Calendrier des blogs
<< mai 2009 >>
lumamejevesadi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
30/05: Débat avec le Front de gauche
23/05: Écologie, « troisième parti » ?
17/05: Européennes : la bataille du fond
10/05: Hadopi, phoques, routiers : les derniers feux du Parlement européen
2/05: Culture européenne, culture des quartiers

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Débat avec le Front de gauche


samedi 30 mai 2009

Les réunions-débats d’Europe Écologie se succèdent à rythme d’enfer. Lundi et mardi, tournée en Bretagne : Brest, Quimper (dont vous avez ici, en cliquant, l’enregistrement video !), Lannion. À Brest, une classe du lycée Diwan de Carhaix a débarqué en car, emmené par un jeune vert de 17 ans !
Mercredi, (...)


En réponse à :

Statut de l’agriculture dans le marché commun

vendredi 5 juin 2009

1.Parfaitement d’accord que le TCE, malgré ses avancées, était très loin d’être suffisant , d’où la bataille des Verts pour le « Premier amendement ». Mais cette avancée insuffisante est tellement difficile à obtenir (on n’y est toujours pas , quatre ans après) ! Un bon tient vaut mieux que deux tu l’auras, surtout quand on ne l’a pas.

2.L’agriculture n’a jamais été « dans la concurrence ». L’article 32 du traité CE (qui remonte à 1957) dispose qu’une politique agricole commune (PAC) est mise en œuvre par les articles 33 à 38 « contraires » aux règles du marché commun. Je sais que les trotskystes ne s’intéressent pas beaucoup à l’agriculture, mais tu devrais lire les pages agricoles des journaux. La PAC marche à coups de subventions, quotas, restitutions aux frontières etc. Le dirigisme productiviste pratiqué depuis 1957 va dans le sens contraire à celui que souhaitent les écologistes, mais, comme le dit François Dufour, le principe même d’une POLITIQUE agricole commune doit être sauvegardé. Nous sommes pour relocaliser l’économie, et en particulier l’agriculture, ce qui implique une autre politique agricole commune.

3.Nous ne sommes pas partisans d’établir comme tu le proposes (je ne l’ai pas lu dans le programme du NPA pour ces européennes, c’est une proposition minoritaire ? ou vos députés voteront ça ?) des formes de protectionnisme local pour encourager les circuits courts (« d’établir des protectionnismes à divers niveaux territoriaux (le pays, la région, ... ») , par exemple des barrières d’octroi « souples et adaptées » entre le pays de Caux et le pays du Vexin. Les AMAP de Normandie rayonnent jusqu’en Ile de France. Elles sont fondées sur l’associationnisme populaire libre. Ce qui n’empêche pas de dissuader TOUS les transports inutiles par une « taxe au kilomètre ajouté » (cf le programme des Verts), ou plus simplement par une écotaxe sur l’énergie du fret.

5. La possibilité de débouchés à longue distance pour des produits d’appellation régionale rares et intéressants gustativement (vins de grands crus, fromage de Roquefort) ne me paraît pas scandaleuse, mais c’est une opinion personnelle. Ce qui n’empêche pas de respecter la saisonnalité (même Juppé sera d’accord avec toi : « je ne mangerai plus de fraise etc »)

4. A part ça, quand la concurrence doit s’appliquer, les écologistes se battent pour qu’elle ne soit pas faussée,ni par les grands monopoles, ni par le dumping fiscal (les subventions discriminatoires contrevenant à l’article 87 du Traité CE étant une forme de dumping fiscal, cf le cas de Easyjet à Charleroi sur ce blog), ni par le dumping social ou environnemental.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.