Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 17 mai 2012

La question gouvernementale a pourri, ces derniers jours, Europe-Écologie. On en discute au Conseil fédéral du 7 et 8 mai, juste après l’élection de François Hollande, et surtout dans les médias.... de façon peu honorable pour les dirigeants EELV. Heureusement, le conseil du Parti Vert Européen, à Copenhague, nous offre une bouffée d’oxygène. La désignation de deux ministre au gouvernement (Cécile Duflot et Pascal Canfin) clôt cet épisode.

Soyons clair : dès le mois de décembre, j’ai voté pour l’accord entre EELV et le PS. Un accord programmatique, certes pas à la hauteur de la crise, et un accord électoral sur le soutien réciproque dès le premier tour dans une soixantaine de circonscriptions de part et d’autre. En décembre, il fallait offrir aux électeurs une perspective de gouvernement alternative à Sarkozy, même si l’accord programmatique n’était pas très bon. Et le très partiel accord électoral permettait de compenser l’absence d’une élection proportionnelle en France (contrairement à l’Allemagne, pays instable comme chacun sait !)

Aujourd’hui, le Front de Gauche, PCF et Parti de Gauche, en choeur ou l’un contre l’autre, qui n’ont cessé de critiquer notre accord électoral pendant toute la campagne présidentielle, se précipitent pour négocier des places aux législatives, sans même le début d’un accord programmatique ! Cela au nom d’une notion extensive du risque FN, dont il est bien temps de se rendre compte...

La participation gouvernementale est un autre sujet. Et, en ce conseil fédéral des 7 et 8 mai, je plaide également pour la participation au gouvernement. Je comprends, mais je désapprouve la position du Front de Gauche, le « soutien sans participation », comme en 1936... Face à une crise plus profonde encore que celle des années 30, c’est se défiler devant les responsabilités.

C’est ce que je tente d’expliquer au Conseil fédéral. Je présente d’abord une analyse des résultats. Hollande a gagné, mais pas de beaucoup, pour un candidat soutenu de Chirac à Poutou, en passant par Eva et Bayrou ! Moins de 52%... alors même que Sarkozy épousait ouvertement les thèses de Le Pen. Nous sommes vraiment en 1932, quand deux lignes s’affrontaient pour sortir de la crise : celle de Roosevelt et celle d’Hitler. Mais il reste quelques doutes quant à savoir si Hollande sera Roosevelt, ou même Léon Blum...

Les résultats géographiques montrent des points intéressants pour la gauche. Elle a reconquis finalement le séculaire « fer à cheval républicain » qui balaye, autour du Cantal (de droite) : le nord de l’Auvergne, le Limousin, tout le Sud-ouest, les Pyrénées, jusqu’au Languedoc. Elle n’a pas perdu le Nord-Pas-de-Calais ni même l’Aisne, ni les Ardennes, ni la Meurthe et Moselle, c’est à dire les « bastions ouvriers désespérés » du Front national (dont les électeurs se sont peu reportés sur Sarkozy au second tour). Et elle a conquis toute la Bretagne et toutes les grandes villes. Mais, outre le vote « pied noir » sur les pourtour méditerranéen, une terrible écharpe partie de l’Alsace trace désormais vers le centre de la France le sillon du Front National, progressant d’élection en élection dans les campagnes où disparaissent les services publics, dans les lointains périurbains où sont relégués les salariés pauvres, avec une seule voiture, polluante...

Pourquoi faut-il alors aller au gouvernement ? Pour 3 raisons : combattre la crise économique, combattre la crise alimentaire et sanitaire, et combattre la crise énergie/climat. Et comment le ferons nos ministres ? En travaillant, en travaillant, en travaillant. Je mets en garde le Conseil fédéral : le risque principal d’Europe Écologie n’est pas la « PRGisation », c’est à dire la subordination de plus en plus forte au Parti socialiste. Non, c’est le risque que nos ambitions trop ouvertement affichées pour « des places », face à un pays qui souffre profondément, peuvent nous attirer une haine populaire bien plus profonde, si nous nous n’allons pas au gouvernement pour travailler, et si nous n’arrivons pas très vite à améliorer la vie des gens.

Il y avait une citation du président Mao qui dans ma jeunesse m’avait choqué : "Il faut pousser à l’eau les épagneuls nains et les faire couler à grands coups de bâtons". Pauvres petites bêtes ! Quelle cruauté ! Un sinologue m’a plus tard expliqué que c’était une expression populaire qui évoquait les petits chiens pékinois dits « chiens de manchon », que les grandes dames de la Cité Interdite cachaient en hiver dans leurs manchons. Ils leurs réchauffaient les mains et léchaient la morve sur leurs doigts... Pour le peuple chinois assommé de misère, ces chiens incarnaient les parasites des hautes castes de la dynastie mandchoue, totalement inutiles à l’État et au peuple chinois. Gardons-nous d’apparaître comme ceux qui veulent des postes en se faisant bien voir du pouvoir suprême, pour y parader, au lieu de nous activer dans la mise œuvre de politiques publiques rapidement efficaces, pour améliorer la vie des gens. Et, dans les mois qui viennent, le plus efficace sera le développement de l’économie sociale et solidaire, et la lutte contre la malbouffe.

Une fois acquise la participation gouvernementale, le débat s’ouvre sur un projet de texte fixant les objectifs des écologistes dans la définition du programme gouvernemental : bien sûr, le logement, les transports... Je remarque que le projet a « oublié » les thèmes habituellement oubliés par l’actuelle direction de EELV (alimentation, ESS). Je réinterviens pour défendre un amendement rappelant l’objectif de la sortie de la crise alimentation/santé (généralisation rapide du bio, réforme de la Politique Agricole Commune, déjà en renégociation) et loi cadre pour le développement de l’économie sociale et solidaire.

Stupeur : la responsable de la commission économique et sociale de EELV, très proche de la direction, monte à la tribune pour demander de repousser cet amendement : "Ça peut bien attendre quelques mois... On ne peut pas faire des propositions qui pourraient amener le PS à refuser notre entrée au gouvernement". On s’en doutait depuis le rabotage de la campagne Eva, mais, pour la première fois, c’est officiel : la direction du courant majoritaire EELV reconnait que la question alimentaire et l’économie sociale et solidaire, deux des volets les plus identitaires, les plus « génétiques » de l’écologie politique en France, ne sont plus une priorité à ses yeux ! Naturellement, la majorité écrasante du Conseil Fédéral vote Pour mon amendement, rappelant ces objectifs fondamentaux de notre militantisme et de notre entrée dans les institutions.

Hélas, dés le lendemain, nos candidats ministres se répandent de plus en plus ouvertement et cyniquement dans les médias, exigeant leurs places. La presse ce déchaine contre nous, comme dans ce billet du Nouvel Obs qui, lui, n’oublie pas la crise alimentaire !

Bol d’air : je reprends ma tournée des soutiens à nos candidats aux législatives en régions. Ce mercredi soir : Digoin où m’attendent 4 de nos candidats de la Saône et Loire. L’un d’eux (François Lotteau, 3e circonscription) vient me chercher à la gare TGV du Creusot. Nous traversons le sud Morvan, et j’ai même droit à un petit détour par la merveilleuse abbatiale de Paray-le-Monial, qu’il me fait visiter avec enthousiasme. Agréable débat : le candidat local (soutenu par le PS), Nicolas Guillemet, est visiblement très bien implanté. A la sortie, nous traversons dans la nuit la Loire par le pont-canal, et le directeur du Musée de la Loire arrive en vélo pour nous ouvrir son musée : c’est un cousin...

Le lendemain, départ pour le Conseil du parti Vert européen à Copenhague. Copenhague est une capitale absolument délicieuse où nous nous évadons quelques heures, Natalie et moi, pour visiter la "Glyptotek" de la Fondation Carlsberg (celui de la bière) : une étonnante collection égyptienne et surtout des Gauguin, des Berthe Morisot, des Van Gogh inconnus et étonnants.

Le jeudi soir : débat organisé par le groupe Verts/ALE du parlement européen avec des représentants des révolutions arabes. Mme Basma Kodami, du Conseil National Syrien vient demander une intervention humanitaire.

A partir du vendredi, succession de débats avec interventions des membres danois du PVE, qui sont en fait le SF (Parti populaire socialiste, venu de la gauche euro-communiste, comme le PSUC devenu ICV en Catalogne), actuellement au gouvernement avec les sociaux démocrates. Leur leader, Villy Søvndal, est ministre des affaires étrangères.

Dimanche, les votes commencent. Avec d’abord la question essentielle : la question agricole et alimentaire. Texte riche, fruit de conciliations, le texte va jusqu’à préciser la réforme des marchés à terme de produits alimentaires ! Et tout de suite réapparaît cette réalité : dans le Parti vert européen, les divergences entre partis nationaux reflètent assez exactement les divergences entre les nations. Ainsi, les Verts allemands veulent diminuer le budget de la Politique Agricole Commune (PAC) pour financer autre chose, tandis que les Français proposent une modification de la structure des dépenses de la PAC, à budget non décroissant.

Mais (et c’est la nouveauté), la victoire des alliances socialistes-verts en Finlande et au Danemark, les défaites de Merkel dans une succession de lander, la tragédie grecque, le retour des Indignados espagnols et l’élection de Hollande ont décalé le PVE vers la gauche, et du coup les Verts français se retrouvent exactement au centre de gravité du Parti vert européen. Contre les habituels Verts anti-européens (Angleterre, Suède...), ils votent avec les Allemands pour une Europe plus fédérale. Avec les Verts du Sud, en particulier les Espagnols d’Equo, ils votent contre les politiques d’austérité : oui à un Mécanisme Européen de Stabilité (MES) renforcé, mais contre tout lien avec le Traité de Stabilité dit Règle d’Or (TSCG).

Au contraire les Grünen allemands s’isolent, aux côtés des Finlandais (eux aussi au gouvernement avec les sociaux démocrates) par des exigences plus dures en matière d’observance des règles budgétaires, et contre la réduction du temps de travail. On en comprend assez bien la raison : les partis Verts des pays du Nord, qui sont plutôt créditeurs, sont sous la pression de l’opinion publique, qui ne veut pas voir se transformer leurs prêts aux Pays du Sud en dons à la charge des contribuables. Leurs électeurs, et encore plus ceux des socialistes, et encore plus en Finlande, perçoivent la solidarité avec la Grèce comme une ponction sur leur pouvoir d’achat. Maintenant que la dette grecque est essentiellement détenues par les autres Etats et la BCE, c’est assez vrai… Raison de plus pour sauver la Grèce de la déroute, car "c’est nous qui paierions", même en France.

Avec les Verts espagnols d’Equo (dont une élue a amené un ppt convainquant), je plaide que les politiques de Merkel et de Sarkozy ont consisté à faire payer les travailleurs qui n’y étaient pour rien, allant jusqu’à exiger le démantèlement des conventions collectives, alors que les dettes résultent des cadeaux fiscaux faits aux classes possédantes.

Finalement, les amendements allemands sont systématiquement rejetés, au point que les eurodéputés allemands viennent engueuler leurs délégués : eux savent que la position allemande génère la germanophobie dans le reste de l’Europe, et qu’il faut savoir se montrer un peu plus solidaire. A noter que les Gruenen sont le plus solidaire des partis allemands !

Et dés le retour de Copenhague, reprise de la campagne : Château du Loir, circonscription de la Flèche, dans la Sarthe, où le Vert Thierry Pradier a l’investiture du PS. Pas mal de monde pour cette petite ville, mais Thierry est préoccupé : alors que la campagne du deuxième tour des présidentielles s’est menée main dans la main avec les socialistes, ceux-ci viennent d’annoncer... une dissidence, conduite par le quasi septuagénaire maire de La Flèche !

Des dissidences socialistes, on en trouve un peu partout, plus ou moins importantes, plus ou moins soutenues par les responsables départementaux ou régionaux socialistes. Je trouve cette attitude passablement criminelle : la victoire de Hollande s’est jouée à peu de choses, et le risque d’une situation à la 1988 (où Mitterrand n’avait pas retrouvé une majorité parlementaire après sa réélection) est bien réel. Pire : dans cette opposition de droite, qui pourrait être majoritaire à un ou deux élus près, la pression du Front National sera considérable. Chaque dissidence socialiste est donc un risque de priver François Hollande d’une majorité parlementaire.

Mercredi 17, Clamecy en soutien à Anaïs Hubert, candidate sur l’immense 2e circo de la Nièvre. On guette la composition du gouvernement, elle tombe avant le début de la réunion. L’Environnement et l’ESS, nos missions traditionnelles, nous échappent.

Cécile Duflot au logement et à l’égalité des territoires : pas mal, car même si ce sont par des politiques de moyen terme, c’est bien là que se joue une part importante de la transition énergétique et alimentaire, de la lutte contre la pauvreté (loi sur les loyers) et la disparition des services publics (donc contre le FN). Et l’économie sociale et solidaire a son rôle a jouer dans le logement social.

Clairvoyance du Premier ministre : le recrutement de Pascal Canfin, qui hérite du difficile ministère du développement, c’est à dire de l’aide au Tiers Monde. Souvent les nouveaux Présidents envoient un ministre au casse-pipe avant de revenir aux vieilles méthodes de la Françafrique. Mais Pascal a ici l’opportunité de développer un discours et le début d’une action pour la reconquête de la souveraineté alimentaire des pays appauvris.

Souhaitons-leur bon travail !!

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve460

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.

    Bonjour Alain, je vous remercie d’avoir partagé vos opinions à ce sujet. J’espère sincèrement que les politiciens, quel que soit leur appartenance politique, sauront prendre les bonnes décisions pour le bien commun.

    Antoun Sehnaoui


    Mardi 29 mai 2012 à 04h43mn27s, par Antoun Sehnaoui (antounshn@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve460#forum4335
  • Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.

    Votre article confirme (1000 fois hélas) les impressions qui sont les miennes depuis mon petit village savoyard. Beaucoup vendent la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et cela rend plus probable la possibilité qu’il ne soit pas tué... Je suis inquiet pour le niveau national car ici, dans la 2ème circonscription de la Haute-Savoie, les choses sont claires : pas question de voter "utile" au premier tour, même si la possibilité de second tour UMP/FN est réelle. Le candidat PS est un noniste non repenti qui s’est montré incapable de contenir son agressivité dans un échange de mails que nous avons eu à l’époque - un monsieur je sais tout qui prend tous les autres pour des imbéciles. Je voterai, et, dans la mesure de faibles moyens, ferai voter pour le candidat EELV, bien sûr. Contre un adversaire FN ou PS ou dans une triangulaire, le sortant UMP sera réélu. On pourra se consoler en se disant que Lionel Tardy (anti-HADOPI, anti-OGM) n’est pas le pire des UMP...
    Jeudi 24 mai 2012 à 04h28mn42s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve460#forum4330
  • Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.

    Je suis contente de voir Pascal au gouvernement, Cécile Duflot pourra enfin/peut être montrer un peu de son talent de négociatrice, jusqu’ici bien caché ! Il faut participer avec le PS au gouvernement pour avoir le privilege et opportunité de débattre et essayer de modifier quelques décisions dans le sens du EELV, par contre pour cela je compte plus sur Pascal que Cécile. Dans la vie il faut toujours garder ses principes en essayant de convaincre les autres de ce qu’on croit, et non le méthode laissez faire et on verra. Peut être un jour nous pourrons parler de comment créer des emplois, comment décentraliser ce pays etc...ce que nous avons cruellement besoin dans nos campagnes. Autrement l’Europe est notre avenir et j’espère que nous allons le rendre plus solide et efficace et moins de bureaucratie.
    Jeudi 17 mai 2012 à 16h00mn54s, par vivbreuil (viviennebreuil1@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve460#forum4327
  • Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.

    Tu aurais pu au moins dire que ta sœur est désormais sénatrice, du fait de la nomination de Nicole Bricqu, qui était devant elle sur la liste de seine et marne ;-)
    Jeudi 17 mai 2012 à 14h44mn04s, par Maïeul
    lien direct : http://lipietz.net/?breve460#forum4326
Calendrier des blogs
<< mai 2012 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
28/05: Les législatives et le journalisme à la Nicolino.
17/05: Verts européens face à la victoire de Hollande. Ministères.
6/05: Première victoire
5/05: Bilan de campagne. ESS au Québec.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: