Une semaine énergétique.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 12 mai 2007

Il m’avait fallu la nuit et la matinée du lundi pour encaisser et coucher sur mon blog le choc de la veille. ¡Ay qué terribles cinco de la tarde ! Mais déjà il faut repartir pour le Parlement européen, à Bruxelles, où m’attend une semaine très « énergétique ».

Energie

Mardi en effet a lieu le « premier échange de vues » sur le rapport que je dois présenter devant la Commission du commerce international (INTA) sur « Commerce et changement climatique ». Comme la rédaction de ce rapport sera précédée d’une mini audition prévue en juin, j’y reviendrai plus tard, mais vous pouvez déjà lire sur mon site mon intervention de ce jour, qui vous donne une idée de ce que sera mon rapport.

Et, après diverses rencontres de routine, mercredi est le grand jour de la semaine : mon « initiative » sur le palmier à huile. L’idée en est venue à la croisée de deux problèmes, le débat sur les agro-carburants, et ma dernière visite en Colombie où les représentants de l’Église m’avaient expliqué comment l’immense zone du nord-ouest de la Colombie, désormais contrôlée par les para militaires, est replantée en palmier à huile sur les terres des paysans expulsés et, en particulier, des communautés afro-colombiennes. On m’avait expliqué qu’il s’agissait d’un plan pour l’industrie automobile nord-américaine. Je l’avais d’abord pris pour une blague, puis je me suis rendu compte que cet arbre, d’origine africaine, devenait un véritable chiendent socio-écologique planétaire, dont la mise en culture industrielle dévastait déjà l’Indonésie et la Malaisie. D’où ce séminaire sur les « Arbres du mal ».

Les interventions sont absolument captivantes, elle seront progressivement introduites dans cette rubrique, en compagnie de la synthèse de Natalie sur les cultures industrielles, et un résumé du tout sera publié fin mai dans un insert spécial de l’hebdomadaire Politis.

Pendant ce temps, d’autres Verts investis dans le « triangle énergétique », qui s’activent depuis plusieurs mois contre le renouvellement du traité Euratom, présentent l’étude commandée à Mycle Schneider sur les accidents nucléaires depuis Tchernobyl, Risques résiduels.

Jeudi, on vote ! Pas grand chose de bien important, si ce n’est le rapport sur le cinquantenaire d’Euratom, plutôt louangeur. Évidemment, les Verts votent contre, évidemment il est largement adopté par les partis productivistes. Toutefois, nous avons réussi à faire passer un amendement demandant la convocation d’une conférence intergouvernementale chargée de procéder à la révision complète de ce traité. Le déficit démocratique autour d’Euratom est d’ailleurs critiqué dans le rapport.

Parallèlement, par une procédure de « déclaration écrite » (c’est-à-dire où le vote est obtenu en rassemblant des signatures sur un registre), les Verts poussent le Parlement à adopter une position pour le bannissement des ampoules à incandescence dans l’Union européenne.

Jean-Luc

Bref, une semaine très énergétique et très écolo, où le groupe Vert s’est littéralement déchaîné, se heurtant à l’opposition générale de tous les partis productivistes, centristes compris bien entendu.

C’est pourtant le jeudi de cette semaine-là que je prends, comme un coup de massue me cueillant au saut du lit, la nouvelle du départ de Jean-Luc Bennhamias pour le Mouvement démocratique de François Bayrou.

Vous trouverez ici la ferme déclaration de 3 eurodéputés Verts français, consternés par cette décision.

En 1986, alors que j’étais un intellectuel indépendant, un peu connu par le livre Choisir l’audace, Jean-Luc était venu me trouver pour conduire la liste des Verts en Seine St Denis. Ils étaient alors 3 verts dans ce département, et il y avait, cette année-là, élections législatives à la proportionnelle départementale (que la gauche avait d’ailleurs perdues un peu comme cette fois, mais la proportionnelle avait limité les dégâts !) Puis, avec Jean-Luc, nous avions aidé Dominique Voynet à sortir les Verts du « ni droite ni gauche » où Antoine Waechter les avait longtemps maintenus. On connaît la suite : les Verts durablement ancrés dans l’orientation progressiste où René Dumont avait cherché à fonder l’écologie politique en France, se hissant progressivement jusque dans les institutions...

Depuis quelque temps, je sentais bien que Jean-Luc n’était plus l’homme que j’avais connu. Beaucoup utiliseront son départ contre les Verts. Beaucoup l’utiliseront contre l’idée que les Verts peuvent s’allier aussi bien avec la gauche qu’avec le centre pour faire avancer les politiques publiques. Mais je dois dire que ce qui me consterne le plus, c’est que Jean-Luc, qui a parfaitement le droit de changer d’avis politique, mais fut élu comme Vert par les citoyennes et citoyens du sud-est français, n’ait pas eu l’honnêteté de rendre son mandat à la Verte qui le suit sur la liste européenne, Nicole Guilhaudin.

« Il vient un moment dans la vie où ceux qui ont survécu commencent à se sentir comme des fantômes qui ont oublié de mourir au bon moment », a écrit un romancier. Vient-il un moment dans la vie d’un parti politique où ceux qui sont restés loyaux commencent à se sentir comme de pauvres pommes qui ont oublié de trahir au bon moment ?

Enfin, « bon moment », on verra....

Législatives

Jeudi soir, je rentre à Villejuif où sont réunis les Verts de la 11e circonscription du Val de Marne (Arcueil, Cachan, Villejuif, Gentilly-ouest) pour la mise au point de notre campagne législative : je suis candidat, et Hélène Peccolo est ma suppléante.

Déjà, la fée Perline a commencé à monter notre site de campagne.

Vendredi après-midi, débat très intéressant au Salon du livre de l’Amérique latine à propos des gauches latino-américaines. Je « représente » la livraison de Mouvements que j’ai coordonnée. On tombe assez vite d’accord pour relativiser l’opposition traditionnelle dans la presse française entre gauche radicale et gauche modérée. Intéressante discussion sur cette nouveauté, l’irruption d’une gauche indigène, souvent plus écologiste, et qui se heurte à la gauche « blanche » beaucoup plus productiviste.

Je bavarde avec des écrivains latino-américains. « Pourquoi comparez vous Sarkozy à Thatcher et Berlusconi ? c’est un mélange de Menem et Berlusconi ! ». C’est vrai que la comparaison avec Menem (ex-président péroniste de l’Argentine) est frappante. Démagogie populiste, plus vulgarité de la France show-biz et biz tout court : le dîner avec le patronat au Fouquet’s le soir de l’élection, le jet privé et la « retraite » sur un yacht de luxe prêtés par le patron de la françafrique…

Et samedi matin, nous distribuons notre premier tract de campagne sur le marché de Villejuif.

Certains sondages nous donnent 1%... d’autres, de 5 à 6% ! J’espère que cette fois personne ne viendra nous enquiquiner avec les histoires de « vote utile ». Que ceux qui ont prêché le « vote utile » et imposé, au détriment de Dominique Voynet et de l’écologie, la candidate du PS (plutôt que Bayrou) contre Sarkozy, méditent un peu le bilan coût-utilité de leur brillante tactique…

Eh oui, une nouvelle campagne commence. Il sera sans doute assez difficile, compte tenu de l’incohérence stratégique et tactique du parti socialiste, de parvenir à contrer, par une majorité parlementaire « à la Prodi », socialiste-écologiste-communiste-centriste, la victoire de Nicolas Sarkozy. Mais ce n’est pas impossible. Et au moins, on aura essayé…

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve236

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 13 contributions à ce blog.
  • On connaît la suite... Puis, avec Jean-Luc, nous avions aidé Dominique Voynet à sortir les Verts du « ni droite ni gauche » où Antoine Waechter les avait longtemps maintenus. On connaît la suite :.... Bonjour Alain, moi, j’ai comme seul titre de gloire de t’avoir aidé à coller tes affiches à Villejuif, alors que nous ne partagions pas la même analyse sur l’avenir des Verts... (tu te souviens ?) On connaît la suite : comment peux-tu te vanter de cette erreur stratégique qui à réduit à rien (ou presque) les Verts dans notre pays ? Bien sûr, il y a quelques postes (Voynet sénatrice ! Souviens-toi de ce que nous pensions de cette institution et de son caractère démocratique il y a 20 ans !). Pour le reste, cet ancrage à gauche est un désastre. Nous l’avions craint, vous l’avez fait. Comment un parti qui a eu raison sur tout (malheureusement) peut-il en être là ? Hasta la victoria ! Michel KUTTLER
    Jeudi 24 mai 2007 à 09h06mn35s, par Michel KUTTLER (kuttler@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1590
    • On connaît la suite...

      Je crois qu’il faut bien comprendre deux choses.

      1. L’écologie, en France, tout les partis s’en fichent sauf les Verts, jusqu’à ce que la situation soit si détériorée que même les productivistes sont obligés de s’y mettre.

      2. Dans un système à dominance majoritaire, sans alliance, on ne fait rien . Même Bayrou avec ses 20% va nous le démontrer aux législatives.

      Donc, ou les Verts font des alliances, ou il n’y a pas de politique publique écologiste. Tout ce qui se fait de "vert" en région , dans les municipalités, à l’Europe, et même à l’échelon France de 1997 à 2000, est dû à la présence de Verts dans ces institutions, mais, sauf cas exceptionnels , ils ne le font pas tout seuls.

      Et mon expérience du PE , que je détaille sur ce bloc, est que nous, les Verts, quoique élus à la proportionnelle, donc sans alliance préalable, n’arrivons à faire passer des trucs qu’avec la gauche classique, parfois avec les centristes, presque jamais avec la droite.

      Je veux bien qu’on lance de grandes affirmations, mais la vie (et pas seulement ma formation scientifique) m’a appris que c’est l’expérience qui tranche (à la longue bien sur, car il y a toujours des exceptions).

      Donc, désolé, mais le peu qu’on aura pu faire on l’aura fait en appliquant cette stratégie.


      Jeudi 24 mai 2007 à 13h19mn35s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1591
      • On connaît la suite... Merci Monsieur le professeur, mais l’argument d’autorité est un peu court pour m’expliquer comment, avec des thèmes (OGM, climat...) soutenus à 80% par les Français on se retrouve à 2% dans les urnes. Je ne voudrais pas avoir l’air d’un donneur de leçons, de y-a-qu’à, faut-qu’on, mais j’ai quand même l’impression que le choix de la gauche était plus lié à la provenance des nouveaux militants des années 80 qu’à une analyse écologiste. J’ai été très amusé d’entendre Ségolène nous ressortir la promesse du débat sur l’énergie lors de la campagne ; c’est avec ce genre de choses que Tonton avait eu les voix des écolos en 81. On connaît la suite : record des bombes dans le Pacifique et standing ovation pour Hernu qui portait le chapeau dans l’affaire du Rainbow Warrior. Avec des amis comme ça, c’est sûr, on n’a pas besoin d’ennemis. J’espère sincèrement que les Verts sortiront un jour de leur aveuglement idéologique. Bien à toi. Michel KUTTLER
        Vendredi 25 mai 2007 à 03h19mn35s, par Michel KUTTLER (kuttler@free.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1592
        • On connaît la suite... A mon avis il n’y a pas d’autre autorité que l’expérimentation.
          Vendredi 25 mai 2007 à 05h38mn31s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1593
        • On connaît la suite... Michel, il est certain que le décalage que tu soulignes interpelle, moi y compris. Mais je me permets de te faire partager mes propres réflexions. D’abord, le projet politique des Verts (français et au delà) ne se résume pas à l’écologie (au sens "protection de l’environnement")- il est basé sur les valeurs de responsabilité, de solidarité et d’autonomie - et il faut reconnaitre que les autres aspects de notre projet de société sont loin d’être aussi acceptés. Alors faudrait-il se contenter de défendre les quelques mesures qui font consensus ? Et comment voteraient des députés écologistes "ni droite ni gauche" sur la question de PACS, des 35 heures, des sans papiers, de la fiscalité etc.. ils s’abstiendraient ? des députés de 2ne zone ? Ou alors, s’étant allié tantôt à la gauche tantôt à la droite pour obtenir des mesures écologistes, ils voteraient tantôt les lois de la gauche, tantôt celles de la droite, quitte à voter des lois contradictoires ? Je partage ton inquiétude mais je crois qu’un parti doit avoir un projet global, ce qui le rapproche idéologiquement (dans le bon sens du terme : en termes de valeurs ; rien d’aveuglant là dedans, bien au contraire !) de certains partis et l’éloigne d’autres. Par contre, je me demande aussi si, parallèlement et en conservant leur autonomie, les différents écologistes ne pourraient pas s’allier, ponctuellement, pour obtenir des mesures d’urgence. Cela serait plus facile dans un système proportionnel où chacun serait représenté à l’assemblée...
          Vendredi 25 mai 2007 à 16h27mn26s, par jseb
          lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1595
  • Une semaine énergétique.

    Bonjour,

    Pour ma part je peux très bien comprendre la position de Jean Luc Benhamias : le parti écologiste des Verts semble en pleine perte de vitesse eu égard a sa pauvre participation et représentativité justement aux politiques publiques françaises. Bien que n’étant pas féru de la chose politique, il faudra un jour m’expliquer ce que Mme Voynet a réalisé lors de son mandat de ministre, et hormis les actions et politiques d’urbanisme rencontrées sur Paris, on ne sait même plus si ce parti essaie d’exister en tant que parti sinon possède une vision d’avenir en ce qui ne concerne que les grands débats et orientations énergétiques. A suivre


    Dimanche 13 mai 2007 à 10h39mn31s, par Christophe LUX (citoyenresponsable@orange.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1568
    • Une semaine énergétique.

      Le bilan du ministère Voynet figure dans son livre par exemple, que je vous invite à découvrir, car les "orange" vont devoir se mettre sérieusement à l’écologie (en témoignent leurs votes cette semaine au parlement européen)

      Quant à M. Bennahmias, il a en effet le droit de changer d’avis. La logique, dans un scrutin de liste, est alors de démissionner de sa charge élective dont il ne partage plus les présupposés (c’est son droit) et de laisser la place à la personne qui le suit sur la liste, car celles et ceux qui l’ont élu à cette charge , qui ne sont pas daltoniens, avaient voté Vert et pas Orange.


      Dimanche 13 mai 2007 à 11h30mn49s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1569
    • à propos de JLBenhamias Pour la mienne (ma part !), je pense qu’il ne faut pas confondre alliance éventuelle et ralliement. Je ne rejette pas a priori l’idée d’une alliance avec le futur mouvement démocrate, pourvu que cette alliance permette aux verts de faire avancer leurs idées. Cette alliance pourrait d’ailleurs prendre différentes formes : alliance ponctuelle à l’assemblée pour faire passer un texte, alliance pour le temps d’un mandat sur la base d’un accord programmatique, etc... Dans ces cas de figure, les Verts gardent leur autonomie, cad qu’ils persistent à défendre leur projet de société, même s’ils acceptent des compromis pour le faire avancer. Mais je ne vois pas ce qui justifie un ralliement qui, par contre, revient à diluer son projet dans celui du MD (qui sera très vraisemblablement assez différent de celui des Verts, c’est le moins qu’on puisse dire !!), sans possibilité de faire progresser ses idées. Pour ce qui concerne l’utilité des Verts : 1) le bilan de Voynet, pas si mauvais : renseignez vous, a été limité par le poids électoral des verts à ce moment là : les affaiblir en les diluant dabs le PS ou le MD ne me semble pas plus efficace. 2) Paris n’est pas la France ; j’ai habité Lyon et j’habite Nantes ; rien que dans ces 2 villes, l’empreinte des verts est plus que visible ; 3) consultez le programme détaillé des Verts et vous verrez qu’ils ont bien une vision d’avenir sur les questiosn énergétiques.
      Lundi 14 mai 2007 à 04h13mn59s, par jseb
      lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1571
    • Une semaine énergétique.

      « la pauvre participation et représentativité justement aux politiques publiques françaises »… Je m’étrangle en lisant cela : La politique en France n’est plus à l’AN (mai 1968 l’avait compris) mais à Bruxelles et dans les communautés d’agglo (même plus donc dans les communes) et surtout dans les régions…

      Royal l’a compris : « plus le Poitou Charente que la moiteur bourbonienne… »

      Nous sommes les seuls à porter la lutte contre le réchauffement climatique dans notre discours politique concret : ce sont les petites mesures que nous arrivons à faire passer dans les conseils régionaux et qui paraissent si naturelles aujourd’hui aux citoyens : refus de toute aide à la route, refus du tout nucléaire, avec plus ou moins de succès lycées HQE, aides à l’installation de panneaux solaires .. avec beaucoup de succès et dans tous les conseils régionaux et les quelques conseils généraux où nous avons des élus…

      Oui les Verts existent, ont des idées qu’ils savent faire prendre en compte dans les politiques locales (mais le local aujourd’hui dans une région comme l’Ile de France c’est égal au national en Belgique !

      Le seul problème quand on est une élue verte, c’est qu’il faut être encore meilleure que les autres pour ne pas être cantonnée à l’environnement (pourquoi dés qu’il s’agit d’espèces verts on se retourne vers moi dans les CA alors que le rôle de l’impôt dans la redistribution des richesses et du bien-être m’intéressent bcp plus ?)

      Donc, être élu vert c’est d’être toujours plus performant, être toujours en avance sur les connaissances des autres élus… C’est épuisant et certains, comme Jean-Luc que j’appréciais pourtant beaucoup, n’en peuvent plus surtout quand ils oublient un vieux principe vert : le cumul des mandats, dans le temps et dans l’espace est mauvais pour la démocratie (et la santé)

      On se fatigue vite à être des Cassandre et la perspective d’un lit douillet, même orange, chatouille certains Verts !


      Lundi 14 mai 2007 à 05h06mn06s, par hélène LIPIETZ, Conseillère régionale Ile de France
      lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1572
      • Europe et Communautés d’agglo

        Parfaitement d’accord jusque dans le détail avec Hélène...

        J’ajoute une remarque : les exemples qu’elle donne (sauf un) sont des cas où la représentation démocratique se fait à la proportionnelle. Dans les élections à scrutin majoritaire les Verts doivent s’allier, au risque de se satelliser, ou disparaitre (et le Modem, s’il ne fait pas d’alliance, va vite s’en rendre compte).

        Pour juger l’action des Verts dans les institutions, il faut qu’ils y soient et ça ne dépend que de deux données : le vote des électeurs et le mode électoral. Une de trop...

        Un mot sur les communautés d’agglo. Contrairement aux communes, elles ne sont pas dirigées par une instance désignées au scrutin direct et proportionnel, et c’est le grand reproche que nous avons fait à la loi Chevènement. En fait, Chevènement a transposé au local "son" modèle européen, celui qu’il a défendu explicitement en votant Non (et il fut le seul à avoir l’honnêteté de la faire pendant la campagne, Védrine ne le fit qu’après coup) : l’intergouvernementalité.

        Les Communautés d’agglo sont dirigées sur le modèle du Conseil européen, nous rêvons, nous, de les faire élire comme le Parlement européen.


        Lundi 14 mai 2007 à 15h08mn40s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1574
        • Europe et Communautés d’agglo Tout à fait d’accord avec vous et Hélène Lipietz jusque dans les détails. Je n’ai cependant pas trouvé (mais je n’ai peut-être pas bien regardé, c’est tout à fait possible) dans les documents publics des verts de mention concernant les révisions de la loi Chevènement ? (ce qui n’est pas rien, étant donné ce qu’on pouvait imaginer en matière de politique tant intérieure qu’européenne du retour d’un Chevènement au premier plan de la politique nationale)
          Mercredi 16 mai 2007 à 01h13mn21s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1576
  • Une semaine énergétique. Salut Alain, Avec les paramilitaires on peut vraiment s’attendre à tout. Dès demain je retiens le numéro de Politis chez mon marchand de journaux ! Si tu as un article en espagnol sur le sujet, ou ne serait-ce qu’un lien, je prends aussi.
    Samedi 12 mai 2007 à 11h36mn54s, par Joëlle Tomasini (tomasinijoelle@hotmail.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1564
    • Une semaine énergétique.

      Bonjour Joelle

      Ce qui est prévu c’est que ce site publiera les textes (ou vidéo) des contributeurs/trices dans leur langue originale (français, anglais ou espagnol) et que Politis sera en français. javascript:emoticon(’smiley’)


      Samedi 12 mai 2007 à 13h03mn34s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve236#forum1565
Calendrier des blogs
<< mai 2007 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
26/05: Europe : la nouvelle bataille constitutionnelle
19/05: CAN. FFFF.
14/05: La rupture Verts/PS
12/05: Une semaine énergétique.
7/05: Ah, quelles terribles 6 heures du soir !
5/05: La manip du Parisien
4/05: Le duel.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: