Week-end à Marseille. Audaces !


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 1er octobre 2006

Ce week-end, grosse réussite de la fête des Verts des Bouches du Rhône. L’après-midi du samedi, ateliers suivis d’une plénière consacrée aux rapports Nord-Sud. J’ai le plaisir d’y retrouver Pierre Sané, que j’ai eu pour étudiant d’un cours d’été donné à l’Université d’Ottawa autour de mon livre Mirages et miracles. Pierre est aujourd’hui directeur des sciences humaines à l’Unesco. Il est accompagné de Sanou M’Baye, ancien de la Banque africaine de développement, et chroniqueur au Monde diplomatique, et d’un jeune militant du Réseau Éducation Sans Frontière.

Les deux Africains rappellent qu’ils ont été les premières victimes de la mondialisation à l’époque coloniale, et soulignent les changements intervenus dans la division internationale du travail depuis cette époque. Sanou insiste qu’il n’est pas possible d’établir une bonne coopération Nord-Sud (par exemple entre l’Union européenne et l’Afrique) sans une coordination et une unification préalable de l’Afrique elle-même.

Je prends alors la parole et les appuie chaleureusement. Je rappelle que la nouvelle division internationale du travail (les activités de direction technologique et financière au Nord, la production manufacturière et agricole au Sud) implique comme réponse progressiste l’abandon du nationalisme (qui reste évidemment justifié dans le cas de la récupération des ressources minières) et un combat multilatéraliste pour des règles planétaires communes, sociales et environnementales, s’imposant au-dessus des lois du libre-échange international. J’explique qu’en tant que président de la délégation pour la Communauté andine, j’ai toujours refusé aux présidents de ces pays leurs demandes d’accords directs entre leurs pays et l’Union européenne : nous n’approuverons qu’un accord d’association entre l’Union européenne et la Communauté andine elle-même (idem pour le Mercosur, pour l’Afrique etc).

Débat nord-sud

J’explique ensuite les nouveaux enjeux issus de la crise de la négociation post Doha. Il est fort possible que l’OMC s’écroule et, déjà, plusieurs scénarios sont en débat :

* Peter Mandelson et Pascal Lamy continuent désespérément de rechercher le compromis du libre-échange généralisé : l’Europe ouvre ses marchés agricoles, le Sud ouvre ses marchés manufacturiers, mais surtout son marché des services (Accord Général sur le Commerce des Services, AGCS) et reconnaît les droits de propriété intellectuels brevetés par le Nord (ADPIC : Aspects des Droits de Propriété Intellectuelle qui touchent au Commerce, ou TRIPS, en anglais).

* Face à l’écroulement probable de ce projet, devant la résistance des nouvelles puissances émergentes du Tiers-monde, les États-Unis privilégient les accords bilatéraux de fort à faible (entre eux-mêmes et les petits pays).

* L’Europe privilégie les accords « bi régionaux » (c’est-à-dire entre deux systèmes de coopération économique, par exemple entre l’Union européenne et l’Amérique latine), mais cette tendance se subdivise en deux lignes différentes :

**Une première variante, défendue en particulier par une partie du capitalisme allemand, vise une sorte d’Organisation commerciale du Traité de l’Atlantique Nord, c’est-à-dire un traité libre-échange transatlantique accompagné d’un protectionnisme contre les nouveaux concurrents asiatiques.

**Les Verts eux, dans ce "multilatéralisme restreint", cherchent, comme pour le multilatéralisme global, à introduire des règles de défense de l’environnement et des droits sociaux et démocratiques, au-dessus des règles du libre-échange.

J’observe tout en parlant un certain étonnement dans la salle. J’ai beau expliquer ça sur mon blog depuis des mois, il est clair que de nombreux militants de la gauche française, et même des Verts, sont restés monomaniaques, obsédés par le souci de ne pas rouvrir le débat sur l’intégration politique de l’Europe, ce qui les empêche de suivre les affrontements d’une brûlante actualité au sujet de ces accords politiques transnationaux se superposant aux règles du commerce.

Au cours du débat, un militant demande : « Comment se fait-il, après le combat qu’a mené le Tiers-monde pour avoir accès aux médicaments génériques des thérapies contre le Sida, que l’Afrique du Sud ait refusé de s’en servir et même contesté que le Sida soit lié à un virus ? » Très courageusement, les deux Africains répondent : « Ce n’est pas une réponse de l’Afrique du Sud, mais une réponse du président M’Beki. Ni Mandela, ni Desmond Tutu, ni les ONG sud-africaines n’étaient d’accord. C’est un exemple de la mauvaise qualité des élites africaines : elles n’hésitent pas à recourir à la pire démagogie, quitte à flatter les superstitions de leurs peuples ». Je reprends la parole : « Mais ce n’est pas uniquement le cas des dirigeants africains ! Des hommes comme Sarkozy avancent des arguments qui ne résistent pas à l’examen, par exemple L’immigration est la cause du chômage et de l’insécurité, car ils savent que les plus démunis n’ont justement pas à leur disposition ce temps de la réflexion, et il leur est alors facile de gagner des voix par la démagogie. »

Le soir, magnifique concert de Sanseverino dans le parc Billoux prêté par la mairie communiste des quartiers nord de Marseille.

Le lendemain, le débat reprend en plénière, cette fois ci sur la situation politique. Je lance le débat de façon très brutale, en expliquant qu’il y a deux façons d’être conservateur, c’est d’oublier l’une ou l’autre moitié du célèbre vers de Paul Eluard, Un autre monde est possible, mais il est dans celui-ci. Si nous avons perdu en 2002, c’est parce que le gouvernement Jospin a oublié qu’un autre monde était possible. Si nous avons perdu la bataille du TCE et que nous sommes pour très longtemps englués dans le traité de Maastricht, c’est que d’autres ont oublié qu’il fallait, dans une stratégie, tenir compte de « là où on est » et des rapports de force. Je rappelle notre combat commun, Dominique Voynet et moi, pour le Non à Maastricht, Amsterdam et Nice et donc pour le Oui au TCE. Dominique conclura brillement le débat.

En revenant à la maison, je découvre l’état final de la motion que je vais défendre pour l’AG des Verts : « Audaces ! » C’est le résultat d’une discussion avec Noël Mamère et ses ami-e-s. Pourquoi cet accord avec Noël ? Je crois qu’il est essentiel, à la veille d’une élection extrêmement difficile pour notre candidate Dominique Voynet, d’affirmer l’unité des Verts. Or, je me suis rendu compte très vite que la brutalité de l’affrontement entre Noël et moi, il y a cinq ans, pour la candidature à la présidentielle de 2002, a laissé beaucoup de blessures et une image déplorable à l’extérieur des Verts. La convergence avec Noël, symbole d’une réconciliation entre Verts, était donc à mes yeux importante. Je suis persuadé que ce texte peut être le moyen d’une unification au « centre-gauche » des Verts… C’est-à-dire à la fois pour rêver un autre monde et pour changer celui-ci.

En réalité, dès que Noël m’avait remplacé en 2001, j’étais allé le voir pour lui proposer tout mon soutien et ma collaboration. J’ai appris depuis à mieux connaître le personnage : quelles que soient nos différences de sensibilité, nous nous retrouvons dans une insatiable curiosité militante et intellectuelle pour la planète et pour ses peuples, et surtout dans une même forme d’engagement militant. L’un et l’autre, nous considérons qu’il est important d’être dans les institutions afin de mener véritablement des politiques de transformation sociale, mais nous n’oublions pas que ces institutions constituent des points d’appui pour les luttes extra institutionnelles : chez lui, par exemple, pour le mariage gay, chez moi pour les associations des droits de l’homme de la Communauté andine, ensemble pour les sans-papiers et contre les OGM. Et, bien entendu, nous nous sommes rejoints dans la lutte pour sortir l’Europe du traité de Maastricht-Nice...

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve173

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 11 contributions à ce blog.
  • Week-end à Marseille. Audaces !

    Bonjour Alain. Félicitations pour avoir introduit un coin dans la faille que tu as détectée dans l’édifice néolibéral. j’ai relayé l’information. Tu sais que je suis un peu anar et révolutionnaire et je pense que le capitalisme néolibéral peut s’écrouler aussi brutalement que ce fut le cas pour le bloc de l’Est en 1989.

    Je ne suis pas d’accord avec toi sur le soutien à la motion "Audace". Lis la bien. Il y a des termes qui me paraissent inacceptables comme la dangereuse référence à un soi disant "sectarisme républicain" Cela a fait l’objet d’un débat sur la liste de discussion Rhône-Alpes (réservée aux adhérents). Je reproduis ci dessous un extrait. Je signe la motion "Liberté, Laïcité, Diversité"

    amicalement Alexandre Rafalovitch


    retour sur les principes républicains ----------

    je note que les rédacteurs de la motion "audaces" manquent de culture républicaine. Ils n’ont peut-être pas perçu toute la richesse et la force politique de la notion de république telle q’elle a surgi à la révolution française. Je m’arrête à la critique de l’orientation n°1. imaginer qu’il existe un "sectarisme républicain" symétrique de l’intégrisme religieux c’est de l’amalgame et presque du négationisme. Existe-t-il un extrémisme démocratique à mettre en balance avec l’extrémisme violent des régimes dictatoriaux par exemple ?. "L’égalité de fait" qu’est ce que ça veut dire ? L’égalité ne peut être qu’une égalité en droit : au sufrage universel chaque citoyen a le même pouvoir par son vote. En quoi l’égalité pourrait elle être sinon en droit ? en taille ? : tous les hommes à 1m75 et les toutes femmes à 1m65 ! ça n’a pas de sens ! Je vous propose de relire la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1798. Si vous y trouvez un seul mot qui mérite d’être changé, je veux bien en débattre.


    Lundi 30 octobre 2006 à 12h53mn13s, par Alexandre Rafalovitch
    lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1126
    • Week-end à Marseille. Audaces !

      « Sectarisme républicain » renvoie à un courant qui, sous prétexte de « République », combat la liberté religieuse telle que l’a définie la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, au sortir d’une guerre qui connu la pire négation de ce droit dans l’Histoire de l’Humanité. Voici l’article correspondant :

      Art 18.Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

      Le « sectarisme républicain » s’exprime notamment, dans sa variante de gauche, sur la liste et le site ResPublica, qui soutient parfois des combats de gauche (à noter qu’un de ses animateur, Teper, a soutenu le combat de mon père pour faire reconnaître la responsabilité de l’Etat et de la Sncf dans la déportation des juifs), mais cible souvent les organisations comme le MRAP qui combattent le racisme anti-musulman, ou Alain Gresh qui défend les droits des Palestiniens. En fait, ils pourchassent toute expression de la religion « dans ses rites et en public »… étant entendu que les religions qui leur posent problème sont en fait les religions minoritaires et discriminées.

      En ce sens, ce courant ne se distingue pas des intégristes religieux , il défend simplement un intégrisme athéiste d’Etat.

      Toute autre fut la position d’un Jaurès lors du débat de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Vieux débat que je n’ai pas le temps de rapporter ici et qui suppose en effet une certaine culture de notre histoire laïque.

      L’égalité de fait vise ici le droit à la liberté religieuse et non la taille humaine comme tu feins de le croire. Il est étonnant que tu ignores que, en France, elle est proclamée en droit et bafouée en fait.

      C’est pourquoi le courant Audaces !, qui regroupe de nombreuses personnes issues de l’immigration (maghrébine, italienne, africaine, polonaise, yiddish…) est particulièrement attentif à cette dimension de l’anti-racisme. Il a été attaqué sur une liste verte par une personne qui trouvait qu’il y avait trop d’Arabes parmi ses signataires, que ce groupe de pression avait imposé la phrase que tu incrimines, et donc qu’il présentait un danger pour les fillettes de 8 ans. Cette personne a reçu un blâme du Collège éxécutif des Verts.


      Mardi 31 octobre 2006 à 02h15mn58s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1131
  • Dans les coulisses de l’Assemblée natinonale

    Aujourd’hui mercredi 4 octobre, parution du livre Députés sous influences, le vrai pouvoir des lobbies à l’Assemblée Nationale (Fayard), de Hélène Constanty et Vincent Nouzille. Pour savoir "pour qui roule" votre député...
    Mercredi 4 octobre 2006 à 11h41mn23s, par Hélène
    lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1086
    • Dans les coulisses de l’Assemblée natinonale

      Bravo pour cette initiative !

      Si la même était faite au Parlement européen, on se demande où s’arrêterait le débat ...

      Je suis sûre que certains députés en toute bonne foi ne se rendent pas compte qu’ils glissent vers la corruption.

      Une initiative en ce sens leur serait donc bénéfique en premier lieu.


      Jeudi 5 octobre 2006 à 13h38mn12s, par Linda
      lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1094
  • Week-end à Marseille. Audaces !

    "Or, je me suis rendu compte très vite que la brutalité de l’affrontement entre Noël et moi, il y a cinq ans, pour la candidature à la présidentielle de 2002, a laissé beaucoup de blessures et une image déplorable à l’extérieur des Verts. La convergence avec Noël, symbole d’une réconciliation entre Verts, était donc à mes yeux importante."

    Je ne saurais exprimer à quel point je partage ici votre opinion. Le discours des verts est devenu parfaitement inaudible en France.

    Et puisque, pour appeller un chat un chat, les chances des verts français à la présidentielle et aux législatives sont nulles, j’avoue ne pas comprendre pourquoi les verts français s’obtinent à tenter de réconcilier un socialisme à la française molasson avec quelques idées d’écologie locale plutôt que de s’emparer du débat public, dont transnational, sur l’écologie.

    Sans nécessairement revendiquer une rupture chez les verts, je crois, de l’extérieur, nécessaire de les inviter à bien vouloir au moins se doter d’un discours moins étriqué que celui des trop nombreux réactionnaires courrant après la carotte présidentielle.


    Mardi 3 octobre 2006 à 20h25mn03s, par Epiphigère (epiphigere@4jn1n.freesurf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1084
    • Week-end à Marseille. Audaces !

      La participation à une campagne présidentielle est au moins un temps d’accès aux grands médias. On peut y parler d’écologie. Le problème avec les médias c’est qu’à propos d’une campagne ils préfèrent parler des bisbilles que du contenu. Et tout ça est compté dans le "temps CSA". Donc, le moins de bisbille, le plus d’écologie.
      Mercredi 4 octobre 2006 à 15h52mn03s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1089
      • Week-end à Marseille. Audaces !

        Au risque de paraître d’un optimisme délirant, une campagne, c’est aussi l’occasion de parler avec ses voisins, ses proches de grands sujets. Or, il y a encore quelques années, débattre finissait souvent en question d’idéologie ou de confiance : on se disait de droite, communistes, ébloui par Balladur ou Jospin, qu’importe : aujourd’hui, il devient plus fréquent de débattre des sujets eux-mêmes et pas de savoir à qui les confier.

        Reste que tenir un discours cohérent sur les grands sujets ne s’improvise pas. Les intellectuels eux-mêmes sont rarement honnêtes : ainsi trouvera-t-on toujours un économiste pour défendre une thèse et un autre pour défendre l’exact inverse. Souvent, les partis-pris de l’un comme de l’autre transparaissent. La campagne du TCE a, à mon avis, montré qu’un raisonnement rigoureux, basé sur des prémisses vérifiables et exacts, tronqué ou non, peut triompher.

        J’attends donc des intellectuels verts la founiture de ce discours rigoureux sur les grandes questions. Bien entendu, il ne s’agit pas de prétendre, vaine prétention, tenir un discours exhaustif. Mais, au moins, un discours cohérent, rigoureux, exposant ses premisses et ses conclusions.

        Et le CSA ne compte pas ça.


        Mercredi 4 octobre 2006 à 20h19mn34s, par Epiphigère.
        lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1091
        • Week-end à Marseille. Audaces !

          "Or, il y a encore quelques années, débattre finissait souvent en question d’idéologie ou de confiance : on se disait de droite, communistes, ébloui par Balladur ou Jospin, qu’importe : aujourd’hui, il devient plus fréquent de débattre des sujets eux-mêmes et pas de savoir à qui les confier."

          Débattre d’un sujet est une chose, pas besoin d’un contexte politique pour cela. Voter un texte en est une autre. Malheureusement en France, la constitution ne permet pas (au contraire de la Suisse, démcratie directe) aux citoyens de s’approprier le legislatif via des referenda ou des initiatives populaires. Et les principaux partis français (Verts y compris)se gardent bien de changer cette situation. Les Verts, dans "le monde change avec les Verts, changeons le monde", ne propose que, je cite (page 65) :

          "Le referendum d’initiative populaire (aujourd’hui réduit à une simple consultation qui ne s’impose pas à l’exécutif) doit être inscrit dans la loi, à tous les niveaux de collectivités publiques. Les questions posées ne pourront néanmoins porter sur des sujets remettant en cause les droits fondamentaux (question : qu’est ce que les "droits fondamentaux" ?). Par ailleurs, un droit d’initiative législative devrait être conféré aux citoyens : toute proposition de loi contresignée par 500 000 citoyens devrait être automatiquement inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale."

          La deuxièeme partie est un joli copié-collé de l’article I-47-4 du TCE, une poudre de perlin-pin-pin démocratique qui ne donne aucun pouvoir aux citoyens condamnés à n’utiliser leur vote que pour les rendez-vous de la star-academy électorale ("vous aimez nicolas ?, tapez 1, pour dominique, tapez 2..."). On vote pour des personnes, jamais pour des idées. Affligeant. Desespérant :-(

          dis moi, Alain, maintenant qu’on peut discuter de la question sur la base d’un texte des verts, qu’est-ce qui fait que vous, les Verts, ne voulez pas donner de pouvoir legislatif aux citoyens ? Alors que ça marche très bien en suisse. Les suisses seraient ils supérieurement intelligents ? Et les français vraiment si stupides ? J’aimerais avoir ton avis la-dessus. Parce que si votre projet ne vas pas plus loin en terme de démocratie, je ne voterai pas pour vous. Je me demande ce qu’il en pense, Hulot, de la démocratie directe ?


          Lundi 9 octobre 2006 à 14h12mn30s, par Michel
          lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1097
          • Week-end à Marseille. Audaces !

            Là Michel, c’est du Troll caractérisé ! C’est le cinquantième message que vous laissez sur mon site sur le meme sujet, sans la moindre écoute de ce qui vous est répondu.

            J’attendais votre message depuis les immondes referendums suisses sur l’immigration et l’anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France (votée unanimememnt par les députés, contre l’opinion alors largement hostile, mais qui aujourd’hui ne souhaite pas son rétablissement). Pas un mot, vous ne faites que copier-coller le sempiternel et meme message. C’est le dernier.


            Lundi 9 octobre 2006 à 15h06mn46s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1098
            • Week-end à Marseille. Audaces !

              c’est dommage que ce post soit sujet à censure. J’avais justement essayé de diversifier le contenu en mettant en lien le progamme national des Verts, alors que mes autres posts portaient plutot sur l’échelon européen. J’aurais voulu (essayer de) comprendre pourquoi les Verts français (hors du contexte européen) n’allaient pas plus loin dans leur réforme démocratique des institutions françaises. C’était d’autant plus interessant que là y’avait un texte comme base de discussion. Je comprends qu’on puisse ne pas être d’accord avec mes idées, mais censurer un thème de discussion (aussi fondamental que la démocratie) n’est pas fait pour améliorer le débat politque. Sauf si on veut pas de débat, dans ce cas, la censure, c’est très effectivement très efficace.

              Juste pour finir, après promis je ne poste plus sur ce site, un troll sur un forum, c’est quand on veut que la discussion parte en vrille, c’est pas quand on essaie de susciter un débat ou qu’on isniste sur une idée.


              Lundi 9 octobre 2006 à 18h49mn27s, par Michel
              lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1100
              • Week-end à Marseille. Audaces !

                Je ne vois pas pourquoi vous parlez de censure :votre mail est publié sur ce forum puisque vous y répondez à ma propre réponse !!! Je dis que je ne reproduirai plus pour la dixième fois le même message. Contrairement à ce que vous dites, depuis le début vous opposez la mauvaise démocratie représentative française et la bonne démocratie directe Suisse. On vous fait toujours les mêmes objections et même après les referendum suisses sur l’immigration vous vous obstinez à répéter votre même position, fort honorable au demeurant, mais ça va, on a entendu. Maintenant on avance dans la discussion ou on en reste là.
                Samedi 14 octobre 2006 à 01h20mn34s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve173#forum1106
Calendrier des blogs
<< octobre 2006 >>
lumamejevesadi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
29/10: Récits de l’immigration-esclavage
27/10: Catastrophe au Prix Sakharov
24/10: La frontière du Sud-Ouest
12/10: CAN, BCE, Mercosur etc
8/10: Lepeltier. Crise de la presse.
6/10: Diversité bioculturelle : Greenpeace, Genève.
1er/10: Week-end à Marseille. Audaces !
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: