mardi 17 octobre 2017

















Accueil  > Député européen (Verts, France) > Amérique latine > Colombie > Les Verts entre le marteau et l’enclume (http://lipietz.net/?article880)

par Alain Lipietz | 20 juillet 2002

Colombie
Les Verts entre le marteau et l’enclume
Le 11 juillet, El Tiempo rapporte les propos de Fernando Londoño Hoyos [1], ministre de l’Intérieur et de la Justice désigné par le nouveau président Alvaro Uribe Velez, lors de la présentation d’un de ses livres.

" Le Communisme est tombé, mais les communistes subsistent sous la forme de ces partis Verts, les partis écologistes, et ils se réunissent pour voir où frapper les coups les plus durs. Ils complotent contre la Colombie ".

Au même moment, on apprenait l’assassinat à San Vincente del Cagan de Gould Portneur Horvew, l’épouse du maire " mandaté " Noé Ortega. Le maire mandaté est un fonctionnaire désigné par le maire élu pour le remplacer en son absence.

On se souvient qu’à San Vincente, alors capitale de la " zone de détente " des Farc, les électeurs avaient désigné comme maire un Vert, Nestor Leon Ramirez , que j’avais invité à un séminaire sur la crise colombienne. Nestor Leon avait enclenché à San Vicente un processus de budget participatif à la Porto Alegre, et développé infrastructures et services publics.

Après la réoccupation de la zone par l’armée (et la destruction par l’aviation desdites infrastructures), les FARC ont ordonné à tous les maires de Colombie de démissionner sous peine de mort. Nestor Leon s’est réfugié à Bogota où il travaille à Fondo Paz, et a mandaté Noé Ortega, également Vert. Mais les FARC ont décidé par la suite d’assassiner aussi les fonctionnaires territoriaux, y compris ceux des services publics, qui ne démissionneraient pas ! San Vincente est désormais un chaos où s’entassent les ordures non ramassées. On estime que ce chaos, qui frappe durement la population civile, s’étend maintenant à 25% du territoire de la Colombie.

Les guerrillas des années 60-70 se voulaient, elles, au service du peuple ?




NOTES


[1Écouter cette intervention :
Fernando Londoño, juillet 2002
Propos de Fernando Londoño Hoyos, ministre de l’Intérieur et de la Justice, juillet 2002.

(fichier mp3)
titre documents joints

Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
D'autres articles de la même rubrique