mercredi 21 août 2019

















Accueil  > Vie publique > Articles et débats > La capitale de la Réunion se trouve à Bruxelles (http://lipietz.net/?article1169)

par Alain Lipietz | 3 janvier 2004

Clicanoo
La capitale de la Réunion se trouve à Bruxelles
Entretien
Alain Lipietz est un homme neuf. Depuis ses déconvenues de l’été 2001, où tout d’abord encensé par la presse, il avait connu une période très noire, au point d’être remplacé dans la course à l’Élysée par Noël Mamère, il se consacre désormais à son rôle de député européen. Et avant de défendre sa place, en juin prochain, il est venu rendre visite à ses amis politiques de la Réunion. Il en a notamment profité pour faire un crochet par Saint-Pierre où il a animé, hier soir, une conférence débat à la mairie annexe de Terre-Sainte.

Vous êtes actuellement en visite privée à la Réunion et vous avez quand même décidé d’animer une réunion publique à Saint-Pierre. Vous vous échauffez pour les prochaines élections européennes ?

Le travail continue, qu’il y ait des élections ou non. J’ai présenté ainsi une conférence débat à propos de l’économie solidaire. Une activité qui pourrait s’avérer très bénéfique à la Réunion.

Où en est votre candidature à la candidature ?

Les Verts ont déjà désigné toutes leurs têtes de liste pour les élections européennes. Je mènerai donc celle de la région parisienne.

Ne craignez-vous pas de voir se reproduire le scénario de la dernière campagne présidentielle ?

Non, tout ceci est aujourd’hui oublié. À l’époque, deux ou trois journaux ont mené une campagne de presse calomnieuse à mon égard. J’ai d’ailleurs consacré un chapitre entier, dans un livre que j’ai écrit, à expliquer ces événements. Mais je le répète, ces histoires sont aujourd’hui oubliées.

Le réseau routier de la Réunion est saturé par l’automobile. Pensez-vous que les solutions traditionnelles, comme le développement des transports en commun, puissent s’appliquer au département ?

Absolument. Lorsque j’ai commencé à travailler à l’Institut de recherches des transports, nous avons démontré, avec d’autres chercheurs, que ce sont les habitants répartis sur un cercle qui peuvent tirer le plus grand bénéfice des transports en commun. La situation de la Réunion est donc idéale. Si dès 1960 ce département avait été moderne, on aurait certainement perfectionné le train au lieu de le supprimer.

Le projet de relancer la voie ferrée existe...

Oui, et il doit être mené à bien le plus vite possible. L’automobile doit cesser d’être un moyen de transport quotidien pour se rendre au travail.

Avez-vous le sentiment que la Réunion conduit une politique environnementale d’envergure ?

La beauté de ce département est extraordinaire. Et c’est un avantage par rapport à la métropole. Le tourisme est d’ailleurs la principale ressource de l’île. Seulement, beaucoup de personnes ont l’impression que l’on peut puiser de façon quasi permanente dans cette beauté. C’est une erreur. Il faut préserver la faune et la flore. C’est une question de vie ou de mort. De même, on ne peut plus tolérer l’existence des déchetteries publiques.

Quelles pourraient être les améliorations à apporter à cette politique ?

La première priorité est, bien entendu, de développer les transports en commun. Ensuite, les barrières de corail du littoral doivent être protégées. Quant aux montagnes, il faut absolument les préserver de l’urbanisation en concentrant les constructions dans les villes. Enfin, il est nécessaire de travailler sur les questions de pollution. Notamment en approfondissant les recherches sur les énergies propres. Le développement de ce secteur permettrait en effet de réduire les émissions de gaz polluants mais aussi de justifier le niveau de vie de l’île, bien supérieur à celui des autres pays de la région. En se spécialisant dans les hautes technologies, la Réunion pourrait créer de nombreux emplois qualifiés.

Quels peuvent être les apports de l’Europe aux régions ultrapériphériques ?

L’Union européenne participe au financement de nombreux équipements construits sur l’île. Mais la Réunion doit comprendre que sa capitale se trouve à Bruxelles et non à Paris. En France, les fonds européens sont considérés comme une subvention de plus. Alors que Majorque ou la Sardaigne, par exemple, vont directement chercher l’argent au parlement, en présentant leur projet. La Réunion devrait adopter ce comportement.

Propos recueillis par Jean-Philippe Lutton



À noter :

Alain Lipietz tient à preciser qu’il n’a nullement contribué au théorème de la ville circulaire, et que c’est avec l’exécutif (la Commission) et non avec le législatif que les regions vont négocier des projets.
Cet entretien est paru dans Clicanoo.

Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique