Mélange de nouvel an

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 6 janvier 2007

D’abord, mes meilleurs vœux à toutes et à tous pour l’année 2007 ! Qu’elle apporte un peu de paix sur la terre, en particulier au Moyen-Orient, au Soudan, en Colombie… Que l’humanité prenne enfin en charge le destin de sa planète, en luttant contre l’effet de serre et l’érosion de sa biodiversité. Bienvenue aux Roumains et aux Bulgares dans l’Union européenne, et puisse celle-ci approfondir son unité et la démocratie en son sein ! Que les prochaines élections permettent enfin à la France de s’attaquer à la déchirure sociale et de se redéployer vers un développement soutenable… grâce à un énorme vote pour les candidat-e-s Vert-e-s !! Que tout-e-s les élu-e-s de terrain, les associatifs, ces artisans du bonheur au quotidien, voient le succès de leur projets…

Villejuif

Pour nous, la période des fêtes a justement commencé avec une fête du comité de quartier sud de Villejuif. C’est mon quartier, qui inclut certaines cités les plus déshéritées de la ville. Là, même les militants communistes se font très rares, et on peut dire que c’est Villejuif-Autrement qui porte le comité à bout de bras. Ils (et surtout elles !) ont organisé une fête avec des magiciens pour les enfants. Comme d’habitude, chacun doit apporter des plats de son pays. Mais cette fois, il y a quelque chose qui cloche : énormément d’enfants, mais très peu de parents ont apporté à manger. Dès que le numéro des magiciens, très apprécié, est terminé, ils se jettent sur la bouffe en se battant comme des chiffonniers. Les militants de Villejuif-Autrement, les sympathisants qui ont joué le jeu, sont consternés, déstabilisés. L’un d’eux me confie « On voulait du participatif, eh bien on n’a plus que de l’humanitaire ». Je suis un peu étonné de leur étonnement. Ces militants viennent des quartiers populaires, mais il y a toujours cité plus exclue que la sienne, et là, visiblement, ce sont les enfants les plus pauvres qui sont venus, comme à un Père Noël offert par l’Institution.

La « société en sablier » qu’est devenue la France est sans fond. Heureusement il y a encore des Don Quichotte pour remettre sur la scène de notre commune humanité les SDF ! Mais je ne vais pas les rejoindre sous la tente (comme je l’avais fait, avec les Conseillers régionaux Verts, lors du Camp de toiles des sans logis de Vincennes, en 92). Trop vieux, trop froid, trop d’autres soucis…

Wieviorka

Après, quelques jours pour les fêtes en famille. On a le temps de discuter la nouvelle attaque d’Annette Wieviorka, avocate inlassable de la direction de la SNCF, qui poursuit depuis avant même le verdict de Toulouse sa croisade contre la famille Lipietz. Cette fois, c’est un article dans L’Histoire, janvier 2007. L’historienne improvisée de notre procès a enfin compris (il ne lui aura jamais fallu que 6 mois) que c’est bien la génération des déportés qui a porté plainte et qui est indemnisée, mais n’a toujours pas compris le langage et la procédure du droit administratif français. Elle va jusqu’à contester le témoignage de notre famille sur le départ du dernier train Drancy-Auschwitz… pourtant recoupé par les autres historiens comme Serge Klarsfeld ! Et bien sûr martèle la thèse (fausse, et ce sera le grand enseignement historique de ce procès) de la « réquisition » de la SNCF. Il faudra un jour écrire l’histoire de la réception du procès Lipietz par Madame Wieviorka, mais on se demande déjà à quelle discipline il faudra en confier l’étude…

Cette fois ci, décision est prise d’envoyer un texte calibré « droit de réponse » à L’Histoire, mais la revue nous répond aussitôt qu’elle est assez convaincue par nos arguments, et nous propose de passer immédiatement un texte plus court. Vous trouverez ici la version longue de l’excellente réponse, rédigée par notre avocat en l’affaire, mon beau-frère Rémi Rouquette, à laquelle Hélène et moi avons un peu travaillé.

Prochain épisode (suite à l’appel de la SNCF) : le jugement devant la Cour d’appel administrative de Bordeaux , le 30 janvier ! Brrr… je partage les espoirs et appréhensions fort bien exprimés par Hélène sur son site.

Maroc

Ensuite, courtes vacances dans le sud marocain. J’adore ce pays, cette terre, cette immense culture bimillénaire. Il assez difficile de comprendre le « mal développement » du Maroc. Il n’ a jamais été colonisé, à peine par les Romains, pas du tout par l’Empire ottoman, et ce ne sont pas les quelques années du protectorat de Lyautey et de ses successeurs qui ont pu bloquer son avenir. Au contraire, pendant près d’un millénaire, il fut centre d’une « économie monde » s’étendant des Pyrénées au Niger. Sans être un spécialiste, une première réponse saute aux yeux : le maintien global du féodalisme, l’effroyable inégalité de revenus et de propriété entre la famille royale et les paysans. Manifestement, il suffirait que les riches payent quelques sous d’impôts supplémentaires pour que l’armée des chômeurs puisse considérablement améliorer les services publics et le cadre de vie au Maroc.

Mais je perçois des raisons plus profondes encore. Même la transition vers la « modernité » ne se passe pas très bien. Les règles ancestrales de vie en collectivité, « holistiques », communautaires, cèdent la place à une société individualiste qui n’a pas encore inventé ses règles de coordination. Du coup, les Marocains, individuellement charmants, apparaissent très peu coopératifs les uns vis-à-vis des autres, et donc relativement dénués de sens civique.

Un exemple stupéfiant : la conduite automobile. Nous avons parcouru plus de 1000 km de petites routes à travers le Haut-Atlas et l’Anti-Atlas. Des routes en général à une seule voie macadamisée. Pour se croiser, il faut donc qu’au moins un des véhicules place ses deux roues droites sur le bas-côté. Eh bien, pendant toutes ces vacances, pas une seule fois, pas une !, il ne m’est arrivé qu’un Marocain fasse ce geste le premier, et peut-être 4 ou 5 fois le conducteur qui venait en face s’est lui aussi partiellement décalé sur le bas côté. Tout se passe comme si les conducteurs marocains jouaient au jeu du chicken (celui de James Dean dans La Fureur de vivre) : le premier qui cède le milieu de la route est une poule mouillée. Ce qui, en Grande-Bretagne, mère de la démocratie libérale et du capitalisme, apparaîtrait comme le strict minimum de la courtoisie (partager spontanément la prudence et l’usure de la moitié de ses pneus avec son prochain) apparaît sans doute au Maroc comme un manque de virilité ? La question de la virilité, la scandaleuse situation faite aux femmes dans ce pays, constitue d’ailleurs sans doute la raison fondamentale de son « mal-développement ».

À Taroudannt, nous croisons Valéry Giscard d’Estaing. Et quand un… rencontre un autre…, qu’est ce qu’y se racontent ? des histoires de Constitution. Il me demande de transmettre ses félicitations à Gérard Onesta pour son remarquable travail de séparation entre les aspects constitutionnels et les aspects « traité » (les politiques) du TCE. Mais, comme moi, il trouve que la proposition de Gérard rend paradoxalement plus facile de changer la Constitution que de changer le Traité…

2004

Pendant ce voyage, je lis, évidemment et comme toujours, les journaux en retard. Un des avantage de cette technique, c’est qu’on perd moins de temps à lire des supputations sur le proche avenir. Un autre, c’est que l’actualité s’y remet en perspective. Ainsi, je peux mesurer mes propres erreurs d’analyses, ou bien les cas où celles-ci se confirment.

Par exemple, je m’étais trompé sur la position du pape Benoît XVI à propos de la Turquie. Finalement, il est « pour » son entrée dans l’Union ! Autre découverte, les attentats contre les mosquées lyonnaises en 2004 sont finalement, et contrairement à ce que j’avais conjecturé, passés en jugement. La presse américaine, relayée par Le Monde (3 mars 2004), s’était scandalisée des lenteurs de la justice française. On se souvient qu’à l’époque, une partie des organisations antiracistes avaient refusé de mettre ces attentats sur le même plan que les croix gammées peintes sur des cimetière juifs. Ce qui avait provoqué une scission durable du mouvement antiraciste, concrétisée par la manifestation du 16 mai 2004, et cette scission, hélas, m’avait valu la rupture avec mes chers amis des Humains associés, parents de mon premier blog.

Le procès des auteurs islamophobes des attentats de 2004 est remarquablement couvert par Libération. Il montre comment ces jeunes abrutis ont souffert dans leur enfance des mêmes traumatismes (disparition du père), ont trouvé un père de substitution dans l’armée, et que celle-ci a fait d’eux des racistes…

Mais la machine à fabriquer du racisme ne se limite pas à l’armée, sa base n’est pas seulement la bêtise ou l’exclusion. Décembre 2006 a apporté son lot de confirmations. Par exemple, le ralliement à Le Pen, en compagnie de Dieudonné, de Meyssan, animateur du Réseau Voltaire et auteur de l’ignoble livre L’effroyable imposture, que j’avais immédiatement diagnostiqué comme un cas de négationnisme antisémite. Et ce jugement m’avait également valu quelques tensions et inimitiés.

Autre petite satisfaction, l’OCDE, dans son dernier rapport, critique comme je l’avais fait, l’usage par la BCE de l’indicateur de croissance de la masse monétaire M3. Trichet m’avait pourtant répondu tranquillement que l’usage de cet indicateur comme indice avant-coureur de l’inflation était reconnu par toute la communauté des économistes. Je savais très bien qu’il mentait, et lui savait très bien que je le savais. En fait, il change d’un trimestre à l’autre ses raisons d’augmenter les taux d’intérêt, et j’ai déjà donné les raisons profondes de son attitude (qui ne sont pas toutes à négliger).

Médias

Je lis également le dossier de Télérama du 22 décembre sur le thème Ecologie : le silence des intellectuels français. Je suis absolument soufflé. Une pensée, un livre, une œuvre intellectuelle n’existe, ne « parle », que quand on en parle. Longtemps, Le Figaro littéraire, Le Monde des livres, le Nouvel Obs et… Télérama étaient les seules structures de validation des livres qu’il fallait avoir lus. Or, lecteur de ce journal depuis mon enfance (mes parents étaient déjà abonnés à son ancêtre Radio Télé Cinéma), je n’ai pas le souvenir que Télérama ait été particulièrement brillant dans la promotion des livres des intellectuels écologistes français. Comme chez ses collègues, on n’y parle des livres des écologistes (français ou étrangers d’ailleurs) qu’à dose homéopathique. Je pourrais citer le sort de mes propres ouvrages, pourtant traduits dans le monde entier, mais le cas est infiniment plus général. Vérifiez !! À part Michel Serres et Edgar Morin, à l’ancienneté…

Je ne crois pas qu’il faille incriminer un parti-pris particulier des journalistes de ces estimables périodiques. Selon mon expérience et mes discussions avec mes collègues universitaires étrangers, il y a une véritable idiosyncrasie, une bizarrerie locale de la vie intellectuelle française. Elle semble fixée sur les normes de sa période intellectuellement la plus brillante, le 18e siècle, où la philosophie française, au côté de l’anglaise et de l’allemande, irradiait l’Europe. Or, l’idéologie du Siècle des Lumières n’a fait que radicaliser la tendance juive et chrétienne à porter l’Homme (il s’agit bien de l’homme masculin) au dessus du reste de la nature. Du coup (combien de fois mes collègues étrangers m’en ont-ils averti !), être écologiste et féministe, ça enlève des points dans le milieu intellectuel français.

Et je dis bien dans le milieu intellectuel. La population française est certainement beaucoup plus écologiste que le monde intellectuel ou le monde politique. La majorité de nos concitoyens (sauf à l’extrême droite et à la gauche de la gauche, ce qui explique sans doute en partie leur convergence dans le Non à l’Europe politique) voit dans l’effet de serre le problème n°1 du XIXe siècle. Exemple significatif de ce divorce entre le peuple et les élites XVIIIèmistes : le Nouvel Observateur du 4 janvier sur les recherches en intelligence animale. Le dossier de présentation, d’ailleurs excellent, cite une phrase du philosophe et éthologue Dominique Lestel. Tenez vous bien : « Peu de gens réalisent à quel point les représentations de l’animal ont été bouleversées en 30 ans, y compris par les éthologues eux-mêmes. Cette transformation est du même ordre que la révolution quantique en physique dans la première moitié du 20e siècle ou celle de la révolution de la biologie moléculaire : l’animal est devenu un sujet, non pas parce que nos projections populaires et affectives nous le font voir ainsi, mais parce que les travaux des scientifiques les plus modernes ne nous laissent pas le choix. »

Incroyable. Pendant trois siècles nos philosophes, pendant quelques dizaines d’années les « scientifiques », nous ont affirmé que les animaux n’étaient que des machines programmées, et que seul l’homme était capable de pensée inventive et d’affectivité. Je me souviens encore qu’en classe de math’elem, vers 1964, notre prof de philo, qui nous parlait, sans trop y croire lui-même, de behaviourisme, patterns et pavlovisme, provoquait des ricanements chez les élèves qui savaient très bien, par leurs relations avec leurs propres chats et leurs propres chiens, que ceux-ci étaient capables d’inventivité, de tendresse, de rancune, de chagrin, de désespoir, etc. Ce savoir « populaire et affectif », opposé au savoir des savants qui déjà « ne nous laissaient pas le choix », savait depuis toujours que non seulement on peut enseigner un signe à un animal, mais encore que les animaux sont capables d’inventer des pratiques et de nous proposer des signes pour les désigner. Ainsi, une de mes chattes, Nadja, savait négocier avec ma cadette (qui ne savait pas encore parler) un dispositif par lequel elles pouvaient se caresser le cou mutuellement. Notre dernière chatte, Bagheraa, avait trouvé comment nous demander de lui ouvrir une porte, puis, comme on se levait pour le faire, filait à toute vitesse vers une autre porte, cachée à nos yeux, pour nous indiquer quelle porte elle souhaitait précisément nous voir ouvrir. Ici, c’était elle qui nous dressait et pas nous ! D’ailleurs elle avait fini par nous répondre sur le ton (amical ou exaspéré) où on lui parlait. Pire que le Chat du Rabbin (le tome 5 est excellent).

Je ne prétends pas opposer un bon sens populaire sur le dérèglement climatique ou l’intelligence animale à la sottise des Diafoirus productivistes et cartésiens. Je note qu’il y a là simplement un préjugé d’une culture française restée figée à l’époque de Montesquieu. Et ce préjugé dessert depuis des décennies et le féminisme, et l’écologie, et sans doute l’anti-racisme, dans la presse française.

Mais ici, une pause dans mes « notes de lecture de vacances ». Par mail, Rémi vient de m’envoyer pour avis son projet de réponse au deuxième mémoire en appel de la SNCF, et son projet de plaidoirie pour le 30 janvier. J’en ai pour la nuit !! Demain, la suite.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve200

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • Ecologie : le silence des intellectuels français / MERCI

    Bonjour et bonne année,

    Je partage votre opinion sur le fait que les médias français sont souvent aveugles et ignares sur l’écologie. Ils auraient certainement pu plus mettre en valeur les intellectuels qui parlent d’écologie. Toutefois il reste surprenant que rares sont les "intellectuels établis" qui se sont risqués sur le terrain de l’écologie.

    Par ailleurs, je me demande parfois si les écologistes (moi le premier !) ne se complaisent pas dans la situation des mal-aimés, des incompris et des gens qui ont raison seuls contre tous... Par exemple nous multiplions le nombre de revues d’écologie politique alors que nous pourrions essayer d’infléchir la ligne éditoriale de revues existantes qui a priori ne s’intéressent pas directement à ce thème.

    Enfin merci beaucoup pour vos billets réguliers et très intéressants.


    Lundi 8 janvier 2007 à 18h30mn03s, par Hugues
    lien direct : http://lipietz.net/?breve200#forum1249
  • Meyssan

    En lisant que Meyssan avait rallié le FN, j’ai surfé sur Internet pour en savoir plus et j’ai trouvé la réponse suivante de Meyssan lui-même : http://www.voltairenet.org/article144427.html

    Peut-être, Alain, pourrais-tu nous en dire plus sur ta perception des choses.

    bonne année


    Lundi 8 janvier 2007 à 13h34mn27s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve200#forum1248
    • Meyssan

      L’article de Meyssan redit exactement ce qu’a dit le reste de la presse en précisant par son titre la forme de son "ralliement" : la "peopolisation". Pas plus qu’Arno Klarsfeld ou Johny Halliday n’ont pris leur carte de l’UMP (ni jadis Yvette Horner ou Mireille Mathieu celle du RPR), Meyssan n’a pris ni ne prendra sa carte du FN. Il va simplement à une cérémonie de renvoi d’ascenseur entre la visite de Dieudonné à la fête du FN et le déplacement familial du FN au spectacle de Dieudonné. Là, il participe aux mondanités d’usage entre gens qui se distinguent par leur seule participation à la cérémonie. C’est ce qu’il appelle "débattre avec le FN".

      Comme disait un autre humoriste, on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. En ce sens , je n’avais pas trouvé "antisémite" le premier gag de Dieudonné sur le rabin ultra (chez Fogiel). Il n’etait pas tres bon, c’est tout. C’est ensuite que le dérage de Dieudonné s’est déployé.

      Et on peut en effet débattre avec l’extreme droite, et meme voter la meme chose qu’elle sur tel ou tel sujet. Ce qui importe c’est ce qui se dit dans le débat (et de ce point de vue la campagne de Meyssan niant la réalité "anti-croisés et anti-juive" des attentats du 11 septembre était déjà plus qu’un dérapage) ou ce qui se montre sur la scène "people".

      L’itinéraire de Meyssan n’a rien d’extraordinnaire. En un sens, La Vieille Taupe a fait pire...


      Lundi 8 janvier 2007 à 19h50mn05s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve200#forum1250
  • Mélange de nouvel an.

    Merci pour vos bons vœux. Santé à vous et à vos proches - votre compagne en particulier. Santé pour vous permettre de continuer de nous livrer vos informations et vos réflexions.

    Je viens de lire votre billet et le mot islamophobie me pousse à vous conter ceci :

    Un de mes neveux âgé de 19 ans – je l’appellerai Phil ici – est adjoint de sécurité (ADS) dans la Police Nationale. Après une enfance et une adolescence « difficiles » - qui auraient très bien pu en faire un délinquant - il a trouvé stabilité et épanouissement dans ce travail. Cela il le doit surtout à la rencontre d’un ami originaire du Maghreb, entré dans la police comme ADS avant lui. Phil s’est converti à l’islam.

    Phil est en poste dans une ville des Pays de Savoie. Très récemment, son chef, qui sait que Phil est musulman, lui a offert un sandwich au jambon. Phil a mangé le sandwich et n’a pas osé protester ni se plaindre.

    A nephew of mine, aged 19 – I shall call him Phil here – is a junior policeman (“Adjoint de sécurité”) in the National Police. After being in great difficulty as a child and a teenager – he could well have become a delinquent – he has found stability and well being in the police force. That is mostly due to his encounter with a friend from the Maghreb, who joined the police as an “ADS” a short time before Phil. Phil has now become a Muslim.

    Phil works in a city of Savoy. Very recently, a senior police officer, who knows Phil is a Muslim, gave him a ham-sandwich. Phil ate the sandwich and did not dare to protest or complain


    Lundi 8 janvier 2007 à 10h29mn46s, par Joke (pj.mi@free.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve200#forum1247
  • Mélange de nouvel an.

    Bonjour,

    Bonne année

    La gestion globale de l’eau permet de résoudre de nombreux problèmes dûs à la mauvaise répartition de l’eau

    Depuis longtemps j’attend que les verts donnent leur appréciation sur ce concept.

    Bief du Gier

    On dit que l’effet de serre modifie les climats et on dit rien sur la surexploitation de la ressource en eau concernant les conséqences climatiques.

    Cordialement,

    Jean-Marc Hauth

    http://perso.wanadoo.fr/biefs.dupilat/


    Lundi 8 janvier 2007 à 08h49mn51s
    lien direct : http://lipietz.net/?breve200#forum1246
Calendrier des blogs
<< janvier 2007 >>
lumamejevesadi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
31/01: Revers à Bordeaux.
29/01: Sommet des Oui. Demain , l’appel SNCF
24/01: Politiques à Nairobi
23/01: Accords de partenariat économique
22/01: Wangari
21/01: Le FCM de Nairobi
18/01: Deux batailles du rail. Nouveautés au PE.
13/01: Sale semaine. Agro-énergie. Présidentielle.
8/01: Gisèle Donnard. Lectures écolo.
6/01: Mélange de nouvel an
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: