mardi 24 octobre 2017

















Accueil  > Député européen (Verts, France) > Amérique latine > Colombie > Négociations pour Ingrid : fin d’un round (http://lipietz.net/?article872)

par Alain Lipietz | 15 juin 2002

Colombie
Négociations pour Ingrid : fin d’un round
Le 13 juin, le Conseil européen a inscrit les FARC sur la liste des groupes considérés comme terroristes par l’Union européenne.
Les FARC perdent ainsi le statut de " partie à un conflit " qui avait permis à l’Union européenne de jouer un rôle médiateur entre la Présidence colombienne et la guérilla. Dans cette décision, qui traduit une évolution parallèle du Parlement européen et du Conseil, l’enlèvement d’Ingrid Betancourt et d’autres élus colombiens aura joué un rôle décisif.

Certes, l’Europe a toujours été consciente des violations des droits humanitaires internationaux par les FARC et les autres parties au conflit (en particulier les enlèvements de civils dans un but lucratif), et les ont toujours condamnées. Mais l’Europe avait accepté, à la demande du Président Pastrana d’ailleurs, de jouer un rôle facilitateur dans les négociations de paix qu ?elle souhaitait voir aboutir , pour justement hâter la fin de ces violations des droits humanitaires. L’enlèvement d ?un sénateur puis d’Ingrid puis d’autres élus, l’aggravation des crimes contre les populations civiles, enlevaient tout sens à la notion même de médiation.

La décision a été prise en fait dès le 7 Juin, par le groupe technique du Conseil européen. Cette date a clos un cycle de négociations pour la libération d’Ingrid. Les efforts que j’avais déployés pour échanger la libération d’Ingrid et des autres élus séquestrés, contre un soutien au maintien du statut de partie en conflit auprès de la quelle l’Europe pourrait jouer un rôle médiateur, étaient désormais vains du fait du refus des FARC.
À partir de cette date, s’il y a négociation, elle reprendra sous une autre base et sous d’autres formes que celles qu’autorisait mon statut de député européen, tant que l’Europe ne considérait pas les FARC comme groupe terroriste.

Ainsi, le 27 mai, j’avais reçu à Paris, à sa demande, la visite d’un représentant du « n°2 des Farc », Raul Reyes, en présence de dirigeants et animateurs de la commission internationale les Verts français. Je me suis rendu compte à cette occasion que les FARC n’avaient toujours pas pris la mesure de la gravité et de l’impact géostratégique de cet enlèvement. Le représentant des FARC venait... pour demander un soutien au nom des droits de l’Homme ! Je lui ai répondu que les FARC avaient enlevé une des porte-paroles les plus en vue du mouvement Vert mondial, et avait empêché notre mouvance de faire campagne en Colombie, qu’elles étaient donc en état d ?agression injustifiable contre le mouvement Vert mondial, et qu’une discussion sérieuse ne pourrait commencer qu’une fois Ingrid libérée inconditionnellement.

Le représentant des FARC m’a répondu qu’il ne fallait voir nulle hostilité dans cet enlèvement, qu’Ingrid était une femme excellente qui combattait la corruption, et qu’ils partageaient l’engagement des Verts en faveur de l’environnement. Simplement, ils avaient besoin d’Ingrid, prise de haute valeur, pour l’échanger contre des prisonniers. Je lui ai répondu que nous aussi avions besoin d’Ingrid et que, si sympathique qu’il soit, lui, nous pourrions bien l’enlever aussi pour l’échanger contre Ingrid, mais que ce n’était pas nos méthodes (en fait j’étais bien conscient que les courtiers de l’industrie de l’enlèvement ne donneraient pas cher de ce maigre ambassadeur, en comparaison de la valeur d’Ingrid).

J’ai informé l’’émissaire que le groupe technique du Conseil européen prendrait sa décision le 7 juin, et lui ai proposé d’aller moi-même récupérer Ingrid avant cette date. Ce que j’ai confirmé aux FARC par e-mail, l’après-midi même.

Sans aucune réponse des FARC, il était impossible de différer la décision européenne.

Ainsi s’est achevé un cycle de négociations, dont je rappelais aux FARC les étapes dans le texte dont voici quelques extraits, et dont j’ai présenté les grandes lignes le 7 juin au Colloque Pax Christi sur " L’industrie du séquestre en Colombie ", à l’Institut d’Études Politiques de Paris.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique