vote à la majorité, la pondération de ce vote à la majorité par la population, l’initiative législative populaire par un million de signatures), la totalité de la deuxième partie (la Charte des droits fondamentaux), y compris avec les derniers articles qui lui donnent valeur contraignante en droit administratif européen, la quatrième partie avec la possibilité d’amendement constitutionnel sur initiative parlementaire et ratifié par 4 pays sur 5. Et la liste restrictive des articles et sous-articles des « politiques » demeurant à l’unanimité (sans avoir à revoter dans une troisième partie ces articles eux-mêmes lorsqu’ils existent déjà), ainsi que les quelques articles nouveaux de la troisième partie, tel que l’article III-122 rendant obligatoire le financement des services publics, ou l’article III-271 ouvrant la voie à la mise en place d’un droit pénal fédéral, dont une des premières cible serait l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants.

Naturellement, je pense que ce squelette législatif est encore largement insuffisant. Bien sûr, il faudra se battre pour éliminer par exemple la liste des droits de veto inscrite dans la troisième partie (ce qui reviendrait à éliminer la troisième partie elle-même, puisqu’elle perdrait ipso facto tout caractère constitutionnel et ne dépendrait plus que des majorités). Mais ne nous faisons pas d’illusion. Le TCE était un compromis miraculeux qu’avait permis la coexistence de Gerhard Schröder et de Joschka Fischer à la direction de l’Allemagne, l’envie qu’avait Giscard de rester dans les mémoires comme un grand européen, l’envie qu’avait Chirac de fusionner avec l’Allemagne…

Le prochain texte sera sans doute meilleur que Maastricht-Nice, mais nettement moins bon que le TCE. En espérant qu’il ne faudra pas l’attendre beaucoup plus de dix ans !

À cliquer : Le régime de bananes, image de Wikipedia

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve154

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 7 contributions à ce blog.
  • Nouveaux bruits de chiottes chez les « Rouges-bruns » du collectif BellaCiao


    - Extrait de l’article « La fortune immobilière de Royal, une intoxication par le web » publié par le journal libération du mercredi 17 janvier 2007 :

    « Tout commence en juin à la gauche de la gauche. Sans indiquer d’où vient l’information, le collectif Bella Ciao est l’un des premiers à relayer l’existence de la SCI La Sapinière. Les débats qui agitent alors une partie de la blogosphère tournent autour d’une vidéo tronquée de François Hollande dans laquelle il affirme : « Je n’aime pas les riches, j’en conviens ». D’où cette phrase tirée de l’article publié le 28 juin 2006 sur Bella Ciao : « Après les propos de François Hollande (...), un internaute nous signale un lien intéressant, où l’on découvre que le couple richophobe gère une SCI au capital d’UN MILLION D’EUROS ! » … »

    http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections 2007/229166.FR.php

    javascript:emoticon(’smiley’) smiley


    Mercredi 17 janvier 2007 à 21h54mn09s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum1265
  • Doha rien. Rouges et bruns.

    Qui porte la responsabilité de l’arrivée d’Hitler au pouvoir lors des élections législatives de 1933 ? Les historiens (... et l’accès aux archives) ont démontré que la vérité est très différente de la version présentée par la propagande stalinienne.

    En effet, On le sait et c’est pas nouveau, voir la littérature de l’opposition de gauche anti-fasciste et anti-stalinienne, c’est le Parti Communiste allemand (KPD) qui a refusé de rejoindre la coalition proposée par le parti social démocrate allemand (SPD) pour empêcher le parti nazi (NSDAP) d’être majoritaire.

    Le KPD appliquait à l’époque la ligne classe contre classe définie par Joseph Staline.

    L’ennemi principal était la social démocratie accusée par la propagande communiste de trahir la classe ouvrière. Les communistes voulaient prendre la direction du mouvement ouvrier mondial et cherchaient par tous les moyens à diaboliser toute autre alternative stratégique. Jan Valtin, ancien reponsable de la Troisième Internationale, a relaté la manière dont les communistes procédaient sur le terrain dans un ouvrage intitulé "SANS PATRIE, NI FRONTIERE" et édité aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale.

    Lors des campagnes électorales, les troupes d’assaut du NSDAP attaquaient les meetings sociaux démocrates aux côtés des militants du Front Rouge qui regroupaient les communistes et des syndicalistes sous leur influence.

    Rappelons à ce propos que si le KPD avait accepté la coalition avec le SPD et les partis chrétiens du Centre, Hitler n’aurait pas pu obtenir la majorité en nombre de sièges au Parlement allemand et par conséquent n’aurait pas été élu démocratiquement en 1933 à la tête de la chancellerie du Reich. ...

    http://www.raslfront.org/


    Lundi 3 juillet 2006 à 18h53mn46s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum858
  • Doha rien. Rouges et bruns.

    Je m’étonne encore et toujours que vous soyez si sombre. Par contre, je trouve d’un optimisme étonnant lorsque vous affirmez que "... ouvrant la voie à la mise en place d’un droit pénal fédéral, dont une des premières cible serait l’exploitation sexuelle des femmes et des enfants." qui me semble être une double inexactitude.

    Même s’il n’a pas l’inimitable saveur du papier timbré, le droit pénal européen existe suffisamment de par les axes variés par lesquels il se construit par l’imposition de normes minimales en matière de sanctions en cas de délit dont la définition se décide parfois tout simplement au Conseil (sans d’ailleurs que la Commission ou le Parlement en soient informés) : je pense notamment aux travaux relatifs à IPRED, mais aussi à bien d’autres :

    http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2006/05/rel vement_des_n.html http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2005/12/arr t_relatif_au.html http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2005/02/que lques_ides_s.html

    Tout ceci pouvant se résumer au constat par lequel l’Union ne m’a jamais semblé terriblement gênée par les défauts évidents de ses traités dès lors qu’il s’agissait de restreindre la liberté de ses citoyens ou des individus aspirant à y résider : quel dommage qu’il semble si difficile alors de s’accomoder de tels défauts pour donner des obligations à l’Union envers ses citoyens, ou peut-être même, osons rêver... des droits ?

    Oui, je sais : demander des droits, c’est mal.

    La seconde inexactitude découle alors de la première : les premiers usages de ce droit pénal européen ne sont pas de poursuivre les citoyens des pays riches succombant à leurs bas instincts, mais surtout, les entrepreneurs se mettant en capacité de remettre en question l’ordre social établi à l’intérieur de l’Union entre grands capitalistes et autres propriétaires et simples entrepreneurs.


    Dimanche 2 juillet 2006 à 08h30mn29s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum842
    • Doha rien. Rouges et bruns.

      Je crois que vous mélangez au moins trois choses.

       Il existe déjà un droit communautaire tout court. Dont il faut réprimer les contrevenants pour protéger les droits des autres (ce ne sont pas forcément des « crimes » mais somme vous dites des délits). Dans ce cas , ce que vous appelez « droit pénal » ne fait qu’harmoniser la protection du droit européen (droit à l’environnement sain, etc). Cette harmonisation est de nature législative ou réglementaire (distinction comitologique qui ne serait vraiment levée que par le TCE, d’inspiration juridique française) et il est assez naturel qu’elle soit opérée par la chambre législative composée d’exécutifs nationaux : le Conseil.

       Il existe depuis Amsterdam des crimes transfrontières, en nombre limité : trafic de drogue, de fonds, d’armes et de femmes. Par extension, la Cour et la Commission considèrent que les crimes « locaux » servant de base à ces trafics sont aussi de crimes communautaires (corruption, fabrication de drogue, enlèvement de femmes).

       Pour la première fois des actes locaux, non transfrontières auraient été considérés comme des crimes européens alors même qu’ils sont parfois considérés comme légaux dans certains pays (l’Allemagne, vous le savez depuis la Coupe du Monde, est « réglementariste » en matière de prostitution, c’est à dire que le proxénétisme y est légal).

      Sur ce point, lire le commentaire du Sénat relatif aux articles 270-271.

      Sur le fond, vous considérez que cet article « restreint les droits des citoyens », les fans enivrés de la coupe du monde de la FIFA allant chercher dans les bordels de Berlin le juste repos du supporter. Je considère au contraire que l’Union poursuivait là la conquête des droits de femmes, que les législations nationales n’avaient pas su davantage leur garantir, après deux siècle de Révolution Française, que celui à un environnement sain. Nous n’avons pas les mêmes valeurs, nous ne luttons pas pour les mêmes droits : et c’est ça la démocratie.

      Mais il faut respecter le choix populaire : les Français ont massivement rejeté non seulement le 122 et le 271, mais toute la charte de droits fondamentaux. Ne rêvons pas : ces droits, les Français (ou plutôt la majorité qui a suivi les leaders rouges et bruns) n’en veulent pas comme droits, mais comme affrontement au gouvernement. Ils ont laissé abolir le droit à ne pas travailler avant la fin de la scolarité (que le TCE leur aurait garanti) , mais se sont finalement révoltés pour le droit à la protection contre un licenciement non-motivé (qu’ils ont récupéré, dans le cas des seuls jeunes, après avoir voté contre les articles 92 et 95).

      Voilà pourquoi je ne suis pas optimiste. Un peuple qui vote pour diminuer ses droits n’a pas un brillant avenir.


      Dimanche 2 juillet 2006 à 12h30mn12s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum843
      • Doha rien. Rouges et bruns.

        Votre point de vue est, ici encore, des plus honorables.

        La question que vous soulevez concernant la diversité des droits applicables aux personnes au sein de l’Union (telle forme de prostitution étant légale à tel endroit et ne l’étant pas à telle autre dans un espace de libre circulation des personnes) est effectivement fondamentale. Mais, au risque de passer pour un infâme salaud, je pense que la question que vous posez est du même ordre que celle qui consiste à s’interroger sur la diversité des pratiques et législations bancaires au sein de l’U.E., la France n’étant ni plus ni moins morale que d’autres états-membres sur ces sujets si on considère l’existence et le statut de Monaco ou l’Andorre. Vous concevrez, je pense, qu’on puisse considérer que la question de la législation financière et celle de la législation relative à la protection des personnes en situation de faiblesse sont liées.

        Voilà pourquoi je m’interroge sur cette méthode qui s’obtine à vouloir tout d’abord porter atteinte aux individus sans trop s’interroger sur les pratiques admissibles ou non pour les personnes ... morales. Par ailleurs, au risque de vous semblant excessivement méfiant, cette attitude qui consiste à pointer du doigt une petite minorité de personnes qu’on ne nomme point au nom d’agissements possibles m’a toujours semblé être l’attitude de ceux que vous nommez "les rouges et les bruns" pour éviter de débattre de sujets plus fondamentaux au profit de l’organisation "d’autodafés récréatifs" (pardonnez cette provocation grinçante).


        Dimanche 2 juillet 2006 à 16h54mn34s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum846
        • Doha rien. Rouges et bruns. C’est pourquoi j’approuve des deux mains la Commission quand elle frappe sans faiblesse ces « personnes morales » que sont les grandes entreprises, et je l’attaque quand elle se laisse elle même corrompre. C’est pourquoi j’approuve mon père d’avoir attaqué l’Etat et la Sncf comme personnes morales. C’est pourquoi je louais le TCE d’attaquer le système prostitutionnel (les proxénètes) et non les prostituées (ou leurs clients).
          Dimanche 2 juillet 2006 à 18h09mn00s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum847
          • Doha rien. Rouges et bruns.

            Si d’aventure vous cherchiez à l’avenir une tribune pour vous exprimer, librement bien entendu, sur ces sujets, et même si je ne parle évidemment qu’en mon nom propre, je suppose que les (autres) co-auteurs de Publius seraient on ne peut plus enchantés de vous voir rejoindre l’aventure.

            http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2006/06/pub lius_nest_pa.html


            Dimanche 2 juillet 2006 à 19h46mn34s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve154#forum848
Calendrier des blogs
<< juillet 2006 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
23/07: Jennar jette le masque. Bettelheim est mort.
15/07: Barbara se marie
13/07: Clash sur les SIEG. Zizou.
9/07: Blog sur le blog
7/07: Parrainage à Strasbourg
1er/07: Doha rien. Rouges et bruns.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: