Caracas : le FSM écartelé

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 30 janvier 2006

J’ai participé au FSM au Venezuela, à Caracas, invité notamment à un séminaire sur l’eau et à un séminaire sur "Mouvements sociaux et partis politiques".

Cette année, le FSM était "polycentrique" : à Bamako, Caracas, et Karachi. Evidemment, j’ai choisi Caracas, compte-tenu de mes responsabilités vis-à-vis de la Communauté Andine. Cette décision d’éclater le FSM, disons-le tout de suite, a de fait réduit celui de Caracas à une sorte de Forum Social des Amériques, avec quelques toutes petites délégations européennes. J’ai pu cependant en profiter pour faire le point sur l’évolution de la Communauté Andine des Nations et de la Communauté Sud-Américaine des Nations.

Commençons par l’aspect Venezuela. L’opposition politique à Chavez s’est tellement discréditée qu’elle a même renoncé à participer aux dernières élections législatives. Cela s’est traduit par une faible participation, et un risque énorme pour Chavez de se retrouver tout seul, accréditant l’idée d’un régime autoritaire. Du coup, l’opposition possible est essentiellement sociale. L’opposition de droite reste en perdition dans les sondages, mais Chavez, tout en restant très largement soutenu, a perdu un dizaine de points en quelques mois.

Une des raisons fondamentales, et qui risque de s’accélérer, c’est le retard considérable dans la rénovation des infrastructures. Presque rien n’a été fait pour s’attaquer aux bidonvilles et à la crise du logement. Or, le changement climatique est de plus en plus perceptible au Venezuela : la saison des pluies se prolonge, multipliant les glissements de terrain, jusqu’à cette catastrophe : un viaduc sur l’autoroute reliant l’aéroport à la capitale est maintenant tellement gondolé qu’il a dû être fermé ! Il faut désormais de trois à cinq heures pour relier, par la vieille route de montagne, Caracas à son port et à son aéroport. C’est une véritable catastrophe économique et sociale...

On ne peut pas dire que Chavez ne fasse rien socialement : il encourage un "tiers secteur" coopératif, et finance des missions sanitaires et d’enseignement dans les bidonvilles. Mais j’ai un peu l’impression que cette politique remplace le déploiement de vrais services publics d’éducation et de santé. L’avantage, c’est que s’expérimente réellement une culture de production de ces services à partir de la base.

Quant à la structuration de l’Amérique latine, mes conversations avec des responsables vénézuéliens ou brésiliens me confirment que ça patine. Dans les faits, il ne s’est pas passé grand chose depuis Cuzco. Pire, le Venezuela, qui occupe actuellement la présidence de la Communauté Andine, ne s’en occupe presque pas, et se tourne de plus en plus vers le Mercosur, essayant d’y entraîner la Bolivie d’Evo Morales, laissant à l’abandon (c’est-à-dire face aux Etats-Unis), la Colombie, l’Equateur et le Pérou.

Cette absence de politique sud-américaine ou andine se traduit par un véritable recul, au sein du FSM, par rapport à Porto Alegre, l’an dernier. On aurait pu penser que l’élection d’Evo Morales, après celles de Lula, Chavez, Kirchner, Taboré Vazquez(en Uruguay), et l’inflexion réelle, au sein de la sociale-démocratie et de la politique chiliennes, que représente le remplacement de Ricardo Lagos par Michèle Bachelet, allait se traduire par une accélération du processus d’intégration solidaire latino-américain. Eh bien pas du tout. Les discours des responsables politiques devant le FSM nous ramènent à l’idéologie de la gauche sud-américaine des années soixante : le national-productivisme.

Gauche nationaliste : dans les tribunes où ils s’expriment, les dirigeants de la gauche (et Chavez lui-même, lors d’un meeting fleuve, loin du Forum social mondial, au Polyèdre) exaltent non pas l’intégration de l’Amérique du sud, sous forme d’une communauté, mais une solidarité entre gouvernements de gauche censés incarner leurs peuples héroïques. Ironiquement, Chavez exalte le "groupe Chacal", c’est-à-dire l’axe Chavez-Castro-Kirchner-Lula.

Hugo Chavez au Palais des Sports (Polyedro)

C’est déjà se placer dans la dépendance des alternances politiques : d’ici peu, Lula peut être renvoyé, et le Pérou et l’Equateur passer à gauche. Pire : lors du débat organisé par deux fondations brésiliennes sur l’intégration sud-américaine, le Venezuela est représenté par un militaire de l’Union civile et militaire (UCM), qui souligne la puissance des réserves en énergie fossile du Venezuela. Le représentant cubain parle de l’Amérique de gauche comme d’une constellation d’Etats solidaires. Seul mon vieil ami Marcaurelio Garcia (dont j’ai fait la connaissance dans les années 80, aux débuts du Parti des travailleurs, et qui est maintenant conseiller de Lula pour les affaires extérieures, et premier vice-président du PT), s’élève à une dimension universaliste et humaniste, au moins sud-américaniste. Mais le discours dominant est celui des Cubains.

Gauche productiviste : leur modèle est clairement celui de l’industrialisation la plus rapide possible, en s’appuyant sur l’exportation à tout prix des ressources naturelles. Ce n’est pas le discours de Chavez lui-même qui, on s’en souvient, a ratifié le protocole de Kyoto. Mais c’est bien le discours général des représentants de la gauche gouvernementale.

Or, ce discours national-productiviste est contradictoire avec ce qui s’exprime dans les forums du FSM, beaucoup plus "union des peuples", écologistes, pro-indigènes... La gauche anti-chaviste en formation s’engouffre dans la brèche. Elle a tenté d’organiser un petit Forum social "alternatif". Mais à la manifestation qu’elle organise le vendredi matin, pas grand monde, et d’ailleurs, beaucoup de chavistes de gauche. En fait, ces alternatifs auraient tout à fait pu s’insérer dans le Forum social, et d’ailleurs, ils le font : les écologistes vénézuéliens sont parmi les organisateurs les plus actifs de "l’axe 3" du Forum social, qui traite notamment des questions d’écologie et des droits des peuples indigènes.

La contradiction entre le discours d’en haut et le discours d’en bas n’est, comme on le voit, pas encore explosive : ils manifestent ensemble, et ne se distinguent pas réellement dans les débats. Pourtant, la lutte contre l’extension d’une mine de charbon vénézuélienne à ciel ouvert anticipe sur les problèmes qui ne manqueront pas de se poser si le Venezuela et le Brésil s’entêtent dans la construction d’un oléoduc-gazoduc qui traverserait le continent du nord au sud en passant par l’Amazonie. Nul doute qu’un tel projet serait un véritable calvaire politique : à chaque kilomètre, il tomberait sur les réserves sacrées d’un peuple indigène ou sur une espèce protégée de batraciens !

D’ailleurs, les écologistes radicaux titrent dans un de leurs journaux : "Ici, l’ALCA s’appelle IIRSA". Traduction : l’ALCA est l’Accord de Libre Echange des Amériques, proposé par les Etats-unis et rejeté déjà depuis plusieurs année ; l’IIRSA est l’Initiative d’Infrastructures Régionales Sud-Américaine, sorte de Communauté Economique du Charbon et de l’Acier, qui est pour le moment le seul projet concret de la Communauté sud-américaine des Nations.

L’ALCA... ce projet nord-américain déjà plusieurs fois rejeté, et encore une fois à Mar de Plata l’année dernière, reste la cible incantatoire qui unit la gauche d’en haut et la gauche d’en bas. Or les Etats-unis ont depuis longtemps d’autres fers au feu, les traités de libre commerce (TLC), qu’ils essaient de négocier en bilatéral avec les pays qui sont restés en marge du Mercosur : la Bolivie, le Pérou et l’Equateur. Au moment de mon voyage en Equateur en décembre dernier, les négociations de ces trois TLC avaient échoué. Et voilà que, mardi, on apprend que le gouvernement péruvien vient de signer le TLC avec les Etats-unis ! On aurait pensé que le FSM interromprait immédiatement ses travaux et organiserait une énorme manifestation devant l’ambassade péruvienne ? Pas du tout ! Le forum continue comme si de rien n’était à marteler ses slogans anti ALCA...

Il y a des moments où l’incantation, à gauche, finit par servir les manoeuvres de l’adversaire...

En fait, dans ce FSM dominé par une certaine désorganisation et une absence de réactivité politique, ce qui marche, c’est ce qui a une existence permanente : par exemple, la campagne contre la privatisation de l’eau. Finalement, l’héroïne la plus attachante que j’aurais découverte lors de ce FSM est ... Danielle Mitterrand, qui en a fait sa grande cause. Je partage deux repas avec elle, écoutant avec attendrissement cette militante infatigable, dominant sa faiblesse physique pour affronter des voyages éprouvants, et qui parle encore religieusement de "François". Elle parle de sa relation à lui comme du rapport du mouvement social aux gouvernements de gauche...

Le radicalisme de gauche sud américain...
...rejoint par les indiens...
...et les indiennes...
...en grand uniforme...
...Mais la jeunesse soutient toujours Chavez.
Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve122

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 8 contributions à ce blog.
  • Caracas : le FSM écartelé

    Comadres, compadres,

    Des profondes contradictions...plus que la seule diversité intrinsèque des mouvements sociaux... POur ma première visite sur ce blog, je suis ravi, a travers la lecture de ce post notamment, de retrouver certaines des inquiétudes que j’ai ressenti lors de ce FSM déroutant... FSM écartelé, ou le titre parfait.

    Alors que l’Amérique latine est en ce moment percue, en europe, comme majoritairement gouvernée par des gouvernements progressistes et de gauche susceptibles de mettre en musique certains mécanismes d’intégration etc, voire permettant la constitution d’une forme de bloc latino-américain, de ce coté-ci des Andes, ma modeste perception est bien plus prudente..

    Il me semble que l’intégration régionale patine, pour le moins. on voit plutot se dessiner des fragmentations, des superpositions et des mouvements incompatibles a de nombreux égards.

    le FSM et le discours du poliedro (ou le slogan "socialismo o muerte", tout de meme, est passé en force), notamment, ont indirectement reflété ces divergences.

    des bouts d’ alba par ci (projet non dénué d’une vision mécanique et messianique du progrès industriel- mais au dela de l’axe Cuba-venezuela, peu d’adhésions), un mercosur par la, aux contours et contenu desormais un peu plus flous (a present egalement venezuelien- et d’aucuns d’évoquer l’incorporation a terme de la Bolivie, du Chili- contradition enorme, au passage, entre le projet de méga gazoduct porté par Chavez, sujr l axe venez-brasil-argentina, avec la vision d’Evo comme fournisseur de gaz naturel pour ses 2 voisins et marchés naturels- bolivie : 2eme reserves d amerique apres le venez), l’embarrassante Communaute sud am des nations, née a Cuzco mais qui ne mobilise pas vraiment les agendas respectifs, des débris de Can tout éparpillés (au grand regret du MAS de la CSTUCB bolivien, de la CONAIE et du mouvement paysan péruvien)...

    rine de définitif.mais rien n’est gagné non plus.

    dans ce contexte morcelé, les incantations anti-ALCA, anachroniques depuis 2 ans déja, sont malheureusement bien dérisoires... non, le panorama n’est pas forcément aussi excitant que ce qu’il pourrait paraitre.

    Ce qui est plus net, ce qu’il y a de réel et de puissant, ce sont ces formidables asymétries qui se jouent, au rythme des discussions techniques, lors de ces négociations des TLC, ou chaque pays se retrouve seul a negocier face aux américaines. tout seul. cap a cap comme on dit en pays biarnes... ces reculades de la CAN me frustrent presque autant que le NON de gauche a la constitution européenne (rien a voir, encore que...), tant les arguments de chavez notamment sont malhonnetes, infondes. pour info, l’ami Hugo a tout simplement déclaré, au milieu d’une allocution de 5 heures, la semaine dernière, que la CAN n’existait plus...

    et quelle frustrante apathie du FSM, quand tombe la nouvelle de Toledo relancant le TLC peruvien... rien. L’Equateur vient de se lancer également dans la mise en route de son agreement avec les ricains (certes, la CONAIE se mobilise et semble determinée...), qq semaines apres l’accord annoncé en Colombie.

    autres contradictions qui ont éclaté, a mon avis, lors du FSM... On est quelques uns par ici a se sentir a la fois enthousiastes et perplexes, car le temps de l’ambiguïté s’est installé desormais : les déclarations d’autonomie et de « commander en obéissant »-mandar obedeciendo, empruntées au Sub, dissimulent souvent la substitution de la politique « d’en bas », qui invoque en permanence les mouvements sociaux et la mythologie participative, par une néo-politique d’Etat, qui elle est toujours une politique « d’en haut » (ce qui en soit n’est pas forcément un problème, du point de vue des mouvements sociaux), mais qui semble bien s’accompagner de velléités-relents nationalistes-industrialistes très puissants, qui se sont manifestés et incarnés dans des centaines de petites choses, lors de ce FSM de Caracas.et ca c est plus inquiétant.

    pour certains les cubains ont clairement tenté de noyauter ce forum.

    A mon avis, les élans contradictoires du FSM ont en qq sorte servi de reflet grossissant des avancées et des limites de ladite révolution bolivarienne.

    Contradictoires, car les valeurs constamment promues par la dite révolution bolivarienne (autonomie, horizontalité, participation, solidarité, organisation, éthique du pouvoir) sont en constante contradiction avec certaines des pratiques du pouvoir exercé réel, telles qu’on peut les voir au venezuela (paternalisme, concentration du pouvoir, opportunisme dans les cabinets et espaces de pouvoir, improvisation, politisation extreme du droit entre autre).

    l’assise de chavez provient en grande partie du charisme d’un leader qui, paradoxalement, se substitue de plus en plus aux mouvements sociaux qui l’ont amené au pouvoir, et qui l’ont sauvé de l’exil en 2002. meme si ces mouvements sont peu organises en comparaison avec les zapatistes, les juntas vecinales d el alto, le mas, les piqueteros, la conaie, assos bresiliennes, MST d am centrale etc etc

    la mobilisation des bases bolivariennes était très limitée lors du FSM, et leur présence est parfois apparu 5commentaires généraux des delegations bresiliennes) conditionné a la distribution de biens matériels (nourriture, boissons fournies, transport assuré)

    Bon j’arrête cela...Merci Alain pour s’intéresser a tous ces sujets, et pour prendre le temps de donner vie a ce magnifique instrument.

    Chente


    Lundi 3 avril 2006 à 04h52mn57s, par Chente (ash1@caramail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum610
    • Caracas : le FSM écartelé

      Merci Chente pour vos encouragements. La situation ne s’est pas arrangée depuis : voir mes blogs des 26 et 30 mars
      Lundi 3 avril 2006 à 17h15mn10s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum612
  • Caracas : le FSM écartelé

    > C’est déjà se placer dans la dépendance des alternances politiques ...

    Alain, est-ce que tu preferes les systemes independants d’alternance ?


    Vendredi 17 février 2006 à 00h29mn26s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum524
    • Caracas : le FSM écartelé

      En l’occurence oui ! pour la raison que j’indique : supposons que Lula soit battu, le Mercosur bascule à droite, et que la gauche gagne en Equateur et au Perou, et la CAN bascule à gauche. Il aura l’air malin, Chavez, à avoir joué la carte du Mercosur !

      C’est comme si on demandait à redessiner la carte de l’Union européenne après chaque changement de gouvernement local (ou la carte de la France apres chaque élection régionale).

      Si on joue la carte de l’intégration sud-américaine, il faut se caler sur des règles d’adhésion et s’y tenir en dépit des alternances locales.


      Vendredi 17 février 2006 à 15h26mn42s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum525
  • > Caracas : le FSM écartelé

    "Elle parle de sa relation à lui comme du rapport du mouvement social aux gouvernements de gauche..."

    Ca nous dit pas qui est qui tout ca ! smiley


    Jeudi 2 février 2006 à 15h23mn10s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum501
    • > Caracas : le FSM écartelé

      C’est très clair au contraire.

      Elle (Danièle) : les mouvements sociaux ; lui (Mitterand) : les gouvernements de gauche.

      Il faut bien justifier des décennies de tromperies et de vie commune, n’est-ce pas ? Une très belle enfant, adultérine d’ailleurs, prouve à quel point ces deux-là s’étaient aimés. smiley

      Et pour les femmes après un certain âge, il est difficile de trouver un nouveau compagnon, d’où l’éternité de l’amour. Par contre, les hommes, peuvent suivre la courbe du destin, qui est oubli. Si François avait survécu et non Danièle peut-être se serait-il encore promené le long du cimetière avec une fée de clarté recomposée, ou comme d’autres auraient poursuivi des amours imaginaires et coupables sur d’autres continents, et ici.


      Jeudi 2 février 2006 à 17h44mn27s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum502
      • > Caracas : le FSM écartelé

        Bonjour,

        Pourquoi les messages sur ce forum sont-ils si souvent anonymes ?

        La manière dont on nous invite à participer à ce forum "favorise" l’anonymat, je ne sais pas ce qu’en pensent les autres, mais moi, ça me dérange..


        Jeudi 9 février 2006 à 12h50mn15s, par Natalie Gandais-Riollet
        lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum509
        • > Caracas : le FSM écartelé

          Ecrire sur un site n’est pas un geste qui va de soi. Je reçois plus de reponses privées (par mail) que publiques (sur le forum du site). Celles-ceux qui repondent sur le site appartiennent souvent à une culture du pseudo ou de l’anonymat. Je n’ai rien contre, mais je bloque les insultes à des tiers ou les messages manifestement privés et hors sujet du site (Oui, oui, il y a des gens qui utilisent la fonction "repondre à ce message" pour m’ecrire en privé sur un autre sujet !!)
          Jeudi 9 février 2006 à 16h52mn38s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve122#forum510
Calendrier des blogs
<< janvier 2006 >>
lumamejevesadi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
30/01: Caracas : le FSM écartelé
23/01: Lip en Béarn ? CAN, Rhodia.
19/01: Directive portuaire, Bonne conduite et Constitution
15/01: Gilbert, Alexandre, Cnir
12/01: Bananes, Bolkestein… et revoilà la Constitution !
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: