La honte et l’effroi


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 3 novembre 2013

Quelque chose s’est brisé jusque dans les cœurs le plus endurcis, les plus cuirassés de raison politique, avec l’affaire Léonarda, l’annonce du rallongement à 50 ans de la durée de vie des centrales nucléaires, et le n-ième report de la n-ième pollutaxe.

Jusqu’ici, je pensais : « Une place dans les institutions est un poste de combat qu’on ne rend pas à la légère. Nos deux ministres apparaissent aujourd’hui sans voix et sans influence, mais ils pourraient en avoir demain, si les écologistes, reprenant la tradition de leur précédente participation gouvernementale, réapprennent à taper du poing sur la table. Ils sont là sur la base d’un contrat. Si les chefs de l’exécutif violent ce contrat, les écologistes peuvent réagir, prendre l’opinion à témoin. Et ils le doivent, car ce gouvernement est le gouvernement en charge de la sortie de la crise, nous n’aurons pas de gouvernement de rechange. » L’impuissance pathétique du Front de Gauche à peser en quoi que ce soit confortait cette analyse.

Sauf que l’Histoire est « dépendante du sentier ». On ne peut pas revenir deux ans en arrière comme si rien ne s’était passé, et il sera de plus en plus difficile de faire demain ce qu’on n’a pas fait hier. Il y a de l’irréversibilité, ou du moins de l’ « hystérésis », une mémoire du passé qui rigidifie le présent et pèse sur la liberté du futur. Ce gouvernement est mal parti et, de la signature précipitée d’un contrat trop flou, que seule une volonté inflexible aurait pu sauver, il n’a fait que renier presque tout (sauf le mariage gay, mais sans la possibilité pour les couples d’avoir des enfants).

Il n’a eu de cesse de tenter de séduire le patronat, qui sait désormais pouvoir exiger toujours plus (c’est à dire « moins » pour nous). Il n’a eu de cesse de flatter les peurs les plus primitives des couches populaires (la peur du mendiant, du nomade). Hollande et Ayrault ont perdu la crainte de leurs adversaires et l’estime de leurs soutiens : ils ne peuvent plus réaliser aujourd’hui ce qu’ils pouvaient hier.

Et le nécessaire souci de leurs alliés écologistes s’est aussi estompé avec la preuve, donnée chaque jour par les ministres EELV, qu’ils sont prêts à tout accepter pour garder leur poste, et qu’il n’y a pas de dirigeant de leur courant capable de les appeler à la fermeté, au mépris de sa propre carrière politique. Bref, la base peut bien s’égosiller, les ministres et l’actuelle direction écologistes suivront le PS dans sa perte. On ne peut plus compter sur la présence gouvernementale pour pousser à une sortie de crise, à un « Green Deal ».

Leonarda

L’affaire Léonarda marque la rupture la plus « sentimentale ».

Après avoir tout bradé dans les domaines socio-économiques, il restait à Hollande-Ayrault « au moins ça » : les droits de l’Homme. La circulaire d’Aout 2012 semblait peut-être « la moindre des choses », mais c’était au moins ça. Et depuis 2007 (oui, la campagne de Ségolène - vous savez ? la fille de militaire qui incarne le goût de l’ordre des classes populaires), on avait au moins ça : « On n’expulse pas un enfant scolarisé, et par contrecoup on n’expulse pas ses parents. » Même affreux, sales et méchants.

C’était acté, on avait obtenu ça du PS. Et au nom de quoi ? De la France. D’une certaine idée de la France, de sa grandeur, de son École. La France de Victor Hugo (« Qui ouvre une école ferme une prison »), des Misérables, où Cosette rachète et Fantine et Jean Valjean, et même Éponine rachète les Thénardier. La France, banc d’essai des États-Unis d’Europe, eux-mêmes apprentissage de la République Universelle, pour libérer le Genre Humain.

C’est fini. Comme dans les films, on a vu la police française arrêter une grande fille dans un car d’excursion scolaire. Alors la presse (secondée par internet) s’est déchainée : cette fille manquait parfais l’école, son père était probablement violent, sûrement même ç’aurait été une bonne chose de la placer en famille d’accueil. Et Hollande a pris la décision ridicule que l’on sait.

Je n’ai rien contre le principe de protéger l’enfance maltraitée par un placement en famille d’accueil. Jusque dans ma famille la plus proche je sais les résultats merveilleux que l’on en peut obtenir, sans même rompre avec le reste de la fratrie. Mais là, on a affaire à une grande fille qui découche déjà pour voir son copain (selon la même presse et les mêmes billets internet) et qui clame sa volonté de rester avec ses parents !

Ce qu’ont brisé Hollande et Valls, ce n’est pas seulement une certaine idée de la France mais une certaine idée de la commune humanité. Si l’un d’eux tombe à l’eau devant moi, enlèverai-je mes chaussures pour plonger à son secours ? Au nom de quoi ?

++++Nucléaire

Le projet de prolongement de la vie des centrales nucléaires à 50 ans est une autre affaire. Elle me fiche les jetons.

Pas que je sois particulièrement trouillard, mais parce que je sais compter. L’accident nucléaire est une fatalité statistique.

Quatre accidents de niveau 7 (Tchernobyl-Fukushima) en 14 000 années-réacteurs, cela veut dire une chance sur 6 pour un tel accident, chaque décennie, sur l’un des 58 réacteurs français. On a eu plutôt de la chance, et à la centrale du Blayais on l’a échappé belle. Prolonger de 20 ans la vie de réacteurs prévus pour durer 30 ans, c’est vraiment se tirer deux balles de suite à la roulette russe sans faire tourner le barillet. Ce gouvernement met nos vies en danger.

Bien sûr, les docteurs Folamour d’Edf nous disent « Une centrale retapée aujourd’hui sera plus sûre que quand elle a été construite. ». Comme s’il était évident que l’industrie nucléaire était plus sûre aujourd’hui qu’il y a 30 ans. Rien n’est moins sûr : l’incapacité de l’industrie nucléaire française à achever ses EPR montre qu’elle est moins performante qu’il y a 30 ans, désarticulée qu’elle est aujourd’hui par la sous-traitance en cascade. Un phénomène que l’on observe dans toute l’industrie du BTP et dont l’effondrement de la voute du dernier terminal de l’aéroport Charles de Gaulle, ou les malfaçons sur l’EPR révélées régulièrement par Le Canard enchaîné ne sont que des symptômes.

Mais ce qui me fait vraiment peur, c’est l’incapacité du gouvernement à résister aux demandes d’Edf, qui cherche à étirer, pour des raisons financières, la durée d’amortissement de ses réacteurs jusqu’à 60 ans, en fait. Et cela, alors même que Hollande avait « signé » pour l’arrêt de 6 réacteurs et le retour à 50 % de nucléaire au début des années 20. Les patrons n’ont qu’à demander : même le danger de morts n’arrête plus Hollande et Ayrault sur le chemin de la capitulation.

++++Bretagne

Capitulation : l’affaire de l’abandon de la taxe poids lourds révèle une faiblesse politique, une incompétence tactique qui me fait tout aussi peur.

Les socialistes (et la presse) n’avaient jamais eu assez de mots pour fustiger l’amateurisme idéaliste des écologistes. Eux, parti de gouvernement, savent y faire : ils en feront moins, mais ils le feront passer (disaient-ils…)

Quand même, une taxe Borloo, votée en 2008 à l’unanimité par une Assemblée nationale de droite, après des mois de négociation réelle au Grenelle de l’environnement, ça ne devait pas être sorcier. Sauf qu’il y avait eu précédemment 6 taxes retirées devant les protestations patronales. Sauf que l’exécutif lui-même avait presqu’ouvertement signifié que l’écologie, ça commence à bien faire, et les taxes aussi.

Alors pourquoi ne pas essayer encore ? Maintenant que les « petits » n’ont plus que mépris pour Hollande-Ayrault, pourquoi ne pas tenter la réconstitution d’un bloc social réactionnaire, pour la défense des gros ?

Et ça marche. Là, en Bretagne, gagnée à la gauche depuis des lustres. La Bretagne, que les géographes politiques français, dans leurs livres récents, classent « à part » dans le triste paysage du monde semi-rural périphérique voué au vote FN. La seule région qui, contrairement aux autres aires non-métropolitaines, aurait réussi à s’accrocher au coté brillant de la mondialisation, par exemple grâce au catholicisme, à la structure de la famille, etc. Toute cette littérature de la nouvelle fracture territoriale promettait à la Bretagne un avenir radieux dans le libéralisme. Typiquement : Le Mystère français, de Lebras et Todd paru ce printemps. Il est vrai que ces deux auteurs, qui typologisent les régions française selon d’infimes variations du pourcentage de familles-souches, ne perçoivent pas en 330 pages l’émergence d’une contestation écologiste, anti-productiviste.

Or précisément la crise est une crise à racines écologiques, et tout particulièrement une crise de l’agro-alimentaire productiviste mondialisé, dont la France, et tout particulièrement la Bretagne, est l’exemple. Et cette crise affole la Bretagne depuis l’été : la taxe poids-lourds n’est qu’un prétexte à reconstituer ce bloc patronal.

Mélenchon peut bien s’égosiller, en les traitant d’ « esclaves » et de « nigauds », contre le ralliement de certains ouvriers et paysans (dont FO) à un front animé par la FNSEA productiviste, le patronat de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution (Leclerc bien sûr, mais hélas aussi Système U) et le patronat souvent auto-exploité des camionneurs, contre la fiscalité « parisienne ». La formation d’un bloc hégémonique, au sens de Gramsci, ne se réfute pas à coup d’insultes.

En fait la Bretagne, pays à la forte personnalité où il est donc tentant de se proclamer représentant du peuple tout entier, voit depuis 50 ans la concurrence de deux blocs à vocation hégémonique. Celui des manifs « bonnets-rouges » conte la pollutaxe-camions, autour du patronat local, avec ses revendications d’exemptions fiscales, de demande de subventions et de « désenclavement » : le Celib, Alexis Gourvenec, etc. Un bloc aux méthodes « musclées » (attaques de préfectures, voies ferrées coupées) mais qui peut s’appuyer sur le sentiment nationalitaire breton contre « Paris ». Et un autre bloc, progressiste, où les paysans se reconnaissent comme « travailleurs » et non comme « entrepreneurs », recherchent l’alliance de la jeunesse étudiante et des ouvriers (qui, à la Cfdt ou à la Cgt le leur rendent plutôt bien), un bloc en particulier féminin dont les femmes ont rejeté la « doctrine sexuelle de l’Église », un bloc se reconnaissant dans les écologistes mais aussi, hélas, majoritairement, dans le PS.

Or c’est ce bloc qui s’est retrouvé, à son corps défendant, seul mouvement social progressiste d’envergure nationale en lutte contre le gouvernement Ayrault, et sur ses terres : à Notre Dame des Landes. Donc qui s’est le premier senti trahi par la gauche gouvernementale. Alors l’autre bloc, réactionnaire, reprend du poil de la bête, s’engouffre dans la brèche et passe à la contre-offensive, depuis le Finisitère, terre d’origine de la Confédération paysanne (avec le journal Fer de Lance au début des années 70). Du coup, la Confédération est clouée sur place, elle qui dénonçait la surexploitation des paysans par l’agro-alimentaire et la grande distribution, avec sa noria de camions !

A l’heure où j’écris, ce bloc progressiste semble se ressaisir et organise une contre-manifestation à Carhaix, face au bloc réactionnaire qui parade à Quimper. Mais la manif de Carhaix ne peut-être « pro-gouvernementale », et encore moins « pro-écotaxe Borloo »…

++++Ministres écolos

Tous les amis et amies « non militantes » avec qui je bavarde ont la même attitude : le PS les désespère, les ministres EELV les mettent en colère. Et cette colère retombe sur tout EELV.

C’est assez injuste : c’est quand même les dirigeants PS qui décident ! Et les élus écologistes, aux niveaux locaux ou européens, font souvent du bon boulot. Mais il y a sans doute dans cette colère un double effet.

D’abord, implicitement, c’était aux ministres et députés écolos que les électeurs de la coalition confiaient la tache de « surveiller » l’observance, par le PS, de ce qui était das l’accord électoral. Comme ils l’avaient fait en 1997-2000 en imposant à un Jospin pas très chaud le respect des engagements sur les 35 heurs, la parité, le PACS, Superphénix, etc. Or les parlementaires et ministres EELV auront (en majorité) tout avalé : la politique d’austérité et l’inscription de la « règle d’or » dans la constitution, les 20 milliards du CICE (pacte de compétitivité qui profite en majorité aux secteurs protégés) et les hausses d’impôts portant exclusivement sur les revenus d’activité et jamais sur la pollution, etc.

Ensuite, il y a comme un effet « épagneuls nains » : puisqu’ils sont là par la grâce des autres et n’empêchent pas la catastrophe frappant les populations, c’est qu’ils ne sont que des parasites ne pensant qu’à leur poste (et peut-être déjà à leur reconversion, carnet d’adresses rempli).

Typique est le scénario des deux uniques affrontements publics entre EELV et le gouvernement. Pascal Durand avait tiré les « conclusions personnelles » de son affrontement avec Hollande sur le contenu, fort médiocre, de la conférence environnementale. Mais les dirigeants du courant majoritaire (anciennement « Maintenant l’écologie », aujourd’hui prudemment rebaptisé « Pour un cap écologiste ») désavouèrent Durand : victoire pour le diesel, défaite pour le climat. Quelques jours plus tard, Cécile Duflot tente de redorer son blason en risquant le même affrontement à propos des déclarations de Valls sur les Roms. Hollande donne raison à Valls, et Duflot s’incline. La voie est libre pour l’expulsion de Léonarda.

Ce scénario est très général, même quand il est plus discret. Le gouvernement renonce à limiter l’agrandissement des porcheries, symboles du modèle productiviste (et perdant) de la Bretagne. Les élus et ministre EELV se taisent. La voie est libre pour l’insurrection des « bonnets rouges » contre l’écotaxe-poids lourds.

Je ne peux cacher ce que mon blog a de désespéré, après une vie militante vouée à l’alternative, à l’écologie. Je comprends, mais n’approuve pas, le renoncement de Daniel Cohn-Bendit, de Noël Mamère, de milliers d’autres partis en silence. Même si le prochain congrès de EELV désavoue la passivité de sa direction, les députés, sénateurs et ministres EELV sont là et resteront ce qu’ils et elles sont. En avril dernier par exemple, le « parlement des verts », le Conseil fédéral, avait voté une belle résolution appelant à « changer de cap ». La direction du mouvement s’est assise dessus : pas un tract, pas une affiche, un non-événement.

Donc le gouvernement qui est là restera ce qu’il est. Et c’est beaucoup plus grave. La France sera passée directement, au tournant décisif d’une crise encore plus grave que celle des années 30, de Pierre Laval, pivot des gouvernements de 1931 à 35, à Daladier, sans passer par la case Léon Blum. Après Daladier, ce fut Paul Reynaud, puis retour de Laval… mais en premier ministre de Pétain.

Peut-on enrayer la machine infernale ? La plaisanterie qui court sur l’attitude de Cécile Duflot, c’est qu’elle attend, pour démissionner en beauté et se présenter à la présidentielle de 2017, l’inauguration de l’EPR de Flamanville. Malheureusement, les nucléocrates n’arrivent pas à le construire !

Une suggestion : annoncer clairement que le prolongement de la vie des centrales à 50 ans serait un casus belli, et sortir dignement, sous les applaudissements, en cas d’arbitrage défavorable. Mais c’est de la science-fiction.

Reste que le rôle historique des femmes et des hommes ne dépend pas seulement de ce qu’ils ou elles sont, mais des circonstances. Léon Blum a pu accomplir ses réformes parce qu’il y fut contraint par la grève génrale avec occupations d’usines de juin 36. La France peut-elle espérer mieux de François Hollande, sans mouvement populaire, même pas pour la défense des retraites (pas grand monde à Paris pour le dernier baroud, où je représentais EELV) ? Simplement parce qu’une majorité de Français a déposé dans l’urne un bulletin de vote en mai 2012 ? Et les écologistes peuvent-ils s’enorgueillir de places institutionnelles acquises au prix de l’abandon de leurs combats, de leurs valeurs ?

Le grand mathématicien Henri-Léon Lebesgue, qui sous l’Occupation se trainait en chaise roulante jusqu’au Collège de France pour donner ses (merveilleuses) Leçons sur les constructions géométriques, y donna un jour en trois lignes une solution à un problème antique retravaillé par Descartes, solution apparemment brillante mais en fait creuse, « une transformation sans portée de l’énoncé même du problème » (p.14). Il commenta : « Il est toujours prudent de se méfier de la valeur réelle d’un résultat obtenu sans effort. »

****

À part çà : la routine, conférences (en Suisse, en Espagne, en région), animations de formation sur l’écologie politique, articles (ceux sur André Gorz et sur les emplois verts sont parus dans un recueil et une revue l’un et l’autres très intéressants). Et surtout, militantisme local.

En fait la préparation des municipales me bouffe presque totalement. Étant donné la ruine du prestige de EELV, équivalente à celle du PS, nous nous engageons dans une liste citoyenne très large, à base d’associatifs et de syndicalistes : L’Avenir à Villejuif. Dans la réalité, c’est Natalie Gandais qui conduit la liste avec l’accord unanime des « inorganisés », par la reconnaissance de son travail et de la justesse de ses propositions, selon la pensée mémorable d’un révolutionnaire chinois de l’ancien temps… Ce qui signifie concrètement qu’on se tape le gros du boulot.

Retour au terrain donc, avec en plus une série ininterrompue d’enquêtes publiques (Sdrif, CDT, SRCE, PDU, PLU…) pour lesquelles je rédige les contributions du groupe local, sur les conséquences, dans notre banlieue, du Grand Paris sarkozyste malheureusement endossé par le PS, et donc par la direction de EELV. Cela m’entraine à revisiter intellectuellement bien des thèmes de ma jeunesse, quand, jeune ingénieur-militant des Ponts et Chaussées, je me consacrais aux transports, au foncier, aux Zac, à la croissance des mégapoles et aux mutations de la division économique et sociale de l’espace. Ce qui se ressent dans mes articles et débats dans les médias… Il faudra un jour que j’en fasse un livre.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve487

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 18 contributions à ce blog.
  • La honte et l’effroi Pourquoi la prolongation de l’exploitation des réacteurs nucléaires à 50 ans serait-elle un casus belli si, même après Fukushima, la prolongation à 40 ans ne l’est toujours pas ?
    Mercredi 19 février 2014 à 11h00mn37s, par mariec (mariec@aliceadsl.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6613
    • La honte et l’effroi Où est-il parlé de casus belli ?
      Dimanche 23 février 2014 à 07h45mn44s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6614
      • La honte et l’effroi

        Eh bien, dans l’article du blog en référence. Je cite :

        " Peut-on enrayer la machine infernale ? La plaisanterie qui court sur l’attitude de Cécile Duflot, c’est qu’elle attend, pour démissionner en beauté et se présenter à la présidentielle de 2017, l’inauguration de l’EPR de Flamanville. Malheureusement, les nucléocrates n’arrivent pas à le construire !

        Une suggestion : annoncer clairement que le prolongement de la vie des centrales à 50 ans serait un casus belli, et sortir dignement, sous les applaudissements, en cas d’arbitrage défavorable. Mais c’est de la science-fiction. "


        Mercredi 26 février 2014 à 11h10mn13s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6615
        • Casus Belli Mais ça, je le rapporte comme une plaisanterie... ! Bon, il est vrai que la trahison du programme commun constitue en soi un casus belli, un "cas de guerre". Faut il entrer en guerre à chaque cas ? C’est toute la question. Je pense comme vous qu’il vaut mieux être clair au départ sur les lignes "absolument rouges" pour éviter que le guerre ne se déclenche par faute de jugement du partenaire. Une décision de "prolonger de dix ans de plus " (50 ans au lieu de 40 ans) ne peut pas constituer une ligne rouge car elle est réversible avant même d’être effective. L’ouverture de l’exploitation du gaz de schiste serait une ligne rouge ; le cas de NDDL en est moralement un, mais pas juridiquement, puisque EPR et NDDL étaient explicitement hors contrat. Le Conseil fédéral EELV vient de voter qu’il ne voterait pas le pacte de responsabilité, c’est alors au PS de préciser si ce serait une ligne rouge pour lui.
          Jeudi 27 février 2014 à 05h25mn42s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6616
  • Guillaume Duval sur l’affaire Snowden

    Bonjour encore,

    veuillez excusez l’esprit d’escalier, mais cet article de Guillaume Duval est tellement meilleur que le précédent (donnant l’impression qu’il s’agit de politique politicienne as usual) que je m’en voudrais de ne pas le partager

    Affaire Snowden : un traumatisme pour l’Allemagne, une chance pour l’Europe


    Jeudi 7 novembre 2013 à 14h09mn10s, par internaciulo (internaciulo@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6548
  • Des députés verts qui jouent intelligemment leur rôle !

    Merci pour votre franc parler

    Dire la vérité quand on ne peut pas faire grand chose d’autre est indispensable

    Pour ajouter une touche un peu optimiste, je voulais signaler que les députés verts font quelque chose de très utile... mais c’est ceux du Bundestag

    L’audition de Snowden en Allemagne : un cauchemar pour Merkel

    Et oui, à force de se résigner à Patriot Act, on avait oublié que certains pays avaient des lois très différentes telles que la Bundesdatenschutzgesetz


    Mercredi 6 novembre 2013 à 12h24mn26s, par internaciulo (internaciulo@gmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6547
  • La honte et l’effroi

    Je ne regarde pratiquement jamais les informations à la télé. Pourtant, hier soir, au journal de « France 2 », après les jérémiades des salariés bretons main dans la main avec leur patron, réclamant plus d’aides pour produire leurs poulets industriels, et moins d’impôts (en fait que ce soit nous qui payions les impôts à leur place), un reportage sur un éleveur de poulets heureux, dans le Gers. Les poulets gambadaient dans la nature. Cet éleveur, heureux, n’arrive pas à fournir ses clients tellement la demande excède sa production ! Des poulets "bio", bien sûr !

    J’en entends déjà dire que j’ai un comportement de RICHE, que le bio c’est pour ceux qui n’ont pas de problèmes de fin de mois. Je serai sévère avec « ces gens-là ». Car, à part ceux qui sont obligés de se nourrir aux « Restos du Cœur » (il faut que je leur envoie mon chèque, à propos) ou à « la Banque alimentaire », tout le monde peut manger "bio". Ceux qui prétendent le contraire sont ceux qui refusent de changer leurs habitudes – "Business as usual"…

    Notre repas de midi aujourd’hui ? C’est ici : http://bouffons.canalblog.com/archives/2013/02/04/26327 642.html


    Mardi 5 novembre 2013 à 03h00mn14s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6540
  • La honte et l’effroi

    Aîe aïe aïe ! J’aurais tant aimé ne pas être d’accord avec vous ! Car hélas ce que vous écrivez c’est ce que je pensais que vous écriveriez. À part pour la Bretagne.

    Non pas que je ne sois pas d’accord sur la Bretagne mais, et je vous le dis avec respect, votre explication n’est pas totalement limpide. Peut-être est-ce parce que la situation est particulièrement compliquée... Avant de vous lire, j’avais cru pouvoir résumer la question, comme beaucoup d’autres, d’ailleurs, par la phrase : "Je suis d’accord avec des taxes, des impôts pour pousser à la conversion écologique (ou pour tout autre problème) à condition que ce soit les autres qui payent et pas nous." Et cela sur tous les sujets, partout. Et le président et le premier ministre reculent sur tout.


    Lundi 4 novembre 2013 à 10h36mn15s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6539
    • Complexe Bretagne. Bonjour Joke. Oui , la situation est complexe en Bretagne, parce que deux système d’alliances sociales s’y chevauchent, sur la base des particularités de la Bretagne (région périphérique etc) J’ai encore simplifié en le résumant à "manif de Quimper = Medef + Fnsea" et "manif de Carhaix = Cfdt, Cgt, Confédération paysanne", mais l’UMB et le NPA (selon le Monde) étaient à Quimper avec les patrons…
      Mardi 5 novembre 2013 à 12h30mn43s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6542
      • Complexe Bretagne. Pour ce qui est de la Bretagne, le mieux c’est encore d’y aller...voir...car si les associations écolos y sont foisonnantes, elles n’aiment guère le parti officiel...en particulier depuis l’affaire de l’Erika...et le rôle grotesque qu’y joua notre ministre de l’époque, Mme Voynet...quant à comprendre le mouvement collectif....surtout celui des ex paysans...il faudrait reprendre leur histoire..l’invention des coopératives laitières ; les luttes contre le remembrement imposé...mais ce serait trop long... signé : une petite carhaisienne qui n’aime pas le mépris dont font preuve tous ceux qui nous prennent pour des particularistes périphériques
        Mardi 5 novembre 2013 à 19h57mn51s, par nicole Le Guennec (nleguennec@noos.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6544
      • Complexe Bretagne. de ce que j’ai compris, l’UMB et le NPA était à Quimper, mais dans une autre manif "pour ne pas laisser Quimper au patronat"...
        Mercredi 6 novembre 2013 à 04h47mn33s
        lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6545
      • Complexe Bretagne. Cher Alain, Je suis historienne-mais pas de la Bretagne...Seulement des "violences urbaines"..Pourtant je suis allée à Carhaix -ma ville de naissance-..Et Je reviens confondue par les propos de responsables "de gauche" dans la presse, qui jettent l’anathème sur la rébellion Bretonne ...Au nom de quelle morale ?..Les associations écologiques du Finistère sont nombreuses, et certes, le plus souvent indépendantes du parti officiel.. Heureusement..
        Mercredi 6 novembre 2013 à 07h32mn10s, par nicole Le Guennec (nleguennec@noos.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6546
        • Violente Bretagne ?

          Bonjour Nicole

          J’ai fait mes classes sur la violence en Bretagne pendant la "grève du lait" de 1971 aux cotés de Bernard Lambert (Loire Atlantique) et de la regrettée Marie-Renée Morvan (Finistère). Cette violence n’était pas de même nature que celle de A. Gourvenec et autres pseudo-jacqueries anti-impots qui perdurent jusque dans les années 2000 avec la quasi-bienveillance de Sarkovalls, alors qu’ils veulent passer au Karcher les Roms et la jeunesse des banlieues urbaines. Mais avec les Bonnets Rouges, on franchit un pallier macro-économique : les portiques détruits, les 800 millions à rembourser au "fermier général" et les 1,2 milliards de pollutaxe perdue, sans compter la pollution carbone (qui était quand même le sujet initial de l’affaire) devront être payés par quelqu’un, et je vois à peu près par qui…

          Je maintiens que ces subventions permanentes au productivisme breton (que ce soit les routes gratuites au lieu de trains, les autorisations permanentes d’extension des poulaillers et porcheries industrielles etc) ont tué la Bretagne en la spécialisant dans le modèle agro-industriel pour laquelle elle n’avait pas d’autres "dons" (dans les années 50-70) que le bas cout de sa main d’oeuvre paysanne, et la disponibilité des élites nationales et régionales à sacrifier son environnement.


          Samedi 9 novembre 2013 à 11h14mn21s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6549
        • Complexe Bretagne.

          Va-t-on demander aux éleveurs qui font un effort de qualité (par exemple les producteurs de porc de montagne en Auvergne, ceux de poulets bio ou labellisés dans le Gers ou ailleurs, les producteurs de fromage savoyards, etc.) de payer pour aider la majorité des producteurs bretons À CONTINUER À PRODUIRE LEURS POULETS ET PORCS INDUSTRIELS ?

          Comme si j’exigeais une aide pour payer mon fuel tandis qu’on taxera plus fortement mon voisin qui paye à crédit sa chaudière à granules...


          Samedi 9 novembre 2013 à 11h51mn19s, par Joke (joke@no-log.org)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6550
  • La honte et l’effroi

    Excellent cette analyse, Alain, mais désespérante aussi. Je partage tes opinions, le congrès EELV ? On est un parti d’élus et de personnes employées par les élus. Si rien ne se passe à Caen....La débacle.

    Amicalement

    Philippe Verts Strasbourg, Avenir Ecolo.


    Lundi 4 novembre 2013 à 09h34mn28s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6538
  • La honte et l’effroi

    Alain, je vois que toi aussi te rend au pessimiste de raison, et que tu ne vois plus qu’une solution possible : la sortie pour motif de "casus belli".

    Malheureusement je ne crois pas que ce soit possible. L’abandon de la fiscalité écologiste était aussi une "ligne rouge" à ne pas franchir... on sait ce qu’il en est devenu.

    Effectivement l’absence de mouvement populaire fort pour bloquer Hollande rend les choses terribles. Si la gauche convaincue avait les capacités de mobilisations du patronat productivistes bretons, ou mieux de la "manif pour tous" nous n’en serions certainement pas là. C’est le grand piège de la démocratie representative, et de la Veme république en particulier, que de laisser croire qu’il suffit de mettre un bulletin de vote pour que cela change...

    L’attitude lamentable des députés EELV et de l’aile gauche du PS s’abstenant sur les retraites alors qu’un vote contre – certes avec l’alliance de l’UMP, mais cela s’est déjà vu dans le passé – eût pu faire capoter le projet de loi et forcé le gvt à choisir : l’alliance avec la droite pour rallonger la durée du temps de travail ou le retour aux fondamentaux de la gauche qui sont la réduction et le partage du temps de travail. Mais non, l’aile gauche du PS et les ecolos sont sont pliés à l’abstention, en dépit de la motion du CF.

    J’ai toujours soutenu l’ecologie politique, et si je peux être tenté par l’"ecosocialisme" du PG, leur jacobinisme, leur alliance avec le PCF, et la personalité de leur principal tribun m’a toujours fait penser que choisir EELV était meilleur. Et voilà qu’EELV, qui a je pense les meilleures idées, s’englue dans une participation gouvernementale d’où elle ne peut se sortir... Je ne vote pas au municipale de 2014 (puisque je suis un émigré, et que je suis attaché au principe que pour les élections locale, on vote où l’on vit. D’ailleurs je serais aussi pour le même principe à toutes les élections, mais cela reviendrais, de facto, à me refuser de voter). Mais pour les Européennes quid ? Voter EELV et cautionner ainsi sa participation gouvernementale ? Voter FDG et renoncer à l’idéal d’une Europe Supra Nationale ?

    Reste pour moi la solution la moins pire : qu’EELV sorte. Je ne crois plus aux ultimatums et aux lignes rouges, je l’ai dit. En revanche, qui sait, l’aile "gauche" (ta motion, celle d’Eva Joly, Utopia) peut peut-être renverser la majorité actuelle, et acter qu’au bout d’un ans et demi, le compte de l’Accord PS-EELV non seulement n’y est pas, mais même va à contre courant. Et donc demander à ses ministres de quitter le gouvernement. Reste à voir comment ils réagiront. Risque de scission ? Je ne sais pas... peut-être...

    Mais si EELV sort, que ce passera-t-il ? Rien en terme de politique gouvernementale, ou alors pire. Un entrefilet du Canard de la semaine passée laisse entendre que Hollande voudrait virer les ministres écolo du gouvernement après les municipales. Ce qui laisse penser que leurs avis, il n’en a rien à faire. En revanche des perspectives pour 2017, pour virer Hollande (car après ces propos sur Leonarda, je ne pourrais voter pour lui, ni au premier, ni au second, puisqu’il n’a même plus cette humanisme). Et là il va falloir se battre. S’allier avec des gens avec qui on n’est pas d’accord sur tout (et d’ailleurs n’est-ce pas déjà le cas). S’allier avec un FDG qui localement peut s’avérer calamiteux (Villejuif...), mais avec qui l’on peut partager des combats communs (NDDL, a l’exception du PCF, Rennes...)

    Tu dis que l’on est passé de Laval a Daladier sans Leon Blum. On peut également penser que l’on est passé d’un Pompidou a VGE : même politique economique ou presque, politique migratoire qui se durcit (mais là c’est le choix pétrolier, Pompidou aurait fait de même), mais libéralisation sociétale. Or après VGE on a eu Mitterand... avec tous les reproches que les écolos peuvent lui formuler... mais tout de même.

    Triste situation, désepoir et très gros risque d’arriver de Marine Le Pen au pouvoir....


    Lundi 4 novembre 2013 à 04h58mn07s, par Maïeul
    lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6537
    • Que faire ? + sur VGE

      Bonjour cher émigré (en Suisse, quand même…)

      Le problème est qu’actuellement nous n’avons plus de solution, les raisons pour lesquelles nous étions « rentrés dans la salle des machines » gouvernementale pour y participer à la transition étant caduques : nos mécanos ne font pas leur boulot et laissent le capitaine foncer droit sur l’iceberg. Le scénario que je propose est « on s’en va » (en évoquant les centrales à 50 ans je ne propose pas une ligne rouge mais un justificatif : il en faut un et on a raté les précédents) « mais à regret ». C’est à dire que nous sommes disponibles pour revenir (car la crise ne nous attend pas) mais sur la base d’un vrai contrat avec des ministres résolus à s’y tenir.

      Un détail sur Pompidou et VGE : j’ai du mal à identifier Sarko à Pompidou (avec Chaban premier ministre, il fut le président le plus réformateur social de la période pré-81) et Giscard n’a pas représenté tout de suite le tournant libéral sur le plan économique (cela viendra avec Barre), il a réagit plutôt en keynésien à la crise des années 70 (cf http://lipietz.net/spip.php ?article724 ) En revanche l’analogie sur le plan de la morale sexuelle est juste. Quant à l‘immigration, ça commence sous Pompidou avec la circulaire Fontanet (cf http://lipietz.net/spip.php ?article2026 ). Cela dit le virage économiquement libéral de la seconde partie du septennat Giscard était sans doute écrit dans ses gènes… ;-)

      Bises


      Mardi 5 novembre 2013 à 11h59mn41s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6541
      • Que faire ? + sur VGE

        oui, l’analogie n’est pas tellement vraie sur le point économique. Mais sur le sentiment de changement. on change, mais sans vraiment changer...

        bises


        Mardi 5 novembre 2013 à 15h35mn55s, par Maïeul
        lien direct : http://lipietz.net/?breve487#forum6543
Calendrier des blogs
<< novembre 2013 >>
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
17/11: Le désaveu de la direction EELV : tournant dans la mandature ?
3/11: La honte et l’effroi
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: