Une semaine à l’Est. Retour en grève.


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 20 octobre 2007

De samedi dernier à jeudi soir : Vienne et Prague, capitales du Saint Empire Romain Germanique… Occasion d’une immersion dans la Mitteleuropa, orient compliqué de l’Europe, vers lequel mieux vaut ne pas s’envoler avec des idées simples. Et retour vers la France en grève (« comme d’habitude », diront ceux de nos concitoyens européens qui cultivent les idées simples).

PVE

Samedi, débat sur l’économie écologiste à Vienne, dans le cadre du Parti Vert Européen.

Le Conseil du Parti Vert Européen...
...sous les lustres viennois

On sait qu’il existe actuellement de fortes contradictions chez les Verts à propos du marché, entre ceux qui veulent une « économie verte de marché » (ce qui en un certain sens ne me choque pas, si cela signifie un marché régulé par des lois écologistes) et ceux qui se définissent davantage comme anti-libéraux qu’anti-productivistes.

Ce clivage recoupe-t-il les différents systèmes d’alliances des partis Verts en Europe ? On sait qu’actuellement, au niveau des États-nations, les Verts européens sont dans trois coalitions de centre droit (Finlande, Tchéquie, Irlande) et une de centre gauche (Italie). Dans le panel de discussion où je suis invité, il y a justement la ministre finlandaise du Travail, Tarja Cronberg,

Tarja Cronberg
Ministre finlandaise du Travail.

et le vice Premier ministre de Tchéquie, ministre de l’Environnement, le jeune Martin Bursik.

Martin Bursik
Vice-Premier ministre de République tchèque, ministre de l’Environnement.

Mais il y a aussi le belge Philippe Defeyt et surtout le président de la Fondation Heinrich Böll des Verts allemands, Ralf Fücks.

Eh bien ! au niveau du discours, ce sont clairement les ministres de « centre droit » qui tiennent les propos les plus à gauche. Martin Bursik insiste que le sens social des écotaxes dépend de ce qu’elle servent à financer, et Tarja Cronberg insiste qu’elle se bat toujours pour le basic income (revenu de citoyenneté) et pour la croissance du temps libre plutôt que pour le gaspillage de consommations (« less junk, more time »). Pour elle, le temps libéré doit surtout servir à développer les activités communautaires, dans un monde où la solitude croît dangereusement. Elle précise au passage que, vus de l’extérieur, les Finlandais sont assimilés aux autres Scandinaves, ce qui est assez vrai pour les rapports sociaux internes… sauf que les Finlandais sont pro-européens. Inversement, le discours de Ralf Fücks sème un malaise : « Les Verts sont des libertaires. Ils considèrent que la démocratie est intimement liée au marché et que le marché est la forme la plus efficiente ».

Je n’ai pas eu le temps de lui répondre que c’est vrai, démocratie et marché sont historiquement liés parce qu’ils sont fils et fille de l’égalité et de la liberté individuelles : ils sont les deux formes de connexion entre individus libres. Mais ils sont frères comme Caïn et Abel : le libre jeu des forces du marché aboutit à évider la démocratie et même à priver les individus de la citoyenneté, de la propriété, de l’égalité et de la liberté. C’était, dès l’origine de la Constitution américaine, le débat entre Hamilton et Jefferson. Pour Jefferson, la loi devait intervenir pour empêcher que le marché ne développe dangereusement les inégalités. À mon avis, les Verts doivent être clairement jeffersoniens.

Quant à l’efficience, c’est vrai que le marché n’a pas à son actif les grands désastres écologiques de l’économie planifiée (Tchernobyl et l’assèchement de la Mer d’Aral), mais la montée de l’effet de serre est le plus typique des « échecs du marché ». Le vrai débat n’est plus entre Plan et Marché, mais entre néo-libéralisme et régulation.

Prague

Je n’ai pas le temps de m’attarder pour discuter car je dois rallier Prague. Le train met 4 heures entre ces deux villes si proches. Au passage de la frontière, il faut changer de locomotive, question de voltage. L’Union européenne, au lieu de voter des « paquets ferroviaires » de libéralisation, ferait mieux de s’occuper effectivement de l’interopérabilité de ses réseaux ferrés ! Mais c’est intéressant de prendre le train, bien qu’il fasse déjà nuit : les gares tchèques restent d’une tristesse toute soviétique, alors que Prague est résolument une capitale européenne, peut-être la plus belle de toutes.

J’étais déjà venu deux fois à Prague, juste après la Révolution de velours en 1989, puis pour une manifestation contre la réunion conjointe du FMI et de la Banque mondiale. La transformation est impressionnante. L’odeur persistante du charbon, qui nous saisissait à la gorge dès le passage de la Bavière à la Bohème, a disparu. Seules les statues sont encore noires de la suie qui imprégnait tout l’Empire soviétique. Prague est aujourd’hui une ville évidemment ultra-touristique, mais elle est restée la ville du baroque et de la musique.

Le groupe Verts/ALE a choisi Prague pour ses journées d’études de rentrée (au fait, ça s’appelait jusqu’ici séminaire, mais compte tenu de l’importance du débat pour la laïcité en Tchéquie, nous avons changé le nom !), pour une double raison. D’abord, c’est ici (avec la Slovénie) que la croissance du vote Vert est la plus significative dans les nouveaux pays-membres, et permet d’espérer des élus en 2009. Ensuite, parce que cette croissance des Verts les a mis en position de faiseurs de roi au Parlement tchèque, et, à l’issue de négociations complexes, ils ont choisi de s’allier avec le centre droit.

Les députés Verts tchèques
Séminaire des Verts européens 2007 à Prague

Pourquoi ce choix ? Il y avait deux coalitions possibles qui s’équilibraient l’une l’autre, soit avec les communistes, les socialistes et une partie de l’ancien Forum civique, soit avec la démocratie chrétienne et l’autre partie du Forum civique, qui soutiennent aujourd’hui le très nationaliste et libéral président Vaclav Klaus. C’est pourtant avec les seconds que les Verts ont réussi à arracher trois conditions : un engagement pro-européen, la défense des droits de l’Homme, et bien sûr la lutte contre le changement climatique. Ce qui n’est pas de la tarte ! Le président Vaclav Klaus est, avec Georges Bush, le seul chef d’Etat à avoir désapprouvé l’attribution du Prix Nobel à Al Gore) !

Jusqu’à présent, leur plus grand succès porte sur le premier point : la Tchéquie, un des trois pays dont les eurodéputés avaient voté Non au TCE, a littéralement disparu du débat sur le Maxi Traité. Pourtant, la Tchéquie de Vaclav Klaus combinait l’hostilité à la britannique au TCE (« c’est trop antilibéral, on préfère Maastricht-Nice ») et l’hostilité à la polonaise ( « y’a pas Dieu dans cette constitution »). Le ministre des affaires étrangères, un indépendant issu de la vieille noblesse tchèque, a été choisi d’un commun accord avec les Verts pour tenir cette ligne de non hostilité à la progression de l’Europe politique . En cela, les Verts auront au moins joué leur rôle historique !

Mais nous nous rendrons compte, dans les débats concrets, que ce choix fait problème, assez profondément, au sein même du parti Vert tchèque, et risque de l’obliger à avaler une énorme couleuvre : l’installation sur le sol tchèque d’un radar américain destiné à la guerre des étoiles contre les missiles soi-disant iraniens, et en fait, russes.

Cette question du « positionnement » politique des Verts va faire l’objet d’une journée entière de débats. Il y aura également débat sur la question du radar, et un autre débat sur les agrocarburants.

Sur ce dernier point (qui est l’une des façons d’aborder la lutte contre l’effet de serre, objet d’un des trois engagements obtenus par les Verts tchèques), nous nous rendons assez vite compte qu’ils ne sont pas très au fait du débat européen. Pour eux, le développement des agrocarburants est une bonne chose. Ils n’en importent pas car ils disposaient de terres en friche. Les paysans ont multiplié par 20 leur production de colza ! Leur problème, c’est que les automobilistes ont peur d’abîmer leurs moteurs avec du carburant contenant de l’huile de colza, et que les éleveurs ne savent pas qu’on peut donner les tourteaux (résidus de la trituration du colza) à manger au bétail…

MaxiTraité

Nous ne discuterons pas beaucoup, lors de ces journées, du maxi traité. Des échos nous parviennent des négociations du Conseil européen à Lisbonne (c’est-à-dire le sommet des chefs d’États et de gouvernements qui conclut la conférence intergouvernementale). Nous ne pouvons plus grand chose quant au résultat des négociations, si ce n’est dialoguer avec les Verts irlandais pour que l’Irlande ne se rallie pas à la position d’opt-out de la Grande-Bretagne sur les questions de justice et de police intérieure.

J’apprends par e-mail que, pendant ce temps-là, en France, la Ligue communiste révolutionnaire, le PCF, la fondation Copernic, Attac et autres chevènementistes, qui n’ont toujours pas le texte final en main, ont déjà décidé d’être « contre », exactement avec les mêmes arguments que contre le TCE. C’est assez drôle, car leur critique portait alors essentiellement sur les articles inchangés de Maastricht-Nice. On pouvait comprendre à la rigueur qu’ils soient contre le fait de revoter ces articles. Maintenant, au prix de contorsions rédactionnelles effarantes, le maxi traité se contente d’indiquer les articles nouveaux ou remplaçant les actuels. Or, il ne semble pas que nos protestataires approuvent le moins du monde ces changements ! Ils avouent enfin (seul Chevènement avait eu la dignité de l’écrire à l’époque) qu’ils n’étaient en 2005 ni contre le fait que le nouveau texte s’appelle « Constitution » (ce n’est plus le cas), ni contre le « trop de Maastricht Nice » qui restait dans ses articles, mais bel et bien contre les changements que le TCE apportait à l’actuel traité : ils voulaient en rester à Maastricht-Nice.

Ainsi, ceux qui depuis 2005 nous bassinaient qu’ils avaient voté Non parce qu’ils ne voulaient pas voter pour une concurrence « libre et non faussée » (et donc préféraient la concurrence « libre et ouverte » de Maastricht-Nice), continuent d’être « contre », alors que toute la phrase est supprimée. Notre rapport avec ce genre d’attitude protestataire fera justement à Prague l’objet d’un débat particulier.

J’ai donné ailleurs mon analyse des changements qui semblaient devoir résulter de la CIG portugaise. Sous réserve d’une lecture attentive des résultats du sommet européen, il semble qu’il n’y ait pas grand chose à y changer, si ce n’est que la Pologne obtient les mêmes opting-out que la Grande-Bretagne. Les deux pays les plus anti-européens (dont on se demande d’ailleurs pourquoi ils sont entrés dans l’Union) se retirent de toute Europe politique démocratique, et les autres avancent d’un cran. Moins bien que le TCE, mieux que Maastricht-Nice.

Protestataires

Un des grands débats de nos journées de travail porte sur la préparation des élections de 2009. Un groupe de sociologues nous présente la sensibilité actuelle de nos électeurs potentiels.

Préparation des élections de 2009
Un groupe de sociologues nous présente la sensibilité actuelle de nos électeurs potentiels.

Première leçon : ils voient une très forte connexion entre la sensibilité environnementaliste de l’opinion publique et les pics de résultats favorables aux Verts aux élections. Ce qui ne veut pas dire que les Verts doivent se recentrer sur l’environnementalisme, mais qu’ils ne doivent pas trop s’en éloigner non plus…

Je regarde les courbes avec intérêt. Nous sommes actuellement dans une remontée de la prise de conscience environnementaliste, dont témoigne la consécration du GIEC (Groupe intergouvernemental sur le changement climatique) et du film d’Al Gore par le prix Nobel de la Paix. Cette ascension suit une quinzaine d’années de vaches maigres pour les Verts et l’écologie, après le pic de 89-92. C’est assez impressionnant : le pic de 89-92 était beaucoup plus fort que la montée actuelle (du moins jusqu’à présent). Il y avait à l’époque un effet combiné « accident de Tchernobyl + conférence de Rio ». Je me souviens : on ne parlait plus que de ça, et au Commissariat Général du Plan, en France, le « Grenelle de l’environnement » était permanent. Aujourd’hui, la sensibilité s’est déportée du risque nucléaire au risque « hydrocarbures fossiles = changement climatique ». Mais manifestement on ne peut pas dire qu’il y ait eu consolidation durable d’une conscience écologique globale, mettant en question notre modèle de production, consommation, croissance insoutenable.

Deuxième grand débat : que faire face à la remontée (après la disparition du communisme en Europe, toujours vers les années 89-92) d’un électorat protestataire ? Les Verts qui sont, qualitativement, beaucoup plus anti-système, justement par leur remise en cause du mode de production, mais qui pour cela même sont réformistes radicaux et veulent entrer dans les institutions pour agir le plus vite possible, doivent-ils se rapprocher de ces protestataires ?

On a d’abord une discussion un peu compliquée sur ce qu’on appelle « protestataire ». Je propose des définitions concrètes : « un protestataire est toujours contre. Il est contre le passage de Nice au TCE, mais il aurait aussi bien été contre le passage du TCE à Nice. Il est contre le changement climatique, mais il aussi contre les mesures anti-changement climatique. Alors que quand les Verts sont « contre… » (…les OGM, le nucléaire etc), ils proposent des alternatives : la nourriture bio, la sobriété énergétique, le recours aux énergies renouvelables etc. »

En fait, les Verts portent un triple message, constitué d’une mauvaise nouvelle, une bonne nouvelle, et une nouvelle moyenne. La mauvaise nouvelle : on va droit vers l’iceberg. La bonne nouvelle : on peut encore éviter l’iceberg. Et la troisième : il va falloir s’y mettre tous ensemble, individuellement et au niveau des politiques publiques.

Nous serons d’accord avec les protestataires sur le point 1. Nous serons rarement d’accord avec eux sur le point 2, car, pour des protestataires, toute réforme est illusoire et sera récupérée, le monde de demain sera forcément pire qu’aujourd’hui. C’est surtout sur le point 3 que nous aurons de graves désaccords, car, pour le protestataire, éviter l’iceberg ne le concerne pas : il n’ira pas au gouvernement pour conduire des politiques publiques, et (sauf quelques jeunes et sincères « décroissants ») il refusera énergiquement d’assumer individuellement le combat pour limiter les pollutions du Grand Kapital.

Et au fait, les Verts tchèques ? Un des sociologues les décrit comme « parti classique qui recherche des postes plutôt qu’il ne défend des thèmes, un parti libéral de centre droit ». Indignation d’Ondrej Liska, ex-collaborateur du groupe Vert au Parlement européen, maintenant député Vert et président de la commission des affaires étrangères au Parlement tchèque : « Nous avons passé accord avec le centre droit parce que, dans les négociations, ils nous ont offert plus que les autres quant à l’avancée de nos thèmes. Mais je suis un homme de gauche, je suis altermondialiste, et ça ne m’empêche pas de reconnaître l’intérêt du marché. »

Il ne faut jamais oublier que toute la démocratie tchèque est née de la Révolution de velours… contre l’économie planifiée.

Radar

Dernier gros débat qui fâche, la question du radar. Il s’agit de la suite de la guerre des étoiles, le déploiement purement américain d’un radar en Tchéquie et de missiles anti-missiles en Pologne, soi-disant contre l’Iran.

Ici, on ne se cache pas derrière son petit doigt. Lors de la réception de clôture, le ministre des Affaires étrangères vient carrément nous dire : « Nous avons besoin d’une protection militaire contre le nouveau tsar Vladimir Vladimirovitch. Le radar on s’en fiche, on veut des Américains sur notre sol. » Mais dans le débat du groupe, c’est Ondrej Liska qui vient expliquer la position des Verts tchèques. Eux sont contre ce radar parce que c’est une installation purement américaine. D’ailleurs ceux qui sont pour ce radar sont en général contre l’Europe politique et étaient contre le TCE. Les Verts seraient d’accord avec un dispositif anti-missiles déployé sous le contrôle conjoint de l’Europe et des États-Unis (c’est à dire de l’Otan)… et de la Russie. Telle sera leur position dans le débat, et faute de quoi ils seront dans la lutte contre l’installation du radar.

Après avoir souligné que je suis conscient que « mon pays » est mal vu en Tchéquie pour l’avoir toujours abandonnée (en 38, en 48, en 68), j’interviens pour rappeler que la lutte contre les SS-20 et les euromissiles fut constitutive de l’identité des Verts européens. Cela dit, un système anti-missiles n’est pas un système de missiles de dissuasion. On peut proposer d’autres méthodes, comme le désarmement, pour éviter d’avoir à combattre les missiles, mais en soi, un système international de missiles anti-missiles n’est pas absolument scandaleux. Le problème est qu’il devra alors être étendu à tous les pays s’estimant menacés par une invasion ou par un tir de missile en première frappe : l’Iran, Israël etc…

On n’est pas sortis de l’auberge.

Jeudi soir, rentrée à Villejuif, par avion puis taxi heureusement (pour nous, pas pour la planète). Les routes d’Ile de France sont quasi désertes, la grève est un succès. Mais j’ai beau passer une partie de la nuit à essayer de réserver un billet pour Lille où je dois le lendemain participer à une conférence sur le tiers secteur : rien à faire , la grève semble continuer sur les rails. Je ne peux donc être sûr de trouver un train pour Lille, ni même d’arriver Gare du Nord, ni surtout de revenir de Lille. J’annule par mail ma participation.

Le tableau de bord de mon site m’indique une poussée de branchements sur un article que j’avais complètement oublié : Droit de grève et service minimum (2003). Je reste tout à fait d’accord, ça m’évite de réécrire la même chose.

Quant au fond, il y a une poussée de lecteurs-trices sur « L’Après-Fordisme et son espace » mais je pense que c’est dû à la rentrée universitaire. La question des « régimes de retraite spéciaux » est bien en effet une question de compromis social « local » (le fameux « compromis du service public à la française »), compensant des exigences de service public particulièrement destructrices de la vie familiale et personnelle. Le cheminot héroïque Léon Bronchart, revenu des deux guerres et de Dora, qui ne s’apitoie jamais sur son sort, ne se plaint que d’une chose : ses horaires de travail dans les chemins de fer.

Les statistiques de la grève de jeudi sont éclatantes : participation écrasante puis fortement décroissante dans les branches du service public à horaires difficiles (SNCF, RATP, EdF), très faible quand le boulot ne présente pas plus de pénibilité que dans la moyenne du privé. Les « bonnes » retraites ne font plus partie du « compromis social » de base que là où la vie quotidienne est gravement perturbée.

Question : et l’armée ? si pendant les 15 ans de service actif professionnel il y a des guerres dangereuses, on comprend la retraite rapide, mais est-ce bien le cas ? et l’armée n’a-t-elle pas des postes de bureau pour ses quadras ?

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve267

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 31 contributions à ce blog.
  • Le sondage du Financial Times

    Pensez vous qu’il devrait y avoir un référendum national pour adopter le nouveau traité européen ?

    France
    Oui 63%
    Non 27%
    SO* 10%

    Grande Bretagne
    Oui 75%
    Non 14%
    SO* 13%

    Italie
    Oui 72%
    Non 17%
    SO* 11%

    Espagne
    Oui 65%
    Non 25%
    SO* 14%

    Allemagne
    Oui 76%
    Non 19%
    SO* 5%

    * Sans opinion


    Vendredi 26 octobre 2007 à 17h22mn18s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1962
    • Le sondage du Financial Times

      Le Fiancial Times (journal eurosceptics) montre qu’il est très bien informé !
      Le référendum est IMPOSSIBLE en Allemagne car INTERDIT.

      En suite, quel référendum ? Référendum européen ? Qui est contre ? Les "amis
      " du Fiancial Times !

      Et puis, ce n’est pas au financial Times de dicter à la France les voies de ratification des traités ! Pour une fois
      javascript:emoticon(’smiley’)
      smiley


      Samedi 27 octobre 2007 à 02h06mn22s, par Joke (pj.mi@free.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1964
      • Les conditions d’un referendum européen.

        Sur ce point voir ma réponse à jseb sur le forum de mon billet OMC, APE et TME.


        Samedi 27 octobre 2007 à 07h46mn46s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1968
      • Le sondage du Financial Times

        « Le Fiancial Times (journal eurosceptics) montre qu’il est très bien informé ! Le référendum est IMPOSSIBLE en Allemagne car INTERDIT. »

        Ce n’est pas l’avis des citoyens allemands semble-t’il...


        Samedi 27 octobre 2007 à 13h51mn05s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1972
  • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

    des "actes" ou un "compte-rendu" ou une mise en ligne des vidéos/audios des interventions de ce type de réunion du PVE sont-ils envisagés ?? je serais extrèmement intéressé...

    quant à la question du vote sur ce traité, à la limite on pourrait imaginer demander à nos députés de voter "non" pour provoquer un référendum auquel ils voteraient (éventuellement) "oui". Parce qu’évidemment et bien que farouche partisan du Oui au TCE, je me mets à la place des nonistes : même si leurs principaux reproches d’alors ont été pris en compte (au prix effectivement d’un traité beaucoup moins compréhesnible, notamment...), il serait normal de laisser les français en juger par référendum. D’un autre côté, il y en a un peu marre de toujours chercher à répondre à côté de la question posée, avec des arrières-pensées tactiques ou stratégiques...


    Mardi 23 octobre 2007 à 10h48mn14s, par jseb
    lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1942
    • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

      Je ne vois absoument pas en quoi le fait que les deputés et sénateurs (français, je suppose ?) votent Non provoquerait un referendum ??? Un Non des deputés comme du peuple signifie "on en reste à Maastricht Nice, point, terminé".

      Le referendum n’est pas une instance d’appel du Congres.

      Je crois que maintenant il faut discuter du fond et uniquement du fond. Ensuite seulement de la forme de la ratification (encore que je pense que constitutionnellement Sarkozy ayant le droit de choisir l’un ou l’autre et s’étant fait élire en promettant la voie parlementaire, il n’ira pas se casser les pieds avec un referendum)


      Mardi 23 octobre 2007 à 11h32mn58s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1943
      • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

        je supposais (peut-être à tord) que si Sarkozy ne pouvait pas ratifier le traité par la voie parlementaire (soit en se frottant à un vote négatif des parlementaires, soit plus vraisemblablement en l’anticipant) et que le motif de ce refus est "on veut un référendum", il pourrait être conduit à demander au peuple son avis pour parvenir à obtenir une ratification. J’avoue cependant que j’évoquais cette possibilité sans grande conviction (d’autant qu’on ne me demande pas mon avis). Sur le fond, comme je l’ai laissé entendre, je suis partisan de la ratification du traité. Mais reconnaissez que ça n’empêche pas de regretter la forme.


        Jeudi 25 octobre 2007 à 04h34mn03s, par jseb
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1949
  • L’Union Européenne devient illégitime. Sortons en !

    Bien des politiques (VGE, Boulanges, Merkel...) ont noté que le nouveau traité n’est rien d’autre que le TCE.

    Le peuple a voté "non", mais le logiciel européen n’accepte que le "oui". Un régime qui impose aux gens des lois qu’ils refusent a un nom : c’est une dictature.

    La ratification parlementaire est totalement illégitime. En effet, les parlementaires ne sont rien d’autre que les représentants des citoyens. Or, ces derniers ayant refusé explicitement le traité, les parlementaires n’ont plus aucune légitimiité à voter "oui" en leur nom. L’union Européenne devient ainsi illégitime. Le masque tombe.

    L’épisode actuel a un avantage : ceux qui se faisaient encore des illusions sur l’Union Erupéenne (j’en faisais partie) savent maintenant à quoi s’en tenir : il n’y a plus rien à attendre de cette institution dont il faut sortir.


    Lundi 22 octobre 2007 à 13h40mn02s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1940
    • L’Union Européenne devient illégitime. Sortons en !

      "Un régime qui impose aux gens des lois qu’ils refusent a un nom : c’est une dictature." écrivez-vous, cher ami.
      Pour Noël, ou pour votre anniversaire, faites-vous donc offrir un dictionnaire. Cela épargnera à notre hôte d’avoir à sortir le sien.
      Pour l’heure, permettez-moi de vous suggérer l’usage régulier, et sans modération, de :

      http://dictionnaire.mediadico.com/

      Il s’intégre aisément dans Firefox et dans Word je crois.

      Dictature : Pouvoir absolu et arbitraire entre les mains d’un chef
      Où est le chef ?
      Où est le pouvoir absolu et arbitraire ?
      Si, comme beaucoup, vous pensez "anormal", c’est à dire contraire aux règles ou aux habitudes le fait que le président ratifie un traité que le peuple a refusé dans les mêmes termes, il existe en France des moyens d’action légale.
      Encore faudra-t-il prouver que le président signe exactement ce que le peuple a refusé et là ça va être dur ! Car le TCE, c’était mieux !


      Mardi 23 octobre 2007 à 08h01mn03s, par Joke (pj.mi@free.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1941
      • L’Union Européenne devient illégitime. Sortons en !

        Il n’existe aucune autre d’action légale qu’un recours devant le conseil constitutionnel. Or la constitution française n’interdit pas de faire voter par le parlement un texte refusé par référendum, d’autant que le pouvoir a pris les précautions nécessaires pour que les deux textes, au contenu identique, soient rédigés dans de façons différentes.

        Mais ce n’est pas une surprise, Lorsque j’ai voté non en 2005, je savais que le TCE serait ratifié par voie parlementaire après l’éléction présidentielle. A l’époque, nous avons effectivement été soumis à ce chantage : votez « oui », sinon ce sera encore pire. De nombreux militants du « non » croyaient que leur vote permettrait d’influencer positivement l’UE car ils étaient convaincus du caractère démocratique de celle-ci.

        Pour ma part, je ne me faisais pas d’illusion.

        Contrarement à ce que vous pensez, une dictature n’a pas besoin d’un chef exerçant un pouvoir absolu. En Union Soviétique, après Staline, le chef ne disposait plus d’un pouvoir absolu. C’était pourtant bien une dictature, où le pouvoir était exercé collégialement par une « nomenclatura ».

        Le « non » de 2005 est le fruit d’un long processus. Jugez plutôt :

        - en 1972, le réféendum su.r l’adhésion de la Grande Bretagne reccueille 68% de « oui ».
        - En 1992, c’est par 51% des votants que le traité de Maastricht est adopté.
        - En 2005, le TCE ne reccueille plus que 45% des votants.

        Même si les questions posées sont différentes d’un référendum à l’autre, la comparaison des résultats montre une lente érosion de l’adhésion citoyenne à l’Union Européenne, désormais minoritaire.

        Tout laisse à penser que le même processus est à l’œuvre dans d’autres pays de l’UE.

        Le passage en force du TCE déligitime l’UE et convaincra beaucoup de Français qu’il faut sortir de cette structure. C’est la prochaine étape de ce processus de défiance.


        Mercredi 24 octobre 2007 à 04h16mn47s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1944
        • "Le fruit d’un long processus"

          Ce qui m’intéresse dans votre "raisonnement" ce n’est pas le passé mais l’avenir.
          Quelles sont les étapes suivantes de ce "long processus" ?

          1. Sortie de l’Union Européenne (c’est à dire fin de l’UE)
          Mais après ? Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

          2. Sortie de la Savoie de la France ? L’ANNEXION de la Savoie à la France est tout à fait ILLEGITIME puisqu’il y a eu pseudo-référendum et qu’en réalité la Savoie et Nice était le prix payé par le roi de Piémont-Sardaigne pour la participation (et le massacre) de dizaines de milliers de soldats français à la bataille de Solferino !
          http://web.mac.com/savoisiens/iWeb/Site%20LS%20rebuild/reconstruction2006.html

          3. Rétablissement des péages et octrois à l’intérieur de l’Etat souverain de Savoie ?

          "Un long processus" qui ne fait que commencer !

          Que notre hôte et ses commentateurs assisdus me pardonnent. Mais les occasions de rigoler sont rares ces temps-ci !


          Mercredi 24 octobre 2007 à 05h08mn10s, par Joke (pj.mi@free.fr)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1945
          • "Le fruit d’un long processus"

            Votre remarque n’est pas anodine.

            Examinons en effet les « avantages » d’une éventuelle Savoie indépendante dans le cadre de l’UE :

            1. Elle dispose de 6 députés au parlement européen (zéro actuellement)
            2. Elle dispose d’un siège tournant à la commission (au même titre que la France)
            3. En l’absence d’harmonisation fiscale européenne, elle supprime tout impôt sur les sociétés et attire ainsi les entreprises actuellement installées vers Grenoble et Lyon. Les savoyards s’enrichissent et peuvent se payer de beaux 4*4.
            4. etc...

            Pour moi, il ne fait aucun doute que les instituttions européennes provoqueront ainsi l’éclatement de certains Etats (en commençant par la Belgique).


            Mercredi 24 octobre 2007 à 12h16mn48s, par jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1947
            • "Un long processus : l’Etat souverain de Savoie"

              Doit-on comprendre que vous êtes pour une Savoie indépendante ?
              Dans l’UE ou pas ?
              Pour ne pas lasser tout le monde, à part voter NON, quel but poursuivez-vous exactement ?
              Dites-le qu’on en finisse !
              Merci !


              Jeudi 25 octobre 2007 à 12h05mn23s, par Joke (pj.mi@free.fr)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1951
              • "l’Etat souverain de Savoie"

                Vous avez tenté de ridiculiser mes idées par votre prose sur l’indépendance de la Savoie,. Je vous ai répondu en vous montrant que ce sont justement les structures de l’UE qui peuvent favoriser de tels mouvements indépendantistes désuets. D’ailleurs, les verts de chez nous se sont déjà mis à la page avec leur revendication contestable de « région Savoie ».

                Votre question m’étonne. J’ai dit ce que je veux : qu’on se retire de l’UE. Je crois avoir été clair.


                Jeudi 25 octobre 2007 à 17h09mn43s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1952
        • L’Union Européenne gâche Noël. Sortons en !

          Je ne sais pas si mon ami chambérien lit l’anglais mais les anti-européens britanniques ne reculent devant aucune nouvelle invention.
          "C’tantôt" ;-) je lis sur le blog de Richard Corbett leur "dernière" (en date bien sûr !)
          J’ai fait une petite traduction. Sinon voyez les originaux.
          http://20six.fr/290505/art/1442048/Triste_Noel_Unfestive_Christmas
          http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2007/10/24/nxmas124.xml
          http://www.richardcorbett.org.uk/blog/2007/10/with-customary-hypocrisy-eurosceptic.html
          Bonne journée !
          (Chez moi le lien de Richard Corbett vers the Telegraph.co.uk ne marche pas)


          Jeudi 25 octobre 2007 à 08h59mn26s, par Joke (pj.mi@free.fr)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1950
          • rafraîchissez moi la mémoire

            Qui a dit qu’il y a trois phases dans la progression des idées

            1. on tente de les ridiculiser
            2. on les combat
            3. elles finissent par s’imposer comme des évidences.

            Jeudi 25 octobre 2007 à 17h12mn58s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1953
            • rafraîchissez moi la mémoire

              Je crains que vous n’ayez oublié la phase "d’abord ils vous ignorent" dans votre citation de Gandhi.


              Vendredi 26 octobre 2007 à 04h17mn30s, par Jean-Michel Fayard (antispam.jmfayard@gmail.com)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1957
              • rafraîchissez moi la mémoire

                Le vote des citoyens est en effet ignoré.


                Vendredi 26 octobre 2007 à 17h08mn26s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1960
  • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

    Moins bien que le TCE, mieux que Maastricht-Nice.

    Oui cela risque être... tout ça pour ça...
    ceci dis cela me donnerait bien envi de voter Non en cas de référendum, car si c’est pour aboutir à ça, je suis content de mon Oui, mais par contre je n’ai guère envi de ce truc...

    ce bordel est vraiment un piège

    ceci dis je trouve le travail de Attac européen relativement interessant , cela change de Attac made in france, car ils ont réussi à faire qui permet de prendre en compte une vision européenne et pas franco français


    Lundi 22 octobre 2007 à 08h36mn37s, par metallah (jeumetallah@hotmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1934
    • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

      Si c’est "mieux que Maastricht" , même pour un seul article, alors je vote oui sans hésiter smiley.

      Mais quand meme , tout ça pour les chochottes qui n’avaient pas envie d’avoir d’avoir à revoter les articles inchangés de Maastricht, et offrir au patronat anglais et polonais la dispense de la "charge" des droits fondamentaux, chapeau les nonistes !


      Lundi 22 octobre 2007 à 08h50mn22s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1935
      • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

        je sais bien je sais bien
        en meme temps "un peu mieux" vaut mieux que rien ...
        Mais : tout ça pour ça a plutot tendance à me donner envi de voter non (pour en revenir au TCE ;) ou mieux... chose très délicate...)

        bien entendu il y a le risque d’avoir Rien : mais franchement perdre autant de temps pour aboutir à ça il y en a qui ont rien compris... ou qui le font stratégiquement exprès

        de plus vouloir passer ça par voie parlementaire me gène également , cela donnerait (étant le peu de différence avec le TCE) l’impression qu’on se fout un peu un peu de notre vote (et en tant que ex Ouiste, attaché à son ex Oui, je me sentirai profondément trahi...)

        bref encore de quoi diviser la gauche (et surtout le PS) , encore un beau piège
        d’autant plus que Sarkozy pourrait très bien gagner la bataille du référendum si référendum il y avait après refus du parlement
        (vous avez pas voulu voter méchants socialistes, et bien on va demander aux français... et les français ...)

        c’est un méga piège, dans un sens comme dans l’autre... et le problème est que sur la partie d’échec Sarko and Co ont plusieurs coups d’avance...
        dans les 2 cas on se fait avoir

        pour moi les 2 ou 3 solutions acceptables seraient :
        - la solution de Onesta
        - que le prochain parlement européen soit constituant : voir qu’il s’auto proclame constituant et "prenne le pouvoir" (ça aurait de la gueule !!)
        - qu’on trouve une autre manière de faire une assemblée constituante (avec les risques que cela comporte)

        (puisque dans les 2 derniers cas le parlement européen, tout comme une assemblée constituante, pourrait très bien rédiger un texte moins bien que le TCE.... argh)


        Lundi 22 octobre 2007 à 09h04mn38s, par metallah (jeumetallah@hotmail.com)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1936
        • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

          Je ne vois pas du tout l’intérêt de « rien » (c’est à dire garder Maastricht et Nice), ayant voté Non à l’un et l’autre et voyant chaque jour leurs effets délétères.

          On ne peux revenir sur le fait que le TCE c’est non, et Onesta n’est pas différent du Tce, comme il le dit lui même (j’avais voté Oui, donc j’aurais voté Onesta), sauf l’idée de mieux identifier le « constitutionnel » du « fonctionnement », ce que reprend sous une autre forme le TME.

          Tes propositions alternatives ne font que décaler d’au moins deux ans quelque chose qui peut être ou mieux ou encore moins bien que le TME : je n’en vois pas l’intérêt non plus. De plus la bande PC-ATTAC etc est contre un parlement constituant (cf l’article de Jennar dans l’Huma).

          En revanche le TME « garde », à première vue, le droit d’initiative constitutionnelle du PE. Donc il pourrait mettre en route le « premier amendement » en 2009, avec seulement 3 ans de retard sur le TCE, et cela deviendrait l’enjeu des élections de 2009.

          Car je te rappelle que dans Maastricht Nice, le pouvoir constituant du parlement n’existe pas, ce serait un « coup de force » à la Mirabeau dans une situation que je ne maîtrise pas (que feraient nos collègues de droite, et même du PSE, sachant que les communistes seraient contre ? que ferait la Garde royale, pardon, la police belge ? et si les Etats ne veulent ni signer ni faire ratifier la proposition du PE ?)

          Bref je propose de voter Oui au TME, et préparons déjà le coup suivant.


          Lundi 22 octobre 2007 à 09h53mn25s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1938
          • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

            Mieux identifier les textes seraient une bonne chose, pas certain que le TME le permette...

            ceci dis j’ai tout à fait conscience qu’il sera difficile d’attendre (et j’ai conscience, à travers tes différents articles, des difficultés et des problèmes que vous voyez tout les jours...)

            concernant la bande PC-Attac j’essaye tout de même d’établir des différences :
            Attac France n’est pas Attac "Europe" , tout comme les communistes européens ne sont pas forcément tous les communistes français
            quand à Jennar qu’il reste donc dans son coin , je ne pense pas que l’ensemble des communistes et des Attac ex nonistes soit d’accord avec lui

            si le TME garde à première vue le droit d’initiative constitutionnelle du PE : alors tant mieux
            Mais il faudra être attentif à cette partie là comme sur d’autres parties :
            il y a des reculs, il y a du mieux
            je serai aussi attentif au recul : c’est bien d’avoir des avancées (moindre que le TCE à priori) par rapport à Maastrich , mais si c’est pour avoir des reculs j’y serai aussi attentif
            de toute manière les pouvoirs "données" au Parlement Européen, et l’aspect "fédéral" (allons nous faire une europe des nations ou une europe fédérale) feront pencher la balance

            bref je regarde et serai attentif (ceci dis je n’irai pas comme certains crier à la trahison blabla... ils commencent à me gaver avec ce genre de niaiserie et de toute façon apparemment puisque je suis un ex ouiste je suis forcément un traitre et je serai brulé éternellement dans les flammes de l’enfer...)

            et tiens... et si le Parlement Européen prenait le pouvoir dès maintenant ?
            sans attendre 2009 ;)
            (cf le combat en Europe entre ceux qui disaient "sauvegardons le TCE" Vs "faisons un traité moins bien")
            et si (oui je reve)
            et si le Parlement Européen avait des couilles, refusait les accords entre "gouvernements" et...
            je reve :)


            Lundi 22 octobre 2007 à 10h37mn04s, par metallah (jeumetallah@hotmail.com)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1939
      • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

        Vous échangeriez la certitude d’un biscuit et la garantie de ne rien obtenir de plus jusqu’en 2017 contre la possibilité d’un repas ?

        J’avoue ne pas comprendre votre conception du politique.


        Jeudi 25 octobre 2007 à 04h15mn39s, par Drôle d’idée
        lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1948
        • 2017 ????

          Si, par rapport à l’existant , le biscuit se réduisait strictement au droit d’initiative constitutionnel accordé aux élus, bien entendu je voterai déjà pour, puisque c’est dès l’entrée en vigueur du TME (donc le 1er janvier 2009) qu’on peut engager la bataille pour "aller plus loin". D’où sortez vous que le TME ne peut pas être réformé avant 2017 ? 2017 ne figure dans le TME que comme la date limite où une minorité peut encore demander en conseil de voter selon la pondération ancienne plutôt que selon la pondération nouvelle (qui augmente de près de 30 % le poids de la France d’ailleurs), laquelle pondération n’entrera en vigueur qu’en 2012 (2006 si on avait adopté le TCE). En revanche, le doublement des pouvoirs du parlement et la baisse corrélative des cas requierant l’unanimité en Conseil intervient bien dès l’entrée ne vigueur (1er janvier 2009).


          Jeudi 25 octobre 2007 à 18h44mn08s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1954
        • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

          Et c’est quoi "le gâteau" ?
          Quand on voit l’évolution des électorats dans l’UE, on aurait plutôt tendance, pour garder la métaphore, à se jeter sur le biscuit !
          Biscuit now, rien de plus plus tard.
          Et n’accusons pas les autres : la France est dans le rang.
          "Evidemment si l’Europe avait été socialiste - ou plutôt "clairement anti-libérale" - on aurait tous voté OUI"

          [rires... tristes]


          Vendredi 26 octobre 2007 à 00h43mn49s, par Joke (pj.mi@free.fr)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1955
          • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

            On en a eu la démonstration hier jeudi (je raconterai quand j’aurai le temps) : en même temps que, dans le conclusion du Grenelle de l’environnement, la FNESEA remettait en cause le retrait des pesticides, les eurodéputés le votaient , dans une version plus dure, à Strasbourg !

            Quand la France est l’un des 4 ou 5 pays les plus à droite d’Europe, nous avons intérêt à l’intégration politique européenne pour faire avancer les choses en France.


            Vendredi 26 octobre 2007 à 03h40mn25s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1956
            • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

              Mais non, Alain Lipietz ! vous n’y êtes pas !

              "Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains... toute ? Non ! Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahissseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires romains des camps retranchés de Babaorum, Aquarium, Laudanum et Petitbonum..." (je fais grâce de la suite)

              Bientôt grâce à l’action de masse de la Vraie Gauche Française l’Europe entière sera libéré du joug ultra-libéral.

              Rappel : La méthode Coué est une forme d’autosuggestion qui s’inscrit dans une perspective de développement personnel basée sur la persuasion par la répétition, censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique.

              Bonne journée et merci encore.


              Vendredi 26 octobre 2007 à 04h49mn04s, par Joke (pj.mi@free.fr)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1958
              • Une semaine à l’Est. Retour en grève.

                « Bientôt grâce à l’action de masse de la Vraie Gauche Française l’Europe entière sera libéré du joug ultra-libéral. »

                Plus modestement, libérons-nous de l’euro à 1.44$. Ce sera déjà pas mal.


                Vendredi 26 octobre 2007 à 17h14mn47s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1961
                • La parité euro-dollar

                  La parité euro-dollar dépend essentiellement de la défiance vis-à-vis du dollar. Vous avez entendu parler de la « crise des subprimes » de cet été ? en fait ça fait vingt ans que les USA vivent à crédit en émettant de la monnaie. Un jour ça se paiera et le dollar ne vaudra plus grand chose. C’est commencé.


                  Samedi 27 octobre 2007 à 07h48mn37s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                  lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1969
  • alliances et mésalliances

    Sur les alliances politiques verts/gauche/droite et vos remarques sur l’ouverture des uns et des autres, je suis très frappée de constater qu’en France aussi, l’un des coups les plus durs récemment porté à l’idée d’écologie soit venu d’une commission dirigée par une personnalité socialiste, Attali. Ca plaide pour toujours moins de dogmatisme non ? Et un parti vert vraiment autonome, ni dans l’opposition frontale (ce serait bête de bouder Miss Kosciusko-Morizet, applaudie chaleureusement à l’huma), ni dans la roue du PS. Lisible donc, enfin ?


    Lundi 22 octobre 2007 à 02h30mn31s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve267#forum1933
Calendrier des blogs
<< octobre 2007 >>
lumamejevesadi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
28/10: Un PE pronucléaire et antipesticide.
26/10: OMC, APE et TME
20/10: Une semaine à l’Est. Retour en grève.
12/10: Citoyens ou population ?
9/10: 2e succès climatique. Mer Noire. APE. Trichet. Ciné.
7/10: Débat monétaire.
4/10: Abeilles, BD et ciné.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: