Crise, tiers secteur, écologie, protectionnisme, souverainisme…

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 23 novembre 2009

La course continue : aussi fatiguant que si j’étais resté euro-député ! J’ai des réunions pratiquement tous les jours et je n’arrive plus à tenir mon blog… Quant à ma promesse de retranscrire mes interventions, je ne sais pas trop quand je pourrais la tenir. Quant à Mallarmé

Lundi : Réunion avec l’équipe de la Fondation Terra Nova sur le protectionnisme. Je donne mon point de vue d’ancien eurodéputé et de négociateur entre l’Union européenne et la Communauté Andine. A mes yeux, il y a 4 « justifications » du protectionnisme (au sens général = on place des limites à la libre circulation des marchandises d’un pays à l’autre, la libre circulation des capitaux posant d’autres problèmes, relatifs au pouvoir, et qui sont presque inverses de ceux de la circulation des marchandises).

Version 1. « On défend nos gars ». C’est la version la plus populaire, souhaitée par les ouvriers, même vis-à-vis des autres travailleurs de l’Union européenne. On limite l’entrée de nos marchandises qui viendraient faire concurrence aux emplois de chez nous. Je dis bien « de nos gars », car cela participe de la même tendance qu’a parfois eu le syndicalisme à refuser l’entrée des femmes dans les entreprises, pour défendre le travail masculin.

Il est clair que c’est la version la plus délicate, car c’est la plus populaire, mais la moins défendable. On doit défendre les gens, pas les postes de travail, et pas une production particulière. Mais dans une bataille électorale ce n’est pas très facile à expliquer. Les arguments de type macro-économiques sur les bienfaits de la division inter-régionale ou inter-nationale du travail ne passent pas.

Version 2. On défend la liberté, pour un espace politique, de choisir son mode de vie. Je pense que c’est un argument très important : à efficacité technique égale, il est bien connu par exemple que les travailleurs français souhaitent dégager du temps libre, ce qui fait que leur productivité horaire est extrêmement forte mais leur productivité annuelle inférieure aux Etats-Unis, qui ne sont guère exigeants en matière de temps de loisirs. De même, et indépendamment de toute « preuve » scientifique de nocivité, il est parfaitement légitime que, dans un pays qui aime la bonne bouffe, on refuse les OGM et le veau aux hormones.

Version 3. On préfère les circuits courts. C’est un argument extrêmement important pour les écologistes, évidemment, et j’ai pas mal travaillé sur la question quand j’étais président de l’Intergroupe « Commerce international et développement soutenable », rapporteur sur ce sujet pour la Commission du Commerce international, après audition d’importants travaux d’experts.

Version 4. On défend des règles universelles de défense des travailleurs, des consommateurs, et de l’environnement. Le protectionnisme est alors un moyen, pour une zone commerciale ayant adopté des normes sociales et environnementales plus élevées, de se défendre contre les importations venues de pays pratiquant le dumping sur les conditions sociales, environnementales et sur la qualité, les incitant du même coup à adopter des normes aussi élevées pour eux-mêmes.

Il est clair qu’une ligne progressiste sur le commerce international ne peut que s’appuyer sur les trois derniers arguments, et faire évoluer les défenses du premier type vers les 3 suivantes.

Mardi 17 novembre : Débat sur la crise dans le cadre de l’Assemblée Générale d’Alternatives Economiques.

Nous tombons assez facilement d’accord entre nous : la crise strictement interbancaire est terminée, grâce à des injections puissantes d’argent public. Il n’est pas du tout sûr que, même au niveau bancaire, il n’y ait pas une crise de solvabilité derrière (par exemple du côté de l’assurance-vie). Et bien entendu la crise des subprimes continue puisque les travailleurs américains n’ont toujours pas les moyens de se payer un logement décent.

Mais surtout, les deux crises de fond sont toujours là : d’une part, les monstrueuses inégalités sociales, à l’échelle mondiale, entre les travailleurs qui gagnent très peu et les capitalistes qui gagnent énormément. D’où un problème de sous-consommation de type 1930. Et d’autre part, la crise écologique : l’écosystème ne peut plus fournir, dans les rapports sociaux et les techniques actuels, l’énergie et l’alimentation dont les humains ont besoin.

Bon, pas grand chose de plus que dans mon débat avec Michel Aglietta

Mercredi 18 novembre : Université Populaire organisée par Jean-Louis Laville au CNAM sur l’économie sociale et solidaire et son lien à l’écologie politique dans la crise actuelle. Sujet déjà traité à Rouen, et qui revient le Dimanche 22 novembre au Festival du livre et de la presse d’écologie. En fait c’est la saison : Semaine de l’ESS, et on prépare Copenhague.

Ici, je me rends compte qu’il faut que je couche par écrit une petite synthèse spéciale de ces débats. Car au delà des généralités évidentes, il y a un rapport particulier entre le « tiers secteur » et la sortie « verte » de la crise actuelle.

Après la réunion du CNAM, je file à la Fondation René Dumont où j’écoute un débat passionnant sur l’état actuel des négociations sur Copenhague.

Samedi 21 novembre : Débat sur l’Europe et la Communauté andine dans le cadre de la Journée de soutien à la Bolivie. Je raconte mon expérience de président de la délégation pour la Communauté Andine, et les deux obstacles auxquels je me suis heurté (outre le fait que la droite et les libéraux, y compris chez les socialistes, en particulier espagnols, dominaient le Parlement européen).

- D’une part, la contradiction, même dans les Etats « Bolivariens » (Venezuela, Equateur, Bolivie), entre un productivisme hérité du modèle de développement par substitution aux importations de la CEPAL des années 1950, et les aspirations indigènes. Pour les Cépaliens, on exporte les matières premières pour s’industrialiser ou pour redistribuer du pouvoir d’achat. Les indigènes, nouvelle force politique, cherchent à rétablir des modèles plus respectueux de leurs propre territoire et de la Pachamama, la Mère-nature.

- D’autre part, la contradiction entre la volonté d’agir dans un monde multipolaire, ce qui n’est possible que pour une Amérique latine unifiée, et la volonté farouche de souveraineté nationale des deux dizaines de petits Etats hérités des indépendances du 19ème siècle. Qu’on soit souverainiste national vis-à-vis d’un ancien colonisateur, je comprends. Que l’on refuse de partager la souveraineté populaire même au sein de l’Ancienne grande Colombie de Simón BOLÍVAR, ça je ne le comprends pas. Simón Bolivar non plus, qui disait en mourant : « J’ai labouré la mer et semé le vent ».

Tout cela je l’ai déjà analysé (cliquez !), ici et , et je donne en exemple le problème des bananes et surtout les difficultés du projet ITT (« Garder le pétrole sous terre ») de l’Equateur.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve377

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< novembre 2009 >>
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
23/11: Crise, tiers secteur, écologie, protectionnisme, souverainisme…
15/11: Verts et EE en AG Ile-de-France
13/11: Travail, climat, nord-sud, foncier
7/11: Identités nationales : Drancy, Hamida
1er/11: Crise de croissance d’Europe-Écologie
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: