Equateur : les vieux partis font de la résistance


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 22 novembre 2007

Dimanche, après le débat avec Alain Juppé lors de la 82e Semaine sociale de France, où mon intervention a, semble-t-il, été très appréciée, je m’envole en mission pour l’Équateur. Je n’y étais pas retourné depuis ma dernière mission en novembre 2005.

Depuis, deux grandes nouveautés : un président de gauche, Rafael Correa, a été élu et il a fait convoquer par référendum une Assemblée constituante où son parti a remporté une très large majorité (75 % !). Il a refusé le TLC (Traité de libre-échange) avec les États-Unis, et la Communauté andine, comme je l’avais proposé à l’époque, a ouvert les négociations d’un Traité d’association avec l’Union européenne.

L’essentiel de nos débats sur place vont porter sur la situation politique (où les vieux partis discrédités font de la résistance), sur le traité d’association lui-même et son chapitre le plus délicat (les bananes !), et enfin sur une proposition extrêmement intéressante : obtenir une compensation de la communauté internationale pour garder le pétrole sous terre.

Il y a deux ans, nous avions été frappés par le divorce total entre les vieux partis et la société civile. Pas tout à fait total : les maires de Quito et de Guayaquil, membres respectivement de la sociale démocratie et de la démocratie chrétienne, jouissaient localement d’un prestige certain, mais qui ne rejaillissait pas sur leurs partis.

Nous avions à l’époque demandé à rencontrer l’économiste Rafael Correa, car je subodorais qu’il pourrait être le prochain président. Ce qui s’est effectivement produit cette année. En même temps, il y avait des élections législatives à l’assemblée appelée Congrès national, mais cette institution était si discréditée que Correa s’était gardé d’y présenter des candidats, et avait annoncé un projet de refonder la démocratie équatorienne avec une assemblée constituante.

Naturellement, la coexistence de Correa, économiste de gauche de la nuance Stiglitz, formé en Europe et aux USA, avec un Congrès où il n’a aucun représentant, s’est révélée tout de suite très conflictuelle. Ainsi, Correa a essayé d’obliger les banques à baisser leurs taux d’intérêts ravageurs, et s’est fait barrer par le Congrès national. Naturellement, le référendum convocatoire pour une Assemblée constituante a remporté un triomphe (80%). Là, il a bien fallu que Correa présente des candidats : son propre parti, Acuerdo Pais, l’a encore emporté triomphalement (75%), devant la multitude des anciens partis se partageant le reste. (Le second parti est le PSP, Parti social patriote de l’ancien président renversé, Gutierrez). Le Parlement européen avait envoyé une mission de contrôle de ces élections. Elles ont été globalement très honnêtes, mais le système de vote incroyablement compliqué ayant posé des problèmes dans une des circonscriptions, l’Assemblée constituante ne se réunira que le 29 novembre, après notre départ.

Donc, quand nous arrivons, la seule assemblée élue reste ce Congrès national qui ne représente pratiquement plus rien, et qui vient de s’illustrer en s’opposant à la baisse des taux d’intérêts usuraires exigés par les banques des consommateurs et des petits producteurs ! Dans les sondages, son prestige tourne à 3 – 4 %.

À chacune des 3 élections (présidentielle, referendum et constituante), Rafael Correa et encore récemment le futur président de l’Assemblée constituante, Alberto Acosta, de Acuerdo Pais, ont annoncé que l’Assemblée constituante dissoudrait le Congrès et assumerait pendant les 180 jours de son existence les fonctions législatives. Et pourtant, ce Congrès national envoie des lettres et des émissaires à tous les parlements du monde (au Congrès américain, au Parlement européen), en clamant son indignation de voir ainsi « disparaître le pouvoir législatif ». Le Parlement européen a déjà répondu qu’il n’avait qu’à rencontrer ma délégation.

Dès le premier jour, je suis donc reçu par le Congrès. Une meute de journalistes m’attend à l’entrée, mais le président du Congrès m’entraîne à la tribune. Je fais une courte déclaration, expliquant les termes de nos propositions pour l’accord d’association ente la CAN et l’Union européenne, et je félicite le peuple équatorien d’avoir, avec maturité, mis fin à sept années d’instabilité institutionnelle en se prononçant à la Constituante pour une très claire majorité.

Le Congrès national

Aussitôt, le président et les vices président du Congrès national changent de visage, lisent leur petit discours, et sans laisser la possibilité de l’ombre d’un dialogue, le président me prend par le bras et m’expulse littéralement de l’édifice, prétendant m’empêcher de parler aux journalistes.

Je pose à mes pieds mon sac à dos : « Tiens, la presse ! Voulez-vous une déclaration ? » et je me livre à une conférence de presse improvisée, commençant comme toujours par les grands principes de l’accord CAN-UE. Mais visiblement, cela n’intéresse pas la presse : « Pensez-vous, en tant que parlementaire européen, que l’Assemblée constituante ait le droit de dissoudre le Congrès national ? » Je réponds prudemment, mais fermement : « En tant que parlementaire européen, je n’ai pas d’avis, nous ne sommes pas une Cour suprême internationale, et nous avons été nous-même été fondés par un Traité international. Mais en tant que Français, je peux vous dire que la tradition des différentes assemblées constituantes de notre histoire, c’est qu’elles ont toujours assumé le pouvoir législatif pendant le temps qu’elles siégeaient. On peut très bien faire autrement. Je crois que c’est aux corps constitués antérieurement, le Président et le Congrès national, d’aller voir la Constituante et de lui demander : Qu’est-ce qu’on fait ? C’est une question de fair play ».

Le lendemain mardi au matin, nous rencontrons les ambassadeurs, ainsi que le président de la commission du Parlement européen qui a contrôlé des élections à la Constituante. Nous tombons d’accord sur le fait que le référendum convocatoire aurait pu préciser plus nettement ce point, même si la campagne présidentielle de Correa, celle du référendum et celle pour l’élection de l’Assemblée constituante étaient parfaitement claires quant aux intentions de la nouvelle majorité. Je propose de nous mettre d’accord dans notre communication sur la formule : « Il n’y a pas de règle. Nous ne sommes pas une Cour suprême. Dans ces conditions, nous recommandons à la classe politique équatorienne de se comporter selon la tradition et l’élégance ».

Le match de qualification pour la coupe du monde de football (match contre le Pérou qui mobilise le mercredi toute l’attention du pays) va me permettre d’illustrer ce propos. L’Équateur bat le Pérou par 5 à 1 ! Dans toutes mes interventions ultérieures, je préciserai : « Que signifie l’inélégance en politique ? Eh bien c’est comme si, après la brillante victoire de l’Équateur, le Pérou venait dire : oui mais à la 42e minute, il y a eu une faute d’arbitrage, il faut rejouer le match ».

Cela n’empêchera évidemment pas les politiciens et la presse de droite de tempêter, et d’essayer de me faire dire qu’il est inacceptable de « supprimer le législatif ». Il faut à chaque fois réexpliquer que la fonction législative n’est pas supprimée, elle est simplement assumée par l’Assemblée la plus récemment élue par le peuple, jusqu’à la prochaine élection législative dans le cadre de la nouvelle Constitution.

Lors de plusieurs dîners (chez l’ambassadeur de France, puis avec des éditorialistes de la grande presse, puis avec des amis rencontrés au cours de mes précédents voyages), j’ai l’occasion de discuter un peu plus profondément du problème. Il est parfaitement clair que l’énorme victoire de Correa, plus certains de ses traits de caractère, peuvent laisser craindre une dérive par laquelle les vainqueurs des élections pourraient faire bon marché des règles de régulation constitutionnelles. Cela dit, la victoire de Acuerdo Pais (75%) est sans équivalent dans tout le continent : Correa dispose d’une majorité incomparablement supérieure à celles qu’ont jamais pu obtenir ni Chavez, ni Morales, ni Uribe, ni Kirchner, ni Lula. Mais c’est cela même qui suscite l’hostilité de la grande entreprise et de la presse, dont les éditorialistes semblent reporter sur Correa des copiés-collés des diatribes de leurs collègues vénézueliens ou boliviens contre Chavez et Moralès, en outre assimilés à l’ Iranien Ahmadinejab.

À la conférence de l’OPEP, présidée par Chavez en Arabie saoudite, ces 4 présidents ont en effet proposé de payer le pétrole dans un « panier » de monnaies, afin de compenser la dégringolade du dollar (l’Équateur est dollarisé, mais Correa ne veut plus remettre en cause cette décision qui lui permet de bénéficier d’une dévaluation compétitive douce et contrôlée).

Petite incidente : toute la presse européenne et latino-américaine n’a retenu que ça du discours de Chavez à l’OPEP, ainsi que ses diatribes contre le roi d’Espagne qui, au Chili, l’avait interrompu par un « Porque no te callas ? ». Dans le monde arabe au contraire, on n’a retenu qu’une chose : dans le pays des Lieux Saints, Chavez a commencé son discours par un signe de croix et a cité deux fois le Christ ! La globalisation culturelle a ses limites…

Témoin de la tentation « jacobine tropicale » induite par la majorité écrasante de Acuerdo Pais : notre rencontre avec le Ministre de l’intérieur Gustavo Larrea (pourtant ex-président de la Ligue des Droits de l’Homme). Il nous expose son projet politique en disant chaque fois « nous », ce « nous » désignant tantôt le peuple équatorien, tantôt le parti Acuerdo Pais, tantôt sa direction, tantôt le gouvernement et tantôt le ministère de l’Intérieur.

Le ministre de l’Intérieur

Autre problème qui facilite ce jacobinisme tropical : comme le dit ingénument un représentant de la « société civile » que nous avons auditionné, « la société civile est maintenant dans l’État ». C’est-à-dire que de très nombreux animateurs du mouvement social urbain, qui avaient renversé Lucio Gutiérrez il y a trois ans, sont maintenant ministres, secrétaires d’Etat etc. Résultat : plus grand monde pour animer les mouvements sociaux !

J’en discute un soir avec quelques amis rencontrés lors de mes visites précédentes, dont Marc Saint-Upery (auteur d’un remarquable ouvrage sur l’Amérique latine : Le rêve de Bolivar), quelques sociologues, journalistes, et l’un de ces jeunes nouveaux vice-ministres. Ils me confirment cette tendance. En revanche, disent-ils, le mouvement féministe et le mouvement indigéniste sont restés extérieurs au gouvernement.

C’est incroyable, mais c’est comme ça : le mouvement indigène équatorien, qui fut le premier d’Amérique latine, bien avant la Bolivie, à bouleverser le cadre politique, et qui était représenté jusqu’ici par le parti Pachakutic, semble avoir disparu de la carte. Il faut dire que l’expérience de la participation du Pachakutic au début de la présidence de Lucio Gutiérrez s’était soldée par un désastre. Mais les choses semblent plus graves : au fil des années, la dissolution des communautés indigènes dans la masse des métis s’est encore accélérée avec l’exode rural et la montée des Évangélistes. Sardoniquement d’ailleurs, le Ministre de l’intérieur, Gustavo Larrea, nous l’avait confirmé : « Le mouvement indigène a disparu parce qu’il représentait des intérêts particuliers et pas l’intérêt général. Comme le mouvement socialiste, d’ailleurs ».

Heureusement, bien des métis du Pachakutic (et bien sûr d’anciens militants socialistes et écologistes) sont dans le parti Acuerdo Pais et dans les ministères…

(à suivre)

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve273

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 8 contributions à ce blog.
  • Equateur : les vieux partis font de la résistance

    Salut Alain, c’est bien compliqué tout ça. As-tu lu l’article du Monde Diplomatique qui sort ce mois-ci ? L’Euateur, je connais. Figure-toi qu’à l’âge de 15 ans je rêvais de rencontrer les Aucas sur le Rio napo, grands lanceurs de javelots contre les missionnaires (américains). J’ai réalisé ce rêve 15 ans plus tard, en rencontrant deux specimens (rares) qui venaient d’avoir leur premier contact avec ce que l’on nomme la "civilisation". Sympa, la rencontre ! J’ai encore dans mon salon la patte de vache sauvage qu’ils s’apprêtaient à manger, et qu’ils m’ont donnée. A part ça, visite mon blog, il est décapant. Je m’en prends à l’intolérable, pêle-mêle aux maîtres du monde ("le bal des vampires", etc), aux médias collabos, au Diktator Sarkozy, au dandy BHL, à Bush, à la guerre, aux néo-cons, aux néo-sionistes, au communautarismes et j’en passe ! Amicalement, Eva journaliste-résistante

    http://r-sistons.over-blog.com


    Lundi 26 novembre 2007 à 12h52mn35s, par eva journaliste-resistante à l’intolérable (evaresis@yahoo.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2056
    • Equateur : les vieux partis font de la résistance

      Bonjour Eva

      Je viens de parcourir ton blog, très riche en effet !

      Sur l’activité de la CIA au Venezuela, plus personne ne peut se faire d’illusion apres le putsch d’avril 2002. J’ai signé un appel international à respecter le résultat du referendum. Vigilance !


      Samedi 1er décembre 2007 à 20h18mn16s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2071
  • Equateur : les vieux partis font de la résistance

    Suite au CNIR j’ai cru comprendre que c’était grosso modo la motion que vous aviez soutenu (certainement corrigé ?) qui avait été voté

    quelle suite attendre

    référendum européen, référendum national (meme si perso j’y suis très défavorable) ratification par le parlement nous verrons et si le parlement ne ratifier pas, Sarkozy oserait il le référendum , histoire d’en faire une sorte de plébiscite ? (comme je le crains)

    en cas de référendum (nation ou européen) les Verts ne devraient ils pas tenté de défendre le Oui tout en s’unissant avec les défenseurs du Non ou de l’abstention

    houla me direz vous, une alliance du oui, du non et de l’abstention ?

    une sorte de pré campagne à la campagne européenne : plutot que de défendre le Oui défendre avant tout les modifications constitutionnelles que l’on veut

    Dire "Nous sommes pour le Oui, mais nous souhaitons que le prochain parlement européenne fasse ces modifications" se concentrer en quelques sortes sur un contre projet, "les modifications" et ainsi faire une campagne unitaire où même les partisans du Non et de l’abstention pourraient se retrouver

    "nous nous sommes pour le Non, mais nous ne sommes pas pour autant contre le Oui, et nous sommes pour les memes modifications..."

    Une forme de pré campagne à la campagne européenne d’une certaine manière


    Lundi 26 novembre 2007 à 12h11mn21s, par metallah (jeumetallah@hotmail.com)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2055
    • TME

      Ne vous torturez pas le cerveau pour rien : le TME alias TCE sera ratifié en décembre par des députés qui ne l’auront même pas lu.

      Nous n’en avons pas voulu, nous l’aurons quand même, Cela s’appelle « démocratie euopéenne ».


      Mardi 27 novembre 2007 à 14h20mn08s, par Jean-Pierre B (jp.branchard@wanadoo.fr)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2057
      • TME

        En décembre,ça m’étonnerait, le sommet européen doit d’abord le signer ! pour la suite (la ratification au cours de l’année 2008), que le ciel vous entende. Mais dans les 27 pays (qui ratifieront chacun de façon souveraine selon les règles de leurs constitutions), je crains toujours qu’il s’en trouve un pour bloquer tous les autres.
        Samedi 1er décembre 2007 à 20h17mn03s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
        lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2070
    • Faire simple

      Faire simple

      Oui, les verts français ont décidé de voter Oui , de préférence avec un référendum européen (voir mon billet http://lipietz.net/spip.php?breve273) . Malheureusement, quand une question est posée (on prend le résultat de la négociation, ou on garde les traités existants ?) il faut répondre de façon simple, même si nous avons une foultitude de critiques contre le TME. Ces critiques nous appellent à des combats futurs, mais il faut d’abord franchir cette étape-là, et ce n’est pas forcément gagné…


      Samedi 1er décembre 2007 à 20h15mn39s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2069
  • Equateur : les vieux partis font de la résistance

    Merci pour cette information très complète.

    Je vous avais interrogé sur Chavez / Juan Carlos, votre texte répond à ma question en la replaçant dans un contexte plus large.


    Lundi 26 novembre 2007 à 09h24mn40s, par Joke (joke@no-log.org)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve273#forum2054
Calendrier des blogs
<< novembre 2007 >>
lumamejevesadi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
29/11: Semaine de déceptions. Climat, SNCF, Villiers-le-bel.
25/11: Clarification chez les Verts. Une grève tactique.
23/11: Moins de pétrole, plus de bananes !
22/11: Equateur : les vieux partis font de la résistance
16/11: Environnement : le Parlement en pointe.
9/11: Pénible semaine européenne.
4/11: Feuillle de route
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: