Calendrier des blogs
<< juin 2005 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
29/06: La BEI et la convention de Aarhus
28/06: Constitution, brevets logiciels : premières manœuvres d’été
25/06: OGM, statut des députés…
23/06: Blair : 15, Karas : 0
22/06: La question des bois
21/06: Bolkestein, brevets logiciels : ça commence mal
20/06: Le retour de la mélancolie
17/06: Parlatino, Europarlement et farines de poisson
13/06: Crochet par l’Argentine
9/06: Le Parlement reprend péniblement ses travaux.
6/06: Décantation d’après Non
2/06: Début du détricotage
1er/06: La défaite a dépassé toutes nos espérances

Poster un message

En réponse à :

Début du détricotage


jeudi 2 juin 2005

Raz de marée « Non » en Hollande. Le mal qui, depuis des années, taraudait ce pays autrefois le plus tolérant du monde, éclate au grand jour. La discussion n’a pas du tout porté sur le plombier polonais ou l’absence de l’avortement dans la constitution. Comme dans l’écrasante majorité du Non français, la (...)


En réponse à :

> Début du détricotage

vendredi 3 juin 2005

M Lipietz,
je passe de tant à autre sur votre site pour apprécié vos analyses que cette fois je ne partage pas.

Je ne vois pas dans l’ouvrier polonais l’homme qui va venir me prendre mon travail de futur agriculteur, mais celui qui souffre et qui à besoin qu’on lui tende la main.

Je vous propose ce texte que j’avais écris avant le 29 mai et adressé à l’ensemble des quotidiens européens.

Je m’appelle Stève, j’ai 25 ans, j’habite à Angouleme dans l’ouest de la France et dimanche je vais voter non au référendum sur le traité constitutionnel européen.
Ce choix a vraiment été difficile à faire, car après avoir longtemps oscillé entre le non, l’abstention et le oui, j’ai tranché. J’ai fait l’effort de lire partiellement le texte, j’ai lu de nombreux articles et assisté à de nombreux débats. Dimanche au moment de mettre le bulletin dans l’urne, j’aurais à la fois des convictions et des incertitudes quant à mon vote.
Je vais voter non à ce traité, pour deux raisons principales :

Tout d’abord, d’un point de vue démocratique, je n’accepte pas que l’on ait intégré à l’intérieur de cette constitution des articles qui fixent des orientations de politique économique. Autrement dit un projet de constitution n’a pas à donner de prescriptions de politiques économique, quelle que soit leur nature quel que soit le respect que l’on peut avoir pour l’héritage politique de la construction européenne.
De mon point de vue une constitution doit permettre de régler le fonctionnement juridique de la politique européenne. Exemple : Quels sont les pouvoirs du parlement, du conseil, de la commission ? Comment organise t’on la vie démocratique de ces instances ? Quelles sont les articulations entre les politiques nationales et politiques européennes ?....
Donc le traité constitutionnel européen pouvait être un texte court précisant uniquement des aspects de juridiction (droit constitutionnel). Hors cette constitution entérine des éléments qui relèvent du débat politique que doivent avoir les élus européens pour décider quelles sont les orientations à donner à l’Europe pour construire son développement. Il s’agit donc d’un désaveu total pour la démocratie européenne.

Etant entendu que les politiques économiques n’ont rien à faire dans le traité voyons tout de même le traitement qui leur est réservé. Ce qui me qui me conduit à vous donner le deuxième argument pourquoi je vais voter non. La majorité des articles de cette constitution qui relèvent, je le répète, de choix politiques, sont des articles inspirés par une idéologie capitaliste. Certes il y a des avancées sociales dans la proposition de ce traité, mais elles ne seront rien en comparaison avec les méfaits que nous apporte l’économie libérale dans laquelle nous vivons aujourd’hui. (Destruction de l’environnement, isolement social, accroissement de la pauvreté, inégalité dans le partage des richesses...)

Alors je souhaiterais ouvrir mon argumentaire, pour vous faire comprendre que mon non, n’est en rien un non franco-français. J’ai l’impression d’après nos médias, que les autres pays européens notamment l’Allemagne et les nouveaux pays européens ne comprennent pas pourquoi nous tournons le dos à ce traité. Mais je veux leur affirmer que ma volonté est bien de voir nos peuples réunis pacifiquement sous la même bannière. Seulement je suis convaincu que nous n’arriverons pas à construire une Europe socialement équitable avec ce traité. Je pense que l’ouverture de l’Europe à l’Est va permettre, et on le constate déjà d’élever le niveau de vie moyen des populations de ces nouveaux entrants. Mais le traité constitutionnel ne changera pas le fait que le développement ne profitera véritablement qu’à une minorité de personnes en comparaison de l’ensemble de la population.
En France, on nous donne l’impression, notamment à travers les médias, que la majorité des pays de l’Est sont des ultra-libéraux, et que la majorité des populations de ces pays sont largement favorable à une économie libérale. Mais je ne suis pas d’accord avec cela, je pense en effet qu’il y a une petite part de la population relativement éduquée qui souhaite développer le modèle capitaliste. Mais la plus grande majorité des personnes de ces pays de l’Est, ne sait plus en quoi croire. La participation au référendum sur l’adhésion à l’Europe a été sur l’ensemble des nouveaux pays de 56 %, ce qui est relativement faible compte tenu des enjeux. Le taux de participation dans ces pays aux dernières élections des députés européens est encore plus affligeant que le notre (20% pour la Pologne, 26% pour l’Estonie, 28% pour la Slovaquie...). Alors je ne suis pas sur que la masse populaire de ces pays soit si convaincue de l’apport, que pourrait permettre, l’entrée de leur pays dans une économie de marché libre et non faussée tel que le propose ce traité. Je crois qu’ils cherchent surtout à se reconstruire en améliorant leur condition sociale et dans le respect des hommes.
Pour conclure je prendrais un exemple que je connais bien, c’est l’agriculture. Je suis salarié d’un syndicat agricole minoritaire qui défend les petits producteurs et les travailleurs agricoles. Les médias et une partie des intellectuels européens ne comprennent pas pourquoi une partie des agriculteurs français, qui ont, d’après ce que l’on pense, bénéficiés au maximum des aides Européennes pour pouvoir développer leur revenu vont voter non. Il s’agit en fait de rétablir une vérité d’après deux chiffres, en France 73% des aides vont à 20 % des agriculteurs. Il y a donc 80 % des agriculteurs qui doivent se partager les miettes d’un gâteau qui vu de l’extérieur peut paraître énorme. Et toujours dans un souci d’élargir le débat hors de nos frontières, je pense que la Politique Agricole Communautaire constitutionalisée par le traité va laisser de nombreux paysans des pays du Sud et de l’Est de l’Europe sur le bord de la route. Et le peu de moyens que souhaite se donner l’Europe (interdiction de recourir à l’emprunt, faible augmentation du budget européen avec l’arrivée des nouveaux pays), ne permettra pas de contrecarrer l’appauvrissement et la désertification des territoires ruraux des pays de l’Est. La libéralisation confrontera les agriculteurs des 12 nouveaux membres d’Europe centrale et occidentale avec des concurrents comme certains agriculteurs français ou danois beaucoup plus compétitifs sans leur donner les moyens de moderniser leurs agricultures.
Bref ce texte est peu ambitieux au vu de la transformation sociale et politique que l’Europe doit mettre en œuvre pour construire un modèle européen solidaire et durable. Est-ce que le modèle de société que nous propose les autres grandes puissances économiques (USA, Chine) dont on a beaucoup fait référence dans le débat, doit être notre idéal ?
Je crois qu’il faut résolument être utopiste pour croire que ces modèles fonctionneront sur du long terme (à l’échelle d’un siècle par exemple). L’exploitation des hommes et la destruction de la planète me laissent pessimiste quant aux chances de pouvoir construire un avenir à nos générations futures.
Il est alors urgent pour les européens de construire un modèle de société alternatif au tout économique. La rédaction de ce traité constitutionnel européen est une étape manquée par nos responsables politiques, il convient donc de le rejeter. Nos chefs d’Etat devront alors se concerter pour fixer un cadre institutionnel neutre à l’intérieur duquel la démocratie européenne pourra pleinement s’exercer. Ce débat nous montre aussi à quel point nous devons nous rassembler, nous les peuples européens pour débattre et déterminer quels sont les enjeux pour la construction d’une autre Europe celle qui prendrait en compte les attentes de ceux qui en ont le plus besoin.

Je suis désolé mais mon anglais et mon allemand ne sont pas très bon et ne permettent pas d’écrire dans une autre langue. J’espère que vous pourrez diffuser, ma lettre afin que les européens comprennent les raisons qui me poussent à voter non à ce traité constitutionnel européen. Je suis persuadé que mon vote et une chose mais qu’il est aussi important de l’expliquer aux européens qui n’ont pas suivi notre débat pour qu’ensemble nous construisions un débat continental.

Cordialement


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.