Retraites et pacte de stabilité

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 3 juin 2010

La situation sociale se tend, mais la radicalité de certaines formes de luttes (évoquées dans mon avant-dernier billet) contraste avec les difficultés des mobilisations d’ensemble. On le voit bien sur les retraites. A quoi s’ajoute lea contre-offensive des libéraux qui cherchent à « rétablir la discipline budgétaire ».

Retraites

Le 1er mai, la mobilisation n’avait pas été terrible.

Celle du 27 mai a été bien supérieure (les propositions gouvernementales de report de l’age minimal de la retraite étant dorénavant sur la table). Mais, au moins en IdF, elles ont été cassées par une pluie diluvienne, et réduites par la défection de Force Ouvrière. Intéressante composition du cortège parisien d’ailleurs ! Très grosse manif FSU, grosse manif Cgt, pas mal pour UNSA, deux détachements SUD très combatifs, Cftc honorable, Cfdt un peu moyen, FO pas là. Les Ecolos ont diffusé tous leurs tracts en quelques dizaines de minutes. Je suis allé finir avec Copernic, qui avait encore des tracts.

Sans être un échec, la mobilisation n’était pas à la hauteur de l’enjeu. Tout se passe comme si les travailleurs ne croyaient plus, soit en la possibilité de gagner sur les retraites, soit en cette forme de lutte pour un objectif jugé trop politique et peut –être trop complexe.`

Il est vrai que le système de défense politico-syndical tient beaucoup de la ligne Maginot : on ne touche à rien des acquis. Seuls les écologistes essaient d’élargir le débat (voir par exemple le dossier de Vert, dont mon texte).

Un consensus à gauche apparaît sur : « faire contribuer les profits ». Mais la culture de la retraite comme « salaire différé » reste très forte, et introduit beaucoup d’imprécisions et de résistances sur cette thématique. À quel stade faire cotiser les profits ? En fait la tendance spontanée de la vieille gauche est « augmenter les cotisations patronales », ce qui ne fairait que confirmer la tendance à taxer le travail. Avec pour conséquence de pousser irrationnellement à l’automatisation, aux gains de productivité apparente du travail (en ignorant les contraintes écologiques), ou à la délocalisation.

Les écologistes considèrent que le droit à la retraite est un droit « de la personne humaine » (article 25 de la Déclaration Universelle !) et, à ce titre il est normal qu’il soit largement financé par la fiscalité générale, dont les impôts sur le profit distribué, qui ont le mérite de ne pas pénaliser la compétitivité et l’emploi !!

En outre, le matraquage démographique de la presse et du gouvernement est extrêmement efficace. On a beau expliquer que ce n’est pas si clair, que la base qui compte est la nombre de personnes effectivement au travail « cotisant » (dont les femmes !). C’est vrai qu’une fois au plein emploi, il faudra bien penser un repartage des richesses pour financer des « temps de vie à la retraite » plus longs. L’argument « Si l’on vit plus longtemps on doit travailler plus longtemps » a désormais la force de la fausse évidence ; il ne pourrait être contré que par un retour du discours sur le temps libéré, ce qui n’est pas le cas.

J’assiste à Villejuif à un débat du comité unitaire sur les retraites. Beaucoup de militants, retraités et chenus comme moi, tiennent ce discours de la défense des avantages acquis, jusqu’à ce qu’une jeune femme intervienne pour leur faire remarquer que ce discours ne mobilisera jamais les jeunes. La nouvelle génération a pour premier problème de trouver un emploi déclaré et… cotisant. Ils pensent tous que la retraite par répartition, ils ne connaîtront jamais.

La bataille pour les retraites doit être largement repensée, couche sociale par couche sociale, et tranche d’âge par tranche d’âge… comme l’a fait Sarkozy, qui saucissonne artistiquement son offensive. Par exemple, sa proposition de reculer l’âge légal de la retraite ne fait (pour le moment) qu’une seule catégorie de victimes : les ouvriers et employés « à l’ancienne », qui ont de très longues durées de cotisations. La nouvelle classe prolétaire des précaires n’est, elle, frappée que par la durée de cotisation : c’est pour elle le vrai obstacle à la retraite, et elle sera la cible de l’offensive dite des « comptes notionnels », qui prendront en compte, pour fixer les droits à la retraite, la totalité de la carrière cotisante, années de galères et de stages gratuits ou peu payés comprises !

Nous ne pourrons contrer cette méthode de saucissonnage que par un discours offensif répondant à toutes les problématiques des différentes classes sociales et tranches d’âge, dont les préoccupations par rapport à la retraite sont différentes. Les personnes âgées craignent avant tout une baisse des pensions alors que leur « coût de dépendance » augmente sans qu’ils trouvent de services adaptés ; les salariés en CDI craignent un allongement de la durée de cotisation ; les ouvriers veulent se reposer le plus tôt possible, car leurs dernières années de travail sont celles où ils vont le plus s’user et risquer la mort. Les jeunes ne voient tout simplement pas quand ils entreront dans le système « par répartition » et, quand ils sont diplômés, pensent que, lorsqu’ils y seront entrés, ils ne pourront rattraper leur retard qu’avec une retraite en capitalisation… D’où l’ampleur des problèmes à aborder de front.

++++Pacte de stabilité

Sac de plus sur le dos de l’âne : un discours se développe selon lequel les engagements contractés par l’Etat (caisse de retraites par répartition comprises) constitueraient… de la dette !

Disons tout au plus un engagement hors-bilan, une dette morale…

En quoi, bon sang, l’engagement de maintenir le pacte social, qui s’est traduit par le fait que les travailleurs et leurs employeurs ont cotisé chaque année pour payer les retraites de la même année, en échange de l’assurance que ce système se perpétuera quand eux seront à la retraite, constituerait-il une dette, autre que morale ?? Un engagement plus extravagant que l’engagement que l’Etat continuera, chaque année à retaper les routes, payer des enseignants, des hôpitaux, des juges et des policiers, fournir les nouveaux réseaux qu’exige le progrès technique, en prélevant des impôts cette année-là ? Oui, si c’est une dette, c’est une dette d’honneur de l’Etat envers la société.

Mais voilà, le déficit des caisses de retraite (en France… en Allemagne c’est directement un déficit public) traduit le fait que les rentrées se ralentissent du fait de la crise. Donc, selon la vulgate actuelle, il contribue à la dette publique, qu’il faut réduire en réduisant les dépenses — dont les retraites !

Au fond, c’est cette idée qu’il faut réduire la dette maintenant, et en coupant dans les dépenses indispensables (enseignement, hôpitaux, retraites) plutôt que dans les dépenses inutiles (ITER, armée), qui est en cause.

À ce propos, « l’incident de Gaza » (auquel j’ai consacré mon billet précédent) nous a fait louper la savoureuse déclaration de Trichet contre la réforme du Pacte de stabilité adoptée en 2005. Eh oui, ce pacte (qui interdisait les déficits supérieurs à 3% du Smic) avait sauté en 2005, ce qui a permis d’amortir la crise plus facilement. Aujourd’hui, absurdement, l’Allemagne et Trichet (président de la Banque centrale européenne) exigent que les Etats se désendettent, très vite et en même temps : replongée dans la crise assurée, d’où la défiance des marchés envers l’Europe.

Mais ce qui est savoureux, c’est la colère de Trichet à 5 ans d’intervalle. « La surveillance multilatérale, attentive, qui est fondamentale dans la lettre et dans l’esprit du pacte de stabilité et de croissance, a été terriblement négligée. Cela n’est pas tellement étonnant puisqu’il y a eu malheureusement, en 2004 et 2005, une critique radicale de ce pacte, y compris de la part des grands pays comme l’Allemagne, la France ou l’Italie. Ils ont donné un très mauvais exemple à la fois en tant que gestionnaires et responsables de leur propre politique budgétaire, et en tant que membres de l’Eurogroupe, et donc acteurs essentiels de la surveillance de la situation budgétaire de chaque pays. Toute l’équipe monétaire d’Europe avec la BCE s’était opposée à ces tentatives de démantèlement du pacte de stabilité. Le démantèlement de la lettre du pacte a été évité, mais son application en a énormément souffert. »

Rappelons (voir ici le dossier) qu’en fait la réforme du pacte de stabilité avait consisté, non a modifier le traité, mais à ne plus sanctionner ses violations quand les circonstances, ou de bonnes raisons, l’exigeaient ! Seulement, à l’époque, les « nonistes » allaient jusqu’à nier qu’il y ait eu réforme. Trichet reconnaît que dans la pratique il a été carrément aboli, et aujourd’hui il veut remettre en cause cette réforme. Et sans doute aussi le début de destruction de Maastricht opéré le 9 mai : l’émission de monnaie pour couvrir la dette publique.

Moralité : il faut savoir sabler le champagne quand on remporte une victoire (au lieu de la nier, conformément à ce que Bourdieu appelait le fonctionnalisme du pire :« tout ça c’est voulu, rien que pour nous embêter ») si l’on veut ensuite pouvoir défendre les acquis.

Maintenant, tous ensemble, nous devons proposer « notre » pacte de stabilité financière, avec un système de sanction contre les Madoff-Sarko-Karamanlis, ceux qui donnent aux riches et font rembourser par les pauvres.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve393

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 2 contributions à ce blog.
  • Retraites et pacte de stabilité

    Je suis étonnée dans les débats du quasi-passage à la trappe par les médias et les syndicalistes - à part quelques fémlinistes peu médiatiques- des inégalités entre sexe. Je viens encore d’entendre sur France-Inter : les femmes vont être davantage obligées de travailler plus longtemps, mais ce n’est pas grave, puisqu’elles travaillent désormais "autant que les hommes" cette inégalité va disparaître avec le temps.

    Mais c’est incroyable !! Faisant 80% des tâches domestiques, dont la très large majorité des "soins aux personnes âgées" (et pour cause de plus grande longévité), personne ne pense à dire que les tâches domestiques ne prennent JAMAIS de vacances, et qu’elles ne s’arrêtent pas après 60 ans, mais durent TOUTE LA VIE... Donc, en durée, ça n’a rien à voir !!! Il n’y a pas de RETRAITE pour le travail domestique !! Et ça ne se lisse pas avec la conquête par les femmes des activités professionnelles, puisque nous n’avons gagné QUE 7 mn par rapport à nos grands-mères...

    Je me souviens d’une enquête de la DARES sur l’utilisation du temps "libéré" par les 35 heures. Accablant ! Les hommes faisaient "plus de sport et de loisirs..." et les femmes "plus de travail domestique !!! " De plus, en lisant les livres d’Attac et de Filoche, j’apprends que les femmes qui gagnent 20% de moins toute leur vie professionnelle (tout en étant plus diplômées) vont gagner 40% de moins à leur retraite. Alors, c’est trop injuste !!! En plus, j’ai appris qu’on vivait 7 ans de plus, mais un an seulement de plus en bonne santé. On a donc une triple peine :
     plus de tâches domestiques ;
     moins de revenus
     plus de durée de vie en mauvais santé....

    Bonjour la fin de vie, pour nous remercier d’avoir assuré la survie de l’espèce... et de notre régime de retraites. Donc, comment se fait-il que les quelques hommes (dont tu faisais heureusement partie) qui intégraient cette question dans le débat ont ripé maintenant sur la question des inégalités entre les âges... et entre les métiers (et qui parlent effectivement des "travaux pénibles" de l’ouvrier, mais parlons aussi des "travaux pénibles, sans vacances et sans retraite, des tâches domestiques"....) qui passe allègrement à la trappe cette question d’inégalités entre les jeunes filles (plus souvent au chômage) et les jeunes gens ??? Et qui n’a aucune chance de s’arranger, puisqu’on continue à ne pas rendre visible l’ensemble du travail effectué ??

    Merci de ne pas tomber dans l’oubli de cette question des inégalités : ça me choque profondément. Et on parle des actifs aujourd’hui "en général" et aussi des "seniors privilégiés", comme si c’était la même chose pour les "seniores"... Ce distinguo n’est pratiquement plus porté ni par les économistes (même les alternatifs du genre Duval, Clerc...) ni par des écolos y compris des femmes (Duflot ???). Ce qui est quand même un comble. Je suis scandalisée de ce silence qui nous fait disparaître dans un "vrac global" de privilégiés.

    Les femmes sont prises en otage. Ne les oublions pas.


    Mardi 15 juin 2010 à 03h55mn48s, par jacqueline lorthiois (jacqueline.lorthiois@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve393#forum3755
    • Retraites et pacte de stabilité

      Je trouve votre commentaire fort judicieux – je regretterais seulement la "prise d’otage" de la fin.

      Je voudrais compléter en parlant de divorce.

      Lorsqu’il y a divorce (même par consentement mutuel), lorsqu’on en vient aux questions "matérielles", chaque partie essaie d’en céder le moins et d’en avoir le plus, même en l’absence de conflit. Pendant un certain nombre d’années, l’épouse n’a pas eu d’activité salariée pour s’occuper des enfants, alors que son mari a travaillé et cotisé pour sa retraite (le cas inverse est encore fort rare). Plutôt que de tenir compte de cette différence pour fixer le montant des indemnités compensatoires, il me paraîtrait plus sain de permettre au moment du divorce le rachat par le mari des trimestres "perdus" par l’épouse – rachat étalé dans le temps et payé directement aux organismes de retraite sans transiter par le compte de l’épouse. Fixés en-dehors de tout marchandage entre les époux en présence de leur(s) avocat(s), entre "le moule à beurre de nos premières vacances à la montagne", le caniche et le vase de Murano, les versements au titre de ce rachat seraient clairement perçus pour ce qu’ils sont : un dû au titre de l’équité.


      Mercredi 16 juin 2010 à 04h17mn19s, par Joke (joke7474@gmail.com)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve393#forum3756
Calendrier des blogs
<< juin 2010 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
30/06: Ecologie politique : Un CNIR historique
23/06: Les Etats généraux de Grenoble
16/06: Retraites, écologie : le débat s’accélère
3/06: Retraites et pacte de stabilité
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: