Le retour de la mélancolie

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 20 juin 2005

Samedi, retour de Lima, je vais directement au Conseil national inter-régional des Verts. Complètement épuisé par une nuit dans l’avion. Lundi, Libération ne me loupera pas : il publie ma photo pour illustrer le désespoir des eurodéputés Verts. J’ai l’air d’avoir l’âge de mon père… à mon âge. Comme dit Gabriel Garcia Marquez dans Memorias de mis putas tristes : « On se rend compte qu’on vieillit quand on commence à ressembler à son père ».

Le Cnir des Verts était l’occasion d’un règlement de comptes, non pas juridique mais politique, entre les partisans du Oui et ceux du Non. Les partisans du Oui, dont moi-même, avaient beau jeu de faire observer à ceux du Non que, contrairement à tous leurs arguments, l’Europe va beaucoup plus mal aujourd’hui avec le Non français. Rien de ce qu’ils avaient annoncé ne s’est produit. Nul ne pense aujourd’hui à entamer une re-négociation. Même l’achèvement des votes des treize pays qui ne sont pas encore prononcés est repoussé d’un an ! Au pire on reparlera donc de renégociation fin 2007. A cette date, le TCE aurait dû avoir remplacé le traité de Nice depuis un an…

Quant à l’hégémonie d’un Non de gauche pro-européen dans le camp du Non, plus personne n’y croit. Le 16 juin, la délégation des Non de gauche français auprès du président du Conseil européen, Jean-Claude Juncker, était dirigée par : Jean-Pierre Chevènement (éminent européen fédéraliste !), Marie-Georges Buffet, dont le parti avait rejeté en son temps l’entrée de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce, et Jacques Nikonoff, autre dirigeant du Parti communiste français qui n’a toujours pas pardonné à l’Espagne, et qui, dans Le Monde, accusait le peuple espagnol, qui s’est largement prononcé pour le Oui, de l’avoir fait pour garder les subventions. Cette invention d’un « corps électoral prostitué » est sans doute la contribution des communistes français à la construction de l’Europe des peuples...

Juste avant moi, lors du débat du CNIR, intervient Emilie Mazzacurati, une de nos jeunes et prometteuses militantes. Elle clame sa honte d’appartenir à une génération qui a majoritairement voté Non et accuse les hommes politiques qui ont menti à cette génération. Je lui succède à la tribune. Je comprends son chagrin et sa colère, mais la mienne (sans doute une question d’âge) n’est pas la même. Oui, il y a eu des mensonges, oui, il y a eu de la démagogie, mais en quarante ans de politique, j’ai eu le temps de m’y habituer. Ce qui est tragique, c’est que, en toute bonne volonté, au nom de la lutte contre le libéralisme, au nom de la souveraineté populaire, de très nombreux militants de gauche, de très nombreux de nos compagnons de combat les plus proches, ont voté Non dans l’ignorance des conséquences pour l’Europe et pour eux-mêmes. Ces conséquences se déroulent sous nos yeux, telles que (sans le moindre mérite) je les avais diagnostiquées pendant toute la campagne : voter Non c’était voter Nice, voter Non, c’était voter Blair.

L’histoire est tragique dans le sens que lui donnaient les Anciens : les dieux sont méchants, mais les hommes y sont un peu pour quelque chose. Ou, comme disait Marx, « les hommes font l’histoire, mais ils ne savent pas l’histoire qu’ils font ».

Bon, on fera quand même notre petit possible (comme dit un personnage de L’espoir de Malraux. Ou c’est dans Pour qui sonne le glas ?)

Lundi matin, coup de téléphone du Monde : un article que je leur avais envoyé dès le 31 mai leur paraît désormais tellement prémonitoire qu’ils décident finalement de le publier, à condition que j’y évoque les résultats du Conseil européen de la semaine dernière (qui étaient courus d’avance).

Lundi soir, retour à Bruxelles, j’arrive juste à temps pour la session à huis clos de la Commission économique et monétaire où nous écoutons le rapport de la Commission européenne sur la comitologie du processus Lamfalussy. J’explique à voix basse à notre nouvelle collaboratrice, Ines Trépant, de quoi il s’agit quant au fond et quant à la procédure. Vous non plus, vous ne savez pas ce qu’est la comitologie ni le processus Lamfalussy ? Ce soir, je n’ai pas envie de vous expliquer.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve66

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< juin 2005 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
29/06: La BEI et la convention de Aarhus
28/06: Constitution, brevets logiciels : premières manœuvres d’été
25/06: OGM, statut des députés…
23/06: Blair : 15, Karas : 0
22/06: La question des bois
21/06: Bolkestein, brevets logiciels : ça commence mal
20/06: Le retour de la mélancolie
17/06: Parlatino, Europarlement et farines de poisson
13/06: Crochet par l’Argentine
9/06: Le Parlement reprend péniblement ses travaux.
6/06: Décantation d’après Non
2/06: Début du détricotage
1er/06: La défaite a dépassé toutes nos espérances
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: