Calendrier des blogs
<< février 2005 >>
lumamejevesadi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
24/02: Le Parlement vote pour le retrait de la directive Bolkestein
23/02: Ingrid et Juan Carlos
22/02: Rapport in’t Veld : confusion au parlement.
17/02: Le Parti Vert européen pour le Oui
13/02: Une semaine à Caracas
2/02: Bolkestein, int’Veld : une semaine en or pour les services

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Une semaine à Caracas


dimanche 13 février 2005

La semaine que je viens de passer à la tête de la délégation des députés européens, à Caracas, aura été extrêmement intéressante. Elle permettra, j’espère, de clarifier le point de vue de l’Europe sur la situation réelle au Venezuela et l’adhésion populaire au gouvernement Chavez. Elle aura, hélas, été (...)


En réponse à :

> Et les militaires ?

dimanche 15 janvier 2006

Merci de répondre, cela permet d’entamer une discussion, publique de surcroît, encore un atout du blog. Je dis cela car j’ai eu l’occasion de vous croiser à quelques reprises à Bruxelles, au Parlement Européen. Vous dans vos dossiers, moi ma caméra à l’épaule : ça n’a jamais été la meilleure occasion pour entamer une conversation.

Je vous répondrai sur le 3ème point de votre post : "[...] des militaires devenus capitalistes d’Etat sur la base de la rente pétrolière". Vous énoncez un aspect clé de la société venezuelienne : le capitalisme y est avant tout d’Etat, aujourd’hui comme avant Chavez, et "les riches" sont ceux qui sont lié d’une manière ou d’une autre à la classe au pouvoir, aujourd’hui comme avant. C’est pour cela que le mot d’"oligarchie" apparu dans son usage courant au Venezuela avec l’avènement de Chavez et fréquemment présent dans son vocabulaire me semble être un mensonge populiste. Il n’y a pas au Venezuela d’oligarchie à proprement parler comme c’est nettement le cas dans les pays centre-américains (par exemple les fameuses "14 familles" du Salvador). Ou alors à accepter dès aujourd’hui que ce terme puisse tout aussi bien désigner la "bolibourgeoisie", cette classe de nouveaux riches liés au "processus bolivarien".

Toujours sur le 3ème point, la militarisation : "[...] c’est un vrai problème qui ne m’échappe pas... et n’échappe pas aux militants de TV Viva." (je suppose que vous parlez de ViveTV). Je suis rassuré que vous y soyez sensible. Quant à ViveTV, je doute que la militarisation de la société lui pose problème puisqu’elle en fait la promotion trois fois par semaine au cour de l’émission "Pueblo soldado " dont vous pouvez voir les programmes au lien que j’indiquais dans mon post précédent (voir note ci-dessous). De plus, voici ce que me répondit dernièrement Thierry Deronne, vice-président de la chaîne, alors que je le questionnais par email sur ce sujet préoccupant :

« [...] Imaginons que les soldats travaillent avec les éducateurs sociaux en France, etc.. pour recréer ce fameux "lien social" qui manque.. Bref, Pueblo-Soldado, que tu perçois sans doute comme la militarisation du peuple, son embrigadement (avec tout l’imaginaire d’usage dans les médias dominants), est tout le contraire : c’est l’humanisation de l’armée, à partir de programmes où on la voit aider une population pauvre à développer des programmes sociaux, et de cette manière prévenir une évolution répressive qui reste toujours possible dans d’autres pays de l’Amérique Latine. »

Cet aspect est central et revendiqué comme tel par Chavez et le mouvement bolivarien en général (voir encore la note de fin de post) : c’est d’ailleurs un élément important de la rhétorique d’une certaine gauche militariste (sublimation de l’armée populaire au service du peuple, etc.), on en connaît la nature. En fait je pensais justement que les Verts était en général assez sensible à cela (peut-être leurs origines pacifistes), se démarquant franchement sur ce point d’une bonne partie de la gauche orthodoxe.

Je ne suis pas un "abhorrateur" de Chavez. Je ne remet pas en question sa popularité ni la régularité des multiples élections qui l’ont porté au pouvoir. Cela ne devrait pas nous empêcher, à gauche, d’être critique. Bien des personnages funestes sont populaires et ont été élus démocratiquement, cela n’a pas à adoucir la sévérité de nos jugements. Cela peut être une exigence éthique en politique, je l’espère. La forte polarisation de la situation politique vénézuelienne ne devrait pas nous réduire au choix simplificateur du camp. Je crois juste qu’il est bon de ne pas se faire trop d’illusion sur les transformations que propose le mouvement bolivarien pour la société vénézuelienne et sud-américaine (puisque c’est l’ambition de Chavez de jouer un rôle régional, lui l’héritier spirituel de Bolivar). En somme vous l’aurez compris : A mon avis Chavez est un populiste inefficace et dépensier dont les résultats sont médiocres au regard des moyens colossaux dont il dispose.

Note :
Traduction de la présentation du programme Pueblo soldado (Peuple soldat) pour ceux qui ne lisent pas l’espagnol. L’original se trouve là (Alain Lipietz, avez-vous lu cela ?) :
http://www.vive.gob.ve/programas.php?id_p=16

« "Peuple-soldat" cherche à refléter la relation vivante, quotidienne et active des civils et des militaires comme une des variables de plus grande influence dans le processus révolutionnaire. Une nouvelle réalité s’est installée dans les garnisons et dans les rues ce qui en fait une des principales garanties de la poursuite du processus de changement. C’est pour cette raison que cette union civico-militaire, fondamentale pour la souveraineté nationale, est constamment attaquée par la bourgeoisie et ses moyens de désinformation.
"Peuple-soldat" nous montre comment l’union civico-militaire rompt avec l’individualisme promu par la démocratie bourgeoise et ses institutions en encourageant une approche beaucoup plus collectiviste du processus de développement de la société. Le programme diffuse les valeurs, l’éthique et l’idéologie de la pensée de Bolivar à travers le soldat bolivarien qui désignait, pour notre Libérateur, le soldat de toute l’Amérique ; "Peuple-soldat" préserve notre mémoire en évoquant la vision de la création et la naissance de la république libre et de la Révolution Bolivarienne, et soutient le constitutionalisme (je comprend "la loyauté à la constitution". NdT) vivant et actif de nos soldats. »

Lundi et Jeudi de 20h30 à 21h30 et Dimanche de 19h00 à 20h00, en prime-time donc !
Tout ça n’est pas du baratin : le contenu des programmes que l’on peut consulter en ligne est fidèle à cette présentation...


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.