Catastrophe au Prix Sakharov


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Vendredi 27 octobre 2006

Dure semaine à Strasbourg, qui se termine par une défaite lourde de conséquences : le Prix Sakharov échappe encore une fois à « Ceux qui soutiennent les otages en Colombie », Ingrid, ses compagnons d’infortune, les radios et associations de familles qui soutiennent le moral des otages et de leurs parents. Ce choix est catastrophique pour ces quelques milliers d’otages (80 % des otages mondiaux).

Au cours des semaines précédentes, il n’avait pas été possible de faire démordre, d’une part le PPE de son soutien (fermement défendu par les Allemands et les Polonais [1]) à Alexandre Milinkevich, chef de l’opposition à la dernière dictature héritée du soviétisme en Europe de l’Est, le Belarus, et d’autre part le PSE et les communistes qui soutenaient (pour des raisons qui ont vaguement pu sembler d’actualité il y a 2 mois) l’homme de presse libanais Ghassan Tueni. Seuls les Verts et les libéraux-démocrates étaient clairement engagés en faveur des otages. Mais nous savions que les otages étaient en second choix aussi bien pour le PPE que pour l’alliance socialistes-communistes. En effet, même au sein du PPE, les Espagnols y voyaient l’occasion à la fois de condamner les Farc et d’envoyer un avertissement au président colombien Uribe, dont l’évolution devient de plus en plus inquiétante, à l’heure où, dans les zones désormais tenues par les paramilitaires amnistiés, on découvre des fosses communes avec des milliers de cadavres de leurs victimes et, dans le disque dur d’un de leurs chefs, “Jorge 40”, la comptabilité macabre des contrats d’assassinats et des expéditions de drogue vers l’Europe.

Lundi matin, même Le Figaro titrait : Les familles des otages colombiens désespérées. En effet, tirant prétexte d’un attentat à la voiture piégée à Bogota, non revendiqué (et pouvant être attribué aussi bien aux Farc qu’à une nouvelle initiative d’auto-attentat de la part de la sécurité militaire), Uribe avait le week-end dernier piqué un nouveau coup de sang. Il ordonnait la fin de toute négociation avec les Farc, y compris par l’intermédiaire de la troïka Suisse - Espagne - France, et donnait l’ordre à ses troupes de libérer les otages par la force, ce qui ne peut déboucher que sur un bain de sang. Accorder le Prix Sakharov aux otages et à ceux qui les défendent aurait été un clair avertissement à Uribe, alors qu’on voit moins l’urgence d’un soutien du Parlement aux deux autres candidats.

Jeudi matin, nous étions donc confiants, à l’entrée de la Conférence des présidents devant décerner le Prix Sakharov : « les otages au second tour ». Dans cette procédure, chaque président de groupe vote avec le poids de tout son groupe. Au premier tour, le PPE présente Milinkevich, socialistes et communistes présentent Tueni, Verts et libéraux présentent les otages. Pas de majorité. Et là, coup de théâtre : le président des libéraux, Graham Watson, déclare aussitôt : « Nous nous rallions à la proposition du PPE » ! Milinkevich est élu. C’est certainement un homme très respectable. Mais quel utilité, pour lui, le prix Sakharov ? Le pouvoir belarusse lui reproche justement son penchant pro-européen ! Alors qu’Uribe cherche à ne pas heurter l’Europe.

Au début de la séance plénière, tout le monde, à gauche, est consterné. Des libéraux-démocrates nous confient que Watson a trahi en échange d’un poste de questeur pour la deuxième partie de la législature. Des socialistes nous disent qu’en fait leur président Martin Schultz était depuis le début en faveur du Belarus, pour envoyer un signal de fermeté à Poutine. Quant aux communistes, on s’interroge encore sur les raisons du formidable coup de pouce qu’ils viennent de donner au président Uribe.

Mis à part les conséquences de ce vote qui risquent d’être dramatiques pour les otages, cet axe, à nouveau manifesté entre la droite et les libéraux-démocrates, est le plus inquiétant. Il est confirmé par le vote de la Commission du marché intérieur (IMCO), responsable de la préparation de la deuxième lecture de la Bolkestein par le Parlement après passage en Conseil. On se souvient qu’au début de l’année, le Parlement avait éliminé de la Directive Services le « principe du pays d’origine ». Mais il avait refusé (suite à la chute de l’article 122 du TCE…) d’exclure de la Directive Services l’ensemble des services publics. Raison pour laquelle nous, les Verts, avions voté contre. Il avait toutefois exclu les « services sociaux d’intérêt général » en donnant une liste d’exemples non limitative : logement social, aide aux familles…

Le Conseil a durci cette position et fait de cette liste une liste limitative, précisant même qu’il s’agissait de l’aide au logement et aux familles les plus démunies. C’est à dire de la conception réactionnaire du « social » : l’aide aux pauvres. Et le Conseil a précisé qu’il n’accepterait aucun nouvel amendement du Parlement. Or, mardi, la Commission IMCO a voté qu’elle acceptait ce diktat du Conseil, et proposé de ne voter aucun amendement par rapport au texte de la position commune du Conseil des gouvernements. Ce qui représente à la fois une victoire sur le fond de la droite libérale, et une défaite du Parlement renonçant à son rôle de législateur. Reste encore à voter ça en plénière…

Même alliance de toute la droite à propos du rapport de la présidente de la commission économique et monétaire, la fabiusienne (et donc noniste) Pervenche Bérès. J’ai déjà raconté comment, de compromis en compromis, elle s’était résignée à un texte inacceptable pour nous. Mais le PSE nous avait demandé instamment, à nous et aux communistes, de ne pas voter « contre », afin de ne pas gêner Pervenche à la présidence de sa commission. Je m’apprêtais donc, en tant que « shadow rapporteur » (celui qui indique aux autres membres du groupe ce qu’il propose de voter), à recommander l’abstention au vote final.

Le jeudi, toute la matinée est consacrée à l’interminable procédure de vote sur le budget 2007. On sait que, si le TCE avait été adopté, nous aurions voté, pour la première fois dans l’histoire européenne, la totalité du budget-dépenses, et donc aurions pu, par exemple, profondément modifier la politique agricole commune en augmentant les primes à l’agriculture biologique, modifier les Fonds régionaux, etc. Mais les électeurs ont tranché, on en reste à Maastricht-Nice, et donc le parlement ne vote que sur des broutilles. Procédure profondément ennuyeuse sur des centaines d’amendements, mais qui me laisse le temps de discuter avec notre collaboratrice Inès Trépant du rapport Beres qui vient au vote après. Inès m’informe que, dans la nuit, le PPE et les libéraux ont déposé une série d’amendements rompant les compromis passés avec Pervenche. Le texte va donc devenir aussi inacceptable que celui dont j’avais retiré ma propre signature il y a quelques années, tant il avait été défiguré par les amendements. Par l’intermédiaire d’Inès, je parlemente à distance avec Sahra Wagenknecht, shadow du groupe communiste. Il n’y a aucune raison que nous nous fassions attaquer par les « nonistes de gauche » pour nous être abstenus sur un tel texte, cela afin de ne pas gêner … une autre « noniste de gauche » ! Nous nous mettons d’accord, Sahra et moi, pour faire voter nos groupes « contre », si les amendements de la droite passent, aboutissant à un texte final inadmissible. C’est ce qui se passe. Le PSE s’abstient.

Mêmes alliances, même résultat désastreux (mais sans plus de conséquence législative) à propos du rapport sur les Partenariats-Public-Privé.

Cela dit, ce bloc de la droite, composé en fait du PPE, des libéraux-démocrates et du groupe souverainiste Union pour l’Europe des Nations (Alliance Nationale italienne, PiS polonais, etc) , connaît quelques fissures, qui nous permet quelques succès. Par exemple, le rapport de notre collègue Verte Elisabeth Schroedter sur le détachement des travailleurs , qui confirme le rejet du principe du pays d’origine relativement aux droits sociaux des salariés « détachés » dans un autre pays, est largement adopté. Ici, c’est la majorité favorable à la concurrence « non faussée » (et non pas « ouverte » - même faussée- comme dans l’actuel traité de Maastricht-Nice), qui se reforme. De la même façon, le rapport de notre collègue Marie-Anne Isler-Beguin sur l’instrument européen de défense de l’environnement, LIFE+, est adopté largement : il s’oppose à la renationalisation de ces fonds. LIFE+, aux yeux du Parlement, doit rester un outil financier entre les mains des institutions communautaires de l’Union.

Plus significativement encore, un affrontement à couteaux tirés, émaillé d’incidents de séance et de querelles de procédure, oppose, à propos du soutien au processus de dialogue avec l’ETA engagé par le gouvernement socialiste espagnol, le bloc PPE-UEN à la gauche et aux Verts. Mais cette fois les libéraux-démocrates sont de notre côté. Nous l’emportons de justesse.

Autre fracture potentiellement très intéressante, l’affaire du rapport « anti-dumping ». Il s’agit d’un rapport d’initiative de la Commission du commerce international, à propos des mesures anti-dumping que devrait prendre l’Union contre la concurrence « faussée » par les importations de certains pays du Tiers monde comme la Chine. Le rapport, confié à Cristiana Muscardini de l’UEN, est terriblement agressif et fleure bon le protectionnisme de type colonial. Les Verts et la gauche ont présenté divers amendements pour rendre le rapport plus « politiquement correct ». Les amendements sont adoptés par le PPE, embarrassé par la violence du texte de son allié. Du coup, un de mes amendements, à la portée potentiellement considérable, est adopté : il assimile le non respect des accord internationaux en matière sociale et environnementale à des formes de dumping ou de subventions, ce qui pave la route à l’introduction de clauses environnementales et sociales sur le libre échange international, et à la subordination de l’OMC aux grands accords de défense du climat, de la biodiversité ou des droits des travailleurs… Le rapport est ainsi adopté. Simple succès tactique ? ou signe d’une faille dans le consensus néo-libéral régnant depuis un quart de siècle ? l’avenir nous le dira.

Autre bon moment : mardi soir, le cas Onesta est examiné à huis clos par la Commission juridique. Le rapport Lehne (un homme du PPE) est excellent. Conformément à la demande de Gérard, il ne demande pas l’immunité parlementaire afin que celui-ci puisse plaider son cas et celui des Faucheurs volontaires à la Cour européenne des droits de l’Homme. En revanche, sur le fond, il donne largement raison à Gérard et propose au Parlement européen de le soutenir devant la Cour ! Rapport adopté à l’unanimité par la commission…

Autre rapport intéressant (mais sans aucune portée législative), sur les femmes immigrées. Le Parlement européen se montre ici assez généreux avec les femmes de l’immigration (quand même 54% de l’immigration nouvelle en Europe). Encore que les libéraux-démocrates, UDF comprise, trouvent le moyen de rejeter un amendement des Verts demandant de distinguer le statut personnel des femmes immigrées de leur statut en tant qu’épouses (ce qui veut dire qu’une femme répudiée ou qui divorce d’un mari violent ne perd pas son droit au séjour obtenu par regroupement familial) !

L’immigration est d’ailleurs l’objet d’un très bon séminaire à Strasbourg cette semaine. Je vous le raconterai demain…


NOTES

[1Pour mémoire : le Belarus est issu du dépeçage (en 1772) de l’ancien royaume de Pologne-Lituanie qui s’étendait sur la Pologne, la Lituanie, le Belarus et l’Ukraine, du XIVe au XVIIe siècle. Il s’agissait de territoires slaves reconquis par les princes lituaniens sur les Tartaro-mongols. Toute cette région, de la Baltique à la Mer Noire, connut alors un Age d’Or (qui en fut un aussi pour ses juifs). Lors de la reconstitution de la Pologne en 1918, le Congrès de Versailles définit une « ligne Curzon » séparant ethniquement la Pologne de la Biélorussie. Cette ligne est la frontière actuelle. Mais beaucoup de Polonais (et bien sûr d’Allemands) rêvent du temps où la Pologne s’étendait sur toute l’actuelle Biélorussie (en rivalité avec la Prusse orientale). Ces deux pays ont donc une « politique à l’Est de la ligne Curzon » qui vise aussi à éloigner le « péril russe ».

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve180

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 7 contributions à ce blog.
  • Catastrophe au Prix Sakharov

    Monsieur Lipietz,

    permettez moi d’être étonné de l’importance que vous semblez accorder au prix Sakharov
    les conséquences du prix peuvent elles effectivement être "dramatiques" pour les otages, son attribution est elle une "catastrophe" ??
    ensuite, Monsieur Milinkievitch est effectivement un homme admirable qui mérite le soutien actif de l’Europe pour son courage dans un pays mal connu où la participation à quelque forme de protestation pacifique que ce soit peut vous conduire en prison
    le prix Sakharov n’est pas si mal venu pour une cause assez orpheline d’un point de vue médiatique
    au passage, saviez vous qu’un des organisateurs de la manifestation de mars dernier (les tentes plantées pacifiquement sur la Place d’Octobre à Minsk), Źmicier Daszkiewicz, vient d’être condamné à 18 mois fermes ?
    la cause biélorusse est aussi noble que la cause colombienne, Monsieur Lipietz !

    cordialement
    w.lothringer@yahoo.fr


    Jeudi 2 novembre 2006 à 01h55mn32s (w.lothringer@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1141
    • Catastrophe au Prix Sakharov

      On peut en effet considérer que le prix Sakharov n’a pas d’importance , mais alors pourquoi soulignez-vous que c’est important pour la situation en Biélorusssie ?

      Admettons donc que ce prix soit important. La question qui se pose alors est « Où sera-t-il le plus efficace ? » Mon impression est que ce prix dessert plutôt les supporters de Milinkevich (que j’ai rencontré il y a plusieurs années, quand, peu connu , il venait chercher du soutien en Europe), qui sont justement accusés par la dictature d’être pro-UE. Tandis que Uribe (j’en parle d’expérience, étant président de la délégation chargée des relations avec lui) tient absolument à avoir une bonne image en Europe.

      Tel fut mon raisonnement, tel celui que j’explique dans ce blog. Raisonnement aggravé par l’ordre donné quelques jours avant par Uribe à l’Europe d’interrompre toute tentative de médiation et, à son armée, de donner l’assaut pour « libérer » les otages.

      Mais il y avait encore hélas des centaines d’autres causes, toutes très légitimes, qui ont été éliminées en amont du processus…


      Jeudi 2 novembre 2006 à 03h17mn20s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1142
      • Catastrophe au Prix Sakharov

        merci Monsieur Lipietz d’avoir pris le temps de me répondre !

        votre réponse a éclairé ma lanterne, dans un premier temps j’avais eu tendance à penser que vous ne portiez pas à l’opposition biélorusse l’intérêt qu’elle mérite elle aussi...
        en effet, le prix Sakharov n’aura strictement aucun effet à l’intérieur des frontières biélorusses, il ne fera que conforter Milinkevich dans son sentiment d’être soutenu à l’Ouest
        quant à l’usage négatif que pourrait en faire le pouvoir, il ne faut pas le négliger, je suis bien d’accord avec vous mais Loukachenko a tant d’outils de propagande et de répression qu’il peut se passer du prix Sakharov pour accuser Milinkevich de toutes les compromissions avec le Grand Satan Occidental !

        par ailleurs la position pro-UE de Milinkevich est très nuancée : il a redit dernièrement dans un journal slovaque qu’une fois au pouvoir, il démocratiserait le pays (c’est bien le minimum) sans tourner le dos à la Russie, incontournable à ses yeux

        la détestation de Poutine pour son remuant "partenaire" occidental pourrait très bien l’amener à soutenir Milinkevich en échange de garanties (non adhésion à l’OTAN et à l’UE notamment), c’est en tout cas une thèse soutenue par des médias russes et polonais
        enfin, Monsieur Lipietz, pouvez vous me dire si l’incarcération du jeune leader du Front de la Jeunesse Daszkiewicz que j’évoquais hier fait du bruit au Parlement ?

        merci en tout cas de ne pas oublier nos amis enfermés dans la "Dernière Dictature d’Europe"

        cordialement
        W Lothringer


        Jeudi 2 novembre 2006 à 15h07mn36s (w.lothringer@yahoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1145
  • Catastrophe au Prix Sakharov

    Merci pour ce compte rendu si complet.
    Je me permets quelques commentaires concernant la question de Clément. Le prix Sakharov, à la condition d’être décerné au mouvement de soutien des victimes et non seulement à Ingrid & Clara (ce qui auraiété très impopulaire), aurait donné un coup de pouce non seulement aux victimes, mais aussi à la "sortie du conflit" en Colombie.
    Uribe ne veut pas d’une telle issue. Ses dernières dispositions en Colombie vont dans le sens d’une "récupération par la force" des otages. Le prix Sakharov aurait amoindri cette possibilité (qui dans le passé s’est soldé par de résultats sanglants et la mort des otages).
    Quant à ses relations avec l’Europe, l’analyse de Lipietz me semble juste. Jusqu’à présent, hormis la France, Uribe a su maintenir de très bonnes relations avec l’Europe et garder une apparence d’honorabilité.


    Mercredi 1er novembre 2006 à 12h31mn27s, par Roger (ramirob@caramail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1139
  • Catastrophe au Prix Sakharov

    Cher M. Lipietz,
    Merci pour votre blog passionant et tellement instructif sur le travail d’un député.
    Je comprends votre deception concernant l’attribution du prix Sakharov, mais
    - n’êtes vous pas un peu aveuglé par cette déception quand vous évoquez "un coup de pouce" du groupe Communiste à Utribe ? ou un axe gauche-droite pour une telle décision sans rapport avec celles évoquées ensuite ?
    - ne surestimez-vous pas la portée du prix Sakharov ? ("catastrophe, conséquences dramatiques pour les otages"...

    Sincères salutations.
    Clément.


    Lundi 30 octobre 2006 à 09h50mn09s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1124
    • Catastrophe au Prix Sakharov

      Le groupe communiste savait parfaitement que son candidat Tueni (très contesté par une partie des Libanais de gauche) n’avait aucune chance. Donc il stérilisa volontairement (au nom de l’unité du Liban !!) des voix qui auraient pu infliger un camouflet aux faucons uribistes.

      Quant à savoir si donner le prix Sakharov aux otages et ceux qui les soutiennent aurait pu les sauver, je pêche en effet peut-être par optimisme (mais peut-être sous-estimez-vous l’effet du prix Sakharov dans les pays dont un opposant est lauréat). Ce qui est sûr, c’est que le leur avoir refusé, c’est offrir le blanc-seing de l’Europe au Président Uribe.


      Mardi 31 octobre 2006 à 02h26mn23s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1133
      • Catastrophe au Prix Sakharov

        Merci Alain Lipietz de ne pas oublier la Colombie. Merci de ne pas oublier les "autres otages", les 3800 qui ne s’appellent pas Ingrid.

        Pour Uribe, il n’ y a point de guerre ni de conflit.

        RRRRRRROOO, la sublime denegation que voila.
        une demonstration gravissime, eclatante de cette habile manipulation, c’est la creation recente de la CNRR : une COMMISSION JUSTICE ET REPARATION, comme dans un pays en paix, en voie de reconstruction/reconciliation nationale. Comme au Guatemala...ou surtout comme au Perou apres les accords de reparation en 2003, comme en Afrique du Sud avec Mandela...voire au Cambodge.
        Sauf que le conflit est plus vivace que jamais en colombie !
        Faire temoigner les gens dans ces conditions est une monstruosite irresponsable, visant surtout a restaurer l’image du pays vers l’exterieur...

        Parler de l’ampleur des massacres de Jorge 40 est important en Europe, car on est tout de suite dans le concret. Les opinions, du coup, sont moins suspicieuses.
        On est plus dans la teleologie, dans l’academisme juridique ou la denonciation fantasque et exageree, que sais-je encore.

        La, on peut causer des 12 000 cas de disparitions forcees que l’Etat commence timidement a reconnaitre et a enqueter.

        L’article publie sur Risal est tres complet, bien documente et equilibre.

        Il fallait voir les images televisees du "heros" Jorge 40, se rendant au commissariat, avec ses trophees sportifs dans les mains, et sous les acclamations de ses partisans hilares...Ces dents eclatantes. Le sourire atroce de l’impunite. De la plus ecoeurante theatralisation qui soit.

        Victimes : on vous emmerde.on se marre.
        On echappe a l’extradition vers les USA (30 ans pour delit de narcotrafic les attend s’ils ne se rendent pas aupres des clements juges colombiens...ils ont vite compris leur interet).
        On echappe a une peine juste, a un proces dignes d’un etat de droit.On echappe a une veritable justice.
        On vous emmerde, vous, les assassines, les massacres, pilles, tortures, violees, deplaces, refugies colombiens violemment deracines, presents un peu partout de par le monde.

        D’ailleurs, on vous emmerde avec cette pseudo demobilisation.
        car 14 groupes nouveaux de paramilitaires sont d’ores et deja recenses (source : la tres serieuse ONG CODHES, colombienne, et certains secteurs de l’Etat, obliges de reconnaitre certaines exactions et la nouveaute des sigantaires.par contre, les operations se font sur le meme modus operandi...)

        Dans le departement Norte Santander seulement (a l’est, frontiere avec le Venezuela-territoire grand comme, disons, la Gironde), selon la Fiscalia General de la Nacion colombienne elle-meme, on est sur des bases de 5200 morts imputables aux AUC mais egalement aux FARC et a l’armee, aux feux croises, massacres indiscrimines comme assassinats cibles, ces 5 dernieres annees.

        Dans de nombreuses villes du pays egalement, des milices urbaines continuent de faire du "nettoyage social" et occuper des fonctions de justice, y compris domestique, sur le mode HARDCORE, en absence totale de l’Etat, dans les ceintures peripheriques des grandes villes.

        Pendant que "downtown", on va au "mall", on veut se convaincre qu’on est en Californie, on s’injecte du sillicone et de la bonne conscience, on prepare des voyages somptueux en Europe ou vers Miami. On se cultive, aussi, car la Colombie est un pays tres raffine.

        Tout ce joyeux monde se cotoit, barbarie la plus innommable comme sophistication la plus creative.La pays de Garcia Marquez est aussi celui de Jorge 40.

        Rien de nouveau sous le soleil tropical, banalite du mal,
        Waffen SS et Mozart, Primo Levi et les esclaves sexuels des guerrilleros...
        Les mines terrestres qui ont tue en 2005 en colombie plus que partout ailleurs avec 856 victimes (la mine dans l’epi de mais, dans le Nariño, c’est celle que je prefere..au nom du Che, merci l’ELN !) sont cachees dans des champs cultives...
        et la justification cynique par l’ELN des enlevements prolonges-kidnappings, au nom de l’humanitaire, sur ce meme blogue (cf voyage en colombie - GRANDA)...

        Colombie, 2006, les memes surrealismes de cohabitation entre le mal absolu et la banalite la plus crue.

        Et que dire des violences incroyables subies par les populations rurales des 3 zones frontieres avec l equateur, le venezuela et le panama, totalement desertees par l’Etat, sauf bases militaires sur-equipees.

        Ce pays creve de mini-Srebrenica et de denegation.
        Les milliers de tues des fosses communes ne sont que la partie visible d’un iceberg totalement mis sous silence...
        Mais il est important de causer aussi du conflit a mort entre FARC et ELN dans l’Arauca,a l est de la colombie qui produit de plus en plus de victimes civiles et
        de deplacements forces.Et oui, le narco-trafic dans cette region du monde fait bouger les lignes ideologiques des annees 1970.

        Le seul a ne pas comprendre les nouvelles donnees, dans la region, me semble etre Chavez...

        Je crains que l’UE ne pese moins que les Nations Unies en Colombie (Haut Comissariat aux doits de l’homme notamment, qui ont une presence et des reseaux sur place permanents, extremement critique par Uribe pour la justesse et la precision de ses rapports), car les positions UE sont devenues illisibles.Voir cette analyses interessante sur le sujet

        Mais c’est une belle occasion perdue.

        CEPENDANT IL Y A DE L ESPOIR, au milieu de ces tenebres...notamment pour Ingrid Betancourt :

        ‘Canje’ volvería esta semana a la agenda del Gobierno
        Fuente : El nuevo siglo
        Fecha Publicación : Lunes 30 de Octubre de 2006
        Fecha Publicación ACNUR : Lunes 30 de Octubre de 2006
        ‘Canje’ volvería esta semana a la agenda del Gobierno

        Algunos sectores advierten que una demostración de buena voluntad de la guerrilla sería dejar en libertad a algunos de los secuestrados, entre ellos a la ex candidata Ingrid Betancourt

        EL INTERCAMBIO de palabras entre el presidente Álvaro Uribe y la guerrilla de las Farc sobre el ‘canje’, podría redundar en que esta semana este tema retorne a la agenda del Gobierno.
        Así lo advirtieron ayer analistas, quienes coincidieron en que si bien el Presidente no hace referencia a lo que sería un ‘gesto’ de buena voluntad por parte de la guerrilla, los subversivos se mostraron nuevamente interesados en replantear el tema del intercambio humanitario.

        En una primera instancia, dijeron, el Jefe de Estado advirtió el sábado, en su respuesta al comunicado de las Farc, que “los colombianos necesitamos hechos demostrativos de buena fe”, pero no hizo referencia a cuáles, razón por la cual esto podría ser tema de la agenda de un eventual nuevo acercamiento con la guerrilla.

        Entre tanto, recordaron que las Farc reiteraron su voluntad de pactar con el Gobierno un ‘canje’ de secuestrados. “Ratificamos nuestra voluntad y propuesta para materializar el ‘canje’ y la plena disposición para que una vez superada esa etapa, podamos entre todos avanzar en procesos políticos que lleven a acuerdos de convivencia y de paz”, señaló el Secretariado a través de un comunicado.

        En el mismo documento reiteraron la falta de “compromiso” del Mandatario con el ‘canje’ y quedó al desnudo “bajo el pretexto” del atentado, “como si el país no fuese escenario cotidiano de una intensa confrontación aupada por el mismo Presidente y conociéndose que los generales ponen bombas para culpar a las Farc e impedir cualquier salida política al conflicto”.

        Ante este anuncio, la madre de Ingrid Betancourt, Yolanda Pulecio, dijo que “el anuncio abre una gran luz de esperanza. Dios quiera que el Presidente responda positivamente y ordene el despeje de Florida y Pradera”.

        “Ahora es importante replantear las cosas. Hay que diferenciar entre acuerdo humanitario y acuerdo de paz. El primero no debe tener demasiadas exigencias. Y esto vale para las dos partes”, dijo monseñor Augusto Castro, presidente de la Conferencia Episcopal.

        A su vez Lázaro Viveros, ex consejero de paz que impulsa el ‘canje’, manifestó que “es una gran noticia” y confió en que el Gobierno “la acoja como tal”. “Ojalá las partes retomen el camino por el que venían y que los intereses personales se hagan a un lado”, anotó.

        Entre tanto, el senador del Partido de La U, Armando Benedetti, aseguró que “el país no puede seguir cayendo en los engaños de las Farc. Necesitamos hechos de paz. Por eso les pido que liberen a Ingrid Betancourt y le muestren al país y a la comunidad internacional su voluntad para lograr el acuerdo humanitario”.

        Benedetti aseguró que, como todo el país lo ha pedido, apoya el Acuerdo Humanitario, pero que no confía en las Farc porque hechos como la bomba en la Escuela Superior de Guerra, la muerte del capitán Julián Ernesto Guevara de la Policía, en cautiverio, y los miles de secuestrados, demuestran lo contrario.

        “Si la Farc quieren el Acuerdo Humanitario el primer paso es demostrarle al país su voluntad de paz a través de hechos concretos : liberar a Ingrid que ha sido símbolo del secuestro en nuestro país, la liberación de los secuestrados enfermos, no más secuestros, no más bombas y no más hechos terroristas. El país necesita la Paz”.

        Entre tanto, los expertos coincidieron en que el intercambio de correspondencia entre las partes podría generar que se abra un nuevo espacio de negociación, en la medida en que existen muchos puntos en común que puedan culminar con la liberación de los secuestrados en poder de esa guerrilla.

        Dernier point : saviez-vous que d’apres une enquete du Monde de la semaine derniere, apres les chinois, les aftricains (sub-sahara), ce sont les colombiens qui se sont le plus presentes pour se fiare regulariser sur Paris le mois dernier ?

        Alors, la QUESTION a mille pesos :

        croyez-vous qu’il n’y ait que des migrants economiques parmi ces populations ????

        Chente


        Mardi 31 octobre 2006 à 21h36mn18s, par CHENTE (ASH1@CARAMAIL.COM)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve180#forum1137
Calendrier des blogs
<< octobre 2006 >>
lumamejevesadi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
29/10: Récits de l’immigration-esclavage
27/10: Catastrophe au Prix Sakharov
24/10: La frontière du Sud-Ouest
12/10: CAN, BCE, Mercosur etc
8/10: Lepeltier. Crise de la presse.
6/10: Diversité bioculturelle : Greenpeace, Genève.
1er/10: Week-end à Marseille. Audaces !
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: