Parité, Caritas, etc

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Mardi 11 octobre 2005

Une de ces semaines de fou, à Bruxelles, que je n’aurai même pas le temps de vous raconter correctement !

Lundi, débat tranquille en Commission Economique et Monétaire. Intellectuellement, il s’agit de ces séances agréables et enrichissantes que l’on appelle « premier échange de vues ». Le rapporteur, qui est censé n’avoir pas encore rédigé son texte martyr, explique comment il voit les choses, et ses collègues s’expriment ouvertement sans entrer encore dans les jeux tactiques.

Nous discutons de deux rapports importants. D’abord, la réponse que doit faire le Parlement à la proposition de la Commission européenne de mieux cibler les aides d’Etat. De façon très intéressante, le rapporteur (conservateur) britannique reconnaît que les aides d’Etat au sens de l’article 86 (le fameux 166 du TCE) ne sont pas véritablement des aides d’Etat mais des subventions compensatrices de la collectivité à une entreprise qui lui rend un service public. À l’époque du rapport in’t Veld, la droite n’avait pas admis cette distinction. En revanche, il faut être plus directif quant aux aides d’Etat dites « horizontales » de l’article 87 (167 du TCE), et les centrer sur les objectifs stratégiques de Lisbonne : « économie de la connaissance », etc. J’interviens en présentant à l’avance ce que je compte mettre dans mon rapport sur la politique de la concurrence 2004.

Deuxième débat sur une autre directive en préparation visant à harmoniser les bases de la fiscalité sur les bénéfices des entreprises. Il n’est plus aujourd’hui question d’harmoniser les taux, ni même de les faire converger : suivant l’argumentation aujourd’hui consacrée, « les Non français et hollandais ayant rejeté l’idée d’une Europe politique où la concurrence est non faussée », l’ancien combat du Commissaire Monti contre les différences de taux d’un pays à l’autre qui faussent la concurrence est abandonné. Mais ce serait déjà une bonne chose que de fixer une base fiscale commune : cela prépare l’avenir et un éventuel retournement ultérieur en faveur d’une Europe politique et contre la concurrence fiscale.

Mardi matin, série de votes et de débats importants en Commission Commerce international (INTA) ; je n’ai vraiment pas le temps de vous raconter, on y reviendra lorsque les rapports correspondants arriveront en plénière.

Midi et demi, j’ai rendez-vous avec une large délégation de Caritas, (dont la section française est le Secours catholique). Il y a là un évêque colombien et des représentants de Caritas de plusieurs pays européens, accompagnés de députés de ces pays (dont un député vert suisse). Ils veulent discuter de la loi Justice et Paix, et de l’aide possible au peuple colombien. Je leur explique longuement ma position, celle du Parlement, celle du Conseil et celle de la Commission sur la loi Justice et Paix, sur la façon de combattre le narcotrafic, sur ce que pourraient être des amnisties conformes à la justice (avec réparation aux victimes et sanction des crimes de guerre ou contre l’humanité).

Je leur pose à mon tour deux questions : si une commission internationale se met en place pour superviser la mise en œuvre de Justice et Paix, faut-il y participer ? Que penseraient-ils d’une réunion rassemblant les expériences positives « d’amnistie sans amnésie », dont l’expérience de la commission Salomon Lerner au Pérou est un excellent exemple ? L’évêque colombien me répond qu’il est favorable à une commission internationale sur le désarmement des paramilitaires (et non sur Justice et Paix), et que, pour cela, il souhaite ma participation. Quant au projet de colloque sur les « amnisties sans amnésie », l’idée l’enchante, il propose de le co-organiser. Je dois justement me rendre en Colombie le 2 novembre : rendez-vous est pris.

Je cours au déjeuner organisé par les Verts de la Commission INTA avec l’altermondialiste Lori Wallach. Nous avons invité des députés des différents partis pour essayer de construire une position commune de l’Europe avant la conférence de l’OMC à Hong-Kong.

Mais déjà il faut prendre le train pour un saut à Paris : l’historienne féministe américaine Joan Scott publie un livre en français sur la parité, elle le présente dans un séminaire présidé par l’historienne Michelle Perrot, et elle a souhaité que je sois « discutant » de son livre. Occasion pour moi de revenir sur ce combat qui a beaucoup mobilisé les Verts. Je souligne les nombreuses qualités de son livre : elle a très bien compris l’importance de ce combat contre « l’universel abstrait », elle a bien compris aussi la profondeur de la crise que traverse la société française, dont d’autres polémiques (sur le voile, le TCE…) offrent de nouveaux exemples. Je cite la judicieuse expression de l’Américaine Judith Ezekiel dans « Magritte Meets Maghreb : This is Not a Veil » : après l’effondrement des idéaux communistes, la gauche française s’invente une religion de substitution, le « national-universalisme… » . Pendant ce temps, Monique Dental distribue un tract dénonçant le machisme de ses partenaires « national-universalistes » de la campagne du Non (Fabius, Mélenchon, Peilhon).

Et je reprends le train pour Bruxelles.

Lundi dans la nuit, tandis que je peinais, presque somnolent, sur maint curieux volume de fantasmes oubliés (finir mon devoir de vacances sur Mallarmé…), France 2, dans Compléments d’enquête diffusait un reportage sur le scandale de la Rhodia. Il montrait les catastrophes écologiques provoquées par les établissements de ce groupe, et un ancien dirigeant d’une des entreprises aujourd’hui contrôlées par Rhodia, Daniel Lebard, témoignait des magouilles qui ont conduit à l’irréversible et incompréhensible déclin de Rhodia après sa cession par Rhône-Poulenc. Je ne savais pas encore que cette affaire allait bouleverser le train-train de mon rapport sur la concurrence…

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve102

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< octobre 2005 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
31/10: Mariage d’une fée
27/10: Semaine calme à Strasbourg
20/10: Séminaire du groupe Vert
16/10: Ses purs ongles très haut…
13/10: L’affaire Rhodia
11/10: Parité, Caritas, etc
6/10: Le plan B-B-B à fond la caisse
5/10: Une semaine ordinaire à Bruxelles
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: