Décantation d’après Non

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 6 juin 2005

Il arrive, sur ce forum ou sur mon adresse personnelle, trois séries de réactions à mes blogs de la semaine dernière, si je mets à part les messages me félicitant de la qualité de mon argumentation qui a pu influencer leur vote dans le sens du Oui. Les messages venant des nonistes me reprochent en effet trois choses : soit de surévaluer l’importance du vote xénophobe dans le vote Non, soit de prendre les électeurs du Non pour des analphabètes, soit de surévaluer les difficultés de la renégociation. J’ai un peu l’impression que ces trois reproches prolongent la triple dénégation qui était à la base du vote Non de gauche.

- Première dénégation : le vote Non de gauche ne pouvait l’emporter que par sa conjonction avec le vote Non de la droite extrême, populiste, xénophobe. Ce résultat est amplement prouvé par les cartes commentées par Hervé Le Bras et Jacques Levy dans Libération du mercredi 1er juin. Le Non au TCE se superpose au vote de Maastricht, avec les zones où le désespoir pousse le peuple de la gauche à l’extrême droite, avec une poussée particulièrement forte dans les régions où le Front national s’est développé depuis . Notons un détail : dans l’article de Le Bras du mercredi, il est dit de façon erronée que « 67% des électeurs ayant voté Non pensent qu’il y a trop d’étrangers en France ». Il suffit de se reporter au Libération de la veille pour constater qu’en réalité, "67% des électeurs qui pensent qu’il y a trop d’étrangers en France ont voté Non", ce qui n’est pas exactement la même chose ! Sur la base du Libération de mercredi, j’avais d’abord commis la même erreur. En relisant les résultats de mardi, il est assez facile, par un petit calcul algébrique, de reconstituer les résultats du sondage : 48% des sondés pensent qu’il y a trop d’étrangers en France, et, parmi ceux qui ont voté Non, 58,5% des sondés le pensent.

Ce résultat (près de la moitié des Français pensent qu’il y a trop d’étrangers en France) est de toute façon atroce. Il est bien évident que la grande majorité de ceux qui le pensent ont voté Non, que leur préférence partisane aille à Le Pen, de Villiers, l’aile UMP souverainiste... ou même une partie de la gauche. Il en résulte que la grande majorité de ceux ont voté Non le pensent. Cela ne veut absolument pas dire que tous le pensent ! Les électeurs du Non ne sont pas tous xénophobes, mais une majorité le sont.

Quel est le problème ? A partir du moment où le Front national et de Villiers appelaient à voter Non, il ne pouvait en être qu’ainsi. Etait-ce une raison pour ne pas voter Non ? Bien sûr que non ! J’avais moi-même en 1992 voté Non à Maastricht, sachant très bien que je joignais mon Non à celui de tous les souverainistes et populistes.

Alors où est le problème ? Dans l’absence de dynamique ultérieure permise par ce vote. En 1992, voter Non à Maastricht signifiait simplement qu’on bloquait une évolution négative. On ne prétendait nullement qu’il fallait se hâter de renégocier les traités précédents. La Communauté européenne offrait encore une certaine souplesse budgétaire et monétaire. Elle offre d’ailleurs toujours une marge d’autonomie nationale, comme l’a prouvé la politique relativement autonome du gouvernement de majorité plurielle en 1997-2002, mais cette marge va continuer à s’éroder sans qu’une politique européenne prenne le relais. En revanche, dans le cas du Non au TCE, il s’agissait, de la part du Non de gauche, d’appeler à une renégociation immédiate sur la base du Non des Français, or ce Non est majoritairement anti-européen et même à environ 60% xénophobe. Le Non à Maastricht était le refus de s’engager dans une impasse, le Non au TCE nous engage dans une impasse, du fait de son hétérogénéité.

Aux Pays-Bas coexistent aussi ces nons très divers, et le vote "anti-étranger" ou anti-européen y est encore plus net.

- L’autre série de critiques m’accuse en somme de prendre les électeurs pour des cons, qui n’auraient pas compris que Non = Nice et que Nice est moins bien que le TCE.

Je crois au contraire avoir argumenté dès avril que le passage du Non à Maastricht, à 49%, au Non au TCE, à 55%, renvoie à l’addition de deux électorats : les classes populaires objectivement menacées par l’évolution néo-libérale en cours depuis les années 80, et qui avaient bien raison de rejeter le traité de Maastricht aggravant cette évolution, ET les classes moyennes d’Etat, c’est-à-dire les bac + 4 de la fonction publique, qui elles avaient voté Oui à Maastricht. Les sondages "sorties des urnes" confirment totalement ce diagnostic.

Les premiers craignaient à tort de voir le TCE aggraver le traité de Nice alors qu’à mon avis, c’était l’inverse. Leur vote est donc à mes yeux non pas « con » (car la plupart n’avaient ni le temps ni les moyens de faire la comparaison), mais simplement malencontreux. Conformémént à la fable du Loup, on pouvait se douter dès septembre dernier qu’ils se vengeraient sur le TCE des mensonges de la classe politique sur les précédents traités. Les classes populaires rejettent actuellement tout ce que leur proposent les "élites", elles ont voté plus Non à Chirac-Raffarin et Non au chômage et à la précarité et Non au Lundi de Pentecôte travaillé gratuitement que Non au texte du TCE, et on ne peut pas leur donner entièrement tort ! Ce qui est tragique, c’est qu’elles suivent de plus en plus les « mauvais bergers », racistes et xénophobes. Comme disait je ne sais plus qui : « un raciste, c’est quelqu’un qui se trompe de colère ».

Quant aux élites d’Etat bac+4... j’ai détaillé ailleurs, qu’il s’agisse de la noblesse d’Etat ou des hobereaux d’Etat, comment le passage d’une Europe des nations à une Europe supranationale pouvait être perçu par elles comme une véritable menace, ou en tout cas comme une dévalorisation de leur prestige relatif. Leur vote, de ce point de vue, n’est pas complètement irrationnel. Ceux là se sont reconnus dans le discours des souverainistes de gauche, Jean-Pierre Chevènement et dans une moindre mesure Marie-Georges Buffet, surtout quand il pinçait d’autres cordes sensibles à l’identité républicaine en crise (la laicité).

- Enfin, il y a une petite minorité de Non de gauche qui était sincèrement pro-européenne et fédéraliste, et qui a voté Non en pensant sincèrement qu’il serait plus facile de renégocier ensuite. Ceux-là ont martelé pendant toute la campagne que le vote Non n’impliquait pas d’en rester à Nice, que la renégociation serait possible. Ils ont accepté l’argumentation des « pères de Nice », c’est-à-dire des intergouvernementalistes sociaux-libéraux comme Laurent Fabius, selon laquelle il suffirait de se rassoire pour régler quelques problèmes dans le projet de constitution. Ils ont à tort pris au sérieux le discours des dirigeants d’Attac se revendiquant d’une conversion de fraîche date (et à mon avis sujette à caution) au fédéralisme européen, et ont cru de bonne foi que le 30 mai déboucherait sur la mobilisation générale pour la renégociation. Ceux là en sont à me reprocher de ne plus croire possible d’appliquer, à titre de plan B, les promesses d’initiatives parlementaires pour la révision de la Constitution, ou de lancement des pétitions d’initiative citoyenne législatives (le plan A+ des Verts) : deux choses qui n’étaient possibles qu’au cas où la Constitution serait acceptée !

Ce triple aveuglement volontaire (ce qu’on appelle la dénégation), est de portée plus ou moins grave.

La dénégation d’une composante d’extrême droite xénophobe est à la limite compréhensible pour celles et ceux qui ont fait toute la campagne du Non sur internet, ou entre gens de gauche, sans se rendre compte de ce qui ce disait dans les cafés et sur les marchés, sans observer les affiches de la droite du Non sur les murs de nos banlieues et de nos provinces. On est vient jusqu’à prétendre que seul Bolkestein aurait parlé de plombier polonais !

Il ne faudrait pas que cette dénégation dure trop longtemps… Il y a là quelque chose de la surprise du 21 avril : Le Pen au second tour ! C’était d’ailleurs la tactique de Le Pen : ne pas se montrer. Sauf que là, comme Le Pen reste caché dans la masse du Non, on dénie les sondages sortis des urnes qui révèlent tout de même son existence... Faudra-t-il attendre la prochaine élection pour que les yeux se décillent ? ou espérer qu’"ils" retournent à l’abstention ?

Dénégation de la composante "rationnelle" d’une partie des élites qui votaient contre le TCE parce que trop fédéraliste, tout en expliquant aux masses que ce traité était plus mauvais que Nice pour les services publics, ce qui est assez culotté. "Tout le monde est devenu européen !" clame-t-on. Hélas, si ce pouvait être vrai ! Mais bon, saisissons nous de ces serments pour aller de l’avant... et nous verrons bien si les professions de foi ultra-fédéralistes tiennent longtemps la route.

Dénégation de la difficulté à relancer la construction européenne et du risque de détricotage. Alors là, c’est simple, y a plus personne. Les chefs d’Etat pro-Oui et ceux de l’Europe démontrent tragiquement qu’ils n’avaient vraiment, vraiment pas de plan B (les libéraux hostiles à l’Europe politique en ont un, mais attendent leur heure : celle de la présidence Tony Blair). Mais pareil chez les leaders du Non ! Stupéfiantes les "Dix exigences d’ATTAC" pour le Conseil européen du 16-17 juin : une demande de relance keynésienne ! Rien sur la renégociation. Rien.

Je n’ai rien contre les relances keynésienne à condition qu’elles soient écologiquement sélectives et contiennent une composante "croissance du temps libre". Là, rien non plus. On rejette même la révision de la directive temps de travail : les Anglais peuvent garder l’opt-out !

Bon. Retroussons nos manches, gens du Oui de gauche, gens du Non de gauche ! et tous ensemble, pour une Europe fédéraliste, sociale, écologiste et multi-culturelle !

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve62

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 4 contributions à ce blog.
  • Décantation d’après Non

    Le Non de gauche est assez incompréhensible ...d’ailleurs, même Marx disait que l’internationalisation était un préalable à la Révolution ! Et depuis, je n’ai rien vu venir, comme propositions, de la part de la gauche noniste, pour organiser une autre Europe, preuve que le non de gauche est avant tout un Non de principe, voir quasiment nihiliste !
    Samedi 13 décembre 2008 à 00h42mn42s, par Tietie007 (giraudthierry02@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve62#forum3224
  • > Décantation d’après Non

    Même s’il est impératif aujourd’hui qu’au dela des clivages sur ce référemdum nous nous attachions tous à construire une Europe solidaire et durable, je dois vous accorder certains points.

    Aujourd’hui à travers des coups de fil et des mails vers d’autres militants notamment des pays de l’est et de l’irlande, je tente de me battre pour expliquer quel était la teneur de mon "non" au TCE et pour faire entendre notre volonté de de renégocier pour construire un modéle européen solidaire et durable. Cependant comme vous, je m’aperçois qu’il est difficile en France de faire respecter une majorité trés disparate. Mais Chirac mesure t’il réellement les effets de la surdité dans laquelle il s’enferme ? Et quelles seront les conséquences de ce mutisme par rapport à toutes ces expressions sociales ? Ne risque t’il pas d’exerber la colère et de faire le jeu de la haine (donc du racisme) ou de la violence (tel que les actions terroristes des viticulteurs héraultais) ?

    Malheuresement je pense que l’on peut s’intérroger sur la part de racisme dans ce vote, même si je continue de penser contrairement à vous que dans les raisons du non, la question sociale et l’antilibéralisme sont les motivations qui ont primés. Lu dans l’huma du mardi 31 mai, selon la SOPRES, les partisans du non qui se sont décidés parce que l’europe menace l’identité de la France ne représentent que 19% ; alors qu’ils sont, selon une enquête IPSOS, 52% à avoir voter non par rapport à "la situation économique et sociale actuelle en France" et 40% qui juge "le caractére trop libéral sur le plan économique" du texte proposé. Mais le vote souverainiste et xénophobe brouille les pistes de ceux, qui comme moi, ont voté non, car nous pensons que nous pouvons avoir mieux que Nice et ce TCE. Et c’est trés génant pour renégocier qq chose ! Mais je crois que la mobilisation doit continuer et je donne raison à Attac d’aller porter devant le Conseil les revendications du non de Gauche. Ces exigences ne sont pas indissociables d’une éventuelle renégociation, mais simplement elles les précédecent car celle ci ne semble pouvoir intervenir avant que l’ensemble des pays ne se soient prononcés.

    Enfin je dois pour continuer à expliquer mon vote, dire qu’il est évident que mon vote est aussi un vote de colère et que j’avais envie de mettre à mal ce climat de résignation qui nous contraint à "une politique du moins pire". Je me suis dis que c’était le moment de taper du point sur la table pour qu’enfin les transformations sociales que l’on souhaite puisse se mettre en oeuvre. Alors certes j’ai succomber à un idéal, mais je me bats aujourd’hui pour faire respecter mon vote.


    Mercredi 8 juin 2005 à 12h47mn14s, par Stève (barreaud_steve@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve62#forum249
    • Racisme et libéralisme

      Tous ces sondages ne sont pas du tout contradictoires !

      J’ai toujours pensé (et je ne suis pas le seul) que la montée du racisme et du populisme sont liés intimement à la preception de chute, de précarisation, de montée du chomage, provoquées par le néo-libéralisme dont la globalisation est le moteur le plus puissant et le plus apparent.

      Combien (en particulier dans le prolétariat) pensent que s’il y a du chomage, c’est qu’il y a trop d’étrangers en France ?


      Vendredi 10 juin 2005 à 02h18mn05s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve62#forum250
      • > Racisme et libéralisme

        Beaucoup certainement... et beaucoup sont revenus du mythe de "la classe messianique" rapport a ca.

        Mais je crois que cette campagne a permis d’illustrer un point important : la xenophobie ne se limite pas aux electeurs lepenistes malheureusement, ce serait plus simple ! De vieux souvenirs des bulldozers rasant les bidonvilles immigrés dans les municipalités communistes refont surface...

        Quant à savoir si la xenophobie est plus présente aujourd’hui qu avnt, sincèrement je ne pense pas. Et nos ainés qui sont nés avant 1940 pourront en témoigner. Je ne sais pas si les "incidents racistes" sont plus nombreux qu il y a 40 ans ou simplement plus médiatisés (comme la violence à l’école).

        Toujours est il qu il y a toujours grosso modo un francais sur 2 qui trouve qu il y a trop d’immigrés en France et ca c’est grave !

        Et Ok pour le chomage, la précarité comme facteurs explicatifs... Mais qu en est il des errements de la gauche gouvernementale qui n a plus le courage de monter au créneau face aux politiques et aux discours xenophobes et liberticides de la majorité ? Je ne vois malheureusement pas grand monde proposer une alternative généreuse et courageuse sur les sujets de sécurité ou sur la situation des clandestins...


        Lundi 13 juin 2005 à 12h24mn12s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve62#forum252
Calendrier des blogs
<< juin 2005 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
29/06: La BEI et la convention de Aarhus
28/06: Constitution, brevets logiciels : premières manœuvres d’été
25/06: OGM, statut des députés…
23/06: Blair : 15, Karas : 0
22/06: La question des bois
21/06: Bolkestein, brevets logiciels : ça commence mal
20/06: Le retour de la mélancolie
17/06: Parlatino, Europarlement et farines de poisson
13/06: Crochet par l’Argentine
9/06: Le Parlement reprend péniblement ses travaux.
6/06: Décantation d’après Non
2/06: Début du détricotage
1er/06: La défaite a dépassé toutes nos espérances
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: