Europe et écologie politique


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Dimanche 1er juillet 2007

Fin de semaine un peu éclatée : jeudi, réunions andines le matin, constitution européenne le soir, samedi, le point sur l’écologie politique.

CAN

Jeudi matin, deux réunions en même temps à Bruxelles, l’une sur la Bolivie où je dois intervenir, une autre où je suis invité, sur la Colombie.

La réunion sur la Bolivie est une présentation, au siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à Bruxelles, d’une étude sur la situation politique andine. On y montre, à partir d’enquêtes d’opinion, la conflictualité persistante en Bolivie, mais en même temps l’espérance populaire de parvenir à un accord. Je reçois des Sms de Coralie qui assiste à l’autre réunion, sur la Colombie : on y annonce la mort de 11 députés régionaux de Calli détenus par les FARC depuis aussi longtemps qu’Ingrid Betancourt, lors d’un affrontement entre les Farc et l’armée.

Je prends la parole pour expliquer que certes, il y a une conflictualité permanente en Bolivie (j’ai d’ailleurs intitulé un de mes blogs « Un peuple en grève contre lui-même »), mais finalement, avec l’Équateur, c’est l’un des deux pays de la Communauté andine où il n’y a pas eu de conflit armé, récent ou en cours !

Et je file à la réunion sur la Colombie, organisée par une ONG britannique, Justice for Colombia, à l’invitation de notre collègue socialiste anglais Richard Howitt. Rien que du beau linge : la fine fleur de la gauche colombienne, le président de la conférence épiscopale, et…Yolanda Pulecio, la maman d’Ingrid Betancourt !

Il s’agit essentiellement d’obtenir un soutien européen à la perspective d’échange humanitaire en Colombie, entre les prisonniers des Farcs et ceux de l’État. J’interviens pour rappeler le soutien du Parlement à une solution négociée, tout en soulignant à la fois le caractère extrêmement dangereux des tentatives de libération des otages par la force, et la nature criminelle de la prise d’otages elle-même.

En même temps, je griffonne une lettre au président de la république, Alvaro Uribe. Je la corrige légèrement après avoir eu connaissance de la version officielle : il n’y a pas trace, dans les communiqués militaires, d’un affrontement à la date et à l’endroit que disent les Farc. Peu importe : qu’il s’agisse d’une opération de libération par la force qui aurait échoué, ou que les Farc se soient affolées au passage d’une patrouille de l’armée, à partir du moment où le président Uribe a donné l’ordre de libérer les otages par la force, ce genre d’incident ne peut que se produire et se reproduire.

Je déjeune avec Yolanda, extrêmement préoccupée par ce qui peut arriver d’un jour à l’autre à sa fille, et avec Carlos Lozano, un des dirigeants du Parti communiste colombien, qui dispose encore d’un canal de correspondance avec les Farc et approuve tout à fait ma position.

MiniTraité

.

Le soir, à Paris, réunion avec l’Association Française des Juristes Démocrates, sur l’invitation de ma vieille amie Monique Chemiller-Gendreau. Comme ce sont des juristes, je suis venu avec tout mon matériel : les traités actuels (traités « consolidés » à l’issue de Maastricht, Amsterdam et Nice), le projet de TCE, la proposition Merkel, le mandat à la CIG du Conseil européen de vendredi dernier. L’autre intervenant est Anicet Le Pors, qui fut noniste.

Je fais un exposé assez technique pour expliquer à la fois l’intérêt que présentait le TCE, ce qu’on peut encore en sauver, et ce qu’on risque de perdre à la faveur de la conférence intergouvernementale au Portugal. Pour moi, il s’agit d’appeler du pied l’AFJD à suivre de très près ce qui va se passer.

Hélas, je me rends bien compte que, comme la plupart des intellectuels français, les juristes de l’AFJD, tout en se montrant relativement soulagés par le plan Merkel (qu’ils aient voté Oui ou Non !), ne semblent pas avoir l’intention de s’impliquer beaucoup dans cette bataille qui ne va durer que quelques semaines, et encore, pendant les vacances… D’ex-nonistes confient même qu’ils considèrent comme une victoire d’avoir fait tomber le mot « Constitution » (alors que la chose demeure une constitution, un ensemble de règles pour voter des lois). Ils sont peu soucieux de lancer des opérations de sauvetage pour des articles dont ils avaient feint, il y a deux ans, de ne pas voir l’intérêt, comme l’article III-122 sur les services publics. Il leur faudrait pour cela dire du bien de ce qu’ils avaient abhorré, et reconnaître par exemple que la Charte des droits fondamentaux représentait une considérable (mais encore insuffisante) avancée pour la solidarité et pour l’écologie. Une avancée qui mérite qu’on se batte, dans les mois qui viennent, pour la constitutionnaliser le plus fermement possible.

C’est peut-être le bilan le plus triste de toute cette histoire. Après s’être engueulés pendant tout le premier semestre 2005 sur une question que peu avaient comprise, faute d’avoir comparé systématiquement le traité actuel avec celui qu’on nous proposait d’adopter, tout le monde semble se rallier en détournant les yeux à une solution qui nous restituera sans doute 70% de ce que nous promettait le TCE, mais en déléguant la décision à de « plus sages que nous », les gouvernements.

Cette démobilisation des intellectuels, et en particulier des juristes, est très embêtante. Car le projet de « traité de réforme » qui sera discuté au Portugal sera beaucoup plus compliqué à analyser que le TCE. Le TCE (dans sa forme rédigée soumise au referendum) représentait en quelque sorte une version « consolidée » noir sur blanc. Qu’il y ait eu des intellectuels pour s’obstiner à faire peser la totalité de leur critique sur les articles de ce traité (essentiellement la troisième partie) qui ne bougeaient pas d’un mot entre le traité de Maastricht-Nice et le TCE relevait de la bévue pure et simple. Qu’on vote Oui ou Non, ces articles restaient strictement inchangés, et même doublement « sacralisés » (selon le terme devenu cher aux nonistes laïcs) puisqu’on les avait une première fois votés lors du referendum sur Maastricht, et qu’on les renforçait en refusant (par le Non au TCE) de leur adjoindre les articles du TCE qui pouvaient en limiter la portée…

Pourtant, c’est dans cette fameuse 3e partie qu’un grand nombre d’articles étaient modifiés, imperceptiblement pour un « primo lecteur », mais de façon décisive. Là où Maastricht-Nice disait « le Conseil adopte à l’unanimité les directives correspondantes », le TCE disait « la loi européenne déterminera, etc ». Ainsi, ces articles passaient du domaine de l’unanimité en Conseil (donc avec droit de veto de 27 gouvernements !) à celui de la majorité en co-décision avec le Parlement. Énorme avancée démocratique, qui n’était inscrite nulle part ailleurs que dans ces minuscules amendements de la troisième partie. C’est la raison pour laquelle les Verts n’avaient pas demandé, pendant la campagne des élections européennes de 2004, que la 3e partie soit supprimée ! Ils avaient demandé qu’elle soit mise dans une annexe, amendable à une majorité « surqualifiée », c’est-à-dire plus forte que pour une directive, mais moins forte que celle nécessaire pour modifier les parties constitutionnelles (parties 1, 2 et 4).

Ces avancées démocratiques n’étaient certes pas décelables à l’œil nu : il fallait avoir l’œil sur la version actuelle des traités issus de Maastricht-Nice. C’était assez facile si on lisait le TCE dans l’édition du Sénat, car celle-ci commentait, article par article, ce qui changeait par rapport à l’existant.

Le futur traité indiquera uniquement les modifications. Donc, quand un article de l’actuel traité (Maastricht-Nice) passera de l’unanimité en Conseil à la majorité et à la codécision, ce sera écrit. Quand un article gardera le même statut, on n’en parlera même pas, et personne ne s’en apercevra..

Donc, cet été, il va falloir re-vérifier, un par un, que les articles qui avaient été modifiés entre Maastricht-Nice et le TCE, seront bien re-modifiés, et dans le bon sens, par le futur Traité de Porto. Et pour cela, nous n’aurons que quelques mois… On aurait bien besoin que beaucoup d’intellectuels, juristes en particuliers, se joignent au travail !

EcologiePolitique

Le samedi matin, je ne me joins pas finalement aux deux centaines de Verts qui se rendent à Tours pour y discuter d’une rénovation dont j’avais cru comprendre qu’elle ne serait intéressante que si elle impliquait tout le mouvement. Car ce que nos sympathisants reprochent aux Verts, c’est d’abord de donner éternellement le spectacle de leurs divisions : « La Planète brûle et les Verts s’engueulent sur la réforme annuelle de leurs statuts ». Les Verts ont avant tout besoin de réformer leurs pratiques.

Je suis donc disponible pour répondre à des jeunes Verts, membres de Chiche, ou anciens jeunes Verts, qui m’ont invité, en compagnie d’Erwan Lecoeur, pour discuter de l’avenir de l’écologie politique. Je me retrouve tout à fait d’accord avec Erwan sur le risque important de « re-ONG-isation » de l’écologie politique, mais pas tout à fait d’accord avec les conclusions qu’il en tire.

J’explique que dans les années 70, quand l’écologie politique est devenue un thème « prophétique », il était normal qu’on ne distingue pas trop entre les cercles intellectuels, les associations, les micro-partis en formation. Puis, dans les années 80, s’est stabilisée une différence entre partis et associations. Il en fut de même pour le mouvement démocratique autour de 1789, et pour le mouvement socialiste au 19e siècle. La différence, c’est que l’écologie ne peut pas attendre : la crise écologique progresse de façon irréversible, parce qu’elle touche à la matière, à l’écosystème tel qu’il est remodelé, transformé par les rapports sociaux. Les écologistes n’ont pas le droit d’attendre, il leur faut agir et être « récupérés » par une majorité se joignant à l’action, le plus vite possible.

Or l’État a un rapport particulier à l’organisation de la matière (urbanisme, transports, modèles d’industrialisation et de consommation etc). L’écologie a donc particulièrement besoin de participer aux politiques publiques (locales, nationales, européennes, mondiales). D’où la nécessaire existence autonome d’un parti de l’écologie politique, distinct des associations qui, elles, doivent faire pression et négocier avec quelque gouvernement que ce soit. Ce parti de l’écologie politique doit essayer à tout prix d’arriver à mener des politiques publiques, le « à tout prix » (y compris avec les voix du Modem !) étant strictement conditionné aux politiques que ce parti arrive effectivement à mener, une fois parvenu aux affaires.

L’évolution, ces deux dernières années, en France, de la perception des risques écologiques (OGM, changement climatique) a fait sortir l’écologie de sa phase apocalyptique (« Dong ! dong ! c’est la fin du Monde ! Repentez –vous ! ») pour la faire entrer dans sa phase réformatrice radicale. Il faut FAIRE quelque chose, et ce « faire » est un impératif catégorique qui s’applique à l’État, fût-il aux mains de la droite, comme à chacun de nous.

Ce devoir d’écologie ne profite pas forcément au parti écologiste. Au contraire, il repose, sur une nouvelle base, la tentation d’un rapport « ONG exigeantes- État agissant ». D’où le phénomène Hulot et le choix de Juppé (« le meilleur d’entre eux ») comme premier « vice-premier ministre » de l’écologie.

Je ne crois pas que ce couple, laissé à lui–même (avec une écologie « politique non-politique »), ait plus de succès que l’anti-politique à la Vaclav Havel – György Konrad qui a échoué dans les années 80. L’écologie exige de telles transformations des politiques publiques qu’elle ne peut se contenter d’orienter « de l’extérieur » un pouvoir libéral-productiviste. Il lui faut aussi un parti candidat au pouvoir. Un parti qui n’ait pas d’intérêt distinct des autres écologistes, mais qui se montre le plus résolu et le plus conscient des intérêts d’ensemble du mouvement.

Cela implique que ce parti sache identifier les points de pression où une politique peut être efficace : local, national, européen, et donc sache être capable de se battre pour des pouvoirs locaux et transnationaux plus efficaces, sans attendre qu’ils soient parfaits.

Mais cela implique également que ce parti garde un rapport de quasi-consubstantialité avec les intellectuels et les associations de l’écologie politique : c’est ce que les Verts appellent la co-élaboration.

La re-ONG-isation de l’écologie à laquelle nous assistons aujourd’hui (avec le succès illusoire de l’appel Hulot) correspond à un changement de période : la fin de la période « apocalyptique » de l’écologie politique. Il ne s’agit plus de sonner le tocsin : l’opinion publique et même les médias français ont compris. Il s’agit donc d’être propositionnels, d’être les annonciateurs et les ingénieurs du monde à venir : démontrer que l’on peut s’en sortir. Et c’est là que les Verts ont failli.

Ce que je reproche aux Verts français, et en particulier à ce qui fut pendant 4 ans leur courant « de gauche » ? Pas seulement leurs scandaleuses querelles internes, étalées en permanence sur la place publique au détriment de la lutte commune pour « sauver la planète ». Mais je leur reproche aussi, dans la période récente, leur incapacité à stabiliser des relations avec les associations, l’abandon de la ligne de co-élaboration, et l’abandon, le 13 mai 2007, de la recherche d’une participation aux politiques publiques par des alliances de « gauche plurielle », et le ralliement d’une partie d’entre eux au Non (parmi lesquels des porte-paroles et secrétaires nationaux !!), c’est-à-dire le refus de faire de la politique publique à l’échelle européenne, qui est pourtant l’échelle la plus intéressante pour l’écologie politique.

Salope

En revenant en France, je découvre l’affaire d’État qu’est devenu le fameux « Salope » de Patrick Devedjian (fidèle de Sarkozy) à l’égard d’Anne-Marie Comparini (candidate du Modem en Rhône-Alpes). La presse et la télé s’étendent sur le terme. À mon avis, ce mot prononcé dans une conversation privée avec un tiers ne devient insultant que par ceux qui ont eu l’indélicatesse de le rendre public. Le vrai problème politique est de comprendre ce degré de haine envers une adversaire politique. Mais à ma grande surprise, personne n’explique cette haine de Devedjian pour Anne-Marie Comparini. Pour les jeunes, j’en rappellerai donc l’origine.

Patrick Devedjian, comme Madelin et quelques autres, vient de l’extrême-droite. Il incarne ce ralliement à la droite parlementaire de l’électorat du Front national à laquelle est parvenu Nicolas Sarkozy. Anne-Marie Comparini était une élue de droite au Conseil régional Rhône-Alpes en 1998. C’est de ce Conseil que Charles Millon s’était fait élire président, par une négociation post-électorale avec le Front national. Anne-Marie Comparini fut des quelques un-e-s qui, à droite, refusèrent cette honteuse alliance. Ayant repéré qu’il existait une majorité alternative entre ces quelques élu-e-s de centre-droit, la gauche et les Verts, un conseiller régional vert, Étienne Tête, trouva un vice de forme pour faire annuler l’élection de Charles Million, puis il proposa de confier la présidence de région à Anne-Marie Comparini avec le soutien de la gauche. Ce qui fut fait.

D’une certaine manière, Anne Marie Comparini anticipait de plusieurs années l’alliance à la Prodi entre le centre, la gauche et les écologistes contre Berlusconi… menace politique la plus sérieuse pour Devedjian et ses amis.

Photo TV Boy, sous licence CC

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve247

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 9 contributions à ce blog.
  • Sarkozy : "Je ne vous permets pas de me parler comme ça" Sarkozy, l’Europe, les cadeaux fiscaux et les médias en France : http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/26671 6.FR.php
    Jeudi 12 juillet 2007 à 17h34mn20s, par izq
    lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1722
  • avenir de l’écologie politique à propos de l’avenir de l’écologie politique, je suis frappé de la confusion entretenue sur le sens donné à ce terme. Je l’ai déjà écrit sur ce site (et sur mon blog : http://jseb.over-blog.fr/article-10945044.html), mais ça me semble encore plus frappant et embêtant dans le cadre des projets de refondation ou de rénovation. Parle-t-on de l’écologie politique comme projet politique global (cf vos livres) ou principalement (uniquement ?) comme projet de réponses "urgentes" aux défis écologiques (cf la tonalité de votre message du jour) ? Allons-nous continuer encore longtemps à ne pas admettre qu’il y a des citoyens préoccupés par les problèmes écologiques, qui aimeraient des politiques publiques incitatives (e tseraient prêts à les soutenir), mais qui ne partagent pas l’opinion des verts sur l’aménagement du temps de travail, sur les sans-papiers, sur les couples homosexuels, sur la désobéissance civile, sur les "drogues douces" etc. (et que, pour cette raison, le vote vert rebute) ?? Oui je sais, nous pensons qu’il y a une cohérence globale à tout cela. Mais je crois qu’il faut se décider : soit on fait une refondation sur les questions environnementalistes du "premier cercle" (qui font l’unanimité chez l’écrasante majorité des écolos) et on met de côté le reste (en expliquant qu’il y a urgence pour ces mesures là, tant pis pour le reste dans un premier temps), soit on fait une refondation sur les pratiques de fonctionnement des verts, en gardant le projet politique global, quitte à admettre et comprendre que tous les écolos ne le partagent pas (mais en expliquant que la cohérence de notre projet et de notre engagement est une garantie concernant les mesures strictement environnementalistes et faire remarquer que nous sommes le seul parti "généraliste" à mettre le "développement durable" au coeur même de notre projet). Or les projets de refondation ne me semblent pas clairs à ce sujet, et, à ma grande surprise, vous non plus sur ce dernier blog. Il n’est pas exclu du tout que quelque chose m’échappe, mais en attendant, ce flou commence à un peu m’exaspérer car je n’arrive pas à y adhérer tant que ce n’est pas clair. (pour info, je suis a priori partisan de la 2ème solution, même si j’aimerais que des convergences électorales strictement environnementalistes puissent se former ponctuellement)
    Dimanche 1er juillet 2007 à 16h07mn18s, par jseb
    lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1642
    • avenir de l’écologie politique

      Quand nous nous présentons à des élections, à quelque niveau que ce soit, nous avons à participer à des prises de décision, voter des budgets ou des lois qui concernent l’ensemble du champ politique, pas seulement l’environnement. C’est pourquoi il est indispensable que notre projet propose des réponses à l’ensemble du champ, y compris économique, financier, social, aux questions des libertés et de la solidarité, pas seulement avec nos voisins proches mais aussi avec les pays du sud.

      Evidemment, c’est beaucoup plus difficile d’expliciter l’ensemble du projet que de s’en tenir strictement aux questions d’environnement. Mais il se trouve que ces réponses, elles ont été construites depuis plus de 20 ans. Et que ce sont des réponses de gauche. Parfois très profondément transformatrices en comparaison du programme du PS. Cohérentes avec le projet de sauver la planète ET ses habitants, tous, en particulier les plus fragiles et les plus démunis. Quand on se présente à des élections, il faut qu’on puisse annoncer aux électeurs ce qu’on votera sur l’ensemble des projets qui nous serons présentés, et quelles propositions on portera en faveur des plus démunis et des plus fragiles.


      Mardi 3 juillet 2007 à 03h39mn18s, par natalie
      lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1648
      • avenir de l’écologie politique 100% d’accord, c’est pourquoi je me disais favorable à la 2ème solution (parmi les 2 que j’évoquais). Mais si on admet que tous ceux qui sont sensibles aux questions environnementales ne partagent pas notre analyse, il est illusoire de prétendre les rassembler dans un même parti refondé de l’écologie politique tout en conservant l’intégralité de notre programme... C’est pourquoi je pense qu’il faut arrêter de prétendre faire les 2 types de refondation en même temps. Et assumer que nous continuons à vouloir porter nos valeurs dans tous les domaines (avec un fonctionnement interne rénové), quitte à ne pas rassembler (tout de suite) les écolos qui ne partage pas tout notre programme, et à envisager plutôt avec eux des alliances plus ciblées et plus ponctuelles...
        Mardi 3 juillet 2007 à 14h42mn55s, par jseb
        lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1650
        • avenir de l’écologie politique

          Est ce que tu veux dire qu’il faut imaginer un parti à deux vitesses ??

          Avec des gens qui tiennent les fondamentaux et le programme global, et d’autres, plus "soft", qui tiendraient uniquement les partie "environnement" où ils se sentent plus à l’aise ??

          Parce que le problème est là, comment faire tout ce travail avec le peu de bras que nous avons, sans perdre tout ce temps à se disputuer... Rceonnaître les compétences de chacun-e-s et faire avec...

          Faudrait-il mieux formaliser, ordonner, distribuer les compétences ?


          Mercredi 4 juillet 2007 à 16h59mn49s, par natalie
          lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1652
          • avenir de l’écologie politique

            Hum... comme le dit Natalie et le montre mon blog, un élu écologiste « en situation » doit voter sur tous les sujets de la compétence de l’institution où il est élu. Il m’arrive (c’est le cas en ce moment) de travailler à deux rapports dont un législatif sur l’effet de serre, mais il m’arrive aussi de voter sur la constitution, de rédiger un rapport législatif sur les règles prudentielles et a surveillance des conglomérats financiers, etc. Donc le parti que l’élu représente doit avoir des clartés sur tout.

            Si « second cercle » il y a, il est justement associatif. C’est là que tous les écolos (plutôt tous les défenseurs de l’environnement) se retrouvent. Enfin, devraient… Car, sur les pièges du « triangle des risques énergétiques » , je connais beaucoup de spécialistes de l’effet de serre qui ont signé l’appel Hulot et qui sont pro-nucléaires.

            Donc deux cercles, oui : partis et associatifs. Mais deux processus ? Pas évident.

            - Que faire de CAP 21 par exemple ? ils sont un parti qui se présente aux élections comme nous, ont voté Oui comme nous mais pensent que la Turquie ne doit pas entrer dans l’Europe… Cela peut à mon avis cohabiter dans un même parti, d’autant que je crois que CAP 21 n’est pas très Sarko (si celui-ci avait offert un ministère à Corinne Lepage, là… ?). Il ne me paraît pas exclus a priori de leur proposer un « pole politique écologiste », comme nous l’avions fait avec GE..

            - Cela fait partie de la refondation des Verts (mais pour moi c’est avant tout une affaire de pratiques, pas de statuts) de nous ressourcer par des liens plus étroits, plus contractuels, avec les associations (dont beaucoup sont animées par des verts). Et là d’ailleurs on rencontre d’autres petits partis écologistes.

            Donc, deux cercles oui, mais le processus est aussi ouvert entre les deux cercles.


            Mercredi 4 juillet 2007 à 17h31mn41s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1653
            • avenir de l’écologie politique

              Bigre, suis-je si confus que cela pour que ni nathalie ni alain ne semblent me comprendre ? ;-) Est-ce le fait que j’essaie de présenter les 2 alternatives de façon objective qui empêche de comprendre les phrases où je précise laquelle des 2 je choisis ?

              Oui, moi aussi je pense qu’un élu (vert ou pas) doit voter sur tout ! C’est la raison pour laquelle je ne crois pas qu’il soit viable de prétendre rassembler dans un même parti (refondé) des gens qui ont des désaccord importants sur de nombreux sujets (économiques, sociaux ou sociétaux notamment), même s’ils partagent par ailleurs des préoccupations écologistes.

              Non, je ne propose pas un parti à 2 vitesses. Je souhaite un parti qui assume un projet de société global et cohérent (comme celui des Verts actuels, quitte à ne pas rassembler immédiatement tous les signataires du pacte Hulot), qui rénove peut-être son fonctionnement interne pour être plus efficace, plus lisible et plus attractif, et qui entretienne de bonnes relations avec les associations environnementalistes et les petits partis strictement écologistes (ce qui nécessite de ne pas prétendre que tous les écolos doivent être d’accord avec l’intégralité du programme des verts). Et j’imagine que de "bonnes relations" avec les partis strictement écolos pourraient par exemple prendre la forme d’accords/alliances PONCTUELLES (pas question de 2è vitesse) sur des mesures strictement environnemntalistes.

              Concernant Cap21, votre avis m’intéresse beaucoup : en quoi consistait (et consiterait) le "pole politique écologiste" qui a été proposé (et serait proposé) à GE (et à Cap21) ?? Merci de votre réponse (et plus généralement comme je ne prends pas la peine de l’écrire régulièrement : bravo et merci pour l’ensemble de ce blog !)


              Jeudi 5 juillet 2007 à 05h59mn04s, par jseb
              lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1654
              • avenir de l’écologie politique

                Je crois qu’en effet votre référence à la « tonalité de [mon] message du jour » (c’est à dire, d’après les onglets, Communauté Andine, Minitraité, ecologie politique et rôle de Comparini en CR Rhone Alpes), n’aidait pas beaucoup à comprendre ce que vous vouliez dire par « réponses "urgentes" aux défis écologiques » dont vous excluiez en fait le social et le sociétal (« l’aménagement du temps de travail, sur les sans-papiers, sur les couples homosexuels, sur la désobéissance civile, sur les "drogues douces" etc. »)

                Si j’ai bien compris vous trouvez que mon blog n’est pas clair sur « refonder l’écologie environnnementale ou refonder l’écologie politique » mais il était un peu difficile de voir où vous faisiez passer la ligne...

                Bon j’espère avoir un peu éclairci ma vision des choses.

                Sur CAP 21 c’est assez compliqué, ça ressemble au GE de Lalonde en plus petit. GE pesait un peu pus que les Verts électoralement jusqu’à ce que Lalonde se rallie à la droite et explose GE. En 2004, j’ai fait 7,5% en Ile de France contre 3,6 % à Corinne Lepage, et ce malgré de nombreux concurrent-e-s prestigieux sur des thèmatiques qui étaient aussi les notres : 1,5 à Taubira, Besancenot 2,78 %, Euro-Palestine 1,8 %, etc. On peut donc considérer que l’ecologie politique "pure" pesait (comme d’habitude à la proportionnelle, et avec pratiquement aucune extension vers d’autres forces alternatives et le handicap d’assumer sans faille le mariage gay qui a consommé 90% de notre temps CSA) environ 11 %, se répartissant à 2/3 Verts, 1/3 CAP 21.

                Bref, à GE en 1993 on avait proposé une alliance électorale (« le pole écologiste fort »), je pense qu’avec CAP 21 on peut sans risque de dérive proposer quelque chose de plus consistant : à débattre.

                Mais dans une telle discussion Verts-CAP 21 il me semble difficile de faire abstraction de nos rapports avec les associations, et réciproquement.


                Jeudi 5 juillet 2007 à 08h49mn21s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1655
                • avenir de l’écologie politique effectivement je n’étais pas clair... Merci pour votre réponse et votre persévérance !
                  Jeudi 5 juillet 2007 à 18h36mn42s, par jseb
                  lien direct : http://lipietz.net/?breve247#forum1657
Calendrier des blogs
<< juillet 2007 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
31/07: Mélanges de juillet.
14/07: Staliniens, fachos et cathos contre le référendum européen.
8/07: Plein le dos. Jacques Robin n’est plus.
7/07: Grenelle de l’environnement : les pieds-nickelés du houèbe.
1er/07: Europe et écologie politique
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: