L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 2 juillet 2011

Pourquoi revenir sur le « retournement » de l’affaire DSK ? Personne (et surtout pas Hollande) ne pense que DSK ait la moindre chance d’en profiter pour gagner la primaire socialiste et l’élection présidentielle ! L’affaire est devenue un strict « fait divers ». Elle est même en train de perdre la dimension de « tragédie moderne » que je lui reconnaissais à l’origine, dans mon billet juste après l’éclatement de l’affaire, pour virer au simple polar, comme si on apprenait en plein milieu d’Œdipe Roi que l’oracle de Delphes traficotait avec les Perses.

Eh bien je dis que « l’affaire dans l’affaire », les accusations du procureur Cyrus Vance contre la plaignante, Nafissatou Diallo (« Ophelia »-Ha ! Ha ! Are you honest ?) posent de nouveaux problèmes éminemment politiques. Et que la réaction de la presse et surtout du PS, plus encore que lors de la première phase de l’affaire nous fait reculer de 40 ans en arrière dans le combat des femmes pour faire reconnaître le viol comme un crime (y compris le viol d’une prostituée) et faire valoir le droit des femmes violées à être entendues, et leur parole au moins aussi respectée que celle de leur « présumé agresseur ».

D’abord, par rapport à mon premier billet, la question de la « présomption d’innocence » est de plus en plus compliquée !

Nous avions déjà une double présomption d’innocence : DSK présumé innocent d’avoir violé, Ophelia présumée innocente d’avoir accusé à tort. Elle est maintenant présumée innocente d’avoir menti pour obtenir des papiers et présumée innocente d’être liée à la mafia guinéenne de NY. En revanche elle aurait avoué avoir nettoyé une autre chambre après avoir eu rapport sexuel avec DSK. La garce !

Ceux qui hurlaient « présomption d’innocence » dans le cas du patron du FMI n’ont pas eu un mot de rappel dans le cas d’une femme de chambre immigrée. « Selon que vous serez puissant ou misérable… »

Et surtout, en quoi le fait (allégué) de s’être confiée, pour connaître ses droits à indemnisation au civil , à un parrain de la mafia, à qui elle est présumée innocente d’avoir servi de couverture pour ses trafics financiers, invaliderait – il sa présomption d’avoir été violée par un troisième individu (DSK), présumé n’avoir rien à voir avec tous ces trafics ???

La réponse est, pour le PS et pour la presse française, une évidence qu’on ne se donne pas la peine d’expliciter : « Elle ne s’est pas dénoncée comme trafiquante ou faux-papière, donc elle a menti quand elle s’est dite violée. » Ce qui pose de sérieux problèmes sur ce que sera la politique pénale du PS en matière de viol allégué pratiqué sur des immigrées.

Un qui échappe dorénavant à une présomption de partialité : le procureur Cyrus Vance. Et oui, il a instruit « à charge et à décharge » (contrairement à la façon dont on critique en France le système accusatoire américain) et ce sont ses enquêteurs, et non ceux de la défense, qui ont « décrébilisé » Mme Diallo. Quoique bien tardivement : pourquoi ? Vance : présumé innocent de complot ? au profit de Lagarde ? de Aubry ? Autant de nouvelles questions !

Commençons par réfléchir aux nouvelles accusations du procureur Cyrus Vance contre Mme Diallo-« Ophelia », dont elle est bien sûr présumée innocente. Sont-elles crédibles ?

Assurément, elles le sont. Rappelons-les :

1. Elle aurait menti sur les raisons de son émigration afin d’obtenir sa carte de séjour.

2. Elle aurait pour protecteur un parrain de la mafia guinéenne de NY, en prison pour trafic de marijuana, et lui servirait de « mule financière » en le laissant ouvrir en son nom un compte bancaire alimenté depuis différentes villes à travers les USA, où il ferait circuler de l’argent pour le blanchir. Elle l’aurait appelé au téléphone, à sa prison, le lendemain du viol allégué, pour savoir si elle pouvait, en déposant plainte, espérer une indemnisation au civil.

3. Elle aurait continué son travail et fait encore une chambre après le viol présumé.

Le point 1 est parfaitement crédible. Tous les immigrants qui plaident les persécutions au pays, s’ils n’ont pas de trace de torture, « arrangent » leur histoire pour être plus convaincants. Personnellement, je m’attendais depuis le début à ce que les avocats de la défense poursuivent cette piste avec succès, c’est le proc qui les devance.

Si on était dans un film américain sur l’immigration italienne des années 50-60 à NY, le point 2 serait tout aussi crédible. Ces films nous montrent comment les immigrants pauvres n’ont d’autre protection que la Mafia. Or il n’y a pas de raison pour que l’immigration guinéenne, récente et particulièrement méprisée, soit organisée autrement. En échange de sa protection, de ses conseils, le « parrain » demande de petits services, voire un droit de cuissage, à la protégée. Et laisser ouvrir un compte à son nom pour ses trafics pouvait ne pas sembler un prix excessif.

Ce rapport d’une immigrante à la mafia de sa communauté ne dément absolument pas les autres témoignages sur la personnalité de Nafissatou Diallo : « Réservée, très pieuse ». Les siciliennes immigrées à New York nous sont toujours présentées comme « réservées, très pieuses », les latino-américaines, colombiennes ou équatoriennes , qui servent de « mule » (passeuses de drogue, cachée dans leurs intestins), par exemple pour financer leur immigration clandestine, sont le plus souvent « réservées, très pieuses ». Pourquoi en serait-il autrement pour une peule musulmane ?

Qu’elle discute avec son protecteur si ça vaut le coup de porter plainte, si elle peut espérer au moins une indemnité, ou aurait à supporter seule, sans aucun profit, la honte de ce dont elle se plaint, me paraît aussi une réaction normale (le viol est irréparable, et la partie civile ne peut espérer qu’une indemnisation.) Bref, jusqu’ici le second point de l’accusation est crédible.

Plus stupéfiante est cette histoire de coup de téléphone en prison, bien sûr intercepté. Elle est complètement idiote ou quoi ? Et d’ailleurs pourquoi va-t-elle porter plainte si elle n’est pas clean ? elle cherche à se faire repérer ? à faire tomber son protecteur ? Quelle peut être la logique de ce comportement totalement irrationnel ?

L’histoire du procureur ne devient rationnelle que si vraiment Mme Diallo est traumatisée par une histoire bouleversante qu’elle ne sait pas gérer aux USA. Elle téléphone à son parrain ? Peut–être ignorait-elle qu’il était en taule, peut-être croyait elle l’appeler chez lui, et les appels étaient détournés vers la prison ? En tout cas l‘enregistrement de cet appel sera une pièce décisive.

Alors pourquoi le procureur n’en a-t-il pas fait état avant ? Le NY Times de samedi, qui sombre dans le Nafissatou-bashing en s’appuyant sur les confidences des mêmes enquêteurs qui accablaient hier DSK, nous dit que jusqu’à mercredi dernier on n’avait pas trouvé d’interprète peul. C’est cela, oui...

Une hypothèse qui rendrait l’histoire cohérente : le proc a eu très vite l’enregistrement, où il est question de viol, ce qui est une preuve de la sincérité de la plaignante, et il se la garde pour le procès. Puis, au bout de quelque temps, ses enquêteurs s’aperçoivent que ce « parrain » exigeait des contreparties qui entachent la « moralité » de la plaignante. Celle-ci, pour le proc, n’est qu’un « témoin » dans un match qu’il livre « au nom du Peuple de New York ». Embarrassant pour le procureur, qui est un élu, qui rêvait de se farcir un « grand » pour assurer sa réélection, et se retrouve avoir pour « alliée » une complice de trafiquant de drogue. Et en plus ayant menti pour avoir ses papiers. Popularité garantie pour le proc ! Supposant que la défense sera vite au courant, il prend les devants et accuse son « témoin ».

Nous en apprenons ainsi beaucoup sur la vraie limite du système accusatoire à l’américaine : non pas que le procureur instruise « seulement à charge » (puisqu’il doit tenir compte de ce que risque de découvrir la défense) mais que , s’il n’est pas intéressé à soutenir l’accusation compte tenu de son plan de carrière, on ne voit plus trop ce que peut faire, au pénal, la partie civile. Bon, est-ce bien différent avec nos juges d’instruction (quand ils ne sont pas de la trempe d’une Eva Joly ) ?

L’accusation n° 3 est, dit le proc, avouée par la plaignante. On verra. Son avocat dit au contraire qu’elle n’a pas varié dans sa déposition. Mais à mon avis, qu’une femme hébétée après un viol commence par finir son travail avant de s’effondrer dans un coin, qu’elle occulte ce détail quand elle raconte sa mésaventure, dans les premiers jours, ne me paraît pas invraisemblable, et les deux versions (celle « avouée » et celle du des employés et de la direction du Sofitel, qui, eux, ont déclaré avoir ramassé Ophelia à la petite cuillère ) ne me paraissent pas incompatibles. Ce point n’a d‘importance que parce que Mme Diallo l’a omis, sous serment, devant le Grand Jury, ce qui est très mal vu aux USA , mais ne change rien sur le fond.

Car le point le plus important de cette « affaire dans l’affaire », c’est qu’elle ne touche à aucun moment le cœur de l’affaire principale : l’accusation de viol par DSK. Contrairement à ce que laissaient entendre les gros titres d’hier, « l’accusation ne s’effondre pas ». On n’a pas découvert par exemple que le sperme trouvé sur le chemisier d’Ophelia n’était pas de DSK, et la défense à d’ailleurs abandonné la ligne comique des premiers jours (« il ne s’est rien passé car cette femme n’est guère attirante », tiens oui, on attend toujours sa photo !) Mais la ligne de défense actuelle « OK, il y a eu sexe, mais elle était consentante » n’a reçu aucune confirmation des révélations d’hier.

Le proc maintient donc l’accusation. Sur ce cœur de l’affaire, la journée d’hier a permis à l’avocat de la plaignante d’énumérer les éléments matériels, ce qui n’avait jamais été fait officiellement : sperme craché à travers la pièce, collant déchiré, traces de coups et déchirure musculaire à l’épaule. Il est peu probable qu’il mente, à ce niveau de l’instruction. Et la troisième ligne de défense est évidente : elle s’et blessée volontairement (cf Le Silence de Lorna des Dardenne, puisqu’on est dans un « film de sans-papière ») Après, va savoir…

La stratégie de la défense, malheureusement reprise par le PS , est actuellement : « elle a menti sur des points extérieurs au cœur de l’affaire, donc elle a menti sur le consentement au rapport sexuel : non-lieu. » Ou pire : « Elle est intéressée à l’indemnisation, donc c’était un piège » Il y aura peut-être non lieu, on découvrira peut-être des preuves de l’innocence de DSK et des mensonges sur ce point de Mme Diallo, mais rien de ce qui a été dit vendredi n’innocente DSK en quoi que ce soit, et les cris de triomphe du PS sont compréhensibles au nom de l’amitié, mais elles relèvent de la manipulation d’opinion. Et le changement de défense des avocats de DSK, qui ont d’abord nié un rapport sexuel dont ils assurent aujourd’hui qu’il était consenti, décrédibilise tout autrement l’accusé que les mensonges de la plaignante sur des incidentes.

DSK était aussi pour moi un copain de travail, je l’ai toujours connu charmeur, jamais violent, et j’aimerais aussi qu’il ne soit pas coupable. Mais les préférences de coeur n’ont rien à voir avec la recherche de la vérité. Et surtout le langage du PS oblige à lui poser publiquement quelques questions : l’éventuel casier judiciaire d’une femme autorise-t- il à la violer ? Une femme violée a-t-elle droit à indemnisation au civil ?

De même, l’étrange timing des révélations sur Mme Diallo, au lendemain de la nomination de Lagarde et de la candidature Aubry, est certes troublante, et relance les théories du complot. Mais imagine-t-on que Sarko (ou Aubry, ou Lagarde, ou des banquiers anti-keynésiens, ou des Illuminati, ou des extra-terrestres…) aient contacté le parrain d’Ophelia AVANT les faits du Sofitel, pour lui demander de la convaincre de draguer DSK et de l’accuser ensuite de viol ? Quels éléments nouveaux étayeraient ce soupçon ?

Pour aider à y réfléchir, deux « expériences de pensées », levant successivement deux particularités de l’affaire : que ça se passe aux USA, et que Mme Diallo soit « en bas de l’échelle ».

Première expérience. En 2013, Valls ou Vaillant étant ministre de l’intérieur, le président de la Banque Mondiale, américain, descend au Lutetia lors d’une escale à Paris. Yasmina, femme de chambre, l’accuse de l’avoir violée. La police ira-t-elle l’intercepter à Roissy ? Un juge d’instruction sera-t-il désigné ? Si oui : le juge découvre que la carte de séjour de Yasmina, demeurant à Sevran, est fausse. Et que la dame arrondit ses fins de mois en laissant son fils dealer dans l’escalier. Le substitut recevra-t-il l’ordre de réclamer un non-lieu ?

Deuxième expérience. Alexandra von K, belle rejeton d’une noble famille saxonne, s’est enfuie d’Allemagne de l’Est à à 18 ans et a obtenu l’asile aux Usa en affirmant qu’elle a été violée par des hommes de la Stasi qui l’avait arrêtée comme dissidente. Elle fait fortune grâce à une chaîne de pâtisserie sans calorie mais au goût digne des viennoiseries. Sa fortune, 20 ans après son arrivée, est équivalente à la moitié de celle de Bill Gate, et son élégance en a fait la coqueluche de la Jet-Set, le joyau des réceptions du couple Obama. Elle rencontre un soir DSK dans le hall du Sofitel de NY. Ils prennent une coupe de champagne, il la raccompagne à sa porte, la pousse, ferme la porte à clef, devient pressant , la force. Elle porte plainte. On découvre alors qu’elle a exagéré les sévices de la Stasi, et qu’elle s’est approprié le brevet de la crème chantilly basse calorie, découverte par un de ses cuisiniers. Question : dira-t-on que « l’accusation s’est effondrée » ?

La première expérience est une question au PS (quelle sera sa politique pénale en matière de violences faites aux femmes, même sans papier, même délinquantes). La seconde est une question au New York Times et à l’establishment WASP.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve433

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 39 contributions à ce blog.
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Merci pour votre excellente analyse et enfin de bonnes questions à se poser dont la plus importante, y a t-il eu viol ou non ? Si preuves de viol il y a, alors une condamnation semble logique...


    Vendredi 8 juillet 2011 à 19h05mn32s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4046
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Aux USA certains s’interrogent sur leur justice, pourquoi donc le procureur du comté de New York s’est-il brutalement mis à faire de toute évidence le travail des défenseurs de l’accusé, pourquoi a-t-il dessaisi les enquêteurs d’un service spécialisé pour en choisir d’autres ? Que sont devenues les preuves médico-légales qu’il qualifiait de solides au début de l’enquête ? Un procureur qui saborde lui-même l’affaire dont il a la charge et où la défense de l’accusé semble n’avoir qu’à attendre les bras croisés qu’il finisse de faire le travail à leur place, ce n’est tout de même pas banal même aux Etats-Unis. Va-t-il aller jusqu’à inculper la plaignante et plaider pour que l’accusé obtienne des réparations financières, se demandent-ils ? Ils sont aussi perplexes quant au revirement tout aussi brutal du traitement médiatique de cette affaire décidément bien étrange, que ce soit la presse poubelle ou les journaux et médias essayant de revendiquer habituellement un semblant de respectabilité et de déontologie professionnelle.
    En lisant entre les lignes on croit comprendre que ces étasuniens septiques ne seraient pas plus surpris que cela que l’accusé fortuné et ses soutiens puissants se soient payés ces médias, mais qu’ils n’osent tout de même pas imaginer qu’il puisse en être de même pour le procureur du comté de New York, alors à haute voix ils se demandent si le procureur est préoccupé par le gain ou la perte d’un procès, son avenir professionnel et politique éventuellement, plutôt que son job qui consiste tout même à conduire une enquête afin que justice soit rendue.
    Sans aller jusqu’à soupçonner le procureur de corruption, il faut tout même admettre qu’il se comporte de toute évidence comme s’il avait été menacé et que de s’en prendre ainsi si violemment et étrangement à l’accusation ressemble fort à une entreprise désespérée de sauver sa peau, professionnelle, politique ou même physique qui sait après tout ?
    Il faut savoir qu’aux Etats-Unis on peut être victime de pressions extrêmement violentes sans que cela ne tombe étrangement sous le coup de la loi, c’est ce que ne se privent pas d’utiliser des groupes de pression tel la National Rifle Association, l’AIPAC, etc. La marge est parfois ténue entre lobbies et mafias et certains remarqueront que le principal avocat de l’accusé est justement célèbre pour avoir à de nombreuses reprises défendu brillamment et avec succès des membres avérés de cette mafia, d’autres mauvais esprit iront même jusqu’à se rappeler de prises de positions très surprenantes de l’accusé, que lui-même a depuis jugé imprudentes et mal venues, alors qui sait ?
    En France par contre, rares sont ceux qui s’interrogent, on assiste à un véritable lynchage généralisé de la plaignante et l’on s’attend à ce qu’il soit bientôt fait une place au Panthéon de son vivant à l’accusé !
    Pour paraphraser une commentatrice étasunienne rappelant la devise nationale française, « liberté, égalité, mais pour les membres de la fraternité seulement ! »


    Jeudi 7 juillet 2011 à 09h08mn50s, par Palmer (palmer.eldritch.29@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4044
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      Monsieur,

      Je suis désolé de vous le dire, mais vous ne comprenez rien à ce qui se passe. Contrairement à Alain Lipietz qui, lui, a tout compris, mais fait semblant de ne pas comprendre pour mieux poursuivre sa croisade féministe contre Strauss Kahn et le Parti Socialiste (non sans succès, si on en juge par le contenu des messages d’approbation qu’il reçoit). Il n’est pourtant pas difficile de comprendre ce qui se passe, et notamment l’attitude du Procureur.

      Le système américain est ce qu’on appelle un « système accusatoire ». Et contrairement à son nom et aux apparences – et notamment ce qu’on a pu voir avec l’affaire en question – c’est un système extraordinairement favorable, au bout du compte, à la défense. Il faut prouver la culpabilité de l’accusé « beyond reasonable doubt ». Tous les spécialistes qui se relaient depuis des semaines dans les journaux, à la radio et à la télévision ne cessent de le répéter. Vous ne pouvez donc plus l’ignorer.

      En raison des révélations récentes sur la plaignante, et notamment le fait qu’elle a menti sur certains points de sa déposition devant le Grand Jury, ces mêmes spécialistes nous disent maintenant que le procès ne peut plus avoir lieu. Pourquoi ? Parce que la crédibilité de la plaignante est définitivement atteinte et que l’accusation a toute les chances d’être laminée par les avocats de Strauss Kahn lors du procès. Est-ce si difficile à comprendre ?

      Pour que le procès ait lieu néanmoins, il faudrait que le procureur dispose de preuves matérielles du viol (non pas de la relation sexuelle mais du viol). Sauf surprise, il ne semble pas qu’il soit dans ce cas. Dispose t-il de preuves médico-légales, comme vous semblez le penser ? C’est possible, mais nullement certain. On en saura plus le 18 juillet.

      Maintenant, posons la question de la façon suivante : cela vaut-il la peine d’aller jusqu’au bout d’un procès qu’on est sûr de perdre alors même qu’on est certain de son bon droit (dans le cas présent : si on est certain que la plaignante a été violée) ? Pour le Procureur, la réponse est évidemment non. Et il peut même aller plus loin dans le raisonnement : aller jusqu’au bout du procès (pour la gloire, en quelque sorte) ce n’est pas servir la justice car le violeur, qui est sûr et certain d’être acquitté, se trouvera totalement blanchi de l’accusation. Mieux vaut peut-être en rester là, prononcer un non lieu et laisser le doute subsister, faute de preuves. Nul besoin de faire entrer d’autres considérations, comme vous le faites dans votre texte, même si ces facteurs peuvent entrer en ligne de compte (perspectives de carrière du procureur, richesse de l’accusé, bonne administration de la justice, pressions de la Mafia à vous lire !!!, etc., etc.).

      Non, le Procureur ne fait pas le jeu de la défense, comme vous l’écrivez. Non, il n’instruit pas à charge et à décharge, comme l’écrit Alain Lipietz (qui sait parfaitement bien que c’est faux, d’ailleurs). Il ne peut pas faire autrement, tout simplement, car il ne peut pas dissimuler à la défense des éléments factuels qui, malheureusement pour lui, vont à l’encontre de l’accusation.

      Et d’ailleurs, rien ne dit que la défense ne possédait pas déjà un certain nombre de ces éléments. Dans le Point de la semaine dernière, il y a un très intéressant article sur Brafman, un des avocats de Strauss Kahn. Celui-ci explique qu’une des stratégies de la défense consiste précisément à laisser les médias accabler l’accusé pendant des semaines, voire des mois, sans rien divulguer des preuves contraires qu’elle a accumulées par ailleurs. Et le jour du procès, la défense dévoile ses preuves. L’effet est paraît-il totalement dévastateur pour l’accusation. Pendant des mois, les jurés avaient entendu une histoire qui allait toujours dans le même sens, et maintenant ils s’aperçoivent qu’il s’agit de toute autre chose. Et dès lors, même ce qui était vrai dans l’histoire qu’on leur racontait auparavant devient pour eux totalement suspect.


      Vendredi 8 juillet 2011 à 15h28mn43s, par René Fiévet
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4045
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    J’ai lu hier l’article de Alain Lipietz sur l’affaire DSK et je voudrais qu’il sache absolument à quel point sa page m’a fait du bien. Son article sur cette affaire va à l’encontre de toutes les "conneries" que l’on peut entendre et je tiens à le féliciter pour son courage, sa clairvoyance, son intelligence. Cet article m’a beaucoup apporté notamment sur comment le PS, s’il prenait le pouvoir, traiterait les femmes immigrées sans papier qui se feraient violer, battre etc... si pour obtenir des papiers elles avaient menti et j’en passe...
    Merci encore
    Nadine SLYPER


    Mercredi 6 juillet 2011 à 07h47mn04s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4042
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Excellente analyse et interrogations pertinentes adressées au PS Monsieur Alain Lipietz !
    J’ai honte de l’attitude des responsables socialistes, qui se réjouissent des malheurs d’une pauvre femme de chambre qui ne sait sûrement pas s’exprimer et en anglais et en français.
    Vous n’avez par contre pas noté que la 3è adjointe du Procureur Cyrus Vance est l’épouse de l’un des avocats de DSK et que l’avocat de la victime présumée a déclaré que l’équipe du Procureur était allée terroriser Diallo et sa fille en l’absence de leurs avocats.
    Nous devons nous interroger aussi du rôle joué par le Président guinéen suite à une déclaration faite par celui-ci au sommet de l’UA à Malabo en Guinée Équatoriale.
    Nous savions tous que la Défense de DSK composée de journalistes français et des détectives et journalistes américains entre autres allait laminer cette pauvre femme. maintenant, ça va être le tour de Tristane banon dont je salue ici le courage !


    Mardi 5 juillet 2011 à 13h59mn55s, par megg77 (maguyila@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4040
    • Conflits d’internet chez le procureur

      Oui, une amie féministe américaine vient de me le signaler. Ce sont des choses que je n’avais pas lues en France.

      Elle dit aussi : "Le NY Post l’accuse de prostitution et prétend que tout le monde sait que le syndicat sert de mac dans les hôtels de NY (Le Post, de Murdoch, fait campagne contre les syndicats et le taux de syndicalisation des hôtels de NYC, 75%, est exceptionnel !)"


      Mardi 5 juillet 2011 à 18h04mn33s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4041
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Pour répondre au point 3, l’analyse des cartes magnétiques de l’hôtel démontre que la version du procureur n’est pas la bonne


    Mardi 5 juillet 2011 à 12h47mn59s, par Msebastien (cadremodele@hotmail.Fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4039
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Très bien votre billet, et courageux. Vous posez les bonnes questions.


    Mardi 5 juillet 2011 à 06h13mn18s, par l’hérétique (borgialheretique@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4038
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Très bonne démonstration, il est vrai que le PS va trop loin dans la défense du trousseur de femmes DSK, au point d’en perdre ses valeurs morales.


    Lundi 4 juillet 2011 à 03h22mn19s (jpalcyon@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4035
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      Inside a element of so it, simply individuals who undoubtedly refuse it also. A number of approach companions do not stop and look at the would-be juicy couture tracksuits symbolism juicy couture daydreamer bag this in turn traditional online occurrence does have to get societies in particular. Certainly largely that comes with up-to-date clothes and accessories, the thought of juicy couture charms most situations exactly who indicates individuals appeals to great juicy couture diaper bag sets of others at any point with time. Locations beneficial reasons from what broader explanations this skill modern concept might have.


      Jeudi 10 novembre 2011 à 20h42mn01s, par Juicy Couture (jhhgg@yahoo.com)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4149
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Relevé dans un article de la Libre Belgique du lundi 4 juillet 2011.

    Dans le système pénal américain, la crédibilité de la plaignante est l’élément le plus important d’un dossier à charge, plus important même que les preuves matérielles - en l’occurrence le sperme de l’accusé retrouvé sur la moquette et les murs de la chambre d’hôtel, ainsi que le rapport médical de la plaignante.


    Lundi 4 juillet 2011 à 03h14mn01s, par M a n u (manu.kodeck@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4034
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    C’est interdit en droi francais de mentionner le nom d’une plaignante dans le cadre de violences sexuelles. Merci de la respecter.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 16h05mn11s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4031
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      J’utilise les désignations usuelles, Ophelia puis Nafissatou Diallo, je ne sais si c’est son vrai nom.


      Dimanche 3 juillet 2011 à 16h44mn53s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4032
  • Dimanche 3 juillet 2011 à 15h23mn47s, par michelle (michelleblackhm@yahoo.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4030
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Bonjour.
    Voici ce dont on dispose en ce moment :
    1- Mme Diallo accuse DSK de viol.
    2- Mr. DSK affirme etre innocent et plaide non coupable.
    3- La presse americaine detruit DSK en quelques jours et fait de lui un monstre alors que la preuve de sa culpabilite n’a pas encore ete produite.
    4- Le bureau du procureur decouvre des incoherences dans le temoignage de Mme Diallo et s’apercoit surtout qu’elle a menti devant le grand jury concernant son recit des faits.
    5- la presse se retourne contre celle qu’elle presentait comme une femme parfaite et la detruit a son tour.
    Alors avant de continuer encore et encore a lancer des accusations d’un cote comme de l’autre, et a faire encore plus de degats, il vaut mieux agir intelligemment et faire ce qu’il y’a de mieux a faire dans ce genre de situations a savoir FERMER SA GUEULE ET LAISSER LA JUSTICE FAIRE SON TRAVAIL.
    A propos je ne suis ni socialiste, ni de droite, ni du centre, je trouve juste dommage qu’on ait fait autant de degats dans la chasse au scoop.
    Bravo au New York Post pour son professionnalisme et ses pirouettes, a propos ne devrait-on pas retirer leurs cartes de presse a ceux qui ont accable DSK sans aucune preuve avant meme que la justice ne se prononce et a ceux qui accablent Mme Diallo en ce moment meme (Du meme New York Post) alors qu’elle maintient toujours ses accusations ? On devrait penser a creer un "Ordre des journalistes" pour veiller au respect des regles de deontologie au sein d’une profession qui est en train de devenir le 4e pouvoir.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 14h34mn34s, par Youssef. T. (you_paris@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4029
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    bravo pour ces réflexions, (surtout venant d’un homme, LOL...) elles sont un OVNI dans les réactions actuelles, qui m’ont fait me demander si je vivais sur la même planète et parlais la même langue que la plupart des journalistes et responsables du PS, qui TOUS ont oublié un détail : DSK reste accusé de viol, peu importe le "profil" de la personne violée, un viol est un viol !
    Une sorte d’ amnésie collective a saisi les commentateurs sur ce point.
    Autre chose, DSK a menti aussi, puisqu’il affirmait qu’il n’avait pas eu de relation sexuelle avec cette femme, or il en a bien eu une, les analyses ADN le prouve...........
    Tout ça fait très très peur pour le reste du traitement de l’info.......voilà pourquoi je ne regarde pas les infos à la télé, je me contente de france culture, un peu plus réfléchis les commentaires.
    En tout cas, merci encore cher Alain !


    Dimanche 3 juillet 2011 à 13h35mn37s, par VGBIO (vgbio81@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4028
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Prière de mettre mes références au texte que je viens d’envoyer (il y a 5 minutes).
    Merci.
    René Fiévet


    Dimanche 3 juillet 2011 à 12h21mn12s, par René Fiévet (renefievet@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4024
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Merci pour ce commentaire remarquable qui présente la vertu rare de résister à l’irrationnel ambiant et à sa composante essentielle : la violence sociale. Adopter le point de vue d’une femme pauvre et immigrée vous fait progresser, je crois, vers la vérité plus qu’une collectivité devenue folle au point de ne plus voir le monde qu’à travers le storytelling des tabloïds (médias officiels compris). Vous nous donnez à voir une personne dans sa complexité, dans sa réaction aux pressions sociales, à des années lumière de la sainte ou de la salope qui semblent être les deux seules identités auxquelles Nafissatou Diallo ait droit. C’est votre honneur d’homme de prouver ainsi que le féminisme n’est pas seulement une affaire de femmes.
    J’espère vous voir plus présent dans l’avenir sur la scène politique.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 12h21mn00s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4023
  • La thèse de la prostituée non payée.

    Je commente ici ce qui est exposé dans le journal de référence de la classe poliico-intellectuelle française , Le Monde :
    http://www.lemonde.fr/dsk/article/2011/07/02/nouveaux-soupcons-contre-nafissatou-diallo_1544117_1522571.html#ens_id=1522342

    Je cite Le Monde : « Ces éléments proviennent dans leur grande majorité d’enquêteurs travaillant pour la défense de l’ancien patron du FMI. Celle-ci donne ainsi l’impression de distiller auprès de la presse les éléments qu’elle conservait pour le procès et qui visent à remettre en cause la crédibilité du témoignage de Nafissatou Diallo. Son but : obtenir, le plus vite possible, l’abandon des poursuites par le bureau du procureur Cyrus Vance (…) Selon ses informations, Nafissatou Diallo serait entrée sciemment dans la chambre du président du FMI, dont elle aurait su qu’il était un de ces "riches clients" susceptibles de payer pour une relation sexuelle. Le fait que cette relation ait eu lieu est le seul qui ne soit contesté ni par la défense ni par la plaignante. Cette dernière affirme que cette relation a été obtenue par la force. Le New York Post ajoute que c’est après cette relation sexuelle que les choses se sont dégradées. La jeune femme, réclamant un paiement, aurait essuyé un refus de DSK. Elle aurait insisté durant plusieurs minutes pendant que DSK se rhabillait dans la suite. Le quotidien indique que la plaignante aurait pu être bousculée durant cet échange. Selon ses sources, l’humiliation ressentie l’aurait décidée à se déclarer victime d’un viol. »

    Voilà ce que dit Le Monde des accusations du NY Post.

    Perso, c’est le plus cohérent des « story telling » que j’aie lu jusqu’ici, il rend compte de tous les éléments matériels connus jusqu’ici (sperme , traces de coup), et , comme le dit Le Monde, il réduit au maximum le désaccord entre les deux parties : il y a eu sexe, il n’a pas été rémunéré, et il n’y avait pas de la part de Ophelia volonté d’un rapport sexuel gratuit (si dans la première version de DSK « elle n’était pas attirante », on peut admettre que lui n’était pas « attirant » pour elle, on en discutera quand on aura sa photo). La seule différence est que : pour l’accusation, la violence a lieu avant (pour forcer) , pour la défense elle a lieu après (pour ne pas payer).

    Ca ne nous oblige pas à y croire. C’est le « story telling » que la défense était obligée de bâtir une fois connues, peu à peu, les cartes en main du procureur. C’est vrai ou c’est pas vrai, mais c’est cohérent.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 12h11mn21s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4022
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Cher Monsieur,

    Tout d’abord je tiens à vous rassurer tout de suite. Non, vos lecteurs ne sont pas des débiles profonds. Oui, vos lecteurs sont capables de comprendre qu’une femme puisse être une menteuse, une voleuse, une personne peu recommandable, intéressée par l’argent, et même parfois une prostituée, et en même temps être victime d’un viol. Et aussi surprenant que cela puisse vous paraître, ils n’ont même pas besoin de vous pour le savoir. En d’autres termes votre texte, dont l’objet essentiel est de nous en convaincre, est inutile. A un point tel qu’il en devient ridicule.

    Cela fait le troisième texte (à chaque fois fort long) que vous écrivez sur ce sujet, avec à chaque fois l’intention évidente d’accabler Dominique Strauss Kahn. Même si ce n’est jamais fait de façon explicite (je vous renvoie à notre correspondance sur ce sujet, suite à votre communication du 17 mai). Dans ces conditions, je me demande comment vous pouvez encore écrire la phrase suivante : « DSK était aussi pour moi un copain de travail, je l’ai toujours connu charmeur, jamais violent, et j’aimerais aussi qu’il ne soit pas coupable. » Après avoir écrit une telle phrase, et après tout ce que vous écrivez sur lui par ailleurs, comment peut-on encore se regarder dans une glace ? Franchement, je me le demande. Le professeur Debré a eu dans un premier temps des propos violents et déplacés à l’égard de Strauss Kahn. Et maintenant, il regrette publiquement d’être allé si loin. Certes, c’est un gros balourd, et il est beaucoup moins intelligent que vous, mais lui au moins ce n’est pas un faux jeton.

    Vous voulez à tout prix faire de cette triste affaire une affaire d’ordre politique à portée sociétale. Là est votre erreur, comme celle de tous ces féministes qui se sont fourvoyés depuis quelques semaines et qui se retrouvent maintenant gênés aux entournures. A un point tel que ces féministes ne souhaitent plus qu’une chose maintenant : que cette femme ait effectivement été violée (au lieu de se réjouir du contraire). Formidable paradoxe, auquel vous-même n’échappez pas. Car votre texte a un côté désespéré et même pathétique : il vous faut absolument démontrer la possibilité d’un viol, alors même que les récentes révélations semblent nous éloigner de cette hypothèse. La vérité de cette affaire est beaucoup plus décevante ; elle est même assez sordide : c’est l’histoire d’un mec qui a des problèmes avec ses pulsions sexuelles, qui a du mal à les dominer (mais y arrive quand même tant bien que mal), qui a du fric et qui donc se paye de temps en temps des prostituées dans les chambres d’hôtel (on sait maintenant avec certitude qu’une femme est venu lui rendre visite entre 1H00 et 3h00 du matin), et qui tombe sur un os avec une employée d’hôtel (dans des circonstances encore mal élucidées à ce jour). Vous parlez d’une affaire politique !

    Bien entendu, je sais bien que ce ne sont pas les circonstances de l’affaire qui sont d’ordre politique selon vous, mais la façon dont elle a été abordée par la suite par les différents intervenants (en ce qui cous concerne, il s’agit du PS avec lequel vous avez semble t-il un certain nombre de comptes à régler). Eh bien justement, parlons-en. Ce qui est central dans cette affaire c’est cette fameuse question de la « double présomption d’innocence » (titre de votre première communication du 17 mai), dont vous nous dites maintenant qu’elle devient de plus en plus compliquée (« la question de la « présomption d’innocence » est de plus en plus compliquée ! », écrivez-vous). Figurez-vous, cher Monsieur, qu’à force de rendre compliquée une chose simple on finit parfois par la rendre inextricable. C’est ce qui vous arrive. Car en fait, les choses sont extrêmement simples : la présomption d’innocence n’existe que pour l’accusé, c’est tout. Elle n’existe pas pour la plaignante. Certes, la plaignante apparaît comme une victime, et à ce titre a droit à la protection qui lui est due en la circonstance. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé à New York où Nafissatou Diallo a été soustraite aux regards des médias, comme il est d’usage dans ce genre d’affaire de viol présumé. Mais il n’existe en aucun cas une présomption de véracité de la part de la plaignante qui serait à mettre systématiquement sur le même plan que la présomption d’innocence de l’accusé, et qui n’a d’autre objet en définitive que d’accabler encore plus la personne accusée. Et pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé dans l’affaire Strauss Kahn. Robert Badinter et le juge Serge Portelli ont essayé d’expliquer ceci, et de rappeler ces principes fondamentaux des droits de la défense, mais en vain. Ils étaient inaudibles et ont été emportés par la tempête médiatique qui soufflait contre Strauss Kahn, et dont vous avez été un des nombreux propagateurs. Ce fut le grand moment de gloire médiatique de Laurent Joffrin qui s’est permis de « remettre à sa place » Robert Badinter dans une émission de télévision.

    Pourquoi cette présomption de véracité n’a pas lieu d’être comme pendant systématique de la présomption d’innocence de l’accusé ? Tout simplement parce que la plaignante a été pleinement entendue par la justice, et que ses accusations, corroborées par les premières constations des enquêteurs, ont été immédiatement suivies d’effet. Et de quelle façon ! Dès lors, il n’y a qu’un accusé dans cette affaire, c’est Dominique Strauss Kahn (et à ce jour, il l’est encore) et qu’une chose qui nous importe : le respect des droits de la défense (et la présomption d’innocence qui l’accompagne). Et c’est la raison pour laquelle cette affaire n’est nullement emblématique de ce combat des féministes pour faire reconnaître « la parole des femmes » dans ce genre de circonstance où, effectivement, c’est généralement « parole contre parole », souvent au détriment de la femme. Vous et les féministes, vous êtes complètement fourvoyés, et maintenant vous vous retrouvez le bec dans l’eau. Vous découvrez, avec dépit, que cette affaire ne rend pas tout ce qu’elle promettait à l’origine.

    Dans la vie, on a le droit de se tromper. On peut être victime des apparences et mener, en toute bonne foi, un juste combat sur des bases fausses. C’est le cas de beaucoup de féministes dans cette affaire Strauss Kahn. En ce qui vous concerne, je ne vous accorderai certainement pas le bénéfice de la sincérité, tant votre hypocrisie et votre perversité transparaissent dans chaque ligne de vos trois textes. On voit bien que vous voulez à tout prix accabler Dominique Strauss Kahn, et faire de lui un violeur (sans le dire vraiment, ce qui est encore pire). D’où ce dernier texte de votre part, où vous échafaudez des hypothèses, certes non invraisemblables mais toutes hautement spéculatives, dans le seul but de poursuivre votre combat douteux contre lui et les socialistes. Sans doute ne vous en apercevez-vous pas encore, mais vous êtes en train de vous déconsidérer. Je suis désolé de vous le dire. Et si j’emploie la forme progressive, c’est uniquement par gentillesse de ma part, car je crois bien que c’est déjà fait.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 12h10mn12s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4021
    • Biais anti-DSK ?

      Cher Monsieur

      Il semble que vous reprenez ici votre interminable fixation contre moi, entamée dès mon premier billet sur l’affaire, cf http://lipietz.net/?breve422 et votre cascade de commentaires.

      Le fond de notre désaccord est clair et vous l’exprimez avec concision : en matière de viol, "la présomption d’innocence n’existe que pour l’accusé, c’est tout. Elle n’existe pas pour la plaignante. " Nous n’allons pas y revenir, we must agree to differ.

      Il vous suffit de relire ce premier blog pour constater que j’ai commencé par une hypothèse 1 A pas très loin de la thèse actuelle de la défense. Mais j’avais aussi, du fait de ma vieille camaraderie ppur DSK, cherché une hypothèse "grise dans laquelle ils n’étaient coupable ni l’un ni l’autre.

      La défense de DSK s’oriente maintenant vers une thèse qui présente DSK sous un jour plus noir, c’est son affaire. Je dis mon avis sur sa crédibilité, comme pour les accusations de vendredi, dans le commentaire intitulé ’La thése de la prostituée non-payée".

      Je rappelle que même cette thèse, crédible, n’est que spéculative. La triple présomption d’innocence tient toujours.


      Dimanche 3 juillet 2011 à 13h07mn49s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4026
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      les féministes m’ont également donné l’impression d’être déçus des nouveaux rebondissements de l’affaire ... ça fait froid dans le dos.


      Dimanche 3 juillet 2011 à 18h48mn34s, par Elfie (ngc1@hotmail.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4033
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Merci Alain Lipietz d’exprimer mieux que je n’aurai su le faire, ce que femme, j’ai ressenti à la lecture des journaux et au triomphalisme de certains politiques prompt à oublier "le viol éventuel " pour ne plus crier qu’haro sur cette femme !
    La lutte des classes et des femmes est loin d’être terminée.
    Et l’attitude des socialistes ne m’incite pas à aller voter pour eux !
    Monich


    Dimanche 3 juillet 2011 à 11h47mn59s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4019
  • Nouveau rebondissemnt dimanche ?

    Le NY Post (pas le journal le plus crédible... mais canal de distillation des "info" des deux parties) accuse maintenant DSK d’avoir "consommé" Ophelia, qui aurait été une prostituée, et de l’avoir violentée pour ne pas la payer !

    On se rapprocherait de l’hypothèse 1a de mon premier blog du 17 mai sur le sujet ( http://lipietz.net/?breve422 ), mais je n’avais pas pensé à ce scénario pour expliquer les blessures d’Ophelia !

    Les 2 sont présumés innocents de cette double accusation (être une prostituée, être un client mauvais payeur), mais elle n’est pas ridicule, elle "tient" avec beaucoup d’éléments.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 10h13mn00s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4017
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Les declarations de vendredi ont evidemment un retentissemenet sur le fond de l’affaire. Avoir comme plaignante une femme a la moralite plus que douteuse et qui ment au cours de l’instruction et devant le grand jury, ca fait effectivement tache et remet serieusement en cause la credibilite de sa plainte. En tout cas suffisamment pour que le DA demande une audience ! Si le DA, qui a tous les elements sous les yeux, pense que l’accusation n’est pas credible, je me demande comment vous pouvez vous permettre d’emettre un jugement sur le fond de l’affaire sans l’accuser de ne pas faire honnetement son travail.

    Personnellement, je trouve la version de la prostituee non payee beaucoup plus credible que celle de DSK qui, sortant de sa douche, decide de violer une femme de chambre avant d’aller dejeuner avec sa fille puis de s’envoler pour une reunion certain d’etre au-dessus des lois.... Je vous rappelle que pour etayer un minimum cette version, on a invoque Freud pour depeindre un DSK qui se serait volontairement "suicider".

    Quant au combat des femmes, il y a des lois et je crois en la justice de mon pays. Les craintes des feministes aujourd’hui ne sont que le resultat de leur propre recuperation imprudente de l’affaire. A force de crier au loup...

    Cela etant dit, je ne comprends pas pourquoi nous n’appliquerions pas un principe simple : une condamnation = inelligibilite a vie, point final. Cela assenirait certainement notre vie politique (mais ne je ne vois pas quelle assemblee pourrait voter un tel texte....)


    Dimanche 3 juillet 2011 à 09h54mn21s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4016
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      La journée de vendredi s’est terminée avec le procureur déclarant " Elle est moins crédible, mais il existe des éléments matériels qui m’amènent à maintenir l’inculpation", et je ne dis pas autre chose dans ce billet. Voyez mon commentaire sur les développements de dimanche (la thèse de la prostituée non payée)


      Dimanche 3 juillet 2011 à 12h08mn36s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4020
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Une précision technique : il n’y a pas de "partie civile" à la française dans le système pénal américain, où la victime n’est pas partie au procès pénal et n’y apparaît que si elle est citée comme témoin par l’accusation ou la défense.

    Par contre, une fois l’affaire pénale terminée par un retrait de l’accusation (il n’y a pas de "non-lieu"), par une décision d’acquittement ou par une condamnation, la victime peut saisir le juge civil pour demander une indemnité. Ce droit existe en tout état de cause, même en cas d’acquittement, car il n’y a pas d’autorité de la chose jugée au pénal sur la décision civile. Un exemple célèbre et récent est l’affaire d’O.J Simpson, acquitté de l’assassinat de sa femme par le jury, mais condamné au civil à payer des dommages et intérêts substantiels à la famille de la défunte.

    C’est dire que l’affaire judiciaire est loin d’être terminée, d’autant que le procureur semble se proposer, en tout état de cause, de maintenir les accusations de violences, qui sont objectivisées par les constatations médicales immédiates.

    Autrement je suis assez d’accord avec toi, il y a encore des pithécanthropes pour lesquels la seule façon pour une femme de prouver son innocence, pardon qu’elle dit la vérité, est en plus de se faire tuer par son agresseur.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 08h58mn55s, par Henri Balmain (henrinours@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4014
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Il faut s’attendre a tout a propos de cette affaire... y compris sur l’histoire du sperme retrouvé sur le chemisier (?) qui a toujours pour moi suscité interrogation. rappelons nous que, 4 jours en arrière, la présumé victime était quelqu’un de tout a fait honorable,qui travaillait dur, et de très droit et pieux etc... Si Vance a fait ces révélations, c’est qu’il doit sauver lui aussi sa tête, en vue des élections, et je parierai plus que ce sont les enquêteurs de Brafman qui ont fait les découvertes sur la présumé victime, c’est leur job. Après, ils ont refilé le bébé à Vance, (un prété pour un rendu , on n’en saura rien...). Ce qui est sur, c’est la crédibilité de la présumé victime est remise en cause, elle a menti devant le tribunal, c’est un Break-Point. laissons finir l’enquête, l’histoire de la suite voisine à celle de DSK a été visité 4 fois au cours de la matinée... par la présumée victime ! A mon avis on en saura plus dans les jours qui viennent


    Dimanche 3 juillet 2011 à 08h43mn57s, par fred (nettafil@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4013
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    "L’éventuel casier judiciaire d’une femme autorise-t- il à la violer ?"
    Cette phrase résume à elle seule toute ma pensée sur les derniers "rebondissements" de cette affaire.
    Merci pour ce message qui démontre à quel point vous connaissez les difficultés des migrants.


    Dimanche 3 juillet 2011 à 08h10mn30s, par Républicaine
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4011
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Beaucoup de vos suppositions s’effondrent quand on apprend qu’elle est en réalité mariée au "parrain". Même ses "frères" sont maintenant atterrrés...
    Pourquoi être retournée dans la suite 2806 après avoir nettoyé une autre chambre sinon pour arranger un peu la mise en scène d’un scénario qui a germé dans sa tête entre temps...
    Pourquoi pas ? Je peux supposer moi aussi...


    Dimanche 3 juillet 2011 à 07h32mn33s, par pheno43
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4010
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    J’allais l’écrire presque, pas aussi bien certainement

    Le scénario le plus probable../à mon idée

    http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/030711/dsk-le-myster...

    Sur le revirement , le coup de gueule ...et le modèle Us burn out !

    http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/020711/dsk-la-valse-...

    Ma première réaction le 15 mai, banquier j’en voulais peu , présumé violeur n’y comptez surement pas, jamais et quelque soit son éventuel concurrent, le bulletin direct au WC !

    http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/160511/dsk-mat-un-sc...


    Dimanche 3 juillet 2011 à 07h26mn11s, par Patrig K (patrick.kemener@orange.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4009
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    2 remarques :
    - On peut effectivement être dans une phase de sidération après un traumatisme tel qu’un viol, et avoir une attitude inadaptée au décours. J’ai par exemple en mémoire une de mes patientes qui s’était fait violer par son médecin traitant lors d’un examen gynécologique et qui m’a avoué s’être rhabillée tranquillement et lui avoir réglé la consultation après comme si de rien n’était. Cela n’en restait pas moins le choc de sa vie tardivement raconté.

    - L’accusation de viol ne devient pas invalidée du fait de possibles relations révélées avec des malfrats... et quand bien même elle serait une prostituée, ce qui reste à prouver, elle a pu avoir une relation contrainte qui a dérapé comme cela arrive malheureusement.
    Les différentes réactions (proc., politiques, journalistes) qui s’appuient rapidement sur ces "révélations" pour l’enfoncer et laver DSK, même si il est réellement innocent, sont stupéfiantes !


    Dimanche 3 juillet 2011 à 05h52mn37s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4008
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    Yes ! pas une ligne à changer dans ce papier !


    Dimanche 3 juillet 2011 à 02h04mn43s, par Marie (mariecervetti@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4005
    • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

      je pense que le PS se méprendrait gravement si il invitait DSK à revenir dans les primaires, déjà un non lieu ne veut pas dire " pas coupable," ensuite lorsque l’on voit que le 1er jour de liberté il va dans un restaurant où il a payé 600.00 euros pour le repas ; même à 4 personnes .....Cet homme là ne doit pas revenir , je dirais qu’il doit garder au contraire un profil bas et se faire oublier


      Dimanche 3 juillet 2011 à 08h40mn57s, par Chantal Wright (ronchanta@orange.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4012
  • L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK

    J’attire votre attention sur le délicat passage, dans votre texte, entre le paragraphe n° 20 ("Alors pourquoi le procureur...") et le paragraphe n° 21 ("Nous en apprenons ainsi beaucoup...").

    La fin du premier présente un certain nombre d’hypothèses, plus ou moins rocambolesques mais à coup sûr n’ayant d’autre statut que celui d’hypothèses et, donc, pas plus étayées que vérifiées.

    Le second prend ces hypothèses comme des faits acquis et prétend en tirer des enseignements : "Nous en apprenons ainsi beaucoup...".

    Pas très rigoureux, comme démarche, il me semble.


    Samedi 2 juillet 2011 à 17h47mn01s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4004
    • Système accusatoire

      Bof… Pas très rigoureux l’enchaînement des paragraphes, je l’admets (mais ce n’est qu’un blog, pas obligé d’écrire sous le contrôle d’un jurolinguiste !)

      Dans mon intention, le « ainsi » ne portait que sur la dernière phrase du § précédent (« Supposant que la défense sera vite au courant, il prend les devants et accuse son « témoin ») qui me paraît peu contestable, et non sur les hypothèses relatives aux délais d’émergence de l’enregistrent de la conversation téléphonique.

      Oui, cet épisode a rappelé aux Français (qui ont tendance à croire les journalistes et les juristes « pro-inquisitoire », y compris Eva Joly, dans leurs charges sans nuance contre le système accusatoire) que le procureur américain doit aussi, même pour des raisons tactiques, « instruire à décharge ». Mais que, en contrepartie, sa bonne volonté à défendre les intérêts de la partie civile dépend de ses propres intérêts (et je rappelle que, pour d’autres raisons , hiérarchiques et non électorales, on peut se poser la même question sur le juge d’instruction à la française).


      Dimanche 3 juillet 2011 à 05h43mn27s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4007
      • Système accusatoire

        Les procureurs ont invoqué le jugement "Brady vs. Maryland" 373 U.S. 83 (1963) - voir Wikipedia en anglais pour explication - pour cadrer leur lettre à la défense sur la crédibilité de Mme. Diallo. Ce jugement repose sur le droit à un procès équitable - "due process of law" - , inscrit dans la Constitution américaine (14ème amendement). Ce jugement impose à la prosécution de ne pas cacher à la défense des faits à décharge d’un accusé qui "peuvent materiellement" influencer la détermination de sa culpabilité et sa peine. Bien qu’imparfait, cette jurisprudence adoucit l’asymmétrie dans le système accusatoire.


        Mardi 5 juillet 2011 à 00h12mn17s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve433#forum4036
Calendrier des blogs
<< juillet 2011 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
15/07: Le 14 juillet de Eva Joly sera-t-il la Corse d’Alain Lipietz ?
2/07: L’affaire Nafissatou dans l’affaire DSK
1er/07: Sur le succès d’Eva Joly
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: