EELV : L’unité forcée


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Lundi 6 juin 2011

Samedi, second tour du Congrès de Europe Ecologie - Les Verts à La Rochelle. Théoriquement, il n’y a plus aucun suspens : la motion « Maintenant » regroupant la quasi-totalité des cadres du mouvement a obtenu la semaine dernière 50% + 17 voix.

Cela dit : les délégués élus en région gardent leur liberté de vote (et comme on va le voir ils vont s’en servir). Par ailleurs, ce qui est un très bon résultat pour un premier tour serait très mauvais pour un second tour : une majorité aussi rikiki ne se serait jamais vue chez les Verts. Toute la question est donc : fusion ou pas fusion ?

Dés le vendredi après-midi, les tractations commencent, tandis que les délégués de motion sont réunis dans des salles différentes de l’immense bâtiment qui fut le marché aux poissons de La Rochelle, L’Encan. Les représentants de la motion "Construire" (lancée par Dany Cohn-Bendit et José Bové, qui ne sont pas là) ont été mis au piquet, à 300 mètres des autres et de l’entrée, dans une salle totalement noire éclairée par des projecteurs.

Très vite, la motion « Envie » fait savoir qu’elle participera à une fusion de toutes les motions, sinon on en reste là. Ce qui est décisif : la motion « Maintenant » est obligée d’accepter la fusion. Ce qui signifie d’une part qu’il va être possible d’obtenir "un bon texte", et que d’autre part les 15 postes du bureau exécutif seront répartis à la proportionnelle. Ce qui donne : 8 Maintenant, 4 Construire et 3 Envie.

Les rédacteurs vont palabrer toute la nuit et ramener un texte en effet plutot satisfaisant, notamment sur l’accélération de la mise en place de la coopérative et sur la plus grande facilité de vote, avec « expérimentation » du vote par Internet. Ce détail peut sembler ridicule mais, comme nous le font remarquer les nouveaux adhérents venus du PS, les structures de vote en assemblée générale régionale issues des Verts-années-90 leur apparaissent surréalistes. Soit on vote physiquement, et alors on fait comme au parti socialiste où l’on vote localement, soit (ce qui est plus moderne) on vote électroniquement après des débats publics organisés localement ou sur le Web. Et il est curieux que les écologistes, qui rabâchent l’exigence de minimiser le bilan carbone, en soient encore à déplacer leurs troupes à travers tout le territoire pour déposer un bulletin dans l’urne.

Le plus difficile est évidemment la question de la composition du Bureau exécutif.

Dans les nouveaux règlements archi-compliqués d’Europe Ecologie Les Verts, chaque motion produit à l’avance la liste ordonnée de ses candidats au bureau exécutif !! (Chez les Verts il y avait beaucoup plus de souplesse). Pour « Construire », Dany est tête de liste. Il a annoncé qu’il renonçait à participer au bureau exécutif, alors qu’avec un meilleur score, il demandait : les élections, pour tenter d’arracher un groupe de 60 députés. Les suivants sont : Marie Bové, pour qui nous demandons la responsabilité des liaisons entre le parti et la coopérative, Jean Desessard, pour qui nous demandons la trésorerie (il est de plus en plus acquis, même à droite, que l’opposition assure la présidence de la commission des finances des assemblées et il paraît légitime, pour couper court à toutes les suspicions, qu’il en soit de même au bureau exécutif), puis Laurence Vichnievsky et Nadir Saïfi.

Dés la première nuit de négociation, « Maintenant » pose son veto contre Marie Bové, et déclare se réserver "les postes régaliens". Nous ignorons ce que signifie « régalien » dans un parti politique, mais manifestement cela doit vouloir dire qu’ils se considèrent comme : eux, l’Etat, et nous, les administrés. Nous leur rétorquons que de toute façon les 3 premiers de notre liste seraient au bureau exécutif s’il n’y avait pas de fusion, et la participation de Marie Bové n’est pas négociable.

Retour de volée le lendemain midi : cette fois, « Maintenant » met un veto sur la participation du 4ème de liste, Nadir Saïfi. Prétexte : il a participé au Grenelle de l’environnement, il représentait Écologie sans frontière, association qu’ils considèrent proche de Borloo.

Cette fois, l’assemblée des mandataires de « Construire » était abasourdie. Le prétexte de « Maintenant » est ridicule - tout l’effort de Dany et José Bové à Europe Ecologie a porté justement vers un mouvement écologiste fort et allié à la gauche, rassemblant tous les militants de sensibilité écologiste, du centre à l’extrême gauche. Marie Bové comme Nadir Saïfi, y compris dans leur nom de famille (Nadir est le frère de Tokia Saïfi, qui fut secrétaire d’état au développement durable de Chirac sous Raffarin), incarnent cet arc d’origines. Et surtout, Nadir serait probablement le seul représentant de la diversité des origines du peuple français au bureau exécutif d’un parti qui fait proclamation de soutenir et d’exprimer cette diversité !

Personnellement, et je ne suis pas le seul, je pense que dans ces conditions la fusion n’est plus possible. Laurence Vichnievsky (au nom pas non plus très céfran) propose : « Je me retire et comme ça tu fais partie des 3 premiers dont la présence est obligatoire. » C’est alors que Nadir demande la parole : « Je suis écoeuré par cet ostracisme, mais votre soutien m’a réchauffé le coeur et pour moi, rien que cela, c’est un bon congrès. Le plus important aujourd’hui c’est que les écologistes apparaissent unis face aux échéances de 2012. Il faut la fusion, donc j’accepte de me retirer. » On décide, dans l’intérêt général de l’écologie, d’accepter le diktat de « Maintenant » et c’est le suivant, Nicolas Dubourg, qui sera notre 4ème représentant.

Nous apprenons en sortant que Elvan Uca, 3e de liste de « Envie » et d’origine turque, a lui aussi été récusé… au nom de la parité hommes/femmes.

Dans l’immense hall de l’Encan, tout en longueur, le débat, pas si formel que ça on va le voir, peut commencer devant les quelque 500 délégués. La moitié fidèle de « Maintenant » s’est massée devant, les autres à l’arrière. Pascal Durand, numéro 2 de la liste « Maintenant » et directeur de campagne de Nicolas Hulot, vient présenter la motion unifiée et enflamme toute la salle. Commence ensuite la litanie des interventions des motions. Dés le début, Marie Bové puis Hélène Pelosse (me dit-on) se font siffler, pour avoir simplement affirmé qu’en acceptant cette fusion elles ne « remettaient pas les clés du mouvement à une reine. » Inquiétant. Pour la motion « Maintenant », seule Dominique Voynet parvient à transmettre un souffle certain.

J’interviens alors pour dire : "ma joie, ma peine et mon ambition".

Ma joie : jamais dans l’histoire des Verts une motion n’avait rassemblé la totalité des courants. C’est le résultat de notre maturité, mais surtout de l’urgence (la crise du libéral productivisme, la dernière "fenêtre de tir" sur le changement climatique, Fukushima et la nécessité de sortir vite du nucléaire).

Ma tristesse, ou plutôt ma honte : l’oukase posé contre Nadir Saïfi va faire disparaître le seul représentant de la diversité de notre peuple au bureau exécutif, sous le prétexte de ses "origines droitières".

Or - et c’est là, l’ambition - ce que nous voulons, c’est que l’écologie politique soit la nouvelle force dominante du camp progressiste de notre pays. Cela veut dire que des millions de personnes, qui n’avaient pas voté ou qui avaient voté Sarkozy en 2007, vont devoir voter progressiste en 2012, et j’espère que la plus grande partie de ces ex-abstentionnismes et « ex-droitiers » n’ira pas voter Front National, et qu’elle votera pour Europe Ecologie !

La salle s’est figée quand j’ai dit ma honte. Visiblement, la plupart des délégués de « Maintenant » n’étaient pas au courant. Puis une salve d’applaudissements éclate dans la salle : je distingue les petites tâches de couleur de leurs visages...

Naturellement, puisque nous sommes chez les écologistes, la motion censée réunir la totalité des courants n’obtient que 90% ! Mais il reste à élire 1/5 du bureau fédéral, le « parlement du parti » (soit 30 personnes), tous les autres ayant été élus en région. Ce « cinquième national » vise à représenter des militants qui ne sont pas spécifiquement liés à une région, mais plutôt à une thématique. Normalement les calculs nous donnent 7 élus. Surprise : nous en aurons 8 !

Deux douzaines de délégués au moins ont voté pour nous au lieu de voter pour leur propre courant. Nous discutons avec les délégués : ce sont les antillais-e-s et les délégué-e-s d’origine familiale maghrébine, turque, ou sud-américaine qui ont voté pour nous, quelle que soit la motion qui les avait délégués. Hélas : le bureau exécutif quant à lui restera blanc comme un rêve de Laurent Blanc, et le Conseil fédéral sera à peine plus coloré.

A noter aussi que la 4e motion, "Objectif Terre", correspondante dans EELV du courant trans-partis Utopia, n’avait pas obtenu 5 % mais avait quelques délégués élus en région qui ont pu voter très librement.

Cécile Duflot monte enfin triomphante à la tribune, follement acclamée par toute la première moitié de la salle. Séparée par une allée transversale, l’autre moitié restera pendant tout son discours assise bras croisés, observant impavide ce déchaînement. C’est dommage : par ses ostracismes, Cécile a manqué une occasion magnifique d’unifier le mouvement derrière elle. Le lendemain, Philippe Meirieu, qui lui aussi a signé « Maintenant », est élu à l’unanimité et sous un tonnerre d’applaudissements président du conseil fédéral. Lui a su, par son comportement tout au long du congrès, incarner l’unité nécessaire d’Europe Écologie. C’est notamment lui a proposé puis présidé la commission qui a fait justice des calomnies répandues dans la presse contre les soi-disant malhonnêtetés de Dany Cohn-Bendit.

Mais déjà le mouvement a basculé dans le débat suivant : les primaires pour les présidentielles, qui occuperont tout le mois de juin.

Ca ne commence pas très bien : Nicolas Hulot déclare à la presse qu’il avait envisagé de former un ticket avec Borloo (ce qui n’est pas plus grave que d’être le frère de Tokia Saïfi ou d’avoir inspiré le Grenelle...). Mais, beaucoup plus ennuyeux : « Ce n’est pas possible actuellement, mais il reste encore 11 mois de campagne »... Et cela marque clairement les limites de Nicolas Hulot. Il est devenu anti-nucléaire grâce à Fukushima, et il faut lui en savoir gré, car il y a plus de joie sur la terre pour l’ouvrier de la 11e heure que pour ceux qui furent dès le début à la défendre. Quel nouveau coup d’éclat de Borloo (après l’autorisation des forages de gaz de schiste) convaincra Nicolas que, même dans 11 mois, il ne pourra pas faire de ticket avec Borloo ?

Non, je ne pense pas que la candidature Hulot serait une catastrophe, de toute façon une présidence verte de la République, ce n’est pas pour maintenant. Nous nous battons pour un score à 2 chiffres et cela, c’est possible. Et selon moi, ce sera possible avec Eva Joly. Car elle représente à la fois l’ouverture et la précocité, la sincérité de l’engagement à Europe Écologie. Et surtout elle incarne, à l’échelle internationale et jusque dans les institutions, la lutte contre la finance et sa corruption, qui détruisent la planète. Et c’est bien l’enjeu symbolique de la prochaine élection présidentielle.

Bon, en attendant , je pars pour une semaine de conférences écologistes au Paraguay.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve427

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 19 contributions à ce blog.
  • Vote internet ?!?

    Voter par internet n’est pas anodin, et il est regrettable qu’en matière de démocratie, fusse-t-elle interne, un débat public n’est pas eu lieu. De toutes les formations politiques, les verts sont sans doute ceux qui se sont le plus battus sur le terrain contre les machines à voter et le vote électronique. Ils ont fait oeuvre de pédagogie pour expliquer les dangers qu’il y a à quitter un système de vote basé sur le contrôle et une saine défiance mutuelle à un système basé sur la confiance - quand celle-ci est entamée par des éléments de suspicion, les dégâts sont quasi-irréparables.

    La décision soudaine du conseil fédéral est un revirement éthique grave, car il s’agit d’une primaire ouverte, qui lance un message aux français : nous l’avons fait, vous pouvez le faire. Quelque soit le candidat EELV à la présidentielle, il aura été désigné en partie grâce à des suffrages électroniques. Comment pourrait-il alors dénoncer le caractère opaque et anti-démocratique du vote électronique ?

    J’observe que les seuls arguments que vous avancez sont ceux de la modernité (l’opacité est-elle un progrès ?) et du bilan-carbone (vous vous déplacez pour faire vos courses, et vous voudriez économiser sur quelque chose d’aussi important qu’une élection ?). La réflexion sur le sujet me semble donc demander un sérieux approfondissement, un large débat au sein des adhérents EELV. http://www.ecolocitoyen.org/


    Lundi 13 juin 2011 à 06h01mn32s, par communard (srerhard@noos.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3945
    • Vote internet : l’interne n’est pas l’externe.

      Attention : l’interne n’est pas l’externe. Le problème de l’internet est le risque de fraude et l’impossibilité de contrôler. C’est évidemment le cas dans les élections externes où le Peuple délègue sa souveraineté. Le risque est alors inacceptable, et d’énormes progrès ont été fait en France dans la sécurisation des votes papier (contrastant avec l’insécurité du vote de la Floride qui a permis l’élection de Bush).

      Le risque de fraude est-il le même à l’intérieur d’un parti ou d’une assoc ? Première différence : on se fait confiance. En principe…

      Contre-exemples : la fraude chez ATTAC, la fraude au PS (présidentielle et élection de la 1ere secrétaire nationale). Or ces exemples publics de fraude ont eu lieu avec des votes papier (bourrage des mandats au PS, bourrage des urnes chez ATTAC).

      Donc n’instrumentalisons pas ces mauvais exemples contre le vote elctronique qui présente d’énormes avantages en terme de participation.


      Mardi 14 juin 2011 à 07h39mn40s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3946
      • Vote internet : l’interne n’est pas l’externe.

        je me souvient qu’en 2007, on avait du recompter les voix en regardant même la forme des croix.

        Et si en 2011 on a une contestation, on fait quoi ? on recompte comment ?

        alors certes, le forme des croix étaient ridicules, mais là EELV passe d’une extrême à l’autre.


        Mercredi 15 juin 2011 à 04h24mn31s, par Maïeul
        lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3949
        • Vote internet : la forme des croix

          Tres juste ! au moins par internet on aura pas de problème avec la forme des croix...

          Moralité : ne confondons pas ethique et technique. Quand y a pas la confiance, y a pas la confiance. C’est pourquoi le Conseil d’Etat a pour critère non l’erreur absolue mais celle qui pourrait avoir entaché le résultat du vote.


          Mercredi 15 juin 2011 à 05h33mn57s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3950
          • Vote internet : la forme des croix

            et donc tu pense qu’on peux plus (+) avoir confiance maintenant ?

            personellement un vote où je n’ai pas de bulletin papier pour vérifier les voix ne m’inspire guère confiance. Au mieux j’appelle cela un sondage... Tu sais que je n’ai rien contre internet, que je produis moi même du code (et sous licence GPL encore !), mais c’est justement parceque je produis du code informatique que je n’ai pas confiance au vote électronique (encore plus par internet).

            je crains le pire si un candidat se met à contester le résultat : l’impossibilité de recompter et EELV sombrant dans le ridicule (entre autre une des raisons pour laquelle j’ai signé la pétition contre le vote electronique au sein d’EELV)

            En outre le vote électronique (et que ce sois en interne ne change rien à l’affaire) reviens à confier à des experts la vérification de l’indépendance du scrutin. Le règne de la technocratie. Exactement ce que EELV reproche au nucléaire...


            Mercredi 15 juin 2011 à 06h50mn20s, par Maïeul
            lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3951
            • Technique et confiance

              Je ne dis pas qu’on "peut avoir plus confiance maintenant". Il faut apprendre à lire les arguments des autres, Maieul, si tu veux que les discussions soit utiles. Relis le présent fil. Je dis que l’interne n’est pas l’externe, car la question de la "confiance" ne s’y pose pas de la meme façon. Ensuite je note qu’il y a eu des crises de confiance (insolubles) au sein de partis ou d’assoc (je cite le PS et ATTAC) mais dans les deux cas le vote etait papier.

              La confiance n’est pas un problème technique. Le ridicule non plus, cf les précédentes primaires vertes pour les présidentielles. Tu cites le cas Voynet-Cochet (vote papier). Lorsque j’ai été élu candidat des Verts en 2001, mon élection (quoique bien plus nette, en fait) n’était pas acquise au moment de la conférence de presse, car la centaine de bulletin de Guadeloupe n’était pas encore arrivée... par avion ! Alors qu’ils auraient pu dépouiller sur place et envoyer le résultat par internet ou par téléphone.


              Mercredi 15 juin 2011 à 16h40mn47s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3952
              • Technique et confiance

                Mais j’ai relu ce que tu a écris, et j’ai trouvé que tu ne répondais rien sur la question "on recompte comment ?". D’où ma remise en charge, peut être exprimée maladroitement, mais puisque tu ne répond pas à la question, j’en déduis que pour toi le problème ne se posera pas, donc qu’il y a une confiance totale entre tous les candidats.

                Je suis d’accord avec toi sur le fait que le vote papier a aussi posé des problèmes et qu’il ne suffit pas à garantir la confiance dans un scrutin interne. Mais le vote électronique diminue encore plus la confiance que l’on peut avoir en la sincérité du scrutin.

                Et je suis en désaccord quand tu dis que la technique de vote (papier, electronique, orale) n’a pas d’impact sur la confiance qu’on lui accorde. Les choix techniques ne sont pas justement que des choix techniques.

                Ils impliquent aussi une vision des relations entre les humains, et partant, de la confiance. Je suis assez étonné que, toi qui a étudié le fordisme et lutté contre des grands projets technocentristes arrive à dire ainsi que "la technique n’est rien, seul la confiance compte".

                En outre aujourd’hui un certaine nombre de militant EELV expriment leurs doutes sur la question du vote élèctronique. Un candidat aux primaires (Lhomme pour qui je n’ai par ailleurs pas nécessairement de la sympathie) a même signé la pétition. N’est ce pas le signe que cette forme de vote pose un problème de confiance au sein du parti ?


                Mercredi 15 juin 2011 à 18h24mn09s, par Maïeul
                lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3953
                • Technique et tricherie

                  Exactement.

                  Ceux qui pétitionnent aujourd’hui (dont Lhomme , dont la volonté de sabotage d’un vote qui pourrait conduire à la victoire de Nicolas est explicite) signifient qu’ils pensent que Cécile, JVP, Alexis et Stéphane sont capables de tricher. La confiance n’y est pas, et la technique n’y peut rien. S’ils pensent ça, ils le penseront aussi d’un vote papier, comme au PS et à ATTAC.

                  Ce qui n’a pas arrangé les choses c’est en outre le choix imbécile de la meme boite sous traitante d’ Hadopi...

                  Quant à la comparaison avec le fordisme, je ne vois pas le rapport. La technique internet a deux différences sociales avec la correspondance papier : le bilan écologique, et la suppression du travail de comptage (qui permet lui meme les tricheries de type ATTAC). Pour le votant, cela représente une "fracture numérique" qui n’a aucune important si l’on peut voter des deux manières.

                  Tu me demandes précisément comment on contrôle un vote internet. Il me parait évident qu’on peut le faire : le centre de comptage a évidemment l’adresse IP de tous les clics qui lui parviennent et de tous les codes utilisés, et rien n’empêche de les garder en mémoire pour un contrôle. Comme le remarquent les spécialistes critiques de l’internet, il est probable que ce contrôle brisera l’anonymat (et c’est ça leur critique : internet = ou le contrôle ou l’anonymat). Il suffit de le faire faire par des personnes dont la discrétion soit assermentée. Et de toue façon les votants "internes" ne tiennent pas en général à l’anonymat de leur vote, au contraire ils le proclament, comme moi pour Eva. C’est toute la différence avec les votes "externes" où l’anonymat est essentiel à la démocratie (il est indispensable aussi dans les votes entre collègues mêmes amis, justement pour des questions d’amitié).

                  D’une certaine façon l’internet est plus sûr que le papier face au trucage par bourrage des urnes (cas ATTAC) mais on ne peut rien contre le trucage sur la réalité du militantisme du corpus des votants (cas PS du "bourrage des inscrits", qui fut d’ailleurs évoqué à propos du soutient de Pietrasenta à Voynet). C’est sur ce point que portent les inquiétudes réelles , s’agissant du vote Hulot.


                  Mercredi 15 juin 2011 à 20h20mn07s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                  lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3954
                  • Technique et tricherie

                    Alors je réponds point par point :

                    - la confiance n’y est pas envers JVP, Cécile, Alexis et Stéphane (Gatignon ?) et ce n’est pas lié au choix technique. Je suis en profond désaccord : le choix technique fait renforce les soupçons d’éventuelle tricherie. Peut-être pas chez toi mais chez un certain nombre de militants.
                    - le choix de la boîte effectivement est un choix imbécile.
                    - les votants internes ne tiennent pas à l’anonymat de leurs votes, au contraire ils les proclament. Je ne vois pas en quoi la votation interne ou externe change la donne. En externe (au présidentielle par ex.) il y a toujours des personnalités qui proclament qui ils vont soutenir, ou même des simples personnes, comme moi, qui assume sur mon site pour qui je vais voter (enfin, je le dis pas explicitement, mais il ne faut pas être grand savant pour le savoir.). En revanche en interne je ne dis pas pour qui je vais voter (sauf à 2 ou trois camarades des Jeunes Écolos) et je ne tiens pas à ce que cela se sache. Ta généralisation est à mon avis erronnée.
                    - la comparaison avec le fordisme était simple : tu disais que la technique n’est rien, tu "neutralisais" la technique. Je pense que un des points forts de la pensée écologiste (à commencer par Ellul) est justement de dire que la technique a d’énorme implication et que le problème de la société technicienne est justement d’avoir fait "comme si la technique était neutre").
                    - sur les questions du bilan écologique du vote internet : s’il est moins pire qu’un vote éléctronique en bureau de vote (qui demande des composants spécifiques, alors que le vote internet "mutualise des ressources") il n’est pas nécessairement aussi neutre que d’aucuns le disent. Une requête http nécéssite des ressources (encore plus si https, comme pour un vote). En outre, puisque les 2 versions du votes sont proposées, les bulletins sont forcément déjà imprimés (enfin, je verrais cela quand je recevrais par la poste), donc le gain potentiel est faible, si ce n’est des économies de voyage à la poste, qui sont "des transports en communs de lettres"). Sans oublier que si on voulait vraiment alléger le bilan environnemental d’EELV on dispose d’autres leviers d’actions que pourtant on ne manœuvre pas (par exemple est-ce normal que les affiches contre la réforme des retraites arrivent après la fin du mouvement ?).
                    - la suppression du travail de comptage qui permet des tricheries de types ATTAC : oui, sauf si au moment du dépouillement un mandataire de chaque candidat est présent. En outre le vote électronique permet aussi des tricheries : qui me garantie que lorsque je clique sur le candidat A, c’est bien une voix A qui est ajoutée dans la mémoire de l’ordinateur ? La seule chose qui pourrait me le garantir, c’est d’avoir accès au code sources et au binaire du logiciel présent sur le serveur de vote. En outre cela implique que je sache lire et interpréter un code source, ce qui n’est pas à la portée de tous le monde. La différence avec un vote papier et qu’un militant lambda, qui n’a pas nécessairement une position déterminé en faveur de tel ou tel camp, peut facilement être présent aux opérations de dépouillement et les surveiller.
                    - tu pose la question du tier de confiance. C’est effectivement une question qui se pose aussi pour le vote papier par correspondance : que deviennent les bulletins de votes entre le moment où les élècteurs les postent et le moment du dépouillement ? Ne peut-on imaginer qu’ils puissent arriver chez un tier de confiance servant de poste restante et qu’on ne puisse les récuperer qu’à la fin du vote, avec la présence d’au moins 2 personnes de deux camps différents (comme par exemple sur les votes papiers classiques, les cadenas des urnes ont deux clefs différentes qui sont confiées à deux personnes différentes, de préférences dans la majorité et dans l’opposition.)
                    - il "suffit de le faire faire par des personnes dont la discrétion est assermentée". Tu oublie que régulièrement des entreprises se font pirater leurs bases de données par internet. Certes ont peut se demander qui a interêt à pirater la base de donnée des votes aux primaires EELV. Mais le fait même que cette base de donnée puisse potentiellement exister pose la question de l’anonymat.

                    Sur la question de savoir s’il n’y a pas de bourrage des inscrits, je suis d’accord avec toi que une grosse partie des inquiétudes portent là dessus. Mais ce n’est pas la seule.

                    ps : sur le cas Stéphane Lhomme, il est clair qu’il y a une haine tenace envers la possibilité de victoire de Nicolas Hulot, pour autant, est-ce la seule raison qui le pousse à signer cette pétition ?


                    Jeudi 16 juin 2011 à 04h33mn32s
                    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3955
                    • Tricherie et complot

                      (je suppose que mon interlocuteur est toujours Maieul ?)

                      1. Stéphane Sitbon (c’est la bande des 4). Stéphane Gatignon est plutot soupçonné de bourrage d’inscrits. Personnellement je ne soupçonne pas la bande des 4 de tricherie (encore que j’aie entendu proféré des soupçons contre Alexis). Si des militants les considèrent déjà comme des fraudeurs, c’est grave pour le mouvement (moi, je ne les jamais accusé que de tendances oligarchistes) et ce problème doit être traité comme tel, et pas sous le prétexte d’une technologie. Encore une fois la fraude accusée d’être massive à ATTAC et au PS s’est faite en papier. Ne confondons pas.

                      2. J’ai expliqué longuement la différence entre interne et externe, tu peux relire ce fil, je ne me répète pas car il n’y bientôt plus la place ;-))

                      3. Peux tu indiquer (à moi qui en ai fait une spécialité en tant que chercheur mais aussi en tant que militant) où j’écris que « la technique n’est rien » ? Encore une fois je crois que tu dois apprendre à lire les textes tels qu’ils sont et non tels que tu les imagines (à partir de dieu sait qu’elle image préconçue), c’est important pour tes recherches.

                      4. Je maintiens que le bilan écologique d’un clic est inférieur au transport du papier et encore plus d’une personne vers un bureau de vote. Si tu as des études contraires, je suis preneur. D’accord qu’on peut faire AUSSI d’autres économies d’énergie. D’accord surtout que rien ne remplace la face à face physique dans la phase « débat » mais pas dans la phase vote.

                      5. Bien sur que dans le fameux vote d’ATTAC il y avait des observateurs des deux parties au dépouillement. La fraude a eu lieu (selon les accusateurs) au moment du stockage des papiers, la nuit. S’agissant maintenant de Extelia, la boite qui assure le logiciel informatique, tu as raison de dire qu’il faut , pour que la fraude soit possible, qu’elle ait truqué son logiciel en faveur d’un candidat. Peux tu m’expliquer ce qui motiverait de sa part une telle préférence pour un candidat d’un parti dont elle se fout sans doute éperdument ?

                      6. Bien sur que c’est comme ça qu’on a fait lors de précédentes élections papier chez les Verts (ce qui ne nous a rien épargné , cf plus haut sur ce fil). Mais puisque tu en es à soupçonner Extelia, délégataire d’une mission de service public (qu’on soit pour ou contre cette mission, en l’occurrence Hadopi) d’avoir truqué ses codes sources en faveur d’un candidat, il en est de même pour La Poste Restante (ou pour l’avion postal de Guadeloupe). Une fois engagé sur la voie conspirationniste, il n’y a plus de limite.

                      7. Bien sur, et des sacs de lettres peuvent aussi être interceptés. Tu imagines sans doute Alexis Braud en hacker piratant Extelia pour indiquer à JVP qui n’a pas fait « le bon choix », afin de les black-lister pour l’avenir. Tu as peut-etre raison, mais j’en reste à l’idée qu’ils sont encore honnêtes et que ma contradiction avec eux est politique et pas de droit commun.

                      8. Encore une fois si tu as des soupçons que quelqu’un au siège d’EELV est prêt à bourrer l’urne électronique (ce qui, comme tu l’as indiqué, demande de soudoyer Extelia), alors il est prêt aussi à bourrer l’urne papier.

                      PS Je suis en effet persuadé que Stéphane Lhomme aurait aussi crié à la fraude possible (sans doute par bourrage des inscrits) si un pur vote papier avait désigné Nicolas Hulot.


                      Jeudi 16 juin 2011 à 09h19mn51s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                      lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3956
                      • Bingo !

                        Comme je le soupçonnais (procès d’intention à ce stade) dans le PS de mon commentaire précédent, Stéphane Lhomme, plutot que d’accuser Extelia d’etre le bras armé des fraudes électroniques des conspirateurs Alexis Braud et Nicolas Hulot, accuse plus banalement ces derniers de frauder par "bourrage d’inscrits", ce qui est plus classique, plus raisonnable, et à la protée de n’importe quelle fédération du PS votant physiquement :


                        Jeudi 16 juin 2011 à 09h28mn33s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                        lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3957
                      • Tricherie et complot

                        je crois qu’il vaut mieux arrêter là le dialogue. Par contre je persiste à penser que certains de tes propos sur la technique sont problématiques. Tu n’a pas dit que la technique n’est rien. Je n’ai pas d’idée pré-conçu par laquelle je penserais que tu serais incité à dire cela : au contraire, je sais par ton travail et tes engagements que tu pense le contraire.

                        En revanche, puisque tu aimes à me ramener à mes études, celles ci consiste justement à aller plus loin que la simple lecture d’un texte pour essayer d’en dégager les arrières pensées. Sinon je ferais de l’histoire positiviste. Et tes propos peuvent être compris (mais comme tu en est l’auteur tu ne le vois pas nécéssairement) comme une relativisation du choix technique.

                        ps : Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il n’y a aucun indice laissant penser qu’Exelia puisse frauder, ni aucun d’ailleurs des quatre organisateurs d’EELV. Je souligne simplement (mais toi aussi tu intérpéte autrement mes propos) que si, pour une raison x ou y ce soupçon venait alors le choix du type de vote compliquerait encore plus qu’auparavent la résolution de la crise de confiance.


                        Jeudi 16 juin 2011 à 10h35mn21s
                        lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3959
            • Vote internet : la forme des croix

              Ton opinion critique mon esprit sur ce sujet. Dans tous les cas, cela me plait. acheter lingot d’argent


              Jeudi 19 janvier 2012 à 22h18mn38s, par Alain (Cindy93@free.fr)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum4206
  • EELV : L’unité forcée

    Adhérent depuis peu à EELV, grâce à Nicolas Hulot et comme beaucoup de ceux qui vous rejoignent en ce moment même, et qui découvrent les acteurs de ce mouvement ainsi que son histoire, je suis attristé par ces querelles de chapelles.


    Dimanche 12 juin 2011 à 10h10mn13s, par Yann Sevenou (yann.sevenou@orange.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3944
    • Débats et chapelles

      Ces choses sont en effet pénibles, mais elles se présentent dans tous les groupes humains, dans les assoc, dans une équipe du CNRS, dans une entreprise privée. Ce qui caractérise une organisation humaine démocratique, c’est le débat et le contrôle.


      Mardi 14 juin 2011 à 07h44mn39s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3947
  • EELV : L’unité forcée

    Bravo Alain je témoigne que ce compte rendu est totalement fidèle à ce qui s’est passé à La Rochelle.
    Je faisais parti des délégués de la motion Construire ,et il est important de souligner que ce qui nous a animé, c’est avant tout de montrer l’unité de EELV en acceptant la synthèse, car il nous semblait à tous important de montrer que ce qui nous uni est le plus important car nous suscitons un espoir pour beaucoup de nos concitoyens, et ce n’était surtout pas le moment de montrer de la désunion dont la presse aurait fait ses choux gras, même si l’éviction injuste de Nadir Saïfi a été vécu comme un moment très douloureux par notre groupe.
    Michel Trouillet
    Savoie


    Jeudi 9 juin 2011 à 05h44mn54s, par Michel Trouillet (michel.trouillet@loposte.net)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3943
  • EELV : L’unité forcée

    Merci Alain pour cet éclairage qui me semble beaucoup plus réaliste que tout ce que j’ai lu jusqu’ici et qui montre notamment Maintenant sous un jour autocratique plus vraisemblable que les versions officielles. Je partage la honte concernant cet ostracisme à l’égard d’un "pastout à fait français" et je n’aime pas non plus cette histoire de pouvoirs régaliens.

    Mylène Rémy, signataire d’Envie, région Bourgogne-Nièvre


    Mardi 7 juin 2011 à 05h03mn30s, par Mylène Rolland-Rémy (mylene.remy@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3942
  • EELV : L’unité forcée

    Halte aux divisions ! Je vote pour une écologie ouverte, progressiste, rassembleuse, pleine de toutes les forces qui pensent qu’un autre modèle est possible. Et il y a parmi ces écologistes actifs d’ancien du modem, et sans doute même des gens qui ont pu voté à droite aussi, et qui se rendent compte aujourd’hui que notre modèle a atteint ses limites. Il y a également parmi ces forces une kirielle de coopérateurs inscrits dans aucun parti, votant de tous les bords, et bien sûr surtout beaucoup de gens ancrés de gauche, ayant soif de justice, de démocratie véritable, de transparence..
    Et cette france là, elle est multiple, elle n’est ni de droite, ni de gauche : elle est ouverte, progressive, alternative, et de plus en plus écologiste. Et si Borloo prend cet engagement, il n’y a pas à le mettre de coté. Oui il a fait des compromis - et sans doute trop - qui ont dénaturé le grenelle de l’environnement. Et oui il est resté trop silencieux sur les dérapages du gourvenement auquel il a participé. Mais quoi : il peut reconnaitre des erreurs (qui est parfait ?) et des excès de compromis, et adhérer clairement dans les mois qui viennent à un ensemble de valeurs qui seraient les notre. Et s’il le fait, quelle arrogence ce serait que de le laisser de coté.
    Alors s’il vous plait, essayons de nous priver d’aucun soutien si le projet est clair et que les femmes et hommes politiques du centre ou centre droite affichent leur soutien à cette démarche. L’objectif d’un score à deux chiffres aux prochaines elections, d’un score même au dessus de celui des Européenne, et d’un groupe fort à l’assemblée nationale, est le plus beau des enjeux, alors travaillons avec tous ceux qui veulent cette réalisation !


    Lundi 6 juin 2011 à 17h04mn33s, par rey-herme (yves.reyherme@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3941
    • Ecologie et ouverture

      Il y avait au congrès des femmes et des hommes venant du centre et même du centre droit (UDF, pas Modem !). Le cas Saifi est exemplaire. Le cas Lepage est compliqué mais je serais ravi qu’elle nous rejoigne. Le cas Borloo est différent. Il n’a jamais proposé de nous rejoindre, il a pris d’énormes responsabilités anti-écolo (gaz de schiste). Il a parfaitement le droit de changer d’avis dans l’avenir, mais wait and see.


      Mardi 14 juin 2011 à 07h51mn39s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve427#forum3948
Calendrier des blogs
<< juin 2011 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
27/06: Début des négociations avec le PS : l’économico-social.
25/06: La bataille des jardins familiaux de Villejuif
21/06: Défiances europe-écologistes : Val-de-Marne, vote Internet…
14/06: Le verdissement du barrage Itaipu et le « conflit FFFF »
6/06: EELV : L’unité forcée
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: