Retour à Bruxelles : Paquet ferroviaire et Colombie


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 25 septembre 2005

Vendredi, départ de Santa Cruz à 10 h du mat’ pour rallier Paris, via Sao Paulo, le lendemain à 8 h. Je tenais à être au CNIR des Verts pour intervenir dans les débats sur l’Europe et sur l’énergie. Mais dès le samedi soir, nouveau départ pour Marseille où je rejoins la fête des Verts Bouches-du-Rhone à Vitrolles, avec les Watcha-Clan, super groupe d’origine Briançon-Forcalquier, légèrement influencé par Léo Ferré période Who.

Le lendemain, débat en plein air en présence du maire de Vitrolles, des députés socialistes et communistes locaux… C’est le premier débat unitaire de la gauche marseillaise depuis le référendum !

Lundi, petit passage chez ma médecin-traitant (si je continue à ce rythme, j’aurai bientôt épuisé mes réserves des vacances), je travaille un peu chez moi (rangement, et les énormes blogs de la semaine précédente) avant de rallier Bruxelles.

Gros débat dans le groupe Vert à propos du vote de la semaine prochaine, en plénière à Strasbourg, sur le « troisième paquet ferroviaire ». Il comprend une directive sur l’harmonisation de la qualification professionnelle des conducteurs de locomotives, une directive pour la protection des consommateurs, et une directive… ouvrant le transport des passagers à la concurrence intra-européenne ! La Commission transport du Parlement propose un compromis : voter les trois rapports sur ces directives, mais pas les 3 résolutions législatives correspondantes. Une astuce habituelle qui permettrait de contrôler la première lecture du Conseil. En effet, un rapport du PE sur une directive comprend d’une part un ensemble de considérants et d’amendements proposés, sur les quels on se prononce dans un premier vote final qui n’a de valeur que d’opinion, puis un second vote de « résolution législative » apporte à l’ensemble de la directive ainsi amendée le sceau du co-législateur. En général on fait ces deux votes finaux dans la foulée, mais tant que la résolution législative n’est pas votée, l’autre co-législateur (le Conseil) ne sait pas quelle sera notre position finale.

Hélène Flautre et moi intervenons vigoureusement. Nous ne sommes pas du tout d’accord. Il y a deux directives qui harmonisent le droit social et celui des usagers, et une directive qui libéralise encore plus. Conformément à notre tactique sur la Bolkestein, il faut voter ce qui harmonise avant de voter les mises en concurrence. Car, libéraliser les services publics, surtout quand ils sont systématiquement déficitaires et demandent donc des subventions (c’est le cas des transports de passagers), c’est courir le risque d’un écrémage des lignes les plus rentables et d’un abandon des autres. (Pour une discussion plus large du problème de la privatisation ou de la mise en concurrence des grands services publics en réseau, voir mon article Services publics : vers un compromis social européen ?)

Le débat est assez vif. Certains Verts enragent contre les monopoles locaux du rail (privés ou publics) qui bloquent toute évolution et ont ouvert un boulevard aux transports routiers. Je propose de « défaire le paquet », de voter les deux premières directives, y compris leur résolution législative, et pas la troisième. On passe au vote pour fixer la position du groupe. Notre proposition l’emporte largement. Les Verts Allemands, pour la première fois, se divisent, y compris chez les « réalos ». Effet de la défaite limitée du week-end ? on s’attend à une inflexion à gauche des Grünen.

Pendant ce temps avec Perline nous mettons au point un communiqué saluant la mémoire de Simon Wiesenthal.

Mais la grande affaire de la semaine, c’est la Colombie. La droite européenne et le gouvernement colombiens mènent en effet un lobbyisme d’enfer pour faire endosser par l’Union européenne la loi de « Justice et Paix », qui revient essentiellement à blanchir les AUC (Autodéfenses Unies de Colombie : regroupement de paramilitaires et de sicaires des narcotraficants ou des grands planteurs de bananes).

J’ai riposté en invitant, mercredi après-midi, Francisco Andreu, qui vient présenter le rapport dévastateur de la Commission internationale de juristes (liée à l’ONU). Cet énorme rapport décrit en détail les pièges de cette loi qui amnistie de fait les crimes de guerre et les « délits annexe » au paramilitarisme… c’est-à-dire les activité de financement telles que narcotrafic, enlèvements, et prostitution forcée, tout en laissant les amnistiés continuer à semer la contre-terreur !

Beaucoup de monde à cette réunion, malheureusement peu de députés. En face, le PPE a mis le paquet. Dès le mercredi soir, il organise au Parlement, espace Yehudi Menuhin, un concert avec une chorale d’enfants des rues de Bogota, le tout arrosé de discours larmoyants en faveur de la paix ! Et surtout le lendemain, ils ont fait venir du monde : le vice-président colombien en personne, le procureur de la république, un représentant du Haut commissaire pour la paix (c’est-à-dire la personne chargée de négocier avec les différentes guerillas). Ils ont eu l’habileté d’inviter aussi Antanas Mokus, ancien maire très hétérodoxe de Bogota, qui est un vieil ami.

Les officiels colombiens présentent une vision idyllique de la loi. Ils se font contrer par des réfugiés colombiens présents dans la salle. J’interviens pour souligner les failles de la loi, mais Antanas fait une intervention très habile : « Les AUC ont été les premiers à comprendre le tournant mondial en matière de justice pénale internationale. Ils savent qu’ils risquent de ne jamais échapper au TPI. Alors ils négocient. Toutes les guerres civiles doivent se terminer par une amnistie. Il y a dix ans, une amnistie c’était : zéro année de prison. Cette loi prévoit six ans et demi. Ce n’est pas beaucoup mais c’est le nouvel équilibre entre Justice et Paix. La question est de savoir si la loi la donnera vraiment, la paix, et c’est ça qui est douteux. »

Je partage assez largement le point de vue réaliste d’Antanas. Je n’ai pas changé d’avis depuis mes prises de position (parfois maladroites) sur la Corse, fruit de ma réflexion sur les exemples contrastés des amnisties argentine et chilienne d’une part, tchèque et sud-africaine de l’autre. Oui, une guerre civile se termine par une amnistie. Mais cette amnistie ne doit pas être une amnésie, elle doit passer par un jugement des criminels, un débat de toute la société sur elle-même, une réparation pour les victimes, et éventuellement, en cas de repentance, une levée des peines.

Le problème, c’est que l’amnistie colombienne vise à blanchir des narcotrafiquants et des corps clandestins de l’Etat qui se sont affranchis du droit humanitaire international, sans, en aucune manière, les empêcher continuer, alors que rien de sérieux n’est fait du côté des guérillas de « gauche », dont les FARC. Et surtout, rien n’est fait pour lutter contre les racines de l’interminable violence colombienne depuis Cent ans de solitude : rien pour la répartition des richesses, rien pour la réforme agraire.

Bref : j’appelle le Conseil, avec tous les eurodéputés verts, à ne pas soutenir « Justice et paix ».

Mais déjà il faut rentrer sur Paris pour aller soutenir Denis et Hélia à la législative partielle d’Antony-Est. Le samedi, il y a manif à Bar-le-Duc contre l’enfouissement en profondeur des déchets nucléaires, mais je suis saturé de déplacements, je préfère aller à la manif francilienne pour le financement des transports en commun (ce qui est très lié au problème de la sotie du nucléaire, et aux « 3e paquet » !). Belle manif, très unitaire, de SUD-Rail aux ouiouistes PS…

Et cette nuit : le Vert Jean Calvet conserve le canton de Thorigny qu’il avait emporté de trop peu en 2004, donc conserve à la gauche le Conseil général de Seine et Marne, et donc la présidence de l’Association nationale des présidents de Conseil général (pfouu…), Denis dépasse les 7% à la partielle d’Antony et Annie dépasse les 8,5% (et bat le FN) à la partielle de Nogent. Allez, les Verts !!

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve97

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 1 contribution à ce blog.
  • SAUVONS L’EUROPE

    SAUVONS L’EUROPE

    http://www.sauvonsleurope.org/

    Après le non français, puis néerlandais, suivis de l’ajournement britannique, après l’échec du sommet européen, le traité constitutionnel est moribond. Chaque jour, l’Europe se défait un peu plus, à une vitesse stupéfiante : les opinions publiques des divers Etats manifestent scepticisme ou angoisse. Les outils forgés hier pour construire l’Europe d’aujourd’hui sont aussi touchés : l’absence d’accord sur le budget de l’Union fait peser un sérieux risque sur les politiques communes. Les dirigeants européens n’offrent ni alternative, ni dynamique nouvelle. Jusqu’à l’Euro même qui voit sa légitimité et son utilité contestée : déjà des ministres en exercice de plusieurs pays importants l’ont publiquement mis en cause. De telles manifestations sont encore minoritaires, mais on sait qu’une monnaie, et l’Euro plus qu’une autre, ne tient guère que sur la confiance collective. Il est clair aujourd’hui que le fameux plan B n’existait pas, et était soit un mensonge, soit un leurre. Il n’y a aujourd’hui aucune alternative crédible au projet de Traité constitutionnel.

    L’exigence d’un toit politique

    Poursuivre le processus de ratification du traité relève de la décision des Etats membres : deux ou trois Etats, fussent-ils fondateurs, n’ont pas à décider pour tous les autres. Chaque peuple, chaque élu, chaque citoyen européen conserve le droit de dire ce qu’il en pense. Mais le blocage induit par le non de deux pays fondateurs peut laisser la crise enfler pendant de longs mois. Il nous faut prendre acte des votes de défiance, en analyser les raisons multiples. Il en émerge à la fois des aspirations souverainistes et protectionnistes, la peur de l’avenir mêlée à une aspiration à davantage d’Europe, notamment sociale. Cependant, quel que soit son avenir, l’esprit de ce traité demeure comme l’exigence d’un toit politique de l’Europe, préalable à tout approfondissement social.

    Penser un nouveau projet

    L’Europe traverse une crise majeure, la plus grave depuis le début de la construction européenne. Son affaiblissement signifie un désordre accru de la mondialisation, avec toutes ses conséquences pour les pays les plus pauvres, les équilibres humains et écologiques de la planète. Il nous faut d’urgence inventer un nouveau projet européen pour éviter que l’Union ne se dissolve dans une grande zone de libre échange. L’Europe est plus que jamais nécessaire pour défendre nos valeurs et offrir au monde un modèle international de développement dans un monde instable et dangereux.. Nous voulons que l’Europe politique devienne réalité et s’ouvre aux peuples d’Europe qui aspirent à nous rejoindre.

    Construire une société civile européenne

    Nous appelons à des mobilisations nationales, démocratiques et européennes fortes, rassemblant tous ceux qui souhaitent sincèrement sauver l’Europe, ceux qui étaient partisans du traité, comme ceux qui en étaient adversaires, et prennent acte aujourd’hui des effets négatifs du refus français. Nous appelons les parlements, européens et nationaux, les diverses forces politiques et les principales forces de la société civile, en premier lieu les partenaires sociaux, à proposer des formes d’intégration politique, bien sûr, économique et sociale, et des orientations politiques structurelles communes (aménagements du territoire, solidarité, recherche) qui devraient être ensuite validées aux deux échelles, européenne et nationale. Le Parlement européen a appelé à la tenue de « forums citoyens ». Pour qu’ils réussissent, nous appelons à constituer, pour la première fois, à l’échelle de la France d’abord, et bien sûr de l’Europe, des comités Sauvons l’Europe. D’ores et déjà nous réunirons fin septembre lors d’une université d’été ouverte à toutes celles et ceux qui partagent cette perspective.

    La diversité de nos engagements, de nos convictions, de nos appartenances nous rassemble dans le sentiment d’une même urgence, du même espoir de paix, de démocratie et de prospérité partagées qui a animé les fondateurs de l’Europe moderne : il faut sauver l’Europe.

    Signer l’appel.

    Premiers signataires

    Votre réaction

    · rencontres fondatrices de Rennes : 1er et 2 octobre 2005
    · contacter le collectif
    · signer l’appel

    · liste complète des signataires
    Marie Hélène Aubert (députée européenne Vert), Denis Baupin (adjoint au maire de paris, membre du conseil national des verts), Jean-Marie Bockel (maire de Mulhouse, Ps), Frédéric Brun (revue Ecologie et politique), Henry Colombani (militant associatif), Hélène Correy (Freie Universität Berlin), Daniel Cohn-Bendit (député européen Vert) Harlem Désir (député européen, Ps) Gérard Doublet (sociologue, militant Vert), Anne Dux (Président de Convictions) Olivier Duhamel (professeur à l’IEP), François Fëjto (historien), Bronislaw Geremek (historien), Aurélie Filipetti (écrivain et élue Vert) Jean-Baptiste de Foucauld (ancien commissaire au Plan), Patrice Gohier ( maire adjoint Paris XIIIe) Serge Guérin (professeur associé Université Lyon 2), Elisabeth Guigou (député Ps, ancienne ministre), Pierre Hassner (CERI), Marc d’Héré (président de Générations Europe), Philippe Herzog, (Président de Confrontations -Europe) Bernard Kouchner (ancien ministre, président de Réunir), Jean-Noël Jeanneney (ancien ministre, Président d’Europartenaires), Jacques Lebas (ancien Président de médecins du Monde), Jean Lecuir (syndicaliste), Marie-France Lecuir (ancienne député), Jean Yves Le Drian, (député Ps, président du Conseil régional de Bretagne) Jean-Pierre Mignard (avocat, Président de Témoin), Yann Moulier-Boutang (directeur de la revue Multitudes), Marc-Olivier Padis (rédacteur en chef d’Esprit), Bernard Poignant (député européen, Ps), Joël Roman (éditeur), Gérard Sanvicens (militant associatif), Isabelle Seguin (éditrice), Jorge Semprun (écrivain), Nicolas Tenzer (président du Centre d’étude et de réflexion pour l’action politique (CERAP), directeur de la revue Le Banquet) ; Zaki Laidi ( professeur de sciences politiques). Voir tous les signataires :
    http://www.sauvonsleurope.org/signataires.php

    signer l’appel :
    http://www.sauvonsleurope.org/signer.html

    - Et les associations, clubs, fondations et collectifs suivants :

    Club "À gauche, en Europe", ACT (Actions citoyennes Toulouse), CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail), collectif Gauche fédéraliste, Convictions, Confrontations-Europe, Europa Nova, Europartenaires, Fidélio (collectifs de diplomates de gauche), Gauche moderne, Générations Europe, Initiatives Citoyens en Europe, RE-SO (réformistes et solidaires), Réunir, Rêve, Témoin.

    Liste mise à jour le 1er octobre 2005.
    Répondre à : contact@sauvonsleurope.org


    Samedi 1er octobre 2005 à 12h58mn54s, par Un européen
    lien direct : http://lipietz.net/?breve97#forum349
Calendrier des blogs
<< septembre 2005 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
29/09: Tiers secteur à Forcalquier
28/09: Amertume turque, défaite ferroviaire
25/09: Retour à Bruxelles : Paquet ferroviaire et Colombie
15/09: Un peuple en grève contre lui-même
13/09: L’eau et la coca
11/09: Bolivie sous la neige
8/09: Santé des femmes : un échec du Parlement
7/09: Rayons solaires : travailleurs, la Droite vous cuit !
5/09: Retour sur les incendies
3/09: Tragique rentrée
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: