REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.

Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Vendredi 15 décembre 2006

Parlement

Nouvelle semaine décourageante à Strasbourg. D’abord, mauvaise nouvelle pour le groupe Verts-ALE : la droite de la droite se restructure et forme un groupe plus gros que le nôtre. J’ai expliqué ailleurs que la droite de la droite et l’extrême droite se répartissent en trois groupes, l’UEN (en fait plutôt droite de la droite, avec notamment les ex-fascistes de Fini et U. Bossi de la Ligue lombarde en Italie), Indépendance et Démocratie, où on trouve de Villiers et les Italiens restés fascistes (c’est le groupe que publie parfois Bellaciao), et enfin les totalement infréquentables ou les inclassables (Front National, Vlams Belang, Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni et autres) qui restent non inscrits. UEN, qui colle de plus en plus au Parti populaire européen (PPE) et y assure avec les libéraux-démocrates (ALDE) une majorité confortable, vient donc de récupérer 8 Polonais, pris essentiellement à Indépendance et Démocratie, mais aussi un ex-communiste pris au groupe PSE (Parti socialiste européen). Ils y sont maintenant 20 Polonais sur 44, représentant toute la coalition gouvernementale des jumeaux Kaczynski ( Droit et Justice, Samoobrona, Ligue des Familles Polonaises).

Du coup, avec nos 42 députés Verts-ALE, nous devenons le 5e groupe du Parlement, ce qui diminue un peu notre pouvoir déjà pas bien grand. Avec l’arrivée de la Roumanie et de la Bulgarie, ça risque de s’aggraver car quelques ex-communistes risquent bien d’aller à la GUE (41 députés principalement communistes) qui deviendrait, elle aussi, plus grosse que nous.

Reach

Mais cette semaine, le gros sujet est le vote sur Reach (Enregistrement et évaluation des substances chimiques) en seconde lecture. On se souvient qu’en première lecture, le Parlement européen avait voté un texte pas trop mauvais, imposant l’obligation d’évaluer 30 000 molécules chimiques, et, lorsqu’elles s’avéraient dangereuses, de les remplacer par des molécules de substitution. Pour le principe de l’enregistrement et de l’évaluation, c’était beaucoup moins que ce qui aurait été nécessaire. Depuis la deuxième révolution industrielle, 100 000 molécules au moins se promènent dans la nature sans que jamais on se soit soucié d’identifier leurs effets. Certaines sont probablement responsables du doublement des cancers en vingt ans et de l’effondrement de la fertilité masculine. Quant au principe de substitution obligatoire pour les molécules identifiées comme dangereuses, on n’avait fait que suivre ce que préconisait la voie du protocole de Montréal contre les fréons, CFC (chlorofluorocarbones) et HCFC (hydrochlorofluorocarbures), qui détruisent la couche d’ozone.

Naturellement, le Conseil des gouvernements, sous la pression des lobbies de la chimie, avait considérablement amoindri ce texte en réduisant ses exigences, évidant par exemple le principe de substitution, mais, pour la deuxième lecture, la Commission environnement avait rétabli la plupart des exigences du Parlement. Cela avait permis de repérer une forte minorité de députés du PPE prêts à voter en plénière pour un retour à ce niveau de protection. On serait alors allé vers une « conciliation » entre le Parlement et le Conseil, débouchant sans doute sur une cote moyenne entre la position de la Commission environnement et celle du Conseil.

Eh bien non. Le rapporteur, le socialiste italien Guido Sacconi, tournant le dos à cette possibilité d’une majorité d’idées, s’en fut négocier directement avec la direction du PPE pour un accord de l’ensemble des deux grands groupes. Ce choix fut sans doute inspiré par la toute puissante chimie allemande qui, à travers le gouvernement de grande coalition Merkel, influence les deux grands partis nationaux allemands, et donc les groupes PPE et PSE.

Comme, naturellement, les libéraux-démocrates et l’UEN ne pouvaient que s’allier à cette grande coalition européenne aux ordres de la chimie, nous nous sommes retrouvés seuls, avec les communistes, pour essayer de défendre la santé des Européens. Bataille évidemment largement perdue.

Sur les chaînes de télé françaises, toute l’après midi et jusqu’en début de soirée, il semble évident qu’en plus, la chimie a gagné la bataille de la communication : cette Reach évidée, remplaçant l’obligation de substitution par de vagues engagements, est présentée comme une victoire des consommateurs et de la défense de l’environnement humain ! Ce n’est que tard dans la soirée que, sans doute sous la pression des communiqués rageurs des Verts et des associations écologistes, les média commencent à se rendre compte, dans les interviews, que la santé est la grande perdante de cet affrontement.

Cela dit, si les associations de consommateurs (ou de malades !) savent s’emparer de la Directive Responsabilité des entreprises en matière environnementale, elles pourront faire des procès aux entreprises qui, au moins, auront dû enregistrer les molécules qu’elles utilisent. Hélas, il sera sans doute trop tard. Mais nous pourrons alors dire aux entreprises de la chimie : « Vous avez voulu les profits au détriment de la santé, vous avez ruiné notre santé et vous serez ruinées vous-mêmes. »

TV

Deuxième lourde défaite de la semaine : la révision de la Directive Télévision sans frontière. Là encore, les lobbies industriels ont gagné : la publicité télévisée pourra couper les émissions toutes les… 30 minutes ! Bien entendu, les États et les chaînes pourront faire mieux, mais l’Europe a perdu une nouvelle occasion de se montrer protectrice.

Elargissement

Tout de même, nous avons quelques satisfactions. Les rapports sur l’élargissement, et surtout sur les conditions « internes » de l’élargissement (c’est-à-dire « À quel point l’Union européenne doit-elle approfondir son unité pour pouvoir accueillir, valablement et sans risque de paralysie, de nouveaux membres ? ») offrent de précieuses indications sur l’évolution des idées en matière de révision constitutionnelle. Car, comme on le sait, les élus n’ont pas l’intention de laisser les gouvernements régler seuls cette question en Conférence inter-gouvernementale.

Le rapport Brok parle plutôt de la stratégie pour l’élargissement, et concerne essentiellement les pays de l’ex-Yougoslavie et la Turquie, c’est-à-dire tout ce qui, dans les Balkans, reste en dehors de l’Union européenne. Un paragraphe d’apparence anodine, affirmant que le traité de Nice n’offre pas une base adéquate pour des élargissements futurs, provoque une division chez les communistes : 14, dont Francis Wurtz, votent pour, 11 votent contre, rejoignant les deux groupes d’extrême-droite. Lors du vote final sur le rapport Brok se confirme l’apparition d’une tendance pro-européenne au sein du groupe communiste, autour de Sylvia-Yvonne Kaufman, de l’ancienne présidente du Parti ex-communiste ex-Est allemand, Gabrielle Zimmer et de l’Italien Agnoletto. Les autres communistes votent contre le rapport Brok avec l’extrême-droite, les souverainistes anglais et tchèques du PPE, et le souverainiste Vert suédois Carl Schlyter. L’UEN se divise en deux…

Le groupe communiste pro-européen se manifeste à nouveau lors des votes sur le rapport Stubb à propos de la capacité de l’Union à intégrer de nouveaux membres. Ce qui est très intéressant, c’est que ce rapport détaille les acquis du TCE qui doivent absolument être confirmés dans la future renégociation constitutionnelle. Le paragraphe sur « la nécessité d’un élargissement substantiel des cas de votes à la majorité qualifiée » obtient le soutien des mêmes communistes, la droite souverainistes anglo-tchèques du PPE et la majorité de l’UEN s’y opposant avec le reste des communistes et bien sûr Carl Schlyter. Sur ce point, Francis Wurtz s’abstient.

Un deuxième paragraphe exigeant l’égalité entre le Parlement et le Conseil dans les votes législatifs et sur le budget obtient une large majorité (il se trouve quand même 76 députés pour voter contre leur propre pouvoir : l’extrême-droite et quelques communistes ! Même Schlyter s’abstient, Wurtz vote pour). Même chose pour la création d’un ministre européen des affaires étrangères. L’élection du Président de la Commission par le Parlement européen trouve une majorité à peine plus faible.

Une curiosité, le vote sur un amendement Vert rédigé par l’autrichien Joannes Voggenhuber à propos des limites de l’Union. Il écrit en substance (mais il faut l’entendre le dire en allemand !) : « Le processus d’intégration atteindra ses limites quand les objectifs d’établir une politique basée sur des valeurs communes et sur la cohésion sociale risqueraient d’être remis en question ». Cet amendement n’ayant pas eu le soutien des autres groupes en Commission des affaires constitutionnelles, il n’est pas soutenu par ces groupes en plénière. Il ne recueille que les voix de tous les Verts et de… presque tous les Français ! De Jacques Toubon à Francis Wurtz, ce mélange de Descartes et de Renan a dû sonner agréablement aux oreilles de notre culture nationale.

Signalons par ailleurs la création d’un fonds pour aider les démocrates en lutte par dessus la tête d’un gouvernement dictatorial (beau succcès pour notre amie Hélène Flautre) et d’un fonds pour aider à la reconversion des victimes de la globalisation commerciale (rapport Roselyne Bachelot)…

Climat

Dernière satisfaction de la semaine, le vote sur les objectifs en matière de lutte contre l’effet de serre. Il s’agit de d’influencer à l’avance un paquet de textes que la Commission doit nous présenter en janvier prochain. Ce texte fixe des objectifs en apparence ambitieux, et tout à fait conformes aux objectifs à long terme de la Conférence des Parties de la Convention sur le climat de Buenos Aires : un engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre de - 30% en 2020 par rapport à 1990, et de – 60 à - 80% (c’est à dire en gros une division par 4) d’ici 2050. Un échéancier ambitieux est également fixé pour les renouvelables et pour l’efficacité énergétique, mais évidemment toute la question est de savoir si on compte le nucléaire parmi les énergies renouvelables ! Sur ce point, la droite (PPE) propose un amendement très dangereux : il remplace les mots « énergies renouvelables » par les mots « à très faible production de gaz à effet de serre », ce qui implicitement inclurait le nucléaire (qui n’est pas une énergie renouvelable, mais produit effectivement peu d’effet de serre). Cet amendement est majoritairement repoussé, ainsi qu’un amendement laissant entendre que le nucléaire est fiable. La majorité européenne, même de droite, reste donc anti-nucléaire.

Mais (c’était trop beau) les choses se gâtent quand on en vient à la part de la biomasse dans les énergies substituables, auxquelles le rapport Langen est entièrement consacré. Là, il est clair qu’il s’agit essentiellement d’une victoire du lobby de l’agro-énergie et non des énergies renouvelables ! Tous nos amendements, visant à exclure la production de biomasse qui entrerait en concurrence avec la production alimentaire, en particulier dans le Tiers monde, ou qui se ferait au détriment d’écosystèmes riches en biodiversité, sont repoussés.

Dans le triangle des risques énergétiques, les énergies fossiles et l’énergie nucléaire viennent de perdre des points. La compétition pour l’usage des sols n’en devient que plus dangereuse… Une seule solution : sobriété et économies d’énergie !

Bon, mercredi soir, fête de fin d’année des Verts. On a bien dansé…

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve197

Haut de la page


Forum du blog

Il y a 5 contributions à ce blog.
  • REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.

    Cette fois-ci, M Lipietz, puisque vous-même expliquez que la directive REACH aura été vidée de sa substance par un accord entre socialistes et conservateurs au Parlement, et ce, malgré les manifestations devant le parlement, voudrez-vous éventuellement prendre en considération :

    1) Le fait que le groupe des parlementaires verts est réduit au rôle d’alibi commode au Parlement Européen dès lors que socialistes et conservateurs s’entendent très régulièrement généralement pour proposer des mesures auxquelles les libéraux, trop heureux de leur bonne fortune, se rallient sans difficulté

    2) Le fait que donner ou non plus de pouvoir au parlement européen n’aurait rien changé à cet état de fait, du moins, tant que les socialistes européens représenteront, dans l’imanginaire collectif, la "gauche" en europe ?

    3) Que le passage à la majorité qualifiée de certaines matières aurait permis d’accélérer cette forme de construction européenne (le consensus industrialo-libéral).


    Mardi 19 décembre 2006 à 08h30mn57s, par Gus (skolem@4jn1n.freesurf.fr)
    lien direct : http://lipietz.net/?breve197#forum1232
    • REACH évidée : la resposabilité des gouvernements.

      1. Cela fait je ne sais combien de fois que je le répète : la meilleur constitution du monde ne peut offrir que ce que demande la majorité des électeurs. Tant que les électeurs donnent plus de voix aux partis productivistes qu’aux écologistes, il est évident que plus une constitution sera démocratique (c’est à dire représentant mieux les électeurs), plus la politique menée sera productiviste. C’est le problème de la démocratie : elle suit le "demos". Et tant que la mobilisation écologiste sera aussi faiblarde entre deux élections (vous avez eu de bons yeux pour repérer une manif sur REACH devant le PE !), la démocratie de manifestation ne pourra compenser les faiblesses de la démocratie représentative. C’est pourquoi certain préfèrent le despotisme éclairé. Les Verts préfèrent la démocratie éclairée : il faut que le peuple décide, mais il faut aussi avertir le peuple des périls écologiques. C’est ce que nous appelons "militer". Ca prend beaucoup de temps.

      2. Si vous aviez lu plus attentivement mon texte et la presse, vous sauriez que ce n’est pas le parlement qui a évidé REACH, mais le Conseil, c’est à dire les gouvernements. L’accord PPE-PSE en PE n’a consisté qu’à passer tout de suite le compromis avec le Conseil, au lieu de revoter en 2e lecture ce que le PE avait voté en 1ere lecture, avec le risque d’une 3e lecture après les élections françaises et l’éventuelle chute de la droite en France. C’était déjà le même scenario, imposé par le grande coalition allemande, lors de la "non-deuxième" lecture sur la Bolkenstein : voir mon blog au 17 novembre (http://lipietz.net/?page=blog&amp ;i...). On voit les effets ravageurs de la stratégie des "nonistes de gauche" allemands (communistes + Lafontaine, le Chevènement allemand) qui ont fait remplacer une coalition SPD-Verts par une coalition CDU-CSU-SPD.

      3. Ca ne dédouane pas la "démocratie française". Je vous rappelle que Chirac est cosignataire de la Lettre à la Commission européenne demandant de ne pas compromettre, avec REACH, la compétitivité de la chimie européenne.

      En fait, s’il n’y avait eu que la France avec sa démocratie locale, il n’y aurait pas de REACH du tout !! Je peux hurler contre la médiocrité finale de REACH. Mais je sais qu’elle résulte (entre autres...) de la position de la France au sein du Conseil, une France représentée par une majorité choisie en 2002 par les électeurs français, et de la faiblesse, en face du Conseil, d’un Parlement dans une constitution (celle de Maastricht-Nice) que le peuple français a confirmé le 29 mai 2005, en rejetant une nouvelle constitution (le TCE) qui serait entrée en vigueur il y a un mois et demi, qui lui donnait beaucoup plus de pouvoir, et qui aurait donné un tout autre tour au débat sur REACH, en intégrant dans la deuxième partie une définition du principe de précaution beaucoup plus fort que ce qui existe dans les constitutions nationales y compris française.


      Mardi 19 décembre 2006 à 19h19mn56s, par Alain Lipietz (alain@lipietz.net)
      lien direct : http://lipietz.net/?breve197#forum1233
      • REACH évidée : la resposabilité des gouvernements.

        Je reconnais bien volontiers que rien n’aurait été possible au pays de Framatome, Rhône-Poulenc et Vivendi. Pour autant, était-ce une raison pour imposer nos erreurs aux autres pays de l’UE ? Même lorsque ces erreurs forment un consensus franco-allemand ? La construction européenne consiste-t-elle à reproduire ailleurs les erreurs de l’europe productiviste historique ?

        C’est pourtant grâce à l’existence de l’UE que la vision de ces grands pays chimiquiers que sont la France et l’Allemagne que la vision de l’industrie aura été imposée au reste de l’U.E.

        Mais ignoriez-vous que la principale motivation poursuivie par le groupe PSE dans la menée de REACH était de créer de nouvelles administrations nationales et une énième bureaucratie européenne ? Le rapporteur Guido Sacconi était pourtant clair, me semble-t-il :

        http://www.eupolitix.com/FR/Intervi...

        Force est dès lors de constater que le PSE avait atteint les objectifs de sa feuille de route avec le compromis proposé par le Conseil.

        Je suppose que, pour d’autres raisons, les suédois doivent être ravis de devoir à nouveau se mettre leur législation protectrice des mineurs règlementant les émissions de télévision là où je pense suite à la renégociation de télévision sans frontières.


        Mardi 19 décembre 2006 à 21h07mn26s, par Gus
        lien direct : http://lipietz.net/?breve197#forum1234
    • REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.

      aidez moi à comprendre cher gus : les 3 points que vous soulignez sont-ils un rappel des arguments qui vous ont fait voter non au TCE, ou bien les raisons pour lesquelles vous ne souhaitez pas, à l’avenir, construire une Europe dans laquelle les parlementaires européens auraient trop de pouvoir (sauf bien sur, et cela sera inscrit dans votre future constitution européenne, si il y a une majorité de gauche antilibérale...) ? (ou les 2, très vraisemblablement, mais c’est surtout ce 2ème point qui m’intéresse le plus) Bref, êtes vous bien sur la même ligne que Jennar ?

      est ce que je rêve ou vous êtes de ceux qui reprochiez au TCE de ne pas être assez démocratique ? est ce que je rêve ou vous êtes de ceux qui prétendiez et prétendez être des nonistes pro-européens ?? si oui, pourriez vous alors faire en sorte svp que dans les débats qui traverseront l’Europe dans les années à venir sur la marche à suivre, votre projet d’Europe soit mieux expliqué aux citoyens que ce qu’il fut pendant la campagne TCE ? Parce que voyez vous, pendant cette campagne, mes amis qui voulaient voter non soutenaient que les leaders nonistes de gauche voulaient aussi une Europe démocratique mais pensaient que pour cela il fallait voter non. On les avait manifestement bernés...


      Mercredi 20 décembre 2006 à 09h51mn29s, par jseb
      lien direct : http://lipietz.net/?breve197#forum1235
      • REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.

        En ce qui concerne les questions personnelles que vous me posez, j’aurais tendance à tout d’abord poser le constat que, majoritaires ou non, divers ou non, unis ou non, de gauche ou non, les nonistes ne définissent à cette heure ni l’agenda institutionnel ni français, ni européen, ni les modalités, phases, règles et arbitrages du jeu démocratique.

        C’est donc à partir des agendas et modalités fixés par leurs adversaires d’hier qu’ils, dans toute leur diversité, définiront leur position dans le champs des possibles qui leur sera proposé.

        En ce qui ne concerne que ma petite personne, je reste partisan de cette position déjà fort ancienne (et d’ailleurs autrefois soutenue par de nombreux parlementaires vers) consistant à organiser un référendum à l’échelle européenne à l’occasion des prochaines élections (européennes). Une fois ce principe posé, j’ai tendance à considérer que le contenu exact et la portée du texte à soumettre à référendum peut être librement apprécié par quiconque estimera le devoir. Bien entendu, pour conciliante qu’elle soit, cette position ne reflète nullement l’intégralité de ce que je peux penser sur le sujet, mais je crois n’avoir jamais caché considérer que les plus grands opposants à ce que le sens commun nomme la construction européennes sont les institutions étatiques et pas les citoyens eux-mêmes.


        Mercredi 20 décembre 2006 à 17h27mn33s, par Gus
        lien direct : http://lipietz.net/?breve197#forum1236
Calendrier des blogs
<< décembre 2006 >>
lumamejevesadi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
23/12: L’accord CAN-EU. Les lycéens.
17/12: Les Verts et la « dynamique du Non »
15/12: REACH évidée. TV publicité. Re-Constitution. Energie.
10/12: Plein de débats. Retour à la Constitution.
6/12: Politis. Propriété intellectuelle.
3/12: L’AG des Verts
1er/12: Préfecture 75 et sans-papiers. Al Gore.
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: