jeudi 30 mars 2017

















fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression suivre la vie du site
par Alain Lipietz | 29 janvier 2017

Emmanuelle Riva
« La Femme », ça existe
Je n’ai rencontré qu’une fois Emmanuelle Riva. Transi.

C’était le 11 septembre 1974 et nous n’avions pu décrocher « que » la grande salle du Palais des congrès, porte Maillot, pour le meeting du premier anniversaire du coup d’État contre Allende et de soutien à la résistance. Elle devait présider.

Sur l’immense scène, derrière le rideau encore baissé, elle attendait, seule, debout, souriante, doucement interrogative. Terrorisés, les organisateurs maoïstes et trotskistes se pressaient en coulisse. « Mais il faudrait lui expliquer ce qu’elle a à faire ! Qui c’est qui y va ? » Injustement, les chefs me jetèrent sur le plateau. Je m’approchai, traversant genoux tremblants la moitié de la scène vers le Monstre sacré.

Elle m’accueillit avec ce sourire à la fois charmant et légèrement ironique qui a conquis et paralysé de respect toute ma génération, depuis Hiroshima mon amour. Incarnation même de La Femme, la femme libre, la femme d’intelligence, de noblesse et de désir, la Pandora imaginée par Hésiode : "Aphrodite d’or mit sur son front la grâce, le douloureux désir, et le souci qui brise les membres…" Un pouvoir fragile qu’elle ne pouvait ignorer, et qui expliquait sans doute son imperceptible ironie : « Une femme à la moralité douteuse, c’est une femme qui doute de la moralité des autres... »

Elle a traversé notre siècle en incarnant les images les plus fortes et les plus dérangeantes de La Femme, de la Thérèse Desqueyroux de Franju à la Médée d’Euripide à Avignon. Elle a conclu sa carrière par un film que je garde en réserve, que je n’ose pas encore visionner tant que la cicatrice des six ans d’agonie de Francine ne sera pas adoucie : Amour de Haneke.

Emmanuelle Riva, immortelle et bouleversante icône de la discrète supériorité de La Femme, qui pourtant se prête avec bienveillance, à nous autres petits garçons, et que le cinéma garde pour nous à tous les âges de la vie humaine.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique