dimanche 16 décembre 2018

















Accueil > Magnifiques Journéeds d’été à Nantes la munificente.
Format d'impression
Magnifiques Journéeds d’été à Nantes la munificente.

Fabuleuses journées d’été d’Europe Ecologie dans Nantes la munificente ! 2200 personnes venues saluer le déblocage général des problèmes qui empoisonnaient Europe-Écologie et participer à l’élaboration de son programme…

En effet, dès la veille de ces magnifiques journées d’été, le Comite d’ Animation Paritaire de Europe-Écologie a pris unanimement une décision cruciale : la question de l’organisation de EE sera tranchée par une constituante décentralisée le 9 octobre, ratifiée par une constituante nationale à Lyon le 16 novembre . Entre le 9 et le 16 les Verts auront a décider ou non par referendum qu’ils de fondent dans les schémas votés le 9.

Derrière cette décision (et cela avait permis le déblocage ), deux évolutions se sont affirmées au cours de l’été.
.
- L’exaspération des militants devant la complexité de l’attelage provoque un ralliement à la simplicité : : une orga politique unifiée fonctionnant sur le principe coopératif (une personne, une voix)

- La victoire médiatique d’ Eva Joly cet été a réglé provisoirement la question du leadership pour la présidentielle.

Je reviendrai dans mon prochain bloc sur la « percée » d’Eva, en liaison avec les évènements de l’été.
Mais le problème de la désignation démocratique d’ une direction n’est pas encore tranchée et va devenir le problème, non pas déterminant, mais principal. Le problème déterminant reste bien entendu, comme nous l’avions expliqué dans une contribution à la veille des journées d’été : comment concevoir une organisation politique qui reste largement ouverte à la société civile, non seulement une coopérative mais une ruche pollinisant la société en en faisant son miel ?

Mais revenons à l’état d’EE tel qu’il se montre dans ces journées d’été.

Plus de 2200 inscrits… Pour ’ambiance, voyez l’inénarrable "Journal du OFF", en vidéo. L’an dernier à Nîmes, après le succès énorme des Européennes, il y en avait un tiers de moins. Le léger recul des régionale, d’ailleurs effacé par la victoire législative d’Anny Poursinoff, ne doit pas faire illusion : Europe-Écologie poursuit son expansion, sa consolidation comme troisième force politique du pays, et progresse évidemment en continuant à grignoter les déçus du PS, mais plus significativement en s’élargissant à la même vitesse sur la gauche de la gauche et vers le centre.

La désagrégation du Modem se poursuit. Les cadres de l’organisation de jeunes du Modem, Génération engagée, sont là, Virginie Vautier (ancienne de l’UDF !) aussi, comme de nombreux militants de Cap 21. Corinne Lepage, ancienne ministre de Juppé, est là aussi, elle va même, avec tous les animateurs EE, planter un arbre sur le terrain réservé pour l’aéroport contesté de Notre Dame des Landes… Personne ne lui conteste sa place à EE, même pas José Bové, il ne tient plus qu’à elle de voir…

Les choses avancent aussi à la gauche de la gauche. Pas seulement dans la campagne sur les retraites lancée par ATTAC et la Fondation Copernic (mais qui devient aujourd’hui la structure unitaire de toute la gauche). Mais plus nettement du coté mystérieux de la grande scission du mois de Juin dernier, où le PCF a perdu les derniers joyaux de sa couronne : les grandes villes de la banlieue rouge (Nanterre, Saint-Denis…) Ces communistes finiront-ils à EE ou au Parti de gauche ? En juin ils ont choisi un sas d’attente : la FASE.

C’est pourquoi Natalie, porte-parole de Verts Ile de France où se concentre la crise du PCF, avait organisé un grand forum à Nantes sur le thème « Du Rouge au Vert », et avait invité des animateurs/trices de la FASE, du mensuel Regards, de la Fondation Copernic (Catherine Larue, Roger Martelli, Willy Pelletier), en même temps que les « vieux venus du rouge » (comme moi) et de nouveaux, déjà élus Europe-Écologie (José Bové, Jacques Perreux, Martine Alcorta).

Débat passionnant (on a déjà le projet de le réorganiser en région parisienne, lyonnaise). Martine le lance à un haut niveau : la question de l’autonomie, qu’elle traite à la Edgar Morin –Francisco Varela. J’enchaîne par mon parcours du rouge au vert et les enseignements théoriques que j’en ai tiré, m’appuyant surtout sur mon article « Ecologie et mouvement ouvrier : similitudes et différences ».

José Bové, malin, prétend revenir au concret et la lutte du Larzac. Il ironise sur ceux qui réduisent la lutte politique à un « positionnement » et n’ont que l’anti-capitalisme à la bouche, il rappelle l’attitude de la GOP (mon groupuscule en 1973) qui exigeait que le combat du Larzac « s’inscrive dans la lutte contre le capitalisme ». Je lui confesse qu’on rêvait de se farcir les gros paysans du Larzac représentés par Guy Tarlier et « pire encore » sa femme Marisette (qui n’ont jamais trahi la lutte…) Toute la salle se marre : c’est l’attitude de ceux qui dans les Verts exigent que EE « s’ancre à gauche » en se proclamant anti-capitaliste et contre l’arrivée de Corinne Lepage…

Mais le débat le plus complexe est avec Willy. Celles et ceux qui ont choisi jadis les Verts, aujourd’hui Europe-Écologie, ont admis que l’écologie était le « paradigme » (la vision d’ensemble) structurant de notre idée du progrès. Je rappelle au passage la critique qu’avait autrefois adressée mon amie la féministe canadienne Jane Jenson à propos des mes positions de la fin des années 70 et de la revue Partis-Pris : la politique des « And the… » ( « et les ouvriers, et les paysans, et les femmes, et les jeunes, et les immigrés, et les usagers d’EDF, et les riverains et les musiciens… ») Quand on veut oeuvrer « pour » quelque chose de nouveau, pour un nouveau modèle de développement, on ne peut plus se contenter d’additionner les oppositions à l’ordre existant. Or cette politique des « et… et… » reste explicitement la politique de Willy.

Encore une fois le débat est très riche, le public excellent, nombreux (200 personnes comptées le samedi à 10 heures alors qu’il y a 9 forum en même temps…), exigeant et compétant. Qaund je développe le thème de « l’historicisme » commun à l’écologie et au socialisme, ma langue fourche : « La chouette de Minerve s’envole à la tombée de la nuit (= la compréhension du monde finissant s’éveille au moment où il entre en crise), comme disait Marx » « Hegel ! » corrige le public…

Les nouveaux ex-communistes restent marqués surtout par le refus du rassemblement « anti-libéral », décidé par l’appareil du PCF. Ils semblent impressionnés par la qualité du débat et du public. « Il faut qu’on discute, conclut Roger Martelli, du moment que notre origine est respectée.. » Bien sûr.

A part çà… comme d’habitude, des débats partout, sur tout, même si on a tenté de centrer sur l’élaboration du projet. J’enchaîne les interventions. Impossible même de résumer ce que j’ai dit (on me l’a demandé et j’avais promis, mais pas le temps…). Voici quelques textes sur lesquels je me suis appuyé :

- Débat « Emploi/chomage » des Etats Généraux de l’Emploi : « Le rapport salarial écologiste, en 8000 signes »

- Débat « Retraites » : « Cinq débats clés sur les retraites » (j’ajoute que le « cinquième débat », trop négligé, sur l’écologie du 3è et du 4è age, a fait l’objet d’un atelier, excellent).

- Débat « Solidarités Nord-Suds » : Pour l’analyse, l’onglet correspondant de mon blog. Sur les propositions, j’ai laissé Marc Dufumier développer magistralement la question de la souveraineté alimentaire et je me suis concentré sur le difficultés des négociation sur les « chapitres de Singapour » (cf ici les problèmes avec la Bolivie, dont l’ambassadrice à Genève participait aux débats), notamment la propriété intellectuelle et les services environnementaux. Désolé, aucun texte de synthèse.

Et puis encore ? Comme d’habitude du « Off ».

Le « Off » culturel : avec Pascal Canfin, nous sommes allés le soir en ville animer le débat pour la première projection du film Moi, la finance et le développement durable en présence de sa réalisatrice Jocelyne Lemaire-Darnaud. 300 personnes, sachant que le film était re-projeté le lendemain de la cadre des Journées d’été, donc une majorité de Nantais (des « réseaux de la finance solidaire », principalement, quand même !), pas mal du tout pour un sujet aussi difficile, en plein mois d’août, non ?

Le Off festif : la traditionnelle fête de clôture avait lieu dans un lieu magique : la « Galerie des machines » de l’Ile de Nantes. Ici il faut expliquer ce que j’entends par la « munificence de Nantes ».

Nantes est l’une des 3 métropoles à succès de la fin du siècle dernier, avec Toulouse et Strasbourg. C’est là que, en 68-69, j’ai mené ma première lutte écologiste (la libération des bords de l’Erdre, que longe désormais un merveilleux tramway, le premier de la nouvelle génération), c’est là que la mobilisation politique s’est toujours liée au sens breton de la fête et de la communauté, c’est là que la gauche parvenue au pouvoir (socialiste, puis socialistes et verts) a su déployé encore plus qu’à Paris sa munificence : l’idée qu’une municipalité avait pour charge (munus, en latin) d’en donner plein la vue, en fêtes, en créations, à la communauté. Les Nantais, larmes aux yeux, vous racontent encore la fête de la « Petite géante » et du scaphandrier, féerie fellinienne du Royal de Luxe qui a mobilisé tous les services de la Ville et entraîné toute la population.

L’épicentre de cette munificence est l’Île de Nantes, opération urbaine sur la ruine des chantiers navals. Au lieu de tout céder à la spéculation immobilière, la municipalité y a un somptueusement déployé des services publics : le Palais de justice de Nouvel, à l’ombre duquel sont déployées tous les ans les « Ecosolies » que je vous ais déjà comptées et surtout, sur les anciens chantiers navals, une immense esplanade qui reste disponible à toutes les fêtes, à tous les jeux, et un lieu de débats où se sont tenues les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, où je suis également intervenu. Et puis, donc, la Galerie des machines, dont le clou est le gigantesque éléphant : un monde de machines à la Jules Vernes, hommage au passé de professionnalisme mécanique de la classe ouvrière nantaise. Bien sûr, il y des militants des défaites de Dubigeon pour vous dire leur amertume, hurler au kitsch. Mais quand on n’a pas connu ces défaites, la fête est sans réserve…

Tout n’est pas rose pour autant entre socialos et écolos. Haut lieu de l’affrontement : le projet d’aéroport géant de Notre Dame des Landes, totalement disprportionné par rapport à l’évolution prévisible et à fortiori soutenable du trafaic aérien, que le PS local et régional persiste à soutenir…

Off militant : avec une cinquantaine de personnalité d’Europe Ecologie (de Corinne Lepage à José Bové en passant pas Cécile et Eva) nous débarquons sur le site prévu pour l’aéroport, en plein bocage. Dany est hué par quelques anars, je suis engueulé avant d’avoir mis le pied au sol par une ex-verte passée au Parti de gauche : puisqu’on négocie avec le PS, donc on s’apprête à brader la lutte contre ND des Landes. Les militants du Parti de Gauche finissent par me confier que d’ailleurs « ils ne voteront plus jamais socialiste ». Et donc tacheront de faire ganer la droite en 2012 ? Je le crains : c’est ce qu’ils ont fait à Poissy face à Douillet

Ce sera sans doute l’un « symboles » de l’accord EE-PS pour 2012 : l’abandon de ND des Landes, comme en 2007 celui de Super-Phénix et du Canal Rhin-Rhone, comme en 1981 l’abandon du camp du Larzac et de la centrale de Plogoff.. Mais pour ça, il ne faudra pas cesser de se battre.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
  • Communiqué de presse
Derniers articles Sites web à visiter