L’accord CAN-EU. Les lycéens.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 23 décembre 2006

ComAndine

Lundi, je rejoins Bruxelles pour une dernière semaine de Commissions. On a quelques votes, et quelques débats sur des rapports assez techniques (mais à grande portée politique !), dont deux que je dois présenter au cours de l’année prochaine. Je parlerai de ces rapports en temps utile et ne raconterai ici que le vote en Commission du commerce international, sur le mandat de négociation pour l’accord d’association avec la Communauté andine.

La Communauté andine, je ne sais plus trop où elle en est. J’ai ramené une impression assez critique de l’orientation actuelle du Pérou, qui rejoint plutôt celle de la Colombie. Le Venezuela a rallié le Mercosur. Le nouveau Président d’Equateur, Rafael Correa, vient de tenir une conférence de presse avec sa future Ministre des affaires étrangères… mon éminente collègue écologiste et amie Maria Fernanda Espinosa,avec laquelle j’ai animé des conférences, un cycle de formation au Venezuela et rédigé un récent article. Dans cette conférence de presse, Correa affirme, lui aussi, sa volonté de rejoindre le Mercosur. Et pendant ce temps-là nous arrive, par le biais de Manuel Baquedano, écologiste chilien qui a participé à la réunion des Verts américains, des éclaircissements sur la ligne de Michèle Bachelet au Chili : le Chili veut rejoindre la Communauté andine pour faire contrepoids au Brésil et à l’Argentine dans le Mercosur ! Il est vraiment temps que toute cette gauche, toutes tendances confondues, reprenne en main le projet de Communauté Sud Américaine des Nations. Ce qui semble bien le projet de la ministre

Face à cette situation mouvante, la Commission du Commerce international a confié le rapport, non pas à moi (malgré mon statut de Président de la délégation), mais, selon les règles byzantines de l’attribution des rapports, à la PPE polonaise Malgorzata Handzlik. Elle était avec nous en Equateur, mais n’est pas véritablement une spécialiste de la région. Du coup, son rapport reflète de manière assez stéréotypée la ligne générale, c’est à dire néo-libérale, de l’Europe post-Non : elle propose un accord de libre échange, combiné quand même avec des accords de coopération économique et politique. Rapport pratiquement invotable. Nous avons préparé des amendements en collaboration avec la GUE. Ils sont d’ailleurs signés par la Verte Caroline Lucas et l’ex-communiste Est-allemand Helmuth Markov, dont j’ai souvent eu l’occasion de dire tout le bien que je pense de lui.

Le vote des amendements commence. Postés au dernier rang, Verts et communistes apostrophent en rigolant les socialistes du premier rang, très embarrassés, en particulier les Français, et en particulier Harlem Désir qui tient à sa réputation d’altermondialiste. Du coup, ils lisent très attentivement nos amendements entre chaque vote. Ils nous soutiennent sur un premier amendement éliminant l’expression « zone de libre-échange » et la remplaçant par « un chapitre commercial qui prenne pleinement en compte les objectifs de développement spécifiques des pays de la Communauté andine » ! Et l’amendement passe… De même, les socialistes se joignent à nous pour éliminer un paragraphe un peu creux rappelant les efforts déjà consentis par l’Europe dans les négociations de l’OMC à Doha pour réduire les subventions aux exportations agricoles. Mais ils nous lâchent juste après, et du coup font perdre l’amendement suivant, qui met les points sur les « i » en « proposant de mettre fin aux subventions à l’exportation des produits agricoles vers les pays de la Communauté andine, indépendamment de l’issue du cycle de Doha de l’OMC ».

Ils votent à nouveau « pour » notre amendement « et donc il faut procéder avec précaution dans les négociations sur la libéralisation du commerce des services », la droite votant « contre », y compris l’ancienne secrétaire d’Etat au Développement soutenable, la Française Tokia Saïfi ! Ce qui signifie sans doute que, pour la droite, il faut procéder « sans précaution » à la libéralisation des services… En revanche, les socialistes nous lâchent à nouveau quand il s’agit de supprimer, dans le paragraphe du rapport Handzlik sur les services, « conformément à l’article 5 de l’ AGCS pour parvenir à des améliorations concrètes sur le plan des engagements de libéralisation pris et tenus jusqu’ici »… Ils sont donc (Harlem compris) pour les engagements de libéralisation des services dans le cadre de l’AGCS !

Vote final : bien que nous ayons réussi, comme d’habitude à faire sauter l’idée absurde d’une zone de libre-échange entre deux ensembles aussi disparates, nous votons contre l’ensemble du rapport.

ComEconomique

Mercredi, Commission économique, débat avec M. Trichet, Président de la BCE. Il doit, comme d’habitude, justifier sa politique monétaire de plus en plus restrictive alors que l’inflation n’a rien d’excessive. L’argument, cette fois : « La masse monétaire M3 (c’est à dire l’ensemble des moyens de paiements, crédits bancaires inclus) augmente trop vite. » Un critère abandonné par de nombreux experts… En fait, je sais bien quelle est sa raison profonde : il trouve déjà que l’expansion en Europe est trop rapide. Je lui tends une perche : « D’accord, l’excès de crédit peut créer des « bulles spéculatives » dangereuses sur certains marchés d’actifs, comme l’immobilier, les actions. Mais ne faudrait-il donc pas rendre le crédit plus sélectif ? ». Réponse dogmatique « La sélectivité du crédit, tout le monde est contre ». C’est sans doute pour ça que l’Union essaie de rendre moins cher le crédit accordé aux pays du tiers-monde sur critères écologiques et sociaux

En on enchaîne sur les débats en Commission juridique, où je présente l’ébauche d’un de mes futurs rapports sur « les commandes publiques et la stratégie de Lisbonne ». Mais déjà il faut filer à Valence où je dois animer le lendemain des débats avec des lycéens.

LesLycéens

Il s’agit de deux classes préparatoires aux écoles de commerce. Elles ont préparé, par petits groupes, des exposés sur des sujets tournant autour de « développement soutenable, mondialisation, alternatives, Europe ». Une occasion en or de découvrir ce qu’ont en tête de très jeunes gens pas forcément politisés et pas très avancés dans leurs études (les « première année » sont à Bac +3 mois). Une sacrée bouillie chez certains, mais trois jeunes filles de première année, d’une étonnante maturité, se sont posées la question : « Le capitalisme fonctionne en exploitant les travailleurs, le tiers monde et la nature. Les deux premiers peuvent se défendre et faire passer des lois sociales, mais qui parle au nom de la Nature ? la petite escouade des écologistes ? ».

Mis à part un lieu commun, leur exposé est très construit, assez subtil. Je les fais réfléchir sur ce lieu commun : « La démocratie, étant court-termiste à cause des élections, est mal armée pour traiter du long terme » et leur demande « « Quelles sont les plus grandes catastrophes écologiques du siècle dernier ? ». Elles répondent sans hésiter : « Tchernobyl et la Mer d’Aral ». « Et alors, c’était la faute d’un régime démocratique ? » etc.

Tiens, l’Urss. L’un des groupes a écrit « Depuis 25 ans se développe une contestation du capitalisme ». Ils avaient deux ans quand s’est effondrée l’URSS et visiblement n’ont jamais pensé que les socialismes réellement existant au siècle dernier aient pu présenter une alternative sérieuse au capitalisme. Je me demande quelles peuvent être, même pour Clémentine Autain et Olivier Besancenot, l’expérience ou l’idée d’être contemporain d’une « alternative réellement existante », de devoir l’assumer ou la critiquer. Après tout, c’est comme pour l’Europe : « Un socialisme, oui, mais pas celui-là ! »

Autre lieu commun partagé par absolument tous les groupes : le développement soutenable, c’est coûteux. Quand nous sommes entrés dans la salle de classe, façade Ouest, les stores étaient baissés et la lumière allumée. J’ai fait éteindre la lumière, mais deux des stores étaient cassés. Parfaite illustration de ce qu’une partie de la révolution du développement soutenable « rapporte » gratuitement, d’autres demandent un certain travail (et donc créent des emplois)…

Le soir, conférence devant toutes les prépas sur le thème « Le modèle français est-il compatible avec la mondialisation ? ». Je ne sais pas très bien ce qu’est pour eux « le modèle français ». L’horreur économique ? la société en sablier ?

Très rafraîchissant…

Le lendemain, retour définitif (pour 2006) sur Villejuif où m’attendent Barabara, Sasha et la petite Lola.

Joyeux Noël et bonne année à toutes et à tous !

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve199

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< décembre 2006 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
23/12: L’accord CAN-EU. Les lycéens.
17/12: Les Verts et la « dynamique du Non »
15/12: REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.
10/12: Plein de débats. Retour à la Constitution.
6/12: Politis. Propriété intellectuelle.
3/12: L’AG des Verts
1er/12: Préfecture 75 et sans-papiers. Al Gore.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: