dimanche 23 janvier 2022

















Accueil  > Vie publique > Articles et débats > Le chômage aujourd’hui. (http://lipietz.net/?article1331)

par Alain Lipietz | 9 juin 2004

Charlie Hebdo, entretien avec Oncle Bernard
Le chômage aujourd’hui.
Entrevue d’Alain Lipietz, économiste, ancien Directeur de Recherche au CNRS, tête de liste des Verts Île-de-France.
Le chômage, c’est la faible consommation des salariés et le refus de promouvoir le tiers secteur.

Donc, Docteur Lipietz, pourquoi le chômage ?

Crise du progrès technique. Épuisement des gains de productivité dans les années 70 : le taylorisme ne rapporte plus, la mécanisation coûte cher. Pour rétablir les profits, on baisse les salaires, on intensifie et précarise le travail. D’où une situation qu’on a connu au XIX° siècle : pas assez de consommation populaire et hausse du chômage.

Un moyen de baisser les salaires, c’est la délocalisation. Avant l’avènement de la France sociale (avant 68 et la généralisation du SMIC) on délocalise vers l’Ouest (Bretagne et Pays de la Loire) ; ensuite vers l’Espagne et le Portugal ; aujourd’hui vers le tiers-monde.

Bilan : les riches ne consomment pas, les pauvres sont au chômage.

En général, on considère que les délocalisations ont un impact mineur sur le chômage...

Depuis Raffarin on est passé de 8 à 10%. Je dirais 1% du aux délocalisation, 1% du aux gains de productivité. La France est un pays cher, où la main-d’œuvre est encore trop peu qualifiée. La délocalisation se fait vers le haut et vers le bas. Je viens de visiter une usine qui délocalise vers Singapour (haute technologie donc) et les Lu, auxquels on propose la Tchéquie, l’Inde ou la chine (basse technologie et bas salaires donc).

Donc il faut lutter contre la délocalisation ?

Oui. Plusieurs stratégies sont possibles 1) : la stratégie Danoise. Hausse de la qualification et des salaires. Gros effort en Recherche et Développement. Résultat : 4% de chômeurs. Les Danois font des téléviseurs qu’ils vendent cher. Au Portugal, il y a aussi 4% de chômeurs. Les Portugais font aussi des téléviseurs qu’ils vendent aux pauvres, qui valent cinq fois moins chers et les Portugais sont cinq fois moins biens payés. La France, elle, ne fait plus de téléviseurs.

Ce qui veut dire qu’on peut réindustrialiser ?

Oui. Par une stratégie de qualification et de recherche appliquée. Exactement le contraire de ce qu’a fait Raffarin, qui a taillé dans la recherche.

2° stratégie : on lutte contre les délocalisations en imposant les mêmes règles sociales dans le monde et pour commencer en Europe : « L’Europe sociale ». Pour cela on interdit le « dumping social », et on aide les pays les plus pauvres par des transferts massifs de technologie. On dit : « ca prendra des générations... » Faux. Une main-d’œuvre qualifiée se fait en dix ans. Peut-être moins, si l’on y met le paquet.

Et la RTT ?

C’est la troisième arme anti-chômage. La RTT permet une nouvelle distribution des gains de productivité. Le bilan de la précédente majorité est clair, contrairement à ce qu’on dit : 2 millions d’emplois créés, dont 700000 par la RTT sans baisse de salaire : 350000 par effet direct, 350000 par effet induit du à la hausse de salaire horaire.

Et les 20 milliards d’euros de baisse des charges donnés aux entreprises ?

Aucun intérêt. On aligne le coût du Français sur celui du Portugais, alors qu’ils ne sont pas en concurrence, puisqu’ils sont dans ce qui n’est pas délocalisable, la restauration, le bâtiment, le nettoyage.

Non. La 4° arme anti-chômage c’est le tiers secteur. Pourquoi ? 80% du travail consommé - BTP, services personnels, restaus, coiffeurs... travail domestique - a été produit dans un rayon de moins de vingt kilomètres ! Il est urgent de créer de l’emploi local au sein de la cité, comme les aides à domicile, l’embellissement des espaces collectifs. Subventionner les assoc’ qui embauchent des chômeurs ne coûte rien : on économise le RMI et on se rattrape sur les cotisations sociales que les embauchés vont payer. Autre grande bêtise génératrice de chômage de Raffarin : supprimer les emplois jeunes et diminuer par deux les subventions aux assoc’ qui s’occupaient des vieux. C’était pourtant bien utile par temps de canicule

Erratum : la semaine dernière j’avais annoncé Jean-Paul Fitoussi au lieu d’Alain Lipietz. Avec lui se terminera cette série sur le chômage dans le numéro du 16 juin.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique