Un peuple en grève contre lui-même


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Jeudi 15 septembre 2005

Mercredi, notre dernier jour à La Paz. Nous rencontrons d’abord Guillermo Vilela, de l’Association permanente des droits humains de Bolivie. C’est un réseau d’associations de la société civile, tous bénévoles. Il insiste sur le fait que l’accalmie actuelle n’est due qu’à la période pré-électorale et à la polarisation Evo (la gauche) contre Tuto (la droite). Pour eux comme pour les ambassadeurs européens, Tuto, s’il était élu, n’aurait pas la légitimité pour gérer les demandes sociales, et la crise continuerait. Eux proposent un forum préparatoire à la Constituante : « Pour une vie normale, pas pour la dictature du prolétariat ». Cela me rappelle une visite aux Roms de Strasbourg : leur association s’appelle Lupovino. La militante Verte qui m’accompagnait me l’avait traduit par « Lutte pour une vie nouvelle ». Comme j’en demandais la confirmation à la présidente, elle m’avait répondu « Non, Lutte pour une vie normale. »

Nous prenons un minibus pour la Chambre des députés. En route, nous devons éviter les manifestations qui parcourent la ville. La Paz est à nouveau en révolte : le gouvernement vient de publier la répartition de la manne gazière résultant de la nouvelle loi sur les hydrocarbures. Il donne relativement moins d’argent aux départements les plus riches (la Bolivie est divisée en 10 "départements" ), ceux de La Paz et Santa Cruz. Fureur de ces deux villes ! Nous avons donc ici des gens du peuple qui manifestent contre des régions et le peuple de régions plus pauvres qu’elles…

À la Chambre des députés nous attendent la Présidente, Norah Soruco, et tous les chefs de partis. Bonne surprise, la répartition est exactement paritaire. Nous retrouvons Antonio Peredo, chef du groupe parlementaire du MAS, qui renouvelle ses remerciements à l’Union européenne à propos du rapport sur l’usage légal de la coca !

Mais la surprise, c’est l’apparition d’une femme toute de rose vêtue, couverte de bijoux, que l’on nous présente comme ancienne de CNN et ancienne ambassadrice aux Etats-Unis. C’est Marlene Fernandez, la représentante de la droite, supporteuse du candidat de droite, Tuto.

Marlene Fernandez

Elle se lance dans un discours plein de reproches à l’Europe qui ne s’occupe plus de l’Amérique du Sud, contrairement aux Etats-Unis.

La moutarde monte au nez de notre président de délégation, Fernando Fernandez (par ailleurs pilier de la Commission du développement) : « Je suis de droite. J’ai parcouru la Bolivie du nord au sud, inaugurant des projets de coopération financés par l’Europe. L’Union européenne est la principale bailleuse de fonds de la Bolivie. Je dois dire que la gauche latino-américaine s’intéresse beaucoup plus à l’Europe que la droite. Et encore, je suis votre meilleur ami. » Voilà pourquoi j’aime bien Fernando !

Dans l’après-midi, après un excellent déjeuner chez Roberto Rengel (ex-MIR) avec Pedro et ses amis, nous filons vers El Alto, glacé, détrempé de neige fondue. Ambiance de Bombay sous la neige. Nous gagnons le local de la FEJUVE, fédération des comités de voisins et quartier général des insurrections d’El Alto.

Nous sommes d’abord accueillis par une délégation du Parlement des enfants, conduite par une jeune députée adorable de 14 ans. Elle nous explique les difficultés des enfants pauvres, et ses difficultés à elle d’être fille au milieu des garçons. Leur première revendication : la gratuité de l’inscription à l’état-civil ! C’est comme au Pérou, ce que nous expliquait Salomon Lerner : beaucoup de pauvres, surtout indigènes, meurent dans la violence sans avoir jamais existé parce qu’ils n’ont pas été enregistrés à l’état -civil…

Avec le Parlement des enfants

Les représentants de la FEJUVE sont en effet très radicaux. Ils critiquent tout le monde, l’Etat qui les a abandonnés, le MAS… Un député européen leur demande ce qu’ils pensent des écoles construites par l’Union. Ils ouvrent des yeux ronds. Pourtant, Edwin Vos, l’ambassadeur de l’Union, me confirmera que, depuis les années 80, l’UE a financé 75% de l’appareil d’enseignement d’El Alto, des crèches jusqu’aux lycées. Et ces établissements existent bel et bien, malgré la municipalité qui a détourné 1,2 millions d’euros !

Et maintenant, nous prenons l’avion pour la fameuse ville de Santa Cruz.

Santa Cruz, capitale du Piémont amazonien : nous en avions discuté avec les animateurs de Radio Erbol et avec Alvaro Garcia Linaré, candidat à la vice-présidence derrière Evo Morales. J’avais posé la question d’une éventuelle sécession des départements du sud-est (qui forment une sorte de "demi-lune" dans les terres chaudes entre les Andes et l’Amazonie brésilienne) en cas de victoire de la gauche. Ils sont sceptiques : « Oui, la ville de Santa Cruz est sous hégémonie entrepreneuriale et agite le drapeau de l’efficience régionale contre l’inefficience de La Paz. Mais il existe un pont secret entre El Alto et le Chaco. Les départements de la "Demi-Lune", c’est en effet ce qui est resté à la Bolivie après l’amputation du Chaco dans la guerre contre le Paraguay. Il y existe donc un nationalisme pro-bolivien populaire, y compris chez les indigènes. Surtout, les lois de décentralisation municipales votées pendant la période ultra-libérale ont permis, ô paradoxe, l’émergence d’une élite indigène à la tête des municipalités, qui disposent maintenant d’un vrai budget et s’en servent. Ces pouvoirs locaux sont tout aussi opposés à l’hégémonie de leur capitale régionale Santa Cruz que celle-ci est opposée à La Paz. Et tous les commerçants, les relais d’opinion sont des Aymaras venus de l’Altiplano. D’ailleurs, Santa Cruz, c’est un centre riche, style Miami, encerclé par des bidonvilles où s’entassent les indigènes venus de la Sierra et surtout de la forêt amazonienne ».

Le premier regard sur la ville me confirme tout à fait cette impression, en tout cas en ce qui concerne Miami : dès l’aéroport, les publicités sont d’un luxe et d’un sexisme insoutenable. La richesse du centre-ville, où l’on nous dépose dans un hôtel luxueux, écrase même les beaux quartiers de La Paz. Ça pue le fric mal acquis. On annonce une grève générale avec blocage des rues pour le lendemain : naturellement, Santa Cruz est en grève contre le reste de la Bolivie pour récupérer une plus grosse part de la rente gazière.

Sous-produit positif de cette grève : plus personne, même à droite, ne conteste donc la loi sur les hydrocarbures et la renationalisation de la rente gazière !!

Le lendemain, nous commençons par rendre visite à un excellent évêque, Mgr Braulio Saez, qui nous tient un discours tout à fait progressiste. Edwin Vos nous met pourtant en garde : « Attention ! l’Eglise, jusqu’à tout récemment, était entièrement liée à la droite. Ce n’est que dans la dernière crise qu’elle a commencé à jouer un rôle médiateur, mais ce rôle reste assez contesté, et avec raison. »

Nous nous rendons plus tard, en zigzaguant entre les petits barrages et les piquets de grève, au quartier général de la lutte autonomiste, le Comité Pro-Santa Cruz où nous reçoit, très affable, son président, German Antelo. Il nous tient, de façon surprenante, un discours modéré : il est autonomiste, pas indépendantiste, etc. Ses arguments sont forts : les préfets des départements (qui sont en fait des présidents de région) sont désignés et non élus, les lignes d’autobus sont décidées par La Paz ! Comme les autres eurodéputés et moi sommes régionalistes, nous accueillons avec bienveillance ses déclarations. "Un héritage de Philippe II ?" demanderai-je à la sortie à mes collègues (Canariens, Catalans...). "Non ! de Napoléon !"

Puis nous louvoyons de barrage en barrage vers un quartier pauvre où s’active la coopération européenne, Primeiro de Mayo. Là, nous rencontrons Saul Chavez, président de la Confédération des peuples indigènes de Bolivie, CIDOB. Il tient à nous avertir tout de suite : « Nous faisons grève nous aussi, et nous tenons les rues, mais contre la grève du centre-ville et du comité Pro-Santa Cruz ! »

Saul Chavez (à gauche de la photo)

Décidément, dans ce pays, les contradictions au sein de peuple semblent plus profondes que les contradictions entre le peuple et ses ennemis…

Le président Saul Chavez, comme tous les anciens présidents du CIDOB dont il nous montre fièrement les portraits, est un indien des terres chaudes (surtout des Guaranis et Chiquitanos). Nous nous étonnons de l’absence des Quechuas et Aymaras qui sont largement majoritaires dans le pays et occupent tout l’Altiplano (en gros : 4 à 5 millions d’indiens de l’Altiplano pour 700000 indiens des terres chaudes). Il nous explique que les indiens de la Sierra et de l’Altiplano, ayant bénéficié en 1952 d’une réforme agraire, sont devenus des petits paysans et qu’ils se sont longtemps comportés comme tels. Pendant ce temps, les grands propriétaires de l’Altiplano se sont installés à Santa Cruz. Maintenant, les paysans pauvres et sans terre de l’Altiplano descendent vers la plaine… en colonisant les terres communautaires des indigènes des terres chaudes ! C’est par exemple le cas des migrants qui cultivent de la coca sur les pentes du Chapare. D’ailleurs, fait remarquer Saul Chavez avec agacement, ces indiens qui descendent de la montagne sont réunis en… « Confédération des colonisateurs » !

À la sortie, Edwin Vos nous confirme que les luttes dans le Chapare sont aussi des luttes inter-indiennes. La Bolivie, c’est drôlement compliqué, pire que les Verts !

Nous rejoignons enfin le CEJIS, Centre d’étude juridiques et d’investigations sociales, dont l’animateur, Carlos Romero, nous fait un exposé remarquable de la situation. Pendant qu’il parle, un groupe d’indigènes prend place autour de nous. Ils viennent de remporter haut la main la municipalité de San Miguel de Velasco (patrimoine de l’Humanité pour sa merveilleuse église de bois construite par les indiens sous la direction des jésuites).

Carlos Romero nous explique surtout la crise du modèle néo-libéral et la crise de l’Etat : celui-ci est complètement « externalisé », la coopération internationale contribue plus à l’Etat que les impôts. Les émigrés en Argentine sont 2 millions. Les mécanismes de cohésion nationale sont historiquement faibles, d’où le corporatisme et les luttes « jusqu’aux dernières conséquences », expression la plus typique du discours des mobilisations boliviennes. Il salue la récupération d’une identité indigène, avec ses revendications nationales boliviennes… qui s’opposent aux lourdes menaces séparatistes et à celles d’interventions extérieures, des Etats-unis, de l’Argentine, du Chili à propos de l’eau, du gaz ou de la coca… « On préfère vous ! »

"Vous", c’est l’Union européenne.

C’est alors que le jeune maire indigène de San Miguel prend la parole, pour la céder aussitôt à l’une de ses maires-adjointes. Celle-ci, dans le ton solennel et formaliste du discours officiel bolivien, nous lit une résolution : « La municipalité de San Miguel de Velasco, en sa séance du ZZZ, conformément à la loi XXX, au règlement YYY, etc, :
- décide de créer un prix des Droits de l’homme
- décide de l’attribuer à l’Union européenne."

Nous nous regardons bouche-bée. Incroyable retournement de l’histoire : l’Europe, d’où sont partis il y a un demi-millénaire, comme un vol de gerfauts hors du charnier natal, les conquistadores venus les massacrer, est aujourd’hui reconnue par les indigènes comme leur meilleure protection contre les créoles et les métis enrichis ! Et c’est une petite municipalité indigène, que le Parlement aurait pu très paternellement proposer pour le prix Sakharov, qui en décerne la reconnaissance à l’UE ! Edwin me confirmera le rôle du CEJIS, largement financé par l’Union européenne, et la dureté, la dangerosité de sa lutte pour aider les peuples indigènes à affirmer leurs droits.

Les maires-adjointes, le cacique et le maire de San Miguel

Le cacique (chef traditionnel qui co-existe avec le maire) remet alors solennellement son bâton de chef à l’ambassadeur de l’Union. Mais déjà, tandis que le CEJIS nous projette une vidéo qui nous montre une bande de fascistes, la jeunesse du gentil Comité pro-Santa Cruz de ce matin, disperser à coups de nerfs de boeufs une manif d’indiennes, imprudemment aventurées en centre-ville en juin précédent, il faut filer pour rencontrer le "troisième candidat", Samuel Doria Medina. Cet entrepreneur le plus riche du pays, ayant flairé le vent de la majorité silencieuse, se présentera à nous comme centriste entre Evo et Tuto.

Les chercheurs du CEJIS et les élus de San Miguel, qui ont perçu mon émotion, me retiennent un moment. Ils m’ont reconnu pour mon interview de lundi sur Radio Erbol. Je cours rejoindre les autres et vais féliciter Edwin, sachant ce que cette cérémonie inattendue a pu représenter pour lui . « On vit pour cela » me dit-il sobrement.

Edwyn Vos, ému
Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve96

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< septembre 2005 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
29/09: Tiers secteur à Forcalquier
28/09: Amertume turque, défaite ferroviaire
25/09: Retour à Bruxelles : Paquet ferroviaire et Colombie
15/09: Un peuple en grève contre lui-même
13/09: L’eau et la coca
11/09: Bolivie sous la neige
8/09: Santé des femmes : un échec du Parlement
7/09: Rayons solaires : travailleurs, la Droite vous cuit !
5/09: Retour sur les incendies
3/09: Tragique rentrée
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: