Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Mardi 8 mars 2005

Ma semaine à Strasbourg commence à être écornée par le débat sur le Traité constitutionnel : je vais devoir sécher le jeudi, car j’ai mercredi soir, jeudi matin et jeudi soir trois débats sur ce thème !

C’est ma grande semaine : débat lundi sur mon rapport sur la BEI en plénière. J’ai droit à cinq minutes pour le présenter. Mais j’ai attrapé la crève à manifester dans la neige de Guéret, et je n’ai plus qu’un filet de voix, je dois m’arrêter au bout de 4 minutes et demi. Puis vote mardi. Comme prévu, quasi-unanimité. Ouf, l’extrême-droite vote contre. Tous les shadow rapporteurs/trices, du centre-droit à l’extrême-gauche, viennent me féliciter. Je me rends compte que je suis reconnu comme le pro, le Monsieur BEI du Parlement, grâce à un travail de plus d’une législature. Ce qui me fait comprendre le rôle utile que jouent certains « cumulards dans le temps » qui deviennent sur un sujet précis la mémoire du Parlement et de ses combats.

Comme toujours, mes semaines à Strasbourg sont très chargées. Je me fais avoir par les défenseurs des Falun Dafa, ce mouvement spirituel chinois réprimé par le pouvoir : comme ils aiment bien mes interventions sur les droits de la personne en Chine, ils m’entraînent de plus en plus souvent à leurs conférences de presse. C’est d’ailleurs très émouvant : deux femmes témoignent des tortures subies dans les camps de rééducation. L’une confie sa honte d’avoir été forcée de maltraiter ses compagnes après avoir renié sa foi. Elle est assise à côté de moi et son émotion irradie.

Il faut aussi recevoir des étudiants : sur le TCE, sur le pacte de stabilité et de croissance, sur la banque européenne d’investissement... Et aussi un député de la gauche colombienne… Mais surtout, courir de réunions de commissions en réunions de commissions, car, malgré l’existence de « semaines de commissions » à Bruxelles, de plus en plus de réunions se font pendant la semaine de Strasbourg, où la présence de tous est davantage assurée.

C’est ainsi qu’à la commission juridique est présenté pour la première fois le pré-rapport sur la fameuse directive Bolkestein. Le débat lui-même en commission est remis aux 29 et 30 mars, ce qui me laisse un peu de temps pour affûter mes arguments ! Le rapporteur, un homme de droite, n’hésite pas à critiquer le manque de fondement juridique de la directive. Toutefois, il préfère adopter le « principe du pays d’origine, avec de très nombreuses exceptions ». Ce n’est pas du tout mon avis, et je ne renonce pas à le lui faire comprendre, d’ici à la fin du mois.

Nous tenons aussi une petite réunion entre Michel Rocard, rapporteur sur les brevets logiciels, et les Verts les plus impliqués dans l’affaire. Il y a là Laurence, notre collaboratrice et stratège, Eva, députée autrichienne et « shadow rapportrice », Monica, co-présidente du groupe, et moi-même. Michel reconnaît que les Verts sont en pointe sur cette affaire et souhaite coordonner son action avec nous. Certes, la conférence des présidents a souhaité une nouvelle première lecture de la directive sur les brevets logiciels et demandé une nouvelle proposition de la Commission. Mais la Commission n’a pas répondu et le Parlement n’a pas organisé de nouvelle lecture sur la proposition initiale. Pendant ce temps, le Conseil, après avoir longtemps traîné, a confirmé (dans des conditions à la limite de son propre règlement) sa première lecture du mois de mai 2004, acceptant le principe des brevets logiciels. Après avoir bien étudié les règlements et accords inter-institutionnels (tous ces documents qui complètent les traités en précisant la procédure), il apparaît hélas que le Parlement ne peut plus ré-examiner le texte en première lecture, dès lors qu’il est saisi du texte du Conseil. Selon Michel Rocard, la saisine ne peut pas intervenir cette semaine ; tous calculs faits, il faut bien se rendre compte que, quelles que soient nos manœuvres tactiques, le Parlement devra examiner la directive « brevets » en seconde lecture pendant sa session de juillet.

Comme on le voit, la directive Bolkestein comme la directive logiciels sont examinées l’une et l’autre par un système de navette entre les deux chambres législatives de l’Union, le Conseil et le Parlement, exactement comme dans la Constitution française. Nous sommes en « codécision ». De ce point de vue, le Traité constitutionnel ne changera rien : il accroîtra considérablement le champ de co-décision du Parlement, mais ce pouvoir de co-décision, le Parlement l’a déjà dans les deux cas et il est en train de l’exercer, tout à fait régulièrement, avec un espoir raisonnable d’éviter les délires ultra-libéraux de la Commission. Je dis « un espoir raisonnable », non parce que le Parlement n’a pas le pouvoir de bloquer un projet de la Commission (il l’a en troisième lecture), mais parce que nous avons maintenant un Parlement très, très à droite. Ce sont les risques de la démocratie ! Et comme on le voit également, le calendrier procédural européen obéit à un réseau de règles qui ne doivent rien à la date choisie par Chirac pour le referendum français.

C’est pourtant la Bolkestein et la directive « brevets logiciels », dans une moindre mesure, que l’on nous jette à la figure comme exemples des dégâts du TCE. Ces deux directives pourtant furent initiées, seront largement amendées, votées, ou rejetées, entièrement dans le cadre de l’actuel traité, celui de Nice. Mais allez faire comprendre cela à des militants surchauffés par la tactique d’amalgame de certains animateurs de la campagne pour le Non.

J’en fais l’expérience le soir du mercredi où « Décidons Notre Ville », association citoyenne de Cachan, organise un débat contradictoire. À la tribune : le maire (PS) de la ville, Jean-Yves Le Bouillonec, et moi-même pour le Oui, Bernard Dréano (un vieux copain Vert), et Jean-Marie Harribey (économiste, également écologiste) pour le Non. Un débat de très haute tenue. Jean-Yves Le Bouillonec me surprend par la pertinence de son argumentation : visiblement, les débats à l’intérieur du Parti socialiste ont permis une formation accélérée de ses cadres sur le contenu précis du traité. Nous nous relayons sans difficulté répondant avec précision, texte en main.

Jean-Marie Harribey et Bernard Dréano, en revanche, font des déclarations très idéologiques qui rapidement font apparaître un débat jusque là masqué à l’intérieur du camp du Non de gauche. Jean-Marie, en effet, s’interroge ouvertement sur l’intérêt du passage à la règle de la majorité, qui est pour moi la principale raison de préférer le TCE au maintien du traité de Nice (même pour un temps qui sera forcément limité). On croit comprendre que les intérêts écologistes et sociaux seront mieux défendus, selon lui, si les nations gardent un droit de veto. Je réponds alors très fermement que l’Europe écologique et sociale ne peut avoir de signification que si la majorité des européens peuvent obliger un pays à augmenter le niveau de vie de ses travailleurs, ou son niveau de protection de l’environnement. Ce qui n’est possible que si la loi européenne se décide à la majorité, et non à l’unanimité des pays. Bernard reprend la parole, et déclare : « Je dois dire que sur ce point, je suis en accord avec Alain, et je sais que je suis minoritaire parmi les partisans du Non de gauche. » Jean-Marie reprend la parole et concède que cerains intérêts sociaux sont en effet mieux défendus dans un système fédéral, et reprend l’argument (erroné) de Geneviève Azam selon lequel la constitution interdirait l’harmonisation sociale. A moi de lui expliquer comment le TCE concilie l’autonomie des systèmes sociaux nationaux et un rôle d’ « ascenseur » pour les minima sociaux.

Pour la première fois se dessine nettement ce que j’avais subodoré lors du débat avec Gilbert Wasserman (qui lui aussi s’était déclaré plus d’accord avec moi, face à certaines interventions flairant le souverainisme) : il est tout à fait abusif de dire que « tous les partisans du Non, à gauche, sont pro-européens, sauf bien sûr Jean-Pierre Chevènement ». Une bonne partie d’entre eux, au PS, au PCF, à la LCR, ou à ATTAC, sont pour l’Europe… des nations.

La question redouble d’intensité dès l’instant que l’on commence à parler non plus contenu, mais dynamique politique. À la question traditionnelle : « Mais en votant Non, on ne vote pas pour garder Nice, on vote pour tout remettre à plat », je réponds comme d’habitude par une description du rapport de forces au niveau européen, où la grande majorité des Non sont souverainistes de droite, et la grande majorité des fédéralistes de gauche votent pour le Oui. Une partie de la salle s’exclame alors : « Mais on s’en fout ! » Bernard, dont c’est le tour de répondre, en est tellement choqué qu’il ne peut retrouver ses esprits et se perd dans sa propre réponse... que je complète évidemment volontiers, sachant à quel point, par delà nos divergences tactiques sur la dynamique du Oui et du Non, nous partageons le fond de l’engagement progressiste pro-européen. Oui, il nous faut une Europe politique pour dompter le règne du marché et du profit, et pour faire cette Europe politique, il faut raisonner en Européens, mener la lutte politique au niveau européen, compter ses alliés au niveau européen !

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve44

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • > Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.

    Arrêtes ton baratin.

    1- t’es arrivé largement en retard.

    2 - tu as été très loin de répondre sereinement texte en main.

    3- tu t’es rapidement énervé.

    Bref t’as pas été terrible du tout


    Mardi 17 mai 2005 à 09h50mn53s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve44#forum189
  • > Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.

    Alain, Militant CFDT au sein de l’UPSM des années 70- 80, j’ai très souvent apprécié tes analyses et tes publications. Je me souviens de certaines de tes interventions dans nos cessions de formation économique au sein de l’IFEAS. Alors permets que je te dise ma surprise. Aujourd’hui je ne comprends pas ton aveuglement face au ras-le-bol général des salariés et à la colère du "peuple de gauche" devant les dérives libérales du Gouvernement français et de Commission européenne. Est-ce le contrecoup d’un travail consciencieux à Bruxelles et à Strasbourg (qui est tout à ton honneur !) qui te coupe à ce point de la réalité vécue par les militants pro-européens, écologistes et altermondialistes qui ont voté pour toi (et les Verts en général) aux dernières élections ? Quel gâchis ! Comment peut-on gaspiller à ce point le travail d’une génération de militants qui ont essayé d’ancrer l’écologie à gauche et d’ouvrir la gauche aux problématiques environnementales et aux questions Nord-Sud du développement inégal, en s’épuisant dans la défense d’une Constitution qui est un déni de démocratie et une fuite en avant vers l’ultra-llibéralisme sans espoir de retour ? Après Michel (Rocard), après Dany (Cohn-Bendit), pas toi STP ! La victoire du NON le 29 mai ne sera pas un deuxième 21 avril. Dans la confusion qui en sortira il faudrait bien que des voix comme la tienne puissent encore se faire entendre. Alors de grâce allez-y molo dans votre campagne en faveur du OUI !

    Claude LOUP Secrétaire de la Section CFDT-Hispano-Suiza ( Groupe SNECMA ) de 1978 à 2004 à Bois-Colombes puis Colombes.


    Mardi 22 mars 2005 à 17h01mn00s, par Claude LOUP (loup.claude@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve44#forum110
    • > Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.

      Cher Claude,

      J’aurais envie de te répondre : « Comment peut-on, en préférant le traité de Nice au TCE, gaspiller à ce point le travail d’une génération de militants qui ont essayé d’ancrer le syndicalisme à gauche et d’ouvrir la gauche aux problématiques environnementales et aux questions Nord-Sud du développement inégal, en s’épuisant dans la défense d’un traité (Nice) qui est un déni de démocratie et une fuite en avant vers l’ultralibéralisme sans espoir de retour ? »

      Tu me diras : « Mais en votant Non, je ne vote pas Nice, je veux tout remettre à plat ». Problème : le Non ne veut strictement rien dire d’autre que « on en reste là », à cette Europe d’aujourd’hui, celle de Nice, qui révolte les manifestants. Si tu as un scénario qui permette d’échapper à cette réalité politique, explique nous-le. Si tu as des raisons de penser que le traité actuel c’est mieux que le projet de TCE, vas-y, dis-les nous.

      Mais ne viens pas me demander (si le Non l’emporte) « Alain, dans la confusion qu’on a créé en votant Non, on a besoin d’une voix comme la tienne, explique nous comment on s’en sort maintenant ». Je ne sais pas.

      Car justement, Claude, si je pensais que Nice c’était mieux que le TCE pour continuer le combat, ou qu’en votant Non on obtiendrait dans des délais plus courts que le TCE (qui entrera en vigeur le 1er novembre 2006), ou même un an après, un traité encore meilleur que le TCE, bien sur que j’aurais voté Non !

      C’est comme pour Maastricht : j’ai fait campagne contre, la majorité en a décidé autrement, et depuis je n’ai rien trouvé pour « faire avec ». Tu me dis que je fais un bon travail de député ? Non. Tout ce qu’on fait est rogné par les traités actuels. La seule petite fenêtre pour sortir de Maastricht-Nice, c’est le TCE. Si tu refermes cette fenêtre, je ne vois plus. On continue Maastricht-Nice, et ça on connait. Bon, continuera à faire son petit possible.

      Si le Non l’emporte, ce sera à ceux qui l’auront voulu de nous mener hors des sentiers de Maastricht et Nice. Ce sera à eux de jouer.

      Mais je suis persuadé que d’ici deux mois tu auras lu les deux textes, comparé, et que tu voteras Oui, pour que le syndicalisme bénéficie des avancées du TCE, et pour aller encore plus loin.


      Lundi 28 mars 2005 à 01h36mn35s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve44#forum113
      • > Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français. Comment en est-on arrivé là ?

        On ne peut pas demander aux citoyens de donner un avis par un vote plus ou moins démocratique, sous forme de référendum, et leur dire qu’il n’y a qu’une solution possible, dire oui une fois de plus à une Europe qui n’a aucun projet social consistant ( cf. tentatives des socialistes pour construire un projet de protection sociale minimale, qu’il s’agisse du salaire minimum, de la protection contre le chômage, l’accès garanti aux soins, à un revenu minimum de retraite, à l’accès à un logement décent, etc...). Du fait d’un déficit démocratique antérieur, beaucoup se voient mis devant un fait accompli contraire à leurs aspirations. Il faut que quelqu’un dise non pour qu’un combat démocratique puisse s’engager, non seulement sur le fond mais aussi sur la manière de décider. Le fait d’être seuls ne doit jamais empêcher d’exprimer son opinion. Il appartiendra à tous, si le non l’emporte, de travailler pour combler ce double déficit, sur le fond et sur le processus démocratique. Quant aux institutions, l’histoire montre que les parlements ont toujours su affirmer leur pouvoir, même sans texte. Amicalement. Marc PREVOT .
        Mardi 12 avril 2005 à 15h37mn59s, par Marc PREVOT . (mprevot@noos.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve44#forum134
        • > Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français. Comment en est-on arrivé là ?

          Cher Marc

          personne ne dit qu’il n’y a qu’une solution possible. Voter Oui, c’est adopter un nouveau traité, voter Non, c’est en rester au traité de Nice, que les socialistes ont tous voté (Mélenchon étant au gouvernement).

          Je pense que selon tes critères, le TCE est bien meilleur que Nice.

          Le vote Non signifie : on s’en tient là. Nice sera sacralisé. Qui osera apres le reformer ? qui dira ce que les Européesn "n’ont pas voulu" dans le changement proposé, quand la Grande Bretage votera Non pour plus de libéralisme et la Pologne votera Non pour avoir Dieu dans la Constitution, quand le non français sera dispersé entre l’extrême droite et l’extrême-gauche ?

          Le TCE est le (grand) bond en avant possible aujourd’hui dans la voie de la démocratie, en généralisant la règle de la majorité et de la Codécision.

          L’histoire montre que les parlements ont toujours su affirmer leur pouvoir, dis-tu. C’est ce qu’ils ont fait avec la Convention (rejetée dans un premier temps par les gouvernements), qui a proposé aux citoyens ce projet de constitution. Il est stupéfiant qu’une partie de la gauche française (seule en Europe) cherche à leur rogner les ailes en rejetant leur proposition et en laissant tout le pouvoir aux gouvernements !!!

          Bien amicalement


          Samedi 16 avril 2005 à 18h04mn32s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve44#forum141
Calendrier des blogs
<< mars 2005 >>
lumamejevesadi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
26/03: Vacances à l’ombre du Non
10/03: Débattre par temps de grève
8/03: Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.
5/03: Neige sur Guéret
2/03: Une semaine de débats sur le Traité constitutionnel européen (TCE)
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: