Ecologie politique à Cuba

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Vendredi 29 octobre 2004

Comme tous les ans, la Fondation Heinrich Böll (celle des Verts allemands) organise à Cuba une réunion des spécialistes d’écologie politique d’Amérique Latine. J’y suis régulièrement invité du fait de mes liens à la fois intellectuels et politiques avec l’Amérique Latine. De même, cette année, le très grand écologiste catalan Joan Martinez-Alier, très lié au monde andin et amazonien, est là aussi.

Il ne s’agit pas d’une réunion politique des Verts (même si certaines de ces intellectuels sont Verts, comme Manuel Baquedano, de l’Institut d’Etudes Politiques chilien), mais bien de chercheurs en écologie politique. Cet aspect "académique" garantit notre neutralité, notre innocuité par rapport au régime castriste. On peut dire que l’on a choisi La Havane comme on aurait choisi Quito : un noeud aérien pour l’Amérique Latine, entre le Mexique, le Brésil, et le Chili.

Bien sûr, ce n’est pas vrai. La première fois, il y a quatre ans, c’était aussi un moyen de resserrer les liens, noués par la Fondation Heinrich Böll, avec les ONG qui fleurissaient alors à Cuba. Elles jouaient de l’ambiguïté du "pouvoir populaire", ces comités de base un peu plus indépendants du Parti que le régime encourageait à l’époque. Certains s’appuyaient sur les liens, les expériences et les financements noués à l’occasion des forums altermondialistes autour des grandes conférences de l’ONU des années 90, tout particulièrement la conférence Habitat d’Istanbul. Les expériences d’autoconstruction, de potagers bio, fleurissaient. Nous étions accueillis dans ces marges démocratiques du régime, et leurs militants venaient à notre conférence.

Un an après, c’était déjà presque fini. Le régime s’était durci dès que le mouvement démocratique avait commencé à s’exprimer politiquement. Face à une simple pétition, la répression avait été terrible : les condamnations furent beaucoup plus dures que celles subies par Castro et ses amis de la part du régime Batista, à la suite de sa première attaque à main armée d’une caserne.

L’an dernier, rien. En représailles contre l’Allemagne, qui invite à des réceptions officielles des représentants de l’opposition cubaine, le régime interdit les réunions financées par les pays de l’Union Européenne.

Cette année, légère détente. La réunion se tient, mais elle est strictement académique. Il y a des Cubains (politiquement intéressants, d’ailleurs) mais ils sont là à cause de leur rapport à l’écologie scientifique.

Sinon, dans la rue, c’est toujours pareil. La Havane, c’est beau, c’est pauvre mais pas trop (les plus pauvres des Cubains doit être mieux que la moitié de l’Amérique Latine), c’est animé, joyeux et sympa, culturel et musicien, ça vit au crochet du tourisme qui a remplacé le sucre. La prostitution est un peu moins voyante mais corrompt de son ombre les rapports avec les étrangers. Et ça roule (Chavez a donné quelques barils).

Sinon, la conférence ? Très bien. Un impressionnant exposé de Maria-Fernanda Espinosa (qui travaille à l’Union Internationale pour la Coservation de la Nature, et sait de quoi elle parle) montre comment les grandes ONG conservationnistes (WWF, Conservation International, The Nature Conservation), à partir d’une excellente idée - protéger la biodiversité contre l’agriculture industrielle exportatrice - achètent d’immenses réserves en Amérique Latine qui commencent à poser de sérieux problèmes économiques, sociaux et politiques. Leur budget atteint facilement le centuple de celui des ministères de l’environnement locaux. De moins en moins liées aux ONG locales, elles évincent les petits paysans, les peuples indigènes. Les représentants des différents pays donnent alors des détails : au Costa Rica, 30 % de la zone forestière est aux mains de ces ONG, et le Costa Rica doit maintenant importer 60 % de sa nourriture.

L’expression de "latifundisme conservationniste" vient sous ma plume. L’intention, les rapports sociaux sont différents, le résultat est le même. La propriété privée du sol, au lieu d’une régulation politique, peut certes protéger la nature, mais à quel prix pour la démocratie ! En fait, par une ruse de l’Histoire, le projet des USA de Bush Père à la veille de Rio est en train de s’accomplir : l’environnement ? C’est une histoire de forêt tropicale, yaka empêche les paysans du Sud de s’en servir.

Ruse de l’histoire ? En fait, ces ONG sont de plus en plus financées par les USA de Bush fils.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve18

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 1 contribution à ce blog.
  • Ecologie politique à Cuba

    Monsieur A.Lipietz, bonjour.
    Permettez-moi de donner suite ici au blog qui fut établi quant à la question écologique sur Médiapart (en date du 11 avril 2012), en vous adressant cette lettre ouverte, personnelle, ci-après.
    Solidairement vôtre.


    Tout d’abord : Un sujet grec

    ... deux extraits d’un blog (à propos de la controverse du philosophe Onfray) et la conclusion suivante :

    CLEMENT 16 avril 2012

    « …. ce que j’écrivais hier soir : j’ai tendance à penser, il est vrai, que tous ces gens visibles de la vie politique en France, ces journalistes, ceux du microcosme médiatico-politique qui fréquentent les salons parisiens (dont « ce soir où jamais », … ) ont bien vieilli.
    Que la jeunesse, les autres, ceux qui souffrent des passe-droit permanents et des contrats sans lendemain, prennent la relève. Cette France-là, celle de l’intermittence d’un spectacle devenu complètement stérile, c’est la nôtre aussi.
    … Elles sont celles, ils sont ceux, qui comme dirait Clémentine, rendent possible ce qui est souhaitable. »


    Les deux extraits :

    CLEMENT 15 avril 2012

    Bonsoir.
    La critique doit être admissible bien qu’offensante, car d’une part les hommes politiques sont habitués à la teneur de tels combats (oratoires) si je puis dire, et d’autre part, cette parole exigeante somme toute, vient d’un philosophe et non pas du premier venu.
    Que des propos acerbes et inattendus de la part de certain, contribuent à freiner l’avancée des idées de cette VI° République, la nôtre, celle qui se profile sérieusement maintenant, et que ceux-ci puissent nuire à un éclaircissement des débats, je n’en suis pas si sûre et puis cela fait partie du jeu de la controverse, encore une fois.
    Admettez-le ! Il a d’ailleurs indiqué pendant la soirée ce avec quoi il était d’accord…
    A mon avis, M.Onfray que je trouve finalement un peu taciturne, en général, a parfaitement le droit de soulever les vieux démons qui hantent notre histoire, car enfin les idées si louables soient-elles à leur origine, une fois traduites en intention, et passées au crible des processus de mises en action et des contraintes du monde dans lequel elles évoluent, ces idéaux donc ont souvent viré dans des solutions finales pour le moins assez effrayantes, ce que JLM. n’a pas manqué de souligner d’ailleurs dans un entretien sur Reporter.net (sur l’écologie).

    On dirait que les lecteurs découvrent la difficulté de convaincre … Il y aura lieu en effet de rester vigilants et exigeants à mesure de la refondation de la nouvelle république française, cette immense chance au rendez-vous de l’histoire de l’humanité.
    Admettre donc qu’une vision soit en prise directe avec des argumentaires de nature pessimiste, cela fait partie du combat. M.Onfray que j’entendais s’exprimer sur le cas de Camus, sans être très érudite de ses écrits ou connaissances, semble d’ailleurs soumis à une espèce d’idéalisme en quête d’authenticité vertueuse, parfaitement respectable à mon sens : celui-là qui est ici homme de lettres et dont la grandeur de la pensée en cohérence avec sa vie constitue un modèle sans déviances. Cette démarche ne peut être que celle d’un philosophe et qu’il s’autorise des avis sur l’histoire et la politique, cela est dans son droit, avec toute l’indépendance frondeuse d’un libertaire !
    A chacun son rôle.

    CLEMENT 15 avril 2012

    J’ai tendance à penser, il est vrai, que tous ces gens qui balisent ma conscience politique depuis un certain temps, ce qu’ils expriment, traduit la fin d’une époque qui ne les attend plus, car ils ne sont plus au centre.

    Ces personnages de la vie politique ont vieilli, et j’attends une relève plus optimiste, car si eux ont bien vécu cependant dans le système, pour ma part, non pas que j’attende le grand soir, je vois enfin la possibilité d’un horizon plus net quant à produire juste ce qu’il faut, quand il faut et là où il faut, soit un nouveau modèle à construire, basé justement sur tout ce que nous savons, au service de la réussite verte (je sors du blog sur Médiapart sur l’approche théorique de la planification écologique, la vraie, les moins vraies, la fausse … le débat ne fait que commencer là aussi !)
    A mesure que la confiance revient avec les rapports de force, il faudra bien (se) faire confiance, en oubliant les échecs, et tous ensemble, ce que le FdG vient de réussir pour la première manche.


    Lundi 16 avril 2012 à 10h11mn33s, par CLEMENT Annie (a.clement@m5ies.eu)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve18#forum4297
Calendrier des blogs
<< octobre 2004 >>
lumamejevesadi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
29/10: Ecologie politique à Cuba
27/10: La Commission Barroso renversée avant d’avoir été investie !
26/10: Vote désastreux du Parlement européen sur la politique de la Banque Centrale
22/10: Le groupe Vert tient sa réunion à Istanbul !
17/10: Le Forum Social Européen de Londres
14/10: Enfin libre, Leyla Zana nous rend visite !
6/10: Les Afro-Colombiens
5/10: Mon rapport BCE mis en pièces !
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: