dimanche 9 août 2020

















Accueil  > Vie publique > Articles et débats > Coronavirus et culture scientifique (http://lipietz.net/?article3249)

par Alain Lipietz | 6 avril 2020

Coronavirus et culture scientifique
Dans un billet du 1/04/2020 sur Facebook, je reproduisais la déclaration de la Porte-parole du gouvernement du 5 mars comparant l’épidémie de Covid 19, parfois appelée SRAS 2019, à une grippe et concluant « on ne va pas arrêter le pays ». Un correspondant m’a rétorqué « Post de l’expert autoproclamé Alain Lipietz ! Trop fort 😂 ». D’où la question : « L’honnête homme peut-il se faire une opinion et comment, malgré les mensonges ou erreurs perpétuelles du gouvernement ? »

Quel doit être le savoir du non-spécialiste et comment le construire ? Je parle ici du non-sépcialiste bac+, qui lit les journaux, et pas de la grande majorité de la population qui n’a accès qu’aux réseaux sociaux (la forme moderne du bouche à oreille), voire à rien du tout.

Mes sources scientifiques principales sont :

 1. S’agissant des STATISTIQUES au jour le jour :

John Hopkins Univ. C’est le site à partir duquel Le Monde fait ses infographies quotidiennes, mais j’ai des ami.e.s dans plusieurs pays dont Le Monde ne parle jamais. Sinon, les infographies du Monde suffisent.

Attention à la différence des graphiques en taux et en total. Dans les courbes « en total » (nombre de morts depuis le début) l’échelle verticale est linéaire, dans les courbes en taux l’échelle est logarithmique mais c’est toujours le total qui est donné, donc vous ne verrez jamais la courbe baisser, et vous ne distinguerez pas si facilement si l’épidémie ralentit (moins de morts par jour) ou simplement décélère (augmente mais moins vite) A l’heure actuelle elle ralentit en Europe (moins de morts, moins d’admissions à l’hôpital)

 2. S’agissant de la CHRONOLOGIE de la découverte de cette maladie

Je me réfère systématiquement à l’étude par un historien du Collège de France des articles de la principale revue scientifique mondiale, Science, qui indique semaine par semaine ce qu’on savait et ce qu’on pouvait faire.

C’est très important pour distinguer quand le Pouvoir ment, quand il prend une décision criminelle, quand il fait une erreur excusable, quand il ne savait pas parce que personne ne savait. C’est le même problème que pour l’Affaire du sang contaminé, pour la participation du régime de Vichy à la déportation des Juifs etc : la grande excuse a posteriori est toujours « Personne ne savait à l’époque ».

 3. S’agissant de la PROSPECTiVE et de la doctrine

Absolument tout le monde, les experts gouvernementaux et les articles du Monde compris, partent du rapport fondateur de Neil Ferguson, et de toutes ses recommandations : aplatir le pic à l’entrée de l’épidémie par la réduction des contacts sociaux physiques, soit par des mesures « portatives » (masques, gestes-barrières) soit « collectives" (confinement), afin d’espérer tenir dans la capacité de traitements hospitaliers.

Le confinement a pour but de forcer le recul des contacts sociaux, il ne sert à rien d’autre et peut créer des « clusters familiaux ».

« Effacer le pic » c’est seulement étaler dans le temps l’épidémie, pour ne pas submerger le système hospitalier, mais aussi pour espérer la découverte d’un médicament ou d’un vaccin : mieux vaut attraper le Covid-19 dans 6 mois qu’aujourd’hui !

Puis, à la sortie de confinement, ne pas oublier que mieux ce confinement a marché, moins la population est immunisée (c’est le problème qui va se poser en mai). Le rapport Ferguson évoque un scénario cyclique : on confine, ça s’arrête , on déconfine, ça reprend (ce qui semble se passer en Asie de l’Est), jusqu’à ce que 60% de la population soit immunisée en ayant attrapé des formes plus ou moins graves de la maladie. Attention, comme l’a montré Mandelbrot, le scénario épidémie/immunité peut être beaucoup plus chaotique que ça !

Ce rapport Ferguson part de l’expérience du premier SRAS (Syndrome respiratoire aigûe sévère) de 2003. En lisant seulement la première page , on constate que le fameux R (taux reproduction = de transmission de la maladie par un malade à d’autres personnes) est estimé à 2 alors qu’on sait maintenant que le R sans mesure du tout (ni masque, ni confinement, ni fermeture des cafés, cinés etc) est plus proche de 2,3 pour le SRAS (Covid) 2019. Le SRAS ou Covid 2019 semble plus contagieux, mais moins sévère que le SRAS 2003 (moins de morts par contaminés, peut-être moins de 1%).

Détail important : ce rapport est de 2006. C’est lui qui a conduit la France de 2007 à se doter d’énormes stocks de masques etc, stocks qui ont été ultérieurement détruits, pour des raisons économiques. sous Hollande (Macron étant ministre de l’Économie) puis sous Macron Président.

Lorsque la Porte-parole du gouvernement affirme aux Français le 5 mars que le SRAS-2019 n’est pas plus grave que la grippe saisonnière, et qu’on ne va pas arrêter l’économie pour ça (le Président de la République montre l’exemple an allant au théâtre le 6 mars), le pouvoir est censé connaitre ces courbes de Ferguson et donc a manifestement choisi la stratégie dite "d’immunisation de masse " (= on attend que l’épidémie s’arrête quand 60% de la population a été contaminée) , comme Boris Johnson et encore aujourd’hui les Pays-Bas et la Suède (qui pour le moment ont à peine plus de morts par million d’habitants que la France). Le problème, c’est que c’est une chose d’accepter que "tous en soient frappés", c’est autre chose d’empêcher ensuite "qu’ils en meurent tous". Or l’appareil médical français était au bord de l’effondrement avant même l’arrivée du virus, et souffrait de la même pénurie de masques que les autres institutions.

On manque d’info sur ces deux pays, Suède et Pays-Bas. Rappelons que le confinement obligatoire n’est qu’un substitut à l’auto-contrôle de l’abstention de contacts sociaux. Une culture qui « marche à la norme », comme ces pays protestants, pourrait sans doute se passer de confinement plus facilement que la France, mais on verra bien.

 4. S’agissant de l’INFORMATION :

Contrairement à ce que suggère le correspondant qui critique mon « expertise auto-proclamée" : je ne suis nullement un expert en épidémiologie mais en écologie. J’ai rédigé le rapport de synthèse en 1992 pour l’Unesco sur la négociation de de Rio, puis en 1999 un rapport prospectif pour l’OCDE, en me focalisant sur les deux grandes conventions internationales : Climat et Biodiversité (et j’ai écrit plusieurs rapports pour le Conseil d’analyse économique ). Ce n’est pas exactement de l’épidémiologie.

L’écologie inclut certes l’épidémiologie comme une de ses branches, mais c’est un domaine pointu pour lequel ma seule compétence est une formation mathématique générale. Donc je lis la presse générale "de qualité" qui conduit en général à la lecture des rapports scientifiques.

Par exemple les défenseurs du gouvernement et du Pt Macron auraient pu avoir l’attention attirée sur un article du Monde donnant la version officielle de la "conversion" du PR Macron au confinement, à la fin de la 2e semaine de mars : on lui aurait montré seulement à ce moment -là ce que donnaient les courbes de Ferguson pour la France (60% de contaminés dont 1% de morts = 360 000 morts).

Naturellement je n’en crois pas un mot : j’ai des désaccords avec E. Macron mais je ne le prends pas pour un imbécile. Mais selon ces éléments de langage « confiés » au Monde par des « sources proches », que les militants LaREM sont censés répéter à la lettre, c’est bien l’application du modèle Ferguson à la France qui aurait convaincu Macron de passer au confinement (après le premier tour des municipales pour ne pas déplaire à Larcher). Or cet article donnait le lien... vers le rapport Ferguson de 2006.

Je conseille donc aux non-spécialistes comme moi de lire Le Monde (mais il existe d’autres journaux de qualité) :

 5. Si je peux me permettre, une petite réflexion sur mes propres CONNERIES

que j’ai pu écrire dans ma longue vie de chercheur qui est en même temps militant. Mes erreurs sont de trois types.

a. Ne pas creuser au-delà d’une source de seconde main. C’est une énorme cause d’erreurs, que j’ai commise plusieurs fois. Il faut toujours essayer de remonter à la source primitive, mais évidemment ce serait trop long...

b. Le « biais de confirmation » : ne prendre en compte que les statistiques qui confirment sa propre théorie.

c. Les erreurs obligatoires qu’implique le « critère de Popper » : une théorie doit toujours se rendre « falsifiable » (anglicisme…) en exhibant les résultats les plus contre-intuitifs possibles qui en découlent, ce qui permet de la réfuter. C’est un pari, qui dans mon cas prend en plus la forme de recommandations de politique publique. L’éventuelle réfutation expérimentale permet ensuite soit d’affiner la théorie, soit de la rejeter entièrement. Exemple : mon premier papier, un peu précipité (l’invitation à un colloque à Sfax, par un copain) sur les « Nouveaux Pays Industrialisés » avait le mérite de rompre avec la thèse alors hégémonique des « États-ateliers » mais se terminait par une conclusion fausse, pour faire joli. Très vite je l’ai corrigée, ce qui a donné un livre dont on considère qu’il reste largement valable.

Dans le cas des erreurs ou fautes de E. Macron (avoir fait détruire les stocks de masques accumulés après le SRAS, le MERS, etc, ne pas avoir « réarmé » en janvier, ne pas avoir confiné dès le début mars, ses mensonges sur l’assimilation du Covid 19 à une grippe saisonnière, sur l’inutilité de porter un masque...) , j’ai fait l’hypothèse , corroborée de jour en jour, que cela résulte uniquement d’avoir priorisé la marche court-termiste de l’économie sur la politique sanitaire, puis d’avoir menti pour couvrir l’absence de précautions.

L’affaire des masques est la plus spectaculaire, mais la réduction de la capacité générale de l’Hôpital, du système médical, de la recherche publique et l’abandon à la Chine des secteurs stratégiques pour la sécurité sanitaire est la cause la plus profonde. Je fais l’hypothèse « poppérienne » que tant qu’il n’y avait pas de masques on nous disait que ça ne servait à rien, et quand il y en aura on rendra obligatoire d’en acheter (cher), et que ceux qui sortiront sans masques écoperont d’une amende de 135 euros.

 6. Quelques éléments de contenus

Nous constatons en suivant les articles scientifiques de la presse de qualité et les revues de vulgarisation scientifique que ce virus (le SRAS-CoV2-2019) et la façon dont il opère sont mal connus, mais que la recherche avance à toute vitesse : sérum (à partir des personnes guéries), médicaments (par seulement la chloroquine !! même le vieux BCG), cofacteurs rendant la maladie plus ou moins grave (vieillesse, obésité, même le groupe sanguin !). Cet article n’a pas pour but d’en faire la recension. Comme toute la recherche est partie de la synthèse Ferguson sur son cousin le SRAS-Cov 1 de 2003, ce qui importe le plus est de comprendre pourquoi il se propage plus vite et facilement, afin de limiter les dégâts et concevoir le protocole du dé-confinement..

A la date d’aujourd’hui et sous toutes réserves, on suggère que de simples aérosols contenus dans le souffle, la parole et pas seulement par les gouttelettes de postillons, toux, éternuement, pourraient transporter le virus. Mais cela reste à courte distance. Le masque, même bricolé, est donc de plus en plus recommandé. L’ultime mensonge des autorités (OMS comprise) a été de dire qu’il n’est utile que pour les « porteurs », or on savait depuis janvier que la grande majorité des porteurs sont asymptomatiques, donc ignorent qu’ils sont contagieux (et c’est une très grave cause de la difficulté à contenir l’épidémie) donc il faut toujours porter un masque quand on s’adresse à quelqu’un, pour se protéger et protéger autrui. C’est dès le début la conclusion de l’Asie de l’Est, qui reproche à l’Europe et aux USA leur refus des masques.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
D'autres articles de la même rubrique