Calendrier des blogs
<< août 2009 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
30/08: Jours tranquilles à Poissy. Les "primaires".
24/08: Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.
18/08: De Victor Hugo à Orhan Pamuk

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Fabulous Journées d’Été des Verts. Poissy.


lundi 24 août 2009

On s’y attendait, mais ce fut au-delà de toute espérance : les « Jd’E » des Verts à Nîmes furent fantastiques. Mais pas le temps de digérer : j’ai dû accepter de « candidater » à la législative partielle de Poissy.
Nîmes
Enormément de monde (plus de 1500 personnes).
Les plénières, dans des amphis limités à (...)


En réponse à :

Ces gens-là

samedi 29 août 2009

J’avais lu le blog d’Alain et l’expression ne m’avait pas choquée de prime abord. Ce n’était pas exactement ce que j’avais dit, mais sur un blog, forcément on raccourcit. Mais comme cet intitulé linguistique semble source de malentendus, alors abordons la question de fond : peux-t-on parler « au nom des gens » dont on ne fait pas partie ?

Et bien OUI. Par exemple : j’apprécie qu’Alain LIPIETZ soit un des rares hommes « féministes » que je connaisse, qu’il ait systématiquement le réflexe de mettre les adjectifs au féminin et au masculin, et que dans son langage, les mots du genre masculin ne s’arrogent pas systématiquement l’universel. Et je ne remercierai jamais assez Francine, sa compagne disparue de l’avoir « forgé » (et je pèse mon vocabulaire ) homme égalitaire. Et je regrette qu’il n’y ait QUE des femmes pour parler de féminisme. Nous avons besoin d’hommes qui parlent « au nom des femmes » pour ce combat. Nous aurons gagné quand justement l’égalité femmes / hommes - déjà les mots dans l’ordre- sera revendiquée par l’ensemble de la société et pas seulement par « celles-là ».

Dans le cas de Poissy, je m’appuyais sur l’exemple de mon propre OUI, lorsque j’avais tout abandonné, fermé du jour au lendemain mon cabinet-conseil qui croulait sous les commandes, divisé mes revenus par deux, trouvé très difficilement des remplaçants pour les études en cours, etc... Parce que contrairement à toutes les prévisions, la droite avait perdu et que JOSPIN était nommé 1er Ministre. Et que dans l’urgence, il fallait des spécialistes pour participer à la grande aventure du programme « Emplois-Jeunes ». Quand on consacré toute sa vie à se battre pour réinsérer des chômeurs, pour faire émerger des nouvelles filières d’ « utilité sociale », être appelée pour diviser le chômage des jeunes par deux en créant 350 000 nouveaux emplois, ça ne se réfléchit pas une seconde, ça ne se refuse pas. De même, j’estimais que Alain devait laisser tout tomber... pour se consacrer à un territoire qui résumait à lui seul dans son histoire industrielle, dans ses grands ensembles, dans sa zone rurale de Plaisir-Grignon... toutes les questions posées par la « reconversion écologique », thème auquel il avait consacré toute sa vie militante.

Quand j’ai tout abandonné pour les Emplois-Jeunes, j’avais 50 ans, je n’appartenais donc pas à la catégorie statistique concernée, et je n’avais aucune légitimité en matière d’environnement : je ne savais pas la différence entre une tonne de DIB (déchet industriel banal) ou de DMA (déchet ménager et assimilé)... et j’ignorais tout des risques de disparition du gayète barbu... C’est d’ailleurs parce que j’avais une forte dose d’inconscience que j’ai accepté au sein du cabinet de D. VOYNET... de mettre en oeuvre l’objectif théoriquement « impossible » de multiplier par 300% le taux de création annuel d’emplois dans le secteur environnement... Et que nous y sommes arrivés (une évaluation faite par le Centre d’Etudes pour l’Emploi a attribué à ce programme le meilleur taux de pérennisation dans l’emploi durable = 65%).

Dans l’exemple de Poissy, il y a une « blessure ouvrière » qui a cumulé dans les années 82-84, au moment des grandes grèves de Talbot et des milliers de licenciements qui ont été prononcés à cette époque. Ce sont les enfants et petits-enfants de ces travailleurs qui habitent Beauregard, La Coudraie, Carrières-sous-Poissy. J’étais formatrice à l’ANPE d’Achères à l’époque et je me souviens de la bagarre menée contre l’Education Nationale qui exigeait 2500 heures de formation préalable pour apprendre à lire et à écrire aux OS maghrébins... avant d’entrer dans une formation qualifiante... De qui se moquait-on ? Ils travaillaient-là depuis les années 50 et leur soit-disant « illettrisme » n’avait dérangé jusqu’ici personne... Qu’avaient-ils besoin de parler français, puisqu’ils travaillent entre eux ? C’est avec l’argument d’économiser 3 millions d’heures de formation... que des responsables de l’ANPE (français de souche, cadres supérieurs de la fonction publique... ) ont obtenu de mettre les ouvriers directement sur des machines à commande numérique. pour leur reconversion. Malheureusement, ils n’étaient que 1300 sur 10 000... Parce que justement, on manquait de représentants de « ces gens-là », car le syndicat « maison » et le paternalisme des dirigeants de l’usine avait laminé les syndicats ouvriers et empêché une organisation de type « Boulogne-Billancourt ».

Comment ne pas comprendre qu’un tel mépris, qu’un tel abandon ne soit internalisé dans les quartiers populaires de cette « vallée automobile » dont Poissy était un des plus beaux fleurons ? Comment ne pas comprendre le silence et le ressentiment de ces grands ensembles « abstentionnistes » qui abritent les enfants et petits-enfants de « ces gens » oubliés, qui ont assuré le redressement économique de la France des années 50-60 ? Alors faut-il parler « au nom des gens dont on ne fait pas partie ? ». La réponse est clairement OUI. C’est aux lettrés d’apprendre à lire. C’est aux insérés socialement, c’est aux intellectuels... d’adresser la parole à ceux que CASTEL appelle « les désafiliés »... Maurice PAGAT créateur du premier mouvement de chômeurs appelle les « sans voix »... les fameux « petits et sans grade » évoqués par le personnage de Flambeau dans l’Aiglon de ROSTAND, citation usurpée par LE PEN. Ceux qui ne disent plus rien, qui ne votent pas, et qui ont « la haine ». Quand nous sommes allés voir Mercredi dernier le quartier de la Coudraie et avons discuté avec les jeunes, ils déclaraient que la réhabilitation datait de « 25 ans »... Renseignements pris : c’était 1997... Le sentiment d’abandon des pouvoirs publics étaient tel que cette durée avait semblé d’une longueur démesurée !! Et effectivement les « nids de poule » des chaussées déformées, le centre commercial en ruines, la laine de verre sortant par les trous des placages des murs... donnaient raison à ces résidents.

Ayant accompagné les chargés de mission « Ville » des 47 sites sensibles de l’Ile de France, j’avais mis au point un processus de réapprivoisement des habitants que j’avais intitulé la méthode « petit Prince ». Car c’est bien d’un réapprivoisement dont il s’agit, et ceci ne peut être engagé que par « des gens » qui sont eux-mêmes « socialisés ». Car il s’agit bien de « recréer des liens » et c’est bien ceux qui en ont qui doivent adresser la parole à ceux qui n’ont plus confiance et sont redevenus sauvages... « Tu t’approcheras chaque jour un peu plus près »... « tu reviendras chaque jour à la même heure... ». C’est l’art des rendez-vous qu’il s’agit de renouer, c’est la « dette » de la France vis-à-vis des ouvriers qui ont reconstruit son économie d’après-guerre qu’il s’agit de reconnaître, et qui d’autre peut le faire que ceux qui ont la chance d’avoir une « conscience sociale » ???

Alors, OUI, il faut parler au nom des muets quand on la chance de savoir parler, il faut parler au nom des désaffiliés quand on a la chance d’avoir des liens sociaux. Il ne s’agit pas d’usurper une place volée à d’autres. Il s’agit de la reprendre à un représentant de la corruption qui vient d’être condamné par la justice et qu’un candidat dont l’éthique ne fait aucun doute..... puisse enfin occuper un siège indignement resté vide et de le réchauffer suffisamment pour le laisser ensuite... aux habitants de ce territoire quand les liens, la dignité et la confiance seront durablement restaurés.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.