Les paradoxes du souverainisme andin


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 22 mars 2007

Mercredi après midi, retour à La Paz, canyon creusé dans l’Altiplano à 3700 mètres d’altitude. Presque toutes les réunions qui suivent vont désormais tourner autour de l’accord Europe - Communauté andine.

Gaby domine La Paz

Solon

Le débat commence très fort : une rencontre avec le ministre adjoint du commerce extérieur, Aldo Ruiz, l’ancienne ministre adjointe des Affaires étrangères, Maria Luisa Ramos, et surtout Pablo Solon.

Pablo Solon fut le théoricien et le principal animateur de la grève de Cochabamba contre une firme nord-américaine qui avait pris le contrôle de l’eau : premier grand mouvement populaire à l’origine de la victoire d’Evo Morales. Pablo anime aussi la Fondation Solon, et a été nommé ambassadeur spécial pour les négociations avec l’Union européenne.

Je commence en exposant la position de l’Union européenne telle qu’elle a été définie par le Parlementet par la Commission : "l’Union européenne travaille à l’unité et non à la division de l’Amérique du Sud, elle négociera de bloc à bloc (c’est-à-dire avec la CAN et le Mercosur, et si possible la Communauté Sud-Américaine des Nations quand elle existera) car nous recherchons un monde multipolaire où l’on discute entre égaux, contrairement aux États-Unis qui préfèrent négocier bilatéralement de fort à faible. Dans l’accord UE - CAN, nous sommes prêts à reconnaître l’asymétrie entre les deux partenaires, et même les différences entre les pays de la Communauté andine. Cet accord d’association ne sera pas un accord de libre échange (ne serait-ce que parce que l’Europe n’acceptera pas le libre échange avec les bananes équatoriennes et colombiennes), mais un accord à trois piliers, avec des aspects commerciaux, des aspects de coopération pour le développement, des aspects de coopération politique pour des Droits de l’homme et la défense de l’environnement."

Pablo Solon prend la parole et explique très fermement : "Nous remercions l’Union européenne qui, en nous proposant un accord d’association, a sauvé la Communauté andine quand le Venezuela l’a abandonnée, et nous apprécions qu’elle nous propose une négociation de bloc à bloc. Mais la CAN est très profondément divisée entre le Pérou et la Colombie, ultra-libéraux, et l’Équateur et la Bolivie, qui recherchent un développement alternatif. Vous ne pouvez donc pas nous proposer la même chose. Quant à nous, dans cet accord, nous ne voulons discuter ni de la propriété intellectuelle, ni de la protection des investissements étrangers, ni des marchés publics, ni d’aucun des services."

Léger flottement parmi les Européens. Le socialiste Corbett s’étonne : « Mais pourquoi n’ouvrez-vous pas les négociations sur l’ensemble des chapitres, quitte à refuser de signer des articles qui vous sembleraient défavorables, puisque de toute façon nous acceptons qu’il y ait des différences entre les pays ? »

J’enchaîne de façon plus théorique : « Je comprends que la Bolivie ait une expérience récente de la lutte contre le néo-colonialisme, où la récupération des richesses naturelles nationales (comme le gaz) a joué un rôle décisif. En ce sens, le nationalisme a joué un rôle progressiste. Mais quand vous voulez vous battre contre une division du travail imposée par la globalisation, vous avez intérêt à négocier dans un cadre multilatéral. Car si le nationalisme est progressiste dans la lutte contre le néo-colonialisme, il équivaut au néo-libéralisme dans la nouvelle division internationale du travail.

Par exemple, l’appel des peuples indigènes à la Constituante vous demande de protéger leurs droits sur la propriété intellectuelle de la biodiversité. Alors, supposons que nous négociions avec les trois autres pays sur la propriété intellectuelle du savoir sur la biodiversité. Le Pérou et l’Équateur, qui ont une haute expérience de la négociation en la matière, vont certainement exiger une forte rémunération des droits d’accès à leur biodiversité et à leurs savoirs indigènes. L’Europe est sans doute prête à la leur accorder. Mais supposons que le Pérou vende à une firme pharmaceutique européenne l’accès à une plante existant aussi en Bolivie. Vous vous retrouverez écartés, de votre seul fait, de la rémunération de l’accès à cette plante.

Inversement, l’Europe est prête à négocier une conception large de l’accord de Doha sur la production de médicaments génériques par les pays du Tiers monde. L’enjeu de cette discussion n’est pas de savoir si on a le droit de produire localement, mais de savoir si un pays du Tiers monde a le droit de se fournir en médicaments génériques dans un autre pays du Tiers monde. Là encore, si vous vous tenez en dehors de l’accord, vous ne pourrez pas bénéficier des productions de médicaments sous licence obligatoire du Brésil ou de la Colombie.

Quant aux services, je comprends très bien qu’après votre expérience, vous refusiez absolument de négocier sur l’eau. Mais sur d’autres services publics comme la santé, vous auriez intérêt à négocier un accord de coopération avec l’Europe." Maria Luisa intervient : "Mais la santé n’est pas un service, c’est un Droit de l’Homme. - Certes, mais un droit qui n’est pas garanti par un service public reste un droit abstrait. Vous auriez intérêt à négocier, au chapitre de la coopération, une aide au développement du service public de santé".

Nos interlocuteurs, qui me connaissent et respectent mon engagement tiers mondiste, sont un peu ébranlés. Pablo Solon me dit : "Je suis totalement d’accord, théoriquement, avec toi, Alain, mais nous craignons d’être embarqués dans une négociation où les deux pays libéraux (Pérou et Colombie) nous mettront devant le fait accompli et nous obligeront à signer des choses avec lesquelles nous serions en désaccord. Surtout que l’Union européenne exige un négociateur unique". Je réponds : "Mais vous n’aurez pas avant longtemps de meilleurs alliés que le Secrétaire général actuel de la CAN, Freddy Ehlers, et la ministre actuelle des affaires étrangères de l’Équateur. Je vous le répète, puisque l’Union européenne respecte les différences à l’intérieur de la CAN, vous pourrez toujours, en fin de négociation, émettre des restrictions sur tel ou tel chapitre".

Le lendemain, nous rencontrons la contrepartie "mouvements sociaux" du discours de la veille, justement au siège de la Fondation Solon. Là se réunit la coordination de toutes les associations altermondialistes du pays : le « Mouvement Bolivien pour la Souveraineté et l’Intégration Solidaire des Peuples » (ouf !), qui s’assigne pour but de « protéger la Constituante contre les Accords de Libre-Échange ». Ils tiennent exactement le discours de Solon, en encore plus radicalisé, critiquant même les subventions « aux vaches européennes ». Je leur réponds point par point, comme j’avais répondu la veille à Pablo, que leur intérêt est bien de discuter avec l’Union européenne de bloc à bloc. Quant aux subventions de la PAC, j’explique qu’il ne s’agit pas de subventions aux vaches, mais au revenu paysan, et que, en tant que défenseur de la souveraineté alimentaire, je ne vois pas de député européen progressiste qui pourrait s’y opposer. Nous nous battons contre les subventions à l’exportation, pas contre la stabilisation des revenus paysans. Là encore, mes explications rencontrent un certain acquiescement, avec un point dur parfaitement compréhensible, celui de l’eau.

J’apprendrai pendant le séjour, en discutant avec des membres du corps diplomatique européen, que cette méfiance prend son origine dans la diffusion d’un premier brouillon du mandat de négociation de l’Union européenne avec la CAN qui prévoyait... la privatisation du service de l’eau ! Et ce texte semble avoir été diffusé la semaine même où la Suez, chassée de La Paz et d’El Alto par le mouvement social, quittait la Bolivie. Pas très malin.

Officiels

Le mercredi soir justement, rencontre avec le corps diplomatique européen. Beaucoup d’ambassadeurs, y compris leur président en exercice, c’est-à-dire l’Allemand, semblent sous le charme d’Evo Morales et du mouvement social dans le pays. L’attachée de coopération danoise est particulièrement chaleureuse et intelligente dans sa défense du mouvement indigène. Les deux sceptiques sont curieusement l’Espagnol et plus naturellement l’Anglais. Ils ont des doutes sur la réussite de la Constituante, mais aussi sur la dynamique d’isolement dans lequel la Bolivie risque de s’enfermer. Elle proclame sa volonté de faire la Communauté sud-américaine, et c’est vrai que depuis la conférence de Cochabamba pour la relance du processus initié à Cusco, elle assume la présidence du groupe de travail pour la relance de la Communauté sud-américaine. Mais à force de demander des exemptions partout, au nom de sa souveraineté, elle fait le jeu du morcellement de l’Amérique latine entre petits pays négociant des accords avec les grandes puissances, anciennes (États-Unis, Europe) ou émergentes (Chine, Inde).

Le Britannique est particulièrement sceptique envers le petit jeu que mène la présidente chilienne Michèle Bachelet à l’égard du Pérou au sujet de l’accès de la Bolivie à la mer. Selon lui, le Chili « ballade » la Bolivie.

J’en discuterai avec d’autres diplomates. Ils sont un peu plus optimistes. Le Chili semble vraiment vouloir échanger un accès de la Bolivie à la mer contre... des territoires boliviens riches en eau douce, échange qui n’est peut-être pas très favorable à la Bolivie, mais celle-ci y tient ! Ce qui est sûr, c’est que la haine du Chili encore virulente il y a trois ans s’est considérablement estompée, un peu comme aujourd’hui entre la Grèce et la Turquie... Ce vendredi sera justement célébré le "Jour de la mer", c’est-à-dire la fête nationale célébrant la perte de l’accès à l’océan lors de la Guerre du Pacifique et la volonté de le récupérer. Eh bien, à cette occasion, Chiliens et Boliviens feront des cérémonies communes !

On fête la perte du Pacifique

La rencontre avec le président du Sénat (opposition de droite) nous replongera dans les débats bolivo-boliviens sur la Constituante. Mais celle que nous avons avec le président MASiste de la Chambre des députés, Edmundo Nodillo, accompagné du président de la commission des affaires étrangères (l’ancien candidat à la présidence du MNR, Michiacki Nagatani) et de la vice-présidente de l’intergroupe des affaires indigènes, est beaucoup plus intéressante. Avec Nodillo (un personnage modeste et sympathique, au verbe clair et à la pensée précise, et dont on murmure qu’il pourrait très bien être le successeur de Morales), les choses se précisent. Oui, ils veulent un accord Union européenne-CAN, différencié mais à partir de bases communes, et finalement, le seul problème sur lequel il faut s’attendre à des réserves de la part de la Bolivie, c’est bien sûr l’eau.

Choquehuanca

La discussion avec le ministre des relations extérieures et du culte, David Choquehuanca, confirme largement cette impression. Mais le plus surprenant dans cette rencontre est que c’est l’aspect "ministre du culte" qui va dominer ! David Choquehuenca nous explique avec passion que la Bolivie cherche un modèle de développement rétablissant l’harmonie avec la Pachamama (la Terre-Mère). "Vous voulez un modèle qui vous permette de vivre mieux, nous, nous voulons un modèle qui nous permette de vivre bien". Phrase magnifique, mais j’objecte malicieusement : "La mine Mutùn, c’est une façon de vivre bien ou de vivre mieux ?" La mine Mutùn est cette montagne de fer, tout à fait au Sud de la Bolivie, à l’entrée du Pantanal, concédée à une firme indienne. L’ouverture de cette mine fait évidement courir des risques écologiques formidables à la région. David marque un moment d’hésitation, et concède qu’aussi bien les mines que le tourisme doivent respecter la Pachamama.

Facile à dire... Je sais bien que dans toute la zone andine, la grande richesse, c’est l’exploitation minière, et la hausse du prix des matières premières qui a quasiment triplé le revenu par tête au Pérou. C’est elle aussi qui provoque des luttes incessantes de la population contre ces mines. Le jour même d’ailleurs, le président de l’Équateur, Rafael Correa, vient de "mettre en garde le pays contre une guerre civile entre la population et les entreprises minières".

Or, il est de plus en plus clair que la gauche bolivienne est, encore plus nettement qu’au Venezuela, déchirée entre une tendance indigéniste et respectueuse de l’environnement, et une tendance productiviste exportatrice, visant à l’enrichissement du pays et à la redistribution vers les classes populaires de la rente minière selon le modèle vénézuélien. D’ores et déjà, la "nationalisation sans expropriation" - comme ils l’appellent - du gaz bolivien, qui se solde par une appropriation de quelque 80% de la rente gazière par l’État, contre seulement 20% auparavant (sans qu’aucune entreprise ne quitte le pays), a provoqué un soudain enrichissement de l’État qui ne parvient même plus à dépenser son argent (7% d’excédent budgétaire !). La Bolivie, comme le Pérou, se désendette financièrement, mais ne court-elle pas le risque de s’endetter à l’égard des générations futures ? Seule justement cette sagesse indigéniste peut mettre un frein aux tentations productivistes.

Mines, coca

A propos de mines, nous avons tenu à rencontrer les représentants des coopératives minières de la région de Huanani (région d’Oruro). C’est là qu’à eu lieu l’an dernier un terrible affrontement, avec des morts, qui a fait un moment chuter la popularité d’Evo Morales.

Ces mineurs que nous avons en face de nous ont longtemps fait partie de l’aristocratie ouvrière salariée de la Bolivie. Avec les privatisations de la décennie précédente, ils sont devenus une sorte de classe errante de quelques 50000 mineurs coopérateurs, un peu comme les mineurs du moyen âge japonais du film Princesse Mononoke de Miyazaki. Il y a même une sous-classe représentée ici : les femmes, pour la plupart veuves ou répudiées, qui errent de mine en mine, offrant leurs services d’auxiliaires. Ces mineurs nous exposent leur douloureuse situation, et expliquent les causes de l’affrontement par leur volonté d’accroître la part de terrain qui leur est concédée face à la part exploitée par l’entreprise d’État. C’est une autre dimension des problèmes que la Bolivie devra affronter dans son développement minier : réintégrera-t-elle dans les grandes entreprises minières cette classe de mineurs coopérateurs, ou bien négociera-t-elle avec eux une part du gâteau ? Et si les mines se terminent ou en tout cas se mécanisent, que faire d’eux ?

Les mineurs

Autre discussion, en marge de cette journée surchargée, avec notre ami Edgar Arce Rudon, que nous avions rencontré en 2005, à propos de la coca. Le débat n’a pas beaucoup avancé, mais il est clair qu’un compromis s’esquisse entre Evo et sa base sociale originelle, les cultivateurs de coca du Chiapare, dont il fut jadis le dirigeant syndical. Il consisterait en ceci : une fois garanti aux cocaleros actuels le droit de cultiver un certain quota de feuilles de coca, on pourrait les associer à la lutte contre le développement des cultures illégales à la solde des narco-trafiquants. Reste une question : que faire de cette production de feuilles de coca manifestement en excès par rapport à la consommation intérieure de maté de coca (l’excellente boisson traditionnelle, qui permet de supporter l’altitude) ? Là, l’Union européenne pourrait sans doute aider, avec son expérience de la gestion des stocks en excédent de sa politique agricole ! Finalement, cela coûterait moins cher à l’État et la communauté internationale de racheter ce quota et de faire n’importe quoi de ces excédents (l’OMS travaille à chercher quoi…), voire de les détruire, que de s’acharner en politiques d’éradication totalement inefficaces.

Evo

Et pour finir, la rencontre officielle avec le président Evo Morales. Il est accompagné de son vice président et idéologue Alvaro Garcia Linera, qui ne dira rien, et d’un jeune membre de sa cellule diplomatique, Olivier Fontan... prêté par le corps diplomatique français !

La nouvelle veste d’Evo
Discussion, texte en main
Evo, Alvaro, Olivier

Evo, veste et cheveux de mieux en mieux coupés, nous accueille avec une joie quasi enfantine. Il nous avoue que pour lui, la visite au Parlement européen fut la consécration presque définitive, et que notre visite vient la confirmer. Je lui rappelle tout de même que nous n’avions pas attendu son élection pour nous intéresser à lui, et que je l’avais déjà rencontré à Cuenca. Le discours d’Evo Morales semble aussi chaleureux et décousu que celui d’Hugo Chavez. Mais au milieu de mille anecdotes (souvenirs de son enfance et de ses luttes, premières visites des médecins cubains qui opèrent les paysans de la cataracte…) émergent deux thèmes précis : 1) Nous négocierons aussi longtemps que possible au sein de la Constituante pour arriver à un consensus à 2/3 des députés, mais, faute de consensus, nous soumettrons la question au peuple ; 2) Nous voulons négocier avec l’Europe de bloc à bloc (sans aucune allusion à quelque opt-out que ce soit de la part de la Bolivie).

De toutes les discussions, il semble donc ressortir une véritable volonté de la Bolivie d’aider à la promotion de l’unité sud-américaine en s’appuyant sur la sympathie de l’Europe et sur sa double participation à la Communauté andine et au Mercosur. Les réserves qu’émettra la Bolivie portent essentiellement sur des questions de souveraineté nationale tournant autour de la gestion des richesses naturelles, eau et gaz.

A défaut, la Bolivie se repliera sur l’accord à trois avec l’Équateur et le Venezuela, dans le cadre de l’ALBA (Alliance bolivarienne des Amériques). Et encore ! Les diplomates boliviens ne nous cachent pas leur agacement à l’égard de l’Équateur, où la pratique des hauts fonctionnaires ne suit guère les discours du président et de la ministre des affaires étrangères. Quant au Venezuela, jeudi, il vient de décider qu’il n’importerait plus de produits qui pourraient être fournis par l’économie vénézuélienne elle-même ! Et les producteurs agricoles boliviens sont parmi les principales victimes de cette mesure protectionniste.

La gauche sud-américaine, et en particulier son aile la plus radicale, est décidément au carrefour : écartelée entre la reprise pure et simple du discours développementiste des années cinquante, (aujourd’hui incarné par Cuba et le Venezuela : exportation des matières premières + substitution d’importations) et le choix, enfin, de construire l’unité économique et politique du continent, comme l’a fait l’Union européenne il y a un demi siècle. Evo Morales, du haut de son petit pays perché sur le toit du monde, pourra-t-il jouer le rôle d’un Paul-Henri Spaak sud-américain ? Encore faudrait-il qu’il trouve au Brésil, au Venezuela, en Argentine et au Pérou, des Jean Monnet, des Alcide de Gasperi et des Konrad Adenauer...

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve222

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 16 contributions à ce blog.
  • Les paradoxes du souverainisme andin

    Pouqoui encore une fois de plus les discours des politiciens de l’Europe continnuent à considérer la Bolivia comme Pays Andin. Et à partir de ça vous élaborez toute un théorie politique pour expliquer la Bolivie. Mais, non. La plupart de la population, et le territoire de la Bolivie se trouvent dans les bas terres.
    Si avant la politique se décidait dans les mines des Andes, maintenant, une fois l’époque des mines fini, sont les bas terres, es special Santa Cruz et le Chaco qui dominent l’économie et industries. Il faut s’interesser à ces regions là.
    Malheuressement l’ex étudiant, maintenat "Ministre" Pablo Solon a été toujours quelquen qui a vecu du trafic de la pauvreté comme sont les ONGs. D’autre part jamias il a fine quelconque discipline scientifique dans les établissements académiques soit en Bolivie ou ailleurs. Il est un amateur qui joue avec la naiveté de Evo Morales.


    Mardi 11 décembre 2007 à 12h18mn54s, par Freddy Castedo (freddy55@hotmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum2104
    • Les sous-ensembles sud américains

       ??????????????????????? Mais vous ne savez pas que la Bolivie appartient depuis pres d’un demi siècle (Evo Moralès ne devait meme pas etre né)à un machin qui s’appelle la Communauté Andine ???????????

      Les "politiciens européens" ont le plus grand respect pour les formes de regroupement supranational dont se dote les autres pays. Le Venezuela est passé de la Communauté Andine au Mercosur, on s’en fiche com-plè-te-ment, c’est son problème et sa souveraineté !!!

      L’Union européenne est pour ce qui unit l’Amerique du Sud et contre ce qui la divise. Si la Bolivie veut rejoindre le Venezuela, le Brésil et les 3 autres dans le Mercosur, pendant que le Venezuela revient dans la CAN, on prendra ça avec philosophie.

      Quant au partage de la population entre les bassses et les hautes terres, vous devriez consulter un manuel de géographie bolivienne vous donnant le cens par province. On trouve tout ça sur le web.


      Mardi 11 décembre 2007 à 14h00mn06s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum2105
  • Les paradoxes du souverainisme andin

    Si vous avez raison de considérer que certaines relations bilatérales entre états sont déséquilibrées, vous sous-estimez le pouvoir d’intervention d’une grande puissance dans un accord multilatéral.

    Vous qui avez pourtant été témoin de la formidable bataille autour de la propriété intellectuelle en Europe, vous savez comment la Commission Européenne a plié léchine devant le TABD, et vous avez du savoir que ce n’est que grâce à une mobilisation citoyenne historique en europe qu’il aura été possible de donner à l’europe les moyens de résister à la puissance des groupes de pression n’ayant pour horizon intellectuel que le capitalisme anglo-saxon le plus pur.

    Comment dans ce contexte pouvez- vous conseiller aux Andins, plus divisés encore et moins éveillés que nous d’accepter d’ouvrir des négociations sur des chapitres sur lesquels l’U.E. ne parvient elle-même pas à se défendre ? Concevez-vous bien qu’ils ne peuvent ici que perdre sur le fond, et que, par voie de conséquence particulière, perdre le droit au developpement qui ne peut exister que par le libre cours de la pensée, libre cours que le principe même de propriété intellectuelle se donne pour vocation d’entraver ?


    Vendredi 30 mars 2007 à 01h59mn06s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1425
    • Les paradoxes du souverainisme andin

      Vous apportez de l’eau à mon moulin ! si même l’UE n’est pas assez puissante face aux USA, que dire aux pays andins, qui tous demandent à discuter "en particulier" (en bilatéral) avec l’UE, sinon "regroupez vous d’abord, et ensuite on discutera " ?

      A part ça , l’UE n’a pas "plié l’échine " dans le dialogue transatlantique (TABD) sur la propriété intellectuelle. De puissants intérêts européens sont tout simplement sur la même longueur d’onde que les USA : à nous la propriété intellectuelle, au tiers monde la production manuelle, et nous tondrons les revenus des brevets...

      Voir mon blog sur ce sujet.


      Dimanche 1er avril 2007 à 21h22mn56s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1435
      • Les paradoxes du souverainisme andin

        Nous verrons bien.

        IPRED2 (ou l’EPLA ? on verra selon le calendrier..) m’a l’air bien lancé, et je pense que, cette fois-ci, les associations militantes ne se dérangeront pas pour guerroyer, pour tout un tas de raisons tout à fait politiques (il faut bien un jour ou l’autre compter ses partisans, notamment, avant 2009 : qui plus est, EPLA et IPRED ont un champs d’application bien plus vaste que CII).

        C’est à la manière dont l’europe se sortira de cette nouvelle vague d’assauts, la 7ème depuis 1995 si ma mémoire est bonne qu’on verra bien si l’UE envisage un autre avenir qu’auxilliaire des USA dans la logique de partage du monde d’outre-atlantique.


        Mardi 3 avril 2007 à 00h15mn06s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1439
        • Les paradoxes du souverainisme andin

          Oulah ! vous êtes bien pessimiste pour les militants. Il est évident que si les assoc baissent les bras, ce n’est pas les quelques dizaines d’élus verts qui reverseront la vapeur. D’ailleurs si tout le monde s’en fout, pourquoi se décarcasseraient-ils ? mon livre sur Mallarmé m’attend... et d’autres combats.


          Mardi 3 avril 2007 à 09h01mn57s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
          lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1440
          • Les paradoxes du souverainisme andin

            Vous sembliez estimer qu’ouvrir la possibilité de dialogues multilatéraux sur des sujets particulièrement périlleux pour l’avenir des peuples andins en valait la peine, au motif que la communauté andine comme l’europe étaient à vos yeux assez solides pour éviter le détournement de tels accords multilatéraux.

            Je plaidais l’hypothèse selon laquelle l’UE elle-même avait failli succomber plusieurs fois et aurait succombé sans la mobilisation citoyenne : et maintenant, qui défendra les andins, alors même que leurs citoyens n’ont pas le dixième des moyens d’expression dont nous disposons en europe ?

            "Laisser faire" sur IPRED2 aura au moins le mérite de tester la viabilité de l’approche multilatérale : sommes-nous aujourd’hui capables de construire des institutions à même de tenir tête aux lobbies ?

            Mieux vaudrait connaître la réponse à cette question AVANT d’inciter les andins à se jeter comme nous dans le piège, ne croyez-vous pas ?

            Si IPRED2 passe, au moins, les andins sauront à quoi s’en tenir sur le multilatéralisme.


            Mardi 3 avril 2007 à 15h10mn26s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1441
            • Les paradoxes du souverainisme andin

              Vous m’avez mal lu.

              J’ai dit qu’au lieu d’aller discuter tout seuls avec de grandes puissances, comme nous le demandent séparément tous les pays andins, y compris la Bolivie (dont une représentante nous a même dit qu’elle préférait aller défendre toute seule ses droits à l’OMPI !!) , nous leur proposons de ce regrouper d’abord et de parler d’une seule voix sans se laisser diviser. "L’union fait la force" ; est-ce une idée tellement hétérodoxe ?


              Mercredi 4 avril 2007 à 15h37mn35s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
              lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1443
    • Les paradoxes du souverainisme andin

      Ce libre cours de la pensée si essentiel à la démocratie ne serait pas seulement remis en cause en Equateur (pays à suivre d’après Alain) par "la pratique des hauts fonctionnaires (qui) ne suit guère les discours du président et de la ministre des affaires étrangères".

      Avant de préconiser auprès de l’un ou l’autre pays de la CAN - et ce, au nom de l’Union européenne dans le cadre d’une mission officielle d’une délégation parlementaire - le lead de l’un ou l’autre pays, ne faudrait-il pas analyser les vraies motivations derrière la politique de communication et une voix de gauche annoncée. Même si bien sûr cela est interpellant, on l’espère pour le mieux -

      Voici un extrait très éclairant d’un blog de là bas :

      "Ahora hay otra sensación. Supuestamente vivimos una democracia, pero parecería que vivimos un estado de cosas en el cual la política de gobierno busca el ablandamiento de los diferentes actores sociales. Todos o casi todos han pasado ya por la fábrica de denuestos en que se ha convertido la máxima instancia del Ejecutivo. Quien osa levantar la voz, quien discrepa un tanto, recibe la peor andanada que se podría pensar y recién han transcurrido los primeros 80 días de gobierno. ¿Qué nos espera en los días que se vienen ? A la puesta en escena asisten complacidos los actores acomplejados, frustrados o marcados por alguna tara sicológica de siempre, que aplauden felices con el estribillo : “que bien, los están sacando la madre, ya era hora”

      Es cierto que no se evidencia la brutalidad insultante de lumpen de Abdalá Bucaram que apenas duró seis meses. Pero hoy es el académico, con estudios en Europa y Estados Unidos y magisterio en una Universidad de elite, el que con sorna e ironía lanza sus improperios. Me pregunto : ¿Qué insultos recibirá el primer cura de pueblo que se atreva a cuestionar la conducta presidencial ? Porque solo la Iglesia Católica y sus similares cristianas o de otro credo no han sido colgadas en el patíbulo de la vindicta pública. ¿Será acaso porque no hablan ? y ¿por qué será que no hablan ? ¿Por qué será que no habla el expresidente Rodrigo Borja ? ¿Será acaso para no frustrar la aspiración de su hermano de convertirse en diplomático ?

      El expresidente Osvaldo Hurtado nunca ha sido ni será santo de mi devoción. No sé por qué. Sin embargo, reconozco, que preciso es cuando le dice a El Comercio :
      - El único propósito (de la Asamblea Constituyente) es el poder absoluto para el Presidente de la República, que quiere un Congreso a su servicio, un Tribunal Constitucional, un Tribunal Supremo Electoral, Contraloría, Superintendencia de Bancos y de Compañías a sus órdenes.
      - El presidente Correa quiere imponernos una constitución a su medida
      - No hay democracia en el mundo sin partidos, y la mejor manera de acabar con la democracia es acabando con los partidos políticos. Es lo que se ha comenzado a hacer en Ecuador. Tenemos que plantearnos si al país le conviene tener un partido único. Creo que a eso apunta el estatuto para la Constituyente.
      - Hoy corremos el riesgo de perder nuestra libertad, nuestra integridad física.
      - Los apaleamientos de opositores no son posibles sin la complacencia del Presidente.
      - Con el presidente Correa no hay cómo discutir nada porque inmediatamente insulta.
      - He decidido hablar aunque no gane nada. Por esta entrevista quizá sea insultado, calumniado o apaleado. A lo mejor el Presidente llama al Superintendente de Compañías o al Director de Rentas para que me fiscalicen.
      - Lo mejor para el país y lo mejor para el Gobierno es que triunfe el no, porque solo así el Presidente se dedicará a gobernar y atender los problemas del país."

      Voici ce que les gens et les voix libres du réseau de ce pays nous disent concernant leur propre pays.

      Faut-il tirer d’autres leçons que celles-là ?


      Lundi 9 avril 2007 à 10h08mn58s
      lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1448
      • Les paradoxes du souverainisme andin

        Ehum... Vous rendez-vous compte que les lecteurs de ce blog ne lisent pas tous l’espagnol ? Et en quoi ce message anonyme citant un autre anonyme permet-il de faire parler "les gens et les voix libres du réseau de ce pays" ?


        Lundi 9 avril 2007 à 19h35mn37s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1452
        • Les paradoxes du souverainisme andin

          De l’anonymat sans nom des gens qui prennent librement la parole sur les réseaux -

          Si cela peut vous aider :

          http://www.jorgeaguirrech.blogspot.com/

          Mais bien entendu, comme l’avait dit quelqu’un à votre propos : "un ingénieur ne change jamais d’avis" -


          Lundi 9 avril 2007 à 21h38mn09s
          lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1453
          • Les paradoxes du souverainisme andin

            Ah , ben voilà ! Votre "anonyme s’exprimant librement sur le réseau" est donc un éditorialiste du journal "Noticiero Nacional", expression du vieux système partitocratique , en guerre conte la société civile ( voir mon billet portant ce titre) et contre la Constituante que vient de convoquer Correa (vote le 14 avril).

            Suffisait de nous le préciser.


            Mercredi 11 avril 2007 à 04h39mn49s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
            lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1455
            • Les paradoxes du souverainisme andin

              Cela revient-il à dire que vous préconisez la pensée unique ?

              Et comment expliquez-vous votre intervention auprès du gouvernement bolivien ?
              En tant que représentant de la délégation du Parlement européen, êtes-vous habilité à vous ingérer dans les décisions politiques des pays de la Communauté andine ?

              C’est apparemment ce que vous avez fait.


              Mercredi 11 avril 2007 à 05h24mn27s
              lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1456
              • Les paradoxes du souverainisme andin

                Certes pas. Je suis heureux que les Boliviens votent démocratiquement, et qu’ils aient préféré Evo Morales. Vous soutenez apparemment la droite bolivienne et équatorienne, c’est évidemment votre droit.

                La Communauté Andine a entamé la négociation d’un accord d’association avec l’Union européenne. Président de la délégation du Parlement pour la CAN, j’ai exposé la position européenne sur cette négociation, qui est aussi celle du Conseil et de la Commission. J’ai parlé sous le controle de mes collègues des autres partis (PPE, ALDE, PSE étant présents) qui sont intervenus dans le même sens.


                Mercredi 11 avril 2007 à 08h13mn01s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1457
                • Les paradoxes du souverainisme andin

                  Comment expliquez-vous dans ce cas votre commentaire suivant :

                  "Mais vous n’aurez pas avant longtemps de meilleurs alliés que le Secrétaire général actuel de la CAN, Freddy Ehlers, et la ministre actuelle des affaires étrangères de l’Équateur. Je vous le répète, puisque l’Union européenne respecte les différences à l’intérieur de la CAN, vous pourrez toujours, en fin de négociation, émettre des restrictions sur tel ou tel chapitre".

                  Surtout a la lumiere d’autres informations sur votre site.


                  Mercredi 11 avril 2007 à 09h55mn49s, par Ana
                  lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1458
                  • Les paradoxes du souverainisme andin

                    A partir du moment (déjà ancien) où l’UE veut négocier de bloc à bloc, c’est à dire en recherchant à ne pas faire éclater la CAN ni le Mercosur et si possible à aider la formation de la CSAN, ce qui est aussi la position proclamée de la Bolivie, il est vrai que la position très libérale de la Colombie d’Uribe et, dans une certaine mesure, le jeu perso du Pérou, gênent la diplomatie bolivienne. Il est donc heureux pour elle que l’Equateur et le secrétaire général de la CAN soient sur la même longueur d’onde qu’elle et que l’UE.


                    Mercredi 11 avril 2007 à 19h01mn53s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
                    lien direct : http://lipietz.net/?breve222#forum1459
Calendrier des blogs
<< mars 2007 >>
lumamejevesadi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
29/03: Kosovo, Bio : deux rapports Verts
27/03: Ponce Pilate à Bordeaux
26/03: SNCF : veillée d’armes
24/03: Buenos Aires
22/03: Les paradoxes du souverainisme andin
20/03: Bolivie : la querelle des autonomies
17/03: SSIG. Délégations. Présidentielle. DOM
11/03: A nouveau sur Bayrou
6/03: Hulot. Bayrou. Airbus
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: