Neige sur Guéret


Format d'impression Texte sans onglet Texte sans onglet
Samedi 5 mars 2005

On ne pouvait pas trouver meilleur endroit que Guéret pour illustrer la crise du service public, l’abandon des zones rurales. Le temps s’était mis de la partie. Pour aller à Guéret (qui possède une gare…), il faut descendre du train à 35 km, à La Souterraine. De là, conduite prudente sur la neige jusqu’à Guéret : on ne peut sans doute pas accuser la DDE de mépris du service public si la route n’est pas aussitôt sablée ou salée.

Le matin du 5, beaucoup de cars sont bloqués par la neige. Les manifestants qui ont réussi à venir cheminent vers les différents forums (à la mairie, au cinéma...) comme dans un village de montagne.

J’ai choisi le forum sur la santé. Dans les premières minutes, il faut croiser le fer avec les militants qui cherchent à confisquer cette manifestation pour le service public au profit de la mobilisation pour le Non. « Confisquer » est injuste. Ils sont chez eux. Tout Guéret est pour le Non, du parti socialiste aux anarchistes. La Creuse n’est pas la Sardaigne, l’Andalousie ou l’Algarve, qui depuis des décennies vivent des subventions de « Bruxelles », puissance bienveillante et protectrice... Ce n’est déjà plus l’Etat français qui étend sa providence, ce n’est pas encore l’Union européenne. Pour les habitants de la Creuse, leur survie, c’est la République. Ailleurs, là où l’Etat n’a jamais été suffisamment fort, la survie des zones rurales en difficulté, c’est Bruxelles.

Après ce petit accrochage verbal, vu que les gens ont fait des centaines de kilomètres dans la neige pour parler des services publics et non de la Constitution, la parole est enfin donnée à ces multiples collectifs des zones rurales qui ont emboîté le pas au collectif creusois. Tous rappellent que la casse remonte à 20 ans, et s’est accélérée avec le plan Juppé. Si l’Europe est pour quelque chose là-dedans, alors c’est plutôt le traité de Maastricht (que j’avais combattu) que l’éventuelle future constitution !

La tonalité est quand même très « défense de l’hôpital ». Fort heureusement, les militants du syndicat MG France interviennent pour souligner que la médecine libérale, couverte par la sécurité sociale, joue tout autant son rôle dans le service public de santé.

Après la restitution des forums à la mairie, les Verts de la Creuse nous accueillent dans leur petit local en nous régalant des bonnes choses du coin. Mais déjà, la manifestation se forme, sur la place, dans la neige. Je n’ai pas assisté au petit affrontement où François Hollande se serait fait huer. La manifestation s’ébranle, la neige commence à tomber. En quelques minutes, nous sommes transformés en bonshommes (et bonnes femmes) de neige ambulants. La ville est trop petite pour la manif, le cortège ne peut s’y déployer entièrement : la tête de la manif rencontre le milieu du cortège.

La manifestation se forme sur la neige...

À nouveau, les militants de Guéret nous réconfortent dans leur local, et en route pour le grand débat final. À la tribune, que des hommes : j’en suis (on ne se refait pas). Le député-maire, socialiste, fait un discours et s’esquive. Je reste seul représentant du Oui. Vient mon tour. Je n’ai qu’un message à communiquer : « il ne faut pas se laisser diviser ». Immédiatement, les huées éclatent. Manifestement, une partie de la gauche de la gauche règle à travers moi ses comptes avec ce que fut la majorité plurielle. Le président de la séance, Bernard Langlois, le président et âme du comité creusois (Bernard Defaix) prennent ma défense. Les clameurs s’apaisent. J’arrive à développer ma position : ne pas se laisser diviser entre partisans du Oui et du Non, entre zones rurales et quartiers urbains délaissés, entre salariés et usagers du service public, entre les différentes façons (secteur public, secteur privé, tiers secteur) de rendre service AU public, entre la gauche sociale et la gauche politique.

... et s’ébranle sous la neige

Le débat s’engage. Je saisis deux interventions pour préparer ma réponse. Un militant CGT du privé explique que le départ des entreprises affaiblit également le service public, un militant culturel associatif souligne la chute des subventions. Je reprends la balle au bond, développe mon point sur les différentes façons de rendre service au public : « L’ensemble des entreprises privées offre un bien collectif, l’emploi. L’essentiel du service public de la culture est offert par des associations. La responsabilité du politique est d’assurer la cohérence des unes et des autres, au service de toute la société. » Visiblement, la salle est surprise, et approbative. Si cela ne fait pas avancer d’un pouce l’argumentation en faveur du Oui, j’ai simplement dédiabolisé l’idée d’un Oui progressiste. Dans l’ambiance monocolore de ce rassemblement, ce n’est pas tout à fait inutile.

Le fond du problème, pour moi, c’est que, si dans ma tête il est parfaitement clair que seul le Oui est progressiste puisque le Non ne fait que confirmer le pire des traité, celui de Maastricht-Nice, ce raisonnement est tout à fait inapte à gagner les coeurs. En votant Non, ces militants clament leur désarroi. On ne peut les convaincre qu’en refondant l’espoir.

D’où mon discours sur la nécessité d’une « co-élaboration du programme » entre la gauche sociale et la gauche politique. J’avais souligné l’importance du texte rédigé par le collectif creusois qui fixe une sorte d’exigence incontournable de la première à l’égard de la seconde, sur le thème des services publics, et j’avais souhaité que dans les mois qui viennent d’autres textes équivalents soient rédigés sur les différents sujets Dans son intervention finale, le président du Collectif creusois reprend l’idée et le mot : coélaboration.

Adresse de cette page : http://lipietz.net/?breve43

Haut de la page


Calendrier des blogs
<< mars 2005 >>
lumamejevesadi
2627281234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
26/03: Vacances à l’ombre du Non
10/03: Débattre par temps de grève
8/03: Le hiatus entre les eurodéputés et le débat français.
5/03: Neige sur Guéret
2/03: Une semaine de débats sur le Traité constitutionnel européen (TCE)
les derniers textes du blog du site
Les archives du blog
2014

:: juillet:
18:
:: juin:
3:
:: avril:
24:
:: mars:
22:
:: janvier:
15:
2013

:: décembre:
16: 2:
:: novembre:
17: 3:
:: octobre:
1er:
:: juillet:
27:
:: mai:
14:
:: avril:
25: 4:
:: mars:
19: 16: 11: 8: 4:
:: février:
3:
:: janvier:
26: 24: 22:
2012

:: décembre:
17:
:: novembre:
16: 1er:
:: septembre:
29: 17:
:: août:
4: 1er:
:: juin:
27: 16:
:: mai:
28: 17: 6: 5:
:: avril:
21:
:: mars:
21: 19: 17:
:: février:
23: 17: 10: 4:
:: janvier:
23: 12:
2011

:: décembre:
10:
:: novembre:
29: 21: 8: 7: 4:
:: octobre:
20: 14: 5:
:: septembre:
22: 8:
:: juillet:
15: 2: 1er:
:: juin:
27: 25: 21: 14: 6:
:: mai:
31: 23: 20: 17: 3:
:: avril:
3:
:: mars:
24: 21: 16: 8:
:: février:
23: 2:
:: janvier:
23: 12:
2010

:: décembre:
19: 12: 10:
:: novembre:
23: 22: 12:
:: octobre:
26: 5:
:: septembre:
9: 6:
:: août:
25: 17:
:: juillet:
13: 6:
:: juin:
30: 23: 16: 3:
:: mai:
31: 26: 13:
:: avril:
20:
:: mars:
29: 20: 12:
:: février:
26: 16: 8:
:: janvier:
28: 16: 1er:
2009

:: décembre:
22: 7:
:: novembre:
23: 15: 13: 7: 1er:
:: octobre:
23: 20: 12: 7: 5: 3: 1er:
:: septembre:
28: 25: 21: 13: 8:
:: août:
30: 24: 18:
:: juillet:
26: 24:
:: juin:
28: 10: 9: 6: 5:
:: mai:
30: 23: 17: 10: 2:
:: avril:
24: 20: 11: 5: 1er:
:: mars:
8: 1er:
:: février:
22: 13: 8: 6: 1er:
:: janvier:
21: 16: 10:
2008

:: décembre:
19: 14: 8: 1er:
:: novembre:
23: 19: 13: 5:
:: octobre:
26: 19: 12: 9:
:: septembre:
30: 21: 14: 7:
:: août:
31: 26: 19:
:: juillet:
14: 4:
:: juin:
29: 20: 14: 7:
:: mai:
29: 24: 18: 10: 5:
:: avril:
25: 19: 13: 5:
:: mars:
28: 21: 13: 6: 2:
:: février:
23: 9: 6: 4: 1er:
:: janvier:
24: 18: 11: 6:
2007

:: décembre:
21: 14: 9: 2:
:: novembre:
29: 25: 23: 22: 16: 9: 4:
:: octobre:
28: 26: 20: 12: 9: 7: 4:
:: septembre:
30: 29: 22: 20: 16: 12: 9:
:: août:
29: 19:
:: juillet:
31: 14: 8: 7: 1er:
:: juin:
28: 25: 18: 13: 11: 8: 3:
:: mai:
26: 19: 14: 12: 7: 5: 4:
:: avril:
27: 24: 20: 15: 13: 7: 2:
:: mars:
29: 27: 26: 24: 22: 20: 17: 11: 6:
:: février:
23: 17: 12: 9: 2:
:: janvier:
31: 29: 24: 23: 22: 21: 18: 13: 8: 6:
2006

:: décembre:
23: 17: 15: 10: 6: 3: 1er:
:: novembre:
30: 26: 22: 17: 16: 11: 10: 5:
:: octobre:
29: 27: 24: 12: 8: 6: 1er:
:: septembre:
28: 23: 21: 18: 15: 10: 3:
:: août:
27: 20:
:: juillet:
23: 15: 13: 9: 7: 1er:
:: juin:
26: 21: 12: 7: 3: 1er:
:: mai:
31: 28: 19: 16: 14: 8: 2:
:: avril:
27: 21: 18: 14: 7:
:: mars:
31: 26: 19: 10:
:: février:
25: 23: 21: 19: 17: 14: 10: 2:
:: janvier:
30: 23: 19: 15: 12:
2005

:: décembre:
22: 16: 8: 5:
:: novembre:
26: 23: 17: 13: 10: 6: 3:
:: octobre:
31: 27: 20: 16: 13: 11: 6: 5:
:: septembre:
29: 28: 25: 15: 13: 11: 8: 7: 5: 3:
:: août:
24: 5: 3:
:: juillet:
14: 13: 12: 8: 7: 6: 5: 4: 2:
:: juin:
29: 28: 25: 23: 22: 21: 20: 17: 13: 9: 6: 2: 1er:
:: mai:
28: 26: 15: 7: 5: 1er:
:: avril:
24: 15: 8: 6: 1er:
:: mars:
26: 10: 8: 5: 2:
:: février:
24: 23: 22: 17: 13: 2:
:: janvier:
31: 20: 15: 13: 12: 6:
2004

:: décembre:
15: 11: 8: 7: 6: 2:
:: novembre:
28: 21: 16: 6:
:: octobre:
29: 27: 26: 22: 17: 14: 6: 5:
:: septembre:
25: 24: 22: 21: 1er: