vendredi 21 juillet 2017

















Accueil du site  > Vie publique > Articles et débats > Gramsci et la Bretagne
Erreur 404 - Alain Lipietz
  • Erreur(s) dans le squelette
    • #INSERT_HEAD, Double occurrence

par Alain Lipietz | 12 janvier 2014

Politis n° 1285 (9-15 janvier 2014)
Gramsci et la Bretagne
Ainsi, le maire de Carhaix, leader des Bonnets Rouges, appelle avec nous à la grande manif contre l’aéroport de Notre Dame Des Landes, le 22 février !

Je m’étais déjà étonné que le NPA ou l’UDB se joignent aux manif des Bonnets Rouges, rassemblant, contre la taxe-poids lourds, patrons de l’agro-alimentaire ou de la distribution et syndicalistes de la FNSEA et de Force Ouvrière, tandis que la CGT, la CFDT et la Confédération Paysanne, majoritaires chez les travailleurs de Bretagne, manifestaient ailleurs…

Pour désintriquer une telle confusion, il faut revenir à la théorie de « l’hégémonie » produite par le marxiste italien Antonio Gramsci, dans les années 1930. Pour lui, le pouvoir des classes dominantes ne repose pas principalement sur la coercition, mais sur la capacité de présenter leurs intérêts comme ceux du peuple tout entier, appelé à faire « bloc » autour d’elles. Capacité qu’il appelle « hégémonie » (du grec : direction, en franglais leadership). C’est possible, parce que chaque individu se trouve dans une situation complexe, où plusieurs « identités » se superposent. Un paysan breton peut se reconnaître comme petit propriétaire, petit entrepreneur, travailleur exploité par l’agro-alimentaire, Breton opprimé par les Parisiens… La pensée de Gramsci permet de penser les variations du système d’hégémonie dans le temps et de région en région.

La Bretagne se prête parfaitement à cette analyse. J’ai eu la chance de la voir évoluer depuis les années 1960, depuis une bloc réactionnaire subordonnant les Bretons à leurs nobliaux et curés au nom de la défense de la propriété, puis un bloc moderniste qui tentait de les unifier sous l’hégémonie de gros entrepreneurs agro-alimentaire, tel Alexis Gourvenec dans le Comité de liaison des intérêts bretons, et enfin une coalition qui tentait de les rallier comme travailleurs exploités, polarisant la contestation régionaliste contre le grand capital et l’État français, et l’aspiration des femmes à la liberté contre la domination cléricale. Ce derenir bloc, représenté par des socialistes chrétiens ou des écologistes, l’a emporté dans les années 70 et depuis dominait la Bretagne.

Cette Bretagne sous hégémonie moderniste de gauche, les géographes politiques français (H. Lebras, E. Todd, C. Guilly, L. Davezies), dans leurs livres récents, la classent « à part » dans le triste paysage du monde semi-rural périphérique voué au vote FN : la seule région qui, contrairement aux autres aires non-métropolitaines, aurait réussi à s’accrocher au coté brillant de la mondialisation. Et patatras : elle s’effondre depuis l’an dernier. C’est que nos auteurs, dans leurs analyses souvent pertinentes, ont oublié la dimension écologique.

Or précisément la crise est une crise à racines écologiques, notamment une crise de l’agriculture intensive mondialisée, dont la France, et tout particulièrement la Bretagne, est l’exemple. Et cette crise affole la Bretagne depuis l’an dernier. Les très pro-européens Bretons ne reconnaissent plus leur monde. Leurs emplois liés au productivisme s’effondrent. La classe ouvrière est dispersée dans de petites usines qu’on ferme ou comme patronat auto-exploité de camionneurs qu’on taxe. Sans compter les intérimaires roumains. Les paysans voient leurs investissements dans le modèle productiviste brutalement dévalorisés. La taxe poids-lourds, qui faisait consensus, apparaît désormais comme un complot parisien voire bruxellois contre la Bretagne. La porte est ouverte à la reconstitution d’un bloc de droite des « entrepreneurs lésés ». C’est la révolte des Bonnets Rouges.

Mélenchon a bien tort de les traiter d’esclaves et de nigauds, comme s’il vilipendait le vieux bloc clérical de 1871. En fait la Bretagne voit depuis 50 ans la concurrence des deux blocs modernistes à vocation hégémonique mais aux frontières fluctuantes : l’un autour des travailleurs contestant le modèle productiviste où ils sont enfermés, l’autre autour des entrepreneurs ayant investi dans un modèle agro-alimentaire bas de gamme (symbolisé par les Poulets Doux), modèle périmé parce que le Brésil saura toujours faire bien pire. Un bloc aux méthodes « musclées » (attaques de préfectures et des voies ferrées) mais qui peut s’appuyer sur le sentiment nationalitaire breton contre « Paris ». Et qui marque aujourd’hui des points.

C’est que le bloc progressiste-écologiste s’est retrouvé, à son corps défendant, aux premières lignes contre Ayrault, et sur ses terres : à Notre Dame des Landes. Il s’est le premier senti trahi par la gauche gouvernementale. Alors l’autre bloc, patronal, reprend du poil de la bête, s’engouffre dans la brèche et passe à la contre-offensive, depuis les terres d’origine de la Confédération paysanne. Du coup, celle-ci est clouée sur place, elle qui dénonçait la surexploitation des paysans par l’agro-alimentaire et la grande distribution, avec sa noria de camions !

Mais, en cherchant à « faire feu de tout bois » contre Ayrault, en se mêlant à la lutte de Notre Dame des Landes contre un projet de transport productiviste aberrant, le bloc patronal des Bonnets Rouges risque de se prendre un rateau : la dénonciation du même modèle, mais dans l’agriculture intensive, celui qui a conduit la Bretagne dans l’impasse. Il va falloir jouer serré.



À noter :

On suivra avec intérêt le débat organisé par Mediapart Bizi (Pays Basque) / Troadec (Bretagne) / Mélenchon.

Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique