Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 24 août 2009

On s’y attendait, mais ce fut au-delà de toute espérance : les « Jd’E » des Verts à Nîmes furent fantastiques. Mais pas le temps de digérer : j’ai dû accepter de « candidater » à la législative partielle de Poissy.

Nîmes

Enormément de monde (plus de 1500 personnes).

Les plénières, dans des amphis limités à 600 places, étaient retransmises à l’extérieur. On apercevait parfois, sur les écrans géants, la Place d’Armes du vieux fort Vauban, reconverti en centre universitaire, noire de monde écoutant religieusement.

Énorme qualité de ces débats en plénière et dans les forums et ateliers. Mais ce n’est pas une nouveauté. Les Jd’E des Verts, c’est une sorte de FSM où tout le monde parle la même langue. Mais ce qui frappe cette année, c’est l’envie. Envie de la part des auditeurs : beaucoup sont des primo-votants écolos, ou ils viennent de s’encarter. Il y a même des Modem qui participent studieusement aux ateliers pour se former. La moyenne d’âge me semble brutalement rajeunie. Évidemment, c’est pas les jeunes des quartiers (faut payer le voyage et le séjour à Nîmes), mais plutôt la « jeune élite » qui descend sur le pavé, bac+++, mais toujours plutôt X ou ENS qu’ENA. Parfois cette jeunesse est si qualifiée que ça fait peur…

Envie aussi de la part des intervenants. Tous sont ravis d’avoir été invités, mais ensuite séduits par la qualité du débat. Par exemple : le forum organisé par Natalie Gandais-Riollet sur « Alimentation et santé », dans le prolongement du colloque qu’elle avait organisé pour moi en tant qu’eurodéputé sur « l’alimentation soutenable ». Un intervenant, nutritionniste à l’INRA, commence par se désoler que « aucun parti politique ne fasse de l’alimentation un sujet politique » (et qu’il y ait fort peu de chercheurs nutritionnistes en France). Il n’a pas réalisé tout de suite qu’il parle aux héritiers de René Dumont, pour qui la première question écologique est bien « À quelles conditions sociales et techniques la planète peut-elle nourrir tous ses habitants ? », et qui savent que c’est peut-être le tout premier thème sur lequel leurs électeurs les attendent. L’amphi est plein, et l’atelier qui suit est bourré de maires-adjoints chargés entre autres des cantines scolaires. Les Verts : le parti qui entre dans les institutions pour s’occuper de la qualité de la bouffe…

Pour ma part, j’interviens à la plénière sur la reconversion écologiste de l’économie (vous trouverez ici une interview sur Terranova à propos d’un aspect : la « revalorisation du travail »). Puis à un atelier sur l’Amérique latine : j’y résume ce que j’ai appris sur la gauche latino-américaine en tant que président de la délégation du PE pour la Communauté andine et vice-président du Parlement Euro-latino-américain. Puis un autre atelier sur « comment financer la conversion verte » : j’y résume ce que je dis dans mon dernier livre Face à la crise : l’urgence écologiste. Enfin j’interviens à la plénière de clôture sur « L’écologie, une politique de civilisation » (on peut retrouver la video de cette intervention en cliquant ici, et les autres interventions en cliquant là).

Mais il y a aussi les aspects plus « politiques » des débats, omniprésents (en plénière, par courants, autour d’un verre…)

++++Machin-Ecologie

Premier débat : comment structurer « Europe-Ecologie, suites ».

Je l’ai dit ailleurs : les non-Verts ne veulent pas se noyer avec nous dans un « Nouveau Parti Ecologiste ». Donc on doit en rester pour un certain temps à un « parti-réseau ».

En fait c’est un schéma assez naturel et pratiquement suffisant en période électorale : j’ai été tête de liste des Verts aux (tristes) élections de 1986 et j’ai fini par « régulariser » en entrant aux Verts deux ans plus tard. Cette trajectoire individuelle, beaucoup de gens vont la faire, mais décalés dans le temps les uns vis à vis des autres, dans les années qui viennent. Donc il y aura en permanence coexistence d’un parti et d’un « réseau », d’un « halo ».

Le problème c’est que ce halo a déjà besoin d’organisation et de démocratie. Prenons l’exemple des postes attribués aux non-verts dans les futures listes régionales autonomes au premier tour, de type « Région-Ecologie ». Il n’est pas exclu qu’il y ait plus de candidats que de postes non-verts éligibles. Qui va décider ? Les Verts ?

Déjà, les Verts sont de fait les seuls assez structurés pour décider démocratiquement de la stratégie : on fera alliance avec les gauches pour garder ou prendre les régions afin d’y mener des politiques publiques écologistes. Les Verts ont donc déjà pris sur eux (mais sans choquer du tout Europe-Ecologie) de décliner poliment l’offre de « l’Alliance Ecologiste Indépendante » d’Antoine Waechter : faire listes communes aux régionales à condition de ne pas s’engager à l’alliance à gauche. Si on va aux régionales, ce n’est pas pour être sur une affiche, mais pour sauver la planète et recoudre une société déchirée, donc avec un programme et… des alliés pour avoir la majorité et pouvoir en appliquer un bout. Quel bout ? Ca dépendra des électeurs qui nous donneront tel ou tel rapport de force au premier tour. C’est l’inconvénient de la démocratie…

++++La gauche

D’où seconde question : celle des alliances.

Elles ne peuvent être qu’à gauche, non « par essence », mais parce qu’on constate que la droite française est trop anti-sociale et trop anti-écologiste pour appuyer la « conversion verte », le « New Deal vert ».Il n’y a qu’à voir la loi TEPA et l’échec, non du Grenelle de l’Environnement, mais de sa mise en œuvre par Sarkozy et l’UMP.

L’écologie politique est stratégiquement de gauche en ce sens qu’elle est le parti du mouvement, approfondissant et élargissant les valeurs historiques de la gauche ancienne. Ce qui ne veut pas dire que la vieille gauche productiviste soit vraiment « écolo-compatible » : on l’a hélas mesuré sous la majorité plurielle jospinienne et on le mesure tous les jours dans le discours de Martine Aubry, de Marie-Georges Buffet ou de Jean-Luc Mélenchon. Or si cette vieille gauche ne s’écologise pas, même un peu, elle ne peut plus gagner contre la droite.

C’est ce que traduit le succès de Europe-Ecologie, faisant jeu égal avec la sociale-démocratie et dépassant la vieille gauche (NPA compris) dans les couches populaires. On aurait pu penser à un autre schéma : un PS vert-pâle à 25% et des Verts « vert foncé » à 15%. Ben non, il semble que la sociale-démocratie française ne puisse changer qu’à la condition que l’écologie politique prenne le pas sur elle y compris numériquement. Le PS comme le PCF resteront des partis de gouvernement progressistes mais ne deviendront écolo-compatibles que sous la pression des électeurs donnant la préférence aux écologistes.

Les Verts et « X-Ecologie » se trouvent ainsi chargés d’énormes responsabilités : ils n’ont plus de « grand frère » dont ils seraient l’aiguillon un peu râleur. D’où un « complexe du petit frère » auquel j’ai consacré un précédent blog. Complexe non pas régressif, mais plutôt immmobiliste : peur de grandir, et dénégation du devoir de grandir.

Incroyables les stratégies d’évitement des Verts pour fuir ces nouvelles responsabilités. Certains y vont tout de go : « On n’a pas de cadre chez nous pour présider la région : Alain, veux-tu être notre tête de liste ? » Question posée par des responsables de régions où brillent d’excellents vice-présidents verts, ou qui sont eux-mêmes haut fonctionnaires, etc…

Autre variante : la dénégation de notre progression. « Ce n’est pas linéaire, la sociale-démocratie n’est pas morte, il n’y a pas remplacement de l’hégémonie sociale-démocrate à gauche par le paradigme écologiste, on a déjà eu des poussées comme ça et après ça retombe, etc ». Eh oui. Quand les Verts doivent expliquer que la « montée continue de l’effet de serre » ne produit pas chaque année des canicules plus longues et des tempêtes plus fortes, ils expliquent fort bien que les effets ne sont que statistiques (« il y aura de plus en plus souvent des accidents climatiques de plus en plus graves »). Mais ils ont du mal à comprendre que la conquête de l’hégémonie culturelle sur la gauche française par l’écologie politique prend aussi longtemps (plusieurs décennies, avec des hauts et des bas) que, dans les années 1920-1930, le dépassement des radicaux-socialistes par la SFIO, ou, dans les années 1970, du PCF par la sociale-démocratie rénovée.

Et, en politique, il est évident que les électeurs, qui sont de plus en plus « désaffiliés », votent au cas par cas, mais ont de la mémoire (de l’hystérésis). Ils ont donné 2% a Dominique Voynet en 2007, bien qu’elle ait fait une excellente campagne présidentielle, et lui ont donné l’année suivante la première ville de plus de 100 000 habitants, conquise par une sorte de « Montreuil-Ecologie » (Verts+associatifs+dissidents socialistes), contre la vieille droite au premier tour et contre la vieille gauche au second tour.

Les régionales sont un excellent terrain pour l’écologie politique. Même dans les « creux », comme en 2004, les listes vertes ont partout largement passé la barre des 5% qui permet de voir sa campagne remboursée et surtout de participer à la liste majoritaire pour le second tour. En 2010, les listes « Région-Ecologie » peuvent raisonnablement espérer partout passer la barre des 10% qui permet de se maintenir donc de négocier la fusion dans un excellent rapport de force. Mais faudra s’arracher, comme en 2009.

++++Modem

Mais même avec les X-Ecologie à 16 % et, disons, la gauche de la gauche à 10 %, on n’a une majorité contre la droite que si le PS fait 24 %.

Or il en est loin. Et on n’en est pas encore à pouvoir formuler un accord d’alliance à gauche sur un « bout » conséquent de la conversion verte. On a plutôt bien travaillé dans les régions avec les majorités sortantes PS-Vertes, mais la Crise a travaillé beaucoup plus vite que nous et le PS est très loin de s’en être aperçu !

Donc, selon la formule consacrée, « nous ne pouvons nous désintéresser de la refondation de toute la gauche, et ne nous intéresser qu’à un bon résultat des écologistes au premier tour ». Certes. Mais ça ne sert à rien de le répéter sans dire comment, toute modestie à part, on refonde « les autres ». Par le dialogue, une. Mais la meilleure façon de refonder la gauche et d’écologiser nos partenaires est encore de faire des résultats canons au premier tour. Donc y aller en liste autonome et… s’arracher les tripes pour faire un score encore plus magnifique qu’aux européennes. Ils deviendront alors tous écolos !

Ah oui, et le Modem ? Pareil. Mais quand Dany le dit, ça agace. J’aurais pourtant bien aimé voir , entre les deux tours de la présidentielle 2007 ou de la campagne législative de Martine Billard, qui, dans la gauche de la gauche de la gauche des verts, souhaitait voir le candidat Modem du premier tour appeler à voter pour la droite au second !!

Il est évident que, depuis la réunification par Sarkozy de la droite UMP avec la droite de la droite (qui s’est consolidée cet été avec le ralliement de Libertas et de CPNT), depuis la scission consécutive de l’UDF entre Modem et Nouveau Centre, le Modem est devenu de facto un réservoir de voix de centre gauche au même titre que le PRG, et Marielle de Sarnez, qui fut une des plus féroces porte-paroles du positionnement de l’UDF à droite, en 2004-2005, vient de le reconnaître avec plaisir.

La question de la convergence avec le Modem au second tour (et même parfois au premier) n’est donc pas une question de principe mais une question relative : ce qu’elle signifie dans un champ d’oppositions donné, en un lieu et une conjoncture donnés. Quand le PS préfère s’allier avec le Modem au premier tour, comme à Aix, « contre » Aix-Ecologie et le Front de Gauche, il est assuré de l’emporter sur eux au premier tour et de perdre au second tour face à la droite. C’est ça le vrai problème politiquement signifiant, le reste est enfantillage, comme dirait Lénine.

++++Poissy

Exercice pratique.

Début Juillet, les responsables Verts des Yvelines me téléphonent.

- Une législative partielle va avoir lieu dans la 12è circonscription Plaisir-Poissy. Le député UMP vient d’être déchu pour 5 ans pour corruption. C’est la première élection législative après le 7 juin qui va se faire sur les thèmes d’Europe-Ecologie : contre la corruption, pour la reconversion verte de l’industrie automobile, pour le maintien d’une zone agricole aux portes de la mégapole. Faut pas rater l’expérience : montrer qu’on peut être en tête de la gauche au premier tour pour tenter de reprendre la circonscription à la droite. On a demandé à Cécile, parce que les autres candidats sont tous des mecs, elle s’est récusée. C’est une circonscription assez à droite depuis 25 ans : on a pensé à toi.

-  ? Euh… ?

- Oui, pour que l’écologie prenne une circonscription à la droite, faut miser sur la compétence.

- Ah…

Tout l’été j’ai résisté. J’ai rappelé que j’avais fait mes adieux au Zénith, qu’il n’était pas question que je fasse comme Francine qui s’est fait bouffer sa retraite, que j’écrivais un livre sur Mallarmé. Ils m’ont dit qu’au pire si j’étais élu, ce qui était fort possible, je n’en aurai que pour 2 ans et demi. J’ai dit « C’est ça, et vous me demanderez de rempiler en 2012 ! Je veux une suppléante femme, Europe-Ecologie non verte, compétente, travaillant chez Peugeot et participant en associative à la vie municipale, prête à être candidate en 2012 ». Ils me l’ont trouvée.

Coup de grâce : mon amie Jacqueline Lorthiois, qui est du coin, me dit : « Tu n’as pas le droit de refuser. C’est une circonscription bourgeoise masquant une population ouvrière désespérée, un exemple de reconversion ratée de SIMCA-Talbot-Peugeot-Poissy, laissant les travailleurs usés et peu qualifiés sur le bas-côté. Tu as travaillé toute ta vie, comme économiste et comme politique, à rendre l’espoir à ces gens-là ».

Bon, bon, pfff. À Nîmes, j’ai capitulé. Demain , je suis sur le terrain.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve359

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 21 contributions à ce blog.
  • Machin-Ecologie

    Bonjour, Vous aurez très vite l’occasion de confronter le machin-Ecologie à la réalité d’une circonscription franco-française. Ambiance : « Alors, t’as voté Lipietz d’Europe Ecologie ? Ah non ! Moi j’ai voté Lipietz des Verts ! Ouf, tu me rassures... »

    Ce que vous exposez dans ce billet et dans X-Ecologie fonctionne bien en termes de réflexion pour les lecteurs et lectrices. En revanche, il faut se poser la question - en raison des régionales toutes proches et de la possibilité de bénéficier pour cette échéance du mouvement et de la prise de conscience constatés aux européennes -, de l’identification du mouvement pour la grande majorité des électeurs et électrices qui ne seront pas toujours aussi des lecteurs lectrices des programmes détaillés. Comment vont-ils comprendre "Europe" dans le contexte d’une régionale ? Les candidats et candidates représentant l’Ecologie ne seront pas tous des Verts. La solution sera-t-elle alors d’associer systématiquement "Europe-Ecologie Les Verts" ou encore, comme on le voit déjà dans une mise en forme graphique, "L’Ecologie Les Verts" ?

    Bref, la compréhension par un grand ensemble de citoyens de ce mouvement qui porte l’écologie politique aura intérêt à trouver une représentation, une identification simple, qui permette de poursuivre le rassemblement de tous ceux qui veulent changer la donne politique dans notre pays. Le choix des mots va peser pour rallier les voix de toutes ces personnes qui "sentent" qu’il faut que "ça" change et qui trouveront dans machin-Ecologie le petit quelque chose qui leur donnera le sentiment que la bonne direction, oui c’est bien par là. Avec tous mes voeux de succès pour Poissy ! LB


    Mercredi 9 septembre 2009 à 11h03mn24s, par Laurent Berthet (lberthet@neuf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3484
  • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy. Ce fut effectivement une sacré réussite !
    Jeudi 3 septembre 2009 à 18h12mn04s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3482
  • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy. Bon courage, cher Alain. Tu vas pouvoir commencer tes travaux pratiques en commentant les dernières déclarations de Ségolène Royal à propos de la "taxe carbonne" (en réalité ce qu’il faudrait appeler la Contribution climat-énergie) ! (voir Le monde du 28 août 2009) Bien amicalement. Philippe Delvalée
    Samedi 29 août 2009 à 13h09mn34s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3470
    • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy. Cher Philippe, la réaction de Ségolène est effectivement lamentable. Mais attention, la taxe carbone que nous sortira Sarkozy n’est pas forcément celle que nous souhaitons. Cf ma position en cliquant ici. Et pour approfondir, cliquer là.
      Lundi 31 août 2009 à 17h11mn20s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3475
      • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.

        Cher Alain

        Je suis bien entendu d’accord avec toi, le "projet de taxe carbonne" à la sauce Sarko est très loin d’être celui que nous (les Verts et Europe Ecologie) portons, et il est donc nécessaire d’être attentifs et critiques vis à vis de ce qui est proposé et encore très flou, comme tu le rappelles dans ton billet de février 2009.

        Mais ce qui m’a fait réagir, c’est l’angle d’attaque pris par Ségolène Royal. Du pur populisme (ce qui ne me surprend pas totalement de sa part).

        En effet, associer la "taxe carbonne" uniquement à l’aspect "punitif" (comme elle l’a fait, et comme vient également de le faire un député UMP entendu ce matin sur France Inter, qui a ajouté "A la présidentielle, j’ai voté Sarko, je n’ai pas voté Hulot." avant de s’en prendre à ce projet de taxe porté, selon lui, par des technocrates évidemment irresponsables, c’est porter un mauvais coup (parfaitement médité) contre la nécessité de nous désintoxiquer de l’économie carbonnée et de nous engager fermement et résolument dans une autre direction.

        En mettant en oeuvre non seulement des alternatives (comme le réclame à juste titre SR tels le développement de moyens de transport collectif à chaque fois que c’est possible, mais aussi d’autres, y compris peut-être la voiture électrique mise en exergue par SR).

        Mais également et c’est tout aussi indispensable (comme tu le dis très bien dans ton rapport de 1998) en rétablissant une certaine vérité des coûts (c’est le débat coûts sociaux versus coûts privés bien connu des économistes).

        Or, bien loin de participer à clarifier le débat sur ces questions importantes, Ségolène Royal avait manifestement d’autres idées en tête :

        tacler NS,

        tacler une partie des dirigeants socialistes (qui se seraient ralliés imprudemment à cette idée sans avoir (soi-disant) pensé aux plus démunis ou aux campagnards contraints) ce qui du même coup la met en position interne d’être reconnue comme celle qui est la meilleure porte-parole des "plus faibles"

        et enfin tacler les "écolos" qui sont ainsi rangés dans la catégorie des promotteurs d’une "écologie punitive".

        Elle a partiellement réussi son coup hélas (tant il est vrai que les arguments populistes peuvent très souvent être résumés en deux ou trois phrases bien senties, alors qu’il faut déployer bcp plus d’énergie pour en démonter le caractère pernicieux et surtout factice), mais la suite va dépendre notamment de la manière dont nous (écologistes) seront capables de tenir bon sur le cap (dont Copenhague est une étape importante !!!) tout en démontrant que nous sommes capables de neutraliser (au moins partiellement) les milieux les plus hostiles car objectivement les plus touchés par l’instauration d’une véritable fiscalité écologique (d’où la nécessité de compensations, telles le "chèque vert").

        Quant à toi, je suis sûr que tes véritables talents d’éducateur populaire (que j’ai pu encore vérifier lors des tes différentes interventions lors de ces journées d’été de Nîmes), te permettront de convaincre le plus d’électeurs (notamment populaires) possibles.

        Cette législative partielle tombe à pic ! Nous avons confiance et nous allons démontrer avec toi et ta collistière (que je salue), je l’espère de tout coeur que l’écologie politique est devenue aujourd’hui en France aussi incontournable que le socialisme de Jaurès (qui était lui aussi un formidable éducateur populaire) il y a un siècle !

        Bien à toi. Philippe Delvalée


        Mardi 1er septembre 2009 à 03h59mn23s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3477
    • Sur la "taxe carbone" Cher Philippe, la réaction de Ségolène est effectivement lamentable. Mais attention, la taxe carbone que nous sortira Sarkozy n’est pas forcément celle que nous souhaitons. Cf ma position en cliquant ici. Et pour approfondir, cliquer là.
      Mardi 1er septembre 2009 à 08h26mn07s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3479
      • Sur la "taxe carbone"

        Cher Alain

        Je suis bien entendu d’accord avec toi, le "projet de taxe carbonne" à la sauce Sarko est très loin d’être celui que nous (les Verts et Europe Ecologie) portons, et il est donc nécessaire d’être attentifs et critiques vis à vis de ce qui est proposé et encore très flou, comme tu le rappelles dans ton billet de février 2009.

        Mais ce qui m’a fait réagir, c’est l’angle d’attaque pris par Ségolène Royal. Du pur populisme (ce qui ne me surprend pas totalement de sa part).

        En effet, associer la "taxe carbonne" uniquement à l’aspect "punitif" (comme elle l’a fait, et comme vient également de le faire un député UMP entendu ce matin sur France Inter, qui a ajouté "A la présidentielle, j’ai voté Sarko, je n’ai pas voté Hulot." avant de s’en prendre à ce projet de taxe porté, selon lui, par des technocrates évidemment irresponsables, c’est porter un mauvais coup (parfaitement médité) contre la nécessité de nous désintoxiquer de l’économie carbonnée et de nous engager fermement et résolument dans une autre direction.

        En mettant en oeuvre non seulement des alternatives (comme le réclame à juste titre SR tels le développement de moyens de transport collectif à chaque fois que c’est possible, mais aussi d’autres, y compris peut-être la voiture électrique mise en exergue par SR).

        Mais également et c’est tout aussi indispensable (comme tu le dis très bien dans ton rapport de 1998) en rétablissant une certaine vérité des coûts (c’est le débat coûts sociaux versus coûts privés bien connu des économistes).

        Or, bien loin de participer à clarifier le débat sur ces questions importantes, Ségolène Royal avait manifestement d’autres idées en tête :

        * tacler NS,

        * tacler une partie des dirigeants socialistes (qui se seraient ralliés imprudemment à cette idée sans avoir (soi-disant) pensé aux plus démunis ou aux campagnards contraints) ce qui du même coup la met en position interne d’être reconnue comme celle qui est la meilleure porte-parole des "plus faibles"

        * et enfin tacler les "écolos" qui sont ainsi rangés dans la catégorie des promotteurs d’une "écologie punitive".

        Elle a partiellement réussi son coup hélas (tant il est vrai que les arguments populistes peuvent très souvent être résumés en deux ou trois phrases bien senties, alors qu’il faut déployer bcp plus d’énergie pour en démonter le caractère pernicieux et surtout factice), mais la suite va dépendre notamment de la manière dont nous (écologistes) seront capables de tenir bon sur le cap (dont Copenhague est une étape importante  !!!) tout en démontrant que nous sommes capables de neutraliser (au moins partiellement) les milieux les plus hostiles car objectivement les plus touchés par l’instauration d’une véritable fiscalité écologique (d’où la nécessité de compensations, telles le "chèque vert").

        Quant à toi, je suis sûr que tes véritables talents d’éducateur populaire (que j’ai pu encore vérifier lors des tes différentes interventions lors de ces journées d’été de Nîmes), te permettront de convaincre le plus d’électeurs (notamment populaires) possibles.

        Cette législative partielle tombe à pic ! Nous avons confiance et nous allons démontrer avec toi et ta collistière (que je salue), je l’espère de tout coeur que l’écologie politique est devenue aujourd’hui en France aussi incontournable que le socialisme de Jaurès (qui était lui aussi un formidable éducateur populaire) il y a un siècle !

        Bien à toi. Philippe Delvalée


        Mercredi 2 septembre 2009 à 01h58mn34s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3480
  • Ces gens-là

    J’avais lu le blog d’Alain et l’expression ne m’avait pas choquée de prime abord. Ce n’était pas exactement ce que j’avais dit, mais sur un blog, forcément on raccourcit. Mais comme cet intitulé linguistique semble source de malentendus, alors abordons la question de fond : peux-t-on parler « au nom des gens » dont on ne fait pas partie ?

    Et bien OUI. Par exemple : j’apprécie qu’Alain LIPIETZ soit un des rares hommes « féministes » que je connaisse, qu’il ait systématiquement le réflexe de mettre les adjectifs au féminin et au masculin, et que dans son langage, les mots du genre masculin ne s’arrogent pas systématiquement l’universel. Et je ne remercierai jamais assez Francine, sa compagne disparue de l’avoir « forgé » (et je pèse mon vocabulaire ) homme égalitaire. Et je regrette qu’il n’y ait QUE des femmes pour parler de féminisme. Nous avons besoin d’hommes qui parlent « au nom des femmes » pour ce combat. Nous aurons gagné quand justement l’égalité femmes / hommes - déjà les mots dans l’ordre- sera revendiquée par l’ensemble de la société et pas seulement par « celles-là ».

    Dans le cas de Poissy, je m’appuyais sur l’exemple de mon propre OUI, lorsque j’avais tout abandonné, fermé du jour au lendemain mon cabinet-conseil qui croulait sous les commandes, divisé mes revenus par deux, trouvé très difficilement des remplaçants pour les études en cours, etc... Parce que contrairement à toutes les prévisions, la droite avait perdu et que JOSPIN était nommé 1er Ministre. Et que dans l’urgence, il fallait des spécialistes pour participer à la grande aventure du programme « Emplois-Jeunes ». Quand on consacré toute sa vie à se battre pour réinsérer des chômeurs, pour faire émerger des nouvelles filières d’ « utilité sociale », être appelée pour diviser le chômage des jeunes par deux en créant 350 000 nouveaux emplois, ça ne se réfléchit pas une seconde, ça ne se refuse pas. De même, j’estimais que Alain devait laisser tout tomber... pour se consacrer à un territoire qui résumait à lui seul dans son histoire industrielle, dans ses grands ensembles, dans sa zone rurale de Plaisir-Grignon... toutes les questions posées par la « reconversion écologique », thème auquel il avait consacré toute sa vie militante.

    Quand j’ai tout abandonné pour les Emplois-Jeunes, j’avais 50 ans, je n’appartenais donc pas à la catégorie statistique concernée, et je n’avais aucune légitimité en matière d’environnement : je ne savais pas la différence entre une tonne de DIB (déchet industriel banal) ou de DMA (déchet ménager et assimilé)... et j’ignorais tout des risques de disparition du gayète barbu... C’est d’ailleurs parce que j’avais une forte dose d’inconscience que j’ai accepté au sein du cabinet de D. VOYNET... de mettre en oeuvre l’objectif théoriquement « impossible » de multiplier par 300% le taux de création annuel d’emplois dans le secteur environnement... Et que nous y sommes arrivés (une évaluation faite par le Centre d’Etudes pour l’Emploi a attribué à ce programme le meilleur taux de pérennisation dans l’emploi durable = 65%).

    Dans l’exemple de Poissy, il y a une « blessure ouvrière » qui a cumulé dans les années 82-84, au moment des grandes grèves de Talbot et des milliers de licenciements qui ont été prononcés à cette époque. Ce sont les enfants et petits-enfants de ces travailleurs qui habitent Beauregard, La Coudraie, Carrières-sous-Poissy. J’étais formatrice à l’ANPE d’Achères à l’époque et je me souviens de la bagarre menée contre l’Education Nationale qui exigeait 2500 heures de formation préalable pour apprendre à lire et à écrire aux OS maghrébins... avant d’entrer dans une formation qualifiante... De qui se moquait-on ? Ils travaillaient-là depuis les années 50 et leur soit-disant « illettrisme » n’avait dérangé jusqu’ici personne... Qu’avaient-ils besoin de parler français, puisqu’ils travaillent entre eux ? C’est avec l’argument d’économiser 3 millions d’heures de formation... que des responsables de l’ANPE (français de souche, cadres supérieurs de la fonction publique... ) ont obtenu de mettre les ouvriers directement sur des machines à commande numérique. pour leur reconversion. Malheureusement, ils n’étaient que 1300 sur 10 000... Parce que justement, on manquait de représentants de « ces gens-là », car le syndicat « maison » et le paternalisme des dirigeants de l’usine avait laminé les syndicats ouvriers et empêché une organisation de type « Boulogne-Billancourt ».

    Comment ne pas comprendre qu’un tel mépris, qu’un tel abandon ne soit internalisé dans les quartiers populaires de cette « vallée automobile » dont Poissy était un des plus beaux fleurons ? Comment ne pas comprendre le silence et le ressentiment de ces grands ensembles « abstentionnistes » qui abritent les enfants et petits-enfants de « ces gens » oubliés, qui ont assuré le redressement économique de la France des années 50-60 ? Alors faut-il parler « au nom des gens dont on ne fait pas partie ? ». La réponse est clairement OUI. C’est aux lettrés d’apprendre à lire. C’est aux insérés socialement, c’est aux intellectuels... d’adresser la parole à ceux que CASTEL appelle « les désafiliés »... Maurice PAGAT créateur du premier mouvement de chômeurs appelle les « sans voix »... les fameux « petits et sans grade » évoqués par le personnage de Flambeau dans l’Aiglon de ROSTAND, citation usurpée par LE PEN. Ceux qui ne disent plus rien, qui ne votent pas, et qui ont « la haine ». Quand nous sommes allés voir Mercredi dernier le quartier de la Coudraie et avons discuté avec les jeunes, ils déclaraient que la réhabilitation datait de « 25 ans »... Renseignements pris : c’était 1997... Le sentiment d’abandon des pouvoirs publics étaient tel que cette durée avait semblé d’une longueur démesurée !! Et effectivement les « nids de poule » des chaussées déformées, le centre commercial en ruines, la laine de verre sortant par les trous des placages des murs... donnaient raison à ces résidents.

    Ayant accompagné les chargés de mission « Ville » des 47 sites sensibles de l’Ile de France, j’avais mis au point un processus de réapprivoisement des habitants que j’avais intitulé la méthode « petit Prince ». Car c’est bien d’un réapprivoisement dont il s’agit, et ceci ne peut être engagé que par « des gens » qui sont eux-mêmes « socialisés ». Car il s’agit bien de « recréer des liens » et c’est bien ceux qui en ont qui doivent adresser la parole à ceux qui n’ont plus confiance et sont redevenus sauvages... « Tu t’approcheras chaque jour un peu plus près »... « tu reviendras chaque jour à la même heure... ». C’est l’art des rendez-vous qu’il s’agit de renouer, c’est la « dette » de la France vis-à-vis des ouvriers qui ont reconstruit son économie d’après-guerre qu’il s’agit de reconnaître, et qui d’autre peut le faire que ceux qui ont la chance d’avoir une « conscience sociale » ???

    Alors, OUI, il faut parler au nom des muets quand on la chance de savoir parler, il faut parler au nom des désaffiliés quand on a la chance d’avoir des liens sociaux. Il ne s’agit pas d’usurper une place volée à d’autres. Il s’agit de la reprendre à un représentant de la corruption qui vient d’être condamné par la justice et qu’un candidat dont l’éthique ne fait aucun doute..... puisse enfin occuper un siège indignement resté vide et de le réchauffer suffisamment pour le laisser ensuite... aux habitants de ce territoire quand les liens, la dignité et la confiance seront durablement restaurés.


    Samedi 29 août 2009 à 06h33mn18s, par Jacqueline LORTHIOIS (jacqueline.lorthiois@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3466
  • Poissy.

    Personnellement vous avez tout à perdre. D’abord, vous risquez d’être battu. Et si vous gagnez, vous perdez votre retraite. Mais il faut que vous gagniez pour nous tous. Car ça serait la première victoire électorale de l’après "Europe-Ecologie 2009". Je sais. Je vais vous demander un gros travail. Mais mettez vos brouillons de campagne sur ce blog, qu’ils soient une mine d’arguments à reprendre par vos visiteurs et diffuser très très largement.

    On ne peut pas tout reprendre mais "L’écologie politique est stratégiquement de gauche en ce sens qu’elle est le parti du mouvement, approfondissant et élargissant les valeurs historiques de la gauche ancienne. Ce qui ne veut pas dire que la vieille gauche productiviste soit vraiment « écolo-compatible ». On le mesure tous les jours dans le discours de Martine Aubry, de Marie-Georges Buffet ou de Jean-Luc Mélenchon. Or si cette vieille gauche ne s’écologise pas, même un peu, elle ne peut plus gagner contre la droite…" voilà quelque chose à se mettre sous la dent !

    Et puis, comme ça, une grande "petite" exigence : "Je veux une suppléante femme, Europe-Ecologie non verte…"

    Croisons les doigts


    Mardi 25 août 2009 à 08h04mn58s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3455
  • Ces gens-là

    Un petit détail linguistique "ces gens-" dénote amplement ce que tout le monde sait : ce n’est certainement pas vous qui avez fait, ni qui ferez d’ailleurs, quoi que ce soit pour eux. pas plus que votre entourage.

    Il est assez étonnant que vous persistiez à penser que vous faites quelquechose pour ces gens-, comme vous dites.

    Espérons qu’ils soient assez intelligents pour s’en rendre compte et vous renvoyer à une retraite bien méritée, dont vous n’avez aucune raison de sortir.

    Laisser la place à d’autres gens, peut-être même ces gens- eux-mêmes, ne serait pas si mal ... pour un écologiste qui au-delà de son destin personnel a bien dû constater l’échec de ses pratiques et de ses théories.


    Mardi 25 août 2009 à 06h57mn12s, par Aïda (aida.benaissa@skynet.be)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3454
    • Ces gens-là

      Linguistique ?

      Vous m’étonnez. Je m’attendais à ce qu’éventuellement vous trouviez quelque chose de péjoratif, voire de méprisant de ce "là" - comme dans la chanson de Jacques Brel. J’aurais alors dit simplement que "là" fait référence aux "gens" dont il vient juste d’être question. Mais je ne vois pas ce que vient faire faire la linguistique dans votre propos. Vous pourriez expliquer ? Merci !


      Jeudi 27 août 2009 à 02h36mn31s, par Joke (joke@no-log.org)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3456
    • Ces gens-là

      Eux ... cela relève surtout de la grammaire (je n’ai pas repris les termes de la lettre de Jacqueline). En français, ces gens-CI désigne le plus proche de deux groupes de gens dont on vient de parler ou dont on va parler, sinon on dit ces gens-LA pour désigner ceux dont on vient de parler.

      Maintenant c’est peut être "les gens" qui vous choque ? il y a peu de lecteurs qui trouve un tel terme péjoratif. Voyez le beau développement de Péguy sur cette expression). C’est votre cas et j’en suis désolé. Sans doute préférez vous "ces électeurs" ? mais qu’ils aient ou non le droit de vote je compte faire la campagne pour eux tous (et toutes).

      Quant à laisser la place pour "ces gens-là eux memes"(tiens vous aussi parlez français) , ceux des "inorganisés" qui veulent prendre en main leurs propres affaires dans un sens écologiste et solidaire, ils sont pour la plupart regroupés sur Poissy dans Vivre sa ville et me soutiennent. Je remercie la secrétaire de Vivre sa Ville, Sophie Renard , d’avoir bien voulu être ma suppléante et se préparer à me succéder en 2012.

      Merci en tout cas pour votre critique de fond. Le destin des écologistes a été assez favorablement tracé par les électeurs le 7 juin dernier. Et oui, nous avons quelques réalisations locales, nationales et européennes au service de ces gens-là (les victimes des restructurations) dont nous pouvons nous enorgueillir.


      Jeudi 27 août 2009 à 08h24mn19s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3459
    • Ces gens-là

      Juste une mise au point concernant l’auteur de cette intervention : La politique ne m’intérèsse pas et je suis outragée par la malhonnêteté de cette personne qui s’est faite passer pour moi pour crier son coup de g...., je trouve cela complètement lâche et bas ! Jusqu’à hier, je ne connaissais pas mr Lipietz....

      AIDA BENAISSA (la vraie !!!!!)


      Mardi 1er septembre 2009 à 04h49mn28s, par Aida Benaissa (aida.benaissa@skynet.be)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3478
  • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.

    Juste une petite remarque sur le MODEM :

    aux municipales de Melun, la liste PS-VERTS a fusionné, à mon initiative, euh, au second tour avec le MODEM, ce qui, sur le papier nous donnait la majorité des voix... gamelle évidente au second tour avec 9 élus PS-Verts et modem.

    Reste à faire vivre cette alliage dans l’opposition car la victoire de demain se construit aujourd’hui...

    Le MODEM melunais est de centre droit d’où les impossibilités de travailler ensemble pour batir une opposition structurée, même la chronique mensuelle de l’opposition n’est pas toujours signée par le MODEM.

    Les points d’achoppement ne sont pas dans le constat, le combat écologique mais sont sociétaux : laïcité, droit des minorités, partage du peu de richesse fiscale..

    Le MODEM est un parti encore plus composite que les VERTS, formé de démocrates-sociaux, de chrétiens-démocrates, d’écologistes libréaux... bref il n’y a pas un MODEM mais plusieurs MODEM d’où la diffculté de faire union avec eux.

    Au Conseil régional Ile de France le MODEM est "libre" mais vote plus avec l’UMP qu’avec la majorité de gauche...

    Alors oui, j’ai du mal à me dire que le MODEM serait sur des listes Ile de France-Ecologie (même si je ne suis pas candidate).

    La planète ne peut plus attendre, mais le "genre humain" non plus et le MODEM fait de l’immobilisme, alors ?

    au fait, je salue le dynamisme de nos trois élus Verts qui, par le sérieux dans la préparation des dossiers et leur foi en l’avenir, , ont convaincu un socialiste de les rejoindre d’où aujourd’hui une opposition de 4 Verts, 2 PS et 3 Modem à Melun (où est le temps où j’étais la seule élue verte ?)


    Mardi 25 août 2009 à 06h26mn57s, par Hélène LIPIETZ (Helene@lipietz.net)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3453
    • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy. Je n’ai pas l’impression que ce soit tellement différent ici en Haute-Savoie - où la grande majorité des ex-centristes se sont retrouvés dans le Nouveau Centre. Les centristes étaient et restent à droite ici. La différence entre Nouveau Centre et MODEM me paraît une simple question de proportion. Les Nouveau Centre approuvent presque toujours le gouvernement, les MODEM seulement dans 70 à 80% des cas !
      Jeudi 27 août 2009 à 03h04mn32s, par Joke (http://climat2050.over-blog.com/)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3457
    • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.

      C’est assez drôle. En tant que militant MoDem je ne cesse d’être déçu par le comportement de personnes du PS avec qui je suis supposé travailler et qui font de l’immobilisme puissant, bridant ainsi des élus MoDem qui eux ne souhaitent que faire avancer la ville pour laquelle ils œuvrent.

      En fait, au MoDem nous ne votons pas pour la Gauche ou pour la Droite, on vote pour des projets sains et nous soutenons les compétences.

      Si je peux donner un petit conseil à Alain : il va falloir se renseigner sur le fonctionnement local de Poissy, parce que c’est loin d’être aussi simpliste qu’un clivage gauche-droite.


      Jeudi 27 août 2009 à 05h06mn29s, par un_ecologiste_convaincu (quarantaine@club-internet.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3458
      • Modem, PRG, et la situation politique à Poissy

        Merci de votre conseil, cher Monseiur. J’ai effectivement passé une première semaine à Poissy à étudier sur le terrain et sur dossier la situation à Poissy, je passe maintenant à Plaisir.

        Il faut d’abord rappeler que la circonscription se compose de deux pôles urbains totalement distincts : Poissy -Carrièes et Plaisir –Les Clayes, les communes rurales intermédiaires étant d’une importance capitale pour l’Ile de France mais peu peuplées. Le pôle sud Plaisir-Les Clayes a un peu plus d’électeurs que le pole nord et a voté pour Europe Ecologie à 20 % (PS 16, Modem 10, UMP 28), le pole nord n’a voté EE « qu’à » 18% (PS 14, Modem 9, UMP 31). Le Front de gauche plus le NPA ont obtenu 8 % au nord et 9 % au sud.La situation la plus difficile est donc le « pole nord », bien que par le jeu des alliances ses deux villes sont passées à gauche aux dernières municipales, ce qui n’est pas le cas au sud.

        Les Verts de Poissy travaillent depuis longtemps main dans la main avec les associatifs au sein de « Vivre Sa Ville ». En 2008 VSV a proposé de faire liste commune au PS qui l’a traité de haut. VSV (dont Les Verts) a donc fait au premier tour liste commune avec le Modem, et cette liste a fait jeu égal avec la gauche classique (27%), mais celle-ci l’ a quand même emporté d’une trentaine de voix. La fusion s’est donc faite avec tête de liste PS et la liste fusionnée l’a emporté de quelques centaines de voix. Poissy a donc une municipalité PC-PS-Verts-Associatifs-Modem, comme… Lille, ville de Martine Aubry.

        L’autre ville du pôle nord, Carrières, a pour maire le candidat PRG-soutien PS de la législative 2007 (celle qu’il faut recommencer du fait de la condamnation du vainqueur UMP pour corruption). De façon un peu désinvolte, au lieu de reconduire ce candidat PRG de 2007 (qui avait quand même fait 47,7 % !), le PS impose unilatéralement la candidature du maire PS de Poissy…. Le maire de Carrières, Eddie Aït, n’a pas pris position.

        Quant au leader du Modem de Poissy, il se présente aussi. Si l’on compte que l’UMP a aussi deux candidats qui se disputent le leadership devenu vacant sur la droite pisciacaise, on a l’impression que la législative se joue à Poissy comme une préparation de la municipale de 2014 !!!

        L’expérience des élections européennes a montré qu’il ne fallait pas se tromper d’élection. Ceux qui veulent jouer une élection à l’Assemblée nationale comme une municipale commettent la même erreur que ceux qui ont joué les européennes comme une présidentielle.

        Les Verts et VSV souhaitent le succès collectif de la municipalité PC-PS-Verts-VSV-Modem, ils n’ont pas voulu ajouter à la confusion en présentant un candidat ou une suppléante de plus issu de cette équipe.

        En tout cas, comme je l’ai précisé hier à la conférence de presse, j’attends de tous ces partis et du PRG le même soutien au second tour, si les électeurs confirment leur vote du 7 juin, que je leur accorderais si ce n’était pas le cas.


        Jeudi 27 août 2009 à 17h38mn39s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3462
    • Analyse du Modem

      Excellente analyse chère Hélène. Il faut ajouter (plutôt chez les électeurs que chez les cadres du Modem) les « déçus du PS » qui devraient maintenant se retourner vers les successeurs d’Europe-Ecologie.

      Cela n’invalide pas mon analogie avec le PRG : vraiment pas très à gauche, mais allié de la gauche, et ça depuis 1936…avec autant de difficultés à en attendre que de la part du Modem.

      J’ajoute (et c’est un problème structurel du Modem) que les deux centres (Modem et PRG) ne peuvent fusionner à cause de la question laïque, depuis la IIIè République.

      Le Modem est en effet reste globalement (au dela de tes nuances) le produit d’une distillation fractionnée de la démocratie chrétienne : la gauche en est partie dans les années 60-70 pour former la "seconde gauche" (PSU puis PS), la droite DC a commencé à rallier la droite "gaulliste" bout par bout depuis l’échec de Lecanuet jusqu’au Nouveau Centre ; ce qui reste, ben, c’est un centre qui penche à gauche.


      Jeudi 27 août 2009 à 18h02mn28s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3463
  • Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy. Hé, hé, hé, je suis heureux de lire mon ami Alain dans toutes ses contradictions personnelles. C’est ce qui le rend attachant !
    Mardi 25 août 2009 à 03h53mn03s, par Ludovic Bu (ludovic.bu@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3452
  • Poissy.

    Alain Lipietz ou la retraite impossible...

    eh bien, bonne chance Alain !!!


    Lundi 24 août 2009 à 18h47mn34s, par Antoine
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3451
  • Poissy. Bon courage Alain pour cette campagne de Poissy. Habitant Rennes, je serais attentif à vos propositions pour la reconversion verte de l’automobile...
    Lundi 24 août 2009 à 17h25mn11s, par Hugues
    lien direct : http://lipietz.net/?breve359#forum3450
Calendrier des blogs
<< août 2009 >>
lumamejevesadi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
30/08: Jours tranquilles à Poissy. Les "primaires".
24/08: Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.
18/08: De Victor Hugo à Orhan Pamuk
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: