Appels pour la paix et scissions chez les Touaregs


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 24 janvier 2013

Je me rattrape et suis désormais le débat "Mali " au jour le jour... Une pétition intitulée "Femmes du Mali : disons non à la guerre par procuration", initiée par Aminata Traoré, circule actuellement sur les listes en critique de l’intervention française au Mali.

Elle représente assez bien le point de vue d’une partie des Bambaras de Bamako… au mois de novembre : que les Touaregs laïcs règlent leur compte, dans le nord, aux islamistes !!

Il faut bien lire ce texte et d’abord sa date sur le site original : 27 novembre 2012. Ce texte ne se mobilise pas contre l’intervention française du 10 janvier 2013 qui répondait à l’offensive conjointe de l’AQMI, du Mijao et Ansar Eddine, le 9 janvier. Il date d’un mois et demi avant , et son usage actuel « sans date » est donc une pure manipulation.

A l’époque (fin novembre), tout le monde (de la France aux USA) soutient la tentative d’Alger et de Ouagadougou de "retourner" le groupe Touareg laïque MNLA (ou ce qu’il en reste et qui et en fait largement replié au Burkina) et le groupe Touareg islamiste Ansar Eddine contre les djihadistes. Ce texte soutient cette stratégie, contre l’hypothèse alternative d’une intervention armée africaine de la CEDEAO (actuellement défendue à retardement, au nom de la résolution 2085, par ceux qui critiquent l’intervention française du 10 janvier ! ) : "Le Sahel étant la zone d’influence de la France, celle-ci prend la direction des affaires concernant le Mali et sous-traite la violence militaire à la CEDEAO. Ce transfert fait politiquement correct pour ne pas être accusé de colonialisme et d’impérialisme, mais aussi pour réduire le coût de la guerre et ne pas enregistrer d’autres pertes en vies humaines.... Nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui partagent notre approche d’interpeller immédiatement les principaux acteurs de la communauté internationale, par écrit ou sous toutes autres formes d’expression, en plaidant pour que le Conseil de Sécurité n’adopte pas une résolution autorisant le déploiement de milliers de soldats au Mali.... "

A cette époque (fin novembre) les négociations de Ouagadougou semblent marcher. En tout cas coté MNLA (mais celui-ci est déjà écrasé) et au moins une tendance de Ansar Ed-Dine. C’est ce que note le texte, et c’est la seule alternative concrète qu’il propose : "Les évolutions en cours sur le terrain, dont la volonté de négociation d’Ansar Dine et du MNLA, la modification constante des rapports de force ainsi que des stratégies et des interactions entre les différents groupes présents, doivent être examinées avec l’attention nécessaire de manière, non seulement à éviter une guerre potentiellement tragique mais aussi à écarter les écueils des accords passés. " Là, il y a une petite manip de la part d’Aminata Traoré (et elle le sait très bien ) : la négociation en cours ne porte pas sur la paix avec les djihadistes , qui ne négocient rien et avec personne, mais vise au retournement des rebelles Touaregs vers la guerre contre eux.

Un mois plus tard, l’Onu unanime fait la synthèse de ces deux stratégies (et prend donc en compte la tendance exprimée par le texte d’Aminata) dans la résolution 2085.

La résolution 2085 du 20 décembre appelle l’Etat malien à la guerre pour la reconquête du nord , avec l’aide d’une armée "sous direction africaine" : c’est ce que critique Aminata Traoré :

9. Décide d’autoriser le déploiement au Mali, pour une durée initiale d’une année, de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), qui prendra toute mesure utile, dans le respect du droit international humanitaire et des droits de l’homme applicable et dans le respect le plus total de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’unité du Mali, pour accomplir les tâches suivantes :
a) Aider à reconstituer la capacité des Forces de défense et de sécurité maliennes, en étroite coordination avec les autres partenaires internationaux participant au processus, y compris l’Union européenne et d’autres États Membres ;
b) Aider les autorités maliennes à reprendre les zones du nord de son territoire qui sont contrôlées par des groupes armés terroristes et extrémistes et à réduire la menace posée par des organisations terroristes, y compris AQMI et le MUJAO et les groupes extrémistes y affiliés, en prenant en même temps des mesures susceptibles de réduire les effets des opérations militaires sur la population civile ;

Mais la résolution ne cite pas nommément les deux organisations Touaregs (MNLA et Ansar Eddine), car le doute subsiste sur leur disponibilité à suivre le scénario que souhaite Aminata Traoré. Elle pose en revanche de strictes conditions à leur ralliement :

2. Exige des groupes rebelles maliens qu’ils rompent tout lien avec les organisations terroristes, en particulier avec Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et les groupes qui lui sont affiliés, et prennent à cet effet des mesures concrètes et constatables, prend note de l’inscription du Mouvement unicité et jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) sur la liste des personnes et entités visées par les sanctions contre Al-Qaida.

L’histoire nous apprendra un jour pourquoi la direction d’Ansar Eddine change d’avis début janvier, et passe à l’offensive vers le sud, le 9 janvier, en compagnie des djihadistes. Visiblement elle ne s’attendait à voir anéantie par la frappe française ses colonnes de 4X4. Ce qui aussitôt fait réfléchir une partie des Ansar. D’où la scission de ce matin et la naissance du Mouvement Islamique de L’Azawa

Ce "MIA" représente-t-il, comme le suggère Le Monde, ceux qui négociaient à Ouagadougou à l’époque du texte de Aminata Traoré ? Ou les tensions entre les salafistes crypto-whahabbites issues du GSPC algérien (devenu AQMI) et les touaregs islamistes (qui n’en ont probablement rien à foutre de cet islam-là) devenaient elle trop fortes ? Ou la politique de la carotte et du bâton a-t-elle joué (sous les bombes françaises, on entend mieux les offres de retournement monnayées) ? Ou l’arrivée des troupes tchadiennes aguerries de Deby, à la frontière nigéro-malienne, a-t-elle inquiété les islamo-touaregs repliés à Kidal ? On le saura peut -être aussi un jour , mais si cette scission tient le coup (ce qui est problématique : l’AQMI n’en fera peut-être qu’un bouchée), elle coupe Aqmi et Mujao de leurs arrières, elle coupe le "Sahelistan" en deux.

En tout cas , il faut lire leur communiqué : ils s’en tiennent strictement aux clauses du point 2 de la résolution 2085.

"Le MIA affirme de la manière la plus solennelle qu’il se démarque totalement de tout groupe terroriste, condamne et rejette toute forme d’extrémisme et de terrorisme et s’engage à les combattre"

La paix proposée par ce groupe (comme en réalité par Aminata Traoré fin novembre) doit être bien comprise : une paix entre Maliens pour faire la guerre aux djihadistes.

Le nouveau groupe "lance un appel aux autorités maliennes et à la France pour un arrêt des hostilités dans les zones que nous occupons, à savoir les régions de Kidal et Ménaka [nord-est du Mali] et (pour) créer un climat de paix qui va nouspermettre d’aller vers l’établissement d’un dialogue politique inclusif".

Cet appel a-t-il quelque chance d’être entendu ? La haine de tous les autres peuples maliens contre le MNLA (qui a fait "tomber " le nord Mali en avril 2012 avant d’être balayé par les islamistes) et par extension les Touaregs et les "collabos" (assimilés aux "peaux claires") est maintenant immense. Et la France n’a aucune leçon à donner en matière de modération de "l’épuration" des collabos (8000 exécutions sommaires à l’arrière des troupes de la Libération en 1944). Pourtant, comme l’a montré le film Lacombe Lucien, Vichy et ses miliciens recrutaient aussi chez les paumés qui avaient cru quelques mois sortir de leur néant, chez quelques nationalistes bretons ou autres, et les "tondues" n’avaient fait que nouer des rapports humains avec des occupants qu’elles croyaient là pour longtemps...

C’est la juste portée du texte d’Aminata : elle reprend en fait le discours des femmes laïques algériennes (comme Hamida Ben Sadia, Fifi Benabou, etc) qui appelaient, contre les "éradicateurs" algériens, à un dialogue avec le FIS, en soulignant les racines sociales des facilités de recrutement islamiste chez les déshérités, les jeunes "teneurs de murs" algériens. Et c’est sûr qu’on en trouve chez les Bambaras de Bamako, les Soninké et Toucouleurs de Kayes... et même chez les Songhaïs de Tombouctou !!

J’ai soutenu les "dialoguistes" algériens. Mais Al Qaeda n’est pas le FIS (ni même le GIA). Et dans cette guerre civile, la question nationale (qui est quant au fond une question paysanne , comme disait l’autre... heu... qui déjà ?) est aussi importante que la question sociale. Par contre, oui, il faudra trouver les moyens d’intégrer les populations touaregs à un modèle de développement soutenable au Mali. En commençant par la souveraineté alimentaire.

Post-scriptum sur Samir Amin

Le contraste entre la réaction de certains militants « à la gauche de la gauche », y compris chez les EELVistes, devant les récentes interventions françaises en Afrique (encore le mois dernier en Centre Afrique, sur laquelle ils n’ont rien dit), et leur mobilisation « contre » l’intervention au Mali, ne peut avoir qu’une explication : la différence d’adversaire. Plus personne ne voyait une force « anti-système » en Khadafi ou Gbagbo, et personne ne se souciait de l’orientation politique de l’hétéroclite Seleka en Rep. Centre-Africaine. Mais au Mali la France entre en guerre contre Al Qaeda, or ceux qui se sont engagés dans la « guerre contre le terrorisme » ont perdu (du moins, en Afghanistan), et semble-t-il parce qu’ils n’avaient pas le soutien des populations concernées.

D’où l’idée que Al Qaeda représente « quelque part » une force progressiste, expression des intérêts populaires ou du moins anti-impérialistes. D’où la violence de certaines réactions à l’idée, que je défends, selon laquelle il n’y a aucune honte à dire, noir sur blanc, que EELV « approuve » l’intervention de la France au Mali. Et donc leur préférence pour un scénario où personne n’aurait secouru l’armée malienne lors de sa débandade du 10 janvier.

J’attendais dès lors avec appréhension le verdict des « anti-impérialistes » de toujours. Celui de mon ami Samir Amin vient de tomber, je vous le laisse lire, c’est là. Bref, il "approuve".

Samir Amin est l’un des pères de la version « 1970 » de la théorie de l’impérialisme : la théorie de la dépendance, de l’échange inégal, et de la relation centre-périphérie. Il a de plus prestige d’être un économiste issu du Tiers-Monde. Il fut l’un de mes maitres.

J’ai critiqué, dans « L’impérialisme, ou la Bête de l’Apocalypse », la tendance de ce courant théorique au « réalisme du concept » (croire que c’est l’Impérialisme qui agit, comme un mauvais sujet, derrière tel ou tel mauvais coup de tel ou tel de ses « agents »). Et c’est lui que j’évoque, lui qui me demande dès 1998 « quand allions-nous sortir du gouvernement Jospin ? » .

Son analyse du Mali apparaitra donc à des lecteurs des années 2010, et selon leur âge, comme de la paranoïa, de l’anti-islamisme primaire, ou une critique lucide du complot du Nouvel Ordre International. Je dois dire cependant que, derrière sa tendance « réaliste du concept » à confondre les effets et les intentions, il jette quelques lumières sur deux points qui restent partiellement pour moi des mystères : le relatif isolement de la France (contrastant avec la rapide mobilisation des grandes puissances contre Saddam Hussein en 1991) et le silence du Maroc. Mais aucune lumière sur le jeu de la Chine qui, comme certains Verts, « prend acte », dans le sens « ni pour ni contre » .

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve473

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< janvier 2013 >>
lumamejevesadi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
26/01: Guerre rapide, guerre africaine ?
24/01: Appels pour la paix et scissions chez les Touaregs
22/01: De la guerre au Sahel
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: