Calendrier des blogs
<< octobre 2011 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
20/10: Hollande - Dette - Eva
14/10: Finalement je vote Aubry. Crise. Jobs.
5/10: Crise, Japon, Jardins, PS, Grünen... et Melike

Poster un message

En réponse à :

Finalement je vote Aubry. Crise. Jobs.


vendredi 14 octobre 2011

Nouvelle semaine chargée. Dimanche soir je commente les résultats de la primaire socialiste sur France 24. Mardi soir et mercredi soir je participe au Forum social d’Aubagne. Tout cela en poursuivant la mise au net de mon texte sur la crise, en répondant sur la crise de Dexia, etc...
Primaire
Dés (...)


En réponse à :

Se débrouiller

jeudi 20 octobre 2011

Avoir l’adhésion d’une majorité de citoyens ? Tout d’abord ça ne se décrète pas du jour au lendemain. C’est un travail de fond qui passe bien sûr par des accords de second tour tout en étant présent au premier afin de pouvoir peser sur un rapport de force en vue de pouvoir, au sein d’une majorité gouvernementale, faire passer quelques projets (il ne faut pas négliger ce processus d’influence, même si la transformation sociale ne se résume pas à cela, sinon on peut attendre pendant des siècles...).

Ensuite il y a un gros boulot de pédagogie à faire au quotidien : tout au long de l’année distribuer des tracts sur les marchés, faire les cages d’escalier. C’est un boulot ingrat car, au départ, plus de 95% des gens sont complètement indifférents, mais j’ai pu constater en tractant, qu’une personne réussit en 1h30 à toucher 3 ou 4 personnes qui finissent par se dire : "après tout, pourquoi pas ?"

Maintenant cela implique un changement de mentalité au sein des appareils des partis pour comprendre que ce boulot ne doit pas se faire uniquement en période électorale. Dans une ville, si petite soit-elle, on doit pouvoir trouver 2 militants ou sympathisants du FDG ou des Verts pour tracter sur un marché pendant 1 à 2 heures tous les samedis matin, non ?

Enfin, pour éclairer cette question d’un point de vue intéressant, il faut aussi (re)lire et méditer "Le quai de Wigam" de George Orwell, qui est traversé par cette interrogation : pourquoi, malgré leur misère, les ouvriers ne veulent-ils pas du socialisme ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.